Version classiqueVersion mobile

La ville arabe, Alep, à l’époque ottomane

 | 
André Raymond

Les zones de résidence dans les grandes villes arabes à l’époque ottomane : mixité ou ségrégation socio-économique ?

Le cas de Tunis, Le Caire et Alep

Note de l’éditeur

Extrait de : Arab Historical Review for Ottoman Studies, 9-10, Zaghouan, 1994, p. 185-195.

Texte intégral

1. Introduction

1À la base de la conception traditionnelle suivant laquelle l’organisation géographique de la résidence dans les villes arabes à l’époque ottomane, obéit à une mixité qui fait se côtoyer maisons de l’élite et de la masse, habitations riches et pauvres, on trouve la théorie, non moins traditionnelle sur le caractère égalitaire de la société musulmane. De ce caractère égalitaire découlerait une conception unique de la maison (dâr) assurant l’intimité de la vie familiale dans un espace centré autour de la cour, sans ouvertures du côté de la rue ; dans ces conditions rien ne permet, de l’extérieur, de définir le niveau socio-économique des habitants, et la population se mêle parfaitement, sans séparation de classes ou de catégories sociales.

  • 1 Maqrîzî, Ighâthat al-Umma, Le Caire, 1940, pp. 72-75.

2Cette théorie témoigne d’une confusion entre le caractère fondamentalement égalitaire de la religion musulmane et l’unité profonde de l’umma des croyants, tous identiques en face de Dieu, et la nature réelle de la société telle qu’elle se réalise dans des conditions historiques et économiques données. Or, là où des études ont été menées sur la société musulmane à l’époque moderne (ottomane) pour laquelle une analyse précise peut être faite grâce à des archives abondantes, il apparaît qu’elle a été aussi inégalitaire que n’importe quelle autre société humaine. C’est d’ailleurs ce qu’avaient senti les auteurs les plus classiques qui étaient parfaitement conscients de l’existence d’une stratification sociale : Maqrîzî, au début du XVe siècle, mettant à part les gouvernants, répartit les indigènes en six catégories (qism) fortement différenciées1.

  • 2 Voir Artisans et commerçants au Caire au XVIIIe siècle, Damas, 1974, 2 vol., II, pp. 373-375. C. Es (...)

3Dans les recherches que j’ai poursuivies au Caire, j’ai pu montrer le caractère très inégalitaire de la société cairote aux XVIIe et XVIIIe siècles : de la succession la plus faible que j’ai étudiée dans les archives du Mahkama entre 1679 et 1700 (un marchand de bonnets : 235 paras constants en 1685) à la plus importante (un négociant en café : 2,4 millions de paras en 1695), la proportion est de 1 à 10 000. La masse totale des fortunes est tout aussi inégalement répartie : 3 % des successions étudiées pendant la même période se partageaient 50,15 % du montant total des successions, 49,9 % du nombre des successions ne rassemblant que 4,3 % du montant total. Ces indications ont été confirmées récemment par l’étude menée pour Damas au début du XVIIIe siècle par Colette Establet et Jean-Paul Pascual sur des bases comparables à celles d’Artisans et commerçants. Avec un échantillon très comparable (435 inventaires dépouillés pour la période 1686-1717, à comparer avec 468 pour Le Caire entre 1679 et 1700) ils arrivent à des conclusions très proches. L’écart est de 1 à 3 000 entre la succession la plus faible (un horloger en 1689, 10,6 qursh ; un commerçant en soie en 1688, 32 541 qursh) ; la fortune moyenne est fortement concentrée avec 2,3 % des individus se partageant 49 % de la fortune totale, et 49 % des individus se contentant de 4,5 %. Convergence plus remarquable encore, l’indice de Gini qui mesure l’inégalité sociale atteint dans les deux cas, au Caire et à Damas, la très forte valeur de 0,742.

  • 3 A. Abdel Nour, Introduction à l’histoire urbaine de la Syrie ottomane, Beyrouth, 1982, p. 99.
  • 4 G. Cladel et P. Revault, Médina, approche typologique, Tunis, 1970. J.-Cl. David, « Alep, dégradati (...)

