Versión clásicaVersión móvil

La ville arabe, Alep, à l’époque ottomane

 | 
André Raymond

Signes urbains et étude de la population des grandes villes arabes à l’époque ottomane

Nota del editor

Extrait de : Bulletin d’Études orientales, XXVII, 1974, p. 183-193.

Texto completo

I

1Une des principales difficultés que rencontre l’historien des pays arabes est le manque d’informations sur les données fondamentales de l’évolution de leur économie avant la période contemporaine. Cela est vrai aussi pour l’époque ottomane (XVIe-XIXe siècles) dont l’histoire « événementielle » elle-même reste très obscure en ce qui concerne les provinces arabes. Pourtant les historiens disposent, à partir du début du XVIIe siècle, de sources relativement nombreuses et variées : mais les chroniques arabes, pour la plupart inédites, des XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles, sont de qualité souvent médiocre ; les archives dont on dispose à partir du XVIe siècle sont très riches, mais leur dépouillement, dans les pays arabes, est peu avancé encore. Quant à la documentation purement économique, et en particulier statistique, elle est à peu près inexistante avant 1850. Les efforts pour pallier ces lacunes sont générateurs de distorsions supplémentaires : les documents consulaires et les récits de voyage, qui deviennent abondants et détaillés à partir du XVIIe siècle, révèlent souvent une connaissance fort superficielle des pays concernés, dont ils proposent une vision qui n’est pas exempte de préjugés « européocentristes ». Le recours aux chroniques locales que l’on passe « au peigne fin » pour leur faire produire une maigre moisson de données économiques brutes expose à d’autres risques : les séries reconstituées sont lacunaires et les données recueillies (sur les prix par exemple) sont difficilement utilisables, parce que souvent atypiques.

2Il n’est donc pas inutile de chercher dans d’autres directions pour essayer de rassembler des informations complémentaires sur la vie économique. Dans la mesure où le parallélisme entre la croissance ou le déclin de la population et le progrès ou la décadence économiques semble pouvoir être accepté comme une hypothèse de travail, dans les pays qui nous intéressent, et pour la période antérieure au XIXe siècle (pendant lequel s’amorce, dans les sociétés dépendantes, une explosion démographique associée à un processus de paupérisation), l’étude de l’évolution de la population des pays arabes pourrait constituer une approche indirecte, mais fructueuse, vers l’étude des phénomènes économiques globaux. Malheureusement les sources dont nous disposons ne sont pas plus satisfaisantes, du point de vue de leur exploitation démographique, qu’elles ne le sont du point de vue de leur exploitation économique, du moins avant le dix-neuvième siècle. Les recensements qui ont été effectués dans certaines provinces arabes durant les premières décades de l’occupation ottomane sont encore mal connus ou peu exploités.

  • 1 Ces problèmes ont été discutés à l’occasion du Congrès d’histoire économique de Copenhague (août 19 (...)

3Force nous est donc de rechercher des indices susceptibles de nous aider à reconstituer l’histoire de la population, là ou de tels indices existent, c’est-à-dire surtout dans les villes où les faits de structure urbaine et les monuments constituent autant de « signes » utilisables. Les brèves considérations qui vont suivre constituent un essai pour montrer comment une étude de ces « signes » urbains pourrait nous apporter, sur diverses caractéristiques de la population de quelques métropoles arabes de l’Empire ottoman, des indications que nous ne trouvons dans aucune source écrite contemporaine, dans l’état actuel de nos connaissances1.

II

4En envisageant les faits de structure urbaine et les monuments des villes arabo-islamiques sous l’angle de l’étude de la population urbaine, les chercheurs devraient pouvoir mieux tirer parti d’un capital d’informations qui est parfaitement connu et facilement accessible mais dont l’exploitation a été jusqu’ici insuffisante.

5Ce fait est d’autant plus surprenant que les villes, en tant que telles, ont inspiré des descriptions souvent minutieuses à un grand nombre d’historiens arabes et turcs d’époques diverses. Il suffit de mentionner les ouvrages d’une grande précision que Maqrīzī (au XVe siècle) et ‘Alī Pāšā Mubārak (au XIXe siècle) ont consacrés au Caire, Ibn ‘Asākir (au XIIe siècle) à Damas, Ibn Šaddād (au XIIIe siècle) à Alep, Evliya Čelebi (au XVIIe siècle) à Istanbul, etc. pour donner une idée de la richesse de la documentation dont nous disposons.

