Version classiqueVersion mobile

La ville arabe, Alep, à l’époque ottomane

 | 
André Raymond

Remarques sur la voirie des grandes villes arabes*

Note de l’éditeur

Extrait de : Proceedings du Xe Congrès de l’UEAI, éd. par R. Hillenbrand, Edinburgh, 1982, p. 72-85.

Texte intégral

1.

  • * Pour des raisons techniques, le texte sans les cartes a été recomposé par l’IFEAD.

1L’urbanisme arabe a été le plus souvent l’objet d’appréciations peu favorables de la part des spécialistes des villes arabes ; c’est d’ailleurs plutôt un « non-urbanisme » qu’ils ont évoqué à son propos, en l’opposant à l’urbanisme modèle, celui des grandes villes de l’Antiquité romaine, une comparaison qui était presque inévitable, du fait que plusieurs grandes villes arabes (notamment Damas et Alep) ont succédé à des villes antiques et que le domaine arabe méditerranéen recouvre exactement une zone où l’Empire romain a été responsable de tant d’admirables réalisations urbaines.

  • 1 Roger Le Tourneau, Les villes musulmanes de l’Afrique du Nord, p. 20.
  • 2 Marcel Clerget, Le Caire, I p. 284-286.
  • 3 Jean Sauvaget, Alep, p. 247-248.

2Le réseau des rues est décrit comme irrégulier, voire anarchique : « Rien de plus étranger à une ville musulmane du Maghreb que les avenues rectilignes d’une ville romaine ou d’une ville moderne : c’est à un dédale, à un labyrinthe, que fait penser la photographie aérienne d’une ville musulmane quelconque » (Le Tourneau)1. Fustat « ne fut jamais qu’un dédale inextricable de rues » ; au Caire, à partir des Mamelouks, « l’enchevêtrement des rues devint indescriptible : il fallut faire des détours infinis pour aller d’un point à un autre » (Clerget)2. La ville elle-même paraît se dissoudre en secteurs séparés et perdre cette unité qui caractérisait la cité antique : à Alep, « l’époque musulmane ne s’accompagne… d’aucun apport positif » ; elle a « précipité et aggravé la dégradation de [la] ville hellénistique… En dehors de cette réduction du cadre de la vie urbaine à des formes plus rudimentaires… on ne voit à lui attribuer que la dislocation du centre urbain, sa fragmentation en petites cellules individualisées… L’œuvre [de l’Islam] est ainsi essentiellement négative » ; la ville devient « un assemblage inconsistant et inorganique de quartiers » qui peut être considéré « comme la négation de l’ordre urbain » (J. Sauvaget)3.

  • 4 Jean Sauvaget, Alep, p. 73. Sur ce problème particulier, les publications de Baber Johansen apporte (...)
  • 5 Jean Sauvaget, « Esquisse d’une histoire de la ville de Damas », REI, 1934, p. 455-456.

3À l’origine de cette situation ces auteurs voient essentiellement l’incapacité de l’Islam à concevoir la spécificité de l’organisation urbaine : « Dans son horreur des privilèges d’exception… la Loi musulmane se garde bien d’accorder aux villes un statut particulier. Elle ne connaît que la oumma, la communauté des croyants, une, par définition, et indivisible » (J. Sauvaget)4. Ne faisant l’objet « d’aucune disposition particulière de la part de la Loi islamique », la ville musulmane n’a ni institutions municipales, ni administration particulière. Elle n’est plus considérée « comme une entité, comme un être en soi… », mais seulement comme « une réunion d’individus aux intérêts contradictoires qui… agissent pour leur propre compte, sans tenir compte du voisin »5.

  • 6 Marcel Clerget, Le Caire, I, p. 178.
  • 7 Jean Sauvaget, Alep, p. 238-239.

4Cette désagrégation aurait atteint son paroxysme pendant la période ottomane, qui aurait été caractérisée par l’anarchie et le désordre urbains : Sous les Ottomans, écrit Clerget, Le Caire « s’éteint lentement… laissant crouler peu à peu les débris de son passé glorieux… Le Caire revient… au peuplement dispersé qu’affectionnaient les premiers Arabes »6. À Alep, note Sauvaget, « les éléments de désagrégation… ne font que s’exercer à nouveau, avec une tendance à l’exagération qui accélère la dissociation du centre urbain en compartiments étanches… L’Alep des Ottomans [est] une façade somptueuse derrière laquelle il n’y a que ruines »7. Nous pourrions multiplier ces citations caractéristiques.

