Version classiqueVersion mobile

Maaloula (XIXe-XXIe siècles). Du vieux avec du neuf

 | 
Frédéric Pichon

Chapitre 1 : Maaloula au miroir de l'Occident, une contribution à l'histoire de l'orientalisme

Enjeux religieux : Maaloula ou l’Orient immmobile chrétien

Frédéric Pichon

Texte intégral

1- La quête des origines 

Les protestants à Maaloula

  • 253 Henry Laurens, La question de Palestine, Tome 1, 1799-1922, « L’invention de la Terre Sainte », Par (...)

1L’intérêt que représente l’îlot linguistique de Maaloula est loin de se cantonner au domaine ethnographique. La spécificité chrétienne de Maaloula, sa proximité avec la Terre Sainte et le caractère « biblique » de son dialecte, apparenté à l’hébreu et constituant très probablement le reliquat linguistique le plus proche de la langue parlée en Palestine à l’époque du Christ, ne manquèrent pas de susciter un intérêt religieux de la part des diverses instances occidentales. D’abord, et en quelque sorte par ricochet, car Maaloula se trouve à la périphérie de la Terre Sainte, excentrée, et figure comme centre secondaire de ces « Lieux Saints » qui commencent à intéresser à nouveau les Européens aux alentours des années 1840253.

Sur la route de la Terre Sainte

  • 254 La Zeitschrift des deutschen Palästinavereins était vendue à Jérusalem. « On peut se procurer ces r (...)

2Géographiquement d’abord, tant que l’Empire Ottoman subsiste, Maaloula constitue un passage presque naturel sur la route de Jérusalem. Ce fut la route du missionnaire Frederick Jones Bliss, correspondant du Palestine Exploration Fund, et de Bergsträsser, rattaché au Deutscher Verein zur Erforschung Palästinas. Certains voyageurs comme les sœurs Lewis et Gibson passent à Maaloula en revenant d’Égypte, plus précisément du Mont Sinaï254. Socin et Prym arrivent à Maaloula après une campagne de recueil de textes effectuée dans les montagnes du Tour ‘Abdin et dans la plaine de Mossoul, toutes régions dépendant de la Sublime Porte. De la même façon, le Père Parisot est missionné par le ministère de l’Instruction publique pour mener une campagne de collecte de chants liturgiques dans l’Empire Ottoman (« Turquie d’Asie »), et outre les populations chrétiennes orientales, il s’intéresse aux communautés juives dispersées au Proche-Orient. À cet égard, on peut dire que la fin de l’Empire Ottoman, en cloisonnant les peuples derrière des frontières nouvelles et souvent artificielles, a durablement freiné un mouvement d’études générales (en particulier pour ce qui a trait aux différentes variantes du syriaque). Après 1918, on ne dispose que de monographies où l’aspect comparatif est pratiquement absent.

  • 255 Henry Laurens, op. cit., 1999, p. 634.
  • 256 Pour tout ce qui a trait aux sociétés savantes européennes implantées en Palestine, notamment le DP (...)

3Mais, au-delà de la simple concomitance géographique, on vient chercher à Maaloula les sources du christianisme authentique. Comme le résume Henry Laurens, « la Palestine est le lieu où se rencontrent tous ces produits de la modernité et de la quête des origines »255. Mais contrairement à la Palestine, on n’assiste pas vraiment à une concurrence scientifique qui porterait le poids des rivalités diplomatiques européennes telles qu’on les retrouve en Terre Sainte, où Jérusalem devient un enjeu territorial pour la Prusse désireuse de s’implanter par le biais d’institutions religieuses, et où Dominicains français et protestants allemands servent par ricochet les intérêts de leur puissance respective. À vrai dire, ce n’est que tardivement par rapport à notre période que se mettront en place de telles institutions256.

  • 257 On peut se référer au long article fractionné en plusieurs livraisons de Jean‑Michel Hornus, « Le p (...)
  • 258 (Collectif), The Sea of Galilee Mission of the Free Church of Scotland, Chapitre III : “The Revival (...)

4Certes à Maaloula on retrouve un écho de ces tensions, mais très atténuées : il ne semble pas que Maaloula ait été un enjeu majeur pour ces missions catholiques. Par contre, l’activité des Protestants en Syrie Ottomane (Palestine, Syrie et Mont Liban) est remarquable et leur implantation ancienne, remontant à 1819257. En 1841, la Mission Irlandaise Presbytérienne de Damas fut fondée, avec comme objectif initial la conversion de Juifs258. Par suite l’écrasante majorité des voyageurs à Maaloula appartient aux Églises réformées et en particulier à cette Église : Jules Ferrette est revenu au protestantisme depuis maintenant une demi douzaine d’années lorsqu’il visite Maaloula, le Révérend Porter est missionnaire presbytérien, Frédérick Jones Bliss est le fils du fondateur du Collège Protestant Syrien de Beyrouth, les soeurs Agnès Smith Lewis et Margaret Dunlop Gibson appartiennent à l’Église presbytérienne, Joseph Segall est un missionnaire juif converti à l’anglicanisme.

  • 259 « La multiplicité des congrégations présentes en Syrie et en Palestine tranche avec lapériode précé (...)
  • 260 Pour tous ces aspects voir Chantal Verdeil, idem.
  • 261 Il nous a été donné de consulter une curieuse brochure du Père Jean Parisot, consistant en une biog (...)

5À l’inverse, il ne semble pas que le catholicisme latin ait cherché à faire du village un enjeu pour le christianisme oriental : pourtant, ce dernier étant peuplé majoritairement de catholiques, il eût été tentant de montrer combien les catholiques romains étaient capables de s’abreuver aux sources les plus authentiques du christianisme primitif, pour répondre à un reproche constant depuis l’apparition de la Réforme au xvie siècle en Europe. Du reste l’araméen de Maaloula a été plutôt combattu assez énergiquement par le clergé catholique au xixe siècle, avant que la perspective ne s’inverse totalement pour la dernière partie du xxe siècle. Cette disparité flagrante entre protestants et catholiques à même de quoi étonner : en effet les missions catholiques (lazaristes, jésuites, congrégations féminines comme les sœurs de Besançon) se développent à partir de 1840 dans la région. Ainsi en quelques décennies leur nombre a fortement augmenté, rattrapant ainsi leur retard sur les missions protestantes en Syrie Ottomane259. Mais leur action est surtout implantée dans le Mont Liban et orientée vers la formation du clergé et les bonnes œuvres260. La dimension « paléochrétienne » de Maaloula ne semble avoir suscité aucun intérêt particulier, ni scientifique, ni apologétique. Ainsi le seul ecclésiastique catholique261 qui visite Maaloula durant notre période est conscient, voire déçu, de ne plus trouver trace de la langue syriaque littéraire (la forme dialectale de Maaloula étant bien évidemment exclue) dans la liturgie byzantine, ni à Maaloula, ni en Syrie toute entière d’ailleurs :

  • 262 Jean Parisot, op. cit., mars-avril 1898, p. 251. Une autre remarque intéressante de Parisot nous re (...)

« L’arabe est seul la langue courante, aussi bien que la langue des prières liturgiques. (…) Les Grecs de Syrie, Grecs orthodoxes et Melkites ont la totalité de leurs livres liturgiques en langue arabe. Enfin pour tous ces rites, la Bible, les ouvrages de théologie, des cas de conscience, etc. sont imprimés en arabe, ce qui les met à la portée de tous les fidèles »262.

