Version classiqueVersion mobile

La grande peste en Espagne musulmane au XIVe siècle

 | 
Aḥmad bin ‘Alī bin Muḥammad Ibn Ḫātima[Abū Ǧa‘far Ibn Ḫātima al-Anṣārī]

Deuxième question : les causes générales et particulières de l'épidémie

Texte intégral

1Le discours à ce sujet se compose de deux parties  :

I- la première sur la cause générale comprend deux sections

A - La cause proche

  • 1 Voir la note 4. Voir aussi  : Hippocrate, A.E.L., ouv. cité, III, IV, V, Vents,VI « De ces deux fiè (...)

2Sache que la cause proche principale est l'altération de l'air qui environne l'homme et lui permet de respirer 1. Cette altération concerne soit sa qualité, soit son essence. Dans le premier cas seules changent l'une ou l'ensemble des qualités, qui sont des accidents, sans modification ou altération de l'essence  ; ce changement est soit l'augmentation ou la diminution de l'une des qualités par rapport aux proportions naturelles du tempérament, soit la présence et le mélange de corps volatils, comme ceux dont nous parlerons plus loin et qui sont une des causes lointaines. Dans le cas de l'altération de sa nature les constituants essentiels sont dégradés -5r- par l'infection et la destruction de leur mélange originel. Mais ceci est du domaine de ce que nous exposerons plus loin, s'il plaît à Dieu Très-Haut.

3Si tu demandes quelle est la différence entre les deux sortes d'altérations, je répondrai que l'air, dans le premier cas, ne change pas de catégorie, aucun des constituants essentiels n'est détruit, son principe subsiste (52v) mais l'altération y provoque une corruption accidentelle par le mélange ou le voisinage de quelque corps sans bouleversement de son essence propre, et il ne sort pas du cadre de sa définition antérieure. L'air tempéré, par exemple, peut se mélanger à une vapeur chaude et sèche, malsaine, ses qualités accidentelles changent sans qu'il soit lui-même infecté dans son essence sur laquelle la corruption n'a pas prise. Dans le second cas c'est sa forme essentielle qui a été corrompue par la détérioration de ses constituants intimes ou de certains d'entre eux  ; l'air acquiert une seconde nature et ne répond plus à sa définition antérieure au changement et si on lui donne encore le nom d'air c'est par une assimilation de ses deux états et une extension abusive du sens. C'est le cas par exemple si l'air tempéré se mélange à des vapeurs chaudes et sèches qui finissent par dominer ses qualités propres, le corrompre et changer ses constituants de sorte qu'il est plus proche de la catégorie des vapeurs putrides que de celle de l'air que l'on peut appeler équilibré. Cela se produit dans les silos où l'on entrepose les aliments -5v- anciens, dans les cales des navires, les enceintes des puits où meurent les animaux et où leurs dépouilles se putréfient. L'air qui se trouve dans de tels lieux se dénature, sort de sa forme essentielle et se transforme en une vapeur qui corrompt et tue les animaux  ; l'homme qui y séjourne et la respire ne tarde point à périr, comme, dans un gaz semblable, une lampe ne peut s'allumer et s'éteint aussitôt qu'on l'y introduit. Lorsque l'air est dénaturé à un tel degré (53r) de corruption et de toxicité, alors apparaissent les épidémies dont les contemporains ont rapporté qu'en un seul jour un millier d'êtres ont péri soudainement. Les troupeaux et d'autres animaux sont exposés au même sort lorsque survient une épizootie, à cause de l'altération de l'air qui désorganise le tempérament spécifique de l'espèce atteinte.

