Version classiqueVersion mobile

La grande peste en Espagne musulmane au XIVe siècle

 | 
Aḥmad bin ‘Alī bin Muḥammad Ibn Ḫātima[Abū Ǧa‘far Ibn Ḫātima al-Anṣārī]

Troisième question : pourquoi certains sont-ils atteints et non les autres parmi leurs proches ?

Texte intégral

1Cette question se présente sous deux aspects  : le premier est celui de la cause du déclenchement de l’épidémie dans certains pays et non dans les autres et le second celui de la cause de son apparition dans certaines habitations à l’exclusion des autres, ceci malgré le voisinage des pays ou des maisons. Les réponses concordent sur un point, le degré de la prédisposition, et diffèrent en ce qui concerne les spécificités.

I- Réponses sur le premier aspect 1

  • 1 Pour cette première section voir Hippocrate, Airs, Eaux, Lieux, ouvr. cité, I, 2-5  ; III, 1  ; IV, (...)

2Sache que les caractéristiques de tous les pays ne sont pas identiques mais présentent de multiples différences qui résultent -14r- de quatre facteurs  : la proximité ou l’éloignement de la mer, la situation topographique, la configuration du terrain, plat ou montagneux, (60r) les habitudes alimentaires de la population.

A

3Les régions côtières sont plus chaudes et humides que les pays continentaux à cause de l’évaporation de l’eau de mer, surtout s’il s’agit de mers chaudes et de côtes plates, non protégées. Les rayons du soleil et des autres étoiles se réfléchissent à la surface de la mer en direction des terres dont la chaleur et l’humidité sont ainsi décuplées  ; ce phénomène est plus intense si la mer entoure la terre de tous côtés, comme pour les îles méditerranéennes, qui de ce fait sont plus exposées à l’épidémie que les régions littorales et ces dernières le sont plus que les régions continentales, car la prédisposition et la parenté avec la maladie sont plus importantes  : en effet là où l’air est le plus prédisposé et sa nature la plus proche de celle de la maladie son altération est plus rapide et plus profonde, car il ne possède aucune force d’opposition. En revanche la concordance et la prédisposition de l’air peuvent être plus faibles, comme dans certains pays continentaux, mais ceci n’est un facteur dominant que si aucun autre ne vient s’opposer à lui – Dieu est le plus savant  !

B

4-14v- Les régions exposées aux vents du sud sans aucun écran sont plus propices à l’arrivée de l’épidémie que celles qui ont une autre orientation, surtout si elles sont adossées et isolées par des montagnes qui arrêtent et repoussent ces vents du sud (60v)  ; en effet ceux-ci sont une circonstance aggravante du fait de leur chaleur et de leur humidité apparentées à la nature de l’air où éclôt l’épidémie. Le cas inverse est celui des régions orientées au nord , parcourues par les vents septentrionaux, surtout si elles sont isolées du sud, car l’air n’a aucune compatibilité [avec la maladie] et oppose une résistance due à la nature des vents du nord contraire à celle de l’air altéré.

5Quant aux contrées exposées à l’est ou à l’ouest elles sont dans une situation intermédiaire, car les vents y sont proches de l’équilibre  ; cependant celles qui sont vers l’ouest sont plus vulnérables car les vents dominants sont chargés d’humidité, et les terres situées sur des pentes ou non abritées de ces deux vents sont plus réceptives aux conditions qui se présentent. -15r- Mais les raisons des disparités entre les influences les vents ont fait l’objet d’études exhaustives dans les livres médicaux, tu comprends donc pourquoi nous renonçons à les exposer dans le cadre de notre projet. Dieu, qu’Il soit glorifié, nous assiste  !

C

6L’air des régions plates est plus prédisposé que celui des montagnes, surtout s’il s’y trouve des dépressions et des zones encaissées ou si elles sont à proximité de cours d’eau, d’eaux stagnantes ou de marais herbeux, tous lieux particulièrement prédisposés à une altération rapide par le réfléchissement et l’accumulation de la chaleur des rayons solaires, par l’humidité excessive des vapeurs qui se dégagent et par l’air stagnant. La situation est inverse dans les pays (61r) montagneux à cause du froid et de la sécheresse liés à leur topographie.