  • 263 Amnon Shiloah, Les traditions musicales juives, Maisonneuve et Larose, Paris, 1996, p. 30-33.
  • 264 Josias Leslie Porter, op. cit., p. 358. Porter prétend avoir observé à Maaloula des rites particuli (...)

6C’est paradoxalement auprès des populations juives de Jérusalem que Parisot, dans le deuxième volet de son enquête, hymnographique celle-là, retrouva les inflexions et les tonalités originelles qui s’étaient transmises au grégorien médiéval263. Il semble que les derniers vestiges de l’utilisation du syriaque dans la liturgie melkite puissent être encore décelés aux alentours de la moitié du xixe siècle, ainsi que le relate Porter264, mais c’est bien l’arabe qui est répandu.

Les premiers et les derniers chrétiens

  • 265 Expression dérivée de l’ « Orient immobile », voir Philipp Baldensperger, The Immovable East : Stud (...)
  • 266 Les Sœurs Lewis décrivent ainsi les habitants de Maaloula : « étant enfants de martyrs, ils sont re (...)
  • 267 Voir par exemple le RP Antoine Jaussen : « Le peuple arabe, dans son ensemble, représente l’élément (...)
  • 268 L’exemple bien connu de cette volonté protestante de faire coïncider le présent avec le passé bibli (...)

7En poussant la logique herderienne jusqu’au bout et en en transposant l’essentialisme dans le domaine chrétien, on peut dire que les orientalistes, en particulier protestants, viennent chercher à Maaloula les restes d’une culture et d’une langue araméenne mais aussi les derniers locuteurs de la langue du Christ, les premiers et les derniers chrétiens en quelque sorte. En observant leurs coutumes, en compilant leurs rites, on trouvera des vestiges des temps chrétiens primitifs, que les Maalouliens auraient conservé de façon figée, intemporelle. L’identité chrétienne du village a pour certains missionnaires, en majorité issus des Églises réformées, un attrait particulier, celui du retour aux sources d’un christianisme originel, une manière d’ « Orient immobile chrétien265 », où les types physiques, la langue et la façon de prier seraient comparables à ceux des temps évangéliques266 ; un fragment de cet Orient immobile, qui de surcroît - et cela est peut être plus cher aux protestants - est un monde chrétien immobile, figé à l’époque du Christ, du moins dans sa dimension linguistique à défaut de l’être dans sa dimension liturgique. Cette opinion qui constitue en fin de compte une sorte de passage obligé de la littérature orientaliste a certes été émise par toute sorte d’auteurs, y compris catholiques267. Mais sans doute ce trait est-il plus marqué chez les protestants du fait de l’importance particulière accordée à l’étude de la Bible et le développement d’un important mouvement d’études bibliques268. Une partie de l’attente eschatologique des missions protestantes pouvait se retrouver à Maaloula, aux marges de la Terre Sainte, au creux de la montagne, comme un écrin pour les derniers locuteurs de la langue du Christ…

8Dans le cas de Ferrette, c’est l’obsession des origines qui semble avoir prévalu : ses tourments spirituels tels qu’ils apparaissent dans sa correspondance avec Lacordaire (voir supra) et son incapacité de se fixer par la suite dans une Église en particulier, sont en grande partie à l’origine de son passage par Maaloula. On sait que par sa consécration par l’évêque jacobite de Homs quelques années plus tard, il était assuré de la succession apostolique par le biais du Patriarcat d’Antioche.

Une géographie biblique

  • 269 Voir François Laplanche, op.cit., p. 64.
  • 270 Les passages concernant Maaloula se trouvent dans le tome III, p. 171-172.

9Un ouvrage qui servit de référence pour le monde protestant anglo-saxon est à signaler269 : il explique sans doute les raisons pour lesquelles les missionnaires ne manquent jamais de s’arrêter dans le petit village lors de leurs pérégrinations missionnaires : Biblical Researches in Palestine, 1838-1952 : A Journal of Travels in the Year 1838, première édition 1841, 3 volumes270. Publié simultanément la première fois à Londres, Berlin et New York en 1841, cet ouvrage eut un immense succès auprès des missionnaires anglo-saxons et valut à son auteur la médaille d’or de la Royal Geographical Society. Il semble que l’auteur, le pasteur américain Edward Robinson, parfois appelé « le père de la Géographie biblique » ne se soit pas rendu à Maaloula, mais son compagnon Eli Smith raconte son court séjour de 1834 :

“In our journey in 1834, instead of taking the direct road to Hums, we turned to the left, and ascended among the higher parts of the mountain. (…) We found Saidnaya with its nunnery, resembling a formidable fortress, situated high up on the third. From hence, we proceeded on the eastern side of this ridge to Maaloula, which is situated in a sublime glen at its foot. Beyond Maaloula, we crossed to the western side by a remarkable gap, and found Yebrud at its northern extremity. At Nebk we joined the ordinary road from Damascus to Hums. District of Maaloula. The three villages in this district, are remarkable for speaking still a corrupted Syriac. It is spoken equally by Muslims and Christians. I found among them many Syriac manuscripts ; but they were unable to read or understand them. So far as I have been able to learn, after extensive and careful inquiry, Syriac is now spoken in no other places in Syria. The Syrians, i.e. Jacobites, and papal Syrians, mentioned in the lists as inhabiting other places, speak only Arabic.”
(E.
Robinson, op. cit., t. 3, p. 171-172).

  • 271 Josias Leslie Porter, op. cit., tome 1, p. 332 : “At the convents of Ma‘lûla […] some of the most d (...)
  • 272 Ainsi que le souligne Markus Kirchhoff, « Deutsche Palästinawissenschaft im letzten Viertel des 19. (...)

10Grâce à cet ouvrage, on peut détecter ainsi une sorte de récurrence de références et de clichés chez les missionnaires protestants qui ont la même formation et les mêmes lectures : dans le récit de ses cinq années passées à Damas, on retrouve fréquemment chez Porter cette quête des origines, la Syrie étant comme un palimpseste biblique. Pour ne citer qu’un exemple, Porter, retrouvant par la toponymie un site cité dans Ezéchiel, Halboun, près de Damas, aux vignes déjà réputées, croit savoir que le vin de Maaloula est fait à partir de raisin d’Halboun, tout comme Wright quelques années plus tard271. Socin qui a rédigé le guide Bädeker abonde dans ce sens au début de son ouvrage272.

  • 273 Dominique Trimbur (dir.), op. cit., introduction, p. 11. On retrouve la même opinion en 1858 chez J (...)
  • 274 Selon William Wright, op. cit., p. 21-22, il y aurait à Nebek une cinquantaine d’enfants scolarisés (...)

11Cela dit, il faut aussi nuancer la position protestante en général : les Réformateurs ont remis en question la notion de « Lieu Saint », la sainteté ne pouvant selon eux résulter que de la fidélité à Dieu et ne pouvant être liée à une terre ou à des édifices. L’entreprise protestante au Levant est d’ordre principalement scientifique, ainsi que l’attestent les institutions fondées, telles que le Deutsche Palestinas Vereins ou le Palestine Exploration Fund. « La palestinophilie doit se fonder sur la Bible. Mais l’utilisation du livre doit se faire de façon scientifique : la piété s’accompagne ainsi d’une topographie réelle »273. Enfin, beaucoup d’entre eux ne sont que de passage à Maaloula et parcourent le Qalamoun en profitant du réseau des écoles protestantes implantées dans des villages comme Nebek ou Dayr ‘Atiah274.