4Une inégalité sociale aussi forte ne pouvait que se refléter dans l’habitat dont la conception n’est « unitaire » que dans les stéréotypes proposés par beaucoup de spécialistes des villes arabes et malheureusement acceptés par les praticiens qui ont excellemment décrit la maison arabe dans la ville traditionnelle en oubliant trop souvent que les exemplaires anciens qui nous sont parvenus sont, en général, et bien logiquement, des habitations relativement importantes et riches. D’une part la maison à cour centrale dont Antoine Abdel Nour constate « l’uniformité troublante à travers la richesse des modèles »3 n’est qu’un type abstrait qui recouvre des réalités difficilement comparables. On ne peut assimiler les palais ou demeures bourgeoises des XVIe-XVIIIe siècles étudiées à Fès, Tunis, au Caire, avec les demeures moyennes et petites, tant en ce qui concerne les dimensions, la structure, le décor et les fonctions, même si le principe général d’organisation demeure le même. Elles ne sont pas davantage semblables vues de l’extérieur, la hauteur des murs, la présence d’étages, de fenêtres, la qualité des portes permettant instantanément de distinguer la belle résidence de la maison modeste. Cette variété a été parfaitement reconnue à Tunis par G. Cladel et P. Revault dont la typologie est si efficace que J.-C. David a pu reprendre leurs quatre types dans son étude de l’habitat à Alep4.

  • 5 A. Raymond, Grandes villes arabes à l’époque ottomane, Paris, 1985, pp. 305-326.

5D’autre part c’est très abusivement qu’on a réduit l’habitat arabe au seul type de la maison à cour centrale qui n’est que largement dominant alors que bien d’autres modèles ont été reconnus depuis fort longtemps (la maison en hauteur de Rosette, du Hedjaz et du Yémen) ou ont fait l’objet d’un intérêt plus récent : habitation collective de type rabc ou wakâla, maison moyenne sans cour, habitat pauvre communautaire de type hawsh (étudié au Caire, à Damas, à Alep et à Médine)5. Ces différents types d’habitat correspondent logiquement aux différentes strates de la population dont nous avons constaté la diversité.

  • 6 A. Abdel Nour, « Introduction », p. 165.

6La société urbaine « traditionnelle » de l’époque ottomane n’était donc nullement homogène et son hétérogénéité se traduisait, sur le plan de l’habitat, par l’utilisation de types très différents de maisons ou de maisons représentant des variations si prononcées sur un thème général (celui de la maison à patio) qu’il serait abusif de tenter de les assimiler. Il reste maintenant à examiner si cette diversité des conditions socio-économiques de la population et de son habitat trouvaient leur expression dans l’organisation spatiale de la ville, avec la constitution de zones relativement distinctes, et en tout cas identifiables, correspondant à la structure sociale de la population, ou si cette répartition était totalement aléatoire, avec une mixité de l’habitat mêlant les différentes catégories sociales suivant des modalités qu’a vigoureusement exposées A. Abdel Nour pour Alep : les quartiers urbains, assure-t-il, sont « socialement composites. Traditionnellement le voisinage des familles riches et pauvres est de règle dans les villes arabes… Il n’existait pas (à Alep) de réelle distinction dans la ville entre secteurs riches et secteurs pauvres »6.

  • 7 J. Revault, Palais et demeures de Tunis, Paris, 1967-1978, 4 vol. G. Cladel et P. Revault, Medina. (...)

7Une telle étude est maintenant possible grâce aux recherches très précises qui ont été récemment consacrées à un certain nombre de villes arabes, et sur lesquelles nous nous appuierons : travaux de J. Revault et de G. Cladel et P. Revault pour Tunis ; recherches de N. Hanna pour Le Caire ; études de J.-C. David et de A. Marcus pour Alep. J’ai moi-même consacré quelques développements à ce problème dans diverses publications7.

2. Le cas de Tunis

8Les recherches de J. Revault sur l’habitat ancien à Tunis (périodes Mouradite et Husaynite) permettent de délimiter avec précision la zone de l’habitat riche et bourgeois qu’il étudie sur la base de maisons encore existantes, ce qui s’explique par la qualité de la construction et des aménagements, des maisons de 170 ou 335 m2 pouvant difficilement être qualifiées de « modestes ».