6Les villes arabo-islamiques elles-mêmes, malgré les dégâts causés par une urbanisation et une « modernisation » accélérées, constituent d’admirables conservatoires de monuments dont la richesse et la variété complètent et éclairent les renseignements que nous pouvons trouver dans les descriptions mentionnées plus haut et dans les chroniques : près de 650 monuments classés au Caire, près de 150 à Damas, dont beaucoup ont survécu. Dans les vieux quartiers du Caire, le réseau des rues que décrit Maqrīzī et dont les savants de la Description de l’Égypte ont dressé le plan, est parfois encore visible, les toponymes mêmes ayant survécu à six siècles de transformations et de bouleversements historiques, économiques et sociaux.

7On doit donc regretter que les auteurs d’études souvent remarquables sur l’histoire des grandes métropoles arabo-islamiques négligent parfois les éléments décisifs que constituent la superficie même de la ville (et ses variations) et de ses principales composantes et les conclusions que l’on peut en tirer sur le chiffre global de la population et sur sa répartition, compte tenu des hypothèses que l’on peut formuler sur la densité passée de la population à la lumière de statistiques plus récentes.

8Une connaissance précise de la superficie des villes à différents stades de leur histoire permettrait des comparaisons qui éclaireraient certainement le problème de l’évolution de ces villes et donnerait une base plus solide aux verdicts de déclin ou d’essor qui sont trop souvent prononcés sur la base de principes a priori, définis par référence à un urbanisme plus ou moins idéal. C’est ainsi que les conclusions pessimistes de Sauvaget sur l’évolution des villes syriennes seraient sans doute à réviser à la lumière même des travaux admirables que ce savant a consacrés à Alep ou à Damas et dont les résultats nous paraissent infirmer sa théorie d’un « déclin urbanistique » à l’époque arabe : un prétendu « déclin » peut être interprété, dans beaucoup de cas, comme le triomphe d’une conception différente de l’organisation de l’espace urbain, elle-même liée à l’avènement d’un type nouveau d’organisation sociale.

  • 2 Voir par exemple les recherches effectuées par A. LÉZINE sur les villes de Tunisie dans Deux villes (...)
  • 3 Chiffres donnés par P. MARTHELOT, Le Caire nouvelle métropole, dans Annales Islamologiques, VIII, 1 (...)
  • 4 R. LESPÈS, Alger, 524 n. 3.

9La comparaison de chiffres précis concernant les surfaces bâties des différentes métropoles musulmanes devrait par ailleurs permettre de corriger des estimations proposées, d’après des observateurs contemporains mal informés ou peu critiques, sur la population de ces villes. De même, pour étayer les conclusions que l’on peut être amené à proposer sur la densité urbaine dans les villes arabo-islamiques avant que la colonisation ou l’impact de l’influence occidentale ne soient venus bouleverser des conditions qui n’avaient guère changé, pour l’essentiel, depuis le haut Moyen Âge, une attention toute particulière devrait être apportée aux données dont nous disposons pour le XIXe siècle, et même pour les médinas des villes coloniales du XXe2. Le rapprochement entre des chiffres antérieurs à la colonisation et les chiffres étonnants qui résultent de la « sur-densification » des villes indigènes transformées en cités-refuges pour une population pauvre écartée des quartiers neufs « européanisés » (voir par exemple les 1 392 habitants à l’ha de certains quartiers anciens du Caire, ou les 2 255 h à l’ha dans la « Casbah » d’Alger)3 permettrait de définir des « fourchettes » de vraisemblance pour des périodes plus anciennes. La comparaisons de la superficie d’Alger au XVIIIe siècle (41,1 ha, Citadelle non comprise) avec celle du Caire (730 ha, presque vingt fois plus, mais moins de 300 000 h à la même époque) doit à elle seule faire douter qu’Alger ait pu compter alors 100 000 h : R. Lespès faisait remarquer qu’une telle population aurait donné une densité tout à fait invraisemblable de 2 433 h à l’hectare4.

10Mais c’est sans doute l’étude des monuments mentionnés par les textes, ou encore existants, qui permettrait de préciser le plus utilement la géographie des villes à des moments déterminés. L’exploitation de cette riche documentation écrite ou de ce capital architectural a été trop longtemps abandonnée à l’histoire de l’art, les monuments étant étudiés essentiellement comme des expressions artistiques et non comme ce qu’ils sont aussi, c’est-à-dire comme des signes urbains susceptibles de donner des informations sur la structure et les dimensions de la ville aux différentes époques, sur les caractères des quartiers, sur leur population relative, etc. ヒ elle seule, une bonne cartographie historique des villes permettrait de déterminer avec précision, pour chaque période, la localisation et la direction de l’activité constructive principale et de définir les phases et les modalités des mouvements d’extension, ou de retrait, de l’agglomération.

  • 5 Les chiffres et l’évolution assez régulièrement croissante que propose par exemple A. Lézine pour T (...)

