Version classiqueVersion mobile

La grande peste en Espagne musulmane au XIVe siècle

 | 
Aḥmad bin ‘Alī bin Muḥammad Ibn Ḫātima[Abū Ǧa‘far Ibn Ḫātima al-Anṣārī]

Sixième question : quels traitements doit-on appliquer lorsque l'épidémie sévit ?

Texte intégral

1Sache que la réponse à cette question exige d'être exposée longuement et dans toutes ses dimensions, - 27r- y compris pour ce qui nous ferait franchir la limite que nous avons fixée à notre sujet qui est le traitement spécifique de la maladie actuelle. Nous nous sommes basés sur les apports de la science et les témoignages de l'expérience, vérifiés par les soins et la pratique et notés par les remarques et les résumés. Notre discours est celui du praticien dans cet art, cependant nous l'avons abrégé afin qu'il suscite l'intérêt sans longueur, car il n'est pas nécessaire de rapporter des commentaires et des on-dit. Le recours à Dieu nous suffit, Il est le plus digne de confiance.

2La réponse à cette question se compose de deux parties  :

Première partie  : (70r) le traitement de la maladie dès son apparition avant qu'elle ne se soit installée et aggravée

3Sache que ces fièvres épidémiques sont différentes des autres fièvres et peuvent présenter des aspects inverses. Les fièvres habituelles se classent en quatre catégories  : la première est caractérisée par la corruption des quatre humeurs, soit une seule d'entre elles comme dans la fièvre générale causée par la corruption du sang, soit deux humeurs comme pour la fièvre quarte qui vient de la bile jaune et du phlegme. La deuxième catégorie de fièvres est causée par l'échauffement des trois souffles, -27v- le végétatif, l'animal et le psychique, comme la fièvre quotidienne, alternance du chaud et du froid, ou la fièvre irascible, ainsi que d'autres cas. La troisième catégorie vient de la chaleur et de l'humidité du tempérament originel et des organes essentiels, comme la fièvre ectique. La quatrième sorte est celle des fièvres qui accompagnent la maladie, comme les douleurs, les inflammations externes et internes, elles sont en réalité des symptômes liés à une autre affection et qui disparaissent avec elle. Chacune de ces quatre catégories de fièvres engendre de la chaleur tout d'abord au lieu de son origine  : dans la fièvre infectieuse à l'ensemble de l'organisme, dans la fièvre quotidienne aux souffles, dans la fièvre ectique aux organes essentiels, dans celle qui vient d'une inflammation ou d'une douleur localisées le tempérament est déréglé. Cette chaleur se communique au cœur par les artères où elle échauffe le sang et les souffles  ; (70v) du cœur elle gagne l'ensemble du corps.

4La fièvre épidémique actuelle diffère en tous points des précédentes  ;
la chaleur se fixe en premier lieu dans le cœur et corrompt son tempérament et le sang, mais la marche de la maladie est à l'inverse des autres, son évolution est différente et ne procède pas par accès, le corps subit des accidents disparates, étranges, et des états anormaux, comparables à ce qui apparaît -28r- dans la ville désorganisée, car le cœur gouverne l'ensemble du corps et le protège par les forces que Dieu a organisées en lui et dont le matériau est la chaleur innée  ; c'est lui qui protège son état, de même que le roi protège la ville et le maître de maison sa demeure. Si l'un des autres organes subit une infection le cœur lui-même rétablit son organisation et, en vertu des forces que Dieu a placées en lui, il assainit les effets de l'infection, et même s'il a subi une altération du fait d'une cause différente, il gouverne la santé dans son ensemble, et c'est pourquoi dans les fièvres la prise de médicaments est profitable à l'ensemble du corps, car si le tempérament du cœur est protégé il transmet au corps entier, grâce à ses forces, le bénéfice du remède, à la manière d'un instrument de la restauration de la santé. Mais si l'infection atteint le cœur lui-même, son tempérament corrompu ne peut réguler l'organisme, le médicament est inutile (71r) et peut même devenir nuisible, la mort est alors proche pour l'organisme arrivé -28v- à cet état qui est celui du corps dans la fièvre épidémique. Cette explication étant bien établie, et la situation actuelle étant celle de la fièvre épidémique, il est clair pour toi que tu dois accorder la plus grande attention à cette maladie, donc à l'état du cœur, au soutien de sa force et autant qu'il est possible à l'assainissement de ce qui pourrait l'affecter.

  • 1 Les causes de l'épidémie (54r-55v et 58v-59v) où l'auteur explique les mécanismes de la régulation (...)

5Les traitements de la maladie épidémique actuelle  : l'altération de l'air au cours de cette épidémie est nuisible au tempérament du cœur, en premier lieu par l'élévation de sa chaleur, ensuite par l'augmentation de la quantité de sang qui dérègle la chaleur innée, selon ce qui est indiqué dans la deuxième question 1. Je n'ai point trouvé de remède plus simple et plus efficace que la saignée par phlébotomie, particulièrement dès que l'on a connaissance de la maladie, avant que la chaleur ne gagne le reste du corps, que la fièvre ne s'installe et que n'apparaissent les accidents funestes. J'ai expérimenté qu'à ce stade l'extraction du sang procure une amélioration extraordinaire et un soulagement rapide  : la guérison et le retour à la santé seront à la mesure de la précocité de l'évacuation du sang. C'est donc le point crucial du traitement de cette maladie, avec la permission de Dieu Tout-Puissant.

  • 2 Pour ces remèdes voir Sahlān b. Kaysān, Rašīd al-Dīn b. Abū Ḥulayqa, Deux traités médicaux, édités (...)
  • 3 Pour les veines sur lesquelles on pratique la saignée voir Valérie Savin-Lanot, La saignée d’hier à(...)

6La raison -29r- de notre conduite est que cette maladie, comme nous l'avons expliqué, est une atteinte au tempérament du cœur et dans les maladies cardiaques l'état du malade se dégrade rapidement  ; il importe donc d'appliquer le traitement avant qu'il ne soit trop tard, et il n'en est pas de plus rapide et de plus efficace que la saignée, car elle soulage le cœur sur le champ pour deux raisons  : la diminution de la quantité du sang qui comprime et étouffe le cœur (71v) au point d'éteindre le souffle qu'il renferme, et l'apaisement de la circulation des souffles dans les artères par la saignée des veines adjacentes. Lorsque ce résultat a été obtenu, il convient de donner au patient un remède approprié à sa maladie  : du sirop d'oxymel ou de pomme mélangé à deux onces de sirop de rose 2, puis, suivant le lieu du corps affecté, s'il souffre de la tête on incisera la céphalique, pour les douleurs au-dessous du cou la basilique, pour l'ensemble du corps la veine médiane du bras 3. On pousuivra la saignée, selon la vigueur et l'âge -29v- du patient, jusqu'à la quantité requise et la menace d'une défaillance. Il ne faut pas attendre que changent la couleur et la consistance du sang et que son aspect s'améliore, car durant la maladie il reste habituellement noir et épais, même si on l'extrait complètement et si une eau verdâtre ou grise apparaît à la surface comme un signal de danger. Si le malade défaille avant la fin de l'opération on aspergera d'eau fraîche son visage et ses membres jusqu'à l'obtention de la quantité de sang nécessaire.

7Lorsque la maladie est éradiquée, que la fièvre a cessé, et surtout en respectant les règles indiquées, le patient évitera la proximité des malades et on fortifiera le cœur avec un mélange de sirop de pomme et de lime additionné d'eau de rose et de vinaigre  ; on lui fera boire un bouillon aux bourgeons de menthe, (72 r) il prendra de la grenade aigre et devra se reposer. Les aliments favorables sont les ragoûts de légumes, jusqu'à ce que sa santé soit consolidée et qu'il ait recouvré son état habituel.