  • 8 Voir André Raymond, « La conquête ottomane et le développement des grandes villes arabes », ROMM 27 (...)

5Une anarchie aussi généralisée des centres urbains est naturellement difficile à concevoir dans son principe même. Elle aurait dû entraîner une paralysie progressive des cités concernées, qui avaient des dimensions et des populations considérables pour l’époque (plus de 200 000 habitants pour Le Caire ; plus de 100 000 pour Alep et Damas) ; or, tout montre qu’elles continuèrent à fonctionner d’une manière qui assurait, en gros, la satisfaction des besoins de leurs habitants. D’autre part, la période ottomane, si énergiquement stigmatisée, ainsi que nous venons de le voir, fut caractérisée, au moins pendant deux siècles, par une croissance urbaine assez indiscutable pour que J. Sauvaget lui-même en relève des manifestations impressionnantes pour Alep8.

6Il nous paraît donc utile d’examiner si le concept d’anarchie peut réellement suffire à caractériser l’organisation urbaine arabe dans son ensemble, ou bien si, en réalité, la structure urbaine des villes arabes ne représente pas une adaptation à un type déterminé d’organisation socio-économique, adaptation dont la logique interne et l’efficacité expliqueraient la pérennité.

2. L’irrégularité de la voirie

  • 9 Cité par Marcel Clerget, Le Caire, I, p. 284.

7L’irrégularité du réseau urbain est un des traits les plus caractéristiques de l’organisation interne de la ville arabe, un de ceux qui ont, de tout temps, frappé les observateurs. Le voyageur Thévenot remarque, au XVIIe siècle : « Il n’y a pas une belle rue au Caire, mais quantité de petites qui font tours et détours ; ce qui fait bien connaître que toutes les maisons furent construites sans aucun dessin, chacun prenant tous les lieux qui lui plaisaient pour construire, sans considérer s’il bouchait une rue ou non »9. Le phénomène est si connu, et il a été si souvent décrit, qu’il n’est pas nécessaire de le commenter longuement.

  • 10 Ibid., I, p. 289.
  • 11 Leopolo Torrès Balbas, « Les villes musulmanes d’Espagne », Annales de l’Institut d’Etudes oriental (...)
  • 12 On peut mentionner, pêle-mêle : des causes psychologiques diverses (Torrès Balbas évoque une sorte (...)

8Ces rues sont très étroites, d’abord parce que non conçues pour la circulation de véhicules, mais tout au plus pour des animaux de bât : quand Muḥammad ‘Ali envisage, en 1845, de percer la rue « Neuve » (sikka Jadīda), le khédive demande l’avis des ‘ulamā’ sur la largeur qu’il convient de lui donner : ils répondent qu’elle devra être assez large pour que deux chameaux chargés puissent se croiser10. Beaucoup de rues n’avaient donc pas plus de deux à trois mètres de large, et souvent moins. Leur largeur était encore réduite par les banquettes que les commerçants aménageaient devant leurs boutiques, ou par les saillies des moucharabiehs, à l’étage, qui finissaient par les transformer en passages couverts. Ces rues sont d’autre part caractérisées par une allure irrégulière, un tracé tortueux, qui se retrouvent d’un bout à l’autre du monde arabe méditerranéen, et qui justifient des appellations très caractéristiques : Torrès Balbas note qu’une ruelle de Malaga s’appelait « rue des Douze détours » et une autre « des Sept détours » ; il relève des noms de ce genre à Séville et à Tolède11. À Fès, au nord de la Qarawiyyīn, et à Alger, dans la ville haute, on trouve une rue seba Louayat (« ruelle des sept coudes »). Enfin beaucoup de ces rues se terminaient en impasses, un trait qui paraît particulier aux villes arabes et qui se marque, en effet, dans les statistiques que l’on peut dresser sur la voirie dans les villes arabes : à Fès, au Caire et à Alep, dans les secteurs anciens de la ville, les impasses représentent 52, 47 et 41 % de la longueur totale de la voirie. Il nous paraît inutile de nous attarder ici sur les explications qui ont été avancées pour rendre compte de cette situation et qui sont inégalement convaincantes12.

