Version classiqueVersion mobile

La ville arabe, Alep, à l’époque ottomane

 | 
André Raymond

Le déplacement des tanneries à Alep, au Caire et à Tunis à l’époque ottomane

Un « indicateur » de croissance urbaine

Note de l’éditeur

Extrait de : Revue d’Histoire maghrébine, Tunis, n° 7-8, janvier 1977, p. 192-200. Réédité dans : Revue du Monde musulman et de la Méditerranée, 55-56, 1990/1-2, p. 34-43.

Texte intégral

  • 1 Voir mon article A. Raymond, 1975.

1L’absence presque complète d’informations statistiques sur les villes arabes jusqu’à la fin de l’époque ottomane, c’est-à-dire en plein XIXe siècle, rend souvent aléatoires les spéculations auxquelles on peut se livrer sur leur essor, ou sur leur déclin, et sur l’importance de ces mouvements. Il est donc nécessaire de rechercher les éléments concrets qui seraient susceptibles d’éclairer les investigations dans ce domaine. Dans un article récent j’ai suggéré que l’étude des monuments, envisagés non sous le seul angle du décor urbain, mais comme des signes de l’histoire urbaine, devrait fournir des indications précieuses sur l’évolution des villes arabes, les bains publics présentant, de ce point de vue, un intérêt tout particulier1.

2Le présent article est consacré à un autre élément du « matériel urbain », les tanneries, dont les déplacements peuvent constituer un utile « indicateur » de croissance urbaine.

3Les tanneries (madābiġ) sont généralement installées sur la lisière des villes pour des raisons bien connues : les nécessités de leur approvisionnement en peaux qui les associent souvent aux marchés aux bestiaux, et aux abattoirs, eux-mêmes généralement situés à proximité de la limite de la zone urbanisée ; leurs besoins en eau qui leur font rechercher le voisinage d’une rivière, d’un canal ou d’un lac ; la nécessité pour les tanneurs de disposer, pour le séchage des peaux, d’espaces libres qu’on ne trouve guère qu’à la périphérie des villes ; enfin (et cette considération est le plus souvent décisive) les nuisances dont les tanneries sont responsables pour le voisinage, en particulier à cause des odeurs désagréables qu’elles répandent, nuisances qui rendent leur présence peu désirable dans les zones peuplées de façon dense. Cette localisation périphérique des tanneries est la plus fréquente, bien que des exceptions notables existent (comme dans le cas de Fès).

4Lorsqu’une ville subit un mouvement de croissance, il arrive que la zone, à l’origine excentrique, consacrée aux tanneries se trouve progressivement englobée dans le tissu urbain, ou que la présence des madābiġ dans une région de forte poussée urbaine constitue un obstacle au développement urbain : les tanneries sont alors déplacées vers un site plus convenable. Un tel déplacement et sa date donnent des indications précieuses sur l’histoire d’une ville, puisqu’on peut, d’une part, en tirer des conclusions sur les limites probables de l’agglomération avant le mouvement de transfert, et, d’autre part, conclure, avec une quasi-certitude, à une période d’expansion urbaine, dans une direction qui est ainsi connue. Malheureusement les chroniqueurs sont souvent discrets sur des événements qui nous paraissent avoir un grand intérêt, mais qu’ils ont tendance à considérer comme trop insignifiants pour qu’ils méritent d’être mentionnés. C’est donc une circonstance particulièrement favorable qui fait que nous avons connaissance de trois événements urbains de cette sorte, à l’époque ottomane, dans les villes d’Alep, du Caire et de Tunis.

1. Le cas d’Alep

  • 2 Sauvaget J., 1941, p. 18-19. L’exposé qui suit est, pour l’essentiel, fondé sur cet ouvrage.

5L’importance de la tannerie à Alep est traditionnellement liée aux possibilités agricoles de la steppe qui entoure la ville, la localisation des ateliers dépendant naturellement de la présence d’une rivière, le Quwaïq, qui pouvait fournir l’eau nécessaire2.

  • 3 Sauvaget J., 1941, p. 151 et note 562, p. 253 ; carte LVIII ; 1933, p. 139.