8Si la maladie n'a pas été complètement éradiquée et qu'il en reste des traces, ou si son état ne s'améliore pas, ou si le mal disparaît -30r- par moments puis récidive, ou si le patient vit et cohabite avec des malades, d'une manière ou d'une autre, comme il a été dit dans la quatrième question, alors ses chances de guérison sont compromises, car l'infection a gagné son organisme  ; ton traitement sera inefficace et il s'acheminera vers la mort. Il convient alors de choisir parmi ce qui peut fortifier et apaiser le cœur. Si tel n'est pas son état et que tu constates des troubles sanguins évidents, change l'endroit de la saignée si cela lui est favorable et extrait la quantité de sang que tu juges convenable et qui l'allégera  ; tu le traiteras ensuite comme nous l'avons indiqué. Si les accidents sanguins ne se manifestent pas, conforme-toi à la règle pour son traitement, avec l'aide de Dieu Très-Haut.

  • 4 Pour cette localité voisine d’Almería voir Suzanne Gigandet  : « Abū Ǧa‘far Aḥmad Ibn Ḫatima et la (...)

9Un habitant de l'agglomération de Baǧǧana 4 dans la province d'Almería vint un jour me rapporter qu'il s'était trouvé dans un groupe d'une vingtaine de personnes fuyant devant l'arrivée de l'épidémie  ; il se plaignait depuis le début de sa maladie d'une violente douleur, de gêne respiratoire et de contraction des vaisseaux. Je procédai sur le champ à une saignée et je tirai vingt-deux onces de sang -30v- et il fut aussitôt soulagé de tout ce dont il se plaignait comme s'il n'avait jamais été malade. Mais lorsqu'il m'eut quitté et eut parcouru la distance d'une ou deux rues, il se retrouva dans son état initial. Je palpai le pouls, je l'examinai attentivement et je vis que les mêmes symptômes avaient reparu. J'incisai à l'endroit de la saignée (72v), il s'écoula dix-huit onces de sang, la fièvre cessa et l'homme ne se plaignait plus que d'une légère faiblesse qui ne l'empêcha pas de se redresser immédiatement et de rentrer chez lui, guéri. Après cela je demandai des nouvelles et il m'apprit que, excepté lui seul, tous les membres de cette communauté avaient succombé à la fièvre en une semaine environ. C'était là l'œuvre de Dieu dont le décret s'était accompli et seul cet homme, grâce au surprenant résultat de la saignée, avait survécu au sein de sa communauté. Il m'apparut alors que seul Dieu, qu'Il soit loué !, lui avait épargné le sort de ces hommes innombrables, prolongeant sa vie, à l'exclusion des autres membres de la communauté. C'est le décret de Dieu Très-Haut et Sa puissance qui réalisent ce qu'Il a décidé et établi  ; il n'est d'autre seigneur que Lui !

Deuxième partie  : Les traitements lorsque la maladie triomphe et s'installe

10Sache -31r- que dans cette phase leur efficacité est généralement faible, mais si quelques individus ont une chance de guérison, pour ceux qui sont légèrement atteints et que Dieu Très-Haut a décidé de sauver et de guérir, il nous incombe de consigner ici les apports de notre expérience, de manière concise en nous référant à ce que nous avons développé dans la partie précédente. Nous disons donc – Dieu, qu'Il soit exalté, nous assiste !– qu'au début de cette forme de la maladie et si le cœur n'a pas bénéficié du soulagement de la saignée qui, comme nous l'avons dit, aurait restauré ses forces et sa capacité naturelle à évacuer la partie altérée de son sang, due à la corruption de son tempérament, (73r) la force expulsive qui est en lui, avec le peu d'énergie qu'elle a gardée, chasse cette partie du sang corrompue vers les endroits les plus proches et les plus aptes à la collecter. Si le corps est resté robuste, sain et exempt d'humeurs corrompues, si la fraction du sang atteinte est modérément âcre et dénaturée, cette force expulsive la chasse vers les lieux du corps qui collectent naturellement les superfluités, c’est-à-dire derrière les oreilles, sous les aisselles et aux aines, -31v- selon leur fluidité, leur densité, leur épaisseur et les degrés intermédiaires. Si la superfluité est ténue et âcre elle se localise dans la partie supérieure du corps et le cerveau la repousse derrière les oreilles, le lieu le plus apte à la collecter. Si elle est épaisse et lourde elle descend vers la partie inférieure et le foie la chasse dans les aines qui sont le lieu le plus propre à collecter les rejets du foie. Si elle est intermédiaire entre l'épaisseur et la fluidité elle est rejetée sous les aisselles qui recueillent les superfluités du cœur. C'est dans ces régions que se forment des ganglions sous-cutanés, durs, sanguins, où s'amassent les superfluités  : ce sont les bubons pesteux dont la grosseur et le nombre varient, et selon leur quantité, ces superfluités gagnent les régions voisines où, selon leur aptitude à les collecter et celle des vaisseaux où elles circulent, apparaissent de nouveaux ganglions.

11Si la force expulsive dirige les superfluités vers un organe interne faible et vulnérable, dans le cas du poumon le malade ne tarde pas à cracher du sang (73v) brutalement, ou peu de temps plus tard, du fait de la causticité de l'humeur et de l'impuissance ou l'affaiblissement des vaisseaux, le poumon étant un organe mou, incapable de vaincre cette force et de résister à la pression de l'humeur dénaturée  ; tel est le cas le plus fréquent, mais il arrive aussi, rarement, -32r- que se produise une pneumonie. Dans le cas du foie, prédisposé et qui reçoit l'humeur, celle-ci cause une tumeur inflammatoire  ; si elle est repoussée vers le diaphragme, une pleurésie survient  ; dans les muscles intercostaux c'est une pleurésie sèche  ; à la gorge ce sont des étouffements  ; au cerveau survient une inflammation aiguë, ou sirsām, la phrénitis, une fièvre intense  ; parfois deux organes sont atteints du fait de l'abondance de l'humeur et de leur prédisposition à la retenir. Si les forces expulsives n'ont pas rencontré un organe interne faible, et si l'humeur est très caustique, elles la dirigent vers la surface du corps où se développent des ulcères noirs, repoussants, surtout sur le dos, au cou, et plus rarement, selon la prédisposition du lieu, aux extrémités, mais Dieu est le plus savant ! Parmi les diverses formes de peste, les trois plus fréquentes chez l'homme sont les formes bubonique et hémorragique et celle où se forment des ulcérations noirâtres.

12Si tu demandes -32v- pourquoi ces trois formes, et non les autres, sont les plus fréquentes (74r), je répondrai  :

13A - Pour les bubons pesteux, c'est en raison d'une complète réceptivité car ils se forment aux endroits du corps destinés par la nature à recevoir les superfluités venant des organes supérieurs  ; or la sagesse divine recommande la protection contre le danger en le repoussant vers ces zones "inférieures" plus promptes à recueillir les superfluités que les organes nobles, moins prédisposés à les collecter. Donc généralement le soin premier néglige les plis du corps au profit de ces organes vitaux  ; or ceux-ci expulsent leurs superfluités dans les vaisseaux qui arrivent aux plis où se trouvent des tissus glandulaires et mous prêts à retenir les résidus, et les interstices des tissus se dilatent, à la manière de ce qui se produit dans les cours devant les maisons, où l'on jette les balayures et les détritus dont la demeure se débarrasse, ne pouvant plus les supporter. Gloire à Dieu, bon et éclairé !

14B - Pour la forme hémorragique, la cause est la proximité du cœur et des poumons que leurs tissus lâches et la largeur de leurs alvéoles prédisposent à recevoir les superfluités. De plus, la nature est prompte à expulser ce résidu virulent du cœur qui ne peut le supporter vers les lieux les plus proches, par l'action de la force -33r- expulsive.

15C - Pour les ulcères noirs, le rôle de la force expulsive consiste à chasser les résidus vers l'extérieur du corps  ; les organes internes sont ainsi débarrassés par une force protectrice et leur absence de réceptivité de cette humeur (74v) très âcre et brûlante  ; celle-ci est dirigée vers la surface et sort à l'extérieur, n'étant pas localisée aux plis à cause de la rapidité et de la force de son expulsion. C'est ainsi que se forment ces ulcères, par un processus différent des autres formes de la maladie. Dieu est le plus savant !

