Version classiqueVersion mobile

La grande peste en Espagne musulmane au XIVe siècle

 | 
Aḥmad bin ‘Alī bin Muḥammad Ibn Ḫātima[Abū Ǧa‘far Ibn Ḫātima al-Anṣārī]

Huitième question : quel sens attribuer au adī interdisant d'entrer dans le pays où sévit la peste ou d'en sortir ?

Texte intégral

  • 1 Ms B  : ‘Abd Allāh b. ‘Umar b. al-aṭṭāb.
  • 2 Avant le départ de Muḥammad avec ses fidèles en septembre 622, un petit groupe, les émigrés de Qura (...)
  • 3 Les partisans ou les auxiliaires du Prophète.
  • 4 Voir au sujet de la tribu des Qurayš  : Fondations... 1re partie, chap. 3.

1(92v) Au sujet du adī qui interdit d'entrer sur la terre infestée ou d'en sortir, les aīayn selon l'expression d’al-Buḫārī, d'après ‘Abd Allāh b. ‘Abbās 1, rapportent que ‘Umar b. al-Ḫaṭṭāb -56v- marcha sur la Syrie et lorsqu’il parvint au lieu-dit Sarġ les chefs d'armée Abū ‘Ubayda b. al-Ǧarrāḥ et ses compagnons le rejoignirent et l’informèrent que la peste sévissait dans ce pays. Ibn ‘Abbās dit que ‘Umar leur ordonna de convoquer les premiers émigrés de l'Hégire, al-Muhāǧirūn 2, pour les consulter et leur annoncer l’arrivée de la peste en Syrie ; leurs avis étaient partagés, certains lui dirent : « Tu es parti en campagne et nous pensons que tu ne dois pas t’en retourner. » D’autres dirent : « Les hommes qui restent avec toi et les compagnons du Prophète, nous ne pensons pas que tu doives les conduire au-devant de l’épidémie. » Il leur dit de le laisser et appela les Anār 3, il les consulta et ils partagèrent les avis divergents des gens de l’Hégire  ; ‘Umar leur dit de se retirer et fit appeler ceux qui, parmi les sages de Qurayš 4, avaient participé à l’Hégire et se trouvaient là  : tous sans exception furent du même avis : « Nous pensons que tu dois repartir avec tes hommes afin de ne pas les exposer à l'épidémie. » ‘Umar appela ses hommes  : « Je fais volte-face, suivez-moi. »

  • 5 À propos de cette tradition voir  : Fondations..., p. 164.

2Abū ‘Ubayda b. al-Ǧarrāḥ le questionna  : « Fuirais-tu le décret divin ? _ Si un autre que toi, Abū ‘Ubayda, me demandait cela, je répondrais  : Oui, en fuyant ainsi le décret divin nous fuyons vers un autre destin décrété par Dieu. » 5 Et ‘Umar ajouta  : « Si ton chameau se trouve en présence de deux vallées, l'une -57r- grasse et l'autre desséchée et si tu le fais paître la première, penses-tu que ce soit en vertu du décret divin et que le cas inverse est aussi décrété par Dieu ? »

3‘Abd al-Raḥman b. ‘Awf, qui n'avait pas assisté à cette discussion pour une raison personnelle, arriva et dit  : « Je connais ce sujet, j'ai entendu le Prophète dire  : Si vous apprenez (93r) qu'elle frappe un pays, n'y entrez pas, et si elle s'abat sur une terre où vous vous trouvez n'en sortez pas pour la fuir. Grâce à Dieu ‘Umar s'est retiré. »

  • 6 Ici le texte nomme Ibrāhīm b. Sa‘d et plus loin Sa‘d, qui pourrait être son père Sa‘d b. Abī Waqqās (...)

4Les aiayn également, selon l'expression d'al-Buḫārī, d'après Ibrahīm b. Sa‘d 6 rapportent  : « J'ai entendu Usāma b. Zayd répéter à Sa‘d les paroles du Prophète  : Si vous apprenez que la peste frappe une terre, n'y entrez pas  ; si elle s'abat sur la terre où vous vous trouvez, n'en sortez pas. _ Tu as bien entendu Usāma dire cela à Sa‘d et ne pas se rétracter ? _ Oui. »

Explication des termes rares employés dans ces deux adī-s

  • 7 Voir au sujet du Wādi Tabūk et de Sarġ : Fondations..., p. 56, 70-71, 137-138, 397, 415.

