Version classiqueVersion mobile

La ville arabe, Alep, à l’époque ottomane

 | 
André Raymond

La conquête ottomane et le développement des grandes villes arabes

Le cas du Caire, de Damas et d’Alep*

Résumé

La période de la domination ottomane (XVIe-XIXe siècles) est généralement décrite comme caractérisée par un déclin continu des provinces arabes de l’Empire. L’étude de l’histoire moderne de l’Égypte et de la Syrie paraît montrer cependant que l’intégration de ces provinces dans l’Empire ottoman provoqua, au XVIe siècle, un essor du commerce, grâce au développement des courants d’échange à l’intérieur d’un ensemble politique qui s’étendait sur 2 500 000 km carrés. De cet essor les principales villes du Proche-Orient arabe, Le Caire, Damas et Alep, portent témoignage, d’une part par l’expansion de leur infrastructure commerciale (développement des quartiers centraux ou étaient groupés marchés et caravansérails), et d’autre part par une extension sensible de la zone urbanisée (progrès d’environ 50 % à Damas et à Alep). C’est donc à tort que le déclin, indiscutable, que connurent ces villes au XVIIIe et au XIXe siècles, est attribué à l’ensemble de la période ottomane, dont les débuts paraissent, au contraire, avoir été marqués par un réel essor urbain.

Note de l’éditeur

Extrait de : Revue de l’Occident musulman et de la Méditerranée, 27, 1979, p. 115-134.

Texte intégral

  • * Cet article est une version révisée de la George Antonius Lecture que j’ai donnée à Saint Antony’s (...)

1La période de la domination ottomane sur les pays arabes est traditionnellement considérée comme marquée par une décadence ininterrompue du XVIe au XVIIIe siècle, ce qui amène maints historiens du monde arabe à porter une condamnation sévère, voire à garder un silence presque total, sur ces trois siècles d’histoire. Une telle attitude justifierait, en elle-même, une étude attentive. Pour l’expliquer on devrait d’abord évoquer une tendance très répandue à peindre l’ensemble du passé ottoman avec les couleurs sombres du déclin de l’Empire, au XIXe et au début du XXe siècle, période d’effondrement politique et de violence. À ceci s’ajoute l’évidente répugnance des historiens arabes à aborder une période de leur histoire que, par assimilation à la récente ère de domination européenne, ils tendent à décrire comme coloniale. L’obscurité qui entoure encore la période ottomane de l’histoire arabe contribue à perpétuer ce discrédit : cette obscurité est d’autant moins compréhensible que des sources existent, plus abondantes, et plus variées, que pour aucune autre période de l’histoire non contemporaine des pays musulmans, en particulier en ce qui concerne la documentation d’archive. Cette situation a été longtemps aggravée par la propension de l’histoire coloniale à assombrir l’histoire moderne des pays arabes et, en conséquence, à justifier l’implantation européenne : c’est ainsi que, dans les pays du Maghreb, l’introduction des colonisateurs a été souvent présentée comme la conclusion inévitable à une ère de misère et de barbarie.

2Ainsi s’explique l’état de sous-développement où se trouve encore l’histoire des pays arabes à l’époque ottomane, le manque de monographies locales et régionales, l’absence d’études globales, dans le domaine politique, économique et social. Ces lacunes sont spécialement sensibles en ce qui concerne l’histoire des villes pour plusieurs raisons particulières. L’histoire urbaine est longtemps restée le domaine des historiens de l’art qui ont tout naturellement décrit les villes à travers leurs monuments et qui ont donc accrédité l’idée qu’il existe une adéquation entre l’éclat artistique et la prospérité et le développement urbains, et inversement. Cette tentation d’écrire l’histoire des villes comme un chapitre de l’histoire des beaux-arts a eu des résultats particulièrement dommageables pour la période ottomane, dans la mesure où les réalisations architecturales et artistiques, dont les provinces arabes ont été le théâtre, n’ont pas eu l’ampleur et l’originalité de celles des époques antérieures. Un culte exagéré de l’Antiquité et la répugnance à concevoir l’existence d’une organisation urbaine qui n’obéirait pas à ses lois, ou à celles de l’urbanisme qui était né en Occident au XVIe siècle, ont contribué au même résultat.

3Le retard de l’histoire urbaine ne pourra être comblé que lentement. Pour y parvenir, l’étude des villes arabes entre le XIXe et le XIXe siècle devrait s’appuyer sur une connaissance des phénomènes économiques globaux, et de l’évolution démographique qu’on ne peut attendre que du dépouillement des archives dès maintenant disponibles dans les pays arabes, en attendant une ouverture plus large des archives d’Istanbul à la consultation. Elle devrait partir d’une histoire concrète des villes, de l’évolution de leur structure et de leurs monuments, étudiés sous l’angle de leur signification urbaine et non pas seulement comme des réalisations artistiques. Comme nous sommes encore fort éloignés de posséder cette information et que les études locales indispensables sont encore trop rares, un problème comme celui qui est abordé dans cet article donnera largement lieu à des hypothèses et à des généralisations faites à partir de ce qui n’est pas complètement inconnu pour essayer d’expliquer ce qui l’est presque tout à fait.

I. Le développement économique dans les provinces arabes aux XVIe et XVIIe siècles

4On explique communément le déclin des provinces arabes de l’Empire de la manière suivante : déchues de leur rôle politique par la conquête turque, atteintes de sclérose intellectuelle et culturelle, elles auraient été également victimes d’un recul économique auquel aurait beaucoup contribué la pénétration européenne qui se manifeste, dès le début du XVIe siècle, avec l’apparition des navigateurs occidentaux dans les mers orientales et avec la conclusion des Capitulations. Aucune de ces propositions ne nous paraît pouvoir être acceptée sans discussion.

  • 1 J. Sauvaget, « Esquisse d’une histoire de la ville de Damas », REI, 1934, 467.
  • 2 Sulûk, III, 100, cité par A. Duri, art. Baghdâd, Encyclopédie de l’Islam, 2, I, 931.

5Soulignons tout d’abord un fait qui est bien connu mais dont on ne tient pas assez compte. Le déclin des pays arabes avait commencé bien avant l’arrivée des Ottomans. Le Maghreb traversait, au XVe siècle, une période de grandes difficultés : des territoires qui constituent aujourd’hui l’Algérie se dissolvaient en une mosaïque politique sur fond d’anarchie, cependant que l’Ifriqiyya hafside (actuelle Tunisie) se survivait avec peine. En Orient, la décadence de l’État mamelouk qui regroupait, autour de l’Égypte, le Hedjaz, la Palestine et la Syrie était depuis longtemps amorcée : vers 1420 l’historien égyptien Maqrîzî faisait mélancoliquement le compte des pertes subies par Le Caire ; saccagée par Tamerlan en 1400, Damas ne s’était « jamais complètement relevée ; [et] c’est d’une ville plus qu’à demi-ruinée que le sultan Sélim [prit] possession en 1516 »1. L’Iraq restait sous l’effet du choc qu’il avait reçu lors de l’invasion mongole de 1258 : saccagée en 1400 par Tamerlan, la capitale est décrite comme suit par Maqrîzî en 1437 : « Baghdad est en ruines ; il n’y a ni mosquées, ni fidèles, ni marché. Ses canaux sont pour la plupart à sec et il est difficile de l’appeler ville »2. C’est donc un monde arabe appauvri et des capitales déchues, que conquirent les Ottomans, entre 1516 (occupation de la Syrie) et 1574 (conquête définitive de la Tunisie).

  • 3 J. Sauvaget, « Esquisse », 468.