16La malignité du tempérament cardiaque est due à une cause soit interne comme une mauvaise nourriture ou un sommeil agité, soit externe comme l'inhalation de vapeurs malsaines, ou l'exposition à des poisons et d'une manière générale tout ce qui détruit les défenses naturelles et rend la nature impuissante face à l'affaiblissement de la chaleur innée et de la force expulsive  : c'est le cas du malade qui meurt subitement sans qu'il s'agisse de l'une des formes de peste que nous avons décrites. Dieu est le plus savant !

17Si tu demandes  : Lorsque la maladie prend ces différentes formes, présente les symptômes connus et un traitement conforme à ce qui a été établi selon les règles de l'art, comment le traitement approprié peut-il échouer ? Je te répondrai que les formes humaines de la maladie, en l'absence d'une altération de l'air et de l'apparition d'une épidémie, le tempérament du cœur étant sain et la chaleur innée conservée, sont probablement le fait d'un accident qui affecte un lieu du corps et c'est du cœur que vient la guérison, c'est de lui que dépend l'efficacité des remèdes employés et la réussite du traitement. Mais si l'air est corrompu, le tempérament du cœur dénaturé, sa chaleur innée éteinte (75r) -33v- et sa force diminuée, il est incapable de chasser ce qui lui parvient de l'organe malade et impuissant non seulement à se rétablir lui-même, mais à guérir de surcroît les autres organes et à assurer l'efficacité des remèdes, le traitement s'avère inutile et infructueux et la maladie, dès son début, évolue rapidement vers la mort du malade qu'il peut même hâter.

18Cependant, lorsque pour quelques malades le traitement a été efficace, par la grâce de Dieu Très-Haut, nous avons enregistré ce dont la science et l'expérience ont attesté l'utilité, dans la mesure où Dieu Tout-Puissant a voulu la guérison. Pour chacune des trois formes de la maladie chez l'homme qui sont les plus fréquentes au cours de cette épidémie, strictement spécifiques de l'humain, à l'exclusion des autres formes, notre projet consiste en un résumé du sujet, -34r- car les savants dans l'art médical ont mentionné de manière exhaustive des remèdes pour d'autres affections. Dieu est le plus savant !

  • 5 Voir Première question, II, Les particularités de l'épidémie d'al-Andalus, ms E, 51v.

19A- Pour la première forme, celle des bubons pesteux, on la diagnostique par le toucher ou par l'apparition d'une douleur aiguë ou de lourdeur à l'endroit atteint, mais la douleur peut être absente, car les symptômes de toutes les formes de la maladie à leur début sont semblables ou très proches. Le plus souvent on note des frissons, des douleurs osseuses et de la lourdeur des membres, une contraction des vaisseaux, une légère chaleur sur le corps, mais parfois ces signes sont inversés  ; nous avons noté l'ensemble de ces manifestations (75v) dans la seconde partie de la première question5. Les urines sont crues ou presque limpides le jour même, puis dès le second ou le troisième jour elles apparaissent pourprées, puis de couleurs variées. Ceci est le cas général, mais il peut être inversé, selon les tempéraments. Quant au pouls, au début de la maladie il est agité, emballé, puis à la fin il devient désordonné. L'agitation est intense en général, mais l'état du malade -34v- est très variable, il ne peut être apaisé, et l'on ne doit pas se fier à cette apparence de santé, car les symptômes d'infection peuvent ressembler à ceux de la santé. Dieu est le plus savant !

  • 6 Pour la préparation des robbs (sirops réduits) voir Deux traités médicaux, ouv. cité, p. 24 et 60.
  • 7 Les propriétés diététiques des aliments selon la classification d'Hippocrate et de Galien ont fait (...)
  • 8 Voir ci-dessus Cinquième question, 5, La vacuité et l'engorgement (67r et v). Pour ces préparations (...)
  • 9 Voir Pharmacopée, 454, pour les propriétés et usages de la rose.

20Le traitement : il faut avant tout examiner les manifestations sanguines chez le malade, le battement des vaisseaux, le pouls rapide et faiblement perceptible, la rougeur du visage, les sensations de suffocation par moments, l'absence de diarrhée, de vomissements de bile, de convulsions, de confusion mentale. Le pic de la maladie ne survient pas avant deux jours, et il est bon d'alléger le sang d'une faible quantité selon l'âge et les forces du malade  : on incisera le vaisseau correspondant à l'endroit douloureux, du côté opposé si l'on opère sous les aisselles et du même côté pour l'arrière des oreilles et les aines, en évitant une défaillance, et après avoir fortifié le cœur et calmé le sang en lui donnant du sirop de pomme additionné de sirop d'oxymel, de robb6 de verjus, de lime, de cœur (76r) de cédrat, de l'eau de rose musquée, -35r- en le faisant boire plusieurs fois. La saignée sera arrêtée et suivie de repos et de fraîcheur car cela soulage le malade de son angoisse jusqu'à sa mort et atténue aussi la souffrance causée par la puanteur de l'haleine et les gaz putrides. S'il n'y a pas de menace d'accidents sanguins, si la maladie se prolonge au-delà de deux jours et si des signes d'infection se manifestent, il faut se garder de saigner car on affaiblirait le malade et on précipiterait sa mort. Si le ventre est resserré, on soulagera le malade avec un remède émollient et calmant  : faire bouillir dans une demi-livre d'eau quatre onces de prunes et deux onces de jujubes jusqu'à réduction au tiers, passer, ajouter une once et demie de tamarin et une once de sucre et boire à jeun, l'estomac vide. S'il éprouve une irritation de la gorge et une gêne dans la poitrine, donne-lui ce remède  : deux onces de jujubes, fleurs de violettes et graines de concombre une once de chacune, une poignée d'adiante capillaire, faire cuire comme ci-dessus, dissoudre dans du jus de caneficier épluché et une once de sucre et boire comme nous l'avons indiqué. On évitera -35v- les remèdes trop actifs afin de ne pas exposer l'organisme à l'âcreté de l'humeur, ce qui causerait une violente diarrhée et le remède ne ferait alors qu'affaiblir le malade et précipiter son décès, s'il n'a pas succombé avant  ; on proscrira aussi les remèdes au goût repoussant car ils contrarient la nature et perturbent (76v) les humeurs. S'il est possible de traiter par les aliments, c'est la méthode la plus efficace 7. Si le malade souffre de la soif, faire macérer dans son eau de boisson le remède suivant serré dans un linge  : une once de graines de cresson, une demi-once de julep, quatre dirhams de plantain psyllium, filtrer et ajouter un peu d'eau de rose  ; s'il a la bouche et les lèvres sèches il les humectera, sucera et avalera le liquide à volonté. S'il a des vomissements fais-lui boire des gorgées d'eau chaude pour nettoyer son estomac  ; si les vomissures sont amères, pénibles et surtout verdâtres ajoute dans l'eau chaude du sirop d'oxymel qu'il prendra en quantité convenable pour les faciliter. Si tu constates que son estomac est vide ou qu'il vomit difficilement -36r- donne-lui du robb aux deux grenades avec de la menthe ou additionné de jus de menthe et renforcé avec de la cannelle et du abāšīr tamisés (moelle de bambou ou ivoire pulvérisé)  ; le sirop préparé avec des fleurs et des pousses de vigne est excellent. On peut masser extérieurement l'estomac avec du robb de coing, et le saupoudrer de feuilles de rose pulvérisées et de gomme-mastic, ou l'enduire d'huile de rose additionnée de gomme-mastic. Si la diarrhée est violente on donnera ce remède  : robb de coing et sirop de rose, une once de chacun, et à défaut du premier, du sirop de coing ou du sirop ou du robb de myrte, du psyllium et de l'argile d'Arménie 8, deux dirhams de chacun  ; griller celle-ci avec les graines, piler l'argile seule et amalgamer les deux (77r) avec un peu d'huile de rose odorante, puis mélanger le tout et l'utiliser sans le chauffer. Il n'y a pas d'inconvénient à prendre de la confiture de coing préparée avec le mucilage nettoyé et cuit avec du vinaigre ou d'autres préparations de cette sorte. Masser le ventre, le nombril et les hypocondres avec de l'huile de rose ou de -36v- myrte ou les deux ensemble, ou renforcées en y dissolvant de la gomme-mastic en poudre et de l'encens  ; on peut enduire le ventre de sirop de coing ou de robb de myrte et répandre dessus du sumac, des feuilles de roses, des lentilles décortiquées et pilées avec de la gomme-mastic (de lentisque) en poudre, ou toutes choses analogues, puis l'envelopper dans une couverture. Nous privilégions ces remèdes qui atténuent les symptômes car il est dangereux dans cette maladie de couper brutalement la diarrhée avec ce qui pourrait aggraver le mal et la douleur à cause de l'âcreté des superfluités, il est préférable de traiter la diarrhée avec les médicaments qui peuvent en estomper les effets, atténuer la violence de la douleur jusqu'à sa disparition progressive. Si le malade a une syncope et une défaillance cardiaque, on le ranimera avec du sirop de pomme dilué dans de l'eau de rose musquée ou du suc de grenade aigre, ou bien on lui fera boire du jus de pomme douce avec un peu de vinaigre de lime musqué ou d'eau de rose  ; on aspergera d'eau de rose le visage et les membres, sans frotter, ainsi que la poitrine et l'épigastre après les avoir saupoudrés de santal moulu, et ceci jusqu'au retour de ses forces, de la parole et du mouvement et de la détente de -37r- ses membres. On pourra lui donner du bouillon de bourgeons de menthe avec du vinaigre de lime, ainsi que les remèdes et les aliments convenables pour restaurer ses forces. S'il survient des crampes et du froid dans les membres masser doucement le corps avec des mains sèches, non huilées, (77v) passer les paumes des mains sur les membres sans interruption jusqu'à ce que le corps entier se réchauffe  ; faire des fumigations de bois d'agalloche et de gomme-mastic et provoquer des éternuements à l'aide d'une plume trempée dans du vinaigre  ; brosser longuement et énergiquement les cheveux vers l'arrière jusqu'à ce qu'ils se dressent. Si le malade a une céphalée ou de la confusion cérébrale, applique-lui des ventouses aux tempes pour faire affluer le sang, le stimuler et éviter l'infection  ; bassine les deux côtés de la tête avec trois parties d'huile de rose délayée dans une partie de vinaigre fin ou de vinaigre de lime, humecte bien les cheveux et applique sur le front un emplâtre d'huile de rose 9 ou de violette, ou un mélange des deux avec de l'eau de rose et du vinaigre fin, le tout bien battu et pétri avec de la bouse de vache séchée ou à défaut de la guimauve, pour obtenir une pâte semblable -37v- au henné, étale-la sur une bande de tissu enroulée autour du front et des tempes, humecte plusieurs fois avec de l'huile de rose délayée pour éviter la sécheresse et remplace le cataplasme s'il se dessèche  ; continue à lui faire respirer le mélange d'eau de rose et de vinaigre, frotte la barbe et les joues, lave les pieds à l'eau vinaigrée tiède, et d'une manière générale traite chaque incident de façon spécifique en contrecarrant sa cause. L'essentiel est la survie du cœur et le maintien de sa force, avec l'aide de Dieu Très-Haut.