5Sarġ : sa graphie attestée, selon le ī Abū al-Faḍl et d'autres savants, a été fixée avec le sūkūn sur la consonne ra. Il nous a été rapporté que, selon certains, la vocalisation comporte le sūkūn et la fata. Ibn Makkī, à tort, supprime le sūkūn. ‘Abd al-Malik b. Ḥabīb dit que Sarġ est une bourgade sur le Wadī Tabūk et Ǧawharī précise, d'après Mālik  : On dit que c'est le lieu de la dernière opération militaire au Ḥiǧāz -57v- à la frontière de la Syrie. On dit aussi que cette ville est en Syrie  ; mais Ibn Waḍḍāḥ dit qu'il y a une distance de vingt-trois étapes entre les deux 7.

  • 8 Soit en l'an 2 de l'Hégire. Jusqu'à cette date la prière se faisait vers la direction ancienne de J (...)

6L'expression "les premiers émigrés", al-muhāǧirūn al-awwalūn, désigne ceux des compagnons du Prophète qui priaient vers les deux directions, al-qiblatayn 8 . Quant à ceux qui ne se convertirent qu'après le changement d'orientation de la qibla cette qualité de "premiers" ne leur fut pas attribuée.

  • 9 Avant le départ de Muḥammad avec ses fidèles en septembre 622, un petit groupe, les émigrés de Qura (...)

7L'Hégire de la conquête, mahǧira al-fat : il semble qu'il s'agisse de ceux qui émigrèrent avant la conquête 9 et à qui fut réservé le rang de muhāǧirūn, car il n'y eut pas d'émigration après la conquête. Quant aux "musulmans de la conquête", certains appliquent ce nom à ceux qui émigrèrent après, et ils ne bénéficièrent pas de la dignité de muhāǧirūn bien que le nom leur fût attribué.

8Le ī Abū al-Faḍl dit  : « Pour moi il est évident que c'est à eux que fut appliqué le qualificatif de "Sages de Qurayš. »

9Ibn al-Musayyib dit  : « Les Émigrés de la conquête sont ceux qui partirent vers cette époque ou après, et on leur attribua abusivement la qualité d'Émigrés. »

10Le terme mašīa est un pluriel de šay qui admet aussi les pluriels šuyūb, ‘ašyāb, mašyaa, šiān, šuyūān, mašā’ib  ; en réalité (93v) mašā’ib est le pluriel de mašīa et entre dans la catégorie du pluriel de pluriel  ; mašīa et mašyaa sont deux collectifs.

11La parole de ‘Umar  : -58r- Je fais volte-face, c’est-à-dire je tourne le dos au sens de la chevauchée ou à la direction de la route, signifie  : je renonce à l'expédition, renoncez-y aussi.

12La rive du fleuve c'est le bord, ‘udwa  ; la première radicale ‘ayn est vocalisée soit u, soit i  ; sa lecture se réfère au verset  : « vous êtes sur le rivage proche et ils sont sur le plus lointain », c’est-à-dire  : vous êtes dans ce monde et eux sont au-delà.

Le sens des deux adī-s et leurs enseignements

13Le āfi Abū Bakr b. al-‘Arabī énumère pour le premier adī vingt-six enseignements. Celui qui aspire à les examiner soigneusement en tirera profit, mais tu t'en tiendras pour la plupart au traité al-Qabas et tu les parcourras du regard, car nous nous bornerons à l'explication des questions à leur sujet afin de ne pas sortir du cadre de notre projet – que Dieu nous vienne en aide !

14Le āfi Abū ‘Amr b. ‘Abd al-Barr dit  : « Chacun de ceux qui contestent une de ces leçons trouvera dans les sources le sens correct. » Dans ce domaine, le fondement est la soumission à la volonté de Dieu, mais ce qui atteint l'homme ne doit pas contrarier sa liberté d'agir avec prudence et de fuir une destruction évidente.

15La sunna lève la contradiction en affirmant  : il n'est permis à personne d'entrer là où sévit la peste s'il y séjourne déjà, et il lui est interdit de fuir si elle frappe le lieu où il réside.

