Version classiqueVersion mobile

La grande peste en Espagne musulmane au XIVe siècle

 | 
Aḥmad bin ‘Alī bin Muḥammad Ibn Ḫātima[Abū Ǧa‘far Ibn Ḫātima al-Anṣārī]

Septième question : ce qui nous vient du législateur (Muḥammad) au sujet de la peste 1

Texte intégral

  • 1 Il existe de nombreuses petites brochures ayant trait à l'épidémie  : elles présentent les différen (...)
  • 2 La formule eulogique radiya Allāh ‘anhu qui suit le nom des personnages décédés éminents et vénérés (...)

1-48r- Sache que l'Envoyé de Dieu nous a transmis ce qui est notre appui, le fondement du droit, l'autorité à laquelle nous nous en remettons. Je te présenterai ici ce qui est authentifié comme venant véritablement de lui, ainsi que les explications fournies par nos savants – que Dieu soit satisfait d'eux 2 ! – et ceci suivant la voie de la rigueur et de la concision, avec l'aide de Dieu.

2Les deux recueils canoniques de adī-s, les aīayn, selon l'expression de Muslīm, rapportent, d'après ‘Āmir b. Sa‘d b. Abī Waqqās, d'après son père qu'il avait entendu interroger Usāma b. Zayd  : « Qu'as-tu entendu de la bouche de l'Envoyé de Dieu (86v) au sujet de la peste ? – Il a dit qu'elle est un fléau envoyé aux fils d'Israël ou à certains de ceux qui vous ont précédés  ; si elle sévit dans un pays, n'allez pas au-devant d'elle  ; si la terre où vous vous trouvez est atteinte n'en sortez point pour fuir l'épidémie. » Abū al-Naḍr interprète ainsi « Seule la fuite vous permettra de lui échapper ».

3Selon une tradition elle est la manifestation du courroux de Dieu qu'Il a infligée à des hommes parmi Ses serviteurs.

4Selon une autre tradition elle est un malheur, un châtiment envoyé par Dieu à une génération des fils d'Israël ou à des hommes qui vous ont précédés. Les aīayn, selon l'expression de Muslīm, d'après Usāma b. Zayd, rapportent les paroles du Prophète  : « Cette souffrance ou ce mal -48v- est une calamité qui a châtié certaines générations avant vous  ; elle demeura ensuite sur la terre et tantôt disparaît, tantôt revient  ; quiconque apprend qu'elle frappe une terre n'ira pas au-devant d'elle, et celui qui se trouve là ne sera pas sauvé par la fuite. »

5Le aī d'al-Buḫārī d'après Yaḥia b. Ya‘mur, d'après ‘Ā’iša l'épouse du Prophète, rapporte qu'elle interrogea ce dernier sur la peste et il répondit  : « C'est un grand tourment que Dieu envoie à qui Il veut, mais Il en a fait une bénédiction pour les musulmans, et il n'est pas un de Ses serviteurs qui, se trouvant dans un pays où sévit la peste et y restant patiemment, ne soit frappé que si Dieu en a décidé ainsi et il en sera rétribué tel un martyr. »

6À ce sujet, d'après Anas b. Mālik, le Prophète lui déclara que la peste est une mise à l'épreuve pour tout musulman. D'après Abū Hurayra, d'après l'Envoyé, il dit que celui qui est frappé au ventre (mabūn) (87r) est un martyr, le pestiféré (ma‘ūn) est aussi un martyr.

7Le ī Abū al-Walīd al-Bāǧī dit  : « L'épidémie est la peste, c'est une maladie qui s'étend à de nombreuses personnes, dans un lieu donné à l'exclusion des autres, elle est différente de leurs maladies habituelles et quand elle les frappe leur mal est le plus souvent identique. »

8Le ī Abū al-Faḍl b.‘Iyāḍ dit  : « La première manifestation de la peste est une éruption d'ulcères sur le corps  ; l'épidémie est l'extension de la maladie, mais on l'appelle "peste" en raison de la similitude de la mort. Toute peste est une épidémie, mais toute épidémie n'est pas la peste. »

  • 3 Cette définition renvoie à un adi authentique  : « Le possesseur d'animaux malades ne les fera pa (...)
  • 4 Le terme arabe marāqq est formé sur la racine raqqa, être mince, fin  ; on trouvera plus loin une e (...)