Des aspirations déçues : malentendus et déconvenues

  • 275 Agnès Smith Lewis et Margaret Dunlop Gibson, op. cit., p. 136.

12Il faut bien reconnaître que cette aspiration à retourner aux sources authentiques du christianisme est la plupart du temps déçue. La déshérence dans laquelle semble déjà se trouver le dialecte maaloulien à la fin du xixe et qui constitue le passage obligé des enquêtes européennes, a de quoi décevoir et inquiéter : on s’aperçoit de surcroît que les villages musulmans voisins, Bakhaa et Jubbaadin en l’occurrence, par leur position géographique et leur retard socio-économique, risquent de conserver plus pur et plus longtemps l’idiome araméen ! C’est ainsi que les sœurs Smith soulignent cette absurdité à leur yeux : « votre langue natale était la langue du Sauveur et est étudiée de plus en plus en Europe et aux États-Unis par des étudiants par amour des Évangiles et vous êtes en train de l’oublier, et pour quoi ? Pour l’amour de la langue du faux prophète ! »275. Et d’admettre ensuite : « Il est vrai que ce n’est pas complètement de leur faute… ».

13De la même manière le Père Parisot s’écrie :

  • 276 Jean Parisot, op. cit., avril-juin 1898, p. 267.

« Sera-ce parmi les musulmans de Bakh’a et Juba’din que les linguistes iront retrouver plus tard les restes de l’ancienne langue chrétienne, dont les Syriens eux-mêmes, comme l’ont fait de leur côté les populations libanaises, auront perdu la tradition ? »276 

L’invention du Notre Père

14Un épisode intéressant est à noter, qui aura des conséquences insoupçonnées sur le village près d’un siècle plus tard, dont le curieux personnage qu’est Jules Ferrette, ancien Dominicain et futur « restaurateur » de l’Église Orthodoxe Celtique, est le protagoniste et le narrateur. Cet épisode est absolument représentatif à au moins deux titres : il est une manifestation du croisement qui existe entre les aspirations des uns (les savants) et la réalité des autres (les observés) ; il est un exemple original de la circulation des modèles culturels et de leur fécondité, en différé.

  • 277 Mt, 6, 9-13 mais aussi Lc, 11, 2-4.

15Jules Ferrette, arrivé en ce printemps 1861 à Maaloula, avait donc choisi de s’installer au bas du village, vraisemblablement dans la partie orientale de Maaloula qui correspond au quartier orthodoxe. Une fois la foule des curieux rassemblée autour de sa tente, il tente d’obtenir la traduction du Notre Père en araméen de Maaloula, prière par excellence puisqu’elle fut, selon la tradition chrétienne, enseignée par le Christ lui-même à ses disciples277. Belle occasion de se transporter, au son de la voix de ces paisibles montagnards chrétiens, aux temps évangéliques, de se retrouver à la place d’un disciple du Christ. Au vu du parcours futur de Ferrette (il sera sacré quelques années plus tard évêque par Mgr Bedros, futur patriarche jacobite), on peut considérer que cette tentative de renouer au plus près avec les racines primitives de l’Église est très représentative de cette « quête des origines » propres aux orientalistes. On ne s’étonnera pas dans un premier temps de la nature du texte recueilli auprès des habitants de Maaloula, la quête des origines étant l’une des catégories les plus fonctionnelles dans l’analyse des motivations des orientalistes depuis le xviie siècle. La personnalité de Jules Ferrette, ancien dominicain défroqué et fondateur quelques années plus tard d’une Église Orthodoxe Celtique après avoir été sacré par un évêque orthodoxe syrien, montre un attachement presque névrotique à retrouver cette pureté des origines, auprès des Maalouliens, les premiers et les derniers chrétiens en quelque sorte. Plus généralement, l’importance de l’apport des missionnaires, notamment protestants, dans le corpus orientaliste n’est plus à démontrer : le village chrétien de Maaloula devint dès le xixe siècle une sorte de « lieu commun » orientaliste, en périphérie de cette Terre Sainte objet de tant d’empressement de la part des Européens avides de géographie biblique.

  • 278 Voir par exemple le RP Antoine Jaussen : « Le peuple arabe, dans son ensemble, représente l’élément (...)

16Cette vision de l’« Orient immobile chrétien », qui constitue en fin de compte une sorte de passage obligé de la littérature orientaliste, a certes été partagée par toute sorte d’auteurs, y compris catholiques278. Mais ce trait est plus marqué chez les protestants comme nous l’avons déjà mentionné (p. 94). Ainsi, en 1858, le révérend Josias Leslie Porter rédigeant un Guide du voyageur en Syrie et en Palestine (A Handbook for Travellers in Syria and Palestine, 1858) introduit son ouvrage par l’affirmation suivante : “The Bible is the best handbook”. Il s’agit de rechercher les concordances avec la Géographie biblique, d’avoir une lecture topographique du Livre Saint. De la même façon, le Père Parisot est mu par cette recherche des origines. Dans une conférence prononcée en 1898, et comme justification à la longue tournée musicologique au Proche-Orient qui devait le mener à Maaloula, il déclarait :

  • 279 Musique orientale, conférence donnée dans la salle de la société Saint‑Jean le 28 février 1898, Par (...)

« Dans certains rites des églises chrétiennes, et même dans les mosquées, on retrouve quelque chose des primitives traditions musicales de Syrie ou d’Égypte et comme les vestiges de ces mélodies « simples et graves » que les anciens, aux dires de Clément d’Alexandrie appliquaient à la louange divine »279.

  • 280 Edward Saïd, Orientalism, Pantheon, New-York, 1978. C’est l’un des reproches que lui fait l’ouvrage (...)
  • 281 Kinder- und Hausmärchen, 1812.

17Mais il semble que cette première approche ne résiste pas à un examen approfondi du cadre épistémologique dans lequel furent recueillis les matériaux linguistiques. Aussi étonnant que cela paraisse, la démarche décrite ici pour le Notre Père à Maaloula ne doit rien à la quête chrétienne des origines ni à l’orientalisme proprement dit : concernant ce dernier point, il est toujours fécond de comparer l’entreprise scientifique de l’orientalisme au vaste mouvement d’objectivation que l’Europe fit de ses propres coutumes, langues et traditions à partir de la fin du xviiie siècle. À cet égard, l’absence des orientalistes de langue allemande dans le célèbre essai d’Edward Saïd280 conduit l’auteur à ignorer cette dimension fondamentale, qui vient nuancer largement la dimension « coloniale » qu’il impute à l’orientalisme. Cet orientalisme qui « produit » de la tradition, des « races » et des ethnies doit être évalué à l’aune des vastes entreprises ethnographiques qui ont cours à la même époque en Europe et particulièrement en France. En effet, rien ne ressemble plus au travail des linguistes européens qui se succèdent à Maaloula que les vastes enquêtes qui furent d’abord menées par les frères Grimm, en vertu d’une méthodologie qui semble très répandue à l’époque : collecte de contes, d’histoires et de légendes, censées être le conservatoire à la fois linguistique et ethnologique des populations locales. C’est sur les incitations de Herder que les frères Jacob et Wilhelm Grimm s’étaient engagés, en pionniers, dans de vastes entreprises de collecte de traditions orales, aussi vrai que « toute individualité doit être tenue pour sacrée, même dans le langage ; il est à souhaiter que chaque dialecte, fût-ce le plus petit, le plus méprisé, soit abandonné à lui-même, que toute violence lui soit épargnée, car il a certainement ses supériorités cachées sur les plus grands et les plus estimés »281. À Maaloula, la place centrale du dialecte araméen était, comme en Europe, le point de départ de la quête d’une spécificité communautaire que la langue établissait comme certaine. Le petit village du Qalamoun se présente ainsi comme un rameau de cette gigantesque entreprise théorique de conservation des cultures initiée en Europe au début du xixe siècle.