9Les 116 maisons étudiées par J. Revault pour la période des XVIIe et XVIIIe siècles (avec quelques incertitudes inévitables sur la date exacte de bâtiments qui furent souvent restaurés ou reconstruits) sont les résidences de membres de l’« establishment » (préposés appartenant au makhzen) ou de la bourgeoisie locale, la caste dominante étant, à Tunis, fortement mêlée à l’élite indigène, un phénomène qui ne manque pas d’intérêt et qui doit être rapproché de la situation au Caire où l’aristocratie dominante s’isolait au contraire dans des quartiers aristocratiques. Reportées sur un plan ces résidences dessinent un quartier « chic » qui s’étend au nord, à l’est et au sud de la région centrale de la madîna (médina), vouée aux activités économiques et religieuses (grands souqs et mosquée de la Zaytûna). 101 des 116 demeures étudiées par Revault sont localisées dans une zone d’environ 20 hectares dont on peut noter le déplacement vers le nord au XVIIIe siècle, sans doute en raison de l’encombrement progressif du centre de la ville. Ces demeures correspondent à l’habitat de type « 4 » dans la classification de Cladel et Revault : une surface moyenne avoisinant sans doute 300 à 400 m2, avec une certaine diversité ; dans trois îlots situés à l’intérieur de cette zone où le parcellaire ancien paraît avoir été, en gros, conservé, les surfaces moyennes des parcelles sont de 410, 270 et 230 mètres carrés.

1. Tunis : le quartier « chic » (d’après J. Revault)

1. Tunis : le quartier « chic » (d’après J. Revault)

Les chiffres indiquent la surface moyenne des parcelles dans chaque secteur étudié.
Contour gras : Limite des quartiers riches. Contour maigre : Limite des quartiers « moyens ».

10Notre connaissance de l’habitat dans le reste de la médina et les deux faubourgs est malheureusement rudimentaire, par manque d’études historiques précises (à partir des archives) et d’investigations dans le bâti actuel. Dans les zones périphériques de la médina, au nord, au sud et à l’est de la région centrale et des quartiers chics, on trouve un habitat plus modeste, avec des maisons plus basses (le pourcentage des maisons à étage qui, d’après Cladel et Revault, est de 60 % dans la partie centrale y tombe à 40 %) et aussi moins vastes : des comptages effectués dans des îlots d’un hectare donnent pour les parcelles des chiffres moyens de 169 m2 (près de bâb Banât), 147 m2 (près de bâb Jadîd) et même 122 m2 dans la région plus populaire de bâb Qartajinna.

  • 8 J. Revault, Palais… op. cit., t. II, p. 218.

« À mesure qu’on s’éloigne du cœur de la cité, » note J. Revault, « les ruelles se font plus étroites, les constructions moins élevées… Souvent dépourvues d’étage, les habitations citadines édifiées en bordure de la médina annoncent comme une transition architecturale la proximité des faubourgs8. »

11Dans les deux faubourgs de Bâb Suwayqa (au nord) et de Bâb Jazîra (au sud) habitait généralement une population plus modeste, parfois d’origine rurale, avec cependant des poches d’habitat plus riche. Les deux rabâd présentent aujourd’hui encore une allure plus villageoise, surtout dans le faubourg sud dont la physionomie reste très rurale. Les maisons à étage y sont rares : Cladel et Revault estiment que la proportion n’est plus que de 20 % dans le faubourg sud. Bien que l’espace soit plus abondant dans les faubourgs, ce qui devrait permettre un étalement plus grand de l’habitat, les surfaces moyennes des parcelles dans des îlots étudiés sont plus réduites que dans la médina : 175 et 148 m2 (faubourg nord) ; 167 et 136 m2 (faubourg sud).

