Version classiqueVersion mobile

La ville arabe, Alep, à l’époque ottomane

 | 
André Raymond

Les grands waqfs et l’organisation de l’espace urbain à Alep et au Caire à l’époque ottomane (XVIe-XVIIe siècles)*

Note de l’éditeur

Extrait de : Bulletin d’Études orientales, XXXI, 1979, p. 113-132.

Texte intégral

  • * Cet article a été rédigé dans le cadre de l’activité de Groupe de Recherches et d’Études sur le Pro (...)
  • 1 Sur ces problèmes voir mes articles « Problèmes urbains et urbanisme au Caire », dans les Actes du (...)

1Lorsqu’on étudie les grandes villes arabes du Proche-Orient à l’époque moderne (XVIe-XVIIIe siècles) on est immédiatement frappé par l’absence presque complète à la fois d'« administrations » spécialisées dans le domaine urbain, et d’institutions municipales1.

  • 2 Je n’ai pu relever au Caire que deux décisions urbaines caractérisées : le déplacement des tannerie (...)

2Ces villes étaient au total peu administrées : en fait de préposés urbains, on n’y trouvait guère que deux personnages, le wālī/sūbāšī (préfet), doté de pouvoirs limités de police, et le muḥtasib (« prévôt des marchés ») qui ne conservait qu’une faible partie des attributions de la ḥisba médiévale. Le qāḍī jouait, dans ce domaine, un rôle non négligeable, mais dans les limites des attributions judiciaires qui étaient les siennes. En cas de besoin, les autorités « nationales » prenaient dans la ville, qui était le chef-lieu d’une province, les décisions que la situation exigeait. Mais l’intervention du gouverneur (pacha/wālī), ou de l’officier supérieur des Janissaires (agha ou katḫudā), ne se faisait guère sentir que dans des domaines très limités (nettoyage des rues, ravalement des façades), et par à coups, lorsque l’ordre urbain était gravement perturbé. Leur action, généralement répressive, n’allait pas jusqu’à aborder les problèmes d’organisation urbaine qui se posaient inévitablement dans des métropoles2.

3Les grandes villes ne disposaient pas davantage d’institutions municipales susceptibles de prendre en charge les affaires urbaines. Sans doute existait-il de nombreux groupements (ṭawā’if) de caractères très variés qui jouaient un rôle dans le fonctionnement des services publics : les porteurs d’eau du Caire (saqqā’īn) assuraient le ravitaillement de la ville ; des corporations spécialisées s’y chargeaient du nettoyage des rues ; les organisations de quartiers (ḥāra, maḥalla) contribuaient à l’encadrement de la population. Mais si ces ṭawā’if jouaient un rôle important dans l’administration de la population, il n’apparaît pas qu’elles intervenaient dans les problèmes touchant à l’organisation urbaine.

  • 3 Sur cette expansion voir mon article « La conquête ottomane et le développement des grandes villes (...)

4On doit donc se demander comment, dans ces conditions, en l’absence de tout pouvoir ou de tout organisme régulateur, les questions proprement « urbanistiques » pouvaient être réglées dans des villes importantes par leur étendue et par leur population. Comment, en particulier, s’organisait l’espace urbain dans des périodes d’expansion comme les villes arabes en connurent au XVIe et au XVIIe siècle, à Alep et au Caire notamment3. Comment, en résumé, un ordre urbain pouvait se maintenir et une certaine cohérence se dégager d’actions non coordonnées et même anarchiques.

5Il nous semble qu’une réponse partielle peut être apportée à cette question par l’étude des grands waqfs urbains. De par leurs objectifs, publics (entretien d’une construction pieuse ou d’une fondation d’utilité publique) ou privés (protection de la propriété individuelle ou des revenus compris dans le waqf), les waqfs constituaient souvent des entreprises de grande envergure, groupant en général, autour d’une fondation pieuse, des édifices à caractère économique (caravansérails, bains publics, marchés) qui devaient fournir les fonds nécessaires pour la réalisation des buts qui étaient assignés au waqf. Les grands waqfs urbains pouvaient donc couvrir une zone très vaste, et, à ce titre, ils constituaient de véritables opérations d’urbanisme. Par quelques exemples concernant Alep et Le Caire on va s’efforcer de montrer comment des secteurs entiers de ces villes ont ainsi pu être, aux XVIe et XVIIe siècles, le théâtre d’un véritable remodelage urbain.

1. La croissance de la « cité » d’Alep au XVIe siècle

  • 4 J’en ai donné un exposé plus détaillé dans une communication présentée au colloque « Bilād al-Šām » (...)

6Le phénomène urbain le plus remarquable à Alep au XVIe siècle a été le développement rapide du cœur économique de la ville, la Madīna (« Cité »), située de part et d’autre de la Grande Mosquée, le long de la rue qui joint bāb Anṭākiya à la Citadelle. Ce développement, qui était évidemment lié à l’essor économique et démographique d’Alep pendant le premier siècle de la domination ottomane, s’est réalisé entre 1544 et 1583, suivant des modalités à peu près invariables, par des opérations urbaines successives qui ont en général associé à l’édification d’une mosquée importante la construction de marchés et de caravansérails, l’addition de ces opérations aboutissant à une expansion considérable et à un remodelage de la « Cité ». Nous rappellerons rapidement ici ces opérations urbaines successives dont la Cité d’Alep a été le théâtre4.

Constructions dans la « cité » d’Alep au XVIe siècle

Constructions dans la « cité » d’Alep au XVIe siècle
  • 5 Le waqf de Ḫusrū Pacha est mentionné dans Ġazzī, Nahr, II, 117-123. Voir aussi Ṭabbāḫ, I‘lām, III, (...)
  • 6 Ġazzī note que cet emplacement s’appelait maḥalla al-Bahā’ī, ce qui paraît bien indiquer qu’avant 1 (...)
  • 7abbāḫ, I‘lām, 180. Ce pourrait être le sūq al-Ḫusrawiyya al-ǧadīd (« nouveau ») qui est mentionné (...)

7La première a eu pour cadre la zone située au sud de la Citadelle, donc nettement au sud-est de la Madīna de l’époque mamelouke. Le cœur de l’opération a été la mosquée al-Ḫusrawiyya, un des plus anciens monuments ottomans d’Alep, édifié en 1544 par Ḫusrū Pacha, qui avait été wālī d’Alep (1531-1534), puis du Caire, et qui avait ensuite décidé d’ériger à Alep la mosquée qui porte son nom. Il constitua en sa faveur des waqfs importants dont certains débordent largement du quartier où s’élève sa mosquée (tel le ḫān de Qurt bey, qui date de 1540)5. Mais la plus grande partie des constructions paraît avoir été édifiée autour de la mosquée, dans « l’espace libre (faḍā) qui l’entourait des quatre côtés »6 : les transformations profondes qu’a subies ensuite le quartier (au XIXe siècle notamment) nous empêchent de prendre la mesure exacte des réalisations de Ḫusrū Pacha, mais les indications topographiques données par Ġazzī, qui résume la waqfiyya, permettent de définir une zone très vaste (quatre à cinq hectares) où s’élevèrent notamment une qīsāriyya de 50 magasins (aujourd’hui, al-Šūna), un ḫān (de 95 magasins), un sūq7 et un grand nombre de boutiques. Cette zone, encore faiblement urbanisée en 1516, fut donc ajoutée à la Madīna dès avant 1550.

  • 8 Sur ce waqf voir : Ibn al-Ḥanbalī, Durr al-ḥabab, Damas, 1972-1973, II-1, 263-264 ; Ġazzī, Nahr, II (...)