  • 282 Ainsi que le précise Leibniz dans une lettre du 17 février 1701 au Père Bouvet, missionnaire jésuit (...)
  • 283 Voir Daniel Nordman, Frontières de France. De l’espace au territoire xvie-xixe siècle, Gallimard, c (...)
  • 284 Idem, p. 489-499.

18De surcroît, tout se passe comme si le choix de la prière du Notre Père n’était en rien explicable par des motivations d’abord religieuses, mais plutôt méthodologiques. En effet, Ferrette, le premier à avoir recueilli à Maaloula une version araméenne du Notre Père, s’inspire en fait d’une méthode initiée au xviiie siècle à la demande du philosophe Leibniz : pour ce dernier, le recueil d’une version du Pater dans chaque langue devait pouvoir prouver l’unité du genre humain et l’origine commune des hommes, même et y compris si les dits-peuples n’étaient pas chrétiens282. À partir du xviiie siècle, le Notre Père devient une sorte de modèle textuel standardisé à finalité scientifique, bien connu des linguistes. Est notamment publié dès 1741 à Nuremberg par Gottfried Hensel, le Synopsis Universae philologiae, sorte d’Atlas linguistique mondial divisé en entités territoriales où figurent les premiers mots du Notre Père dans les différentes langues283. À titre de comparaison, l’enquête française de Coquebert de Montbret sur les langues et patois de l’Empire, lancée en 1806, avait abouti à une vaste collection de documents dont 350 versions de la Parabole de l’Enfant Prodigue, autre texte de référence couramment utilisé par exemple pour les dialectes suisses par Franz-Joseph Stalder en 1819284, à l’instar de ce que fera Frederick Bliss en 1890 à Maaloula. Qu’il s’agisse de l’un ou l’autre de ces textes, leur simplicité et leur caractère standardisé furent d’abord la raison d’un choix méthodologique, avant d’être un choix apologétique à caractère religieux. Du reste, la majorité des peuples concernés par les enquêtes à caractère mondial étaient non-chrétiens.

  • 285 Jean Ferrette, op. cit., 1863, p. 431-433.

19Le récit de cette « enquête de terrain » avant l’heure, telle que nous la rapporte Jules Ferrette, est également l’occasion d’une forme de déconvenue, puisque personne n’est capable de le faire, ni même disposé à réciter cette prière, et en particulier le clergé : il n’existe bien évidemment aucune version canonique de cette prière en dialecte, l’arabe seul étant admis dans les cérémonies religieuses. Ainsi285 :

« Je leur demandais ensuite de traduire pour moi le Notre Père en araméen de Malula, mais une protestation générale s’éleva de tous côtés contre la nature déplacée de ma demande. Quelques prêtres affirmèrent ex cathedra que non seulement le Notre Père n’a jamais été récité en araméen moderne, mais surtout que sa traduction était absolument impossible. Tous les lettrés compétents du village confirmèrent de façon péremptoire cette déclaration, mais je ne m’arrêtai pas là (…) Ils se soumirent pourtant et j’obtins non sans peine, le résultat suivant ». (voir Annexe 3).

  • 286 Sur la question du maintien du syriaque dans la liturgie byzantine voir RP Jean Parisot, op. cit., (...)
  • 287 On peut avoir un aperçu de ces controverses érudites essentiellement européennes grâce au résumé de (...)
  • 288 Khazāin al-kutub fī Dimachq wa-dawāīhā, Le Caire, 1902, p. 121-161.
  • 289 « Al-lughat al-ma‘lūliyat », al‑Massarrat, 1912, p. 292.

20On notera en toute logique le refus initial, opposé par le clergé, d’une traduction vernaculaire du Notre Père : en effet, même si la liturgie byzantine utilisée conjointement par les deux confessions chrétiennes du village a pu, jusqu’à une date récente, probablement jusqu’à la fin du xviiie siècle, conserver des parties en syriaque, le dialecte vulgaire des Maalouliens n’était pas admis comme tel dans les offices286. On notera aussi le choix singulier de Ferrette de translittérer cette prière en lettres arabes d’une part et syriaques d’autre part, du fait de l’absence de convention écrite de cet idiome essentiellement oral. Le texte publié en 1863 dans la revue savante britannique allait connaître une postérité inespérée dans certains cercles érudits européens287, tandis qu’il est peu connu dans l’historiographie arabe. Certes Habib Zayyat288 sait que Ferrette est passé au village, puis Parisot, mais il ne fait aucune allusion au recueil de cette version du Notre Père. Quant au Père Basilios Issa289, il ne cite que Parisot, ignorant la venue de Ferrette et d’autres linguistes allemands, sans relever non plus la version du Notre Père.

  • 290 Theodor Nöldeke, op. cit., 1867, p. 183-200.

21Dès 1867, le grand linguiste Theodor Nöldeke permet la diffusion de ce texte dans le monde germanique, comme nous l’avons vu, grâce à son article intitulé : « Beiträge zur Kenntnis der aramaischen Dialekte »290.

  • 291 Frederick Jones Bliss, op. cit., p. 96.
  • 292 Cette opinion est courante chez les biblistes des Églises réformées, mais aussi chez les catholique (...)
  • 293 Frederick Jones Bliss, op. cit., p. 96.

22Une autre tentative est effectuée par Frédérick Jones Bliss, qui recueille un texte291, tiré de l’Évangile de Saint Matthieu, évangile que l’on a considéré longtemps comme ayant été rédigé en araméen292. Le texte de Bliss aura une postérité pratiquement nulle mais la démarche est révélatrice, tout comme celle de Ferrette, du décalage entre ce que les orientalistes protestants notamment attendent et de ce que les habitants de Maaloula peuvent leur donner. Dans les deux cas, le résultat obtenu est grevé par la méthode qui en a permis l’obtention : avant d’obtenir le texte de Mathieu en araméen, Bliss a du dicter à son informateur, Machoil, la parabole du Fils Prodigue en arabe vulgaire, « car il ne sait ni lire ni écrire et comprend très difficilement le « high Arabic »293. Ce texte figure à la fin de l’article de Bliss : certes comme nous l’avons vu, il s’agit d’une méthodologie courante de la part des linguistes, mais la tentative de renouer au plus près avec les temps bibliques est ici très claire : le texte lui-même aurait été rédigé en araméen. On ne peut s’empêcher d’y voir une artificialité révélatrice.