9Selon la tradition de ‘Ā’iša, -49r- elle questionna le Prophète sur la peste et il répondit  : « Ce sont des ganglions comme ceux du chameau 3 qui apparaissent aux hypocondres (ou parties molles de l'abdomen) 4 et aux aisselles. » Le ī Abū ‘Amr Yusūf b. ‘Abd al-Barr dit que plus d'un homme de science a déclaré que les ganglions sortent aux mains et aux doigts et en quelque endroit du corps que Dieu a fixé.

10Ce qu'a dit le Prophète est exact, mais c'est seulement le cas le plus fréquent – Dieu est le plus savant !

11L'auteur - Dieu ait pitié de lui ! dit que cette forme de la maladie dont parle le Prophète présente des ganglions analogues à ceux du chameau, c'est la peste bubonique qui apparaît aux plis du corps et, comme le dit l'Envoyé, aux hypocondres, aux aisselles et dans les zones voisines, plus rarement derrière et autour des oreilles. Ainsi le propos du Prophète ne concerne-t-il que les cas fréquents.

12Quant à la forme qui affecte les mains et les doigts je ne l'ai pas encore observée durant l'épidémie actuelle et la science nie son existence, mais reconnaît que sur les mains et les doigts apparaissent des ulcères noirs  ; cependant c'est une forme rare et ils se trouvent surtout sur le dos et le cou comme le prouve l'expérience. Loué soit Celui qui a doté Son prophète d'une langue véridique réservée à lui seul ! -49v- Il ne s'exprime que par elle et n'enseigne qu'à la (87v) lumière divine ! Dieu Très-Haut a purifié sa noble terre et sa tombe, ce haut lieu que Dieu a embaumé et où Il a prodigué les parfums, de sorte que, comme on le sait, jamais la peste ne l'a touchée et elle est restée indemne. Sur lui la prière et le salut ! Il est le juste, l'authentique, le meilleur en son temps, sur lui le salut !

13Le Très-Haut a dit  : « Tu es parmi ceux que Dieu n'a pas punis. » Médite cette parole et considère ce prophète béni  : son pouvoir est sans égal, Dieu l'a élevé ! Que Dieu lui accorde le salut, la noblesse et la bénédiction !

14L'hypocondre, al-marāqq, est la région de l'abdomen mince et souple  ; ce terme désigne les racines des cuisses, c'est un pluriel construit sur le schème mafā‘il des verbes sourds avec l'assimilation des deux dernières radicales,‘ayn et lām, du verbe sourd raqqa  ; le terme marāqq n'a pas de singulier.

15Dans la parole du Prophète « Le fléau envoyé sur les fils d'Israël » le terme fléau, al-riǧzu, a le sens de "châtiment", al-‘aābu. Au sujet de la parole divine « lorsque s'abattit sur eux le fléau », Muǧāhid et d'autres ont dit  : al-riǧzu est le châtiment, al-‘aābu. Le complément « sur les fils d'Israël » se présente sous deux formes  : dans la première, celle de la parole du Prophète, il se rapporte à ceux dont la terre et les hommes ont été atteints en premier lieu  ; dans la seconde, celle de la parole divine, le complément « sur eux » désigne "les fils d'Israël"  ; on dit que 20 000 d'entre eux ou, selon certains, 70 000, périrent en une seule fois.

16D'après Ibn ‘Abbās -50r- commentant la parole divine  : « N'as-tu pas vu ceux qui sortent de leurs maisons ? Ils sont des milliers à craindre la mort, mais Dieu leur a dit  : Mourez ! et il les ressuscita », ils étaient 4 000 à partir, fuyant la peste, et ils périrent  ; parmi les prophètes l'un d'eux pria Dieu de leur redonner la vie afin qu'ils L'adorent, et Il les ressuscita.

17Le sens de l'interdiction d'entrer dans le pays infesté ou d'en sortir sera commenté dans la question suivante, avec l'aide de Dieu Très-Haut.

  • 5 Voir  : Gérard Lecomte, Le traité des divergences du adī d'Ibn Qutayba, Institut français de Dama (...)
  • 6 Le nom verbal, madār, du verbe fuir, farra, est firāran. Abū al-Nar lit  : lā yuriǧukum illa fir (...)