16Le ī Abū al-Faḍl dit  : « L'argument des deux parties dans ce différend est clairement basé sur deux des principes de la Loi  : le premier est la confiance et la soumission -58v- au destin et au décret divin, le second est la précaution, la prudence et le refus d'affronter la destruction. Ce sont là les deux branches de la loi du destin. »

17La parole d'Abū ‘Ubayda  : « Fuirais-tu le décret de Dieu ? » montre qu'il était parmi les premiers émigrés, ceux qui pensaient que ‘Umar ne devait pas repartir mais rester confiant et soumis à son destin, car ce qui avait été décrété pour lui n'était ni (94r) la fuite pour y échapper, ni la retraite, ni tout autre conduite.

18‘Umar répliqua  : « Si un autre que toi, Abū ‘Ubayda, disait cela, sans posséder la science qui est la tienne, [je répondrais] que ma retraite n'est pas une fuite du décret de Dieu, mais la conduite prudente et sage qu'Il nous a dictée, ainsi que la recherche des causes qui sont à l'origine du décret divin et des mystères du destin. Dieu nous a ordonné de nous garder de l'ennemi et de nous écarter des périls. Toute chose se produit en vertu de ce qui est déterminé par le destin, et cela dans les actions que nous effectuons à tout moment. Ce principe n'est pas enfreint par le déplacement de la pâture d'un endroit sec vers un autre fertile. Il n'y a point de différence entre le déplacement d'un lieu à un autre et l'inversion de la marche vers l'épidémie pour retourner en arrière, et tout cela n'est autre que le décret divin. -59r- Il incombe à l'homme de réfléchir aux causes et à son véritable bien, conformément aux paroles du Prophète " Agissez, car tout ce qui a été créé pour vous vous est accessible " et " Attache-la [la mule] et compte ensuite sur la volonté divine." » Ainsi ‘Umar remercia Dieu d'avoir entendu Ibn ‘Awf énoncer des propos justes à un moment décisif  : la conduite de ‘Umar, reposant sur la sunna et la Loi, devait obligatoirement autoriser sa retraite, qui était ainsi en accord avec elles, et ni l'opinion ni l'effort de réflexion n'avaient à entrer en jeu.

19Al-Ṭabarī dit  : « Le adī de Sa‘d démontre que l'homme doit se protéger contre les violences avant qu'elles ne surviennent, éviter les choses redoutables avant qu'elles ne l'assaillent, être patient et chasser l'angoisse lorsqu'elle arrive. » C'est la raison pour laquelle le Prophète a interdit à celui qui ne s'y trouve pas de pénétrer dans le pays atteint par l'épidémie, et a interdit à qui est sur la terre contaminée d'en sortir pour fuir la peste lorsqu' elle éclate.

  • 10 Le premier adī est le récit de la retraite de ‘Umar, le deuxième est le adī de Sa‘d.

20Il est donc nécessaire de (94v) définir tout ce dont les dangers doivent être prévenus, et c'est ainsi que dans le cas de la peste le Prophète a édicté l'interdiction de sortir du pays contaminé pour fuir la peste dans le premier adī en vertu de la prohibition générale et absolue du second adī 10. C'est la raison pour laquelle il est licite de sortir du pays de la peste à condition -59v- que le but de la sortie ne soit pas la fuite de l'épidémie.

21Le ī Abū al-Walīd al-Bāǧī dit  : « Il est permis de partir à celui qui désire quitter ce pays en direction d'un autre, sans intention de fuir la peste, pour une affaire qui l'oblige à voyager ou à se déplacer. »

  • 11 Ville du Golan où ‘Umar se rendit et séjourna plusieurs fois (Fondations..., p. 412-418).

22Le āfi Abū ‘Amr dit  : « Une peste frappa les habitants d'al-Ǧābiya 11. » ‘Amru b. al-‘Āṣī dit  : « Dispersez-vous comme devant un incendie ».

23Une autre tradition rapporte  : « Mettez-vous à l'abri de cette calamité dans les chemins, les lits des rivières, au sommet des montagnes. »

24Mu‘āḏ b. Ǧabal dit  : « Cependant tu étais parmi nous, égaré comme un âne parmi tes hommes. J'ai entendu le Prophète dire  : c'est une bénédiction pour cette communauté  ; ô mon Dieu compte Mu‘āḏ au nombre de ceux à qui Tu la réserves ! » Et Mu‘āḏ mourut au cours de la terrible peste de l'an 18.

