Version classiqueVersion mobile

La grande peste en Espagne musulmane au XIVe siècle

 | 
Aḥmad bin ‘Alī bin Muḥammad Ibn Ḫātima[Abū Ǧa‘far Ibn Ḫātima al-Anṣārī]

Neuvième question : quel est le sens des paroles (de Muḥammad)  : Pas de contagion, pas de superstition 1

Texte intégral

  • 1 Le terme arabe employé ici, al-īra, désigne plus particulièrement la technique de divination par l (...)

1Pour le adī « Pas de contagion » les aīayn selon l'expression de Muslim, d'après Ibn Šihāb, disent  : « le Prophète -60v- a prononcé " Pas de contagion." » On rapporte aussi ses paroles  : « Le possesseur d'animaux malades ne les fera pas paître auprès d'un troupeau sain. »

2Abū Salama dit  : « Abū Hurayra a rapporté la phrase complète d'après le Prophète, et par la suite il est resté muet sur «  Pas de contagion  » et s'en est tenu à "le possesseur d'animaux malades ne les fera pas paître auprès d'un troupeau sain." »

  • 2 B add. (ou omission de E) : al-Ḥāriṯ b. Abī Dabbāb, le fils de l'oncle maternel d'Abū Hurayra, se l (...)

3C'est ce que pensait al-Ḥāriṯ 2. C'est alors qu'Abū Hurayra se fâcha, marmonna quelques mots en abyssin et lui dit  : « Sais-tu ce que j'ai dit ? – Non, répondit-il – J'ai dit  : Je l'ai renié. »

  • 3 Voir Le traité des divergences (ouvr. cité) ; la discussion entre Abū Salama b. ‘Abd al-Raḥmān b. A (...)

4Abū Salama dit  : « Je jure que (95v) Abū Hurayra nous a rapporté que le Prophète a dit «  Pas de contagion  » et je ne sais s'il a oublié la dernière des deux expressions ou si elle a été abrogée 3. »

5Les aīayn selon l'expression de Muslim rapportent, d'après Abū Hurayra, les paroles du Prophète  : « Pas de contagion, al-‘adwa, pas d'ornithomancie al-īra, pas de mois néfaste, afar, pas de chouette, al-hāma ».

6‘Urābī dit  : « Ô Envoyé de Dieu, -61r- qu'advient-il des chameaux qui sont dans les sables comme des gazelles, lorsque survient un chameau galeux qui s'introduit parmi eux et les contamine tous ? – Qui a infecté le premier ? répondit-il. »

7Les aīayn selon l'expression de Muslim, d'après Abū Hurayra, disent : le Prophète a dit : « Pas de contagion, pas de chouette, pas d’étoile de la pluie, al-naw, pas de mois néfaste, et dans certaines traditions pas d’ogre, al-ġūl. »

Explication des termes rares dans ces adī-s

8La contagion, al-‘adwa, est un nom verbal tiré de l'expression  : untel a transmis (a‘da) à untel sa maladie ou la gale. Il est construit sur le schème fa‘īl. Chez les Arabes il signifie  : la transmission d'une maladie du malade à l'individu sain par la promiscuité, car ils croyaient, se fondant sur l'apparence, en l'influence des choses les unes sur les autres. Mais la sunna annule cette croyance et la raison confirme que Dieu seul agit sur les créatures, Il est omnipotent.

  • 4 Les termes arabes sāni/sawāni et bāri/bawāri s'appliquent à ce qui se dirige vers la droite ou (...)

9Pour l'ornithomancie, al-īra, al-Zaǧǧāǧ attribue deux origines à ce terme  : l'une est ayrān, le vol, car lorsque l'homme est affecté par un évènement redoutable il s'en éloigne aussitôt, devant cette atteinte aussi soudaine -61v- que le vol de l'oiseau. La seconde origine vient de la pratique des Arabes pour qui la direction du vol des oiseaux, al-zaǧr, était une technique de divination dont ils tiraient un présage pour les circonstances favorables ou défavorables 4 ; c'était une coutume à laquelle ils faisaient confiance.