D

7Dans les pays où la population consomme surtout des fruits frais, des aliments qui s’altèrent et se gâtent rapidement comme les poissons et les laitages, de l’eau croupie puisée dans les rivières et les rigoles où se déversent les marais et les eaux dormantes, le tempérament des habitants est parfaitement prêt à recevoir l’épidémie  ; c’est aussi le cas de ceux qui vivent aux alentours des eaux sulfureuses, chaudes, comme les eaux thermales, mais les substances qu’elles contiennent font que les habitants sont moins soumis à l’action de l’air et résistent mieux à son altération.

8Ce sont là -15v- quatre facteurs des disparités entre les lieux, mais il nous faut tenir compte des autres conditions dont nous avons montré l’importance. Ceci étant établi nous disons – Dieu, qu’Il soit glorifié, nous assiste  ! – que les contrées où tous ces facteurs conjuguent leur action sont prédisposées au plus haut degré contrairement à celles qui ne sont pas dans ce cas, c'est-à-dire soumises à la seule influence de l’un des facteurs. Les régions côtières orientées au sud, situées dans des plaines, bordées au sud par la mer, encerclées et isolées à l’arrière par les montagnes qui leur renvoient les vents du sud et réfléchissent le rayonnement solaire, où les habitants se nourrissent surtout d’aliments humides, malsains, rapidement altérés, boivent de l’eau croupie, ces régions sont sans aucun doute beaucoup plus exposées que celles (61v) qui jouissent des conditions inverses, et de plus la tendance à l’infection est variable parmi celles-ci, selon la nature et le degré d’activité du facteur qui y règne  ; l’irruption de l’épidémie y est donc imminente ou retardée, mais Dieu, gloire à Lui, est le plus savant  ! Pour ce qui concerne l’action et la passion, l’expérience montre qu’il ne suffit pas que l’agent atteigne sa puissance maximale, il faut aussi que la réceptivité du patient soit à son sommet  ; c’est alors que l’action s’exerce pleinement  : ainsi le feu, même très ardent, au contact du bois humide n’a aucune action sur lui du fait de leur manque -16r- d’affinité, comme celle que possède le bois sec qui réagit de manière inverse.

9Il en est de même pour cette épidémie  : lorsqu’elle est arrivée sur un pays au degré extrême de sa prédisposition elle a connu une montée fulgurante, et lorsqu’elle a touché un pays moins prédisposé sa progression a été plus lente et Dieu, qu’Il soit glorifié, l’a épargné par la primauté de Son décret et l’immensité de Son pouvoir. Il est le maître de l’immunité et de la protection. Il n’est d’autre seigneur que Lui  !

  • 2 Voir le plan ci-joint extrait de : L. Torres-Balbás, « Almería islámica », al-Andalus, XXII, 2, 19 (...)