6Il est vrai, et ce pouvait être un facteur supplémentaire de déclin, que la conquête ottomane fit des états arabes de simples provinces d’un empire dont le centre était à Istanbul et dont l’élément dominant était l’ethnie « turque ». Mais cet état était un ensemble unifié des frontières du Maroc à celles de l’Iran, des steppes de la Russie du Sud et des confins de l’Autriche au Yemen, la plus vaste construction politique qu’ait connue l’Occident depuis la chute de l’Empire romain (environ deux millions et demi de km2 en 1606, en comprenant les États vassaux). Malgré les difficultés qu’il rencontra au XVIIe siècle, l’Empire constitué par Salim Ier (1512-1520) et Sulaïman Ier (1520-1566) resta pour l’essentiel intact jusqu’à la fin du XVIIe siècle, marquant même quelques progrès au nord et à l’est, et ce n’est qu’après la tentative, avortée, sur Vienne, en 1683, que le reflux commença. Pendant toute cette période, et pendant bien longtemps encore après, « tout sujet du Grand Seigneur [put] désormais circuler du Danube à l’océan Indien et de la Perse au Maghreb sans cesser d’être soumis aux mêmes lois, et à la même organisation administrative, de parler la même langue, d’user de la même monnaie, circonstance favorable à un grand mouvement intérieur d’échanges »3. Cette facilité de déplacement des hommes et des biens, sans autres entraves que les obstacles naturels (montagnes ou déserts) ou l’insécurité qu’entretenaient localement des difficultés politiques (révoltes, activité des nomades), constituait un avantage considérable qui compensa la diminution de statut politique dont souffrirent certains grands centres, comme Le Caire.

7Par la constitution de l’Empire un énorme marché commercial fut ouvert à celles des villes que leur situation géographique plaçait dans une position favorable sur les grandes routes du trafic international. Ce fut en particulier le cas des grandes cités de l’Égypte et de la Syrie qui, situées à la charnière de l’Europe, de l’Asie et de l’Afrique, jouaient traditionnellement le rôle de centres de redistribution des produits de l’Occident (objets manufacturés, et tout particulièrement les tissus) et de l’Orient (épices, étoffes). Sur les grandes routes internationales, Le Caire restait le point de passage normal du trafic maritime en provenance de la mer Rouge, et de l’océan Indien, cependant qu’Alep contrôlait une partie importante des voies terrestres. Même un phénomène aussi gros de conséquences que l’entrée des Européens dans l’océan Indien, à la fin du XVe siècle, ne réussit pas à compromettre à court terme la puissance commerciale du Caire et d’Alep. Si le commerce très lointain (à destination et en provenance de l’Asie du Sud-Est et de l’Extrême-Orient) fut effectivement détourné vers les grandes places européennes, les relations avec les zones plus rapprochées (mer Rouge, golfe Persique, Perse et Inde) restèrent en grande partie sous le contrôle commercial du Caire et d’Alep. Au total, les grandes villes arabes du Moyen-Orient bénéficièrent des conditions favorables que créait la conquête ottomane plus qu’elles ne pâtirent des entreprises européennes, et il n’est donc pas étonnant qu’on y relève des signes d’essor commercial.

  • 4 Voir A. Raymond, Artisans et commerçants au Caire au XVIIIe siècle, Damas, 1974, 2 vol., I, 107-157

8La découverte de la route des Indes ne détourna pas immédiatement le flot des produits orientaux qui avait fait la prospérité des marchands kârimi. Dans les successions des grands négociants du Caire, les épices, et en particulier le poivre (filfil), continuent à être comptabilisées en grand nombre (plus de trente espèces de produits venus d’Orient recensés au XVIIe siècle encore). Ce n’est qu’au XVIIIe siècle que le nombre de ces produits diminue sensiblement dans les importations en provenance de l’Orient et qu’ils apparaissent en quantités de plus en plus considérables, dans les ventes effectuées par les Européens dans les Échelles du Levant. Mais, à cette époque, un nouveau produit est apparu qui remplace avantageusement les épices dans le grand commerce international du Caire, le café (bunn qahwa). Arrivé en Égypte au début du XVIe siècle, accueilli avec quelques réticences par les hommes de religion, et parfois même interdit (en 1534 par exemple), le café s’impose rapidement et il fait bientôt l’objet d’un trafic actif, d’abord à l’intérieur de l’Empire (dès 1554 un café s’ouvre à Istanbul), puis vers les pays européens qui le découvrent vers le milieu du XVIIe siècle. À cette époque déjà le volume du commerce du café est considérable, très supérieur à celui du commerce des épices au Moyen Âge. Sur les 200 000 q de café qu’exporte le Yemen, près de la moitié (100 000 q) passe alors par Le Caire : 50 000 q sont redistribués à l’intérieur de l’Empire (Istanbul consomme pour sa part 15 000 q) et une quantité importante dans les divers pays d’Europe : au début du XVIIIe siècle, le café représente, avec un peu plus de 20 000 q, la moitié des achats français en Égypte. Vers la fin du XVIIIe siècle, le commerce d’importation du café peut être évalué à 300 millions de paras soit plus du tiers des importations de l’Égypte et le trafic de ce produit monopolise alors l’activité d’une soixantaine de wakâla (caravansérails) sur les 360 que compte Le Caire4. Ces deux chiffres montrent assez la part prépondérante du grand commerce oriental dans l’activité économique du Caire et de l’Égypte. La puissance des grands négociants en café (les tuǧǧâr) en est un autre signe. Le Caire est donc resté un des principaux centres du grand commerce international ; il continue à redistribuer les produits orientaux, vers l’Europe sans doute, mais surtout vers l’intérieur de l’Empire ottoman. Un renversement des courants traditionnels ne commencera à s’opérer qu’au XVIIIe siècle. Un peu après 1700 le poivre apparaît dans les statistiques des entrées en Égypte, à partir de Marseille, et en 1737 le café des Îles commence à arriver d’Europe. Les débouchés traditionnels du grand commerce oriental de l’Égypte à l’intérieur de l’Empire vont alors être menacés. Mais il s’agit d’une évolution tardive.

  • 5 Acte I, sc. 3 ; cité par J. Sauvaget, Alep, Paris, 1941, 200-201.
  • 6 R. Paris, Histoire du commerce de Marseille, V, 383, 416.

9Alep, et le nord de la Syrie, tirèrent des avantages économiques plus grands encore de la conquête ottomane. Celle-ci reporta jusqu’au Caucase et aux frontières de la Perse la zone contrôlée par les sultans de Constantinople. Ville frontière à l’époque mamelouke, Alep fut, au XVIe siècle, le centre d’une vaste région où passaient les grandes routes du trafic international, le point de transit obligatoire des marchandises de luxe venues du golfe Persique et de l’Inde, marchandises pour lesquelles la cour d’Istanbul était un marché de choix. Le développement précoce des comptoirs européens constitue un indice du rôle international que jouait Alep : en 1548 le consulat vénitien y est transféré ; la Nation française s’y installe en 1562 ; les Anglais en 1583. Et Sauvaget cite à juste titre, comme un signe de la notoriété d’Alep à cette époque, la mention qui en est faite dans Macbeth : « her husband’s to Aleppo gone, master o’ the Tiger »5. Jusque vers le milieu du XVIIIe siècle, Alep va rester le principal marché de tout le Levant, avec un double courant commercial : réception et redistribution vers l’Orient des produits manufacturés importés d’Occident, vers l’Europe des produits orientaux et des matières premières produites dans son très vaste hinterland. À la fin du XVIIIe siècle encore, malgré les progrès de Smyrne et les atteintes portées à son commerce oriental par les guerres avec la Perse et la concurrence des négociants européens, Alep reste un centre très actif : son commerce avec Marseille est plus important en volume que le commerce entre Marseille et l’Égypte ; en 1786-1789 Marseille vend et achète en Égypte pour un total de 4,2 millions de livres ; à Alep et Alexandrette pour 5,6 millions de livres6.