6À l’époque ayyoubide, l’activité économique entretenue par la présence dans la grande métropole de Syrie du nord, d’une cour et d’une armée, avait, en particulier, justifié le développement de l’armurerie et des métiers du cuir qui trouvaient sur place un vaste débouché pour leur production. Une partie de la ville avait alors commencé à se spécialiser dans le travail des peaux, ce qui avait valu à tout un quartier le nom de « la Tannerie » (Dabbāġa), cette dénomination nouvelle, comme celle d’autres quartiers comparables (par exemple les « Savonneries », maṣābin), indiquant une spécialisation professionnelle qui était un des signes de la vitalité économique de la ville. Jean Sauvaget localise ce quartier de la Tannerie dans l’angle nord-ouest de la ville ayyoubide, à proximité des remparts de la ville, et non loin du Quwaïq qui coulait à l’ouest de la ligne des remparts. Le quartier de la Savonnerie se trouvait non loin de là3.

  • 4 Sauvaget J., 1941, p. 222, 254, 255, 263, 264 ; Ġazzī, 1926, II, p. 516-518.

7Au XVIe siècle on constate que les tanneries sont transférées à l’extérieur de la ville, hors les murs. De nouveaux ateliers sont alors construits, sur les bords même de la rivière Quwaïq, à environ deux cents mètres à l’ouest de la porte d’Antioche (bāb Anṭākiya) qui s’ouvre au milieu du mur occidental de la ville. Des indications nombreuses sont données sur les constructions effectuées par le constituant dans l’acte de waqf d’Ibrāhīm Hān Zāda Muḥammad Pāšā, important document qui est cité par Kāmil al-Ġazzī et dont J. Sauvaget donne une analyse dans son ouvrage sur Alep. Les tanneries (dabbāġa) que le constituant avait fait édifier à l’emplacement appelé pont des Tortues (ğisr al-Salāḥif), sur le Quwaïq, étaient un bâtiment considérable, dont rien malheureusement n’a subsisté (son emplacement était situé un peu au sud-ouest de l’actuelle gare des cars), mais dont nous connaissons les dimensions : 170 mètres de long sur 40 de large, soit une surface d’environ 6 800 mètres carrés ; ces tanneries comprenaient 53 pièces au rez-de-chaussée et 58 à l’étage. À proximité de ces tanneries, tout près de la porte d’Antioche, fut également construit un bain public, réservé aux tanneurs ; des khâns et une mosquée complétaient cet ensemble monumental. L’acte de waqf, qui est daté de 1574, est sans doute de peu postérieur à la construction de ce local qui fut précédé de quelques années par le transfert effectif des tanneurs de l’intérieur à l’extérieur de la ville ; mais sur ce transfert nous n’avons pas d’autres informations4.

Plan 1. Le déplacement des tanneries à Alep

Plan 1. Le déplacement des tanneries à Alep

1. Quwaïq ; 2. Tanneries ; 3. Porte d’Antioche ; 4. Grande Mosquée ; 5. Citadelle ; 6. La cité ; 7. Vieille tannerie. En grisé clair : zones urbanisées entre le début du XVIe et le milieu du XIXe siècle (d’après les cartes de J. Sauvaget).

  • 5 Sauvaget J., 1941, p. 151, note 582 ; 1931, numéro 28.
  • 6 Sauvaget J., 1941, p. 263-264 ; Ġazzī, 1926, II, p. 515-517.

8À la suite de ce déplacement, le quartier de la Tannerie intra muros, prit le nom de al-Dabbāġa al-‘̔̔̔atīqa, « la Vieille Tannerie », pour éviter toute confusion avec la nouvelle. La mosquée qui se trouvait dans ce quartier, et dont subsiste encore le minaret, qui remonte au XIIIe siècle, prit alors son nom actuel de ǧāmi‘ al-Dabbāġa al-‘atīqa5. L’acte de waqf d’Ibrāhīm Hān Zāda donne l’impression que ce quartier de la « Vieille Tannerie » connut alors un certain développement : l’acte mentionne en effet d’assez nombreuses constructions récentes, magasins, moulins et boutiques qui paraissent attester un mouvement d’urbanisation dans une région qui était maintenant rendue libre pour l’expansion de la ville par le départ des tanneurs6.