11Si l’ensemble du mouvement de construction d’une époque donnée est un facteur particulièrement révélateur de l’évolution de l’agglomération, il paraît intéressant d’étudier plus particulièrement parmi les constructions civiles ou religieuses celles qui fournissent les indications les plus sûres sur cette évolution, et sur le mouvement démographique dont elles sont l’expression « sur le terrain ». De ce point de vue, la mosquée ne nous paraît pas pouvoir être retenue comme l’indice le plus révélateur. Quel que soit l’intérêt des recherches de A. Lézine sur les villes d’Ifriqiyya, il ne nous paraît pas possible d’établir un lien rigoureux entre les variations dans la superficie des mosquées à hutba et les changements dans la population de la ville5. D’autre part, le nombre et la répartition géographique des mosquées ne nous semblent pas davantage constituer des éléments absolument sûrs en ce qui concerne la structure urbaine. La construction de mosquées, dans l’ensemble de la ville ou dans un quartier déterminé, peut être liée à des flux religieux qui sont sans rapports avec le mouvement démographique. Par ailleurs, l’édification de monuments religieux revêt souvent le caractère d’une opération de prestige dans laquelle le fondateur vise simultanément à sa propre glorification et à la satisfaction des besoins religieux d’une communauté de fidèles. Pour ces raisons on ne peut considérer comme assuré qu’il existe une relation entre le nombre et la localisation des mosquées et l’importance globale et la répartition de la population, ni que l’évolution du nombre des mosquées soit directement liée au mouvement de la population de la ville.

12Beaucoup plus significatifs, du point de vue qui nous intéresse ici, nous paraissent être les bains publics (hammam). Édifices utilitaires, les bains constituent, de toute manière, un placement qui peut être religieux (lorsqu’ils sont constitués en waqf au profit d’une œuvre pie) ou simplement économique (lorsque leur propriétaire ou fondateur a en vue une spéculation personnelle) ce qui impose à l’origine de leur édification l’idée de rendement quel que soit le but final, religieux ou individuel, de l’opération. Dans la mesure où l’existence d’un bain public dépend évidemment de son utilisation par le public et dans la mesure où son fondateur en escompte un rapport, on doit donc s’attendre à ce qu’il y ait un lien entre le nombre et la localisation des hammams et le nombre et la distribution de la population dans la ville. Nous pensons que l’on peut tirer les mêmes conclusions à propos du sabīl (fontaine publique). Mais l’importance des sabīl varie trop d’une ville à l’autre (suivant la manière dont s’effectue l’approvisionnement en eau) pour que leur nombre fournisse des indications d’une valeur aussi stable que celles que donnent les bains publics.

  • 6 Istanbul, Paris, 1962, 40 n. 3.

13R. Mantran avait déjà relevé à ce sujet, à propos d’Istanbul, « qu’il pourrait être intéressant de comparer les secteurs d’habitat et la répartition des fontaines de quartier : le nombre de celles-ci s’accroît-il en fonction de la densité de la population ? Une telle recherche n’a pas encore été faite. Il conviendrait de vérifier si la construction de fontaines a entraîné un afflux de population dans certains quartiers ou bien si c’est la concentration de cette population qui a conduit les donateurs à y édifier les fontaines. Une recherche comparable pourrait être faite pour les bains »6. Grâce à la Description de l’Égypte qui nous dorme une liste à peu près complète des bains publics et des sabīl, avec leur localisation exacte, nous sommes en mesure de faire une étude de ce genre pour Le Caire à la fin du XVIIIe siècle. Elle nous montre que la localisation des sabīl et des hammams entre les grandes régions du Caire est à peu près identique :

  • 7 Voir notre livre Artisans et commerçants au Caire, Publications de l’IFEA, Beyrouth, 1974, 2 vol., (...)

Qāhira

Husaīniyya

Région ouest

Quartier sud

226 sabīl

73 (32,3 %)

7 (3,1 %)

51 (22,6 %)

95 (42 %)

72 bains

27 (37,5 %)

2 (2,8 %)

17 (23,6 %)

26 (36,1 %)7

14De cette quasi-similitude dans les pourcentages relevés nous pensons qu’il est légitime de conclure que la répartition des sabīl et des bains publics au Caire était effectivement à à peu près conforme à la répartition de la population entre les principaux quartiers du Caire que nous proposons donc d’évaluer comme suit : Qāhira un peu plus d’un tiers ; Husaīniyya, 3 % ; région ouest un peu moins d’un quart ; quartier sud, environ les deux-cinquièmes.

  • 8 CLERGET, Le Caire, Le Caire, 1934, 2 vol., I, 245.
  • 9 Deux villes d’Ifriqiyya, 169.

