Version classiqueVersion mobile

La grande peste en Espagne musulmane au XIVe siècle

 | 
Aḥmad bin ‘Alī bin Muḥammad Ibn Ḫātima[Abū Ǧa‘far Ibn Ḫātima al-Anṣārī]

Cinquième question : comment peut-on se prémunir et se protéger ?

Texte intégral

1Sache que lorsque ce fléau fait son apparition du fait de la modification de la nature originelle de l’air et de sa tendance vers un autre état, et à cause de la pénétration de sa nuisance jusqu’au cœur, celui-ci, lors -20v- de la respiration, ne peut régénérer l’air vicié ; l’homme ne reçoit plus ce qui représente sa vie ; son équilibre n’est alors plus possible, ni du fait de la nature de cet air, ni du fait de sa propre respiration défectueuse, il n’a d’autre recours que de s’en protéger et de l’éviter par des mesures visant à le compenser ou à le remplacer. Mais de même que nous avons déjà établi les règles à observer puisque l’air est l’agent, selon l’acception courante dans le champ de l’action et de la passion, il ne suffit pas d’affirmer que son action est absolument déterminante, mais aussi de bien mettre l’accent sur la prédisposition totale du patient et sur le fait que l’homme, évoluant au milieu de choses dont certaines nuisent à son existence et d’autres lui permettent de s’épanouir, court le risque de les employer sans méthode ni discernement, ce qui peut le prédisposer à être vulnérable vis-à-vis de l’infection et même le conduire à refuser d’utiliser ces possibilités de manière judicieuse, selon les principes essentiels de la science que Dieu – qu’Il soit glorifié !– nous a prescrits et éclairés à la lumière de la sagesse. Dans la mesure de sa possibilité l’homme se protégera, mais ensuite son sort appartiendra à Dieu le Très-Haut, car Son action précède et suit ces précautions. Il est le maître du succès et le maître de l’échec ! Il n’est d’autre seigneur que Lui !

  • 1 Ces choses "non naturelles" ou "nécessaires", c'est-à-dire n'appartenant pas à la nature de l'homme (...)

2Il nous incombe de préciser ce que sera la protection de l’homme dans tous les domaines de sa vie face à cette irruption de la maladie quelle que soit sa forme (65v) afin qu’il soit prêt à combattre -21r- autant que possible sa prédisposition, grâce aux enseignements de l’expérience et à l’étude des manifestations périodiques de l’épidémie à Almería. Dieu le Très-Haut puisse le préserver ! Il est clair que ces observations ne lui indiqueront pas une règle de vie exemplaire. Nous disons donc – Dieu nous assiste ! – que les mesures préventives s’appliquent aux six domaines de la vie et des activités humaines, ce sont les « six choses non naturelles » que distingue la médecine : l’air de l’atmosphère environnant l’homme et son milieu, le mouvement et le repos, la nourriture et la boisson, le sommeil et la veille, l’évacuation et l’engorgement, le psychisme 1.

3Le premier point concerne l’air et son assainissement : il faut occuper les chambres exposées au nord, les joncher de plantes aromatiques comme le myrte ou le saule et les arroser avec de l’eau de rose mélangée à du vinaigre ; on en usera pour se parfumer, ainsi que de senteurs froides avec lesquelles on se massera le visage et les extrémités, que l’on humera très souvent : le cédrat, le limon, les fleurs froides comme la rose, la violette ; on fera des fumigations de santal avec un peu de bois d’aloès vert après les aspersions d’eau de rose ; on évitera ce qui engendre de la chaleur, comme la sciure de cèdre ou les vapeurs chaudes qui déclenchent des maux de tête et échauffent les humeurs, contrairement au but recherché ; -21v- on limitera l’exposition au soleil et au vent chaud, ainsi que la station près du feu et tout ce qui élève la température du corps. Le bien-fondé de tout cela est évident pour les maîtres de l’art médical.

4Le second point traite du mouvement et du repos : il importe de favoriser le repos lorsque cela est possible, et lorsque le mouvement est nécessaire il doit être modéré, afin de ne pas élever la température et de ne causer ni précipitation (66r) ni fatigue ; d’une manière générale, il est évident que la chaleur innée ne doit pas augmenter au point d’accélérer le rythme respiratoire et d’augmenter ainsi l’inhalation de l’air dénaturé.