23Il fallut attendre 1898 pour que le RP Parisot reprît cette idée. Il connaissait les travaux de Ferrette et de Nöldeke sur le Notre Père, et lui aussi recueillit une autre version de la même prière parmi une multitude d’autres textes qui sont des dialogues, historiettes, contes et éléments de vocabulaire quotidien. Il s’agit d’une version phonétique, translittérée à l’aide de caractères latins (voir Annexe 4 : Le Notre Père en araméen selon Parisot, 1898).

  • 294 Jean Parisot, op. cit., t. XII, p. 168. Les deux versions comparées sont évidemment très dissemblab (...)

24Suit également une version du « Je vous salue Marie » et quelques textes de l’Évangile dont un extrait de la parabole du fils Prodigue, Luc, XV, 20-24, 32, à l’imitation de Bliss294. De la même manière qu’il retranscrit quelques lignes plus haut un « chant d’église », Parisot indique sa méthode : il est parti de l’arabe pour arriver à une traduction en araméen, aidé en cela par le curé Yaaqoub Haddad :

  • 295 Ibid, juillet-aout 1898, p. 164.

« Cette pièce a été traduite du livre d’offices arabe […] cette formule et la suivante [Notre Père et Je vous salue Marie] m’ont été traduites dans les mêmes circonstances que le texte qui précède. » Et de préciser que « la version du Pater est tout à fait indépendante du texte donné, en caractères syriaques et arabes, par Ferrette »295.

25Cette variante du Notre Père a donc aussi valeur de symbole d’une pureté évangélique que seul Maaloula peut encore receler, bien imparfaitement.

2- Image et imagerie des chrétiens d’Orient

Ignorance et condescendance

  • 296 Hans Müller, op. cit., lettre du 24 octobre 1869, p. 12.
  • 297 « Le dialecte néo-syriaque de Bakha et Djubaadin », in Journal Asiatique, 9e série, t. XIX, Paris, (...)

26Si la motivation religieuse constitue un préalable pour nombre de visiteurs de Maaloula, on note a posteriori une forme de condescendance envers les chrétiens locaux et la production de clichés assez récurrents, en particulier de la part des protestants. Il faut remarquer immédiatement l’intérêt presque nul que représentent les musulmans de Maaloula et des villages araméophones voisins pour les voyageurs, à l’exception de Socin qui fit une excursion à Bakhaa et à Jubbaadin296 et de Parisot qui consacra un court article au dialecte parlé dans ces deux villages297. Dans un deuxième temps, bien que protestants, les missionnaires ont comme guides et interlocuteurs principaux les catholiques du village comme nous l’avons montré (en l’occurrence grecs-catholiques, c’est-à-dire unis à Rome). Malgré cela, on remarque une façon bien particulière d’envisager les réalités chrétiennes orientales en général et catholiques en particulier. Cette vision est souvent marquée par l’ironie et est aussi, il faut le dire, souvent teintée d’ignorance. C’est sans doute Albert Socin qui, dans sa correspondance, révèle le plus cette forme de condescendance, voire de mépris envers le clergé oriental, comme nous le verrons plus bas. Du reste, l’on doit admettre que ces lettres n’étaient pas destinées à être publiées puisqu’elles étaient adressées à son père...

  • 298 Josias Leslie Porter, op. cit., 1856, p. 351. Il existe bien un couvent saint Georges à Maaloula, m (...)
  • 299 Du latin intingo : « tremper dans ». C’est une des formes de la communion sous les deux espèces du (...)
  • 300 Hans Müller, op. cit., lettre du 23 septembre 1869, p. 8.
  • 301 Idem, p. 11.

27L’attitude des orientalistes se double donc d’une forme d’ignorance. Porter déjà avait confondu le saint patron du couvent melkite avec saint Georges298. On ne sait si les visiteurs protestants assistaient à la messe, en tous cas, les offices liturgiques sont rarement décrits, sauf de rares fois de façon ironique ou de façon naïve, lorsque Socin découvre que la communion est administrée par intinction299 sous les deux espèces, chose pourtant très habituelle dans le rite oriental300. Lors de la messe de la fête solennelle de la Sainte Croix, il décrit le moine « arborant un terrible regard de mouton (sic) » et assénant un puissant coup de pied à son enfant de chœur au moment de reposer l’hostie sur l’autel, confiant à son père que cela lui fit « grande impression »301. Des quiproquos révélateurs d’une grande ignorance de la réalité des Églises d’Orient sont également remarquables. Ainsi Socin confie à son père :

  • 302 « ein dummer Kerl ».
  • 303 Hans Müller, op.cit., 1969, lettre du 12 septembre 1869, p. 5. Il s’agit du Concile Vatican I.

« Le prêtre [catholique] nous ennuie avec ses sermons alors qu’il est à peine capable de lire ses prières. Il a notre âge et c’est plutôt un type idiot302, que nous traitons cependant correctement car il y va de notre intérêt. À notre arrivée, j’avais commis une bévue, car je croyais que le couvent était orthodoxe et j’avais saisi l’occasion pour pester contre le Concile[Vatican I], ce que le prêtre prit très mal »303.

28Il faut dire que le clergé local le leur rend bien et devait aussi véhiculer un certain nombre de clichés. Ainsi dans une autre lettre, c’est Socin et son compagnon qui sont victimes d’un quiproquo lors d’une excursion à Nebek :

  • 304 Hans Müller, op. cit., lettre du 8 octobre, p. 12. À comparer avec le récit de Gerhardt Rohlfs, géo (...)

« Le moine du couvent nous demanda d’où nous venions. Je lui dis « Suizera », et comme il ne comprit pas, Rothpletz lui dit « Prussia » et comme il ne comprenait toujours pas, Prym lui dit « Nemsa » (qui signifie Autriche mais aussi Allemagne). Il me tapa alors chaleureusement dans le dos et dit : « N’est ce pas, l’Autriche est pleine de bons et braves catholiques ? ». Il devint alors très amical et se lança dans une violente diatribe contre les orthodoxes et les missionnaires protestants… »304.

  • 305 Agnès Smith Lewis et Margaret Dunlop Gibson, op. cit, p. 129.

29Les sœurs Lewis et Gibson semblent également intriguées par les usages propres aux Églises orientales et manifestent leur ignorance de la discipline ecclésiastique en usage chez les melkites : « La majorité des habitants est en communion avec l’Église de Rome, bien que [sic] leur prêtre résident soit marié »305.

30Les orthodoxes sont aussi l’objet de remarques ironiques et parfois de moqueries. La scène décrite par Frederick J. Bliss est à ce titre emblématique, même si elle aurait sûrement pu advenir avec un prélat catholique :

  • 306 Frederick Jones Bliss , op. cit., [1890], p. 82.