  • 7 Cité par J. Jomier, Le Maḥmal, Le Caire, 1953, 218-219.

10La création d’un très vaste Empire permettant une circulation relativement aisée des individus, eut aussi pour conséquence le développement du pèlerinage (ḥaǧǧ) dont les effets furent évidemment bénéfiques pour les deux pays où se trouvaient les points de rassemblement et de départ des caravanes de terre, l’Égypte et la Syrie. Les sultans ottomans, chefs suprêmes de l’Islam sunnite, mirent d’ailleurs un point d’honneur à faciliter l’accomplissement du pèlerinage en organisant les caravanes qui convergeaient de toute l’Afrique vers Le Caire, de l’Europe balkanique et de l’Asie vers Damas, et en équipant la route du ḥaǧǧ de caravansérails, de ponts, de points d’eau, de fortins. Au Caire se réunissaient chaque année 30 ou 40 000 pèlerins, à Damas 20 ou 30 000. Ces gigantesques caravanes servaient aussi de véhicule à un commerce dont il est difficile de mesurer le volume exact mais qui additionnait des courants partis de toutes les extrémités de l’Empire et des pays islamisés voisins : les produits du Maghreb, de l’Afrique noire, des Balkans, de l’Anatolie, du Proche-Orient convergeaient vers l’Égypte et la Syrie, se négociaient là, ou continuaient leur route vers les Lieux saints. Au retour, les produits de l’Orient (étoffes, épices) se diffusaient dans toutes les régions de l’Empire. D’autre part, les milliers de pèlerins qui transitaient par Alep, Damas et Le Caire devaient s’équiper pour un voyage qui allait durer trois mois, acheter des montures, du matériel de campement, des provisions ; leur passage entretenait dans ces villes une activité intense qui contribua puissamment à leur prospérité comme ce fut le cas pour la Mekke : pendant le pèlerinage, écrivait le consul Maillet, vers 1700 « cette ville est peut-être la plus riche foire du monde puisque, pendant ce court espace de temps, il s’y débite pour plusieurs millions de marchandises des Indes… outre le café, la myrrhe, l’encens et les autres productions du pays »7. Le pèlerinage contribuait puissamment à stimuler les courants commerciaux intérieurs dont nous avons déjà remarqué l’importance dans l’Empire ottoman et il constituait aussi un facteur d’activité artisanale dans les cantons les plus reculés de l’Empire, mais naturellement surtout là où les innombrables courants du pèlerinage se rassemblaient, c’est-à-dire à Damas et au Caire.

  • 8 Voir A. Raymond : « La population du Caire, de Maqrîzî à la Description de l’Égypte », BEO, XXVIII, (...)
  • 9 Trécourt, Mémoires sur l’Égypte, éd. G. Wiet, Le Caire, 1942, 24-25. Cette estimation d’environ 4 0 (...)

11Les statistiques dont nous disposons sont tardives et médiocres : elles ne nous permettent pas d’apprécier l’essor économique que provoqua la constitution de l’Empire ottoman. Mais l’impressionnant appareil commercial dont furent dotées les grandes villes arabes constitue un indice tout aussi valable que des chiffres. En ce qui concerne Le Caire, la comparaison entre le nombre des centres commerciaux (caravansérails et marchés) que recensait Maqrîzî au début du XVe siècle et celui que nous pouvons déduire des sources arabes et de la Description de l’Égypte nous paraît significative : progrès du nombre des marchés (87 dans Maqrîzî, 145 à l’époque ottomane), mais surtout bond en avant des caravansérails (ḫân, qaïsâriyya, wakâla, funduq) où se concentraient le grand commerce international et le commerce de gros. Maqrîzî énumère 57 caravansérails ; la Description en mentionne 220 et nous en avons relevé au total 360 pour la période ottomane8. Sur le plan du Caire, au début du XVe siècle, la zone de grande activité commerciale est limitée à la Qaṣaba (artère centrale du Caire) et à ses environs immédiats (environ 22 hectares) ; à l’époque ottomane elle prolifère et s’étend sur une surface d’environ trente-huit hectares, débordant même hors de la ville fatimide en zones d’activités diversifiées (autour de bâb al-Ša‘riyya, de la Citadelle (Qal‘a), d’Ibn Ṭûlûn, de bâb al-Lûq). Le volume global du commerce extérieur de l’Égypte que certains documents d’archives, malheureusement tardifs, nous permettent d’estimer indique lui aussi une impressionnante activité : vers la fin du XVIIIe encore, alors qu’un certain reflux économique s’amorce, il est estimé à 94,6 millions de livres (chiffre en fait notablement inférieur à la réalité), soit environ 24 livres par habitant (pour une population que nous estimons à plus de quatre millions d’habitants)9. En France, à la même époque, le chiffre est de 44 livres par habitant (1 153 millions de livres pour 26 millions d’habitants). Il s’agit de deux chiffres tout à fait comparables surtout si on tient compte du niveau relativement élevé du développement économique de la France par rapport à l’Égypte à cette époque : on doit donc en conclure que l’Égypte avait un commerce extérieur très actif. Tout aussi significative est l’activité économique de Bûlâq, avant-port du Caire, où les Français, en 1798, ne comptent pas moins de 53 wakâla, ou le prodigieux essor de Rasîd (Rosette) dont la prospérité à l’époque ottomane éclate dans une architecture que les siècles nous ont en partie conservée.

  • 10 L. d’Arvieux, Mémoires, Paris, 1735, 6 vol., VI, 411, 417-418.
  • 11 R. Paris, Histoire du commerce de Marseille, V, 416.

12À Alep, c’est au XVIe que sont édifiés les grands ensembles commerciaux du centre de la ville, dans le cœur économique que les Alépins appellent la « Cité » (medineh). L’extension de la « Cité » vers le sud se réalise en une quarantaine d’années suivant des étapes que l’histoire des grands waqfs nous permet de retracer partiellement : waqf de Ḫusrû pacha (vers 1544), waqf de Muḥammad pacha Dûqakîn Zâda (vers 1555), d’un autre Muḥammad pacha (1574), de Bahrâm pacha (1583). Dans cette seule période, la « Cité » connaît la presque totalité d’une expansion que la comparaison des cartes de Sauvaget permet de mesurer : au début du XVIe siècle, 4 hectares ; au début du XIXe, plus de 9 hectares, une progression de plus de 100 pour cent. C’est alors que sont élevés les grands ensembles économiques dont Alep conserve des vestiges si impressionnants : ḫân de Qurt bey (1540), ḫân al-Ğumruk (1574), ḫân al-Wazîr (1682). Vers 1680 le chevalier d’Arvieux évalue le nombre des ḫân à 68, celui des qaïsâriyya à 187, et il note : « Alep est sans contredit la ville la plus grande, la plus belle et la plus riche de tout l’Empire ottoman après Constantinople et Le Caire. La magnificence d’Alep n’est pas renfermée dans les seules Mosquées, elle éclate encore dans les khans et dans les Bazards… C’est là qu’on trouve des marchandises de toutes les parties du monde »10. Cette puissance n’est pas seulement commerciale, elle ne repose pas uniquement sur le transit. Les ateliers « industriels » d’Alep sont le siège d’une activité qui apparaît dans les statistiques du commerce de Marseille : en 1750-4 sur des achats marseillais d’un montant de 2 074 000 livres, les toileries locales figurent pour 1 326 000 livres, soit plus de 60 % ; à cette époque les Marseillais achètent à Alep plus de tissus qu’ils ne lui en vendent (1 130 500)11.