18(88r) Les discours des maîtres divergent 5 sur l'interprétation d'Abū al-Naḍr qui repose sur la flexion "an" de firāran dans la proposition  : seule la fuite vous permettra de lui échapper, la yuriǧukum illa firāran minhu. Certains vont jusqu'à dire que cela n'a pas de sens  ; d'autres estiment correcte la flexion "u"  ; d'autres encore lisent  : la fuite ne vous sauvera pas, lā yuriǧukum al-’ifrāru minhu, employant ainsi le nom verbal de la IVe forme d'un verbe qui n'est pas attesté avec le sens de fuir 6. Si cette interprétation, quelle que soit sa forme, était validée, la transmission authentique la contredirait. Le sens donné par la flexion "a" est justifié par l'exégèse.

19Le terme firāran est un complément d'état qui se rapporte au pronom complément kum du verbe yuriǧukum, vous sauvera, dont le sujet est la peste, al-ā‘ūn. Ici le nom verbal a la valeur d'un nom d'agent, ce qui est fréquent, contrairement à l'inverse -50v- qui est rare. Si l'expression d'Abū al-Naḍr « ne quittez pas... » correspond à celle du Prophète « Ne quittez pas » comme il est dit dans sa parole  : « Ne quittez point la terre où sévit la peste, seule la fuite devant l'épidémie vous sauvera », la proposition yuriǧukum illa firāran minhu a la valeur d'un complément d'état se rapportant au verbe « Ne quittez pas », ce qui revient à dire  : « Ne quittez pas cette terre, vous ne pourrez en sortir qu'en fuyant la peste », c’est-à-dire  : Ne sortez pas sous le prétexte de fuir la peste. Il est également possible de dire qu'il s'agit d'une proposition indépendante de la précédente et dont la fonction est d'indiquer la raison de l'interdiction formulée dans la proposition impérative  : la fuite de la peste.

20En revanche, si l'expression d'Abū al-Naḍr concerne  : « [la terre] où vous vous trouvez », dans la parole du Prophète  : « Si la peste sévit dans un pays où vous vous trouvez, seule la fuite vous le fera quitter », cette seconde proposition sera l'apodose de la conditionnelle et aura la valeur d'une proposition indépendante informative dépourvue d'un sens d'interdiction. Cela est évident.

21Si tu demandes (88v) quelle est la portée de ce adī et comment doit être compris l'arrêt d'interdiction qui en fait l'objet, je répondrai  : a/ il est un avertissement adressé à qui se trouve [dans le pays frappé par la peste]  : dans la plupart des cas seule la fuite le sauvera. -51r- b/ Quant à la manière dont doit être comprise la sentence d'interdiction de la sortie du pays en fuyant, elle se dégage de l'enchaînement de l'argumentation et de la recherche du rapport entre les deux phrases dont se compose le adī  : la correspondante à la première concernant l'interdiction de s'avancer vers la peste si l'on apprend qu'elle sévit sur une terre, est l'autre proposition qui formule l'interdiction de sortir de la terre frappée par la peste  ; ainsi le adī a une structure cohérente mais il s'abstient de s'exprimer sur la portée de l'interdiction dont nous parlons ci-dessus  : l'avertissement à celui qui se trouve sur la terre pestifère que l'on peut formuler ainsi  : « Si elle s'abat sur une terre où vous résidez, vous ne serez sauvés qu'en la fuyant, mais il vous est formellement interdit de sortir. » Ainsi l'enchaînement de la démonstration a été éludé. Mais Dieu est le plus savant ! Cette lecture, même si elle peut paraître forcée, est conforme aux lois de la langue arabe, comme le dit le ī Abū al-Faḍl dans le Ikmāl. Cependant, même si le sens de la conclusion est correct, l'expression ne l'est pas  : ce qu'il note quant aux ellipses qu'il a relevées dans le texte n'est pas attesté dans la langue des Arabes et ne respecte pas les règles grammaticales. Le āfi Abū ‘Amr b. ‘Abd al-Barr avait déjà exposé cette argumentation, et peut-être Abū al-Faḍl l'a-t-il reprise, mais Dieu est le plus savant !