  • 13 Voir l’article de Robert Brunschvig, « Urbanisme médiéval et droit musulman », REI, 1947. La notion (...)
  • 14 ‘Abd al-Raḥmān al-Jabartī, ‘Aja'ib al-Athār, éd. Būlāq, II, p. 249.
  • 15 Mais on a sans doute exagéré l’anarchie urbaine dans les villes arabes. Sur une doctrine implicite (...)

9Un autre trait de l’urbanisme arabe, fort inquiétant par ses conséquences inévitables sur l’organisation urbaine, est la relative faiblesse de la notion de « domaine public » et la tolérance des juristes musulmans en matière de droit urbain13 : cette faiblesse et cette tolérance étaient particulièrement fâcheuses lorsque des gens puissants, ou possédant une parcelle d’autorité, étaient en cause et n’hésitaient pas à empiéter arbitrairement sur la voie publique. Pour nous en tenir à la période moderne, rappelons un exemple caractéristique relevé par le chroniqueur égyptien Jabartī, sans doute parce qu’il avait été particulièrement scandaleux, celui du cheikh Aḥmad ibn Sālim al-Nafrāwī qui avait profité de l’impunité que lui assurait son influence auprès de ‘Alī Bey pour empiéter sur la voie publique dont il avait accaparé une parcelle pour construire sa maison de Jīza14. C’est sans doute à des agissements de cette nature qu’il faut attribuer l’obturation de voies publiques, dont nous avons des témoignages nombreux : « point où la rue est bouchée » indique par exemple la Description de l’Égypte sur le plan du Caire. La comparaison entre Le Caire des Ottomans et celui des Mamelouks nous fournit maints exemples de cette dégradation de la voirie. Maqīrzī lui-même cite plusieurs cas d’obturations de rues qui eurent peut-être la même origine15.

3. Le double réseau de rues

10Un grand nombre d’irrégularités de détail du réseau des rues des villes arabes paraissent bien résulter d’une évidente anarchie urbaine. Mais on ne saurait néanmoins considérer sous cet angle les caractéristiques générales de la voirie dont certains traits, abondamment décrits, découlent très logiquement d’une organisation parfaitement cohérente de la vie socio-économique dans les grandes villes. Nous voulons évoquer ici l’existence d’un double système de rues qui nous apparaît comme une adaptation normale à un type d’organisation économique, dans lequel les activités essentielles étaient fortement regroupées dans une zone centrale, et à un type d’organisation sociale comportant une certaine ségrégation de la vie familiale, les zones réservées à la vie privée étant relativement isolées et relativement fermées.

  • 16 « Villes musulmanes », p. 9-17.

11Ce double système de rues a été parfaitement mis en évidence par Torrès Balbas pour les villes andalouses médiévales, avec la distinction qu’il établit entre des voies transversales radiales, et se prolongeant à travers les faubourgs, et des rues étroites et tortueuses qui se greffaient sur les premières et se ramifiaient souvent en impasses16. Il apparaît avec la même clarté dans toutes les grandes villes du Maghreb et du Machreq, à l’époque moderne, et il permet de délimiter deux zones nettement distinctes dans toutes les villes importantes :

• dans les quartiers centraux, voués aux activités économiques essentielles, se développent des rues ouvertes (shāri‘ sālik) relativement larges, relativement rectilignes, joignant une porte de la ville à l’autre ; ce tracé régulier et cette ouverture étaient justifiés par les nécessités du trafic des piétons et des animaux de bât (l’absence de toute circulation de voitures limitant, par ailleurs, les besoins en ce qui concerne la largeur de ces artères).

• dans les zones résidentielles, plus ou moins périphériques, où n’existaient que des activités non spécialisées (suwaïqa dans les villes du Moyen Orient, ḥawānīt à Alger), le réseau de rues correspond au contraire tout à fait à ce qu’on décrit comme la voirie arabe traditionnelle, avec son lacis complexe de rues étroites, tortueuses, se terminant souvent en cul-de-sac ; c’est ici que l’on trouve les quartiers de résidence plus ou moins fermés et, en général, populaires (hawma en Afrique du Nord, hāra en Égypte et à Damas, maḥalla à Alep) qui sont une des caractéristiques de la ville arabe.