12Cet ensemble de considérations nous amène à définir une répartition des quartiers de résidence en auréoles successives à partir du centre de la ville, avec un habitat aisé dans le pourtour de la zone d’activité économique principale (autour de la grande mosquée), et des zones d’habitat de plus en plus pauvre lorsqu’on se dirige vers la périphérie de la médina, puis vers les faubourgs. Qu’à l’intérieur de ces zones résidentielles on trouve un voisinage de résidences riches et d’habitat modeste ne retire rien à la réalité de ce « triage » global des résidences depuis le centre jusqu’aux limites de la ville. Relevons comme une confirmation historique de cette répartition de l’habitat le fait que les Andalous, communauté arrivée tardivement en Tunisie (la dernière et la plus grande vague d’immigration date des débuts du XVIIe siècle), se sont répartis, dans la capitale, suivant d’évidents clivages socio-économiques : les plus riches allèrent s’installer dans le centre de la médina où une rue des Andalous, bordée de très belles demeures, témoigne de leur implantation ; les plus pauvres s’établirent dans un quartier modeste du faubourg de Bâb Suwayqa, dans un hawmat al-Andalus où le toponyme Bîga (= Vega) témoigne de leur présence.

3. Le Caire

  • 9 Nelly Hanna, Habiter… op. cit. A. Raymond, Le Caire, Paris, Fayard, 1993.

13Nous avons la chance de disposer pour Le Caire de l’étude récente de N. Hanna qui résout le problème de l’habitat privé au Caire aux XVIIe et XVIIIe siècles dans des termes qui me semblent confirmer, pour l’essentiel, les hypothèses que j’avais moi-même émises dans des travaux plus anciens (Artisans et commerçants, Grandes villes arabes), mais sur la base d’une remarquable information tirée des archives des Tribunaux Religieux au Caire (Mahkama)9.

  • 10 Voir Artisans et commerçants, et « Quartiers et mouvements populaires au Caire au XVIIIe siècle », (...)

14Le centre de la ville, à proximité immédiate du quartier des activités économiques (Qasaba, Gamâliyya) était le lieu de résidence favori de la bourgeoisie des négociants et des artisans qui souhaitait habiter à proximité des grands marchés et des caravansérails où elle exerçait ses activités : entre 1627 et 1798 un peu plus de 70 % des négociants en épices habitaient Qâhira. Il en allait de même pour les culamâ qui choisissaient pour résidence des zones situées non loin de la mosquée-université où ils professaient : 39 des 67 « savants » localisés entre 1774 et 1798 (58 %) habitaient Qâhira, dont 20 (30 %) dans un rayon de 200 mètres autour d’al-Azhar. La rareté de l’espace disponible dans cette région imposait une architecture verticale coûteuse qui rendait difficile la présence d’un habitat pauvre. L’existence d’immeubles collectifs à destination locative, les rabc, permettait cependant à une population plus modeste de résider dans le centre. Au-delà de régions habitées par une population moyenne (artisans et commerçants) – en particulier dans les faubourgs sud et ouest de la ville (les résidents de la zone sud au nombre de 62 dont nous avons identifié les domiciles avaient une fortune moyenne de 15 000 paras, contre 130 000 pour les résidents de Qâhira) –, la périphérie de la ville était occupée par la partie la plus pauvre de la population dans des quartiers populaires qui formaient une ceinture à peu près continue au nord, à l’est et au sud du Caire10. Dans les quartiers d’habitation pauvres (hâra) se trouvaient les hawsh, un type presque villageois de résidence qui a été décrit, et localisé, par la Description de l’Égypte :

  • 11 Description de l’Égypte, État moderne, II-2, Paris, 1822, Jomard, Description de la ville du Caire,(...)

« De grandes cours ou enceintes pleines de cahutes de quatre pieds de haut où logent une foule de pauvres gens, entassés pêle-mêle avec leurs bestiaux,… de vastes cours fermées, des emplacements vagues »11.