8Les trois autres opérations qui, entre 1555 et 1583, transformèrent profondément le centre d’Alep nous sont, par contre, connues dans leurs détails. Vers 1555, Muḥammad Pacha Dūqakīn Zāda, un important personnage, apparenté à la famille sultanienne, successivement pacha d’Alep (1551-1553), puis du Caire (1553-1555), fit construire, à l’ouest de la Ḫusrawiyya, un ensemble de monuments autour de la mosquée al-‘Ādiliyya (1555), dans une zone jusque-là faiblement urbanisée puisqu’on y trouvait un mīdān (hippodrome) pour l’entraînement des mamelouks8. La mosquée elle-même, typiquement ottomane dans sa conception, est un des plus imposants monuments d’Alep. Les biens constitués en waqf à son profit comprenaient quatre sūq (de 157 boutiques) qui bordaient la mosquée sur les côtés ouest, nord et est (sūq al-Naḥḥāsīn, al-Ǧūḫ, al-‘Ulabiyya, al-Farrā’īn), et trois grands ḫān, au nord, le ḫān al-‘Ulabiyya (5 550 m2), à l’ouest, le ḫān al-Naḥḥāsīn, à l’est le ḫān al-Farrā’īn. Toutes ces constructions constituaient un ensemble architecturalement cohérent qui couvrait trois hectares.

  • 9 Le waqf de Muhammad Pacha est dit « Ibrāhīm Ḫān Zāda » parce que la waq fiyya portait le ṭuġrā du s (...)

9Le waqf de Muḥammad Pacha « Ibrāhīm Ḫān Zāda », daté de 1574, est un ensemble énorme puisqu’il comporte au total 125 rubriques dont 34 pour la seule ville d’Alep (937 locaux à usage commercial et industriel)9. Dans la Madīna, les constructions, localisées à l’ouest du waqf précédent, avaient pour noyau le ḫān al-Ǧumruk (de la douane), un bâtiment aussi exceptionnel par ses dimensions (0,6 hectare, 129 locaux, une qīsāriyya en annexe) que par la qualité de la construction et de la décoration. Deux beaux sūq étaient raccordés au ḫān (sūq Ḫān al-Ǧumruk et sūq al-Saqaṭiyya) : le waqf comprenait au total 344 boutiques et s’étendait sur un hectare. Cette vaste entreprise débordait largement de la Madīna puisque, immédiatement à l’ouest de la ville, le long de la rivière Quwaīq, le constituant avait aménagé, autour des nouvelles tanneries (dār dabbāġa) un ensemble économique comprenant, entre autres, quatre ḫān et deux ḥammām.

  • 10abbāḫ, I‘lām, III, 213-214 ; Ġazzī, Nahr, II, 47-52 ; Jean Sauvaget, Alep, 216-217.

10Enfin, en 1583, un peu plus à l’ouest encore, Bahrām Pacha, gouverneur d’Alep en 1580, avait construit une autre grande mosquée, la Bahrāmiyya, qu’il avait dotée des waqfs nécessaires à son entretien : deux sūq (de 29 boutiques) et une qīsāriyya (35 pièces) jouxtaient la mosquée au nord ; d’autres bâtiments avaient été construits dans d’autres quartiers de la ville, notamment dans celui de Ǧudaīda (un ḥammām). Dans la « Cité » les constructions de Bahrām Pacha couvraient environ un demi-hectare10.

11Ces quatre opérations immobilières réalisées dans un intervalle de quarante ans (1544 : Ḫusrawiyya ; 1555 : ‘Ādiliyya ; 1574 : ḫān al-Ǧumruk ; 1583 : Bahrāmiyya) sont remarquables par l’unité de conception qui s’en dégage : dans la plupart des cas, un édifice religieux sert de noyau à un complexe économique très diversifié (ḫān, qīsāriyya, sūq, boutiques isolées), l’ensemble étant souvent réalisé avec une remarquable cohérence architecturale, ce qui permet de passer sans hiatus du lieu de culte au centre de commerce : voir les systèmes de coupoles qui marquent la continuité des constructions de Muḥammad Pacha en 1574, ou qui relient, en 1583, le portail de la mosquée Bahrāmiyya avec les sūq qui la bordent. L’impression que ces constructions sont bien conçues comme des tous architecturaux est encore renforcée par la très remarquable régularité des parcelles couvertes : le tracé à peu près rectiligne des rues et des sūq, leur orthogonalité, les dimensions mêmes des parcelles, qui reproduisent un module d’environ 120 m sur 45, parfois simple (ḫān al-Farrā’īn, ḫān al-Naḥḥāsīn, mosquée Bahrāmiyya), parfois double (ḫān al-Ǧumruk), ou triple (ḫān al-‘Ulabiyya) reproduisent vraisemblablement une grille urbaine ancienne, sans doute hellénistique, dans laquelle ont été insérées les opérations immobilières de l’époque ottomane. Il serait cependant abusif d’imaginer une conception d’ensemble présidant à la totalité de ces opérations. Le déplacement régulier vers l’ouest du centre des constructions, du sud-ouest de la Citadelle (Ḫusrawiyya en 1544) aux approches de bāb Anṭākiya (Bahrāmiyya en 1583) ne nous paraît pas non plus signifier l’existence d’un plan global de développement. On peut plus vraisemblablement supposer que la recherche de terrains encore vacants pour des entreprises aussi amples, au sud de la ligne des sūq, qui marquait la limite de la Madīna à l’époque mamelouke, a conduit les constructeurs à déplacer régulièrement vers l’ouest le centre de leurs entreprises, chaque nouveau grand waqf s’installant à la limite ouest du waqf précédent, suivant une progression parfaitement logique, mais sans doute non préméditée. La réduction progressive de la dimension des opérations (Ḫusrū Pacha : 4 ha ? ; Muḥammad Pacha Dūqakīn Zāda : 3 ha ; Muḥammad Pacha : 1,2 ha ; Bahrām Pacha : 1/2 ha) traduit peut-être moins un ralentissement de l’activité créatrice qu’une raréfaction progressive des espaces disponibles dans cette région centrale de la ville où le point de saturation avait été atteint. Ce phénomène explique d’ailleurs pourquoi les programmes de 1574 et de 1583 se sont largement déployés hors de la « Cité », dans la région ouest (hors de bāb Anṭākiya) et au nord de la ville (dans le faubourg de Ǧudaīda).

2. Les constructions d’Ibšīr Muṣṭafā Pacha à Ǧudaīda (1654)

12À la différence des opérations urbaines que l’on vient de décrire, et dont l’addition modifia profondément le visage de la « Cité » d’Alep au XVIe siècle, l’opération conduite dans le cadre du waqf d’Ibšīr Muṣṭafā Pacha au nord de la ville est une opération isolée. Mais elle est si ample, et si remarquablement intégrée, qu’elle nous paraît tout aussi démonstrative en ce qui concerne le rôle des grands waqfs dans l’aménagement de l’espace urbain.

  • 11 Le caractère chrétien du quartier de Ǧudaīda apparaît avec évidence dans les documents du plus anci (...)

13Situé à l’extérieur de la ville intra muros, le quartier de Ǧudaīda, à l’intérieur duquel elle s’est presque entièrement déroulée, était une zone qui avait connu, depuis le XVIe siècle, un essor très remarquable sans doute lié à l’activité de la communauté chrétienne qui constituait la quasi-totalité de sa population11. La zone où allaient s’élever les constructions d’Ibšīr Muṣṭafā Pacha était, au XVIIe siècle, une zone dégagée, tout à fait favorable à un investissement immobilier d’envergure. Une spéculation immobilière plus ancienne, celle de Bahrām Pacha, qui avait construit là un ḥammām et une qisāriyya, s’était développée à la limite sud de ce qui est décrit dans la waqfiyya d’Ibšīr Muṣṭafā Pacha comme une ‘arṣa, c’est-à-dire un vaste espace découvert voué au commerce des grains : un espace libre situé à proximité de la ville devait tout naturellement attirer la spéculation immobilière à une époque où le centre urbain, après la fièvre constructive du XVIe siècle, n’offrait plus guère de possibilités, et au milieu d’une région (la banlieue nord d’Alep) qui était alors en plein développement. La situation de cet espace sur un des itinéraires qui, par bāb al-Naṣr, mettaient en communication Alep avec son arrière-pays, constituait un avantage supplémentaire.

  • 12 Notice biographique dans Muḥibbī, Ḫulāṣat al-aṯar, IV, 396. Voir aussi S. J. Shaw, History of the O (...)