4J'ai appris de la bouche de quelques commerçants chrétiens dignes de foi, arrivés de l'Orient chez nous à Almería à cette époque, qu'au large des côtes turques dont les habitants étaient frappés par l'épidémie, des poissons morts, décomposés, flottaient à la surface de l'eau  ; certains s'entassaient sur le rivage -6r-, leur puanteur s'élevait et infectait l'atmosphère. Ils pensaient, selon leur traducteur qui avait ma confiance, que la foudre était tombée sur cette mer et avait brûlé les poissons, mais cette opinion était erronée et leur estimation sans fondement, car l'eau aurait éteint le feu de la foudre, et si nous supposions que celle-ci avait pénétré dans les profondeurs elle aurait brûlé les poissons qu'elle aurait frappés, et même si elle avait été très violente, leur nombre aurait été sans commune mesure avec ce que les voyageurs avaient vu. Pour moi il apparaît, mais Dieu est le plus savant, que l'air dénaturé qui devient putride au point d'être mortel pour les animaux qui le respirent infecte aussi l'eau et fait périr les êtres aquatiques par le changement des caractères du tempérament naturel de leur milieu, et particulièrement s'il s'agit des eaux des marécages (53v) ou des lagunes d'eau salée, peu profonds, vaseux, à la surface desquels stagnent les souffles contaminés, infectieux, dont l'action est encore renforcée par les rayonnements célestes responsables de cette pollution. C'est cette sorte d'altération qu'ont subie les eaux de ces mers et qui a causé la mort des poissons et leur accumulation à la surface. Dieu, qu'Il soit glorifié, est le plus savant !

5Si tu objectes que ce que j'entends par le changement de l'essence de l'air implique qu'il se corrompt et se transforme dans le sens de l'infection, et qu'il en est de même pour l'eau, ceci contredit les lois des sciences physiques car alors les quatre éléments - 6v- peuvent se dénaturer partiellement en permutant réciproquement  : ainsi quelques parties de l'air peuvent se changer en eau, celles de l'eau peuvent devenir terre, et ainsi de suite. Si le changement s'opérait ainsi, ces parties contiendraient alors des parcelles étrangères et leur composition ne serait plus authentique. À partir de ce principe Hippocrate a montré que l'être humain est un composé des quatre natures, car s'il était formé d'une nature et d'un élément uniques il serait incorruptible. Je te répondrai que l'air qui nous environne, qui constitue le milieu dans lequel nous respirons, n'est pas formé d'un élément unique, pur, mais il est mêlé à des vapeurs humides, aqueuses, à des fumées sèches, terreuses, à des particules fines, ignées, l'air proprement dit qui est l'élément principal fusionne avec ces matières et tout cela devient le corps unique considéré comme l'air. Du fait de ses composants multiples il devient sujet à la corruption et au changement dans le sens des particules dominantes. Quant à l'air-élément (54r) simple, pur, il ne peut être corruptible. Si cet élément simple existe dans son intégrité, peut-être est-ce au-delà de la limite de l'influence des rayonnements, mais Dieu est le plus savant !

  • 2 Ibn Ḫātima montre bien ici la différence entre la nature de l’air-élément, tel que le définit la do (...)

6Il en est de même pour l'eau, particulièrement celle des lacs et des marais, et en général les eaux peu profondes traversées par les rayons et agitées par les vents  : elles sont le plus souvent mêlées aux matières que -7r- nous avons mentionnées, et cela les rend corruptibles, car elles ne sont plus un élément pur 2. Dieu est le plus savant !

7Si tu me demandes comment l'altération et la corruption de l'air peuvent causer la mort des animaux et engendrer l'épidémie chez les humains, je te répondrai que Dieu – que Sa puissance soit exaltée ! – a créé l'homme et a placé en lui une chaleur innée qui est le matériau des forces animale et psychique  ; Il a lié sa vie à la durée de la présence de cette chaleur  ; Il a placé sa source dans le cœur qui chez l'animal représente le foyer  : la chaleur innée est envoyée dans tous les organes par les artères qui se ramifient depuis le ventricule gauche, car c'est là qu'elle est produite. Cette chaleur en un lieu donné n'est ni excessive ni insuffisante, mais dans un équilibre prédéterminé  ; cette régulation de la chaleur innée par les substances gazeuses se fait par l'appareil respiratoire que Dieu Très-Haut a créé en l'homme  : ce sont la trachée et les poumons, fixés à la poitrine afin de se dilater et de se contracter avec elle, et ainsi inspirer l'air venu de l'extérieur qui pénètre dans les bronches et les alvéoles puis est acheminé vers le cœur par les artères (54v) pulmonaires qui prennent naissance dans le ventricule gauche  ; -7v- en circulant dans ces fins canaux il tempère grâce à sa fraîcheur la chaleur du cœur, il calme son ardeur et protège son tempérament naturel. Lorsque la poitrine se contracte, les poumons suivent son impulsion et rejettent à l'extérieur l'air qui a été inspiré lors de leur dilatation, entraînant avec lui tous les résidus gazeux qu'il appartient à la chaleur de disperser. Si celle-ci restait à son degré extrême et ne pouvait être tempérée par le froid de l'air, les humeurs du corps seraient perturbées et échauffées, l'humidité disparaîtrait et l'être vivant périrait  ; et si les gaz restaient dans le cœur et s'y accumulaient, sa chaleur s'éteindrait et les souffles qu'il propulse seraient altérés, comme la fumée trop abondante étouffe le feu si elle n'est pas ventilée.