9Bien que Jean Sauvaget ne lie pas explicitement le transfert des tanneries au développement que connut Alep durant le premier siècle de l’occupation ottomane, il me semble qu’on doit en tirer des conclusions sur l’histoire de la ville. Il paraît logique de supposer que le développement de l’activité, et l’accroissement de la population dans la vieille ville (et en premier lieu dans la « Cité », zone centrale des souqs, et dans la région environnante) eut pour conséquence un besoin d’espaces libres, cependant que la présence même des tanneries à une distance assez réduite d’un centre maintenant surpeuplé représentait une gêne pour la population. Il était donc normal, dans ces conditions, qu’ait été effectué le transfert des tanneries, et qu’ait été ainsi ouverte au développement urbain une région nouvelle, à l’intérieur des murs. En ce qui concerne le transfert lui-même, nous ignorons s’il fut le résultat d’une décision « édilitaire » ou s’il prit la forme d’une migration progressive des tanneurs. Mais il se produisit évidemment quelques années avant 1574, puisque, dans l’acte de waqf qui porte cette date, le quartier de la Tannerie intra muros est qualifié de « Dabbāġa al-‘atīqa ».

  • 7 Évaluations faites d’après les cartes LXII et LXX de J. Sauvaget.
  • 8 Voir Sauvaget J., 1931 ; article « Ḥalab » dans l’Encyclopédie de l’Islam, seconde édition, vol. II (...)

10L’essor que connut Alep à l’époque ottomane est un fait d’évidence que les travaux de J. Sauvaget ont bien mis en valeur. Les cartes de son ouvrage permettent d’en préciser l’ampleur entre le début du XVIe siècle (superficie de la ville : environ 240 hectares) et le milieu du XIXe siècle (environ 350 hectares), soit un accroissement global de cinquante pour cent environ de la surface construite7. Beaucoup d’éléments font penser que ce développement fut particulièrement important durant le premier siècle de la domination ottomane. Sur ce point il y a concordance entre l’indice que fournit le transfert des tanneries vers le milieu du XVIe siècle, et ce que nous savons du formidable développement dont la « Cité » d’Alep fut le théâtre à la même époque. Il suffit de rappeler, dans le domaine du commerce, la construction des khâns et des locaux à usage économique qui sont mentionnés dans quelques textes bien connus : le waqf de Dukaġin Zāda Muḥammad Pāšā (1555) intéresse une zone urbaine d’une surface de trois hectares, en plein centre de la ville, comprenant en particulier une grande mosquée, trois qaïsariyya et quatre souks ; dans le waqf d’Ibrāhīm Hān Zāda Muḥammad Pāšā plusieurs fois cités plus haut (1574), sont mentionnés en particulier le khân de la douane (al-Ǧumruk), un des plus importants d’Alep avec ses 52 magasins et ses 77 chambres, deux souqs de 344 boutiques, au total 8 000 mètres carrés à l’intérieur de la « Cité ». C’est également dans cette région que furent construits, à la même époque, quelques-uns des monuments religieux les plus importants d’Alep, mosquée de Ḫusraw Pāšā (1537) et mosquée de Bahrām Pāšā8. C’est donc à un vigoureux essor urbain que l’on assiste vers le milieu du XVIe siècle ; le transfert des tanneries fut une conséquence, de cet essor et il en demeure pour nous le signe.

2. Le cas du Caire

11Jusqu’à l’arrivée des Ottomans en Égypte (1517), les tanneries du Caire (madābiġ) étaient situées à un peu plus de trois cents mètres au sud-ouest de la porte de bāb Zuwaïla (en M 6 sur notre plan), à mi-distance entre le rempart sud du Caire fatimide et l’étang de l’Éléphant (birkat al-Fīl) : elles occupaient là une surface que l’on peut estimer à près de quatre hectares. Cette localisation, à proximité de la zone centrale du Caire, nous fait supposer que Le Caire, jusqu’à l’arrivée des Ottomans, ne s’était guère développé dans la direction du sud-ouest, la présence d’un ensemble aussi considérable d’ateliers paraissant exclure l’installation d’une population véritablement dense.

  • 9 ‘Ali Pāšā, 1888, III, p. 63-64.