  • 2 Le darmak, le madhūn et le amar sont trois farines, de la plus blanche à la plus bise, obtenues pa (...)
  • 3 Les modes de préparation des céréales, légumes, viandes, pâtisseries sont des recettes traditionnel (...)

5Le troisième point traite des aliments et des boissons. Quant aux aliments, les meilleurs pains pour l’homme sont issus du blé sous toutes les formes de farines, ou bien de l’orge, à condition de soigner la fermentation. Pour ce qui est de passer de la consommation du darmak à celle du madhūn ou de celui-ci au amar 2, qui est le pain de son, il n’y a aucun mal à cela, car on facilite ainsi la force digestive et la fluidité du chyle, contrairement à la démarche inverse ; pour celui qui consomme du pain de sorgho il est plus sain de passer à l’orge ; certains médecins, allant ainsi à l’encontre de la coutume, préfèrent le pain d’orge à tout autre, même mélangé à une autre céréale ; c’est la meilleure des choses et la plus saine pour qui a été élevé au pain de froment. Il n’y a aucun inconvénient à consommer de la soupe au pain émietté, - 22r- du arīd d’orge bien préparé et bien cuit, de la talbīna 3 au levain, du bouillon léger au riz. S’il est nécessaire de consommer des viandes, les plus saines sont celles des volailles jeunes, et parmi celles-ci les perdreaux sont les meilleurs ; les agneaux, chevreaux et veaux de lait apprêtés en tafāya, arrosés de vinaigre de limon ou de verjus, [sont excellents] lorsqu’ils sont accompagnés de correctifs : courge, laitue, verdure ou navets, préalablement ébouillantés à l’eau chaude, et enfin assaisonnés de vinaigre. Les œufs de poule à la coque ou en isfiriya avec du vinaigre et sans ail ne sont pas nocifs. On peut consommer des lentilles, de la courge et tous les légumes mentionnés en muzawwarat, ou bien aussi la courge, les navets et les carottes bouillis et assaisonnés au vinaigre et à l’huile.

6Les fruits les plus sains sont la poire, la grenade, surtout l’aigre acidulée, la prune, et cela lorsque l’estomac est libre, (66v) le raisin blanc, particulièrement celui qui n’est pas encore très sucré. On s’abstiendra du pain de sorgho et de tout ce qui en dérive. On évitera les aliments lourds, arīd, ‘aīda, gimblettes, beignets, muǧabbanat, rafīs, et tout ce dont la préparation est analogue. On évitera aussi les viandes d’animaux âgés, de toutes espèces, et si l’on délaisse toute viande ce sera encore mieux. On se gardera des viandes d’animaux victimes d’épizootie. -22v- Les aubergines, les choux, l’ail et tout ce qui n’a pas été indiqué parmi les fruits frais ou secs, doivent être suspectés. On doit se méfier de la surcharge de l’estomac, surtout au moment du coucher, et de l’ingestion d’aliments sur les précédents qui n’ont pas séjourné suffisamment dans l’estomac et que celui-ci n’a pas évacué. Comme on doit se garder de la surcharge, c'est-à-dire de la réplétion, on se gardera de supporter la faim et de retarder le repas au-delà du moment où l’on en ressent le besoin ; les désordres découlant de cela sont évidents pour qui exerce l’art de la médecine. Dieu est le plus savant !

7Pour les boissons, la meilleure eau est caractérisée par la douceur de son goût, sa pureté, l’absence de ce qui pourrait la troubler, sa faible densité, par la direction de son cours depuis la source et par la proximité de celle-ci, car la salubrité de l’eau en dépend. On peut consommer l’eau d’orge, préparée soigneusement. Il n’y a pas d’inconvénient à prendre un peu de sirop d’oxymel, de pomme aigre, coupé d’eau chaque matin à jeun, ainsi que de sirop des deux grenades (aigre et douce), de coings, de verjus, des robbs, du sirop de limon ou de cédrat acide, et tout ce qui diminue l’ardeur excessive du sang, l’apaise, éteint le feu de la bile s’il en est besoin.