  • 10 Voir les propriétés et usages de l'iris dans La pharmacopée marocaine, 274. Mais l'auteur ne signal (...)

21Quant aux bubons, tu dois en premier lieu t'assurer de l'état du malade, de sa résistance et des manifestations de la maladie  : si son corps est sain, sa force suffisante, ses symptômes légers, s'il ressent aux plis du corps des piqûres, ou des douleurs, ou une légère pesanteur (78r) ou s'il apparaît un petit gonflement des vaisseaux, effectue des massages successifs à l'eau de rose additionnée d'une quantité suffisante de vinaigre pour que son goût soit perceptible  ; tu peux aussi tremper un linge dans le mélange et le maintenir à cet endroit en l'humectant à mesure qu'il sèche  ; il faudra continuer jusqu'à être assuré que le corps est net, que les forces reviennent et que les symptômes s'atténuent. Quelle que soit la situation -38r- ce traitement réussit à résoudre l'humeur qui commence à se collecter, il apparaît comme très efficace pour délivrer de la maladie sans aucun autre moyen  ; il en existe de nombreux témoignages, surtout de la part de ceux qui ont pris soin de leur santé, de la qualité de l'alimentation et de l'élimination des superfluités. Si tu négliges de surveiller l'état du malade, comme je l'ai recommandé, et que tu lui administres des remèdes très forts pour attirer l'humeur, tu lui feras du mal car cela bouleverse et hâte sa coction  ; en négligeant la nature tu créerais une nouvelle maladie. Durant le traitement veille à l'état du malade, à sa vigueur, vérifie que son corps est net, ses symptômes légers, qu'il ressent des picotements ou une légère douleur ou pesanteur aux plis du corps, et si tu vois que la souffrance augmente et gagne le cœur, que ces sensations s'amplifient et que des nodules apparaissent sur les vaisseaux, abandonne les soins car l'humeur est trop âcre et ne peut être résolue qu'en mettant le malade en danger de mort. Tu feras de même si tu constates que son corps n'est pas débarrassé des bubons, qu'il ne retrouve pas ses forces et que les effets de la maladie sont alarmants. Tu emploieras en premier lieu -38v- les remèdes attractifs (78v) avec douceur et précaution de sorte que l'action soit intermédiaire entre l'évacuation et la résolution et qu'aucune inflammation ni tuméfaction n'atteigne le cœur, redouble l'angoisse et conduise à la mort. Voici la recette d'un remède adéquat  : fenugrec et guimauve une once de chacun, psyllium et fleurs de camomille une demi–once, semences de basilic potager quatre dirhams, pile le tout et humecte avec de l'eau pure ou de l'eau d'orge ou de l'eau de coriandre verte s'il y a de l'âcreté, et sinon avec de l'eau où ont bouilli des rhizomes d'iris bleus 10, jusqu'à l'obtention d'une pâte que tu étaleras sur un linge appliqué sur les nodules là où ils sont sensibles  ; renouvelle l'emplâtre à mesure qu'il sèche et place autour des tampons imbibés d'eau de rose coupée de vinaigre pour éviter la tuméfaction  ; si elle disparaît tu emploieras ce remède  : eau de rose quatre onces, vinaigre fin une once, vinaigre de lime ou de cédrat une demi–once, santal rouge et blanc pilés et pilules de glaucium deux dirhams de chacun  ; pulvérise les santals et le glaucium et serre le tout dans un tissu que tu plongeras dans les liquides pour en extraire la substance, puis applique-le comme nous l'avons indiqué. Tu peux renforcer le remède, si c'est nécessaire, en ajoutant un peu de mucilage de psyllium et du pourpier. (79r) Si le mal persiste au-delà du quatrième jour qui est le terme normal de la maladie, soit par la guérison, soit par la mort, si la douleur des bubons ne cesse pas, si des battements apparaissent annonçant la collection de l'humeur qui commence à se corrompre et à se transformer en pus, sache que la matière se rassemble et libère le cœur, et cela ne se produit pas avant le septième jour, selon le tempérament et la nature des matières  ; tu remplaceras alors l'emplâtre par un autre plus résolutif et plus émollient dont voici la recette  : graines et suc de lin et de fenugrec et rhizomes d'iris une once de chacun, graisse de rognons et graisse de poule une demi–once de chacune, huile de lis une once, cire rouge quatre dirhams  ; diluer la cire dans l'huile, piler finement et hydrater les rhizomes et les graines dans de l'eau, sans cuisson, ou si on le désire faire bouillir l'ensemble, le mettre dans le mortier et bien amalgamer jusqu'à la consistance d'une pommade, puis en confectionner un cataplasme et l'appliquer  ; on peut aussi sans inconvénient cuire et écraser les rhizomes et faire une pommade avec de la graisse de rognons ou des figues charnues écrasées et mélangées à de l'huile de lis et un peu de sel moulu, ou une pâte de farine d'orge avec du miel et de l'huile, ou des jaunes d'œufs délayés dans l'huile de cuisson des rhizomes, ou du beurre, ou tout autre préparation de ce genre. Si tu vois des signes de mûrissement et un aspect purulent dès le début des sept jours ne tarde pas à (79v) inciser car il n'y a plus de danger et lorsque le pus s'écoule la guérison arrive, par la grâce -39r- de Dieu Très-Haut.