13Il ne paraît pas douteux que la conquête ottomane a été à l’origine d’un vif essor commercial qui, ainsi que nous venons de le voir, se traduisit, dans certaines des plus grandes villes arabes de l’Empire, par un accroissement spectaculaire de l’infrastructure économique. Cet essor était avant tout lié au développement des courants internes auxquels les dimensions mêmes de l’Empire avaient donné une impulsion remarquable. Si nous prenons l’exemple de l’Égypte vers la fin du XVIIIe siècle, nous constatons que le grand commerce oriental représentait 36 % des échanges, le commerce méditerranéen avec les diverses provinces de l’Empire 50 %, et le commerce avec l’Europe 14 % seulement du total. Le commerce véritablement « extérieur » n’avait donc qu’un caractère marginal, même à la fin du XVIIIe siècle, alors cependant que la pénétration occidentale devenait plus marquée. C’était l’existence d’un Empire vaste, et relativement intégré, qui était à l’origine du boom commercial dont nous avons trouvé les traces dès le XVIe siècle, non le développement des relations commerciales avec l’Occident. La rupture de cette cohésion interne, sous l’effet d’une pénétration économique occidentale dont les premières manifestations apparaissent dès 1750, mais qui s’accentuera au XIXe siècle, devait constituer une des causes essentielles de la décadence du monde ottoman au XIXe siècle : elle allait ouvrir la voie à la pénétration coloniale.

II. Le développement des grandes villes arabes

14Le développement des grandes villes arabes aux XVIe et XVIIe siècles a été fondé sur deux bases principales. Tout d’abord l’essor commercial qui a résulté de la création d’un énorme marché intérieur et dont nous venons d’essayer de montrer la réalité. Des villes qui étaient admirablement situées à la lisière de trois continents comme Alep, Damas et Le Caire ont pu jouer pleinement leur rôle de centres de redistribution à l’intérieur de l’Empire et dans un cadre méditerranéen.

15Le deuxième élément favorable a été la présence, dans les capitales provinciales, d’une caste nombreuse et fortement consommatrice de produits de luxe que les Ottomans avaient installée là pour assurer la protection, l’administration et l’exploitation des provinces. Ces militaires, ces « fonctionnaires », se sont substitués aux cours sultaniennes et provinciales de l’époque mamelouke et ils ont largement contribué à l’essor des villes, même si l’exploitation qu’ils faisaient peser par ailleurs sur les campagnes, ou sur la population productive des villes, a eu des effets négatifs. À Alger, les janissaires turcs, principalement recrutés en Anatolie, étaient peut-être 20 000 au XVIIe siècle et encore 10 000 au XVIIIe siècle, sur une population totale qui ne devait guère dépasser 100 000 habitants. Leur afflux est sans aucun doute un des éléments qui expliquent l’extraordinaire croissance d’Alger à l’époque ottomane. Moins nombreux, mais plus riches, étaient les corsaires (ra’îs) dont le train de vie était lié aux fructueuses expéditions lancées contre la marine marchande des puissances maritimes : au XVIIe siècle, la dizaine de bagnes que comptait Alger était peuplée de milliers de captifs qui fournissaient une main-d’œuvre bon marché ou étaient revendus à grand profit. Au Caire, aux XVIe et XVIIe siècles, les milices (dont les plus importantes étaient celles des Janissaires et des ‘Azab) devaient représenter un effectif total d’environ 15 000 hommes auxquels s’ajoutaient les maisons des émirs mamelouks. Vers la fin du XVIIIe siècle, on estimait que la caste dominante représentait une dizaine de milliers d’individus auxquels il faut naturellement ajouter les familles et la domesticité, soit, au total, une proportion très élevée de la population du Caire. À Alep, le consul de Grande-Bretagne, Devezin, estimait le nombre des Janissaires à 12 000 hommes.

16En ce qui concerne l’Égypte, cette population, qui résidait en totalité au Caire, s’assurait les revenus nécessaires à son entretien par l’exploitation de la population rurale, sous forme de l’iltizâm, et de la population urbaine par le moyen des fermages urbains et de la protection rémunératrice qu’elle exerçait sur les artisans et les commerçants. Les plus puissants des émirs égyptiens étaient des personnages extrêmement riches : nous citerons seulement Ibrâhîm Čûrbaǧî al-Ṣâbûnǧî, émir dirigeant des ‘Azab, qui laissa à sa mort, en 1719, un actif de 6,5 millions de paras, ou ‘Uṯmân Katẖudâ, chef des Janissaires, dont la succession s’élevait à 21,5 millions de paras, compte non tenu des biens immobiliers (1736). Il s’agissait de fortunes supérieures à celles des plus riches négociants en café. L’énorme ponction qui était opérée sur la population agricole et artisanale, et sur les profits commerciaux, était entièrement dépensée dans la ville principale de la province où étaient établies les maisons de ces émirs et de ces militaires. La partie qui était prélevée pour être expédiée à Constantinople, sous forme de tribut, variait suivant l’état de subordination des provinces par rapport à la Sublime Porte : en Égypte, le ẖazîna ne dépassa jamais 30 millions de paras, une somme relativement réduite par rapport au total des perceptions fiscales et para-fiscales. Le reste était entièrement dépensé sur place en biens de consommation et en produits de luxe et contribuait à entretenir une activité dont le nombre des corporations de métiers porte parfois témoignage : les 250 corporations de métiers du Caire ne sont évidemment pas sans signification en ce qui concerne la vitalité économique de la ville à l’époque ottomane.

17Le cas d’Alger doit être mis à part dans l’étude que nous allons maintenant faire de la croissance urbaine dans les grandes villes arabes à l’époque ottomane. Le spectaculaire essor de cette ville, modeste république municipale de 20 000 habitants au XVe siècle, capitale de 100 000 habitants vers la fin du XVIIe siècle, est lié surtout à des facteurs politiques. En faisant d’Alger la capitale d’un État pour la première fois unifié, en la dotant d’un port d’où partirent pendant trois siècles des corsaires qui semèrent la terreur en Méditerranée occidentale, en installant à Alger une machine de guerre efficace, l’odjaq des Janissaires qui allait dominer le Maghreb durant deux siècles, les Ottomans ont véritablement créé une ville nouvelle dont l’organisation urbaine relativement perfectionnée mériterait une étude approfondie : avec son šaïẖ al-balad qui contrôlait les corporations de métiers et les communautés nationales, son qâ’id al-zabal qui présidait au nettoiement de la ville, son qâ’id al-šawâri‘, chargé de l’entretien des égouts et de la voirie, son qâ’id al-‘uyûn, chargé du contrôle des eaux, de l’entretien des aqueducs et des fontaines, Alger est tout à fait exceptionnelle au milieu de ces villes peu administrées où un wâli et un muḥtasib étaient les seuls préposés véritablement urbains. Cette constatation devrait amener à repenser ce qu’on écrit généralement de l’administration urbaine ottomane qui s’est ici organisée dans un cadre vraiment nouveau, à moins qu’il ne s’agisse d’un phénomène maghrébin qu’il faudrait étudier en liaison avec ce que nous savons de Fès ou de Tunis. Mais la croissance d’Alger a eu un caractère trop original pour que nous puissions faire plus que la mentionner ici, et nous nous contenterons de considérer le cas de trois métropoles anciennes, Le Caire, Damas et Alep.

  • 12 Voir A. Raymond, « La localisation des bains publics au Caire au XVe siècle », BEO, XXX (1979) (Mél (...)
  • 13 Voir A. Raymond, « Signes urbains », BEO, XXVII, 1974 et « Les fontaines publiques au Caire (1517-1 (...)