  • 17 Voir notamment, sur le quartier de Bāb Musallā, Richard Thoumin, « Deux quartiers de Damas », BEO, (...)

12Il n’est pas nécessaire de s’attarder sur des faits patents. L’existence de ce double réseau se lit sur les plans des grandes villes comme Alep (avec l’opposition entre la zone de la « Mdīneh » – « cité » – où se trouvent les grands souqs et les principaux caravansérails) et Damas (zone centrale des rues commerçantes, entre la Grande Mosquée et la « Rue Droite »). À Alep, la structure de la zone centrale a été largement déterminée, jusqu’à l’époque moderne, par les grandes voies antiques de direction ouest-est et par les rues perpendiculaires nord-sud, définissant des îlots de dimensions régulières (45 mètres sur 125 mètres). La ville médiévale et ottomane a conservé ce réseau régulier, de bāb Anṭākiya à la Citadelle, avec, en particulier, le réseau des grands souqs, alignés de l’ouest à l’est. Par contre, dès qu’on sort de la Mdīneh et qu’on pénètre dans les quartiers résidentiels, le réseau des rues prend une allure toute différente et est conforme aux caractères habituels de la voirie arabe, la ville se réduisant en maḥalla, quartiers d’habitation plus ou moins clos, traversés par de grandes percées vers les portes principales de la ville. À Damas, l’opposition n’est pas moins nette entre les deux secteurs. Dans la zone centrale, la marque du quadrillage antique, entre la Grande Mosquée (ex-temple de Zeus) et le souq Midḥat Pacha (ex-Via recta, decumanus : Voie Droite) apparaît avec la même force. Dans le reste de la ville se déploient, au contraire, des zones de résidence où la voirie devient irrégulière entre ce qui subsiste des mailles du réseau antique : c’est là qu’on trouve les quartiers fermés dont plusieurs ont fait l’objet d’études approfondies17.

13Dans ces deux cas, l’influence de l’urbanisme antique a, de toute évidence, déterminé l’évolution du réseau des rues dans la partie « publique » de la ville. Mais ce système double apparaît également dans le cas d’une création arabe comme la ville du Caire. Dans la zone centrale de Qāhira qui correspond à la création fatimide (969), la Qaṣaba traverse la ville du nord au sud, sur près de 1 500 mètres, de bāb al-Futūḥ à bāb Zuwaïla ; large de près de 10 mètres et assez rectiligne d’allure, la Qaṣaba reçoit sur son parcours des rues secondaires à peu près orthogonales, et dont plusieurs mènent directement vers les portes. Dans les zones résidentielles périphériques, on retrouve la structure traditionnelle de la voirie des villes arabes avec son organisation en quartiers souvent fermés (ḥāra), dotés d’un réseau hiérarchisé de rues et d’impasses branchées sur la rue principale (darb) qui donne souvent son nom au quartier.

14À Tunis la région des souqs centraux se développe traditionnellement autour des trois points principaux, Grande Mosquée de la Zaïtūna, souq des orfèvres (Ṣāgha), centre du gouvernement (Qaṣbah, et durant la première époque ottomane, au XVIIe siècle, Dār al-Bāy). Dans cette zone le réseau des rues est régulier. Une disposition relativement orthogonale apparaît même dans les directions des axes principaux : rue du Mufti, souq al-Turk, souq al-Attarin, rue de la Qaṣbah/souq al-Barka – souq al-Bey, souq des Femmes – souq des Étoffes – rue Sidi ben Arous, rue des Librairies – rue al Zaïtūna, souq al-Balat – rue des Tamis. À partir de cette zone centrale la circulation vers les portes est assurée par un réseau de rues assez larges et relativement rectilignes, chaque direction principale étant desservie par deux rues à peu près parallèles : vers l’est, rue de la Qaṣbah et rue Jāmi‘ al-Zaïtūna qui convergent à bāb al-Baḥr ; vers le nord, souq al-Grana et rue Sidi Mahrez, vers bāb Suwaïqa, et rue Sidi ben Arous et rue de Pacha, vers bāb al-Banāt ; vers l’ouest, rue de la Qaṣbah vers la Qaṣbah, et souq al-Sakkagin vers bāb al-Manāra ; vers le sud, rue Tourbet el-Bey vers bāb Jadīd, et rue des Teinturiers vers bāb al-Jazīra. C’est entre les mailles de ce réseau que se développent les quartiers d’habitation, avec leur système caractéristique de ruelles irrégulières et d’impasses.