8Galien préparait la « Grande thériaque » car elle était très efficace contre la propagation des infections dues à l’épidémie, au même titre que l’absorption d’argile d’Arménie. L’un des Anciens -23r- conseillaie de prendre d'une à deux parties d’aloès odorant, une de safran et une de myrrhe, de piler le tout et d’employer ce remède en pilules pesant chacune un dirham environ, à raison d’une chaque jour, avec une once de sirop (67r) aux plantes aromatiques, il disait qu’il est d’une grande efficacité contre l’épidémie et qu’il n’avait vu mourir de la peste aucun de ceux qui avaient pris ce remède. L’auteur dit : « J’ai expérimenté ce remède et je l’apprécie, toutefois on peut substituer au sirop aromatisé un sirop euphorisant composé de jus de pomme et de coing et de suc de basilic, puis on dissout le remède dans un peu d’eau de rose. Outre le vin illicite, le nabī licite doit être prohibé car il échauffe le sang et accroît excessivement sa quantité. Tous les laits seront évités à cause de leur transformation rapide en l’humeur dominante, et de même tout ce qu’ils servent à préparer. Il faut se garder des eaux fétides, de celles qui se trouvent dans les lits de rivières stagnantes, des eaux salines ou dont l’odeur est altérée, des eaux contaminées dans toutes les acceptions de ce terme. Dieu est le plus savant !

9Le quatrième point concerne le sommeil et la veille. Le meilleur sommeil, conformément à l’habitude, est le sommeil nocturne ; on ne doit pas trop le prolonger, ce qui corrompt les humeurs et perturbe l’âme, ni le raccourcir, ce qui échauffe les humeurs et refroidit les esprits. Selon l’individu et la saison, il n’est pas mauvais de dormir durant la journée pendant les jours d’été. Dans cette période, on dormira mieux dans les endroits exposés au nord, frais, où murmurent les vents, tandis qu’en hiver [on préférera] les lieux bien abrités. Gloire à Dieu, Il est le plus savant !

10- 23v- Le cinquième point concerne l’évacuation et l’engorgement. Ce sujet comporte cinq parties.

    • 4 Pour la pharmacopée, voir J. Bellakhdar, La pharmacopée marocaine traditionnelle, Ibis Press, Paris (...)

    La première est la purgation du tempérament naturel : il importe de bien connaître les précautions à observer sur cette question afin que le tempérament soit traité avec douceur et de manière durable, car l’engorgement se caractérise par la surabondance des vapeurs putrides à l’intérieur du corps, et les ventosités, les humeurs, la perte de l’appétit et la perversion du goût engendrent de nombreuses autres infections ; si l’organisme est incapable [de les évacuer], on le relâchera avec, par exemple, une décoction de prunes, de jujubes, de fleurs de violettes, de tamarin, de parcelles de pulpe de casse, de manne, si l’on en a, et uniquement si cette décoction paraît trop forte, une macération d’écorce de myrobalan jaune ou du séné ou du (67v) polypode 4. On mangera des poussins au miel épaissi avec des grains de borax ou du sel alimentaire, du séné pilé, du fiel de bœuf ou du bdellium et du sagapenum, et seulement s’il est nécessaire, un laxatif léger, et non une drogue forte ou au goût répugnant, car cela ébranle la nature, trouble l’âme et agit à l’inverse du but recherché. Il convient aussi de faciliter l’excrétion de l’urine par des décoctions de chicorée, de racine de fenouil et de céleri, du bois de réglisse et un peu d’absinthe avec du sirop d’oxymel ou quelque chose d’analogue.

  1. -24r- Les dépuratifs de l’estomac : on prendra du sirop d’oxymel avec de l’eau chaude ou des roses confites au miel, ǧulanǧubīn, en buvant ensuite de l’eau chaude où a bouilli un fragment de bois d’agalloche frais et des grains de gomme-mastic dans la mesure où cela convient au tempérament du patient. On évitera le vomissement, sauf s’il survient naturellement sans sollicitation ni effort ; cependant même dans ce cas il n’a pas d’inconvénient pour ceux qui y sont accoutumés. Mais redoute-le et crains de le provoquer par la contrainte et la force, cela en raison du comportement des Andalous qui refusent de s’y soumettre ; cependant si on les y oblige, le dommage qu’il cause peut être moindre que le bénéfice qu’il procure.