14Le constituant du waqf, Ibšīr Muṣṭafā Pacha, est bien connu. Gouverneur de la province de Damas (Šām) en 1059 (1649), il avait été ensuite nommé à Alep où il était wālī en 1061 (1651) ; ses liens avec la famille impériale (son épouse, ‘Āīša, était la sœur du Sultan Mehmet IV (1648-1687) expliquent en partie une carrière brillante (couronnée en octobre 1654 par une nomination comme Grand Vizir), mais brève, car Ibšīr Pacha fut, en mai 1655, victime d’une révolte de Janissaires12. Il s’agissait donc d’un personnage puissant, influent et certainement riche, ce qui explique l’ampleur de son waqf.

  • 13 Ġazzī, Nahr, II, 496-499. Voir aussi Tabbāh, I‘lām, III. 263.

15La waqfiyya dont Ġazzī donne une analyse13 est datée du 15 šawwāl 1064/29 août 1654, donc de la fin du séjour du pacha à Alep. Mais les constructions qui y sont mentionnées sont naturellement antérieures (la mosquée a été achevée en octobre 1653). Elles sont, en presque totalité, concentrées dans la bordure est du quartier de Ǧudaīda où elles occupent une zone qui a la forme d’un trapèze rectangle, dont les plus grandes dimensions sont de 90 mètres du nord au sud, et de 85 mètres de l’ouest à l’est. La surface totale de la parcelle est de 0,6 ha.

Waqf de Ibšīr Pacha d’après le plan cadastral d’Alep (circonscription VI, section 9, feuille 2)

Waqf de Ibšīr Pacha d’après le plan cadastral d’Alep (circonscription VI, section 9, feuille 2)
  • 14 Inscription publiée par Heinz Gaube, Arabische Inschriften, 40, n° 66. Voir aussi As‘ad Ṭalas, al-Ā (...)
  • 15 Le décor sculpté qui surmonte une fenêtre de la salle de prière, dans la cour, rappelle tout à fait (...)

16Le noyau du waqf, la mosquée d’Ibšīr Muṣṭafā Pacha, est situé à l’angle sud-est de la parcelle. Deux inscriptions, placées l’une au-dessus de la porte d’entrée, dans le sūq qui borde le waqf à l’est, et l’autre dans la cour, au-dessus de la porte de la salle de prière, donnent la date exacte de la construction par le wazīr Ibšīr Muṣṭafā Pacha « muḥāfiẓ de la wilāya d’Alep » : fin de ḏūl-qa‘da 1063/22 octobre 165314. Il s’agit d’un très petit monument qui présente peu d’intérêt architectural, en dehors d’éléments de décor sur la facade extérieure, et dans la cour15.

  • 16 Jean Sauvaget, Inventaire des monuments musulmans de la ville d’Alep, 112, n° 116.
  • 17 J.-C. David, pensionnaire de l’Institut Français de Damas, et B. Chauffert-Yvart, architecte prépar (...)

17La modestie de cette mosquée (qui ne couvre pas plus de 250 m2) contraste d’une manière étonnante avec l’ampleur des constructions de caractère économique qui occupent le reste de la parcelle et qui sont énumérées dans la waqfiyya, et décrites telles que l’on peut encore les voir aujourd’hui. Le waqf comprenait, à sa limite orientale, le sūq al-Nawāl sur lequel s’ouvraient, outre la mosquée, une qīsāriyya comportant 14 locaux (ḥuǧra) au rez-de-chaussée et 13 à l’étage, et plusieurs magasins et boutiques. Au nord, donnant sur la place, se trouvait un ḫān appelé ḫān al-‘Arṣa, destiné à la vente des grains, comme la ‘arṣa dont les constructions d’Ibšīr Muṣṭafā Pacha avaient pris la place. Les dimensions maximales de ce ḫān sont de 30 m du nord au sud, et de 36 m de l’ouest à l’est, soit une superficie de 850 m2. Le côté ouest du complexe comptait deux qīsāriyya comportant 28 pièces, une teinturerie (maṣbaġa), une boutique, un four (furn) et, à l’angle, un petit sabīl, dont l’emplacement est encore visible, bien qu’il soit défiguré par la boutique moderne qui y a été établie. Au sud, la waqfiyya mentionne un café (baīt al-qahwa) qu’elle décrit avec précision avec ses 14 fenêtres, ses 7 colonnes de marbre, sa cour à ciel ouvert et ses deux ḥawḍ : ce monument, qui comporte une très belle façade sur la rue, a été longtemps mentionné comme le « caracol » (poste de police) de Ǧudaīda16. Et enfin une dernière qīsāriyya, attenante à la mosquée, le plus vaste monument de l’ensemble : 27 pièces distribuées sur deux étages, dimensions maximales 34 m du nord au sud et 42 de l’ouest à l’est, superficie totale 1 280 m2. Cette qīsāriyya était occupée par un atelier pour la fabrication des tissus de soie (dūlāb al-ḥarīr), velours (muḫmal) et satin (aṭlas) ; 16 boutiques sont également mentionnées de ce côté17.

18Le waqf d’Ibšīr Muṣṭafā Pacha est remarquable à plusieurs points de vue. Tout d’abord par sa grande unité : la plupart des bâtiments qui sont mentionnés dans la waqfiyya sont concentrés dans le quartier de Ǧudaīda ; ne font exception que quelques constructions situées à Tūqāt notamment. Non moins intéressant est le parti que le maître d’œuvre a tiré de la parcelle sur laquelle devaient se développer les constructions du waqf. Il s’agissait, nous l’avons dit, d’un terrain où était installée une ‘arṣa (marché aux grains en plein air) et qui dépendait des waqfs de la Ḥalawiyya auxquels il fut pris en bail (iḥtakara) par le wāqif. Ce terrain était limité : au sud par une rue le long de laquelle Bahrām Pacha avait fait édifier, vers 1583, son ḥammām et sa qīsāriyya ; à l’est par un sūq ; à l’ouest par la rue où furent construites, à une époque voisine de celle de la construction de la mosquée d’Ibšīr Muṣṭafā, les maisons Ġazzāla et Aǧīqbāš ; au nord par une place sur laquelle donnait la mosquée Šaraf construite, comme le sabīl qui la jouxte, à l’époque du sultan Qānṣūh al-Ġūrī, donc dans les premières années du XVIe siècle. Il est vraisemblable qu’à l’occasion de l’aménagement du waqf, le tracé des rues qui entouraient la parcelle fut rectifié. Quoi qu’il en soit, le dessin de l’ensemble du complexe est d’une parfaite régularité : orthogonal dans la partie orientale, plus irrégulier dans la moitié ouest, sans doute pour tenir compte du tracé ancien de la rue. Dans cette parcelle cohérente le maître d’œuvre a visiblement traité à part l’ensemble constitué par la mosquée, les qīsāriyya et le ḫān qui s’inscrivent dans un rectangle à peu près régulier : ici l’agencement des constructions a donc pu se développer librement. La relative irrégularité des constructions dans la moitié ouest est due à celle de la parcelle dans laquelle elles s’inscrivent.

  • 18 Il y a un contraste particulièrement étonnant entre la médiocrité de l’exécution de la mosquée (don (...)

19Si on compare le waqf d’Ibšīr Muṣṭafā Pacha aux grands waqfs de la « Cité » du siècle précédent, un autre trait paraît frappant : la construction religieuse qui constitue le noyau du waqf (et qui, dans la Cité, est un monument prestigieux, dans trois cas sur quatre) est ici un ouvrage modeste, dont la place réduite qu’il occupe dans l’ensemble des constructions (moins de 5 % de la surface totale), dit bien l’insignifiance. Il y a donc ici une disproportion flagrante entre la construction religieuse, bénéficiaire des revenus du waqf et les édifices économiques qui sont destinés à alimenter le waqf, et dont l’ampleur de conception est au contraire tout à fait remarquable18. Plusieurs explications peuvent être données : tout d’abord l’essentiel des revenus du waqf paraît avoir été destiné à des œuvres pies localisées dans les Villes Saintes ; d’autre part, la construction d’une mosquée, à l’intérieur d’une zone qui était alors massivement chrétienne, ne répondait sans doute à aucun besoin cultuel réel, d’autant plus que, à proximité immédiate se trouvait, nous l’avons vu, la mosquée Šaraf. De là, sans doute, les dimensions, volontairement réduites, de la mosquée d’Ibšīr Muṣṭafā Pacha.