22Pour écarter une récidive de la maladie, si tu observes de l'inflammation applique un remède calmant et rafraîchissant  : écrase des lamelles d'œufs dans de l'huile de rose, imbibes en une mèche de fibres de lin macérée dans du sirop d'oxymel, épaissi ou non, avec un pressis de plantain et pose les emplâtres cicatrisants, la guérison suivra. Si après le délai normal la matière s'enkyste sans signe de maturation, comme cela se produit fréquemment chez les personnes maigres, tu peux la faire écouler, car la cicatrisation est d'autant plus tardive que la matière est abondante, et cela est très préjudiciable car le malade régresse et rechute. Dans ce cas on videra les bubons par la médication et non au moyen d'une incision ou d'une action manuelle, comme on le fait si la matière a mûri, selon ce qui a été exposé plus haut. De nombreux bubons se résorbent sans être vidés, suivant la quantité de la matière, l'humidité ou la sécheresse de l'organisme, la mobilisation ou la défaillance de son énergie, et il n'y a pas lieu d'inciser avant l'apparition de la maturation ou la fin de la période de sept jours  ; prends donc bien garde de ne pas inciser avant la maturation et la transformation en pus de la matière descendue du cœur -39v- par les vaisseaux la conduisant aux bubons, sinon, avec le sang corrompu, (80r) tu extrairais le sang du cœur et le souffle contenu dans ces vaisseaux et le malade mourrait sur l'heure.

  • 11 L'anecdote est intéressante car elle montre une tentative de compréhension de la circulation sangui (...)

23Un scarificateur m'a raconté qu'un ignorant dans cet art lui ordonna d'ouvrir un abcès sous l'aisselle dès son apparition, avant la maturation  ; il le vida et recueillit du sang frais, le patient s'évanouit, le cœur se vida et il mourut. J'ai appris qu'un autre chez qui un abcès douloureux s'était formé à la racine de la cuisse n'hésita pas à l'ouvrir avec son couteau, il en sortit du sang et il mourut aussitôt. L'année précédente à Almería un marchand chrétien de Majorque digne de foi me raconta que chez lui des médecins ouvraient des bubons de cette sorte en tout endroit du corps des personnes décédées et mettaient ainsi au jour les vaisseaux qui amenaient le sang du cœur 11. Cette histoire est attestée et authentique. Dieu est le plus savant !

24 Le régime alimentaire :

25-40r- Dans cette forme de la maladie comme dans les autres l'alimentation doit être celle qui est adaptée au malade, jusqu'à ce que la médication ait triomphé de son mal et l'ait aidé à recouvrer la santé à laquelle il aspire et à se passer des remèdes. Il est en mesure de supporter la nourriture qui présente alors peu de danger en l'absence de médicaments.

26Cette maladie causant de nombreux désordres (80v) au cœur, l'appétence peut être déréglée et susciter chez le malade l'envie de ce qui pourrait raviver le mal du cœur. Tu pourras alors l'observer réclamant avidement un aliment, mais il sera vite rassasié et n'en prendra qu'une infime quantité. Cela vient d'une cause ou de deux associées  : la répulsion pour la nourriture malgré l'état normal de l'orifice de l'estomac (le cardia), cela est fréquent pendant la convalescence et dû au relâchement des contractions  ; la seconde cause est un afflux de bile noire au cardia, ce qui excite l'appétit, mais la satiété survient rapidement du fait de la faiblesse du cardia et de cette "fausse" faim  ; cela est peu fréquent, cependant il convient de veiller à l'alimentation du patient afin qu'il ne perde pas ses forces. À celui qui craint de vomir on présentera des aliments dont l'odeur est appétissante et qui soutiennent le cœur, -40v- et tout particulièrement dès le début de la maladie un bouillon de pain émietté (aswu) cuit doucement et amélioré par des bourgeons de menthe (na‘na‘) ou bien cuit avec des vrilles de vigne et légèrement épicé avec des aromates parfumés. À celui qui souffre d'une irritation de la gorge et de la poitrine on donnera une bouillie d'orge préparée soigneusement et pour qui a divers troubles un bouillon de riz léger  ; en cas d'échauffement et d'inflammation de la mie de pain de froment levé rincée plusieurs fois, puis pressée et sucrée. Si le malade est affaibli, que son appétit augmente et que ce régime devienne insuffisant, on pourra l'autoriser à prendre des ragoûts (muzawwarāt) de courges, bettes, laitues, épinards, lentilles débarrassées de leur peau (81r)  ; on peut aussi cuire tous les légumes à l'eau, ou bien lui préparer des compotes de fruits  : grenades aigres et saines, seules ou mélangées à des grenades sucrées, des poires, des pommes, de la canne à sucre, etc. Lorsqu'il est rétabli il pourra reprendre progressivement et avec précaution ses habitudes alimentaires. Dieu nous assiste, il n'est d'autre maître que Lui !

  • 12 Répétition du passage précédent depuis  : provient des lésions (81r l.14), jusqu'à  : la cicatrisat (...)
  • 13 Addition de B.

27B - La deuxième forme est hémorragique -41r- et ne peut se traiter, je n'ai vu personne en guérir à l'exception d'un jeune homme, ce qui n'a jamais cessé de me surprendre. Il a craché du sang dès le début de sa maladie, le deuxième jour, et voyant des traces sur lui j'ordonnai une saignée  ; on tira vingt-quatre onces de la veine al-muštarik (une veine de la main)  ; sa respiration devint alors plus aisée, le saignement cessa et son état s'améliora  ; mais pendant la nuit il ressentit de nouveau des malaises et le saignement reprit, avec l'aspect d'un jus de viande  ; le lendemain j'ordonnai donc une nouvelle saignée sur la veine indiquée ci-dessus mais à l'autre main et on lui tira seize onces de sang  ; son état s'améliora de nouveau et les crachats ne cessèrent de s'éclaircir pour devenir finalement incolores  ; le patient fut alors délivré de sa maladie, mais il était très affaibli  ; il commença à reprendre des forces peu à peu et après trois semaines il était complètement rétabli. Ce cas est extraordinaire, je n'en ai jamais observé de semblable  ; cette forme de la maladie ne laisse généralement aucun espoir de guérison et cela confirme ce que nous avons établi  : l'hémorragie provient des lésions des vaisseaux pulmonaires attaqués par l'âcreté et l'acidité du sang qui leur arrive en abondance, ils sont impuissants à le retenir et il n'y a alors aucune chance de guérison, car dans le cas des poumons sont réunis trois facteurs dont chacun contrarie (81v) la cicatrisation 12 -41v-  : la textute lâche du tissu, la ténuité du sang et son mouvement incessant  ; les poumons ne reçoivent plus ni aliment, ni remède... [deux mots illisibles], l'état du cœur et son tempérament vicié par la maladie se généralisent. Cette humeur nocive est propulsée naturellement vers les poumons à l'exclusion des autres organes, car les lieux disposés à recevoir les superfluités sont ceux qui ont la propriété de se dilater et de se contracter, et parmi eux le poumon est le plus prédisposé, comparable en cela à l’homme épuisé par une lourde charge qui ne se soucie pas de l’endroit où il en décharge ses épaules et n’y voit que le soulagement du repos. Mais les crachats pouvant venir des poumons ou d'un autre organe interne [des intestins ou de la tête vers la gorge 13], on ne peut localiser la lésion au sein de l'ensemble, la science n'apporte aucune certitude  ; le diagnostic s'applique à l'ensemble, et peut concerner une forme de la maladie qui, elle, peut être traitée, se fondant sur le cas de certains malades crachant du sang qui guérissent, mais on en ignore l'origine. Il m'apparaît donc que pour tous ceux qui souffrent de crachements de sang sans autre signe certain, -42r- sans douleur ni fièvre, aucun d'eux ne survit jusqu'au lendemain, et en particulier celui qui a été en contact avec un malade décédé est exposé au plus grand danger  ; ceux dont je t'ai exposé le cas appartiennent à cette catégorie. Le plus souvent (82r) les crachats sont noirs car le sang des poumons est mort, du fait de l'extinction de la chaleur innée  ; il finit par se corrompre complètement, bien que le malade ne souffre pas, la substance pulmonaire étant très peu sensible  ; cependant le malade ressent parfois une douleur au côté ou sous un sein, accidentelle et due à la compression du diaphragme et à la poussée de cette matière sur les muscles intercostaux. Dieu est le plus savant, gloire à Lui !