22Selon une autre tradition Muḥammad a dit  : « Le signe du fléau c'est la marque du châtiment, car le signe, al-’aya, -51v- et la marque, al-‘alāma, sont synonymes. » À propos de sa parole  : « Cette souffrance ou ce malheur est le fléau qui a châtié certaines générations », les Arabes nomment souffrance toute maladie. Quant à sa parole  : « C'est une punition que Dieu envoie à (89r) qui Il veut, mais il en a fait une bénédiction pour les musulmans », elle est commentée par un autre adī et celui qui le suit  : « Dieu Très-Haut en a fait une mise à l'épreuve pour la communauté de Muḥammad et une bénédiction pour elle, après qu'elle eut été un châtiment pour certaines des générations qui nous ont précédés, et le sacrifice est une grâce pour les musulmans. »

23Abū al-Ḥasan b. Baṭṭāl dit que ce adī commente  : « La peste est une épreuve et le pestiféré un martyr car il subit et attend sa récompense de Dieu Tout-Puissant, croyant qu'il ne sera atteint que si cela est écrit », et c'est pourquoi Mu‘āḏ souhaitait mourir car il savait que celui qui meurt de la peste est un martyr.

24Quant à celui qui hait la peste, la redoute et la fuit, il n'est pas concerné par le adī.

  • 7 Ce sens unique peut se résumer ainsi  : la peste est un fléau envoyé par Dieu pour châtier les homm (...)

25L'auteur dit  : Il apparaît que de la généralisation des deux premiers adī-s se dégage l'intention contenue dans le troisième  ; donc l'ensemble a un sens unique 7, selon ce qui a été établi dans les sources du droit, uūl al-fiqh, et l'application du général au particulier, levant ainsi la contradiction. -52r- Mais Dieu est le plus savant !

26Le ī Abū al-Faḍl dit  : « Certes il est martyr celui qui reste debout, résigné et soumis au décret divin  ; c'est le sens de la parole de Muḥammad dans le adī précédent  : la peste est pour tout musulman une mise à l'épreuve (de sa foi). »

27L'auteur dit  : si tu demandes  : « Pourquoi le pestiféré est-il qualifié de martyr et que signifie cette appellation lorsque la Loi l'applique également au cas d'une autre personne ? » nous répondons que dans la langue arabe les termes šahāda et šuhūd signifient présence, témoignage, et c'est en raison de cela que la prière du couchant (maġrib) est dite la prière du martyr, šahīd, c’est-à-dire du témoin, car le voyageur ne doit pas l'écourter. Il fut donc établi que le terme šahīd a trois sens  :

  1. Celui qui est témoin de la présence des Anges de la miséricorde qui emportent son âme  ; (89v) le terme est bâti sur le schème fa‘īl avec le sens passif de maf‘ūl. Le Tout-Puissant a dit  : « La récitation du verset de l'Aube est un témoignage, c’est-à-dire que les Anges de la nuit et ceux du jour sont présents. »

  2. Šahīd signifie que le musulman est en présence de son Seigneur, le terme a alors la valeur d'un nom d'agent, fā‘il. Dieu Très-Haut a dit  : « Les témoins devant leur Seigneur auront leur rétribution et leur auréole de lumière  ; et  : « Ne croyez pas que ceux qui ont combattu dans la voie du Seigneur mourront, car ils ressusciteront devant Lui et Il pourvoira à leur subsistance. » Ceci, mais Dieu est le plus savant, est une image de leur rang devant leur Seigneur, et les autres en seront exclus.

  3. Le troisième sens est celui de sa présence au ravissement de son âme au moment de sa mort, il est témoin de sa propre mort alors qu'il n'a pas disparu  : c'est le plus souvent le cas du pestiféré, du blessé au ventre et du combattant pour la cause de Dieu, à l'inverse -52v- des autres morts, car il existe chez eux un surcroît de résignation et de mérite – Dieu est le plus savant !