20Il est donc clair que la localisation des constructions d’Ibšīr Muṣṭafā Pacha répondait à un calcul purement économique, le wāqif installant dans un quartier en plein développement un complexe remarquablement diversifié (comprenant, nous l’avons vu, un ḫān, des qīsāriyya, une maṣbaġa, un furn et un café) qui devait constituer un pôle d’activité et procurer des revenus appréciables. L’excellente conservation de la plupart des constructions d’Ibšīr Muṣṭafā Pacha (dont Ġazzī estimait le rapport à 2 000 ḏahab ‘uṯmānī) paraît d’ailleurs montrer que, d’un point de vue économique, le placement avait effectivement été judicieux. Dans ces conditions la mosquée du Pacha ne constituait évidemment que l’alibi religieux d’une opération surtout économique dont les principaux objectifs pieux se trouvaient ailleurs.

3. Deux opérations urbaines au Caire vers 1640

21Au Caire comme à Alep, la période ottomane fut une période de construction qui supporte la comparaison avec les périodes précédentes, sinon par la qualité et l’ampleur des réalisations, certainement inférieures à la production architecturale mamelouke, du moins en nombre. Le visage du Caire moderne a été modelé à l’époque ottomane, et c’est aussi le travail d’entretien et de restauration poursuivi à cette époque qui a permis que beaucoup de monuments plus anciens parviennent jusqu’à nous. Parmi cette production monumentale nous allons sélectionner deux cas qui nous paraissent significatifs dans la mesure où ils révèlent des projets d’une certaine ampleur, entrepris, à l’intérieur de secteurs d’actif développement urbain, dans le cadre des waqfs.

  • 19 Voir P. M. Holt, « The Beylicate in Ottoman Egypt », dans B.S.O.A.S., XXIV-2, 1961 ; et « The exalt (...)

22Les travaux entrepris par Riḍwān Bey au sud de bāb Zuwaīla font partie des opérations de réaménagement de la région sud du Caire qui se développèrent à partir du transfert des tanneries vers bāb al-Lūq, aux environs de 1600. Riḍwān Bey était un émir mamelouk d’origine circassienne, qui exerça les fonctions d’amīr al-ḥaǧǧ presque sans interruption de 1631 à sa mort en 1656 ; leader de la faction fiqarite, il fut l’émir dominant en Égypte pendant un quart de siècle et son prestige fut alors si grand qu’un ‘ālim n’hésita pas à proposer une généalogie, tout à fait imaginaire, qui le reliait aux sultans mamelouks Barsbāy et Barqūq, et, au-delà, aux Quraīchites eux-mêmes19.

Constructions de Riḍwān Bey

Constructions de Riḍwān Bey
  • 20 Archives du Ministère des Waqfs du Caire : waqfiyya numéro 994 (1038/1629), 995 (1039/1630), 996 (1 (...)
  • 21 Monument classé sous le numéro 208. Voir J. Revault et B. Maury, Palais et maisons du Caire, I, 67- (...)
  • 22 Classée sous les numéros 406 et 407. Au Caire le mot qaṣaba désignait une avenue.
  • 23 Waqfiyya numéro 994 (1629), ligne 35.

23La grandeur de Riḍwān éclate aussi dans les constructions dont il dota Le Caire, constructions qui sont concentrées au sud-ouest de bāb Zuwaīla. Elles sont énumérées dans une série de waqfiyya dont la plus ancienne date de 1629 et la plus récente de 164720. Le noyau de ces constructions fut peut-être la magnifique résidence que Riḍwān se construisit sur un emplacement où s’étaient succédé des palais mamelouks, depuis le XVIe siècle, et qui engloba des fragments des constructions antérieures21. De ce bel édifice il ne subsiste guère qu’un maq‘ad à trois arcades qui donne une idée de la magnificence de la construction originale. Mais l’élément principal des constructions de Riḍwān Bey était constitué par le grand sūq où se rassemblèrent les cordonniers (qawwāfīn). D’une longueur totale de 125 m, la qaṣaba Riḍwān22 comporte une partie couverte qui est, avec certaines wakāla, l’édifice à usage économique le plus impressionnant qu’ait conservé le Caire de son passé millénaire. Sur une cinquantaine de mètres, la rue est couverte d’un plafond de bois troué de lanternaux. Les façades ouest et est, de part et d’autre de la rue, large de six mètres, se composent d’un rez-de-chaussée de pierre, à baies très larges, dont les linteaux sont à claveaux festonnés. De puissantes consoles reçoivent l’étage en saillie, troué de baies rectangulaires. À ce rab‘ (immeuble à destination d’habitation) de dimensions imposantes, s’ajoute une wakāla à laquelle on accède par la cour du palais ou par un portail situé à l’angle nord-ouest des bâtiments. Les constructions de Riḍwān comportaient encore deux zāwiya ainsi qu’un sabīl, fontaine, qui a disparu. L’ensemble, situé sur le côté ouest de la qaṣaba, se déploie sur une surface de près d’un hectare. Ces constructions furent progressivement incluses dans des waqfs dont les versions les plus récentes (les plus complètes) énumèrent une wakāla comportant 14 ḥāṣil, un rab‘ de 15 riwāq, une teinturerie (maṣbaġa), un moulin (ṭāḥūna), 31 boutiques, tous monuments construits par le wāqif. Nous ignorons dans quelles conditions ce complexe fut inséré dans le système des rues du quartier. Riḍwān Bey a conservé, pour l’essentiel, le tracé de ce qu’on appelait, dès Maqrīzī, al-šāri‘ al-A‘ẓam (« la Grande Avenue »), nom que l’on retrouve dans les waqfiyya de Riḍwān23, et qui unissait bāb Zuwaīla à bāb al-Sayyida, au sud du Caire : deux monuments anciens, mosquée de Maḥmūd al-Kurdī (n° 117, 1395) et mosquée Īnāl al-Atābkī (n° 118, 1392) sont effectivement insérés dans la façade orientale de la qaṣaba. Mais le plan de situation des constructions de Riḍwān Bey montre que la rue fut, à cette occasion, régularisée dans son tracé, et certainement élargie : le côté ouest de la qaṣaba est à peu près rectiligne sur toute sa longueur (plus de 130 m) ; les trois constructions qui appartiennent aux waqfs de Riḍwān, sur le côté est de la rue, sont alignées, et rectifient les irrégularités dues à la présence de monuments plus anciens, la rue ayant une largeur constante de 5-6 mètres à leur hauteur. De fait la waqfiyya 996 (1638), à propos de la façade de la wakāla qui donne sur la rue, indique que cette rue (‘atfa) qui était étroite (ḍayyiqa) a fait l’objet de travaux d’aménagement. Les constructions entreprises par Riḍwān Bey dans ce secteur ont donc abouti à un remodelage du quartier et de ses voies sur près de 150 mètres, de la place de la mosquée Ṣāliḥ Ṭalā’i‘ à la mosquée d'Īnāl.

  • 24 Ministère des Waqfs du Caire : waqfiyya numéro 1499 (1632) ; 952 (1651), 310-335.
  • 25 Mar‘ī, Kitāb nuzhat al-nāẓirīn, Dār al-kutub, Le Caire, manuscrit tārī 2269, 444, 451, 456, 457.
  • 26 La waqfiyya 952 ne comporte pas moins de huit pages de signatures de témoins (pages 101-108) en têt (...)