10Si tu demandes  : « Pourquoi cette irruption [de l’épidémie] a-t-elle touché Almería avant les autres régions de l’Andalus musulmane ? Parce que, répondrons-nous, Almería était parmi les régions du pays les plus prédisposées à l’épidémie, et la réponse sera complétée par une description exacte 2. Il faut te représenter une plaine côtière qui s’étend directement du couchant vers l’orient en s’infléchissant légèrement dans sa partie occidentale en direction du nord et dans sa partie orientale en direction du sud et de la mer dans sa partie la plus méridionale. Dans le secteur ouest de la plaine se dresse (62r) une montagne de moyenne altitude, à une distance d’un mille et demi de la mer, elle coupe la plaine à angle droit et porte le diminutif populaire de Ǧabal-al-Kunaysa, le Mont de la Chapelle  ; près de là, vers son côté est, se trouve un terrain entouré d’une muraille parallèle -16v- à la mer, du nord au sud  : c’est le premier des angles du lieu. Puis la muraille s’infléchit vers l’est, suivant la côte, directement vers le rivage malgré quelques crochets, jusqu’à l’endroit connu sous le nom al-Riǧl, le Pied, qui est le second angle de la ville. Là, le rempart bifurque du sud vers le nord, en montant jusqu’au faîte de la hauteur nommée al-Madīna dans le langage populaire  ; puis en partant du point appelé al-‘Urqūb, le Jarret, qui est le troisième angle il se dirige de l’est vers l’ouest jusqu’au fossé de Bāb Mūsā, puis monte vers la Qaṣaba, la citadelle, passe derrière, là où le mur présente un renfoncement, jusqu’à l’angle de l’édifice  ; il s’infléchit légèrement vers le sud, puis part de l’est vers l’ouest et rejoint son point de départ, formant le quatrième angle. Cette enceinte quadrangulaire se divise en trois parties séparées par deux murs parallèles en suivant les côtés ouest et est, ils passent près de la Qaṣaba et descendent jusqu’au mur qui borde le rivage. La partie ouest est appelée al-Ḥawḍ, la citerne, elle est plate, en ruine et aujourd’hui dépeuplée excepté vers les remparts, une dépression occupe le centre. La partie -17r- médiane se nomme al-Madīna al-dāẖiliyya, la Ville intérieure (62v)  ; là se trouve la grande mosquée, et dans la même direction la Qaysāriyya, l’ensemble de boutiques sous des arcades  ; la Qaṣaba occupe le centre, elle est séparée en deux parties par un mur considéré comme l’un des remparts les plus beaux et les mieux fortifiés, il s’élève dans toutes les directions, sa hauteur écrase tout ce qui l’entoure. Dieu, qu’Il soit glorifié, a fait, par Sa puissance, une protection et une défense  ! Les constructions s’adossent à cette muraille, cette partie est entièrement habitée à l’exception du petit quartier contigu au premier secteur, le Ḥawḍ. La partie est, la troisième, est appelée la Muṣalla, l’espace de la prière, elle s’élève du côté sud qui appartient à la colline de la Madīna, elle est enclose à l’intérieur du rempart avec une partie du fossé de Bāb Mūsā, les maisons s’appuient à une portion du mur. Cette partie est la plus peuplée et la plus vaste des trois, sa superficie est supérieure à celle des deux autres réunies, qui ont approximativement chacune la même étendue, car la Qasaba englobe non seulement une grande partie du quartier médian, mais aussi le quartier ouest presque entièrement, de sorte que la distance de son centre à la muraille de la côte est diminuée et celle de Ǧabalī, le nord du quartier est, est augmentée. Ce troisième quartier oriental se prolonge par une vaste étendue plate qui s’étend vers l’est jusqu’au Ǧabal al-Qabṭa, le Cabo de Gata, -17v- et qui marque la limite de la zone montagneuse au nord  ; ce sont des sommets abrupts qui arrêtent le vent d’ouest et forment un écran.

11Si tu as suivi attentivement cette description et si ce plan est bien présent à ton esprit, tu auras une représentation fidèle de la cité d’Almería. (63r) Elle est indéniablement une ville côtière méridionale ouverte vers l’est, mais la partie qui s’étend depuis le Ǧabal al-Kanīsa n’atteint pas la mer car c’est une plaine basse isolée par la proximité de cette hauteur  ; sur son côté sud, en arrière, elle est abritée par la Qaṣaba et sa muraille et par un pan du Ǧabalī, à la hauteur de la Madīna, ce qui contribue à réfléchir sur ce quartier les rayonnements astraux et les vents du sud.

12Les habitants se nourrissent principalement de poissons  ; l’atmosphère est humide, moite, elle favorise une végétation abondante dans le fond d’une vallée  ; des mares attirent de loin les eaux de ruissellement des pluies. Tous ces facteurs entraînent nécessairement la vulnérabilité et l’existence d’une compatibilité avec la nature de l’épidémie, il n’est donc pas surprenant qu’elle se soit propagée là plus rapidement que dans les régions moins malsaines et moins réceptives. Gloire à Dieu, Il est le plus savant  !