  • 5 À l'époque préislamique les deux premiers mois de l'année étaient groupés sous le nom de afarānī e (...)

10Au sujet de afar les opinions divergent (96r) sur le sens du mot  : on dit qu'il fait allusion au déplacement par les Arabes du mois de muarram au mois de afar 5  ; c'était l'avis de Mālik et de Abū ‘Ubayda. On dit aussi al-uffār  : ce sont des vers intestinaux. Les Arabes croyaient que la bile, al-afrā’, entrait en effervescence dans les entrailles lorsqu'on était affamé et parfois causait la mort  ; ils pensaient aussi qu'elle transmettait la gale. Ceci est l'opinion de Muṭraf, d'Ibn Wahb et d'Ibn Ḥabīb parmi les disciples de Mālik, et c'est celle qu'adopte Abū ‘Ubayda. Al-Buḫārī dit que c'est une maladie du ventre  ; au temps de la Ǧāhiliyya les Arabes considéraient que le mois de afar était de mauvais augure.

  • 6 La chevêche, la chouette et le hibou sont trois espèces distinctes, mais ont tous la même réputatio (...)

11Pour la chouette, al-hāma, les avis sont divers  : on dit que pour les Arabes cet oiseau était un mauvais présage  : si elle se posait sur la maison de l'un d'eux elle annonçait la mort. La chouette, nommée aussi al-būm, est un oiseau nocturne -62r-  ; le mâle, al-āda, est la chevêche 6 et la femelle est hāma. On dit que les Arabes croyaient que les os des morts se transformaient en chouette qui s'envolait et l'oiseau supposé sorti de la chouette du mort était appelé chevêche, āda, dont le pluriel est adā’a. On dit que les Arabes prétendaient que l'âme de l'homme assassiné qui n'avait pas été vengé se transformait en une chouette qui criait  : Abreuvez-moi ! et s'envolait si la vengeance était accomplie. Al-Ǧawharī remarque que selon Abū Zayd le mim de hāmma était redoublé.

  • 7 Voir  : La divination arabe, p. 412-415  ; Ch. Pellat, « Dictons, anwā’ et mansions lunaires », Ara (...)

12Les Arabes appelaient l'étoile de la pluie, al-naw’, la période où le coucher acronyque à l'ouest de l'une des étoiles des vingt-huit mansions lunaires coïncidait avec le lever héliaque à l'aube de l'étoile opposée 7. Pour eux il ne faisait aucun doute, étant donné la fréquence des anwā’, que certaines de ces étoiles annonçaient la pluie ou des vents violents, ou autres phénomènes de même espèce  ; les uns les attribuaient à l'astre à son coucher et les autres à l'étoile à son lever, car le verbe nā’a est l'équivalent de nahaa, se lever. Ils prétendaient qu'elles étaient la cause de la pluie.

13La goule ou l'ogre, al-ġūl  : les Arabes croyaient que (96v) les goules, al-ġilān, guettaient les gens dans les lieux déserts et se métamorphosaient sous des formes variées pour les écarter de leur route et les tuer  ; elles étaient le sujet de certains poèmes. On dit que -62v- les ǧinn en diffèrent par leur particularité de ne pouvoir ni tromper les gens pour les écarter de leur route, ni changer de forme. Al-ġūl est synonyme de mort  ; les verbes ġāla et iġtāla signifient tuer.

  • 8 muiḥḥ et mumri sont les participes actifs des verbes de la quatrième forme aaḥḥa et amraa, rend (...)

14Celui qui veille à la santé, al-muiḥḥ est le propriétaire de bétail sain  ; al-mumri, est celui dont les bêtes sont susceptibles de transmettre leur maladie. On qualifie de muiḥḥūn les gens qui redressent leurs affaires en déclin et leur rendent la prospérité. De même on dit de ceux qui font de mauvaises affaires qu'ils les rendent malades, comme on appelle lābin et tāmir celui qui est riche en lait et en dattes 8.