24Si Riḍwān Bey est un personnage bien connu, dont l’importance est attestée par d’innombrables témoignages historiques, la personnalité d’Ibrāhīm Aġha, à qui l’on doit un grand nombre de constructions et de travaux de restauration dans la région de Tabbāna (sur la rue conduisant de bāb Zuwaīla à la Citadelle), est enveloppée d’une certaine obscurité. Il est mentionné dans une waqfiyya, dès 1041/1632, comme ex-agha des Janissaires ; la dernière waqfiyya le concernant date de 1061/165124. Mais ce n’est qu’en 1651 que nous le voyons apparaître dans la chronique de Mar‘ī : il est mêlé à diverses affaires concernant l’odjaq des Janissaires et, en 1657 encore, le chroniqueur mentionne son retour à la tête de l’odjaq25. Si nous ne sommes pas victimes d’une confusion entre plusieurs Ibrāhīm Agha il s’agit là d’un cas assez exceptionnel de longévité « politique » puisque sa carrière se serait étendue sur près de 30 ans. À travers les événements auxquels il est mêlé, on devine qu’Ibrāhīm Agha fut une des « Puissances » dominantes au Caire vers les années 1650, et un homme évidemment très riche aussi26. Ces deux certitudes nous aident à comprendre l’ampleur des travaux dont il fut l’initiateur dans un quartier du Caire très précisément délimité, dont il contribua à transformer et à fixer la physionomie.

Constructions d’Ibrāhīm Agha dans le quartier de Tābbana

Constructions d’Ibrāhīm Agha dans le quartier de Tābbana
  • 27 La Description de l’Égypte localise la Tabbāna en 165 P 5, mais la rue portait ce nom depuis les al (...)

25Les nombreuses waqfiyya d’Ibrāhīm Agha qui sont conservées aux archives du ministère des waqfs (n° 1499 : 1632 ; n° 952 : collection renfermant des documents de 1634, 1641, 1643, 1645, 1651) nous permettent de nous faire une idée du développement des constructions dans le secteur du Darb al-Aḥmar qui avait porté le nom de Tabbāna (« quartier des marchands de paille ») depuis Maqrīzī jusqu’à la fin du XVIIIe siècle27. Dès 1632, ces documents mentionnent deux makān dans ce secteur ; un acte de 1641 mentionne le tombeau que l’émir s’est construit pour lui-même et le sabīl qui le jouxte. Les constructions se succèdent ensuite, jusqu’à la restauration de la mosquée Aq Sunqur, qu’il faut sans doute dater de 1061 (1650/1) et 1062 (1651/2) et qui eut pour conclusion la construction d’un tombeau que se destinait Ibrāhīm Agha et qui est daté de ša‘bān 1064/juin-juillet 1654. Mais la date la plus récente trouvée dans ce complexe de constructions est celle de 1070/1659-60 (abreuvoir n° 593). L’édification de cet ensemble se serait donc échelonnée sur plus de 25 ans.

  • 28 Que l’Index to Mohammedan Monuments date de 1049-1050/1639-1640.
  • 29 Une mauvaise lecture de l’inscription qui se trouve sur la façade l’a fait dater de 1001/1593 dans (...)
  • 30 C’est sans doute l’immeuble que mentionne Max van Berchem (Matériaux, Egypte, Le Caire, 614-615, nu (...)
  • 31 La mosquée Aq Sunqur a été construite en 747-748/1346-1347. Max van Berchem (Matériaux, Égypte, Le  (...)
  • 32 L’Index to Mohammedan Monuments les date de 1062/1652.
  • 33 L’inscription de ce ḥawd mentionne une restauration effectuée par Ibrāhīm Agha en 1070/1659-1660. V (...)

26On peut le reconstituer grâce aux témoins qui en subsistent. Du côté est de la rue, il commence, au nord, par un sabīl28 et un tombeau29 (numéros d’inventaire 238 et 586). Ce sont les seuls restes d’un vaste ensemble de constructions comprenant des immeubles qui s’étendaient sur une longueur de plus de 70 mètres, jusqu’à la mosquée Aq Sunqur, et qui ont aujourd’hui disparu (numéro d’inventaire 595)30. Plus au sud s’élevait la mosquée Aq Sunqur (n° 123) qui fut restaurée par Ibrāhīm Agha et dotée des célèbres revêtements de céramique qui lui ont valu son nom de « mosquée bleue »31. Au-delà de la mosquée, dans l’intervalle qui la séparait de la mosquée de Ḫāīr Bey (n° 248), Ibrāhīm Agha avait fait construire d’autres immeubles de rapport (numéro 619 et sans doute 613)32. Enfin, toujours de ce côté de la rue, les constructions d’Ibrāhīm Agha s’achevaient avec l’abreuvoir que l’émir avait reconstruit en 1070/1659-60 et qui est la dernière manifestation de son activité (n° 593)33.

  • 34 E. Pauty (Les palais et les maisons d’époque musulmane au Caire, Le Caire, 1932, 86, numéro 42) dat (...)
  • 35 Signalons que la Description mentionne ce sabīl sous le nom de sabīl « Ibrāhīm Agha » (159 P 5). Ma (...)
  • 36 Ce rab‘ est mentionné dans un acte de waqf daté de 929/1523 (communication de Mme Mona Zakariya). L (...)

27Sur le côté ouest de la rue, on trouvait une maison (n° 457)34 située au sud du sabīl de ‘Umar Agha, lui aussi construit vers 1650 (numéro 240 : inscription 1063/1652)35 et qui jouxte le tombeau de ce personnage. Elle s’articulait sur un magnifique rab‘ dont la façade occupe ensuite près de 60 mètres : sa construction doit être attribuée à Ḫāīr Bey, mais il ne paraît pas impossible que ce monument ait été lié à l’ensemble constitué par Ibrāhīm Agha36.

28Tel est l’ensemble des constructions édifiées ou restaurées par Ibrāhīm Agha, de part et d’autre de la Tabbāna, où alternent monuments religieux (mosquée) ou à usage public (sabīl) et maisons et immeubles de rapport, sur une longueur totale de 250 mètres. Ici encore la construction de ces immeubles, qui paraît s’être développée du nord (sabīl n° 238 : avant 1641) au sud (abreuvoir n° 593 : 1659) a dû entraîner un remodelage de la voirie. Mais les constructions ont obéi à un tracé ancien dont les témoins sont les façades des palais Razzāz (n° 235), de la mosquée de la mère du sulṭān Ša‘bān (n° 125), de la mosquée Aq Sunqur (n° 123), de la mosquée de Ḫāīr Bey (n° 248), et du palais d’Alīn Āq (n° 249). Les longues façades du bâtiment n° 595 (malheureusement disparu) progressivement alignées sur celle du grand rab‘ ont cependant permis de donner un peu de régularité à une rue dont le tracé devait être très capricieux si on considère les nombreux changements d’orientation ou les décrochements que révèle un examen des façades des monuments plus anciens.

4. Le rôle des waqfs

29Un trait commun aux opérations immobilières qui viennent d’être étudiées est le cadre juridique dans lequel elles se sont réalisées, celui des waqfs, qui apparaît comme le support privilégié pour des entreprises urbaines de grande envergure.

30Les principes de base du waqf, acte par lequel on rend un bien inaliénable, sont bien connus : l’intention pieuse (qurba) qui se manifeste par une libéralité au profit de la religion ou des pauvres, mais aussi au profit d’œuvres d’utilité sociale – la perpétuité et l’inaliénabilité du fonds constitué en waqf, ses revenus seuls (manfa‘a) devant être affectés à l’œuvre pie (dévolutaire définitif), et auparavant aux bénéficiaires intermédiaires éventuels. Il existe, on le sait, deux espèces de waqfs : le waqf ḫaīrī (de « bienfaisance ») dont les revenus vont à des œuvres pieuses ou à des œuvres d’utilité publique ; le waqf ahlī ou ḏurrī (« de famille ») dont les revenus, destinés en dernier ressort à une œuvre pieuse ou charitable, sont préalablement attribués au constituant, à sa descendance, à sa famille ou même à des tiers, la donation tombant dans le domaine des waqfs ḫaīrī à l’extinction de la série des bénéficiaires successifs indiqués dans l’acte légal (ḥuǧǧa, waqfiyya).

  • 37 Sur les waqfs voir l’article de la Shorter Encyclopaedia of Islam, 624-628 ; et sur les waqfs en Ég (...)