28Quant à Mu‘āḏ b. Ǧabal, il dit à propos de la peste  : « C'est un acte de foi, une miséricorde et une prière de votre Prophète. » Abu Qilāba l'explique ainsi  : « On dit qu'il pria pour que ses fidèles fussent tués par le sabre ou par la peste. »

29Le ī Abū al-Faḍl dit que ce adī est ainsi transmis par la majorité des traditionnistes, mais selon la Tradition authentique l'ange Gabriel l'informa que sa communauté périrait par le sabre ou par la peste et il répondit  : « Mon Dieu faites que ce soit par la peste ! » Cette version confirme l'autre adī : « Qu'il n'y ait aucune dissension entre eux, qu'un ennemi extérieur ne soit pas lancé contre eux et que l'autre éventualité, la peste, soit écartée. »

30L'auteur dit  : « Si tu demandes  : si la peste est un acte de foi et une miséricorde pour les musulmans, et une prière de notre Prophète, comment se justifient l'invocation et la supplication mentionnées à la fin de la (90r) sixième question ? nous répondons  : Certes elle est une adversité dans le présent, mais pour le futur elle est la grâce et le bien que Dieu accorde à qui est mort dans la résignation et l'espoir d'une rétribution et d'une abondance de bienfaits. Sous cet aspect elle est comme les autres calamités et maladies que Dieu – qu'Il soit glorifié ! – inflige -53r- à Ses serviteurs, les musulmans, pour les éprouver dans ce bas-monde et leur réserver des rétributions dans l'au-delà. Donc, de même qu'il est légitime de demander à Dieu d'éloigner les maladies et les accidents, il est licite de le prier de nous épargner la peste, et même de la déplorer. »

31Le Tout-Puissant dit  : « S'ils sont atteints de notre mal priez pour eux. »

32On rapporte que Muḥammad priait pour les malades, les infirmes et les invalides.

33Dans les deux recueils canoniques, selon la tradition de ‘Ā’iša, le Prophète lorsqu'il recevait un malade ou était lui-même malade priait ainsi  : « Chasse le mal, ô Maître des hommes, guéris, ô Toi le guérisseur, il n'est d'autre guérison que la Tienne qui ne laisse subsister aucun mal. » Nombreux sont les adī-s qui ont ce même sens.

34Al-Buḫārī dans son aī rapporte les paroles de celui qui priait pour que cessent l'épidémie et la fièvre et rappelle le adī où il est question de l'indisposition d'Abū Bakr et de Bilāl et de ce qu'ils disaient pendant leur fièvre  : « ‘Ā’iša disait  : Je suis allée vers le Prophète qui priait  : Ô Dieu, que Médine nous soit aussi chère que l'est La Mecque, et même davantage ! Protège sa santé ! Préserve pour nous son état et sa pérennité ! Écarte la fièvre et emporte-la comme un torrent ! »

35Dans le aī d'al- Buḫārī, d'après Nāfi‘, ‘Abd Allāh disait  : « Écarte de nous le fléau ! » (il s'agit de ‘Abd Allāh b.‘Umar).-53v- Le Prophète disait  : « Ne souhaitez pas la rencontre de l'ennemi et demandez la paix à Dieu, mais si vous le rencontrez ne reculez pas. » Il ne fait aucun doute que (90v) la demande de rencontrer un ennemi prépare l'accès au martyre, mais le Prophète l'a interdit et a recommandé de demander la paix à Dieu. Ceci est le sens de la supplique adressée à Dieu afin qu'Il chasse l'épidémie et les autres maux.

36Si tu demandes « Cependant Mu‘āḏ b. Ǧabal pria Dieu de le faire mourir de la peste, sa prière fut entendue et il mourut durant la terrible peste de l'an 18 », voici la réponse  : Mu‘āḏ, lorsqu'il rappelait la parole du Prophète au sujet de la peste « Elle est une bénédiction pour cette communauté » et qu'il se trouvait en sa compagnie, citait ainsi ses paroles  : « Ô mon Dieu compte Mu‘āḏ au nombre de ceux à qui Tu accordes cette bénédiction en vertu de son attachement au Prophète. » À cet instant ce dernier entra en transe. Mu‘āḏ reçut donc la peste dans un état de grâce, de miséricorde et de félicité. Mais ici notre propos ne concerne pas les âmes mystiques, les "amis de Dieu"  ; Il protège leurs secrets et leurs manifestations et sanctifie leurs extases. De la même manière ‘Umar souhaita la mort. Nombreux sont les récits de ce genre.