15Dans l'expression  : il jargonna en abyssin, raana bi-l-abaša, ou  : il s'exprima avec les mots abyssins, le terme "mots" est sous entendu et remplacé par son complément "les Abyssins", mais ce procédé est autorisé. Al-raāna, ou riāna est le jargon parlé par les non-Arabes. Les formes I raana lahu et II raānahu sont employées avec le même sens  : s'exprimer en jargon  ; la forme VI tarāana signifie  : entre eux ils parlent un jargon étranger.

16Dieu est le plus savant !

Signification des adī-s

17La parole du Prophète  : « Pas de contagion, pas de superstition » n'est ni une négation, ni une interdiction, mais exprime un refus. Dans ce adī il rejette les affirmations mensongères et les croyances erronées des Arabes qui prétendaient qu'une chose peut avoir une action sur une autre ou l'engendrer, car le seul agent est Dieu.

18À propos de sa parole  : « Le possesseur d'animaux malades -63r- ne les fera pas paître auprès d'un troupeau sain » et de la première citation des deux adī-s par Abū Hurayra suivie de son silence sur le premier pour ne retenir que le second, l'Imām Abū ‘Abd Allāh al-Azdī déclara  : « Les gens se divisèrent sur l'interprétation de l'omission de l'un des adī-s (97r). Parmi ses compagnons les uns, se fondant sur la réalité de la contradiction, dirent que le adī "Le possesseur d'animaux malades ne les fera pas paître auprès d'un troupeau sain" était abrogé par «  Pas de contagion." » 

19D'autres disaient qu'il n'existait ni contradiction ni priorité entre les deux, et que l'abrogation était implicite, la contagion étant niée car elle reposait sur la croyance en l'existence de certaines maladies qui par leur nature même pouvaient en causer d'autres. Or seul le Créateur est la cause de l'existence de la maladie de celui qui en est frappé, et cela est indéniable. Cependant il est interdit de faire boire les animaux malades près des bêtes saines afin qu'elles ne soient pas contaminées par l'effet du décret divin qui seul leur envoie les malades, comme s'ils étaient la cause de la maladie.

20D'autres encore disaient que ce rejet de la croyance des Arabes avait pour but de les empêcher de tirer un mauvais augure des chameaux malades qui attiraient la maladie sur leurs bêtes, ce qui était un péché.

21Les autres disaient que la raison en est le préjudice causé par la vue des animaux malades, la mauvaise image de leurs propriétaires et leur humiliation, ainsi que la puanteur dégagée.

22Ce sont là les raisons qui apparaissent dans ces adī-s, et il s'agit d'un mal qui renvoie à la contagion elle-même.

23Le ī Abū al-Faḍl dit  : « Le désaccord -63v- sur la parole «  Pas de contagion  » porte sur le sens  : a/ est-elle comprise comme l'interdiction de prononcer ce terme ou celle de croire [à la contagion] ? Dans ce cas l'abrogation se justifie et selon certains l'abrogeant est "Le possesseur d'animaux malades ne les fera pas paître auprès d'un troupeau sain." b/ a-t-elle le sens d'une négation ? elle serait alors du domaine de l'inexistant et de l'impossible et dans ce cas l'abrogation serait sans objet. »

24L'auteur dit que dans le commentaire du ī Abū al-Faḍl il faut réfléchir à ce point  : s'il s'agit de l'interdiction d'affirmer [la contagion] ou d'y croire, il est juste de poser l'abrogation, mais non dans un sens absolu. En effet elle est justifiée par la parole du Prophète « pas de contagion » si elle signifie l'interdiction de prononcer ce nom (‘adwa) en application de la règle instituée (97v) par Dieu  : Il est le créateur de l'ordre des choses  ; dans ce sens il s'agit d'un commandement suprême, il n'y a donc pas d'obstacle à l'abrogation si l'abrogeant a été établi.