28C- La troisième forme est celle des ulcères noirs : ils ont d'abord l'apparence de tuméfactions noirâtres qui virent au rouge comme sous l'action de l'ardeur du corps, et cela s'accompagne d'inflammation et de chaleur. Puis ces boursouflures crèvent sous l'action d'une matière corrompue et laissent place à des boutons noirs d'où sort un liquide et souvent cernés d'une zone inflammatoire. Ceci est le cas le plus fréquent, mais les boutons apparaissent parfois d'abord isolés et ressemblent à des grains de maïs noirs -42v- ou virent au rouge et sortent en saillie  ; puis ils s'ulcèrent lorsque la matière qu'ils renferment devient irritante, et si les ganglions des aines et des aisselles atteignent une chaleur excessive, l'inflammation des zones alentour est extrême et cause des picotements, les fait mûrir et se vider, et le malade est généralement hors de danger car les chairs voisines ont été collectées, se sont desséchées, surtout chez les organismes au tempérament sec  ; on peut alors les extraire en incisant car elles affleurent comme des ganglions desséchés, non adhérents, d'où s'écoule une humeur aqueuse. La guérison est alors complète, particulièrement pour les ulcères des plis du corps. Dieu est le plus savant !

29 Le traitement :

  • 14 Pour les pommades résolutives voir Deux traités médicaux, ouvr. cité, p. 38-40 et 73-75  ; celle-ci (...)

30(82v) À cause de la nocivité de l'humeur des ulcères il faudra inciser rapidement dès leur apparition, appliquer une mèche apaisante en laine brute trempée dans de l'huile de camomille et masser la région environnante avec ce cérat (al-qīrūī) afin d'éviter l'inflammation  : huile de violette une partie, cire blanche un quart de partie, chauffer le tout et lorsqu'il est fondu le verser dans un mélange de vinaigre et d'eau ou d'eau de rose, chauffer sur le feu et renouveler deux ou trois fois cette opération avant l'emploi en massant -43r- au préalable avec un mélange d'eau de rose et de vinaigre. Si la zone environnante est enflammée pétrir de la bouse de vache séchée ou de la guimauve moulue avec de l'eau de rose et du vinaigre et appliquer cette pommade en la renouvelant plusieurs fois afin qu'elle ne sèche pas. Lorsque l'ulcère se ferme et que la tuméfaction disparaît, préparer un emplâtre avec la pommade al-rabābilūn 14 et masser autour avec le cérat indiqué ci-dessus. Si de la matière reste à l'intérieur et semble mûrir il faut serrer l'ulcère à l'aide d'une pince et couper, il guérira alors rapidement  ; tu peux opérer sans crainte surtout dans les zones charnues où les vaisseaux sont peu nombreux, mais cela ne doit pas se faire avant une semaine au moins. Si ce traitement ne suffit pas applique cet emplâtre  : rhizome d'iris deux onces, fenugrec une once, graisse de rognon et de poule une demi-once de chacune, broyer le tout après avoir fait cuire les rhizomes, ajouter l'eau de cuisson et appliquer l'emplâtre. Lorsque les humeurs seront collectées, que la matière se sera écoulée et que la guérison sera complète, nettoie si nécessaire avec le stylet et élimine la pommade accumulée dessus, afin de parfaire la guérison, grâce à la bienveillance de Dieu !

31Si tu t'aperçois (83r) que le patient -43v- commence à tousser donne-lui ce sirop  : jujubes vingt grains, graines de concombres long et rond une once de chacun, graines de pavot une demi-once, chicorée et capillaire une poignée de chacune, cuire le tout dans trois livres d'eau de pluie jusqu'à réduction à une livre, filtrer, écraser une once de poires triées, chauffées et pelées, les laisser ainsi un jour et une nuit afin qu'elles s'écrasent partiellement, filtrer sur un linge fin, recueillir le jus, ajouter une demi-livre de sucre et un quart de miel préalablement rincés, cuire le tout à feu doux jusqu'à le réduire en sirop prêt à l'emploi  ; on massera la poitrine et les deux côtés du thorax avec le cérat à la violette additionné d'eau ou d'huile d'amandes douces. Dieu est le plus savant !

  • 15 Voir Tufat al-ahbāb, ouvr. cité, n° 400  ; La pharmacopée marocaine, 615  ; Deux traités médicaux, (...)

32Si l'ulcère est situé au cou et semble malin, si la tuméfaction s'étend à cette région au point d'empêcher la déglutition, il faut inciser les deux vaisseaux sublingaux et faire couler le sang -44r- autant qu'il est nécessaire  ; cela suffit souvent, sinon on appliquera les ventouses sur les deux vaisseaux du cou sous les oreilles, et on tirera le plus possible de sang  ; le malade sera soulagé ; s'il ne l'est pas complètement qu'il se gargarise avec ce remède ou un autre analogue  : chicorée deux poignées, fibres de racine de fenouil une demi-once, cuire le tout dans deux livres d'eau jusqu'à réduction à la moitié, filtrer, dissoudre une once de pulpe de casse en paillettes, deux onces de sirop au au vinaigre et au miel (oxymel) 15 et un dirham de sel alimentaire. Pour l'alimentation on se reportera à ce que j'ai indiqué plus haut (5e question, C-69) et à la remarque ci-dessous (83v) car mon propos est la brièveté et la concision du sujet. Dieu nous assiste, gloire à Lui !

33D- Les autres formes de la maladie: elles atteignent rarement l'homme mais ceux qui les contractent ne guérissent qu'exceptionnellement et je n'ai jamais vu en aucun lieu un traitement efficace. Mais en supposant que quelques individus soient atteints et que ces pestes laissent à l'art médical le temps de trouver leurs traitements, le bénéfice serait considérable car on connaîtrait leurs causes, leurs manifestations et les remèdes, qui seraient différents de ceux qui sont ici notre propos. Dieu est le plus savant !

34 Avertissement :

35Il n'y a point de dissension au sein de la communauté des croyants au sujet de la légitimité des soins lorsque survient la maladie  ; le Livre, -44v- la sunna et le consensus le démontrent. Dans le Livre, ton Seigneur – qu'Il soit glorifié ! – t'a révélé que dans Sa parole réside la guérison des hommes  ; et également dans Sa parole – qu'Il soit glorifié ! – « Nous avons fait descendre par le Coran la guérison et la miséricorde pour les fidèles ».

  • 16 Ces traitements ont fait l'objet de nombreux recueils de Médecine du Prophète, médecine populaire b (...)