18Durant le dernier siècle de l’époque mamelouke, l’agglomération du Caire ne débordait vraiment que vers le sud des limites de la fondation fatimide de Qâhira. La localisation des ḥâra (quartiers) mentionnés par Maqrîzî (26 dans Qâhira, 6 dans le quartier sud, 1 dans la zone ouest) est tout à fait conforme à celle des bains publics qui fonctionnaient vers 1420 (25 dans Qâhira, 4 dans le quartier sud, aucun à l’ouest du H̠alîǧ)12. Le rapprochement de ces chiffres nous fait suggérer d’une part que la plus grande partie de la population du Caire était alors concentrée dans Qâhira ; le quartier sud n’était que partiellement urbanisé, la zone ouest pratiquement pas. D’autre part que le chiffre de la population du Caire était largement inférieur à 200 000 habitants au début de la période ottomane (1517). Toute différente est la situation que la Description de l’Égypte nous fait connaître dans son détail. En 1798, l’ensemble de la zone couverte par le plan de la Description était habité d’une manière assez homogène, ainsi que l’indique la localisation de deux types de monuments dont la construction est évidemment liée à la présence d’une population dense : les bains publics (ḥammâm) et les fontaines publiques (sabil) étaient assez également répartis entre les divers secteurs du Caire (un tiers dans Qâhira ; les deux cinquièmes dans les quartiers sud ; entre un cinquième et un quart dans la région ouest)13. Et c’est sans doute suivant ces mêmes proportions que se répartissait la population du Caire entre les grandes zones de la ville en 1798. La surface du Caire atteignait alors 730 hectares, dont 660 étaient effectivement bâtis, soit certainement beaucoup plus qu’en 1517 et sans doute même qu’au XIVe siècle. Sa population avait elle aussi crû dans des proportions dont la comparaison du nombre des bains publics en fonctionnement peut donner une idée (51 au XIVe siècle, 29 au XVe, 72 en 1798) si on accepte notre hypothèse qu’il y avait un lien entre le nombre des ḥammâm et le chiffre de la population qu’ils desservaient. Elle était estimée par la Description à 263 000 h. en 1798 (soit une densité moyenne de 400 h./ha) mais nous supposons qu’elle avait largement dépassé 300 000 h. vers la fin du XVIIe siècle, avant les crises qu’avait connues l’Égypte, en particulier dans les deux dernières décennies du XVIIIe siècle : la période ottomane avait donc été une période de croissance urbaine forte.

  • 14 ‘Alî pacha Mubârak, Ḫîṭaṭ, Bûlâq 1306/1888, 20 vol., III, 63-64. Sur ce problème voir mon article, (...)
  • 15 Voir A. Raymond, « Essai de géographie des quartiers de résidence aristocratique », JESHO, VI, 1963

19Ce développement du Caire ottoman avait été surtout marqué en début de période, aux XVIe-XVIIe siècles. Plusieurs faits urbains nous semblent le montrer. L’un des plus caractéristiques est le déplacement des tanneries (madâbiġ) qui s’étendaient, au XVIe siècle encore, sur plus de quatre hectares, à 300 m au sud-ouest de bâb Zuwaïla. L’historien égyptien du XIXe siècle, ‘Ali pacha Mubârak, qui mentionne ce déplacement, le lie explicitement à l’accroissement de la population dans cette région du Caire, immédiatement au sud de la muraille fatimide, accroissement qui rendit insupportables les inconvénients divers (odeurs en particulier) qui résultaient du voisinage de ces ateliers. Les tanneries du Caire furent alors transférées vers une localisation plus excentrique, à proximité de la porte de bâb al-Lûq. ‘Alî pacha n’assigne pas de date précise à ce transfert (qu’il situe au XIe siècle « hiǧra », c’est-à-dire entre 1591 et 1689), mais divers documents d’archives montrent qu’il eut lieu après 1580 et avant 1620, vraisemblablement aux environs de 1600, ce qui permit de construire, dans la région située entre bâb Zuwaïla et birkat al-Fîl, quelques-unes des grandes mosquées du Caire ottoman, en particulier la mosquée de Malika Ṣafiya (1610) et celle de Burdaïnî (1616). Ce déplacement permit aussi le développement des quartiers situés au sud de Qâhira où put s’installer le trop plein de la population14. Un autre indice de l’expansion progressive du Caire nous est fourni par les déplacements successifs des quartiers de résidence riche : le peuplement du centre économique de la ville (à l’intérieur de Qâhira) et de la zone proche de la Citadelle et le développement des activités commerciales (qui se traduisait par la multiplication des caravansérails, ẖân et wakâla) amenèrent d’abord les émirs à établir leurs résidences dans la zone située au sud de la ville, autour de birkat al-Fîl et du H̠alîǧ, à l’écart de l’agitation des marchés ; plus tard, c’est sans doute une raison semblable, l’urbanisation de la zone sud, qui provoqua un nouveau déplacement des quartiers « chics » vers l’ouest de la ville, au-delà du canal (H̠alîǧ), qui avait longtemps constitué la limite occidentale du Caire, dans une zone plus aérée où les activités artisanales et commerciales étaient relativement peu développées, et où l’abondance des espaces libres (jardins, étangs) permettait la construction de vastes résidences. Alors qu’au début du XVIe siècle plus de la moitié des résidences d’émirs s’élevaient dans Qâhira et à proximité de la Citadelle (Qal‘a), vers 1650-1700 on les voit se concentrer autour de birkat al-Fîl (40 % ) et du H̠alîǧ ; enfin, dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle, 45 % de ces demeures sont établies dans la partie ouest de la ville, autour de l’étang de l’Ezbekiyya15.

  • 16 Voir « Les fontaines publiques du Caire », cité plus haut.

20De ce peuplement progressif, d’abord des quartiers sud, puis des quartiers ouest de la ville, sous l’effet de l’expansion de la population, le mouvement de construction des fontaines publiques (sabil) rend compte avec beaucoup de netteté, mais avec un certain décalage dans le temps, la construction de nouveaux sabil ne suivant qu’avec quelque retard le mouvement de la population. Si on considère les sabil dont la localisation et la date de construction sont connues (114 pour les trois zones considérées) on constate qu’au XVIe siècle, 5 ont été construits dans Qâhira, contre 4 dans le quartier sud (et aucun, à notre connaissance, dans la zone ouest). Au XVIIe siècle, on construit 17 sabil à l’intérieur de Qâhira, 24 dans le quartier sud, qui est alors en pleine expansion, et 2 seulement dans les quartiers ouest. Au XVIIIe siècle enfin, les chiffres de construction des fontaines publiques sont de 24 dans Qâhira, de 27 dans le quartier sud, et de 11 dans les quartiers ouest où le mouvement d’urbanisation progresse16. La conclusion que l’on doit tirer de ces chiffres nous paraît évidente : l’augmentation globale de la population du Caire entraîna, ainsi qu’il était naturel, une forte poussée urbaine qui se déversa tout d’abord dans les quartiers sud lorsque le point de saturation eut été atteint dans Qâhira qui était de plus en plus exclusivement voué aux activités économiques et où la densité dépassait, vers 1798, 600 h. à l’hectare, chiffre relativement élevé. L’expansion de la ville se dirigea ensuite vers l’ouest dans des zones jusque-là très peu urbanisées. Le point culminant de cette expansion, qui commença dès le XVIe siècle, se situe sans doute vers 1700.

Fig. 1. Le Caire à l’époque ottomane

Fig. 1. Le Caire à l’époque ottomane

Le grisé foncé correspond à la zone des marchés à l’époque mamelouke. Le grisé clair indique les accroissements à l’époque ottomane.