25Si l'interdiction s'applique à la croyance des Arabes en l'influence réciproque des choses entre elles, de par leur essence et leur nature, l'abrogation ne se justifie pas car cela est du domaine des croyances où l'abrogation est sans objet, c'est au contraire la raison qui légitime l'interdiction et en éclaire le sens, car d'une manière générale cela relève du domaine des questions prouvées et des arguments décisifs, la preuve -64r- est éclatante qu'il n'y a d'autre agent que Dieu et d'autre action sur la création que la Sienne, par Son pouvoir illimité.

26Il résulte des paroles du ī Abū al-Faḍl que l'abrogation est justifiée dans le premier sens mais non dans celui de la condamnation de la croyance  ; sa légitimité n'a donc pas une portée universelle. Dieu est le plus savant !

27La parole du Prophète  : « Qui a infecté le premier ? » est un témoignage évident et une preuve incontestable de la réfutation de la contagion, car si le mal existe en tout premier lieu, sans contagion possible par un autre être, il résulte d'un décret divin et c'est Sa volonté qui en est l'origine.

28De la même manière, pour le second adī et ses implications nous croyons qu'il procède du pouvoir de Dieu et de Sa volonté. S'il était exact que ce adī n'existât que par la nécessité préalable du premier il n'y aurait alors aucune rupture entre les deux, ce serait un enchaînement et un cercle sans fin, et les deux n'auraient aucun sens, car ce dont l'existence dépend d'un non-sens est lui-même un non-sens.

29Quant à ce que déclare le ī Abū al-Faḍl, il est juste, aux dires de certains, que l'abrogeant de la parole « pas de contagion » soit  : "Le possesseur d'animaux malades ne les fera pas paître auprès d'un troupeau sain".

30Le ī Abū al-Walīd al-Bāǧī rapporte les propos erronés de ‘Isa b. ‘Umar et dit qu'il pense que, soit la parole du Prophète « pas de contagion » a le sens d’une information ou d’un démenti adressés à celui qui croit à la contagion, elle n'admet alors pas d'abrogeant (98r), soit elle est une interdiction, c’est-à-dire  : ne la redoutez pas et ne cherchez pas à l'éviter.

31Mais nous ignorons ce qu'il a énoncé en premier lieu. Si nous nous en tenons à l'apparence la parole « pas de contagion » apparaît au début du adī -64v- et il est absurde qu'elle soit suivie d'un abrogeant, ou bien comme nous ignorons si celui-ci vient avant ou après, et que l'abrogeant annule le jugement fixé avant lui, le mutisme d'Abū Hurayra sur le adī « pas de contagion », après l'avoir rapporté, implique que la parole « Le possesseur d'animaux malades ne les fera pas paître auprès d'un troupeau sain » abroge « Pas de contagion » s'il s'agit d'une interdiction. Mais peut-être Abū Hurayra savait-il quel était le premier des deux adī-s ?

32L'auteur dit  : La parole « Pas de contagion » appelle trois observations  :

  1. Elle signifie l'interdiction d'employer ce terme dans le sens absolu que les Arabes lui donnaient, et cela en raison de la loi que Dieu a instituée  : Il est le créateur des effets qui découlent de leurs causes  ; l'interdiction s'applique à la prononciation du terme contagion. L'intention est celle du rejet de la croyance des Arabes à cause de la fausseté de ce qu'elle impliquait.

  2. Elle a le sens de l'interdiction de la croyance des Arabes concer-nant la transmission du mal par le malade au bien-portant, du fait de la nature et de l'action des choses -65r- les unes sur les autres, contrevenant ainsi à ce qui est établi dans les principes fondamentaux  : il n'existe d'autre agent que Dieu. Dans ces deux premiers cas la parole du Prophète « Pas de contagion » est du domaine de ce qu'a formulé la tradition historique (abar), elle a le sens d'un ordre et appartient à la catégorie (98v) du licite.