15Cette disposition radio-concentrique est tout à fait comparable à celle que nous avons décrite pour Tunis. Elle a été établie par le travail de Nelly Hanna qui s’appuie sur des milliers de transactions concernant des maisons de toutes sortes, dont la localisation lui permet de dresser des cartes d’une remarquable précision valant pour le XVIIe et le XVIIIe siècles. Celle qui concerne les années 1738-1744 est tout à fait démonstrative, compte tenu de l’existence de « poches » d’habitat riche dans le quartier sud (environs de l’étang de Birkat al-Fîl) et dans le quartier ouest (autour de l’étang de l’Azbakiyya) où se concentrait la caste dirigeante (militaires et émirs) qui monopolisait le pouvoir politique, compte tenu aussi de l’existence de quartiers de minorités (juifs et chrétiens). Un certain nombre d’indicateurs réunis par Nelly Hanna permettent de caractériser ces trois grandes zones du Caire localisées sur la carte correspondante :

Période 1738-1744

Période 1738-1744

Compte non tenu des quartiers minoritaires et des quartiers de la caste dominante. (Tableau extrait de N. Hanna, Habiter au Caire, tableau 23, p. 185).

2. Le Caire : les zones résidentielles en 1738-1744 (d’après Nelly Hanna)

2. Le Caire : les zones résidentielles en 1738-1744 (d’après Nelly Hanna)

Limite des quartiers riches. Limite des quartiers « moyens ».

16L’homogénéité « statistique » de ces grandes zones est évidente. Il va de soi qu’elle n’excluait pas une certaine diversité dans le détail : la zone centrale comportait 23 palais, mais aussi 56 maisons « moyennes » et 49 maisons « modestes ». La zone pauvre comportait 109 maisons « modestes », mais aussi 25 maisons « moyennes ». Mais les chiffres rassemblés par N. Hanna et sa carte montrent bien la vigueur de la ségrégation socio-économique suivant laquelle se distribuaient les résidences des Cairotes.

4. Le cas d’Alep

  • 12 J.-Cl. David, « Alep ». A. Marcus, Aleppo, M. Merriwelher, The Notable Familles of Aleppo, 1770-183 (...)

17Nous disposons sur le problème de l’habitat d’Alep sous les Ottomans d’une information exceptionnellement riche et diverse. Les recherches, de caractère géographique et archéologique, poursuivies sur le tissu urbain par J.-C. David lui ont permis, à partir d’une observation fine de l’habitat actuel, de reconstituer la physionomie de la ville traditionnelle. Complétant les recherches partielles d’A. Abdel Nour, Abraham Marcus a étudié l’habitat au XVIIIe siècle à partir des riches informations que fournissent les archives des Tribunaux où sont conservées d’innombrables transactions immobilières. En se consacrant à l’étude d’une strate sociale, celle des notables indigènes, Margaret Merriwether a abordé le problème de la localisation de leurs résidences. Ces recherches, complémentaires et convergentes, permettent d’aboutir à une cartographie très vraisemblable de l’habitat à Alep au XVIIIe siècle12.

3. Alep : les types d’habitat (d’après J.-C. David)

3. Alep : les types d’habitat (d’après J.-C. David)

Limite des quartiers riches. Limite des quartiers « moyens ».

18Reprenant la typologie utilisée à Tunis par G. Cladel et P. Revault, J.-C. David définit quatre types d’habitat auxquels une recherche précise de terrain lui permet de donner une représentation cartographique. Il localise l’habitat de types III et IV (400 à 900 mètres carrés) dans les régions situées à proximité de la « Mdineh » (zone centrale d’activité économique) et de la Citadelle : les quartiers « riches » qu’il définit ainsi (Bandara, Farâfira, Bayyâda…) sont ceux dans lesquels M. Merriwether localise les principales familles de notables d’Alep aux XVIIIe et XIXe siècles. Cette zone est aussi celle où, d’après Marcus, se situent les maisons les plus chères dont il retrouve les actes de vente vers 1750. L’extension de cette zone d’habitat riche dans la partie ouest du faubourg nord de la ville qui constitue une anomalie s’explique par la présence dans cette région d’une importante communauté chrétienne dont le niveau de vie était très élevé et dont l’habitat était d’une qualité qui apparaît aujourd’hui encore dans les magnifiques maisons qui subsistent dans le quartier de Judayda.