36Pour la sunna, selon le Ṣaḥīḥ de Buḫārī, d'après Abū Hurayra, d'après le Prophète, Dieu n'a envoyé aucun mal sans son remède  ; dans le Ṣaḥīḥ de Muslim, d'après Ǧābir, d'après l'Envoyé de Dieu, à tout mal existe un remède et si tu reçois le remède le mal guérira avec la permission de Dieu Tout-Puissant. Une tradition donne la variante « a été envoyé » pour « si tu reçois ». Les Ṣaḥīḥayn, d'après Ibn ‘Abbās, s'accordent au sujet du Prophète qui demandait des ventouses, on les lui procura, il les appliqua et huma de la poudre à éternuer. Selon le Ṣaḥīḥ de Buḫārī, d'après Ibn ‘Abbās, il se saignait et se préservait ainsi de la migraine  ; Muslim, d'après Ǧābir, dit que le Prophète envoya à Ubay b. Ka‘b un médecin qui incisa un vaisseau et le cautérisa. Nombreux sont les ḥadīṯ-s à ce sujet et ils sont récurrents dans ses directives sur la médication ou dans ses propres soins sur lui-même auxquels il consacrait ses efforts 16.

37(84r) Quant au consensus, plus d'un parmi nos savants s'y référa au sujet des pratiques des compagnons du Prophète et des premiers fidèles – que Dieu les agrée -45r- ! – qui usaient des médications. On rapporte au sujet d'Abū Bakr al-Ṣiddīq – que Dieu l'agrée ! – qu'au cours de la maladie dont il mourut on lui demanda  : « Faut-il appeler un médecin pour toi ? – Le médecin m'a rendu malade, répondit-il. » Une tradition rapporte qu'à cette demande il répondit  : « Je le ferai moi-même quand je le désirerai. » Il faut voir là deux sens  : d'une part il était certain de mourir et jugeait le médecin inutile, car son rôle est de préserver la santé ou de guérir la maladie  ; d'autre part il choisissait la résignation estimant qu'il était parmi les soixante-dix mille qui entreraient au Paradis sans jugement, ceux qui ne volaient point, n'étaient pas superstitieux, n'abusaient pas de la nourriture et de la boisson et mettaient leur confiance en leur Seigneur. Cela apparaît dans un des commentaires du Ṣaḥīḥ.

38Ceci étant établi, nous disons – Dieu nous assiste ! – que la règle de la sunna est l'affirmation qu'en vérité il n'y a d'autre agent que Dieu Tout-Puissant, les remèdes n'agissent pas par eux-mêmes, ce sont des indices et des signes dont l'usage a été établi par Dieu Très-Haut qui a créé, par Sa faveur et Sa bonté, des préceptes relatifs aux effets de nos actes – qu'Il soit loué ! – « Tu trouveras la satiété dans l'aliment, tu étancheras ta soif par la boisson, tu te brûleras au contact du feu. » Cette causalité est enseignée par la coutume et non par le raisonnement. Si le Tout-Puissant ne l'avait voulue ainsi elle aurait pu être inversée, -45v- comme on le voit chez certains malades qui ne sont ni rassasiés par les aliments, ni désaltérés par la boisson, et prennent des remèdes qui restent sans effet et ne les guérissent point. Donc si le Très-Grand avait voulu établir les effets inverses, le feu aurait refroidi, contrairement à ce que nous savons de sa nature, à l'instar du feu de Ḫalīl – sur lui le salut. Dieu fait ce qu'Il veut ! (84v) Ce qui est ordonné l'est par Lui, Gloire à Lui ! 

39Ceci étant le sens authentique, celui qui prend un remède doit avant et après la prise s'appuyer sur Dieu Très-Haut en espérant Sa grâce, car le remède n'a pas d'action par lui-même, l'effet appartient à Dieu. Gloire à Lui, le Créateur du remède et de son effet, lorsqu'Il l'a voulu ! Le motif supérieur du malade doit être la prise du remède selon la tradition du Prophète de Dieu et ses conseils, avec une attitude pieuse autant dans sa propre action que dans son abandon en Dieu. Lorsque cela est bien clair pour le patient et qu'il agit selon ce motif, sa médication est salutaire au regard de la foi comme à celui d'ici-bas et favorable du début à la fin. Dieu est le Maître qui assiste ! Gloire à Lui !

40 Complément :

41Lorsque le fléau, par son horreur absolue et son extrême danger, n'a point d'égal là où il sévit et s'accroît, et dont la cause est du domaine du connu, les changements des nuits et des jours, on ne peut que s'en remettre -46r- à Dieu Tout-Puissant et le supplier de repousser cette catastrophe, car seul l'Immense peut vaincre l'immensité, nul ne peut triompher d'un tel danger et donner l'espoir si ce n'est le Seigneur suprême. Il est véritablement Celui qui n'a point d'égal dans le péril et à qui l'on s'adresse car nul autre n'a Son pouvoir.

42Hippocrate a dit que l'épidémie est une manifestation du courroux de Dieu Tout-Puissant, et sans aucun doute elle ne peut être écartée qu'en implorant Son agrément, car Il est le seul recours contre Sa propre colère. Notre grand maître (le Prophète) prononçait cette oraison  : « Ô mon Dieu, je cherche en Ta satisfaction un recours contre Ta colère, en Ta miséricorde la clémence de Ta sanction, et en Toi un refuge contre Toi-même ! »

43Je rappelai (85r) avec insistance le sens de cette supplique à la grande mosquée d'Almería – que Dieu conserve longtemps sa mémoire ! – au temps de l'épidémie, le jour où je m'adressai à l'élite comme au peuple, sollicitant pour moi-même et pour eux un remède qui apporte la guérison  ; mais après une réflexion approfondie je vis que ce discours ne pouvait suffire à l'apaisement des cœurs et à la guérison, seul pouvait être efficace l'abandon à la volonté de Dieu Très-Haut et à Sa miséricorde par la conjugaison de trois conduites  : le repentir devant Dieu, gloire à Lui !, par la pénitence pour les fautes passées, la résistance à la tentation des infractions et la ferme résolution de ne pas répéter le passé -46v- en respectant la loi de Dieu, gloire à Lui !, par l'humilité devant Lui et la crainte d'abuser de Sa bonté pour lui désobéir, et par la sollicitation de Son indulgence, et tout cela après avoir rejeté les injustices et les péchés. La seconde conduite sera la demande continuelle du pardon, les prières et les récitations durant la nuit et du matin au soir. La troisième consistera à tendre les deux mains pour faire l'aumône et réconforter les plus faibles en faisant le bien.

  • 17 Le Coran, Houd, XI, 3. La traduction est celle de Denise Masson, Le Coran, Gallimard, 1967, p. 264.
  • 18 Le Coran, Noé, LXXI, 10, 11, 12, ouvr. cité, p. 719.
  • 19 Le Coran, Les Fourmis, XXVII, 62, p. 470.
  • 20 Le Coran, Le butin, VIII, 33, p. 217.
  • 21 Le Coran, al-A‘raf, VII, 23, p. 181. La suite de la sourate  : « Si tu ne nous pardonnes pas et si (...)

44La source des deux premières conduites est la parole de Dieu Tout-Puissant  : « Demandez pardon à votre Seigneur, puis revenez vers Lui  : Il vous accordera, en ce monde, une belle jouissance jusqu'à un terme irrévocablement fixé 17. » Également Sa parole  : « Implorez le pardon de votre Seigneur, Il est Celui qui ne cesse de pardonner, Il vous enverra, du Ciel, une pluie abondante, Il accroîtra vos richesses et le nombre de vos enfants 18. » La seconde conduite est dictée par Sa parole – Gloire à Lui ! « N'est-ce pas Lui qui exauce le malheureux qui l'invoque ? Lui qui dissipe le mal ? Lui qui fait de vous Ses lieutenants sur la terre 19 ? » Et par Sa parole « Mais Dieu ne veut pas les châtier alors que tu es au milieu d'eux. Dieu ne les châtie pas quand ils demandent pardon 20. » Dieu – Gloire à Lui ! – nous éclaire par ces versets sur la belle récompense du repentir et de la demande du pardon, l'accroissement des richesses (85v) et de la descendance, l'éradication du mal et des désobéissances sur cette terre, la remise du châtiment et les autres manifestations de Sa bonté et de Sa générosité. -47r- On insistera tout particulièrement sur la récitation continuelle des invocations coraniques et des oraisons révélées telles que « Dieu nous suffit » et celle de la régénération, et sur la répétition de la parole du Très-Haut « Notre Seigneur ! Nous nous sommes lésés nous-mêmes, etc. 21 » – on dit que ce sont les paroles qu'Adam reçut de son Seigneur –, et celle d'autres prières. On récitera aussi les paroles de l'Envoyé de Dieu qui nous sont parvenues, comme la prière du soulagement après le tourment et ce qu'il a prononcé dans l'affliction, ainsi de suite.