  2. L’allègement du sang par la phlébotomie ou les ventouses : sans aucun doute ni hésitation, c’est la clé de la sauvegarde de la santé devant l’irruption de la maladie en un lieu donné à cause du changement de l’air, c'est-à-dire de son évolution vers une chaleur et une humidité printanières, comme nous l’avons expliqué précédemment. Cela entraîne une augmentation du volume sanguin qui ne suit plus la succession naturelle des saisons, et si au printemps le sang est en effervescence et devient beaucoup plus volatil que de coutume, qu’en sera-il lorsque cette situation anormalement chaude se poursuit durant plusieurs saisons -24v- de sorte que leurs caractéristiques outrepassent leurs limites naturelles ? (68r) C’est pour cela qu’il faut avoir soin d’effectuer la saignée par la phlébotomie ou les ventouses, selon l’habitude de chacun, ne fût-ce qu’au milieu du mois, à la période de la pleine lune, à la deuxième ou à la troisième heure du jour ; si [le patient] est dans la force de l’âge on procédera sans hésitation, à deux reprises, mais s’il est affaibli par une maladie et n’est pas encore guéri on opérera par trois fois sans le saigner beaucoup. Dans la pratique de la saignée tu ne dois pas avoir d’hésitation, même s’il est nécessaire de montrer quelque sollicitude, car les diverses formes de la maladie se ramènent à une seule et toutes ses manifestations à une maladie unique. Je me suis intéressé aux effets de la saignée sur les gens, à leur attitude courageuse et aux bienfaits qu’ils en ont obtenus, et [j’ai constaté] des résultats merveilleux et des situations surprenantes, j’ai vu conserver leur santé durant le cours de l’épidémie jusqu’à aujourd’hui ceux qui avaient subi des saignées à raison de sept à huit livres de sang environ ; quant à la majorité des gens, on leur tirera cinq livres ou un peu plus. L’évolution de la maladie s’explique par le fait que l’épidémie a débuté à Almería à la fin du printemps et n’a été reconnue qu’en été ; on n’a osé saigner personne à l’apparition des symptômes sanguins, attendant jusqu’à la période actuelle -25r-, et ainsi [l’épidémie] a atteint son plein développement. Je considérai alors comme préférable de pratiquer la saignée sur certains chez qui elle s’imposait, et je leur tirai autant de sang que le permettait leur attitude récalcitrante, avec prudence et circonspection ; je constatai alors chez eux une amélioration et un bienfait qui fortifiaient leur courage, me décidaient à persévérer et augmentaient ma confiance en la guérison. Les choses continuèrent ainsi durant le reste de l’été, tout l’automne et une partie de l’hiver jusqu’à la date actuelle. Lorsque les gens apprirent cela, ils désirèrent m’imiter et se mirent à se saigner eux-mêmes, sans consulter un médecin (68v) ni attendre son autorisation, et cela plusieurs fois par mois, sans précaution ni hésitation ; ils évitèrent ainsi une infection catastrophique, tant du côtéde l’affaiblissement que de celui de l’atteinte de la maladie, car Dieu – qu’Il soit glorifié !– leur a accordé Sa protection hautement efficace et une amélioration considérable ; Il a sauvé qui Il a choisi, loué soit-Il !

  3. Le coït : le plus salutaire est celui dont on éprouve le besoin et que l’on pratique habituellement. Ce que demande la nature, c’est son adaptation à l’âge et à la puissance ; l’âme sera alors satisfaite, l’érection viendra sans excitation, ni contrainte, ni perturbation du tempérament, la fin de l’érection ne produira ni fatigue -25v- ni peine, le contentement et la détente de l’âme suivront sans l’engourdissement et la torpeur des membres qui auraient pu résulter de l’épuisement des forces consécutif à l’évacuation des esprits, surtout s’il y a eu une sollicitation par un effort insistant du corps. Gloire à Dieu, Il est le plus savant !