19Les maisons de type I et II de la classification de J.-C. David (caractérisées en particulier par une superficie plus réduite : de 100 à 200 mètres carrés, et des fonctions moins différenciées) occupent la partie périphérique de la ville intra muros, la partie orientale du faubourg nord et la partie ouest du faubourg oriental. Cette localisation correspond à peu près à celle des maisons de prix moyen dans la classification de Marcus (type II).

  • 13 J. Sauvaget, Alep, Paris, 1941, 230. A. Russell, The Natural History of Aleppo, Londres, 1795, 2 vo (...)

20Le dernier type d’habitat traditionnel est celui sur lequel notre information est la plus réduite, d’une part parce que cet habitat populaire et peu coûteux est moins représenté dans les documents d’archives, et d’autre part parce que cet habitat, plus rudimentaire et plus fragile, s’est usé plus vite que l’habitat bourgeois, plus solide et mieux entretenu et qu’il est donc difficile d’en faire une élude archéologique. C’est cet habitat périphérique (bordure des faubourgs est et sud) qui abritait des populations récemment arrivées de la campagne et pauvres qui transportaient avec elles des modes de vie (et des principes d’habitat) quasiment ruraux, d’où la qualification de « semi rural » que lui donne David. C’est aussi dans ces régions périphériques qu’habitaient des populations immigrées (Kurdes, Tatars, ex-bédouins) comme Sauvaget l’a si justement suggéré, à partir de la toponymie. C’est là enfin que l’on trouvait les hawsh dont le résident anglais A. Russel faisait une description qui rappelle tout à fait celle de la Description de l’Égypte : « Des bâtiments généralement destinés aux basses classes d’étrangers : Arabes, Kurdes, autres Turcs d’origine étrangère… C’est un large espace ouvert, entouré de médiocres petites habitations de deux ou trois pièces. L’espace central est commun, irrégulièrement pavé »13. La géographie que propose David pour cet habitat « semi rural » (les limites est et sud de la ville) correspond ici encore à celle que propose A. Marcus pour ses maisons de bas prix (type I).

21Les recherches de David et de Marcus, réalisées sur des bases tout à fait différentes (une analyse archéologique sur le matériel urbain contemporain, un dépouillement des actes de vente de maisons vers 1750) aboutissent donc également à établir la réalité d’un classement de l’habitat, dans la ville traditionnelle d’Alep, sur des bases socio-économiques, avec une répartition régulière de cet habitat depuis le centre (où se trouve l’habitat le plus riche) vers la périphérie (zone d’un habitat populaire et pauvre), suivant une disposition en auréoles successives.

5. Conclusions

22Les cas de Tunis, du Caire et d’Alep nous paraissent bien montrer que l’habitat des villes arabes traditionnelles se répartissait suivant une logique résultant de facteurs socio-économiques, avec des quartiers bourgeois au centre, près du quartier des activités économiques et de la grande mosquée, avec ensuite une distribution en auréoles successives, les quartiers les plus pauvres s’établissant sur la périphérie de la ville. À cette ségrégation échappaient les quartiers chics (en particulier les quartiers de la caste dominante) et les quartiers de minorité (chrétienne et juive) qui obéissaient à une logique différente : le quartier juif du Caire était situé à proximité immédiate du centre, en dépit de sa pauvreté ; le quartier chrétien d’Alep, quartier de résidence riche, était situé dans une zone relativement excentrique où on trouvait « normalement » un habitat moyen ou pauvre.

23Cette ségrégation n’avait naturellement qu’un caractère global qui n’excluait pas des irrégularités de détail : c’est ce qui explique les réserves émises sur ce point par des auteurs plus sensibles aux coexistences de détail qu’aux réalités statistiques globales. Mais la présence, de l’ordre de l’imaginaire, dans un même immeuble à Paris du début de ce siècle de la famille aristocratique des Guermantes, de la famille bourgeoise de l’auteur de la Recherche du Temps perdu, et de la boutique du giletier Jupien n’empêchait pas que cet hôtel fût situé dans un quartier aisé de Paris.

  • 14 Gideon Sjoberg, The Preindustrial City, New York, 1965, 97-99.