25On rapporte, d'après ‘Amr b. al-‘Āṣī les paroles de Muḥammad  : « C'est une calamité et ils la fuient. »

26Sarǧil b. Ḥasana dit  : « J'ai entendu le Prophète dire  : C'est une bénédiction de votre Seigneur, une prière de votre prophète, la mort des justes avant vous  ; ne la fuyez pas. »

27Le Prophète a dit  : « La fuite de la peste est comme la fuite du combat, la résignation devant elle est comme la résignation devant le poison mortel. »

28‘Abd Allāh b. Mas‘ūd a dit  : « La peste est une agression contre celui qui réside [dans le pays] et contre celui qui fuit  ; le fuyard dit  : J'ai fui et j'ai été sauf  ; celui qui est resté (95r) -60r- dit  : je suis resté et je suis mort, cependant celui qui a fui n'a pas reçu sa récompense, celui qui a été rétribué resta et mourut. »

29On rapporte que ‘Umar regretta de devoir se retirer devant la peste car il marchait déjà sur la Syrie et y était entré à cette époque. ‘Abd Allāh b. ‘Umar dit  : « Je l'ai entendu dire " Que Dieu me pardonne d'être reparti de Sarġ !" »

30On rapporte qu'il écrivit à son chef d'armée en Syrie  : « Si tu apprends que la peste vous menace, écris-moi afin que j'aille au-devant ».

31Muṭraf b. al-Šaḫīḫ dit  : « C'est le destin, vous le redoutez, mais vous n'y échapperez pas. »

32Al-Madā‘inī dit  : « On dit que rare est l'homme qui échappe à la peste et ne meurt pas. »

33Il nous paraît évident que notre réponse à cette question est suffisante. Le discours sur la critique du sens des deux adī-s sera exposé dans la dixième question, si Dieu le permet, car il est le Maître du succès !

Notes

1 Ms B  : ‘Abd Allāh b. ‘Umar b. al-aṭṭāb.

2 Avant le départ de Muḥammad avec ses fidèles en septembre 622, un petit groupe, les émigrés de Qurayš, avait quitté La Mecque en juin-juillet  : ce sont les premiers émigrés. La conquête de La Mecque à partir de Médine eut lieu en 630, jusqu'à cette date ceux qui partirent avaient le rang de muhāǧirūn al-fat (E.I. III, 1990, p. 37  ; Fond..., p. 36, 331, 402...)

3 Les partisans ou les auxiliaires du Prophète.

4 Voir au sujet de la tribu des Qurayš  : Fondations... 1re partie, chap. 3.

5 À propos de cette tradition voir  : Fondations..., p. 164.

6 Ici le texte nomme Ibrāhīm b. Sa‘d et plus loin Sa‘d, qui pourrait être son père Sa‘d b. Abī Waqqās contemporain du Prophète, que nous avons rencontré plus haut, dans la 7e question (86r v).

7 Voir au sujet du Wādi Tabūk et de Sarġ : Fondations..., p. 56, 70-71, 137-138, 397, 415.

8 Soit en l'an 2 de l'Hégire. Jusqu'à cette date la prière se faisait vers la direction ancienne de Jérusalem, mais le Prophète commençait à considérer la Ka‘ba comme le centre religieux de l'Islam et à recommander cette orientation pour prier (E.I. V, nlle édit. p. 84-85).

9 Avant le départ de Muḥammad avec ses fidèles en septembre 622, un petit groupe, les émigrés de Qurayš, avait quitté La Mecque en juin-juillet  : ce sont les premiers émigrés. La conquête de La Mecque à partir de Médine eut lieu en 630, jusqu'à cette date ceux qui partirent avaient le rang de muhāǧirūn al-fat (E.I. III, 1990, p. 378)

10 Le premier adī est le récit de la retraite de ‘Umar, le deuxième est le adī de Sa‘d.

11 Ville du Golan où ‘Umar se rendit et séjourna plusieurs fois (Fondations..., p. 412-418).

© Presses de l’Ifpo, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

i6doc.com
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search