15Cette donnée de départ permet d’aller, dans le calcul de la densité de la population, un peu plus loin que les chiffres globaux auxquels autorise la Description de l’Égypte. Pour une population estimée par Jomard à 263.000 h et une superficie que la carte de la Description permet d’évaluer à 730 ha, la densité est de 360 h/ha. Si on élimine les surfaces non construites (étangs, jardins, cimetières, places), la surface bâtie (rues comprises) est ramenée à 662 ha, soit une densité de 398 h/ha. Ce chiffre est comparable à ceux que donne Clerget pour deux quartiers traditionnels du Caire en 1897 (469 et 464 h/ha), l’augmentation constatée en un siècle correspondant à un surpeuplement de ces quartiers populaires, phénomène qui devait s’aggraver ensuite8. Il est très voisin aussi de celui que A. Lézine propose pour Tunis en 1881 : 380 h/ha9. Les indications données plus haut sur la répartition des bains et des sabīl permettent d’avancer les chiffres suivants pour la répartition de la population à l’intérieur du Caire et pour sa densité par zone, compte non tenu des espaces non bâtis :

  • 10 Compte tenu du caractère approximatif de nos évaluations, nous avons arrondi les chiffres obtenus.

Grandes Régions
du Caire

Surface

Population
approximative
10

Densité

Q āhira

153 ha

90 000 h

588 h/ha

Ḥusaïniyya

26 ha

8 000 h

307 h/ha

Région ouest

215 ha

65 000 h

302 h/ha

Quartier sud

266 ha

100 000 h

375 h/ha

16Ces chiffres, dans leur diversité, paraissent « raisonnables » ; du moins peuvent-ils être interprétés d’une manière logique, en tenant compte de ce que nous savons par ailleurs des caractéristiques des différentes régions de la ville : densité particulièrement forte dans Qāhira, cœur historique et économique du Caire ; densité faible dans la zone ouest, où abondaient les résidences très aérées des émirs et des grands bourgeois de la ville ; densité moyenne dans le quartier sud, où coexistaient des quartiers de résidence riche, des quartiers populaires et des centres économiques (commerce et artisanat) actifs.

III

17La ville du Caire est exceptionnellement bien connue pour la fin de l’époque ottomane, grâce à la Description de l’Égypte qui nous fournit une énumération scrupuleuse et une localisation minutieuse des constructions publiques et privées. Des recherches plus approfondies seraient nécessaires pour aboutir à des résultats aussi précis en ce qui concerne les grandes villes de l’Empire ottoman vers la fin du XVIIIe siècle. Du moins, le nombre des bains publics est-il assez bien connu dans la plupart des capitales de l’Empire pour qu’on puisse chercher s’il existe une relation entre la population des grandes villes et le nombre des bains publics, à une époque (fin du XVIIIe-fin du XIXe siècle) où il devient possible d’accorder quelque crédit aux évaluations relatives à la population des villes.

  • 11 R. LE TOURNEAU, Fès, Paris, 1949, 159, 247.

18Dans son livre sur Fès, R. Le Tourneau donne comme nombre des bains publics avant le Protectorat, c’est-à-dire au début de ce siècle, le chiffre de 21, et il considère comme peu vraisemblable, à juste titre pensons-nous, celui de cent que mentionne Léon l’Africain, pour une période plus ancienne. Le Tourneau évalue par ailleurs la population de Fès à 98 000 h vers 1900 (soit 80 000 pour la Médina, 10 000 pour Fès Jdid et 8 000 pour le Mellah). La proportion à laquelle on aboutit serait donc d’un bain public pour un peu plus de 4 500 habitants11.

  • 12 R. LESPÈS, Alger, 133, 177, 493.

19Pour Alger, les chiffres sont malheureusement moins sûrs. En ce qui concerne les hammams, R. Lespès cite plusieurs évaluations, celle de Gramaye (62, en 1623) et celle de Von Rehbinder (12, en 1788) qu’il considère comme « plus vraisemblable ». Quant à la population de la ville, Lespès l’évalue à 30 000 habitants en 1830, à une époque où elle avait vraisemblablement déjà diminué assez considérablement. Venture de Paradis, observateur particulièrement averti et perspicace, l’estimait à environ 50 000 habitants en 1789 (pour 5 000 maisons), Rehbinder lui-même donnant le chiffre de 80 000 habitants qui paraît tout à fait exagéré, compte tenu de l’étendue d’Alger à cette époque (une quarantaine d’hectares, nous l’avons vu). Si donc nous retenons les deux chiffres qui paraissent les plus vraisemblables et qui se rapportent exactement à la même époque (12 bains et 50 000 h), la proportion à laquelle nous parvenons est d’un bain pour un peu plus de 4 000 habitants12.