12Aucun texte historique contemporain ne nous signale le transfert des tanneries. C’est l’historien égyptien du XIXe siècle, ‘Alī Pāšā Mubārak qui, dans ses Hiṭaṭ9, cite des documents remontant au XIe siècle de l’Hégire où il est fait état du transfert des tanneries de leur emplacement ancien, au sud-ouest de bāb Zuwaïla, vers bāb al-Lūq (plan : M 15). Cet auteur mentionne très explicitement la cause de ce déplacement : l’accroissement de la population du Caire et l’installation d’un nombre de plus en plus important d’habitants dans une zone qui était très proche du centre de la ville obligèrent à déplacer les tanneries en raison des désagréments (et en particulier des mauvaises odeurs) que leur activité causait à la population. Les gens se plaignirent d’être incommodés par ce voisinage et les tanneries furent transférées en un lieu tout à fait excentrique : la région de bāb al-Lūq, à la limite ouest de la ville, était fort peu urbanisée encore ; le voisinage de plusieurs birka (étangs), d’un canal (le Halīǧ al-Maġribī), la proximité même du Nil, rendaient cet emplacement particulièrement propice pour de telles activités. À l’époque ottomane des abattoirs, qui comptaient parmi les plus importants du Caire, étaient également localisés à proximité de bāb al-Lūq : ils fournissaient aux tanneries leur matière première.

  • 10 La première ḥuǧǧa est citée par ‘Alī Pāšā, 1888, IV, 95 ; la seconde se trouve dans les archives du (...)
  • 11 L’Index des monuments musulmans du Caire date le minaret de la mosquée ‘Alī al-‘Amrī de « la fin du (...)
  • 12 Voir mon article A. Raymond, 1963.

13Il serait naturellement très utile de connaître la date exacte de ce transfert. Malheureusement, ainsi que nous l’avons noté plus haut, ‘Alī Pāšā se contente de le situer pendant le onzième siècle de l’Hégire, c’est-à-dire entre 1592 et 1687. Nous connaissons des textes légaux (ḥuǧǧa) où il est question (p. 197) du « quartier des Anciennes Tanneries » (ẖaṭṭ al-Madābiġ al-qadīma) et des « nouvelles tanneries ». Les plus anciens remontent à 1661/2 et à 1663, ce qui nous fait supposer que le transfert fut pour le moins antérieur à 165010. Mais nous avons tout lieu de supposer que le déplacement eut lieu, en réalité, bien avant, sans doute dès les premières années du XVIIe siècle, sinon à la fin du XVIe siècle. Il est en effet probable que plusieurs mosquées importantes du Caire, situées à proximité immédiate du quartier des Madābiġ, n’ont pu être bâties là, dans les premières décennies du XVIIe siècle, qu’après le déplacement des tanneries, dont la présence aurait rendu difficile la construction d’édifices aussi prestigieux : c’est le cas en particulier de la mosquée de Malika Ṣafiya (monument classé sous le numéro 200 et édifié en 1610) qui porte le nom d’une sultane, épouse de Murād III (1574-1595), et mère de Muḥammad III (1595-1603), et qui est un des monuments les plus importants de l’époque ottomane (plan : O 8) ; c’est le cas également de la mosquée al-Burdaïnī (classée sous le numéro 201 et datée de 1616-1629) (plan : O 7) ; c’est le cas enfin de la mosquée al-‘Amrī (dont le minaret est classé sous le numéro 426) (plan : O 9)11. Il nous paraît tout aussi évident que le développement de la région de la birkat al-Fīl comme zone de résidence pour les émirs12, qui est notable dès avant 1650, n’a pu se produire qu’une fois le quartier voisin libéré de la présence malodorante des tanneries. C’est le transfert des tanneries qui a permis l’urbanisation rapide de cette région du Caire où s’installèrent en grand nombre des résidences riches et des centres commerciaux actifs. Citons en particulier les travaux du grand émir Riḍwān Bey (mort en 1656) qui établit, non loin de là, sa résidence (plan : N 7) et construisit un souq couvert, le sūq al-Qawwāfīn, également connu sous le nom de Qaṣaba Riḍwān (plan : N 6) ; ou encore les travaux de l’émir Lāčīn Bey (mort en 1660) qui eut, tout près des madābiġ, sa résidence personnelle et qui installa dans le même quartier le marché qui porta son nom (suwayqa Lāčīn) (plan : N 8).