37-54r- Rétrospective des épidémies  :

38Le mémorialiste Abū al-Faraǧ al-Ǧawzī dit qu'en l'an 18 la terre se dessécha, le vent soulevait une poussière semblable à la cendre, on l'appela "l'année des cendres". Les bêtes sauvages cherchaient refuge auprès des hommes. ‘Umar recommanda de ne goûter ni beurre, ni lait, ni viande afin que les gens survivent  ; ils firent des rogations à l'intention d'al-‘Abbās et ils purent enfin s'abreuver. Cette année-là éclata une peste très dure – le m de ce terme ‘amawās doit porter la voyelle a – au cours de laquelle moururent Abū ‘Ubayda b. al-Ǧarrāḥ, Uwais al-Qaranī et Mu‘āḏ b. Ǧabal. (91r) Abū Muḥammad b. Qutayba ajoute  : « ainsi que ses deux femmes et son fils  ; ce fut la première peste de l'Islam ».

39En l'année 64 on relate une peste à Baṣra, au cours de laquelle mourut la mère de l'émir et il ne se trouva personne pour la porter en terre.

40En 96, une épidémie dévastatrice frappa 70 000 personnes en trois jours, et 80 enfants périrent  ; les occupants d'une maison moururent et l'on mura leur porte sur eux. Ibn Qutayba dit que cette épidémie eut lieu à l'époque d'Ibn al- Zubayr l'année 69 à Baṣra, au temps de ‘Ubayd Allāh b. ‘Abd Allāh b. ‘Umar .

41L'auteur dit à propos de cette -54v- date qu'Ibn Qutayba et le āfi Abū al-Faraǧ attestent une peste dévastatrice (al-ǧārif) en 69  : si la tradition d'al-Ǧawzī est authentique, il s'agirait de deux pestes, chacune d'elles étant qualifiée de dévastatrice, sinon la date d'Ibn Qutayba serait exacte et la mention de la première épidémie une erreur du copiste.

42Ibn Qutayba mentionne ensuite la peste appelée "des jeunes gens" car elle frappa en premier lieu les célibataires garçons et filles à Baṣra, puis Wāsiṭ, la Syrie, Kufa  ; on la nomma aussi "la peste des notables" car elle fit périr des émirs et des nobles durant l'année 86.

43En 100 survint la peste de ‘Adī Nizaratā. Puis en 127 la peste dite "du corbeau" – le corbeau était un joueur de rebab – qui fut la première victime.

44Le mémorialiste Abū al-Faraǧ signale qu'en l'année 131 il y eut 70 000 victimes le premier jour de l'épidémie, 70 000 et quelques le second et le troisième les gens furent délivrés. Ensuite la peste de Salm d'Ibn Qutayba  : Abū Muḥammad Ibn Qutayba dit que l'épidémie sévit durant les mois de ša‘bān et ramaān et cessa au mois de šawāl. Il dit aussi que al-Aṣma‘ī relate une peste de Salm qui éclata en Irak le jour du rite du urūǧ au pèlerinage de l'an 31, et une autre en 35 en Syrie  ; -55r- (91v) lorsque les ulcères purulents d'un malade se vidaient, il était sauvé et s'acheminait vers la guérison.

45En 288 des contemporains racontent que par suite de nombreuses maladies très graves la mort frappa Cordoue, le nombre de victimes fut considérable chez les élites, et incalculable dans le peuple.

46Abū al-Faraǧ al-Ǧawzī dit qu'en 319 les morts furent si nombreux que l'on dut les enterrer dans une fosse commune.

47Abū Marwān b. Ḥayyān rapporte qu'en 335 une violente épidémie éclata à Cordoue au milieu du mois de rabī‘ al-awal, entraînant une mort rapide qui emporta de nombreuses victimes  ; elle atteignit le paroxysme de son extension et de sa violence durant deux journées consécutives  : le dimanche à onze heures de la nuit la ville se vida, le lendemain lundi la mort emporta une quantité considérable de personnes  ; la panique s'empara de la plupart des habitants qui se trouvèrent dans une situation affreuse.

48En 344 Abū l-Faraǧ al-Ǧawzī dit que les maladies gagnèrent le pays entier, tous les occupants d'une maison mouraient.

49En 378 à Baṣra les morts s'abattaient sur les routes.

50Abū Ǧa‘far b. Abī l-Fayyāḍ dit qu'en l'an -55v- 401 une épidémie meurtrière s'abattit sur Cordoue et les environs, au point que l'on enterrait plus de cinq cents morts chaque jour. Dans les grands cimetières de la ville on entassait plus de cent âmes dans chaque tombe  ; les ruelles et les marchés étaient désertés, la population se raréfiait à cause de l'épidémie et de la cherté, tous quittaient la ville, fuyant en toutes directions à l'extérieur de la contrée.