15Ce double système de voirie n’est nulle part plus évident qu’à Alger où le contraste est total, sur tous les points, entre la zone centrale et la zone périphérique, aussi bien sur le plan de la géographie, que sur celui des activités et même du peuplement. La ville basse occupe la partie inférieure du site d’Alger, qui constitue une sorte de terre-plein (d’où son nom de « Waṭā ») ; on trouve là les centres politiques, religieux et culturels, les principaux souqs ; c’est là aussi qu’habite la classe dominante, Janissaires (dans leurs casernes) et corsaires (ra'īs). Le réseau des rues est parfaitement régulier, organisé autour des grands axes qui unissent le centre aux trois grandes portes de la ville (bāb al-Jazīra, bāb ‘Azzūn, bāb al-Wād). La ville haute, installée sur une zone de forte déclivité (d’où son nom de « Jabal », montagne), est réservée, pour l’essentiel, à la résidence ; on n’y trouve pas de marchés spécialisés, mais seulement des marchés offrant les produits nécessaires pour la vie courante (ḥawānīt, « boutiques ») ; la population de cette région est entièrement indigène, petite bourgeoisie des artisans et des boutiquiers (ceux que l’on appelle les « beldi »), allogènes (Mzabites, Kabyles…) vivant dans le cadre de quartiers (ḥawma) plus ou moins clos. Ici, le réseau de rues est tout à fait caractéristique de la voirie « arabe » traditionnelle : rues irrégulières, tortueuses (la rue « du Diable » doit peut-être son nom à un tracé particulièrement irrationnel), dévalant vers la mer, avec de nombreuses impasses : tous les caractères de la fameuse « Qaṣbah » d’Alger.

16La double structure du réseau de rues exprime donc très fidèlement la double structure de la ville, avec sa séparation, très fortement marquée entre les fonctions économiques, regroupées dans le centre, et les fonctions résidentielles. La ségrégation – qui n’est d’ailleurs que relative – de la vie familiale justifie un réseau qui n’est « anarchique » qu’en apparence. Sur ce point on ne peut que se reporter aux remarques pénétrantes de A. Lézine (sans doute un peu trop rigoureuses dans les conclusions) :

  • 18 Alexandre Lézine, Deux villes d’Ifriqiya, p. 131-136.

« Pour essayer de comprendre l’aspect actuel des “médinas”, il ne faut pas perdre de vue les fonctions principales que devaient remplir les villes musulmanes. Avant toute chose on attendait d’elles qu’elles assurent un isolement de la vie privée des citadins de tout contact avec l’extérieur… L’impasse dérive très logiquement du type d’habitat dans lequel on la rencontre… L’impasse est l’élément de base de l’urbanisme musulman traditionnel. Son apparition est liée à un type d’habitat dans lequel la vie s’organise exclusivement autour d’une cour intérieure18. »

4. Les caractères des zones centrales

  • 19 Louis Massignon, « Enquête sur les corporations musulmanes », Revue du Monde musulman LVIII, 1924, (...)

17Les observations faites par Louis Massignon sur le développement de la ville autour d’un certain nombre de points centraux – mosquée/jāmi‘, sūq, marché ; qīsāriyya, lieu de vente des produits précieux ; ṣāgha, lieu du change des monnaies et du travail des métaux précieux ; sūq al-ghazl, marché aux filés)19 nous paraissent garder toute leur validité pour la plupart des grandes villes arabes méditerranéennes que nous connaissons. Les principales variations introduites dans ce tableau général concernent le caractère central ou non des points principaux où se déroulait la vie politique et administrative. À cette réserve près, la zone centrale est, en général, parfaitement identifiable et parfaitement dessinée, et elle est le théâtre d’activités nettement caractérisées.