  4. Le bain, ses bienfaits et ses dangers : le bain le plus profitable est celui dont on éprouve la nécessité ; on se rendra dans un local en sous-sol où l’air est tempéré, l’eau douce et tiède afin d’être agréable lorsque le corps en est aspergé. Le bain durera jusqu’à ce que le garçon de bain ait achevé la toilette corporelle sans que le baigneur ait à effectuer lui-même le moindre soin concernant son corps ; lorsque les opérations nécessaires sont terminées, il revêtira des habits de lin souples parfumés à l’eau de rose additionnée d’un peu de vinaigre et il repartira par étapes et tranquillement. Mais pour qui est soucieux de se protéger de la maladie et de se tenir à l’écart du malheur, il est impératif de ne pas se rendre au ammām. J’ai vu des gens gravement contaminés de ce fait et bien peu d’entre eux ont été épargnés. Dieu est le plus savant, et je conseille de n’y entrer qu’en observant les règles mentionnées.

  5. Le sixième point traite du psychisme : le meilleur comportement consiste à rechercher les états de joie, de gaité, de paix de l’âme, -26r- de calme du cœur, et à garder l’espoir ; parmi ce qui est licite et prévu par la loi religieuse, la conversation de ceux qui savent captiver l’esprit et l’entraîner par leurs récits. Mais il n’est meilleure fréquentation que celle du Livre de Dieu Tout-Puissant ; le Très-Haut a indiqué et envoyé par le Coran ce qu’est la guérison et la miséricorde pour les croyants. Si l’on ne s’en tient pas à cela on lira les œuvres historiques et spécialement les chroniques des savants, la poésie courtoise ou d’autres genres, mais on se méfiera de ce qui, à l’inverse, attriste l’âme et engendre le souci et on l’évitera sous toutes les formes possibles, car c’est une des causes majeures de cette maladie : les plus atteints sont les esprits supérieurs, les moins exposés sont les gens stupides et les oisifs ; il faut donc éviter ce qui affecte l’âme, les frayeurs, les craintes, la colère, l’irritation, et en général ce qui émeut la personnalité intime de manière excessive et désagréable. Dieu est le plus savant ! Pour qui tient à se protéger de l’épidémie, il convient de veiller à cela et d’éviter les excès, car le feu ardent brûle par ses étincelles ; il faut placer sa confiance en Dieu – qu’Il soit glorifié ! – car Il est la meilleure sauvegarde, le plus miséricordieux.

11Avertissement : Le serviteur de Dieu Très-Haut -26v- ne doit pas aller au-delà des injonctions divines garantes de la bonne marche de ce monde, tant dans le domaine de la science que dans celui des œuvres, il dira : Je place ma confiance en Lui ; de même, il n’a rien à ajouter aux directives de Dieu, qu’Il soit glorifié !, concernant la science et les œuvres garantes de l’au-delà ; il doit s’en remettre à Celui dont l’omniscience anticipe dans les deux mondes, car Son but est le (69v) règne de l’ordre dans le domaine matériel comme dans celui de la foi, et bien que les requêtes soient diverses, il y aura un châtiment et une rétribution adaptés aux similitudes et aux dissemblances entre ces deux domaines. Il prendra conscience de cette notion et de ses implications, et spécialement dans le domaine de la foi, du dévoiement de la religion et de la chute dans l’innovation. Le serviteur fidèle ne doit pas transgresser, fût-ce d’un clin d’œil, cet engagement et cette confiance, et l’abandon en Dieu, qu’Il soit exalté !, après avoir épuisé l’effort de précaution et de protection, n’impliquera pas la négligence de cet effort, bien que la prudence soit impuissante contre le destin. Ceci est la dévotion véritable : celui dont le cœur se fonde sur cette certitude et dont la poitrine est sereine a saisi la solide corde de la foi. Dieu, qu’Il soit exalté !, est le maître qui assiste et guide dans la voie droite. Il n’est d’autre Seigneur que Lui !