Plan 2. Le déplacement des tanneries au Caire

Plan 2. Le déplacement des tanneries au Caire

1. Halīǧ al-Maġribī ; 2. Halīğ ; 3. Mosquée al-Azhar ; 4. Qāhira ; 5. Abattoirs ; 6. Pont al-Madābiġ ; 7. Bāb al-Lūq ; 8. Bāb al-Harq ; 9. Mosquée al-Mu’ayyad ; 10. Bāb Zuwaïla ; 11. Tanneries ; 12. Suwaïqa Lācīn ; 13. Palais de Riḍwān Bey ; 14. Qaṣaba Riḍwān ; 15. Al-Madābiġ al-Qadīma ; 16. Tanneries ; 17. m. al-‘Amrī ; 19. m. Malika Ṣafiya ; 19. m. Burdaïnī ; 20. Dāwūdiyya ; 21. Abattoirs ; 22. Birkat al-Saqqā'īn ; 23. Birkat al-Fīl ; 24. Citadelle.

  • 13 Voir la communication que j’ai présentée au Congrès européen des arabisants et islamisants (Aix-en- (...)

14Dans ce cas aussi, nous ignorons si le transfert fut progressif ou s’il fut réalisé en une seule fois à la suite d’un acte d’autorité pris par les gouvernants du Caire. Mais ce qui est du moins certain c’est que le déplacement des tanneries, vers 1600, est la conséquence directe du développement de la ville qui commence alors une expansion vigoureuse vers le sud, au-delà des limites du Caire fatimide. Cet événement urbain confirme ce que nous savons de l’histoire de la ville durant les deux premiers siècles de la domination ottomane, et il constitue un argument supplémentaire de poids en faveur de l’hypothèse d’un essor de la population du Caire après la fin de la période mamelouke13.

3. Le cas de Tunis

15Pour Tunis, nous avons la chance de disposer d’un texte contemporain de l’événement que nous étudions, texte qui date le transfert avec assez de précision et en donne les raisons et les conditions générales.

16Le chroniqueur tunisien Ḥammūda ibn ‘Abd al-‘Azīz (mort en 1787) évoque dans son Kitāb al-Bāšī, la prospérité de la Tunisie à l’époque des Ḥusaynites, et plus particulièrement de ‘Alī Bey (1759-1782), dans un passage qui ne manque pas d’intérêt comme témoignage de la conscience qu’un ‘ālim de ce temps, bon connaisseur d’Ibn Haldūn, prenait des problèmes économiques et démographiques. Évoquant la croissance de la population de Tunis, notre auteur explique très clairement que, le pays n’ayant souffert, depuis 1705, ni d’épidémies graves, ni de famines, ni de guerres civiles, le nombre des naissances excédait très largement celui des décès. L’augmentation de la population avait provoqué, à Tunis, une raréfaction des locaux disponibles, et il en était résulté une forte hausse des loyers des maisons (dār) et des immeubles (ribā‘).

  • 14 Ḥammūda B. ‘Abd al-‘Azīz, Kitāb al-Bāšī, Bibliothèque Nationale de Tunis, manuscrit OR 351, f° 170  (...)

17Pour alléger les difficultés de la population, le souverain (‘Alī Bey) autorisa les habitants de Tunis à construire des maisons du côté de la Lagune (Sabẖa), à l’est de la porte de bāb ‘Alīwa : les constructions s’étendirent jusqu’au bord du Lac de Tunis (Buḥaïra) et y constituèrent comme un gros village (qariya ‘aẓīma). Puis le Bey autorisa les habitants à construire des maisons, également sur la Sabẖa, entre al-Nawā’il et la porte de bāb al-Baḥr : l’extension de la capitale de ce côté prit l’importance d’une véritable ville (balad min al-buldān). On construisit là des funduq, des boutiques (ḥawānīt), des magasins (maẖāzin) « et un marché pour les tanneurs (sūq al-Dabbāġīn) qui comprenait plus de cinquante maisons (dār). Il les transporta en ce lieu, si bien que leur souk [antérieur] qui se trouvait à l’intérieur de la ville (madīna) devint disponible pour la construction de maisons d’habitation ». L’historien note, en conclusion, que ces mesures se révélèrent cependant insuffisantes, et que la pression persistante de la population continua à maintenir des loyers élevés dans la capitale14.

  • 15 Monchicourt Ch., 1929, p. 82. Pellegrin A., 1952, p. 76.