  3. Son sens est celui du rejet de la croyance des Arabes à la contagion, croyance fausse dont nous avons relevé la nullité, en tant qu'inexistante et impossible. Selon cette explication, la parole « Pas de contagion » apparaît ici comme une négation.

33Pour moi les trois observations ont trait à l'emploi de ce terme dans son sens véritable, non dans la perspective du licite, comme nous l'avons expliqué dans les deux dernières et qui est à l'origine de sa faiblesse, car selon [notre] point de vue il atteint pleinement le but souhaité  : le jugement de l'inexistence de la chose et de son non-sens même inclut l'interdiction de croire à son existence, car cette croyance supposerait le mensonge d'un abar authentique, ce qui est injustifiable. Ce jugement n'admet pas de réciprocité, l'interdiction de croire une chose ne signifie pas sa négation. Mais Dieu est le plus savant !

34La parole « Le possesseur d'animaux malades ne les fera pas paître auprès d'un troupeau sain » donne lieu à cinq observations  : deux au sujet de l'abrogation, trois relatives au but de l'interdiction.

  1. La première est son abrogation par « Pas de contagion » et cela est très douteux.

  2. La deuxième -65v- est l'inverse de la première et elle est recevable.

  3. La troisième est la visée de cette interdiction qui est d'éviter la contamination par les malades et la répulsion causée par la vue des victimes de ces maux.

  4. La quatrième a pour but la mise en garde contre les croyances à la possibilité d'une atteinte par le mauvais augure du mal et l'influence des choses les unes sur les autres.

  5. La cinquième dit que le but de l'interdiction est la directive visant la protection des animaux sains afin qu'ils ne soient pas contaminés par les malades que le décret de Dieu a envoyés vers eux (99r), selon ce qui a été ordonné dans Sa création, comme s'ils étaient la cause. Il convient donc de protéger les troupeaux.

Ce que nous approuvons et retenons de tout cela

35Il s'agit de l'ensemble des enseignements et de la résolution des contradictions, afin d'autoriser l'application des deux adī-s, sans abrogation, car celle-ci va à l'encontre du principe sur lequel s'appuie la parole « Pas de contagion ».

36Nous avons établi dans la dernière des trois observations (c/) la nullité de la croyance de la Ǧāhiliya à la contagion et le rejet de ce non-sens.

37La parole « Le possesseur d'animaux malades ne les fera pas paître auprès d'un troupeau sain » en tant que directive du Prophète s'applique à trois domaines  : deux sont ceux des biens d'ici-bas et le troisième celui du respect de la religion  ; cela fait l'objet des trois dernières des cinq observations  :

  1. La préservation -66r- des biens et leur protection contre la représentation des maux et de la décrépitude que Dieu a infligés dans le cadre de Sa création, et cela correspond à l'interdiction de la part du Prophète, car il ne suffit pas de se méfier du destin, mais d'observer la parole « Attache-la et sois confiant », et cela est une attitude pieuse.

  2. La crainte de la contamination par la puanteur des malades et la protection de l'âme contre l'effet produit par la vue de la décrépitude qui les frappe et la répulsion qu'ils inspirent.

  3. L'aspect religieux, c’est-à-dire la prévention contre les croyances qui pourraient influencer l'âme en naissant dans le cœur de l'ignorant  : l'idée que la volonté du malade transmettrait le mal au bien-portant, en vertu de la croyance à l'action des choses les unes sur les autres du fait de leur nature, et à la rationalité des causes habituelles qui ont des effets nécessaires (99v) qu'elles génèrent par elles-mêmes. Cela est contraire à ce qui a été fixé dans les principes de la foi  : il n'existe d'influence et d'action sur l'existence que celles de Dieu, dont le pouvoir est immense. Les choses sont liées entre elles, les effets sont déterminés par leurs causes et cela par l'action de Dieu, créateur des causes et des effets. La cause n'est déterminante -66v- ni par elle-même, ni par sa nature, ni par aucun autre mode d'action, mais par la volonté de Dieu qui a créé l'effet et l'a lié à sa cause, et s'Il a décidé de ne pas le créer, celle-ci ne peut le produire par l'obligation ni par la nécessité. Il n'y a d'autre effet que le Sien, Il fait ce qu'Il veut, Il ordonne ce qu'Il désire, Il est le Maître digne de louange !

