Version classiqueVersion mobile

La grande peste en Espagne musulmane au XIVe siècle

 | 
Aḥmad bin ‘Alī bin Muḥammad Ibn Ḫātima[Abū Ǧa‘far Ibn Ḫātima al-Anṣārī]

Quatrième question : que sait-on quant à sa propagation ?

Texte intégral

  • 1 L'auteur veut dire que cette croyance était celle d'une maladie causée par l'influence du malade su (...)

1Il est une évidence que l’on ne peut ni dissimuler, ni voiler  : les ravages de ce mal se propagent et franchissent les frontières, la tradition en témoigne et l’expérience confirme que l’individu sain ne vivra pas durablement auprès d’un malade, environné par la maladie, sans être frappé à son tour et atteint du même mal  ; c’est une règle presque absolue qui procède de Dieu Très-Haut, car en réalité l’action de la maladie qui s’exerce sur le premier et le second individu est la manifestation de Sa grandeur, Lui, le Créateur de toute chose. C’est donc le rejet de la croyance de ceux qui sont dans l’erreur quant à la génération (de la maladie), croyance qui était celle des Arabes aux temps de la Ǧāhiliyya 1, et elle confirme la réalité dont nous sommes témoins. Cette notion sera précisée dans la quatrième question que nous allons (64r) traiter. Nous disons donc – que Dieu nous assiste  !– que la racine du mal est l’altération de l’air et son changement en une seconde nature qui remplace la normale, et il n’est pas d’altération et de corruption plus graves que celles causées par les miasmes qui émanent -19r- des malades atteints par cette épidémie, et plus particulièrement ceux qu’exhale leur respiration lorsque leur corps et leur souffles sont complètement putréfiés à l’approche de la mort. Nul ne peut respirer ces émanations nocives, putrides, toxiques, sans qu’elles agissent sur lui et facilitent sa contamination, selon son degré de prédisposition et de vulnérabilité.

  • 2 Voir à ce sujet l'article sur l'action préventive de l'huile d'olive lors de la peste de Tanger, 18 (...)

2Il arrive cependant qu’un organisme fortement prédisposé [par l’altération de l’air] ne soit affecté qu’à retardement, car sa nature peut être plus ou moins réceptive ou réfractaire, son alimentation plus ou moins favorable ou contraire à la probabilité de contamination2. Parfois aussi, mais rarement, un corps indemne de toute prédisposition est absolument immunisé, malgré la durée du voisinage et même de la cohabitation  ; c’est une donnée expérimentale que la réflexion et l’observation permettent d’expliquer  : les miasmes émanés du souffle respiratoire des malades arrivent au contact du cœur et des poumons de celui qui les aspire avec l’air ambiant, ils se fixent sur ces organes selon la correspondance entre eux et ceux des malades et y exercent une action sélective en fonction de la nature de ces organes, -19v- et de l’absence de prédisposition. Mais comment est-ce possible, puisque la prédisposition causée par le changement de l’air existe chez tout homme qui le respire ? C’est parce qu’elle présente des différences d’intensité, elle est complète ou partielle, comme nous l’avons établi.

3De même que le mal arrive par la respiration, il peut venir des miasmes qui s’élèvent du corps des malades, et même sans cela il peut exister une influence diffuse. Les malades transportent leur maladie (64v) avec leurs habits et leur literie, et surtout si ceux-ci sont utilisés au contact du corps ou si on les respire. Ce sont là des faits confirmés par le savoir et l’expérience.

4J’ai observé que parmi les marchands du souk des fripiers à Almería qui vendent les vêtements et la literie des morts nombre d’entre eux meurent, seul survit un très petit nombre, et cela jusqu’à maintenant, alors que ceux qui vivent dans les quartiers des autres souks subissent le sort commun aux habitants de la ville.

5J’ai été informé de la situation des contrées dont les habitants veillaient à ce que nul ne pénètre chez eux s’il venait d’une région où sévissait la peste afin de s’en protéger  : ils ont pu ainsi rester saufs durant un certain temps mais le mal finit par les abattre. La plupart des occupants des forteresses entourant Almería se souviennent d’une époque où le fléau est arrivé chez eux avec une personne, homme ou femme, venant d’une région infectée et mort parmi eux. Beaucoup d’anecdotes -20r- circulent au sujet de leurs précautions, on les rapporte périodiquement et il n’y a aucune raison de les contester. Ce que l’observation et la réflexion enseignent tout au long de la pratique expérimentale est extraordinaire  : celui qui fréquente un malade frappé par cette épidémie est lui-même victime de la maladie identique et présente les mêmes symptômes. Si le premier a des hémorragies, il saigne lui aussi, s’il s’agit d’une angine, il en souffre également, si les ganglions inguinaux se tuméfient il en est de même pour lui, si des ulcérations apparaissent sur le corps, il en est atteint aussi  : celui qui vit auprès du malade devient son semblable, au point que ceux qui cohabitent dans une maison sont tous frappés d’une maladie unique et de manifestations identiques, si le premier malade meurt les autres partagent son sort, et s’il guérit eux aussi sont saufs. (65r) Ce processus est celui de l’épidémie dans la population de notre pays dans la majorité des cas, il peut y avoir des exceptions, mais ce que nous décrivons est presque toujours la règle, c’est un décret du Tout-Puissant, Omniscient, qu’Il soit glorifié  !

Notes

1 L'auteur veut dire que cette croyance était celle d'une maladie causée par l'influence du malade sur l'individu indemne, c'est-à-dire par l'action d'un être sur un autre.

2 Voir à ce sujet l'article sur l'action préventive de l'huile d'olive lors de la peste de Tanger, 1818-1819, Les écrits de Graberg de Hemsö, La Porte, Rabat (article communiqué par J.-F. Clément).

© Presses de l’Ifpo, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

i6doc.com
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search