31Très répandu à toutes les époques, le waqf a été particulièrement utilisé à l’époque ottomane au point de représenter une proportion considérable de la propriété immobilière et foncière : on estimait qu’en Égypte, vers 1920, le huitième de la surface cultivée, et 18 500 immeubles dans les villes, appartenaient aux waqfs. Cette faveur s’explique par diverses raisons : – par le moyen du waqf il est possible de tourner les règles successorales édictées par le Coran, en appelant en succession une personne non désignée par la loi, ou en changeant l’ordre légal de priorité ; – le waqf permet encore de maintenir le fonds entre les mains des dévolutaires et d’éviter sa dilapidation ; – enfin (et surtout), le waqf permet de mettre les biens matériels à l’abri des spoliations arbitraires du pouvoir politique, garantie particulièrement appréciable en période troublée. Sous couleur de réaliser à terme une œuvre religieuse (dont l’accomplissement final peut être différé très longtemps), le wāqif /constituant consolide sa propriété, qui est mise à l’abri de toute confiscation et, moyennant le don du principal, s’assure la collecte des revenus, qu’il peut transmettre à ses héritiers : en se désignant lui-même comme premier administrateur des biens (nāẓir), cas très fréquent, et en stipulant que ses descendants lui succéderont dans cette responsabilité, le wāqif garantit pour lui-même, et pour ses héritiers, des revenus réguliers, une fois que les fonds destinés à la réalisation de l’œuvre pie ont été dépensés37.

  • 38 Waqfiyya 952, 225-228.

32Les waqfs fournissaient donc un cadre juridique commode pour la réalisation d’opérations immobilières de grande envergure. Ils donnaient aux opérations projetées un caractère religieux qui ne pouvait qu’être bénéfique pour le constituant. La structure éprouvée des waqfs palliait les lacunes du droit musulman dans le domaine de l’urbanisme. Enfin le waqf donnait une certitude de permanence pour l’opération envisagée, dans la mesure où il assurait la continuité des revenus nécessaires à l’entretien des monuments édifiés, en organisant avec précision la collecte des fonds nécessaires et leur répartition entre les œuvres d’intérêt religieux ou d’utilité publique (mosquée, sabīl), et en lui donnant un caractère intangible et perpétuel (la seule difficulté qui pouvait se présenter à terme était la dévalorisation progressive de la monnaie). Il n’est que de considérer la minutie des prescriptions relatives à l’entretien d’un ṣahrīǧ (fontaine) compris dans le waqf d’Ibrāhīm Agha, où tout est prévu, depuis les frais de fourniture de l’eau (3 750 niṣf fiḍḍa par an), jusqu’à l’éclairage nocturne du sabīl, en période de ramaḍān (25 niṣf par an), ou le nettoyage mensuel de l’abreuvoir (6 niṣf)38, pour comprendre comment le waqf pouvait garantir que les monuments en faveur desquels il était constitué bénéficieraient d’une attention durable et de revenus réguliers.

33C’est précisément le souci de s’assurer des fonds suffisants pour l’entretien des monuments en faveur desquels le waqf était constitué qui amenait le wāqif à introduire dans sa fondation un nombre plus ou moins grand d’édifices à intérêt économique, suivant l’importance des constructions à entretenir : la location des boutiques, des wakāla ou des ḫān, des rab‘, des ḥammām, construits ou achetés par le constituant, devait fournir, d’une manière continue, les fonds nécessaires à la pérennité des objectifs que se proposait le waqf. De ce fait, cette opération à but religieux, tendait à devenir une opération immobilière coordonnée surtout si, comme il arrivait fréquemment, la plus grande partie des constructions à caractère « économique » était située à proximité du bâtiment construit ou entretenu. On s’explique ainsi l’association fréquente à une mosquée (ou à un monument d’intérêt public) d’un ensemble de constructions utilitaires, association qui pouvait se réaliser dans le cadre d’un véritable programme architectural : c’était le cas à Alep de la Bahrāmiyya et des sūq qui la jouxtaient et que des détails de construction liaient étroitement à elle, ou du waqf d’Ibšīr Muṣṭafā Pacha. Les constructions utilitaires assuraient le financement du waqf et on s’explique donc l’importance qu’elles prenaient dans les très grands waqfs.

34La coordination du programme réalisé dans le cadre du waqf pouvait donc conduire au remodelage d’une rue ou d’un quartier et prendre le caractère d’une opération d’urbanisme, avec un plan d’ensemble cohérent, à l’intérieur de tout un îlot urbain : nous avons vu qu’à Alep des opérations de ce genre avaient été réalisées dans le cadre d’une grille urbaine ancienne, sans doute hellénistique (série des waqfs de la « Cité »), ou à l’intérieur d’une vaste parcelle (waqf d’Ibšīr Muṣṭafā Pacha), cependant qu’au Caire, l’opération avait donné lieu à une régularisation, à une rectification du tracé antérieur de la voirie, la présence de monuments anciens obligeant cependant à respecter en gros les axes préexistants.

35Les opérations fondées sur le waqf qui ont permis, à Alep, le remodelage complet du centre urbain et qui ont contribué, au Caire, à organiser l’expansion de la ville vers le sud, nous permettent de donner une réponse partielle à quelques-unes des questions que nous avons posées au début de cette étude. À défaut d’une véritable politique urbaine, dont le manque de responsables et l’absence d’institutions urbaines rendaient difficiles la conception et la réalisation, les waqfs ont pu fournir dans certains cas le cadre juridique nécessaire ; ils ont facilité le financement des opérations immobilières projetées dans la mesure où la réalisation des buts pieux poursuivis nécessitait une large assise matérielle qui ne pouvait être assurée que par de nombreuses constructions à caractère économique ; ils ont permis la coordination d’opérations immobilières de grande envergure : ils ont permis également de régler à long terme le problème de l’entretien des constructions religieuses ou d’intérêt public qui faisaient partie du waqf.

36Mais la reconnaissance du rôle dévolu aux waqfs dans des opérations partielles, localisées dans un secteur limité de la ville, laisse sans solution un certain nombre de problèmes. D’abord celui de la « planification » large de la ville dans laquelle s’inséraient les opérations de détail. On voit bien comment s’organisa progressivement le développement de la « Cité » d’Alep, vers l’ouest, mais il ne nous est pas possible de découvrir une orientation directrice globale. De même, au Caire, les travaux de Riḍwān bey ou d’Ibrāhīm Agha s’inscrivent évidemment dans une poussée de la ville vers le sud, dont le déplacement des tanneries est un des épisodes, mais rien ne nous permet de conclure à une politique urbaine d’ensemble, véritablement volontaire. Bref, à la question de savoir si des grandes décisions d’urbanisme ont été prises, et à quel niveau de responsabilité politique ou urbaine, et comment la réalisation de ces opérations s’est effectuée, aucun document ne nous autorise à donner une réponse. Nous serions plutôt tentés de conclure par la négative. Nous n’apercevons que des opérations fractionnées, au niveau du quartier, qui s’insèrent dans des flux urbains qui semblent indiscutables à l’échelle de la ville, sans cependant qu’aucune relation n’apparaisse entre des actions limitées que l’on peut décrire, et les orientations urbaines plus générales que l’on pressent. Tout se passe comme si cette relation avait un caractère statistique, l’accumulation des opérations de détail produisant une évolution urbaine globale dont l’existence et la rationalité nous paraissent évidentes.

  • 39 Les recherches effectuées dans le domaine proprement turc et balkanique, sous l’impulsion de O. L. (...)

37Le deuxième type de problèmes rencontrés est celui que pose l’exécution technique des opérations effectuées dans le cadre des waqfs, exécution sur laquelle notre information est tout à fait insuffisante, mais qu’un dépouillement plus complet des archives serait peut-être susceptible d’éclairer. La succession des waqfs relatifs à une même opération donne parfois l’impression d’un perfectionnement progressif d’un « projet » qui ne peut être reconnu comme tel qu’au terme de l’opération envisagée, au moment de la réalisation finale. Mais même quand l’opération apparaît comme fortement structurée (waqf d’Alep par exemple) nous n’avons pas d’indications sur les modalités de la planification urbaine qui était impliquée. Une lacune tout particulièrement fâcheuse est l’absence de plans qui permettraient de juger de l’existence d’un projet coordonné39 ; le manque de données sur le rôle des maîtres d’œuvre (architectes, entrepreneurs) n’est pas moins regrettable.