21À l’époque même où Le Caire débordait des limites de Qâhira, on voit les deux grandes villes syriennes sortir de leurs remparts sous l’effet d’une vive croissance démographique. L’extension de l’Empire, le recul des frontières politiques et militaires assez loin du cœur de la Syrie pour que le pays n’ait plus à craindre d’invasion extérieure faisaient que les anciennes fortifications cessaient d’être utiles pour la sécurité des villes : à Alep comme à Damas, les maisons d’habitation envahirent le rempart, les fossés se comblèrent et la population s’installa dans de vastes faubourgs non protégés qui sont la caractéristique la plus évidente des deux villes à l’époque ottomane.

  • 17 J. Sauvaget, « Esquisse », cartes VIII et X, d’après lesquelles est dressée notre carte de l’extens (...)
  • 18 A. Rihawi et E. Ouechek, « Les deux takiyya de Damas », BEO, XXVIII, 1975.
  • 19 J. Sauvaget, « Esquisse », 471.

22Damas était située dans une position moins favorable que Le Caire et Alep puisque un peu à l’écart des grandes routes commerciales de terre et de mer, sans débouché facile sur la Méditerranée, et sans hinterland étendu. Mais elle tira cependant un grand profit de l’occupation ottomane qui amena, nous l’avons vu, un développement considérable du pèlerinage, dont la capitale de la Syrie était, avec Le Caire, le principal centre de rassemblement. C’est à cette circonstance qu’il faut attribuer l’important essor urbain dont bénéficia Damas à l’époque ottomane. D’après les cartes de Sauvaget, la surface construite passa à Damas de 212 hectares, au début du XVIe siècle, à 313 hectares au milieu du XIXe, soit un progrès d’environ 50 pour cent17. Le développement urbain prit à Damas la forme d’un impressionnant bourgeonnement du centre commercial, entre la mosquée des Omayyades et la rue Droite, où de nombreux caravansérails furent construits, du début du XVIe au milieu du XVIIIe. Mais ce centre urbain était déjà occupé d’une manière trop dense pour pouvoir abriter une expansion urbaine aussi vigoureuse. Le développement de Damas s’opéra donc à l’extérieur des murs : vers l’ouest avec le développement du sûq Ṣârûǧa, et des quartiers de Qanawât et de Suwaïqa, dont la surface doubla pendant la période considérée. Dans cette direction l’expansion de la ville fut marquée, dès le XVIe siècle, par des constructions qui restent parmi les plus imposantes de l’époque ottomane : mosquée de Sinân pacha (1586), mosquée et tombeau de Darwîš pacha (1571 et 1579) et, plus à l’ouest encore, mosquée-takiyya et madrasa du Sultan Sulaïmân (1554-1556)18. Mais c’est surtout vers le sud, le long de la route du pèlerinage, que se développèrent les deux quartiers du Mîdân dont la surface construite passa de 8 hectares, vers 1516, à 64 hectares, vers 1850, entre la mosquée de Murâd pacha (construite en 1572) et la mosquée du Qadam (XVIe siècle également). On trouvait d’abord, immédiatement en dehors de l’enceinte, un ensemble de souqs où les voyageurs qui participaient aux caravanes, les paysans qui convoyaient le blé, les nomades qui louaient les chameaux, achetaient tout ce qui leur était nécessaire : vêtements, matériel de voyage et de campement. Puis, sur la route qui menait à la fois vers le Hedjaz et vers les riches terres à céréales du Haurân, les entrepôts de blé formaient un faubourg qui s’étirait sur trois kilomètres et avait absorbé le village de banlieue de Qbeybât (« les Petites coupoles ») ainsi que l’ancien hippodrome (midân) « des cailloux » qui lui donna son nom19.

Fig. 2. Damas à l’époque ottomane

Fig. 2. Damas à l’époque ottomane

Le grisé indique les accroissements aux XVIe-XVIIIe siècles (d’après J. Sauvaget).

  • 20 J. Sauvaget, Alep, cartes LXII et LXX (qui ont servi de modèle pour notre carte). Voir : d’Arvieux, (...)

23Pour ce qui concerne Alep, enfin, le rapprochement des plans dressés par Sauvaget pour le début du XVIe siècle et pour le XIXe siècle, permet d’apprécier à la fois l’importance globale et les directions de l’extension de la ville à l’époque ottomane. D’après Sauvaget, la surface d’Alep, au moment où les Ottomans occupèrent la Syrie, aurait été de 238 hectares ; au début du XIXe siècle, époque où a été dressé le plan de Rousseau, qui a servi de guide à Sauvaget, cette superficie était passée à 349 hectares, soit une progression de près de 50 pour cent. De la comparaison des plans de Sauvaget avec les plans plus anciens de A. Russell (milieu du XVIIIe siècle), et de la confrontation des listes de quartiers (maḥalla) données par Ġazzî (état de la ville au XIXe siècle), par Russell (XVIIIe siècle), par d’Arvieux (en 1683) et par les archives du XVIe siècle, on tire l’impression que cette expansion était déjà en grande partie réalisée dès la fin du XVIe siècle20. Le XVIIe siècle fut, pour Alep et sa région, comme pour tout l’Empire, une période de trouble et de déclin, le XVIIIe siècle étant marqué par une reprise de l’essor urbain. Ce schéma général est confirmé par l’étude du mouvement de construction de monuments pendant l’époque ottomane qui indique bien un ralentissement au XVIIe siècle, entre deux périodes d’essor urbain.

  • 21 Pour l’histoire des waqfs, voir : Sauvaget, Alep, 214-216, 217, 263-265 ; Ġazzi, Nahr, II, 47-52, 1 (...)

24Le XVIe siècle fut donc une période de forte poussée urbaine à Alep avec un énergique développement de la « Cité » vers le sud, au-delà de la ligne de direction ouest-est qui relie la porte d’Antioche (bâb Anṭâkiya) à la Citadelle (Qal‘a). Le long de cette rue, s’échelonnaient les principaux souqs de la ville, et c’est sur cette ligne que se situait, en gros, la limite de la « Cité » à l’époque mamelouke. Les zones encore libres qui s’étendaient au sud furent progressivement occupées, en une quarantaine d’années, au cours d’une série d’opérations urbaines dont quelques-unes nous sont connues grâce aux waqfs qui nous en révèlent le mécanisme21. La plus ancienne concernait un des premiers monuments ottomans d’Alep, et un des plus considérables, la grande mosquée construite par Ḫusrû pacha, au sud-ouest de la Citadelle : gouverneur d’Alep (entre 1531 et 1534), puis du Caire, ce haut personnage fit édifier à Alep la mosquée qui porte son nom et qui fut achevée en 1544. Il constitua en faveur de ce monument des waqfs importants qui comprenaient par exemple le grand ḫân de Qurt bey, mais surtout des constructions édifiées dans « l’espace vide » (faḍâ) qui entourait la mosquée sur les quatre côtés. Les indications données par la waqfiyya permettent de délimiter un très vaste périmètre englobant une superficie de quatre à cinq hectares, au sud-ouest de la Citadelle : dans cette zone furent construits en particulier des ḫân, des qaïsariyya, des boutiques, sur lesquels nous manquons malheureusement d’informations en raison des transformations profondes subies par ce quartier au XIXe et au XXe siècle.

Fig. 3. Alep à l’époque ottomane

Fig. 3. Alep à l’époque ottomane

Le grisé clair indique les accroissements aux XVIe-XVIIIe siècles (d’après J. Sauvaget).