  • 20 André Raymond, « Les grands waqfs et l’organisation de l’espace urbain à Alep et au Caire », BEO XX (...)

18À Alep et Damas, les grandes villes syriennes développées à l’époque arabe à partir d’un canevas antique, la trame centrale conserve, profondément inscrite dans le tracé de la voirie, l’influence de la cadastration gréco-romaine. La « Mdīneh » d’Alep s’étend sur une longueur de près de 800 mètres, de part et d’autre de la grande rue unissant la porte occidentale de la ville (bāb Anṭākiya) à la Citadelle, siège du pouvoir politique et militaire. Le long de cet axe, le réseau des souqs se développe avec une parfaite régularité, sur une longueur de 250 mètres et une largeur de 40. Dans cette zone se concentre l’essentiel de l’activité économique de la ville (18 khān sur 45), la Grande Mosquée étant classiquement située au cœur de la Mdīneh. La structure interne de cette région centrale était si forte que, lorsqu’au XVIe siècle l’expansion urbaine se développa au sud de la grande rue, la surface de la Mdīneh passant d’un peu moins de quatre hectares, au début du XVIe siècle, à plus de neuf, cette expansion s’inséra tout naturellement dans le cadre de la cadastration antique, chacune des grandes fondations ottomanes occupant des zones rectangulaires qui représentaient, suivant les cas, un, deux ou trois îlots antiques20. Dans le cas de Damas, le centre est une région approximativement rectangulaire, circonscrite au nord-ouest par la Citadelle (Qal‘a) où les Ayyoubides ont déplacé, au XIIe siècle, le siège du gouvernement, au nord par la Mosquée des Omayyades (qui a pris la suite des temples des Haddad et de Jupiter), au sud par la « rue droite » qui suit le tracé du decumanus romain jusqu’à la porte est de la ville (bāb Sharqī), sur une longueur de 1 400 mètres. À l’intérieur de ce périmètre central le réseau des rues est parfaitement régulier et l’orthogonalité des rues orientées nord-sud et ouest-est sera confirmée lorsque le développement de la ville, au début de la période ottomane, enrichira cette région d’un bedestān et de nombreux khān.

  • 21 Idem, « La population du Caire, de Maqrīzī à la Description de l’Égypte », BEO, XXVIII, 1975.
  • 22 Idem, Artisans et commerçants, Damas, 1974, I, p. 366.

19Comparé aux deux cas précédents de villes d’inspiration antique, Le Caire offre l’exemple intéressant d’une création arabe, au moment de l’installation des Fatimides en Égypte (969). Fortement organisée de part et d’autre de la rue centrale (Qaṣaba), de direction nord-sud, qui réunit les portes principales de la ville (bāb al-Futūḥ, au nord, et bāb Zuwaïla, au sud), la zone centrale s’étendait sur une longueur de près de 1 500 mètres et une largeur d’environ 300 mètres. On y trouvait, sous les Fatimides, les deux cellules fondamentales de la ville, les palais royaux (qui délimitaient un espace appelé Bayn al-Qaṣrayn, « Entre-les-deux-palais »), et la mosquée-université d’al-Azhar. Au XIIe siècle, le centre du pouvoir politique et militaire fut déplacé vers la Citadelle, au sud-est de la ville, ce qui libéra le centre urbain pour une énorme expansion économique : à l’époque de Maqrīzī (début du XVe siècle) 57 souqs sur 87 (65,5 %) et 47 caravansérails sur 57 (82,5 %) étaient agglutinés autour de la Qaṣaba. Avec l’expansion de la ville à l’époque ottomane, la puissance du centre urbain se renforça encore ; la surface de la zone vouée aux activités commerciales passa alors de 22 à 38 hectares. En 1798, la zone centrale contenait 41 des 93 marchés (44,1 %) et 154 des 220 caravansérails (khān et wakāla) (70 %) que comptait alors Le Caire d’après la Description de l’Égypte21. L’énormité de l’agglomération avait provoqué le développement de zones économiques secondaires, mais c’est dans le cœur de Qāhira que se déroulait l’essentiel des activités qui faisaient la puissance du Caire : les soixante wakāla vouées au trafic du café et des épices étaient toutes concentrées là. A partir de l’artère centrale, le réseau des rues se développait avec une certaine irrégularité où l’ordonnance de la fondation n’était plus guère lisible. Mais le contraste est évident, sur une carte, entre cette zone clairement organisée, de part et d’autre de la Qaṣaba, le long du Jamāliyya, et aux alentours de la mosquée d’al-Azhar, et les zones résidentielles périphériques où se trouvent les quartiers de résidence fermée (ḥāra). La formidable concentration des activités économiques dans le centre urbain apparaît dans quelques chiffres : entre 1776 et 1798, 65,5 % du nombre des successions trouvées dans les registres du Maḥkama (Tribunal religieux), soit les deux tiers, concernaient des artisans et des commerçants installés dans les quartiers riverains de la Qaṣaba, et leur montant était de 88,3 % du montant global (soit presque les neuf dixièmes)22. Cette primauté économique était complétée par une primauté, non moins écrasante, dans le domaine des activités religieuses et culturelles, fortement concentrées dans la mosquée d’al-Azhar, centre dont le rayonnement dépassait largement les limites de l’Égypte.