51Abū l-Faraǧ al-Ǧawzī rapporte qu'en l'an 448 la disette se généralisa, (92r) on mangea les morts  ; le prix d'une mesure (makkūk) de graines potagères atteignit sept dinars, un coing ou une grenade coûtait un dinar, ainsi qu'un concombre ou un bulbe de nénufar. D'Égypte parvint la nouvelle que trois voleurs pillèrent une maison et au matin on les trouva morts, l'un au seuil de la porte, le second sur une marche de l'escalier et le troisième sur un tas d'habits roulés.

52J'ai appris qu'un commerçant d'Almería avait connu une histoire de ce genre à Tunis durant la présente épidémie.

53Abū l-Faraǧ dit que l'année suivante éclata une autre épidémie, on creusa une fosse pour vingt corps et on y en enterra trente  ; toute la population se repentit, -56r- répandit les boissons alcoolisées et se rassembla dans les mosquées.

54En 456 éclata une épidémie et la livre de casse indienne se vendit quatre dinars.

55En 462 la famine et l'épidémie redoublèrent au Caire au point que les gens se dévoraient entre eux  ; les amandes et le sucre se vendaient au poids de l'or, un œuf valait dix carats  ; lorsque le gouverneur du vizir du Caire, allant vers celui-ci, descendit de sa mule, trois hommes s'en emparèrent et la mangèrent  ; ils furent crucifiés, on ne retrouva que leurs os sous le bois sec et ils furent dévorés !

56En 464 survint une épizootie qui décima les troupeaux, à tel point qu'un berger allant le matin vers ses moutons pour les mener [paître] trouva les bêtes mortes.

57Les desseins de Dieu sont impénétrables ! Les effets de Son pouvoir sont immenses ! Il est Tout Puissant ! Il n'est d'autre Seigneur que Lui !

Notes

1 Il existe de nombreuses petites brochures ayant trait à l'épidémie  : elles présentent les différentes interprétations de hadī-s supposés concerner la contagion et la transmissibilité de la peste (E.I. X, 2002, ibb, p. 486). Voir également La médecine islamique, ouv. cité, p. 100 et 105-109. Pour J. Sublet la jurisprudence était une forme de garantie « pour trouver une réponse à ce mal avec des armes telles que l'interprétation des textes et la prière »... J. Sublet, « La peste prise aux rêts de la jurisprudence », Studia islamica 1971, t. XXXIII, p. 141-149.

2 La formule eulogique radiya Allāh ‘anhu qui suit le nom des personnages décédés éminents et vénérés ne sera pas répétée dans la suite du texte.

3 Cette définition renvoie à un adi authentique  : « Le possesseur d'animaux malades ne les fera pas paître auprès d'un troupeau sain » (M.A. al-Khaṭṭābī, al-ibb wa-l-aibbā’ fī l-Andalus al-islāmiyya, 2, Dar al-ġarb al-islami, Beyrouth, 1988, p. 154).

4 Le terme arabe marāqq est formé sur la racine raqqa, être mince, fin  ; on trouvera plus loin une explication grammaticale de ce mot. Les hypocondres sont les flancs, situés entre les fausses côtes et l'os iliaque (Nouveau Larousse illustré, Paris, Larousse, p. 209). Dans le paragraphe suivant, ils sont désignés comme "la racine des cuisses" qui serait plutôt la région des aines, al-‘urbiyya.

5 Voir  : Gérard Lecomte, Le traité des divergences du adī d'Ibn Qutayba, Institut français de Damas, 1962, p. 114-117.

6 Le nom verbal, madār, du verbe fuir, farra, est firāran. Abū al-Nar lit  : lā yuriǧukum illa firāran minhu. Les autres exégètes lisent  : la yuriǧukum al-’ifrāru minhu, la fuite ne vous sauvera pas, employant ainsi le nom verbal d'un verbe, ’afarra, IVe forme, qui n'a pas le sens de fuir, mais de faire fuir.

7 Ce sens unique peut se résumer ainsi  : la peste est un fléau envoyé par Dieu pour châtier les hommes, mais pour les musulmans elle est une bénédiction et une mise à l'épreuve de leur foi.

© Presses de l’Ifpo, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

i6doc.com
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search