25Nous connaissons beaucoup mieux l’opération immobilière qu’entreprit, vers 1555, Muḥammad pacha Dûqakîn Zâda, personnage important (apparenté au Sultan), lui aussi pacha d’Alep (1551-1553) puis du Caire (1553-1555). Ses constructions se développèrent à Alep autour de la grande mosquée al-‘Adiliyya (achevée en 1556), juste à l’ouest des constructions de Husrû pacha. Il s’agissait d’une zone faiblement occupée à l’époque des Mamelouks (qui y avaient un mîdân, hippodrome, pour l’entraînement au lancement du javelot). Autour de la belle mosquée de style turc, édifiée sur un emplacement légèrement surélevé, ce qui devait contribuer à la mettre en valeur, furent construits, en particulier, trois grands ḫân (ḫân al-‘Ulabiyya, le plus vaste d’Alep après le ḫân al-Ǧumruk : 5 550 m2, 47 magasins au rez-de-chaussée ; ḫân al-Nahhâsîn, ḫân al-Farrâ’în), trois qaïsâriyya, quatre souqs (comprenant 157 boutiques). Au total un véritable complexe architectural couvrant plus de trois hectares.

26Vingt ans plus tard, un autre Muḥammad pacha constituait un des waqfs les plus considérables de son époque, 125 rubriques au total dont 34 concernant Alep et intéressant 937 locaux à usage commercial ou artisanal. Dans la madina les constructions de Muḥammad pacha portèrent sur une parcelle située immédiatement à l’ouest de la zone qui avait été aménagée en 1555. L’élément le plus remarquable en était le ḫân al-Ğumruk (ḫân de la douane), construit en 1574, un des chefs d’œuvre de l’architecture ottomane à Alep : cet édifice est aussi imposant par la qualité de sa construction et de sa décoration que par ses dimensions, tout à fait exceptionnelles (0,6 hectare, 52 locaux au rez-de-chaussée, 77 à l’étage, une mosquée dans la cour, une qaïsâriyya en annexe). À ce magnifique monument étaient rattachés, par un système de coupoles qui marquait l’axe de la construction et qui prolongeait l’entrée monumentale du ḫân, deux beaux souqs couverts, en pierre de taille, plus encore un autre souq, soit au total 344 boutiques et une superficie construite d’environ un hectare.

27Ces grandes entreprises d’urbanisme à l’intérieur de la « Cité » s’achevèrent, vers 1583, par une opération menée à l’ouest de la région intéressée par les opérations antérieures. Le noyau de la construction fut, à nouveau, une mosquée, la Bahrâmiyya, construite, comme les deux précédentes, dans un style purement ottoman. Ici encore le constructeur associa étroitement à la mosquée deux marchés dont les revenus devaient servir à l’entretien de l’édifice religieux ; l’unité architecturale de l’ensemble était affirmée par un système de coupoles qui assuraient la jonction entre le portail de la mosquée et les souqs.

28Dans cette spectaculaire progression de la Cité vers le sud, qui témoigne de l’essor économique d’Alep au XVIe siècle, deux faits doivent être soulignés : d’abord la régularité de la poussée vers l’ouest, chaque waqf se développant immédiatement au-delà du waqf précédent ; ensuite la réduction progressive de l’ampleur des entreprises (en 1544 : 4 à 5 hectares ; en 1555 ; 3 hectares ; en 1574 : 1,2 hectare ; en 1583 enfin : un demi-hectare). Plutôt que de penser supposer un plan préalable il faut que la nécessité de trouver de vastes espaces libres à proximité de la ligne principale ouest-est des souqs, a obligé les constructeurs à déplacer progressivement le théâtre de leurs entreprises d’urbanisme vers l’ouest où se trouvaient des zones encore peu urbanisées. La diminution de l’ampleur des projets nous paraît s’expliquer moins par un ralentissement de l’énergie créatrice que par la raréfaction des espaces disponibles dans la Cité, en raison de son urbanisation croissante. La poussée vers l’ouest et la diminution des programmes architecturaux avaient donc la même cause : le surpeuplement progressif du centre d’Alep, sous l’effet d’un développement urbain rapide. Cette situation devait conduire à déployer les programmes de construction à l’extérieur de la ville et c’est bien ce que l’on observe en effet, dès 1574, le programme de Muḥammad pacha comportant une extension importante extra muros, hors de bâb Antâkiya.

  • 22 « Le déplacement des tanneries », 193-195.

29À Alep, comme au Caire, le déplacement des tanneries doit être interprété comme une conséquence du développement du vieux centre urbain et de sa progressive saturation22 : l’accroissement démographique, l’expansion des quartiers commerçants du centre, imposaient de refouler vers l’extérieur de la ville des ateliers artisanaux dont la présence constituait de toute manière une gêne sensible pour la population. À l’époque ayyoubide, un quartier spécialisé dans le travail du cuir s’était développé dans l’angle nord-ouest de la ville intra muros : il avait pris le nom de Dabbâġa (la tannerie). À l’occasion de la constitution du waqf de Muḥammad pacha, en 1574, on constate que les tanneries sont transférées à l’extérieur de la ville, hors de bâb Anṭâkiya, sur les bords de la rivière Quwaïq : le constituant a fait construire là un bâtiment pour la tannerie de dimensions imposantes (170 m sur 40 ; 111 pièces), plus quatre ḫan, deux bains publics et deux mosquées (en partie destinés aux tanneurs). Dès cette époque les textes évoquent le quartier de la « vieille tannerie » (maḥalla al-Dabbâġa at-‘atiqa) qui donnera son nom à la mosquée, fort ancienne, qui s’élève là. Le transfert d’activités, réalisé à la suite du développement économique et démographique de la vieille ville, donnait donc naissance à un nouveau faubourg, à l’ouest de la ville.

Fig. 4. Le développement de la « Cité » d’Alep au XVIe siècle

Fig. 4. Le développement de la « Cité » d’Alep au XVIe siècle

30Mais c’est surtout vers le nord, et vers l’est que la croissance d’Alep se matérialisa par un développement puissant des faubourgs. Vers le nord, les extensions qui s’étaient constituées en étoile le long des rues qui rayonnent à partir de la ville, constituèrent désormais un quartier unique. À l’est, c’est tout une ville nouvelle qui se développa entre le sûq Bânqûsâ, au nord, et le quartier des nomades, au sud. Ici encore, les cartes de J. Sauvaget permettent de préciser l’ampleur de l’expansion urbaine : la surface totale des faubourgs d’Alep passe de 91 hectares vers 1516 à 198 au XIXe siècle, soit une progression de plus de 100 pour cent. De même que Muḥammad pacha avait réalisé une partie de son programme architectural de 1574 hors du centre urbain ancien, dans la partie ouest de la ville, Bahrâm pacha, en 1583, construira un ḥammâm et une qaïsâriyya dans la région de Ǧudaïda, au nord de la ville intra muros, un secteur où l’expansion urbaine fut particulièrement rapide aux XVIe et XVIIe siècles. La poussée urbaine que connaissait Alep au XVIe siècle faisait sortir la ville de ses limites médiévales et lui faisait prendre la physionomie qu’elle devait garder jusqu’à la fin du XIXe siècle.

Conclusion

31La réalité d’une croissance urbaine vigoureuse dans les grandes villes arabes de l’Empire, dans les décennies qui suivirent la conquête ottomane, ne nous semble guère discutable. Cette croissance urbaine est révélée par un certain nombre de traits (modifications dans la structure urbaine, événements dans l’histoire urbaine) et elle est également visible dans trois villes majeures des provinces arabes, Le Caire, Damas et Alep. Cette poussée urbaine était liée à l’expansion commerciale qui avait suivi la constitution de l’Empire, et qui reste à étudier avec précision. Elle reflétait sans doute aussi un essor démographique dont l’existence est certaine dans les provinces balkaniques et anatoliennes de l’Empire, ainsi que l’ont montré les recherches faites par les chercheurs qui ont poursuivi le travail de pionnier entrepris par O. L. Barkan. Le développement de la vie urbaine en Roumélie et en Anatolie au XVIe siècle paraît bien établi : il est logique que les villes arabes se soient développées dans la même direction. Le cas des grandes villes arabes ne serait donc que l’aspect régional d’une évolution générale.