Notes

1 Ces choses "non naturelles" ou "nécessaires", c'est-à-dire n'appartenant pas à la nature de l'homme, sont une catégorie traditionnelle de la médecine médiévale, héritée de celle de l'Antiquité. Elles ont été notamment étudiées par Avicenne, Le Poème de la médecine d'Avicenne, ouvr. cité, vers 131-212 ; par Ibn al-Ḫaṭīb, contemporain d'Ibn Ḫātima, dans son traité d'hygiène, Kitāb al-wuūl li if˙ al-iḥḥa fī al-fuūl, éd. et trad. espagnole, María Vazquez de Beníto, ediciones Universidad de Salamanca, I984, p. 94-173 ; al-Rāzī, Libro de la introducción al arte de la medicina o Isagoge, éd. et trad. espagnole M. Vazquez de Benito, edi. Univer. Salamanca, 1979.

2 Le darmak, le madhūn et le amar sont trois farines, de la plus blanche à la plus bise, obtenues par des moutures différentes, donc contenant plus ou moins de son. L'auteur expose ici la valeur diététique des aliments et non leurs qualités gustatives et le plaisir gastronomique. Les aliments classés par catégories et envisagés selon le point de vue médical ont fait l'objet d'innombrables études depuis l'Antiquité : l'une des plus anciennes est sans doute le Catalogue des aliments d'Hippocrate, Régime Livre 2 c, éd. R. Joly, 1984. Parmi les traités arabes on peut citer à titre d'exemples : Ibn Masawayh, « Kitāb ḫawaṣṣ al-aġḏiya », éd. trad. A. Díaz-García, M.E.A.H., XXVII, 1978-79 ; al-Rāzī, « al-Sirr fī ṣinā‘at al-ṭibb », édit. et trad. espagnole, Rosa Kuhne-Brabant, al-Qantara III et V, 1982-1984 ; Abū Marwān b. Zuhr, Kitāb al-aġiya, éd. et trad. espagnole E. García- Sánchez, C S I C, Madrid, 1992 ; plus tardivement, al-Arbūlī, « al-Kalām ‘ala-al-aġḏiya », éd. trad. Amador Díaz-García, Cuadernos de estudios medievales VII et VIII, Grenade, 1979-80 ; et au XIIIe s. Ibn Ḫalṣūn, Kitāb-al-aġiya wa-ifz˙ al-iḥḥa édité, traduit et annoté par Suzanne Gigandet, Institut français de Damas, 1996.

3 Les modes de préparation des céréales, légumes, viandes, pâtisseries sont des recettes traditionnelles avec des variantes dont on trouvera les détails dans les livres de cuisine orientale : Ibn Razīn al-Tuǧībī, Fudalat al-iwān fī ayyibāt al-a‘ām wa-l-alwān, XIIIe s., édité par M. Benchekroun, Beyrouth, 1984, trad. française M. Mezzine et L. Benkirane, Imprimerie royale, Fès, 1997 ; Kitāb al-abī fī al-Maġrib wa-l-Andalus, XIIIe s. auteur inconnu, édité par A. Huici-Miranda, Madrid, 1961 ; Muḥammad b. al-Ḥasan al-Kātib al-Baġdadī Kitāb al-abī, édité par Dawd Ǧabalī Mossoul, 1933. Voir également Lucie Bolens, La cuisine andalouse, un art de vivre, XIe-XIIIe s., Paris, 1990 ; deux ouvrages récents, parmi de nombreux autres, peuvent donner un aperçu intéressant et attrayant sur les cuisines orientales et andalou-maghrébines : D. Waines, La cuisine des califes, Paris, Sindbad, 1998 et Farouk Mardam-Bey, La cuisine de Ziryab, Sindbad, 1998.

4 Pour la pharmacopée, voir J. Bellakhdar, La pharmacopée marocaine traditionnelle, Ibis Press, Paris, 1997. Des ouvrages plus anciens fournissent une nomenclature complète des plantes et des substances animales et minérales utilisées dans la médecine arabe médiévale : H.P.J. Renaud et G. Colin, Tufat al-abāb, texte arabe, traduction et notes, Publications de l'Institut des hautes études marocaines, t. 24, Paris Geuthner, 1934 ; M. Meyerhof, Un glossaire de matière médicale composé par Maïmonide, texte arabe, traduction et notes, Publications de l'Institut français d'archéologie orientale, Le Caire, 1941.

© Presses de l’Ifpo, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

i6doc.com
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search