24Cette répartition d’allure ségrégationniste correspondait tout à fait à la nature d’une société dont nous avons vu le caractère fortement inégalitaire. Sur ce point les grandes villes arabes des XVIIe et XVIIIe siècles paraissent bien obéir à l’hypothèse développée par G. Sjoberg suivant laquelle, dans les cités pré-industrielles, la richesse et le prestige résidentiels déclinaient du centre vers la périphérie, les plus pauvres vivant dans les faubourgs14.

Notes

1 Maqrîzî, Ighâthat al-Umma, Le Caire, 1940, pp. 72-75.

2 Voir Artisans et commerçants au Caire au XVIIIe siècle, Damas, 1974, 2 vol., II, pp. 373-375. C. Establet, J.-P. Pascual et A. Raymond, « La mesure de l’inégalité dans la société ottomane : utilisation de l’indice de Gini pour le Caire et Damas vers 1700 », JESHO, sous presse.

3 A. Abdel Nour, Introduction à l’histoire urbaine de la Syrie ottomane, Beyrouth, 1982, p. 99.

4 G. Cladel et P. Revault, Médina, approche typologique, Tunis, 1970. J.-Cl. David, « Alep, dégradation et tentatives actuelles de réadaptation des structures urbaines traditionnelles », BEO, 28 (1975).

5 A. Raymond, Grandes villes arabes à l’époque ottomane, Paris, 1985, pp. 305-326.

6 A. Abdel Nour, « Introduction », p. 165.

7 J. Revault, Palais et demeures de Tunis, Paris, 1967-1978, 4 vol. G. Cladel et P. Revault, Medina. N. Hanna, Habiter au Caire aux XVIIe et XVIIIe siècles, Le Caire, 1991. J.-C. David, « Alep ». A. Marcus, Aleppo in the Eighteenth Century, Columbia U.P., 1989. A. Raymond, Grandes villes arabes ; « Groupes sociaux et géographie urbaine à Alep au XVIIIe siècle », in The Syrian Land, T. Philipp éd., Stuttgart, 1992 ; « Les zones de résidence à Tunis à l’époque ottomane », in Mélanges Revault, à paraître.

8 J. Revault, Palais… op. cit., t. II, p. 218.

9 Nelly Hanna, Habiter… op. cit. A. Raymond, Le Caire, Paris, Fayard, 1993.

10 Voir Artisans et commerçants, et « Quartiers et mouvements populaires au Caire au XVIIIe siècle », dans Political and Social Change in Modern Egypt, P. M. Holt éd. Londres, 1968, pp. 104-116.

11 Description de l’Égypte, État moderne, II-2, Paris, 1822, Jomard, Description de la ville du Caire, pp. 662, 696.

12 J.-Cl. David, « Alep ». A. Marcus, Aleppo, M. Merriwelher, The Notable Familles of Aleppo, 1770-1830, thèse, U. of Pennsylvania, 1984. A. Raymond, « Groupes sociaux ».

13 J. Sauvaget, Alep, Paris, 1941, 230. A. Russell, The Natural History of Aleppo, Londres, 1795, 2 vol., I, 36.

14 Gideon Sjoberg, The Preindustrial City, New York, 1965, 97-99.

Table des illustrations

Titre 1. Tunis : le quartier « chic » (d’après J. Revault)
Légende Les chiffres indiquent la surface moyenne des parcelles dans chaque secteur étudié. Contour gras : Limite des quartiers riches. Contour maigre : Limite des quartiers « moyens ».
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1658/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Titre Période 1738-1744
Légende Compte non tenu des quartiers minoritaires et des quartiers de la caste dominante. (Tableau extrait de N. Hanna, Habiter au Caire, tableau 23, p. 185).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1658/img-2.png
Fichier image/png, 111k
Titre 2. Le Caire : les zones résidentielles en 1738-1744 (d’après Nelly Hanna)
Légende Limite des quartiers riches. Limite des quartiers « moyens ».
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1658/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 376k
Titre 3. Alep : les types d’habitat (d’après J.-C. David)
Légende Limite des quartiers riches. Limite des quartiers « moyens ».
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1658/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 295k

© Presses de l’Ifpo, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search