32Notre connaissance de l’histoire économique des provinces arabes de l’Empire ottoman n’est pas assez précise pour que nous puissions conclure qu’un développement économique global s’est produit dans ces provinces, durant les décennies qui ont suivi la constitution de l’Empire, ou que, au contraire, les villes ont constitué un secteur en expansion à l’intérieur d’une zone de stagnation.

  • 23 Avec, vers la fin du XVIIIe siècle, en Égypte, un mouvement de renaissance qu’ont relevé, notamment (...)
  • 24 J. A. Williams, « The monuments of Ottoman Cairo », Colloque international sur l’histoire du Caire (...)

33En ce qui concerne les villes elles-mêmes, nous suggérons qu’il n’y a pas contradiction entre leur développement matériel et l’apathie culturelle qui caractérise, sans aucun doute, le monde arabe à cette époque23. Sur ce dernier point il semble cependant nécessaire de nuancer la sévérité des jugements qui ont été portés sur les réalisations architecturales et urbanistiques ottomanes. Des études comme celles de John Williams et Michael Rogers sur le Caire24 ont récemment montré que, même dans ce domaine, l’apport ottoman n’a pas été aussi médiocre qu’on l’a longtemps supposé, et qu’il serait donc injuste de continuer à le passer sous silence. De fait, les nombreux sabil élevés sur toute l’étendue du Caire, du XVIe au XVIIIe siècle, les maḥalla et les rues soigneusement conçus et construits d’Alep, le système d’aqueducs et de distribution d’eau d’Alger, portent témoignage d’un intérêt réel pour l’existence des habitants de ces villes qu’il serait utile d’étudier avec attention.

Notes

* Cet article est une version révisée de la George Antonius Lecture que j’ai donnée à Saint Antony’s College (Oxford), en juin 1978.

1 J. Sauvaget, « Esquisse d’une histoire de la ville de Damas », REI, 1934, 467.

2 Sulûk, III, 100, cité par A. Duri, art. Baghdâd, Encyclopédie de l’Islam, 2, I, 931.

3 J. Sauvaget, « Esquisse », 468.

4 Voir A. Raymond, Artisans et commerçants au Caire au XVIIIe siècle, Damas, 1974, 2 vol., I, 107-157.

5 Acte I, sc. 3 ; cité par J. Sauvaget, Alep, Paris, 1941, 200-201.

6 R. Paris, Histoire du commerce de Marseille, V, 383, 416.

7 Cité par J. Jomier, Le Maḥmal, Le Caire, 1953, 218-219.

8 Voir A. Raymond : « La population du Caire, de Maqrîzî à la Description de l’Égypte », BEO, XXVIII, 1975, 212. Également A. Raymond et G. Wiet, Les marchés du Caire, Le Caire, IFAO, sous presse.

9 Trécourt, Mémoires sur l’Égypte, éd. G. Wiet, Le Caire, 1942, 24-25. Cette estimation d’environ 4 000 000 h est proposée par G. Baer, J. Mc Carthy et D. Panzac. Voir A. Raymond, « La population du Caire et de l’Égypte à l’époque ottomane et sous Muḥammad ‘Ali », à paraître dans les Mélanges O. L. Barkan.

10 L. d’Arvieux, Mémoires, Paris, 1735, 6 vol., VI, 411, 417-418.

11 R. Paris, Histoire du commerce de Marseille, V, 416.

12 Voir A. Raymond, « La localisation des bains publics au Caire au XVe siècle », BEO, XXX (1979) (Mélanges Laoust, II) sous presse. J’appelle : « Qâhira », la fondation fatimide intra muros, entre bâb al-Naṣr, bâb Zuwaïla et le Ḫalîǧ (canal du Caire) ; « quartier sud », la zone située au sud de bâb Zuwaïla et à l’est du Ḫalîǧ ; « quartier ouest », la zone située à l’ouest du Halîğ.

13 Voir A. Raymond, « Signes urbains », BEO, XXVII, 1974 et « Les fontaines publiques au Caire (1517-1798) », Annales islamologiques, IFAO, XV, 1979 (sous presse).

14 ‘Alî pacha Mubârak, Ḫîṭaṭ, Bûlâq 1306/1888, 20 vol., III, 63-64. Sur ce problème voir mon article, « Le déplacement des tanneries à Alep, au Caire et à Tunis », Revue d’Histoire Maghrébine, 7-8, 1977, 195-197. Madame Hadâya Taïmûr a bien voulu me communiquer un extrait de la waqfiyya de Malika Ṣafiya, daté de 1033/1623, qui mentionne déjà les « al-madâbiġ al-qadîma » (tanneries anciennes) et permet de fixer avant cette date le transfert des tanneries.

15 Voir A. Raymond, « Essai de géographie des quartiers de résidence aristocratique », JESHO, VI, 1963.

16 Voir « Les fontaines publiques du Caire », cité plus haut.

17 J. Sauvaget, « Esquisse », cartes VIII et X, d’après lesquelles est dressée notre carte de l’extension de Damas à l’époque ottomane.

18 A. Rihawi et E. Ouechek, « Les deux takiyya de Damas », BEO, XXVIII, 1975.

19 J. Sauvaget, « Esquisse », 471.

20 J. Sauvaget, Alep, cartes LXII et LXX (qui ont servi de modèle pour notre carte). Voir : d’Arvieux, Mémoires, VI, 434-436 ; A. Russel, The natural history of Aleppo, Londres, 1794 ; J. G. Barbié du Bocage, « Notice sur la carte de M. Rousseau », Recueil des Voyages, 1825, II, 194-244 ; K. al-Ġazzi, Kitâb Nahr, Alep, 1342 H, 3 vol., II, passim : Archives de Damas, daftar Alep, 961-963 H, 995-999 H.

21 Pour l’histoire des waqfs, voir : Sauvaget, Alep, 214-216, 217, 263-265 ; Ġazzi, Nahr, II, 47-52, 112-115, 117-123, 515-522 ; Muḥammad Ṭabbāḫ, l‘lām al-Nubalâ, III, 180, 181, 191, 202-206, 213-214 ; et A. Raymond, « Le développement de la “Cité” d’Alep au XVIe siècle », Actes du colloque « Bilâd al-Šâm », (sous presse).

22 « Le déplacement des tanneries », 193-195.

23 Avec, vers la fin du XVIIIe siècle, en Égypte, un mouvement de renaissance qu’ont relevé, notamment, G. el-Shayyal, « Some aspects of intellectual and social life in eighteenth century Egypt », Political and social change in modern Egypt, ed. P. M. Holt, Londres, 1968 ; et Peter Gran, Islamic roots of capitalism, Austin, 1979.

24 J. A. Williams, « The monuments of Ottoman Cairo », Colloque international sur l’histoire du Caire (Millénaire), 453-463 ; M. Rogers, art. : « Ḳâhira », Encyclopédie de l’Islam, 2, IV, 454-461.

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Le Caire à l’époque ottomane
Légende Le grisé foncé correspond à la zone des marchés à l’époque mamelouke. Le grisé clair indique les accroissements à l’époque ottomane.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1663/img-1.png
Fichier image/png, 183k
Titre Fig. 2. Damas à l’époque ottomane
Légende Le grisé indique les accroissements aux XVIe-XVIIIe siècles (d’après J. Sauvaget).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1663/img-2.png
Fichier image/png, 67k
Titre Fig. 3. Alep à l’époque ottomane
Légende Le grisé clair indique les accroissements aux XVIe-XVIIIe siècles (d’après J. Sauvaget).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1663/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Titre Fig. 4. Le développement de la « Cité » d’Alep au XVIe siècle
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1663/img-4.png
Fichier image/png, 111k

© Presses de l’Ifpo, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search