II- Réponse sur le deuxième aspect

  • 3 Ici Ibn Ḫātima rend responsable de l'extension de la maladie la prédisposition de l'individu du fai (...)

13Sache que les gens n’ont pas une nature et un tempérament uniques, -18r- des habitudes uniformes pour leurs aliments, leurs boissons, leurs moyens de protection, leur attachement à un comportement commun, mais au contraire tous ces modes de vie sont très différents. Celui dont le tempérament est dominé par la chaleur et l’humidité, qui est jeune, corpulent, surtout chez les jeunes femmes, porté aux excès, qui s’abandonne à sa gloutonnerie et au sommeil après les repas, ne veille ni à sa nourriture ni à sa boisson, absorbe aliment sur aliment, abuse des mets malsains et prompts à s’altérer, ne prend aucun soin de lui-même et de sa santé, cet individu est certes prédisposé au plus haut point (63v) à l’attaque de cette maladie et à ses effets néfastes. Et en effet l’épidémie n’a pas tardé à sévir et à étendre ses ravages parmi les membres de sa maisonnée et du voisinage car ils avaient le même comportement et les mêmes faiblesses  ; rares sont ceux qui vivant ensemble ont des natures et des conduites différentes 3, mais en supposant qu’il en soit ainsi, s’ils contractaient la maladie, elle frapperait sévèrement l’individu le plus prédisposé, elle lui serait plus préjudiciable qu’à celui dont la réceptivité et la vulnérabilité seraient moindres, selon les explications que l’on trouvera dans le chapitre suivant celui-ci, si Dieu veut. Celui qui a le comportement inverse de ce que nous avons décrit, qui contient ses appétits, qui veille à la préservation de sa santé -18v- et choisit ce qui lui est salutaire peut espérer que Dieu Tout-Puissant le sauvera grâce à ses efforts de prévention et de maîtrise de ses désirs, et qu’il ne sera pas frappé du mal de ceux de ses voisins, même les plus proches, qui en sont atteints. Dieu, qu’Il soit glorifié, est le maître de l’immunité et de la protection. Il n’est d’autre seigneur que Lui  !

Notes

1 Pour cette première section voir Hippocrate, Airs, Eaux, Lieux, ouvr. cité, I, 2-5  ; III, 1  ; IV, 1-2  ; V, 1-3  ; VI, 1-3  ; Avicenne, Le Poème de la médecine, ouvr. cité, vers 138-150.

2 Voir le plan ci-joint extrait de : L. Torres-Balbás, « Almería islámica », al-Andalus, XXII, 2, 1957, p. 411-453 ; E. Molina López « La obra histórica de Ibn Ḫātima de Almería », al-Qantara, X, 1989, p. 158-170.

3 Ici Ibn Ḫātima rend responsable de l'extension de la maladie la prédisposition de l'individu du fait de sa nature et de ses comportements habituels, tout en le soumettant à la volonté divine. Au début de la quatrième question, ci-dessous, il répète sa conviction que l'entourage des malades est néfaste, mais en avançant une explication fondamentale  : « La racine du mal est l'altération de l'air et son changement en une seconde nature qui remplace la normale... »  ; cette altération de la nature de l'air provient des miasmes qui se dégagent des malades et de tout ce qui est à leur contact (A. Corbin, Le miasme et la jonquille, Paris, Aubier, 1982). De cette conception de la propagation découlent les conseils de prévention qui font une large place aux bienfaits des substances aromatiques. Il faut cependant souligner que la notion d'un agent infectieux spécifique (le contage) est étrangère à l'auteur, elle ne sera découverte que beaucoup plus tard. Pour la contagion et la propagation, voir M. Grmek, Les vicissitudes des notions d'infection, de contagion et de germes dans la médecine antique, Mémoires V, Saint-Étienne, 1984  ; J. Pigeaud, La maladie de l'âme, 1989, Paris, p. 211, 226, 236.

© Presses de l’Ifpo, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

i6doc.com
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search