  • 13 Dans un rapport qu’a publié Ch. MONCHICOURT, Relations inédites, Paris, 1929, 82. Ce passage nous a (...)
  • 14 A. LÉZINE, Deux villes d’Ifriqiyya, 154, 159, 169.

20Pour Tunis au XIXe siècle, nous pouvons sans doute accepter l’évaluation du nombre des bains faite, en 1829, par Filippi dont les observations sur la Régence sont parmi les plus exactes que nous ayons : « il existe à Tunis dix-huit maisons de bains pour hommes et quatorze pour femmes, toutes mesquines et sales, bien peu exceptées »13. Les évaluations relatives à la population de Tunis sont malheureusement très divergentes. D’après A. Lézine et P. Sebag c’est entre 100 000 et 150 000 h qu’il faut fixer le chiffre de cette population pendant le XIXe siècle, le nombre des habitants en 1830, après les épidémies qui ravagèrent le pays, étant peut-être plus proche de l’évaluation la plus basse et leur nombre en 1881 plus voisin de l’évaluation la plus élevée. Si nous prenons en considération les deux chiffres, la proportion des bains par rapport à la population se situerait donc entre un pour un peu plus de 3 000 h et un peu plus de 4 500 habitants14.

21Nous avons vu que, grâce à la Description, nous avions moins d’incertitudes pour Le Caire à la fin du XVIIIe siècle : 72 bains publics mentionnés et localisés sur le plan de la Description, pour une population que Jomard évalue à 263 000 habitants, donnent la proportion de un hammam pour environ 3 500 habitants.

  • 15 N. ELISSÉEFF, La description de Damas d’Ibn ‘Asākir, Beyrouth 1959, Publications de l’IFEA, 277-285
  • 16 IBN ŠADDĀD, al-A‘lāq al-Hatīra, Dimašq, éd. S. Dahan, Beyrouth, 1956, Publication de l’IFEA, 298. V (...)
  • 17 AL-NU‘AĪMĪ AL-DIMAŠQĪ, al-Dāris, éd. Ğa‘far al-Hasanī, Damas, 1951, 42. M. ECOCHARD et Cl. LE CŒUR, (...)
  • 18 VOLNEY, Voyage, éd. J. Gaulmier, Paris 1959, 321.
  • 19 N. ELISSÉEFF, dans l’article Dimashk de E.I2, II, 297, donne le chiffre de 150.000 h pour 1878. La (...)

22Les évaluations dont nous disposons en ce qui concerne le nombre des bains à Damas depuis le Moyen Âge sont très variables. Ibn ‘Asākir, au XIIe siècle, l’estime à 40 pour la ville intra muros et 17 pour les faubourgs, soit 57 au total15. Pendant les siècles suivants les chiffres donnés par les auteurs arabes paraissent s’inspirer de l’évaluation faite au XIIIe par Ibn Šaddād, 117 bains, qui est certainement très exagérée16. Avec al-Nu‘aīmī (mort en 1520) on revient à un chiffre plus vraisemblable, 36 bains, et c’est à 60 bains environ qu’Ecochard et Le Cœur estimeront le nombre des bains publics vers 1900 mais il n’y en avait guère plus de 50 qui fonctionnaient alors17. La population de la ville de Damas est estimée par Volney à 80 000 habitants, chiffre qui paraît vraisemblable pour le XVIe siècle, mais qui est peut-être un peu faible pour la fin du XVIIIe18. Cent ans plus tard, la population paraît avoir atteint le chiffre de 150 000 habitants19. Pour un chiffre proche de 200 000 h au début du XXe siècle et une cinquantaine de bains en activité, la proportion serait donc d’environ un hammam pour 4 000 habitants.

  • 20 Le détail des évaluations varie quelque peu suivant les auteurs. Dans l’édition de D. Sourdel des A (...)
  • 21 J. SAUVAGET, Perles choisies, P.I.F.E.A., Beyrouth, 1933.
  • 22 J. B. TAVERNIER, Les six voyages, Paris, 1713, 2 vol., I, 187-8. J. SAUVAGET, Alep, 238.
  • 23 VOLNEY, Voyage, 275.

23L’évaluation d’Ibn Šaddād pour le nombre des bains à Alep au XIIIe siècle paraît aussi improbable que celle qu’il avance pour Damas : environ 70 bains à l’intérieur de la ville et au total 162 (non comptés les bains des maisons)20. La liste d’Ibn al-Šiḥna (milieu du XVe siècle) paraît plus vraisemblable : 34 bains intra muros et 11 hors les murs21. Elle correspond au chiffre donné par Tavernier (vers 1638) : 50 bains publics. Ce voyageur surestime, semble-t-il, fortement la population de la ville qu’il évalue alors à 250 000 h. : c’est le chiffre que propose Sauvaget pour le début du XIXe siècle, mais il est peut-être, lui aussi, un peu exagéré car la superficie de la ville à cette époque ne dépassait pas 350 hectares ce qui donnerait une densité, à notre avis improbable, de 710 h à l’ha22. Par contre, Volney, avec 100 000 habitants, est sans doute un peu pessimiste, à son habitude23. Pour un chiffre « moyen » de 175 000 h les 50 bains représenteraient une proportion d’un bain pour 3 500 h au début du XIXe siècle.