18Ce texte est parfaitement explicite. L’augmentation de la population dans la ville intra muros avait conduit le souverain à évacuer les dabbāġīn, dont la présence devenait gênante, pendant une période de croissance démographique, vers une région située hors des murs : cette zone qui était alors une zone pionnière, devait connaître, au XIXe siècle, un développement foudroyant, puisque c’est là que se développa, entre bāb al-Baḥr (porte de la Mer) et le Lac, la ville moderne de Tunis. Ce transfert dégagea, en ville, une zone ouverte aux besoins de la population de Tunis en maisons d’habitations. Le nouveau quartier des tanneurs, situé un peu au nord-est de la porte de la Mer, est mentionné dans les textes ultérieurs, et en particulier dans l’ouvrage de Ibn Abī l-Ḍiyāf. Un texte européen du début du XIXe siècle parle du faubourg « de la Marine, nommé Debaghine » (la Tannerie). Une rue des Tanneurs (qui joignait les rues de Rome et des Maltais) a perpétué, jusqu’à nos jours, le souvenir de cet événement urbain15.

Plan 3. Le déplacement de tanneries à Tunis

Plan 3. Le déplacement de tanneries à Tunis

1. Rue de la Qaṣba ; 2. Rue de la Mosquée ; 3. Bāb Qarṭaǧanna ; 4. Bāb al-Baḥr ; 5. Bāb al-Ǧazīra ; 6. Rue al-Ǧazīra ; 7. Rue des Maltais ; 8. Tanneurs ; 9. Rue des Tanneurs ; 10. Rue de Rome ; 11. Ambassade de France ; 12. Avenue Bourguiba ; 13. Bāb ‘Alīwa ; 14. Lac de Tunis (Buḥaïra) ; 15. Qaṣba.

  • 16 Voir Abdesselem A., 1973, p. 265-268.

19Le récit de Ḥammūda est d’un réel intérêt. Si notre chroniqueur ne nous donnait pas ce détail, nous pourrions soupçonner que ce qu’il écrit sur la prospérité et l’essor, de Tunis sous les Ḥusaïnites, et en particulier sous ‘Alī Bey, ne constitue qu’une de ces exagérations laudatives dont les chroniqueurs sont coutumiers. Un tel doute serait d’autant plus légitime, en ce qui concerne Ḥammūda, que cet auteur avait fait carrière auprès de ‘Alī Bey et était donc généralement porté à célébrer les mérites des souverains ḥusaïnites16. Mais la mention d’un événement en apparence aussi insignifiant que le transfert des tanneurs de l’intérieur à l’extérieur de la ville constitue une confirmation précieuse de ses dires, un indice indiscutable du développement urbain de Tunis à cette époque, et elle doit nous amener à lui faire confiance.

  • 17 Ibn Abī Dīnār, 1931, p. 146, assure qu’en 1535, lors de la prise de Tunis par Charles Quint, la vil (...)

20La date même qui est assignée à ce déplacement (environs de 1770) apparaît comme tout à fait vraisemblable si on considère l’histoire de la Tunisie et de sa capitale depuis l’arrivée des Turcs en Afrique du Nord. La conquête ottomane (qui ne fut achevée qu’en 1574, en ce qui concerne la Tunisie) avait été pour ce pays une époque de troubles et de difficultés, pendant laquelle il avait été ballotté entre les Espagnols et les Turcs, sous l’autorité nominale d’une dynastie hafside en pleine décadence. Au XVIIe siècle, en dépit de l’établissement de la dynastie mouradite, la Tunisie avait encore connu des moments difficiles, avec une succession de conflits entre les Mouradites et les deys et la milice et de guerres civiles, entre les prétendants au pouvoir, que compliquaient les interventions de l’odjaq d’Alger (dont le résultat fut, à plusieurs reprises, le siège et l’occupation de Tunis). À partir de 1705, par contre, la Tunisie entra, avec la dynastie ḥusaynite, dans une ère de relative stabilisation politique, et elle connut, semble-t-il, un réel redressement matériel : les seuls drames majeurs qui affectèrent alors le pays furent la révolte de ‘Alī Pāšā (en 1735) et la prise et le sac de Tunis par les Algériens (en 1756). Il est donc tout à fait logique de supposer que la population de Tunis, qui avait sans doute sensiblement décliné aux XVIe et XVIIe siècles17, reprit, au cours du XVIIIe siècle, un mouvement ascendant. Cet essor démographique est parfaitement illustré par l’épisode du transfert des tanneries dont le chroniqueur tunisien se fait l’écho.