  • 23 Idem, « Le centre d’Alger en 1830 », ROMM 31, 1981.

20Mais, une fois encore, aucun exemple ne nous paraît plus frappant que celui d’Alger dont le centre urbain se développait le long des trois grandes rues qui mettaient en communication la ville avec l’extérieur, provinces (bāb ‘Azzūn et bāb al-Wād) et espace maritime méditerranéen (bāb al-Jazīra). Dans une zone qui ne comptait guère plus d’un hectare sur les quarante de la ville intra muros, on trouvait : la plupart des centres du pouvoir (palais du Dey, à la Janīna ; dār al-Sikka – où était frappée la monnaie – ; local des Būluk bāshī – principaux officiers de la milice – ; baīt al-Māl – centre de l’« administration financière » –) ; les centres de la vie religieuse, judiciaire et culturelle, avec les principales mosquées à khutba et leurs annexes traditionnelles, les écoles et les tribunaux ; les principaux marchés (quinze sur la quarantaine de souqs que comptait alors Alger), regroupés autour du Bedestān, qui après avoir été le centre du commerce pour les produits et les captifs, procurés par la course, demeurait le centre du grand commerce d’Alger. Dans toute cette région d’Alger, l’allure régulière, presque géométrique, du réseau des rues paraît trahir une conception d’ensemble qu’on doit dater du XVIe siècle, au moment où, conquise par les Ottomans, la bourgade berbère qu’était jusque-là Alger se transforme en une ville maritime redoutée, capitale d’un puissant État continental. La conquête ottomane qui a été marquée, ailleurs, par un énergique développement urbain, en particulier dans les centres des villes, a eu ici pour conséquence l’organisation ex nihilo de la zone centrale de la ville dont la cohérence n’a été ignorée que parce que cette zone a été totalement détruite au lendemain de la conquête de l’Algérie en 183023.

5. Conclusion

21Les villes arabes n’étaient donc « anarchiques » que dans le détail de leur irrégularité urbaine ; mais leur double structure, qui s’exprimait parfaitement dans un double réseau de rues, témoignait au contraire d’une assez remarquable adaptation aux nécessités socio-économiques de la vie urbaine, avec le très fort contraste entre les centres, relativement organisés, pour répondre, en particulier, aux besoins de la vie économique, et les quartiers de résidence, où le souci d’assurer la protection de l’intimité de la vie familiale explique le développement du réseau irrégulier de rues dont on a fait sans raison la caractéristique unique de l’urbanisme arabe. Les éléments de voirie régulière qui existaient dans le centre et le mettaient en communication avec l’extérieur de la ville, via les portes principales, suffisaient à assurer les communications indispensables, les zones de résidence pouvant, sans dommage pour la cohésion interne de la ville, s’installer dans des régions fermées vers l’extérieur, mais fortement reliées au centre, où étaient situées les activités artisanales et commerciales. À la division « spatiale » de la ville en deux secteurs géographiques dont la structure était très fortement contrastée, correspondait un partage « temporel » non moins marqué entre le temps consacré aux activités professionnelles diurnes et celui consacré à la vie privée. Cette division spatiale et ce partage temporel s’exprimaient chaque jour dans les déplacements des citadins entre leurs lieux de résidence et leurs lieux de travail.