« Nous envoyâmes notre serviteur nous annoncer, et nous le suivîmes dans la pièce confrotablement meublée où le supérieur du couvent [Mar Takla ou Sainte‑Thècle] à l’habitude de recevoir. L’archimandrite Macarios Saliba est un syrien, d’environ soixante ans, aux manières plaisantes quoique condescendantes. Il posa de nombreuses questions, par exemple sur la position relative de New York et de Londres. Ce qui l’intéressa le plus fut d’entendre le récit de notre visite au couvent de Sainte‑Catherine sur le Sinaï.(…) On nous servit des douceurs et un délicieux msatik, une boisson préparée à base d’essence de fruit (qui nous rendit tous malades, y compris notre serviteur) et un délicieux café. Mon ami avait un tout petit appareil photo de détective qui prend des photos de trois pouces carrés et demi. L’archimandrite nous demanda de le prendre en photo. Mais il donna tant d’instructions élaborées à son diacre, le pressant d’apporter des robes, une grande croix d’argent, etc., etc., que je lui dis qu’après tout le résultat final serait très petit. « Comment ? dit-il, Pas plus grand que cette image ? » en montrant une gravure quelconque de deux ou trois pied carrés ?« Non, dis-je, cela ne pourra pas être plus grand que cela » en montrant la petite caméra. L’archimandrite paru dépité. « Bon prenez la croix alors » dit-il, et il lui fallut un certain temps pour se remettre de l’insulte faite à sa personne. Inutile de dire qu’il refusa d’être photographié »306.

Le pur et l’impur

  • 307 Socin a assisté à l’abbatage d’un porc à Maaloula mais reconnaît que le fait est très rare et que l (...)
  • 308 Même si al-Sukr, l’ébriété, est toujours illicite pour les chrétiens. Dans une liste de péchés en u (...)

31Enfin, de manière générale, se retrouvent dans les textes, ce que nous pourrions appeler le pur et l’impur : la présence de chiens, la consommation de porc307 parfois et toujours celle d’alcool. Tout se passe comme si les orientalistes voulaient forcer les traits qu’ils croient distinctifs entre chrétiens d’Orient et musulmans. Il semble qu’en réalité les usages des chrétiens ne soient pas si différents de ceux de leurs congénères, à l’exception de la consommation d’alcool bien sûr308. Au passage on remarquera qu’il se rapproche des préjugés musulmans sur les chrétiens, toutes ces qualités ne répondant pas aux exigences de pureté légale.

  • 309 Jules Ferrette, op. cit., [1863], p. 431.
  • 310 Frederick Jones Bliss , op. cit., [1890], p. 77.

32Jules Ferrette mentionne ainsi « les chiens qui aboient après les Européens d’une façon terrifiante, si bien qu’on doit toujours faire attention à ses jambes, sous peine de perdre l’équilibre »309, constat que fait également Bliss : « il faut se méfier des chiens domestiques (house-dogs) qui ont l’apparence la plus terrifiante qui soit (villainous look) »310.

  • 311 Josias Leslie Porter, op. cit., p. 332. Porter ne semble pourtant pas l’avoir goûté. Une fois au co (...)
  • 312 Jules Ferrette, op. cit., p. 431.

33Le vin et l’alcool occupent également une place récurrente dans les descriptions orientalistes. Porter prétend que « dans les couvents de Maaloula, on fait encore le plus délicieux des vins de Syrie »311. Pour Ferrette, les moines orthodoxes du couvent Sainte-Thècle sont de « bons vivants » (en français dans le texte) « dont la seule activité est de faire des guérisons miraculeuses sur les pèlerins malades, et de réconforter par une cordiale hospitalité et des torrents de vin généreux de la localité, tout voyageur, quel que soit son credo »312. Même façon de lier christianisme et consommation d’alcool chez Socin qui de façon explicite écrit à son père :

  • 313 Hans Müller, op. cit., p. 11, 23 septembre 1869.
  • 314 “I had trouble in buying a bottle of vinegar, unjustly entitled wine”, Richard Burton, op. cit., p. (...)
  • 315 Frederick Jones Bliss, op. cit., p. 81.
  • 316 William Wright, op. cit, p. 14 « the priest who honoured me with his company seemed to value more h (...)
  • 317 Ibidem.

34« Les gens ici sont uniquement chrétiens et apprécient le bon vin ; aussi est-on bien approvisionné et nous pourrons rapidement en avoir une bouteille »313. Notons que Richard Burton ne paraît pas partager les goûts des autres visiteurs de Maaloula, généralement bien disposés à l’égard du vin local, le comparant à du vinaigre314. Bliss non plus ne paraît pas l’avoir apprécié à sa juste valeur « Le vin du couvent, à ce que disait le prêtre, est célèbre. Il nous sembla très pur, mais quelque peu lourd et insipide »315. C’est également l’opinion de William Wright316 qui de surcroît décrit les effets du dit vin sur son interlocuteur, le supérieur du couvent Saint-Serge : « À mesure que le niveau de la bouteille baissait, les esprits de mon interlocuteur s’élevaient, et jusqu’à une heure très tardive, il déversa sur le village quantité d’histoires, naturelles et surnaturelles »317.

Notes

253 Henry Laurens, La question de Palestine, Tome 1, 1799-1922, « L’invention de la Terre Sainte », Paris, Fayard, 1999. Un autre historien à parlé de « redécouverte de la Terre Sainte », Yeoshuah Ben Arieh, The Rediscovery of the Holy Land in the Nineteenth Century, Détroit, Jérusalem, 1979. Pour une synthèse de la question voir Dominique Trimbur (dir.), op. cit., 2004.

254 La Zeitschrift des deutschen Palästinavereins était vendue à Jérusalem. « On peut se procurer ces revues à la Deutsche Palästinabank de Jérusalem pour 18,75 frcs », in Gotthelf Bergsträsser, Sprachatlas von Syrien und Palästina, 42 planches avec une carte générale et un texte explicatif, tiré à part de la Zeitschrift des deutschen Palästinavereins, XXXVIII (1915), p. 169-222, JC Hinrichs’sche Buchhandlung, 1915, Leipzig.

255 Henry Laurens, op. cit., 1999, p. 634.

256 Pour tout ce qui a trait aux sociétés savantes européennes implantées en Palestine, notamment le DPV et le PEF, voir Markus Kirchhof, « Deutsche Palästinawissenschaft im letzten Viertel des 19. Jahrhunderts. Die Anfänge und Programmatik des Deutschen Vereins zur Erforschung Palästinas », in : Dominique Trimbur (éd.), Europäer in der Levante (19.–20. Jahrhundert)/Des Européens au Levant (xixexxe siècles), Munich 2004, p. 31–55.

257 On peut se référer au long article fractionné en plusieurs livraisons de Jean‑Michel Hornus, « Le protestantisme au Proche-Orient », dans Proche-Orient Chrétien, t. I, 1957, p. 139-151 ; t. VIII, 1958, p. 37‑68, p. 149-167 et p. 243-262 ; t. IX, 1959, p. 42-55 et 350-357 ; t. X, 1960, p. 26-41 et p. 146-163 ; t. XI, 1961, p. 235-253 et p. 321-339, largement utilisé par Hajjar. Joseph N. Hajjar, L’Europe et les destinées du Proche-Orient, t. 2, Tlass, Paris, 1988, p. 51-60. Voir aussi Chantal Verdeil, « Travailler à la renaissance de l’Orient chrétien. Les missions latines en Syrie (1830-1945) », Proche-Orient Chrétien, 51, 2001, fasc. 3-4, p. 275. « C’est en 1819 que l’American Board of Commissionners for Foreign Missions (A.B.) envoie ses premiers missionnaires en Syrie ottomane ».

258 (Collectif), The Sea of Galilee Mission of the Free Church of Scotland, Chapitre III : “The Revival of the Original Proposal in 1883”, Edinburgh, 1896, p. 28.