  • 24 E.I.2, I, 933.

24D’après les chiffres mentionnés par A. A. Duri dans son article de l’Encyclopédie de l’Islam, il semble qu’on puisse évaluer la population de Baghdad, vers 1800-1820, à 80 ou 100 000 habitants. Comme la ville comptait alors 24 hammams, il y aurait donc eu à Baghdad, au début du XIXe siècle, un bain pour un peu moins de 3 500 ou un peu plus de 4 000 h24.

  • 25 R. MANTRAN, Istanbul, 47, 167, 504.

25Si enfin nous sortons des provinces arabes pour examiner le cas de la capitale de l’Empire, nous disposons pour Istanbul au XVIIe siècle de données heureusement moins imprécises. R. Mantran mentionne les estimations d’Evliya Čelebi, 164 et 168 bains et estime pour sa part que le nombre des bains publics vers le milieu du XVIIe siècle devait se situer entre 150 et 200. Quant à la population d’Istanbul et de ses faubourgs, il l’évalue de 7 à 800 000 habitants. Si nous prenons la moyenne de ces chiffres nous parvenons, pour 175 bains et 750 000 habitants, à une proportion d’un bain public pour un peu moins de 4 500 habitants25.

26Bien que cette enquête très incomplète révèle bien des incertitudes et bien des contradictions dans les chiffres utilisés, il nous semble que l’on peut raisonnablement avancer que dans les grandes villes de l’Empire ottoman, entre le XVIe et le XIXe siècles, un bain correspondait, en gros, à une population variant entre 3 et 5 000 habitants, un bain pour 4 000 habitants constituant un chiffre moyen. La relative stabilité des chiffres relevés pour une même époque ne peut être le fait d’un hasard : elle nous paraît tout à fait logique dans la mesure où nous demeurons à l’intérieur d’un même cadre socio-culturel dans lequel les conditions sociales, religieuses et matérielles qui pouvaient justifier une telle proportion variaient assez peu d’une ville à l’autre et était restées fort stables dans le temps. Bien qu’une telle corrélation reste à préciser et à confirmer par des études plus approfondies dans chaque cas, il nous semble que la « fourchette » que nous proposons peut avoir quelque utilité dans la mesure où elle devrait permettre de considérer comme douteuses des proportions qui s’éloigneraient par trop de la moyenne ainsi définie. Il reste naturellement à chercher si une telle corrélation entre nombre des bains et population vaut pour d’autres périodes, par exemple pour l’époque mamelouke. Dans l’affirmative nous disposerions d’un indice relativement sûr pour apprécier l’importance de la population des villes médiévales.

27Il convient de remarquer cependant qu’il y aurait quelque risque à tenter de réduire l’écart existant entre les valeurs extrêmes auxquelles nous sommes parvenu, compte tenu de l’inertie du système que constituent les bains publics d’une ville. Il n’est pas douteux que, même en cas de variation importante et rapide de la population, le réseau des bains ne changeait que lentement, l’adaptation au chiffre nouveau de population pouvant normalement demander plusieurs générations et même ne pas se produire du tout si, au bout d’un certain temps, la population retrouvait son chiffre primitif : si la population augmentait, le réseau des bains pouvait n’augmenter que très lentement ; en cas de dépeuplement brutal par contre (par exemple à la suite d’une épidémie) le réseau des bains ne se modifiait pas substantiellement ce qui créait un relatif suréquipement de la ville. Si nous reprenons l’exemple du Caire, nous pouvons admettre qu’un chiffre moyen de 70 hammams pouvait correspondre à la population de 300 ou 350 000 habitants que Le Caire avait peut-être comptés à la fin XVIIe siècle (soit un bain pour 4 500 h, proportion faible) aussi bien qu’à celle de 250 000 h qu’elle comptait un siècle plus tard (un bain pour 3 500 h, proportion forte).

  • 26 Voir la carte des bains du Caire au XVIIIe siècle, dans notre article Les bains publics au Caire, p (...)
  • 27 Si nous ne tenons pas compte des bains que Maqrīzī décrit comme ayant disparu ou comme ayant cessé (...)