38C'est cela qui ressort de la réponse à cette neuvième question. Dieu est le Guide, le Coordinateur ! Il n'y a d'autre seigneur que Lui !

Notes

1 Le terme arabe employé ici, al-īra, désigne plus particulièrement la technique de divination par le vol des oiseaux, mais dans ce chapitre l’auteur condamne la superstition sous toutes ses formes ; il propose ci-dessous plusieurs interprétations des techniques de divination pratiquées chez les Arabes de la Ǧāhiliyya. Pour plus d’informations voir Toufik Fahd, La divination arabe, Paris, Sindbad, 1987, p. 412-415, 434-444. Le Prophète condamne formellement ces pratiques héritées de l'Antiquité, et pour la négation de la contagion, il s'appuie sur l'omnipotence de Dieu qui seul décide du sort des hommes.

2 B add. (ou omission de E) : al-Ḥāriṯ b. Abī Dabbāb, le fils de l'oncle maternel d'Abū Hurayra, se leva et dit  : « Je t'ai entendu, ô Abū Hurayra, nous rapporter une autre version de ce adī. » Il se tut. « Tu as dit  : Le Prophète a dit «  Pas de contagion  » et "Le possesseur d'animaux malades ne les fera pas paître auprès d'un troupeau sain." »

3 Voir Le traité des divergences (ouvr. cité) ; la discussion entre Abū Salama b. ‘Abd al-Raḥmān b. Awf et Abū Hurayra y est rapportée dans des termes un peu différents, p. 117, 144b

4 Les termes arabes sāni/sawāni et bāri/bawāri s'appliquent à ce qui se dirige vers la droite ou vers la gauche, le premier est un présage favorable et le second est défavorable (La divination arabe, p. 440-444).

5 À l'époque préislamique les deux premiers mois de l'année étaient groupés sous le nom de afarānī et avaient une réputation maléfique (E.I. VII, 1993, p. 463-4  ; VIII, 1995, p. 790). La racine afara fait référence à la couleur jaune qui a souvent une connotation péjorative. À titre d'exemples  : la jaunisse, souhaiter du mal, affara, etc. ; cf. Dieu te fasse jaunir le visage = te donne la jaunisse ! (Dozy, Suppléments aux dictionnaires arabes, I, p. 835)

6 La chevêche, la chouette et le hibou sont trois espèces distinctes, mais ont tous la même réputation néfaste.

7 Voir  : La divination arabe, p. 412-415  ; Ch. Pellat, « Dictons, anwā’ et mansions lunaires », Arabica 2/1955, p. 17-41. Les dates et la durée de chacune de ces périodes étaient connues et indiquées dans les calendriers dont plusieurs nous sont parvenus, notamment  : Risāla fī awqāt al-sana, édit. et trad. de Maria Angeles Navarro, CSIC, Grenade, 1990  ; Ch. Pellat, Le Calendrier de Cordoue, Brill, Leyde, 1961.

8 muiḥḥ et mumri sont les participes actifs des verbes de la quatrième forme aaḥḥa et amraa, rendre sain ou malade, il y a donc une idée de contamination du sain par le malade, et par conséquent une contradiction du adī précédent  : pas de contagion. C'est la recherche d'une solution qui fait l'objet de la suite de cette question.

© Presses de l’Ifpo, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

i6doc.com
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search