Notes

* Pour des raisons techniques, le texte sans les cartes a été recomposé par l’IFEAD.

1 Roger Le Tourneau, Les villes musulmanes de l’Afrique du Nord, p. 20.

2 Marcel Clerget, Le Caire, I p. 284-286.

3 Jean Sauvaget, Alep, p. 247-248.

4 Jean Sauvaget, Alep, p. 73. Sur ce problème particulier, les publications de Baber Johansen apportent une lumière nouvelle. Voir en particulier : « The all-embracing town and its mosques », Revue de l’Occident Musulman et de la Méditerranée 32 (1981/II).

5 Jean Sauvaget, « Esquisse d’une histoire de la ville de Damas », REI, 1934, p. 455-456.

6 Marcel Clerget, Le Caire, I, p. 178.

7 Jean Sauvaget, Alep, p. 238-239.

8 Voir André Raymond, « La conquête ottomane et le développement des grandes villes arabes », ROMM 27 (1979/I).

9 Cité par Marcel Clerget, Le Caire, I, p. 284.

10 Ibid., I, p. 289.

11 Leopolo Torrès Balbas, « Les villes musulmanes d’Espagne », Annales de l’Institut d’Etudes orientales d’Alger VI (1942-1947), p. 13.

12 On peut mentionner, pêle-mêle : des causes psychologiques diverses (Torrès Balbas évoque une sorte de nostalgie de l’Orient, « Villes musulmanes », p. 12 ; Clerget, le besoin nomade d’espace, une malédiction religieuse, un sentiment d’anxiété, Le Caire, I, p. 271) ; des causes climatiques (désir de s’assurer de l’ombre contre la chaleur, de se protéger du vent) ; enfin, souvent invoqués, des soucis défensifs (Georges Marçais, « Urbanisme musulman », Mélanges d’histoire et d’archéologie de l’Occident musulman, I, p. 223 ; Leopolo Torès Balbas, « Les villes musulmanes », p. 25 ; Xavier de Planhol, Les fondements géographiques de l’histoire de l’Islam, p. 22).

13 Voir l’article de Robert Brunschvig, « Urbanisme médiéval et droit musulman », REI, 1947. La notion de finā joua probablement un rôle dommageable de ce point de vue. Voir sur ce problème Saleh Ali al-Hathloul, Tradition, continuity and change in the physical environment, thèse MIT, Cambridge, 1981 (ex. dact.), particulièrement p. 92-103.

14 ‘Abd al-Raḥmān al-Jabartī, ‘Aja'ib al-Athār, éd. Būlāq, II, p. 249.

15 Mais on a sans doute exagéré l’anarchie urbaine dans les villes arabes. Sur une doctrine implicite des juristes musulmans en matière d’urbanisme voir, en dehors de l’article de Robert Brunschvig, déjà cité, les contributions récentes de Baber Johansen : « Eigentum, Familie une Obrigkeit », Die Welt des Islams, XIX, 1979 ; « The clamis of men and the clamis of God », Pluriformiteit en verdeling, Nimègue, 1980 ; « The all-embracing town », ROMM 32.

16 « Villes musulmanes », p. 9-17.

17 Voir notamment, sur le quartier de Bāb Musallā, Richard Thoumin, « Deux quartiers de Damas », BEO, I, 1931.

18 Alexandre Lézine, Deux villes d’Ifriqiya, p. 131-136.

19 Louis Massignon, « Enquête sur les corporations musulmanes », Revue du Monde musulman LVIII, 1924, p. 70-71.

20 André Raymond, « Les grands waqfs et l’organisation de l’espace urbain à Alep et au Caire », BEO XXXI, 1979.

21 Idem, « La population du Caire, de Maqrīzī à la Description de l’Égypte », BEO, XXVIII, 1975.

22 Idem, Artisans et commerçants, Damas, 1974, I, p. 366.

23 Idem, « Le centre d’Alger en 1830 », ROMM 31, 1981.

© Presses de l’Ifpo, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search