  • 40 ‘Alī Pacha Mubārak, Hitat ǧadīda, V, 67. De nombreuses indications sont données sur la construction (...)
  • 41 Très significatif, pour une époque plus ancienne, est le passage dans lequel Maqrīzī évoque le tran (...)

38De même nous ne disposons que de peu d’informations sur les relations éventuelles qui pouvaient exister entre le wāqif et tel corps de métier qui devait être l’utilisateur des édifices économiques construits dans le cadre du waqf. Sur une telle coopération, qui pourrait éclairer le problème qui nous occupe, nous n’avons trouvé qu’une indication. Lorsque Aḥmad Katḫudā al-Ḫarbuṭlī décida (un peu avant 1736) de reconstruire la mosquée al-Fakahānī, dans le Ġūriyya, dans le quartier des passementiers à la grecque (al-‘aqqādīn al-rūmī) (numéro de classement : 109), il construisit autour de la mosquée des boutiques pour les ‘aqqādīn al-rūmī, et c’est ‘Uṯmān Čelebi, cheikh de leur corporation, qui s’occupa de la construction : wa-kāna l-mubāšir ‘alā ‘imāratihi ‘Uṯmān Čelebi šaïḫ ṭā’ifat al-‘aqqādīn al-rūmī40. Ce cas de collaboration entre le constituant d’un waqf et la corporation à l’intention de laquelle étaient effectuées des constructions dont le revenu devait ultérieurement contribuer à l’entretien des bâtiments, n’était évidemment pas unique : des informations de cette nature portant sur les tanneurs à Alep et au Caire, ou encore sur les qawwāfīn (cordonniers) de la Qaṣaba Riḍwān, permettraient sans doute d’éclairer les conditions dans lesquelles furent réalisées certaines grandes opérations urbaines des XVIe et XVIIe siècles, et de vérifier dans quelle mesure le transfert de corps de métiers dans des locaux, et parfois un emplacement, nouveaux, prit l’aspect d’une opération concertée ou s’il fut le résultat d’un déplacement forcé41. Étant donné le rôle primordial que jouaient les édifices à destination commerciale et artisanale dans les waqfs grands et petits, de telles informations fourniraient une des clefs permettant de comprendre les mécanismes fondamentaux de l’occupation de l’espace urbain dans les villes arabes à l’époque moderne.

Conclusion

39En dépit de ces lacunes nous pensons que les exemples que nous avons présentés indiquent d’une manière assez démonstrative que, à défaut d’une conception urbanistique d’ensemble, d’une planification urbaine, et en l’absence d’une administration spécialisée et d’institutions communales, l’occupation de l’espace urbain a pu, dans certains cas, être réalisée, dans le cadre des waqfs, par des opérations, poursuivies à l’intérieur d’un quartier, qui ont contribué au remodelage progressif de la ville et à son extension. Sans doute les opérations que nous avons décrites constituent-elles des opérations exceptionnelles par leur ampleur (c’est d’ailleurs cette importance même qui permet de les reconnaître et de les isoler). Sans doute ne peut-on attribuer aux grands waqfs qu’une partie de l’organisation de l’espace urbain. Mais certainement une partie assez considérable pour justifier le développement de l’étude des waqfs dans le cadre large de l’urbanisme, comme cette étude a déjà été fortement entamée sous l’angle plus restreint de l’architecture et des monuments.

40 (Aix-en-Provence)

Notes

* Cet article a été rédigé dans le cadre de l’activité de Groupe de Recherches et d’Études sur le Proche-Orient d’Aix-en-Provence (ERA n° 648 du CNRS) que dirige M. Robert Mantran.

1 Sur ces problèmes voir mes articles « Problèmes urbains et urbanisme au Caire », dans les Actes du Colloque international sur l’histoire du Caire (1969) et « Le Caire au XVIIIe siècle : Structure et fonctions urbaines », dans les CLOS d’Aix-en-Provence, 1977.

2 Je n’ai pu relever au Caire que deux décisions urbaines caractérisées : le déplacement des tanneries (voir « Le déplacement des tanneries à Alep, au Caire et à Tunis », dans la Revue d’Histoire maghrébine, VII-VIII, 1977) et le transfert des marchands de poudre (bārūdiyya). Encore ignorons-nous si une autorité (et laquelle) en prit la responsabilité.

3 Sur cette expansion voir mon article « La conquête ottomane et le développement des grandes villes arabes » en cours de publication dans la Revue de l’Occident Musulman et de la Méditerranée.

4 J’en ai donné un exposé plus détaillé dans une communication présentée au colloque « Bilād al-Šām » (novembre 1978 à Damas), sous le titre « Le développement de la “Cité” d’Alep au XVIe siècle » qui est en cours de publication à Damas. Ces considérations sont, comme il est naturel, très largement fondées sur l’ouvrage de Jean Sauvaget sur Alep.

5 Le waqf de Ḫusrū Pacha est mentionné dans Ġazzī, Nahr, II, 117-123. Voir aussi Ṭabbāḫ, I‘lām, III, 180, 181, 191-194.

6 Ġazzī note que cet emplacement s’appelait maḥalla al-Bahā’ī, ce qui paraît bien indiquer qu’avant 1544 il n’y avait pas là d’activités économiques notables, le mot maḥalla désignant, à Alep, les quartiers de résidence.

7abbāḫ, I‘lām, 180. Ce pourrait être le sūq al-Ḫusrawiyya al-ǧadīd (« nouveau ») qui est mentionné dans un document des archives du Mahkama d’Alep daté de 962/1555, sans localisation (Damas, Markaz al-Waṯā’iq, registre Alep, numéro 5, p. 17, n° 168).

8 Sur ce waqf voir : Ibn al-Ḥanbalī, Durr al-ḥabab, Damas, 1972-1973, II-1, 263-264 ; Ġazzī, Nahr, II, 112-115 ; Ṭabbāḫ, I‘lām, III, 202-206 ; Jean Sauvaget, Alep, 214.

9 Le waqf de Muhammad Pacha est dit « Ibrāhīm Ḫān Zāda » parce que la waq fiyya portait le ṭuġrā du sultan Muhammad fils du sultan Ibrāhīm Hān (1648-1687). Sur la waqfiyya voir : Ġazzī, Nahr, II, 515-522 ; Jean Sauvaget, Alep, 263-265.

10abbāḫ, I‘lām, III, 213-214 ; Ġazzī, Nahr, II, 47-52 ; Jean Sauvaget, Alep, 216-217.

11 Le caractère chrétien du quartier de Ǧudaīda apparaît avec évidence dans les documents du plus ancien registre du Mahkama concernant Alep (Damas, Markaz al-Waṯā’iq, Alep, registre 5, années 957-972/1550-1565).

12 Notice biographique dans Muḥibbī, Ḫulāṣat al-aṯar, IV, 396. Voir aussi S. J. Shaw, History of the Ottoman Empire, I, 206 ; Heinz Gaube, Arabische Inschriften aus Syrien, Beyrouth, 1978, 174.

13 Ġazzī, Nahr, II, 496-499. Voir aussi Tabbāh, I‘lām, III. 263.

14 Inscription publiée par Heinz Gaube, Arabische Inschriften, 40, n° 66. Voir aussi As‘ad Ṭalas, al-Āṯār, Damas 1956, 200.

15 Le décor sculpté qui surmonte une fenêtre de la salle de prière, dans la cour, rappelle tout à fait le décor, vraisemblablement contemporain, des maisons Ġazzāla et Aǧīqbāš qui sont toutes proches.

16 Jean Sauvaget, Inventaire des monuments musulmans de la ville d’Alep, 112, n° 116.

17 J.-C. David, pensionnaire de l’Institut Français de Damas, et B. Chauffert-Yvart, architecte préparent présentement la publication de ce remarquable ensemble monumental.

18 Il y a un contraste particulièrement étonnant entre la médiocrité de l’exécution de la mosquée (dont la mauvaise qualité de l’inscription donne une image saisissante), et le soin apporté à l’aménagement intérieur et à la décoration extérieure du café.