28On ne peut naturellement pas accepter non plus l’idée d’une corrélation rigoureuse dans le détail entre la localisation des hammams et la répartition de la population, d’abord parce que la fréquentation du bain public constituait à cette époque un luxe relatif, si bien que la densité des bains devait être plus forte dans les « beaux quartiers » que dans les quartiers pauvres ; et aussi parce que les bains publics étaient proportionnellement plus nombreux dans les quartiers économiquement actifs que dans les quartiers de résidence26. Mais la répartition des bains publics sur la carte des grandes villes arabo-islamiques constitue une indication qui devrait permettre de formuler des hypothèses sur l’importance relative des principaux secteurs de ces villes et sur leur degré d’urbanisation. Si nous comparons par exemple la localisation des hammams du Caire d’après les Hitat de Maqrīzī (50 bains au total, dont 45 dans Qāhira, 4 dans le quartier sud et 1 dans le quartier ouest) et d’après la Description (72 bains : Qāhira 27, Husaïniyya 2, quartier sud 26, quartier ouest 17) nous ne pouvons pas ne pas conclure que, au temps de Maqrīzī, la grande majorité de la population du Caire vivait à l’intérieur de l’ancienne ville fatimide, l’urbanisation de la région sud étant alors encore limitée, et l’urbanisation de la région ouest faible27. Et nous devons donc considérer comme abusives les hypothèses avancées sur l’extension de la ville médiévale hors des limites de Qāhira, et comme exagérées les évaluations qui sont généralement proposées pour la population du Caire à l’époque mamelouke.

IV

  • 28 Voir par exemple les travaux d’Eugen WIRTH et tout dernièrement son article Zum Problem des Bazars, (...)

29Le passé des villes arabo-islamiques ne pourra nous être restitué avec quelque précision que si la recherche ne se cantonne pas dans des perspectives purement historiques et archéologiques et que si elle recourt, aussi largement que notre documentation le permet, aux méthodes employées par les géographes dans leurs recherches de géographie urbaine28. Le travail d’information devrait porter en particulier :

• sur une étude comparative des superficies occupées par les différentes villes aux différentes époques de leur histoire, que les données dont nous disposons déjà sur les villes arabo-islamiques modernes pourraient utilement éclairer

• sur une étude des monuments, envisagés comme des « signes urbains », dont la localisation sur une carte suffit à révéler beaucoup de traits de structure urbaine, l’archéologie pouvant utilement éclairer ici l’histoire urbaine

  • 29 Les recherches menées par A. Lézine sur des quartiers dans Deux villes d’Ifriqiyya constituent un m (...)

• sur une étude des densités urbaines dont, grâce à ce que nous savons de la population des villes à l’époque moderne et contemporaine, nous pouvons attendre beaucoup d’informations sur le problème de la démographie urbaine ; il est certain en particulier qu’une étude systématique des « unités d’habitation » et de leur population moyenne aiderait à trouver des solutions au problème irritant que pose l’interprétation de la notion de « feu »29.

30Une connaissance plus exacte, ou moins inexacte, de la population des villes, ou tout au moins la définition de « fourchettes » ayant un certain caractère de vraisemblance, permettrait de rectifier nombre d’idées généralement acceptées sur l’histoire économique et politique des pays du Proche-Orient. Pour revenir au Caire, une telle étude montrerait sans doute qu’au schéma représentant un mouvement de décadence continue de l’époque des Mamelouks à la fin du XVIIIe siècle, il conviendrait d’en substituer un autre, plus complexe, faisant alterner des périodes de progrès et de déclin : la désastreuse conclusion du XVIIIe siècle n’apparaîtrait plus alors comme le couronnement tragique de trois siècles de décadence ottomane, mais comme le renversement, relativement récent, d’un mouvement de redressement qui avait occupé le XVIe et le XVIIe siècle.

Notas

1 Ces problèmes ont été discutés à l’occasion du Congrès d’histoire économique de Copenhague (août 1974) dans le cadre du groupe de travail dirigé par le professeur A.L. Udovitch.

2 Voir par exemple les recherches effectuées par A. LÉZINE sur les villes de Tunisie dans Deux villes d’Ifriqiyya, Paris 1971.

3 Chiffres donnés par P. MARTHELOT, Le Caire nouvelle métropole, dans Annales Islamologiques, VIII, 198, et par R. LESPÈS, Alger, Paris, 1930 523.

4 R. LESPÈS, Alger, 524 n. 3.

5 Les chiffres et l’évolution assez régulièrement croissante que propose par exemple A. Lézine pour Tunis ne nous paraissent pas acceptables.