Conclusion

21Alep, Le Caire et Tunis sont trois exemples des indications utiles que peut fournir l’étude de faits apparemment insignifiants de l’histoire urbaine. Pour prendre toute leur signification ces détails de structure urbaine doivent naturellement être recoupés par d’autres observations et ils doivent être replacés dans une perspective plus générale. Dans ces limites, le déplacement des tanneries, quand on peut l’observer, constitue un point de repère chronologique commode : il permet de préciser une évolution qui ne nous est présentée dans les chroniques que d’une manière assez vague ; à défaut de toute indication statistique et en l’absence d’une cartographie sérieuse des grandes villes arabes avant le XIXe siècle, il donne quelque substance à la notion d’« essor urbain » qui reste, dans la plupart des cas, aussi fâcheusement imprécise que celle de « déclin urbain », faute d’éléments concrets auxquels les accrocher.

22La convergence des observations faites dans trois capitales provinciales arabes de l’Empire ottoman est de nature à corroborer l’opinion que, loin d’avoir été marquée par un déclin des villes, cette époque a, au contraire, connu un mouvement de croissance urbaine, au moins pendant les deux premiers siècles de la domination ottomane, les différences de tempo relevées (en particulier en ce qui concerne Tunis) devant être expliquées par l’étude du contexte politique et économique dans chacun des pays considérés. L’étude d’autres villes du domaine arabe méditerranéen (Damas et Alger par exemple) confirmerait à mon avis une tendance qui paraît assez générale pour qu’il soit nécessaire d’en tenir compte dans l’appréciation qu’on porte globalement sur les effets de la conquête ottomane dans les pays arabes.

Bibliographie

ABDESSELEM (A.), 1973, Les historiens tunisiens, Paris.

‘ALĪ PĀŠĀ MUBĀRAK, 1888, Al- H iṭaṭ al-ǧadīda, 20 vol., Būlāq.

AL-ĠAZZĪ (K.), 1926, Nahr aḏ-ḏahab fi tārī h Ḥalab, 6 vol., Alep.

IBN ABĪ DĪNĀR, 1350/1931, Mu’nis, Tunis.

IndexdesMonumentsmusulmansduCaire, Le Caire, 1951.

MONCHICOURT (C.), 1929, Relations inédites, Paris.

PELLEGRIN (A.), 1952, « Le Vieux Tunis », B.E.S. (61).

RAYMOND (A.), 1963, « Essai de géographie des quartiers de résidence aristocratique au Caire au XVIII e  siècle », in J.E.S.H.O. (VI/1) , p. 58-103.

RAYMOND (A.), 1975, « Signes urbains et étude de la population des grandes villes arabes à l’époque ottomane », in Bulletin d’Études Orientales (XXVII), p. 183-193.

SAUVAGET (J.), 1931, « Inventaire des monuments musulmans d’Alep », Revue des Études Islamiques, (5), p. 59-114.

SAUVAGET (J.), 1933, «   Les perles choisies   » d’Ibn ach-Chihna. Matériaux pour servir à l’histoire de la ville d’Alep, Beyrouth.

SAUVAGET (J.), 1941, Alep. Essai sur le développement d’une grande ville syrienne des origines au milieu du XIX e   siècle, 2 vol. (texte, album), Paris.

SAUVAGET (J.), Article «  alab », in E.I. 2, vol. III, p. 87-92.

Notes

1 Voir mon article A. Raymond, 1975.

2 Sauvaget J., 1941, p. 18-19. L’exposé qui suit est, pour l’essentiel, fondé sur cet ouvrage.

3 Sauvaget J., 1941, p. 151 et note 562, p. 253 ; carte LVIII ; 1933, p. 139.

4 Sauvaget J., 1941, p. 222, 254, 255, 263, 264 ; Ġazzī, 1926, II, p. 516-518.

5 Sauvaget J., 1941, p. 151, note 582 ; 1931, numéro 28.

6 Sauvaget J., 1941, p. 263-264 ; Ġazzī, 1926, II, p. 515-517.

7 Évaluations faites d’après les cartes LXII et LXX de J. Sauvaget.