19 Voir P. M. Holt, « The Beylicate in Ottoman Egypt », dans B.S.O.A.S., XXIV-2, 1961 ; et « The exalted lineage of Rīḍwān Bey », ibid., XXII-2, 1959.

20 Archives du Ministère des Waqfs du Caire : waqfiyya numéro 994 (1038/1629), 995 (1039/1630), 996 (1047/1638), 998 (1057/1647).

21 Monument classé sous le numéro 208. Voir J. Revault et B. Maury, Palais et maisons du Caire, I, 67-82.

22 Classée sous les numéros 406 et 407. Au Caire le mot qaṣaba désignait une avenue.

23 Waqfiyya numéro 994 (1629), ligne 35.

24 Ministère des Waqfs du Caire : waqfiyya numéro 1499 (1632) ; 952 (1651), 310-335.

25 Mar‘ī, Kitāb nuzhat al-nāẓirīn, Dār al-kutub, Le Caire, manuscrit tārī 2269, 444, 451, 456, 457.

26 La waqfiyya 952 ne comporte pas moins de huit pages de signatures de témoins (pages 101-108) en tête desquelles on trouve celles de deux pachas (Aḥmad Pacha et ‘Abdarraḥmān Pacha) et d’une dizaine de beys (dont Riḍwān Bey amīr al-ḥaǧǧ).

27 La Description de l’Égypte localise la Tabbāna en 165 P 5, mais la rue portait ce nom depuis les alentours de la mosquée al-Māridānī (180 0 5) jusqu’à la mosquée Aq Sunqur (82 P 5), soit sur une longueur de près de quatre cents mètres.

28 Que l’Index to Mohammedan Monuments date de 1049-1050/1639-1640.

29 Une mauvaise lecture de l’inscription qui se trouve sur la façade l’a fait dater de 1001/1593 dans l’Index to Mohammedan Monuments, ce qui est en contradiction évidente avec les dates des tombes qu’il contient, et en particulier de la tombe d’Ibrāhīm Agha, datée de 1052/1642-1643. La date de l’inscription de la façade doit être lue 1051 : le troisième chiffre n’est pas un point (= zéro) mais un o (= cinq) mal gravé, ainsi que le montre la comparaison avec le deuxième chiffre qui est bien un point (= zéro). Les inscriptions de la façade et des tombes sont publiées par R. Mantran dans « Inscriptions turques », dans Annales Islamologiques, XI, 214, numéros 4, 5 et 6 (qui donne la lecture 1001/1592-1593).

30 C’est sans doute l’immeuble que mentionne Max van Berchem (Matériaux, Egypte, Le Caire, 614-615, numéro 428) et dont il donne l’inscription, datée de 1061/1651. L’Index date le numéro 595 de 1062/1652.

31 La mosquée Aq Sunqur a été construite en 747-748/1346-1347. Max van Berchem (Matériaux, Égypte, Le Caire, 203-205) donne le texte de deux inscriptions rappelant la restauration de ce monument : 1061/1650-1651 et 1062/1651-1652. Dans un local annexe se trouve la tombe d’Ibrāhīm Agha qui est datée de 1064/1654 (elle est publiée par R. Mantran, Inscriptions turques, 215 numéro 7).

32 L’Index to Mohammedan Monuments les date de 1062/1652.

33 L’inscription de ce ḥawd mentionne une restauration effectuée par Ibrāhīm Agha en 1070/1659-1660. Voir : Max van Berchem, Matériaux, Egypte, Le Caire, 619, numéro 436 ; et R. Mantran, Inscriptions turques, 227, numéro 26.

34 E. Pauty (Les palais et les maisons d’époque musulmane au Caire, Le Caire, 1932, 86, numéro 42) date cette maison de 1063/1652. Voir aussi le bulletin du Comité, XXXVII, 1933/5, 429.

35 Signalons que la Description mentionne ce sabīl sous le nom de sabīl « Ibrāhīm Agha » (159 P 5). Mais l’inscription qui subsiste au-dessus de la fenêtre de ce monument l’attribue bien à l’« amīr ‘Umar Agha ». Ce personnage était, semble-t-il, un parent d’Ibrāhīm Agha, ce qui explique que ses constructions se mêlent à celles de l’émir, dont elles sont exactement contemporaines. Attenantes à ce sabīl on trouve la tombe de l’émir ‘Umar Agha et une maison dite maison-waqf de ‘Umar Agha (Comité, XXXVII, 1933-5, 143).

36 Ce rab‘ est mentionné dans un acte de waqf daté de 929/1523 (communication de Mme Mona Zakariya). La publication de ce magnifique monument est actuellement en préparation par Mme Mona Zakariya, architecte au Caire et collaboratrice de l’ERA 648.

37 Sur les waqfs voir l’article de la Shorter Encyclopaedia of Islam, 624-628 ; et sur les waqfs en Égypte voir notamment A. Sekaly, Le problème des waqfs en Égypte, dans R.E.I., III, 1929.

38 Waqfiyya 952, 225-228.

39 Les recherches effectuées dans le domaine proprement turc et balkanique, sous l’impulsion de O. L. Barkan, ont, sur ce point, produit des résultats importants. On souhaite qu’elles puissent être étendues au domaine arabe, ce qui suppose une meilleure accessibilité aux riches fonds d’archives d’Istanbul. À titre de comparaison, pour une période exactement contemporaine, voir les recherches effectuées par l’Institut d’Études et de Recherches en Architecture et Urbanisme (I.E.R.A.U.) sur la reconstruction des villes de Sicile détruites par le tremblement de terre de 1693 (Henri Raymond, et al., Urbanisme et société baroques, Paris 1977) : la netteté des projets urbanistiques, attestée par des plans, contraste avec l’imprécision de notre information dans le domaine que nous étudions.

40 ‘Alī Pacha Mubārak, Hitat ǧadīda, V, 67. De nombreuses indications sont données sur la construction de la mosquée dans les chroniques contemporaines : Ahmad Čelebi, Kitāb awḍaḥ, manuscrit Yale, Landberg numéro 3, 253a-254a ; Qīnalī, Maǧmū‘ latīf, manuscrit de Vienne, HO 38, 192 b ; Damurdāšī, al-Durra, manuscrit British Museum, Or. 1073-1074, 411 ; Ǧabartī, ‘Aǧā’ib al-āṯār, éd. Būlāq, 1879, 4 vol., I, 168, 350. Voir aussi Max van Berchem, Matériaux, Égypte, Le Caire, 621-622 ; Comité, XXV, 1908, 18-19 : Hautecœur et Wiet, Mosquées, 341.

41 Très significatif, pour une époque plus ancienne, est le passage dans lequel Maqrīzī évoque le transfert forcé des tuǧǧār (négociants) en tissus des qīsāriyya (caravansérails) de Ǧahārkas et de Fādil dans la halle construite par Baībars II dans le quartier de Ǧawdariyya, et celui des fabricants de bottines (aḫfāf) dans les boutiques situées à l’extérieur. L’opération fut menée en deux jours par un fonctionnaire zélé qui vint s’en vanter au souverain. Baībars lui répondit alors : « Qāḍī, si tu as trouvé des locataires en une seule journée, cette halle se videra en une heure. » Cette prophétie se réalisa lorsque, en 1310, Baībars se fut enfui de la Citadelle : dans la nuit même, les locataires forcés quittèrent leurs magasins sans y laisser un coupon d’étoffe (Maqrīzī, Hitat, éd. Būlāq, II, 89 ; A. Raymond et G. Wiet, Les marchés du Caire, Le Caire, IFAO, 1979, 116-117).

Table des illustrations

Titre Constructions dans la « cité » d’Alep au XVIe siècle
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1662/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Titre Waqf de Ibšīr Pacha d’après le plan cadastral d’Alep (circonscription VI, section 9, feuille 2)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1662/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Constructions de Riḍwān Bey
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1662/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Titre Constructions d’Ibrāhīm Agha dans le quartier de Tābbana
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1662/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 312k

© Presses de l’Ifpo, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search