  • 22 Le Coran, La famille de ‘Imran, III, 92, p. 73.

45Pour la troisième pratique, celle de l'aumône, sa source est dans Sa parole – gloire à Lui ! « Vous n'atteindrez pas à la piété vraie tant que vous ne donnerez pas en aumône ce que vous aimez 22. » Elle s'exprime aussi dans celles du Prophète « L'aumône secrète éteint la colère du Seigneur », « L'aumône ferme les soixante-dix portes du mal », « Soignez votre mal -47v- par l'aumône », « L'aumône repousse la mort indigne », « Le don de la compassion allonge la vie ». « Ce qui, venant d'un musulman habille un musulman place ce dernier sous la garde de Dieu Très-Haut aussi longtemps qu'il porte ce vêtement », et d'autres paroles analogues.

46Dieu – gloire à Lui ! – nous éclaire sur ce que le cœur de l'effort renferme de dons généreux. Le Prophète nous avertit que le remède qui garantit la guérison est dans l'extinction de la colère de Dieu Tout-Puissant  ; il ferme les portes du mal, sollicite la guérison de la maladie, éloigne la mort indigne, et ce supplément de vie qui nous est attribué est prédéterminé dans la sagesse de Dieu Très-Haut  : selon l'un des commentaires sur ce sujet, il est proportionné au don de compassion ainsi qu'à la protection et à la sécurité que Dieu Très-Haut nous a accordées. Ces trois conduites m'apparaissent comme les voies par lesquelles le fidèle suppliera Dieu de détourner (86r) ce mal et les calamités analogues. Grâce à Dieu le Très-Haut les élites et le peuple de notre ville n'ont été que légèrement atteints car ils manifestèrent des remords et des vertus de droiture  ; Dieu – gloire à Lui ! – leur fit tendre les mains vers le bien  : ils ont nourri les miséreux, se sont dévoués pour eux, leur ont prodigué les bienfaits, ils ont vêtu les dénudés et pourvu les orphelins, distribué les richesses, sollicité de la bonté de Dieu – gloire à Lui ! – ce que demande le serviteur à son Maître, le seul en qui coexistent la rigueur et l'espoir, et après cela l'action appartient à Dieu. Il est bien établi que la parole suivante vient du Prophète. Celui qui prie n'adressera sa requête que s'il observe l'une des trois conduites précédentes, tant pour sa rétribution que pour ce qu'il reçoit ou pour ce qui lui est réservé. Ton Seigneur crée ce qu'Il veut et ce qu'Il préfère et je t'ai enseigné que cela n'est connu en aucune manière que ce soit, cela dépend de la bonté de Dieu – gloire à Lui ! – Pour ce qui est advenu à Almería, par exemple, [nous Le prions] de nous donner l'espoir – qu'Il soit loué ! – de repousser le mal, de nous éviter le pire et de nous conserver Ses grâces et Ses faveurs. Il n'est d'autre maître que Lui !

Notes

1 Les causes de l'épidémie (54r-55v et 58v-59v) où l'auteur explique les mécanismes de la régulation de la chaleur innée par la respiration et les conséquences de l'élévation de la température atmosphérique.

2 Pour ces remèdes voir Sahlān b. Kaysān, Rašīd al-Dīn b. Abū Ḥulayqa, Deux traités médicaux, édités et traduits par P. Sbath et Ch. Aviérinos, Imprimerie de l'IFAO, Le Caire, 1953, t. 10, p. 19-20 et 56-57.

3 Pour les veines sur lesquelles on pratique la saignée voir Valérie Savin-Lanot, La saignée d’hier à aujourd’hui, thèse Limoges n° 183, 1994, p. 82-84. On peut se référer aussi à Masīḥ b. Ḥakam al-Dimašqī, al- Risāla al-hārūniyya, édité et traduit par Suzanne Gigandet, IFEAD, Damas, 2002, p. 188-192.

4 Pour cette localité voisine d’Almería voir Suzanne Gigandet  : « Abū Ǧa‘far Aḥmad Ibn Ḫatima et la Grande Peste de 749/1348 dans sa ville Almería », Arabica, art. cité, p. 143-152.

5 Voir Première question, II, Les particularités de l'épidémie d'al-Andalus, ms E, 51v.

6 Pour la préparation des robbs (sirops réduits) voir Deux traités médicaux, ouv. cité, p. 24 et 60.

7 Les propriétés diététiques des aliments selon la classification d'Hippocrate et de Galien ont fait l'objet de nombreux Kitāb al-aġiya dont plusieurs auteurs sont à peu près contemporains d'Ibn Ḫātima  ; voir notamment Kitāb al-aġiya, édit., trad. et notes S. Gigandet, Institut français de Damas, 1996  ; Abū Marwān ‘Abd al-Malik b. Zuhr (Avenzoar), Kitāb al-aġiya, édit. et trad. E. García-Sánchez, CSIC Madrid, 1992.

8 Voir ci-dessus Cinquième question, 5, La vacuité et l'engorgement (67r et v). Pour ces préparations médicinales et leurs usages voir J. Bellakhdar, La pharmacopée marocaine traditionnelle, Ibis Press, Paris, 1997.

9 Voir Pharmacopée, 454, pour les propriétés et usages de la rose.

10 Voir les propriétés et usages de l'iris dans La pharmacopée marocaine, 274. Mais l'auteur ne signale pas de propriété attractive exploitée pour les abcès, furoncles, etc.

11 L'anecdote est intéressante car elle montre une tentative de compréhension de la circulation sanguine par une autopsie.

12 Répétition du passage précédent depuis  : provient des lésions (81r l.14), jusqu'à  : la cicatrisation (81v l. 2).

13 Addition de B.

14 Pour les pommades résolutives voir Deux traités médicaux, ouvr. cité, p. 38-40 et 73-75  ; celle-ci n'y figure pas.

15 Voir Tufat al-ahbāb, ouvr. cité, n° 400  ; La pharmacopée marocaine, 615  ; Deux traités médicaux, p. 20 et 56.

16 Ces traitements ont fait l'objet de nombreux recueils de Médecine du Prophète, médecine populaire bien différente des théories "scientifiques" héritées de l'Antiquité grecque, par exemple  : Ibn al-Ḥabīb, Mutaar fī l-ibb  ; Ǧalal al-Dīn al-Suyutī 949/1445 - 911/1505, a recueilli les adī-s dans le Ǧāmi‘ al-masamīd  ; voir Manfred Ullmann, La médecine islamique, PUF, 1995, p. 8-9.

17 Le Coran, Houd, XI, 3. La traduction est celle de Denise Masson, Le Coran, Gallimard, 1967, p. 264.

18 Le Coran, Noé, LXXI, 10, 11, 12, ouvr. cité, p. 719.

19 Le Coran, Les Fourmis, XXVII, 62, p. 470.

20 Le Coran, Le butin, VIII, 33, p. 217.

21 Le Coran, al-A‘raf, VII, 23, p. 181. La suite de la sourate  : « Si tu ne nous pardonnes pas et si tu ne nous fais pas miséricorde, nous serons au nombre des perdants. »

22 Le Coran, La famille de ‘Imran, III, 92, p. 73.

© Presses de l’Ifpo, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

i6doc.com
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search