8 Voir Sauvaget J., 1931 ; article « Ḥalab » dans l’Encyclopédie de l’Islam, seconde édition, vol. III, p. 87-92.

9 ‘Ali Pāšā, 1888, III, p. 63-64.

10 La première ḥuǧǧa est citée par ‘Alī Pāšā, 1888, IV, 95 ; la seconde se trouve dans les archives du Maḥkama du Caire (Ask, v. 49, p. 47, 1073/1663).

11 L’Index des monuments musulmans du Caire date le minaret de la mosquée ‘Alī al-‘Amrī de « la fin du Xe siècle/XVIe siècle » (le Xe siècle se termine en 1591). Mais sa ressemblance avec le minaret de la toute proche mosquée al-Burdaïnī est telle que j’incline à le penser contemporain de ce dernier monument (1616-1629).

12 Voir mon article A. Raymond, 1963.

13 Voir la communication que j’ai présentée au Congrès européen des arabisants et islamisants (Aix-en-Provence, septembre 1976). [Un document qui m’a été plus récemment communiqué par Nelly Hanna confirme que le déplacement eut lieu en 1600 et donna lieu à une intervention du gouvernement central (Archive du Maḥkama. Bâb al-‘Alī, 73, art. 13, 5-6)]

14 Ḥammūda B. ‘Abd al-‘Azīz, Kitāb al-Bāšī, Bibliothèque Nationale de Tunis, manuscrit OR 351, f° 170 b. Je suis heureux de pouvoir remercier ici le professeur A. Temimi et le directeur de la B.N. qui m’ont très aimablement aidé à me procurer une photocopie du manuscrit de cet ouvrage.

15 Monchicourt Ch., 1929, p. 82. Pellegrin A., 1952, p. 76.

16 Voir Abdesselem A., 1973, p. 265-268.

17 Ibn Abī Dīnār, 1931, p. 146, assure qu’en 1535, lors de la prise de Tunis par Charles Quint, la ville perdit le tiers de sa population, soit 60 000 personnes (évaluation qui donnerait une population totale de 180 000 h à cette époque).

Table des illustrations

Titre Plan 1. Le déplacement des tanneries à Alep
Légende 1. Quwaïq ; 2. Tanneries ; 3. Porte d’Antioche ; 4. Grande Mosquée ; 5. Citadelle ; 6. La cité ; 7. Vieille tannerie. En grisé clair : zones urbanisées entre le début du XVIe et le milieu du XIXe siècle (d’après les cartes de J. Sauvaget).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1661/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Titre Plan 2. Le déplacement des tanneries au Caire
Légende 1. Halīǧ al-Maġribī ; 2. Halīğ ; 3. Mosquée al-Azhar ; 4. Qāhira ; 5. Abattoirs ; 6. Pont al-Madābiġ ; 7. Bāb al-Lūq ; 8. Bāb al-Harq ; 9. Mosquée al-Mu’ayyad ; 10. Bāb Zuwaïla ; 11. Tanneries ; 12. Suwaïqa Lācīn ; 13. Palais de Riḍwān Bey ; 14. Qaṣaba Riḍwān ; 15. Al-Madābiġ al-Qadīma ; 16. Tanneries ; 17. m. al-‘Amrī ; 19. m. Malika Ṣafiya ; 19. m. Burdaïnī ; 20. Dāwūdiyya ; 21. Abattoirs ; 22. Birkat al-Saqqā'īn ; 23. Birkat al-Fīl ; 24. Citadelle.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1661/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Titre Plan 3. Le déplacement de tanneries à Tunis
Légende 1. Rue de la Qaṣba ; 2. Rue de la Mosquée ; 3. Bāb Qarṭaǧanna ; 4. Bāb al-Baḥr ; 5. Bāb al-Ǧazīra ; 6. Rue al-Ǧazīra ; 7. Rue des Maltais ; 8. Tanneurs ; 9. Rue des Tanneurs ; 10. Rue de Rome ; 11. Ambassade de France ; 12. Avenue Bourguiba ; 13. Bāb ‘Alīwa ; 14. Lac de Tunis (Buḥaïra) ; 15. Qaṣba.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1661/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 244k

© Presses de l’Ifpo, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search