259 « La multiplicité des congrégations présentes en Syrie et en Palestine tranche avec lapériode précédente. En outre, la plupart des ordres envoie des effectifs plus importants, et les religieux latins sont donc nettement plus nombreux qu’à l’époque moderne : au moins 288 personnes, pères, frères, sœurs, œuvrent dans la Délégation apostolique de Syrie à la veille des années 1880, dont 99 sœurs. En 1936, ce chiffre a quadruplé : 1269 missionnaires sont alors reconnus par la Propagande dans le vicariat apostolique d’Alep », Chantal Verdeil, op. cit., p. 271.

260 Pour tous ces aspects voir Chantal Verdeil, idem.

261 Il nous a été donné de consulter une curieuse brochure du Père Jean Parisot, consistant en une biographie fort flatteuse de Mgr Louis-René Vilatte, évêque gyrovague relaps et fondateur de l’Église Vieille catholique Américaine : Mgr Vilatte, fondateur de l’église vieille catholique aux États-Unis d’Amérique, Tours, 1899, 49 p. On pourrait y trouver le même intérêt pour les sources authentiques du christianisme que chez Ferrette, d’autant que la publication de la brochure est concomitante de son retour d’Orient. En effet, Vilatte fut consacré évêque par Mgr François Xavier Alvarez, lui-même sacré par un évêque Jacobite en 1889, avec l’aval de Mar Bedros, devenu entre temps Patriarche de ce rite. Vilatte a résidé quelque temps à l’abbaye de Ligugé, monastère de Parisot, le temps pour l’évêque de préparer sa défense face au Saint-Office. Sur la vie de Mgr Vilatte, voir Peter Anson, op. cit, chapitres 4 et 8. Selon Anson, en 1964, ce ne sont pas moins de 25 Églises autocéphales qui se réclament de sa succession. George A. Kiraz a publié et traduit les lettres de créance de Vilatte, retrouvées à Mardin, voir « The Credentials of Mar Julius Alvares, bishop of Ceylon, Goa and India Excluding Malabar », Hugoye : Journal of Syriac Studies, vol. 7, n° 2, juillet 2004.

262 Jean Parisot, op. cit., mars-avril 1898, p. 251. Une autre remarque intéressante de Parisot nous renseigne sur la déshérence dans laquelle le syriaque est tombé. Décrivant l’intérieur du couvent melkite de Saint-Serge et Saint-Bacchus, il mentionne le fait que l’église conventuelle était décorée dans le passé de peintures « avec des inscriptions syriaques qu’on a fait disparaître en badigeonnant les murs ». Idem, p. 260.

263 Amnon Shiloah, Les traditions musicales juives, Maisonneuve et Larose, Paris, 1996, p. 30-33.

264 Josias Leslie Porter, op. cit., p. 358. Porter prétend avoir observé à Maaloula des rites particuliers de mariage et de funérailles propres aux Jacobites, c’est-à-dire une confession de rite syriaque, à laquelle n’appartiennent pourtant pas les habitants de Maaloula.

265 Expression dérivée de l’ « Orient immobile », voir Philipp Baldensperger, The Immovable East : Studies of the People and Customs of Palestine, Pitman, 1913. Apiculteur de formation, Philip Baldensperger (1856-1948) était le fils d’un missionnaire alsacien et avait passé une partie de sa vie à Artās. Il s’intéressa à l’histoire et au folklore de la Palestine et écrit de nombreux articles, dont la plupart sont parus dans le Palestine Exploration Fund Quarterly Statement publié à Londres entre 1903 et 1923.

266 Les Sœurs Lewis décrivent ainsi les habitants de Maaloula : « étant enfants de martyrs, ils sont restés fidèles au Christianisme », p. 129.

267 Voir par exemple le RP Antoine Jaussen : « Le peuple arabe, dans son ensemble, représente l’élément sémitique qui s’est perpétué dans la Palestine et sur ses frontières et qui dans sa littérature et ses pratiques ordinaires, a sous certains rapports, perpétué les traces du passé », in « Le publicain ou le ‘achchar dans la tradition arabe », Revue Biblique, p. 82-85, 1924.

268 L’exemple bien connu de cette volonté protestante de faire coïncider le présent avec le passé biblique avait été illustrée en son temps par Asahel Grant, croyant trouver chez les Nestoriens du Hakkari les tribus perdues d’Israël, voir Hans-Lukas Kieser, Der verpasste Friede. Mission, Ethnie und Staat in den Ostprovinzen der Türkei 1839-1938, Zürich, Chronos, 2000.

269 Voir François Laplanche, op.cit., p. 64.

270 Les passages concernant Maaloula se trouvent dans le tome III, p. 171-172.

271 Josias Leslie Porter, op. cit., tome 1, p. 332 : “At the convents of Ma‘lûla […] some of the most delicious wine in Syria is still made and I have been informed that the grapes are generally brought from the vale of Helbon” ; William Wright, op. cit., p. 14.

272 Ainsi que le souligne Markus Kirchhoff, « Deutsche Palästinawissenschaft im letzten Viertel des 19. Jahrhunderts. Die Anfänge und Programmatik des Deutschen Vereins zur Erforschung Palästinas », in Dominique Trimbur (éd.), Europäer in der Levante (19.–20. Jahrhundert)/Des Européens au Levant (xixexxe siècles), Munich 2004, p. 31–33.

273 Dominique Trimbur (dir.), op. cit., introduction, p. 11. On retrouve la même opinion en 1858 chez Josias Leslie Porter qui rédige un Guide de voyage (A Handbook for Travellers in Syria and Palestine, 1858) : il introduit son ouvrage par l’affirmation suivante : « The Bible is the best handbook ». Il s’agit de rechercher les concordances avec la géographie biblique, d’avoir une lecture topographique du Livre Saint.

274 Selon William Wright, op. cit., p. 21-22, il y aurait à Nebek une cinquantaine d’enfants scolarisés par la mission protestante. Voir Anton Escher, “Der Qalamun. Sozial-und wirtschaftsgeographische Skizze eines Berggebietes in der Arabischen Republik Syriens”, p. XIII-XLV, p. XX, in Werner Arnold, Peter Benhsted (dir), Arabisch-Aramäische Sprachbeziehungen im Qalamûn (Syrien), Wiesbaden, 1993, qui évoque ces fondations presbytériennes, mais aussi une école et un hôpital tenus à Nebek par une mission danoise luthérienne jusqu’à la Première Guerre Mondiale.

275 Agnès Smith Lewis et Margaret Dunlop Gibson, op. cit., p. 136.

276 Jean Parisot, op. cit., avril-juin 1898, p. 267.

277 Mt, 6, 9-13 mais aussi Lc, 11, 2-4.

278 Voir par exemple le RP Antoine Jaussen : « Le peuple arabe, dans son ensemble, représente l’élément sémitique qui s’est perpétué dans la Palestine et sur ses frontières et qui dans sa littérature et ses pratiques ordinaires, a sous certains rapports, perpétué les traces du passé », in « Le publicain ou le ‘achchar dans la tradition arabe », Revue Biblique, p. 82-85, 1924.

279 Musique orientale, conférence donnée dans la salle de la société Saint‑Jean le 28 février 1898, Paris, aux bureaux de la Schola Cantorum, in 4°, 24 p., 1898.

280 Edward Saïd, Orientalism, Pantheon, New-York, 1978. C’est l’un des reproches que lui fait l’ouvrage de Robert IrwinFor Lust of Knowing. The Orientalists and their Enemies, London, Allen Lane, 2006.