6 Istanbul, Paris, 1962, 40 n. 3.

7 Voir notre livre Artisans et commerçants au Caire, Publications de l’IFEA, Beyrouth, 1974, 2 vol., I, 369 n. 1. Nous n’avons tenu compte ici que des 72 bains mentionnés dans la Description de l’Égypte. Voir aussi notre article Les bains publics au Caire, dans Annales Islamologiques, VIII. Qāhira correspond à la fondation fatimide, à l’intérieur des murs. Husaïniyya est le faubourg situé au nord du Caire, au-delà de Bāb al-Futūh et de Bāb al-Naşr. Le quartier sud est la région du Caire qui s’étend au sud de Qāhira (au-delà de Bāb Zuwaïla). La région ouest est la zone du Caire qui s’étend au-delà du Halīğ.

8 CLERGET, Le Caire, Le Caire, 1934, 2 vol., I, 245.

9 Deux villes d’Ifriqiyya, 169.

10 Compte tenu du caractère approximatif de nos évaluations, nous avons arrondi les chiffres obtenus.

11 R. LE TOURNEAU, Fès, Paris, 1949, 159, 247.

12 R. LESPÈS, Alger, 133, 177, 493.

13 Dans un rapport qu’a publié Ch. MONCHICOURT, Relations inédites, Paris, 1929, 82. Ce passage nous a été très amicalement communiqué par M. Paul Sebag qui considère cette évaluation comme la plus vraisemblable.

14 A. LÉZINE, Deux villes d’Ifriqiyya, 154, 159, 169.

15 N. ELISSÉEFF, La description de Damas d’Ibn ‘Asākir, Beyrouth 1959, Publications de l’IFEA, 277-285

16 IBN ŠADDĀD, al-A‘lāq al-Hatīra, Dimašq, éd. S. Dahan, Beyrouth, 1956, Publication de l’IFEA, 298. Voir par exemple al-Irbilī (mort en 1325) : 137 bains dont 74 à l’intérieur de Damas ; Yūsuf ‘Abd al-Hādī (1503) : 167 bains (cités par Munīr KAYYĀL, al-Hammāmāt al-Dimašqiyya, Damas, 1964, 19, 28).

17 AL-NU‘AĪMĪ AL-DIMAŠQĪ, al-Dāris, éd. Ğa‘far al-Hasanī, Damas, 1951, 42. M. ECOCHARD et Cl. LE CŒUR, Les bains de Damas, Publications de l’IFEA, Beyrouth, 2 vol., 1942-1943, I, 55 (sept de ces bains avaient, semble-t-il, disparu dès cette époque : MAUSSION DE FAVIÈRES, Note sur les bains de Damas, dans B.E.O., XVII, 121-2). En fait WULZINGER et WATZINGER ne mentionnent que 35 bains pour la ville ancienne et ses alentours immédiats (Damaskus, Berlin, 1924).

18 VOLNEY, Voyage, éd. J. Gaulmier, Paris 1959, 321.

19 N. ELISSÉEFF, dans l’article Dimashk de E.I2, II, 297, donne le chiffre de 150.000 h pour 1878. La Notice sur la Syrie (Paris, 1916) propose 164 000 h pour 1895 (p. 144).

20 Le détail des évaluations varie quelque peu suivant les auteurs. Dans l’édition de D. Sourdel des A‘lāq on compte 70 bains en ville et 92 hors les murs (130-7). J. Sauvaget parle, toujours d’après Ibn Šaddād, de 71 bains dans la ville et de 93 hors les murs (Perles choisies, 139) et de 68 et 95 bains (Alep, 143). Mais le total, 162, 164 ou 163, varie peu.

21 J. SAUVAGET, Perles choisies, P.I.F.E.A., Beyrouth, 1933.

22 J. B. TAVERNIER, Les six voyages, Paris, 1713, 2 vol., I, 187-8. J. SAUVAGET, Alep, 238.

23 VOLNEY, Voyage, 275.

24 E.I.2, I, 933.

25 R. MANTRAN, Istanbul, 47, 167, 504.

26 Voir la carte des bains du Caire au XVIIIe siècle, dans notre article Les bains publics au Caire, p. 149.

27 Si nous ne tenons pas compte des bains que Maqrīzī décrit comme ayant disparu ou comme ayant cessé de fonctionner, le tableau est peu différent :

Qāhira24bainsQ. sud4Q. ouest-Total28

28 Voir par exemple les travaux d’Eugen WIRTH et tout dernièrement son article Zum Problem des Bazars, dans Der Islam, 1975 203-260 et 6-46.

29 Les recherches menées par A. Lézine sur des quartiers dans Deux villes d’Ifriqiyya constituent un modèle à suivre.

© Presses de l’Ifpo, 1998

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540

Comprar

Buscar en OpenEdition Search

Se le redirigirá a OpenEdition Search