281 Kinder- und Hausmärchen, 1812.

282 Ainsi que le précise Leibniz dans une lettre du 17 février 1701 au Père Bouvet, missionnaire jésuite en Chine : « Pour revenir à vostre lettre et à quelques paralipomènes je vous supplie mon Rev. Père de me procurer un jour le pater ou l’oraison dominicale avec quelques échantillons de mots fort usités dans des différentes langues des Indes, et surtout des Tartares, Calmucs, ou Mugals, Elud, et autres qui firent vers la Perse, vers la Moscovie, et vers la mer orientale. Et s’il y a dans la Chine même des langues differentes de celle qui est commune dans l’Empire, j’en souhaiterois la meme chose. Il seroit bon d’avoir des versions interlinéaires, mot pour mot de chaque pater, avec les caractères des peuples. Ce que je souhaiterois aussi, particulièrement à l’égard du Tangut, où réside le grand Lama, car on dit que les Tartares Mugals se servent fort de la langue et des caractères de Tangut ». Leibniz, Sämtliche Schriften und Briefe, 1ère Série, tome XIX, Akademie Verlag, Berlin, 2005, p. 412. Voir aussi la lettre du même, le 26 février 1701 à Jean-Paul Bignon , idem, p. 462-463.

283 Voir Daniel Nordman, Frontières de France. De l’espace au territoire xvie-xixe siècle, Gallimard, coll. « Bibliothèque des histoires », 1998, p. 469. L’enquête de Mombret s’intitulait Mélanges sur les langues, dialectes et patois et fut achevée en 1830.

284 Idem, p. 489-499.

285 Jean Ferrette, op. cit., 1863, p. 431-433.

286 Sur la question du maintien du syriaque dans la liturgie byzantine voir RP Jean Parisot, op. cit., t. XI, 1898, p. 267 : « jusqu’à l’époque où l’arabe s’introduisit dans la liturgie, on se servit à Ma’lûla , comme dans les autres églises unies ou orthodoxes de cette région, de livres écrits en syriaque littéraire, sans employer pour les prières l’idiome du pays, lequel a subsisté pour l’usage vulgaire, indépendamment des variations liturgiques ».

287 On peut avoir un aperçu de ces controverses érudites essentiellement européennes grâce au résumé des publications et de leur contenu publié par Franz Rosenthal en 1939. Il situe le point de départ de l’intérêt des linguistes pour le dialecte de Maaloula à l’article de Ferrette de 1863. Franz Rosenthal, Die aramaistische Forschung seit Th. Nöldeke’s Veröffentlichungen, E.J Brill, 1939, p. 160-169.

288 Khazāin al-kutub fī Dimachq wa-dawāīhā, Le Caire, 1902, p. 121-161.

289 « Al-lughat al-ma‘lūliyat », al‑Massarrat, 1912, p. 292.

290 Theodor Nöldeke, op. cit., 1867, p. 183-200.

291 Frederick Jones Bliss, op. cit., p. 96.

292 Cette opinion est courante chez les biblistes des Églises réformées, mais aussi chez les catholiques. Voir du RP Marie-Joseph Lagrange, L’Évangile selon Saint Matthieu, Gabalda, Paris, 1922, spécialement pages LXXVIII à CXII où il étudie le caractère sémitique du texte et penche pour une origine araméenne.

293 Frederick Jones Bliss, op. cit., p. 96.

294 Jean Parisot, op. cit., t. XII, p. 168. Les deux versions comparées sont évidemment très dissemblables.

295 Ibid, juillet-aout 1898, p. 164.

296 Hans Müller, op. cit., lettre du 24 octobre 1869, p. 12.

297 « Le dialecte néo-syriaque de Bakha et Djubaadin », in Journal Asiatique, 9e série, t. XIX, Paris, 1902.

298 Josias Leslie Porter, op. cit., 1856, p. 351. Il existe bien un couvent saint Georges à Maaloula, mais il se trouve en contrebas du village, tandis que celui que décrit Porter est bien en fait le couvent Saint-Serge : « on the summit of this ridge stands the little convent of Saint George ».

299 Du latin intingo : « tremper dans ». C’est une des formes de la communion sous les deux espèces du pain et du vin dans certains rites chrétiens orientaux ; elle consiste à tremper l’hostie consacrée dans le calice.

300 Hans Müller, op. cit., lettre du 23 septembre 1869, p. 8.

301 Idem, p. 11.

302 « ein dummer Kerl ».

303 Hans Müller, op.cit., 1969, lettre du 12 septembre 1869, p. 5. Il s’agit du Concile Vatican I.

304 Hans Müller, op. cit., lettre du 8 octobre, p. 12. À comparer avec le récit de Gerhardt Rohlfs, géographe allemand qui traversa l’Afrique du Nord au Sud pour la première fois dans les années 1860. Reçu par le sultan de Bornou (Tchad), il lui parla en arabe. « On ne sait naturellement rien de l’État de Brême dans l’intérieur de l’Afrique. C’est pourquoi je donnais toujours la Prusse comme ma patrie. L’expression arabe ou turque pour Prussia, ou Nemsa –Allemagne, mais en réalité Autriche est tout aussi inconnue dans l’Afrique Centrale ». Voyages et explorations au Sahara, t. II, traduction de J. Debetz, Karthala, 1991, p. 274.

305 Agnès Smith Lewis et Margaret Dunlop Gibson, op. cit, p. 129.

306 Frederick Jones Bliss , op. cit., [1890], p. 82.

307 Socin a assisté à l’abbatage d’un porc à Maaloula mais reconnaît que le fait est très rare et que les chrétiens partagent le même avis que les musulmans sur l’impureté de la viande de porc, Hans Müller, op. cit., p. 11.

308 Même si al-Sukr, l’ébriété, est toujours illicite pour les chrétiens. Dans une liste de péchés en usage chez les melkites d’Alep au xviie siècle, la simple consommation d’arak ou de vin le mercredi et le vendredi toute l’année est haram (illicite). Voir Bernard Heyberger, « Morale et confession chez les melkites d’Alep d’après une liste de péchés (fin xviie siècle) », L’Orient chrétien dans l’empire musulman, Versailles, 2004, p. 283‑306.

309 Jules Ferrette, op. cit., [1863], p. 431.

310 Frederick Jones Bliss , op. cit., [1890], p. 77.

311 Josias Leslie Porter, op. cit., p. 332. Porter ne semble pourtant pas l’avoir goûté. Une fois au couvent Saint-Serge, « [le supérieur] insista lourdement pour nous faire parvenir une bouteille de ce vin pour lequel son couvent était si célèbre et cela bien que nos serviteurs avaient assuré que nous n’en boirions pas : mais nous déclinâmes poliment, à son grand étonnement », p. 352.

312 Jules Ferrette, op. cit., p. 431.

313 Hans Müller, op. cit., p. 11, 23 septembre 1869.

314 “I had trouble in buying a bottle of vinegar, unjustly entitled wine”, Richard Burton, op. cit., p. 268.

315 Frederick Jones Bliss, op. cit., p. 81.

316 William Wright, op. cit, p. 14 « the priest who honoured me with his company seemed to value more highly than I did this “wine of Helbon”.

317 Ibidem.

© Presses de l’Ifpo, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search