8La permanence de ce processus chez l'homme et les animaux garantit leur vie et en assure la durée, mais l'action de l'air et de l'appareil respiratoire dans la modération de la chaleur du cœur ne peut s'exercer pleinement avec un air quelconque, celui qui convient a une chaleur conforme à la nature, il n'a subi ni changement ni tendance à la corruption, car s'il subissait une altération de sa nature pour évoluer dans le sens de la chaleur, il ne pourrait remplir sa fonction de régulation et de refroidissement de la température du cœur, ni celle d'expulsion des substances volatiles, au contraire il transmettrait sa corruption -8r- aux souffles, détruirait le tempérament naturel de la chaleur innée du cœur qui atteindrait le niveau de la température extérieure et à son tour dénaturerait le tempérament du cœur, cette altération s'étendrait aux humeurs du corps faute d’une adéquation de la température externe au niveau établi par la température innée ; les substances volatiles l’emporteraient sur les souffles, les affaibliraient, (55r) dégraderaient leurs facultés et le corps se désorganiserait. La respiration d’un air corrompu, toxique, d’un poison, qui se diffuserait dans le corps par les artères lors de leur dilatation et de leur contraction, ne peut amender sa putridité ni procurer le moindre avantage ; des maladies graves et des fièvres malignes se développeraient et amèneraient la mort du sujet. Il pourrait même périr soudainement avant que l’infection des humeurs ou la corruption de son tempérament ne soient arrivées à leur terme, selon le degré de l’altération de l’air et sa raréfaction. Dieu est le plus savant, et, s'Il le veut, j'approfondirai par la suite l'éclaircissement et l'explication de cette question.

9Complément : De même que chez l’animal le changement de l’air provoque la maladie et la mort, il cause des dommages chez les plantes, les arbres, les fruits  : les plantes dépérissent et jaunissent ; une sorte de poussière apparaît sur les feuilles des arbres, puis elles tombent avant la période normale de leur chute -8v- ; les fruits pourrissent avant leur maturité et sont inutilisables  ; le responsable est le changement de l’air environnant, son évolution vers la putridité, la destruction de son tempérament naturel qui assure aux plantes la santé, la croissance et la durée. Gloire à Dieu, Il est le plus savant !

B - La cause lointaine

  • 3 Le domaine des théologiens est celui de l'ordre divin, celui des astres proches des divinités pour (...)

10Ce que l'on trouvera dans ce chapitre échappe à la réflexion et à la prévision humaines, cela appartient au domaine des théologiens 3. Cependant trois facteurs relèvent de l'induction  :

  1. L'altération de l'air par les rayonnements des corps célestes, des étoiles, de l'espace sidéral. En vérité il s'agit de l'ordre divin et de ses causes inaccessibles (55v) à l'être humain, sur lesquelles il n'a pas prise, et qui vont au-delà des catégories sur lesquelles il se fonde. La science des catégories des astronomes ne s'obtient qu'après l'avoir vérifiée par soi-même, comme l'affirment les gens compétents qui s'y intéressent et sont concernés. Mais la connaissance de la nécessité se déduit de l'observation de ses conséquences nécessaires, et dans notre cas les quatre saisons se succèdent, chacune avec sa nature propre dont dépendent la chaleur et l'humidité de l'atmosphère afin que le sang afflue dans les corps et que sa quantité s'accroisse au fil des saisons, comme par exemple dans le cas du printemps. -9r- Lorsque cette succession s'effectue sans que la suite des saisons et les conséquences de leurs caractéristiques habituelles exercent une influence importante, l'air, de ce fait, subit une altération. Ceci est un mode de l'altération, on observe alors la fréquence des maladies putrides dues à la dominance du sang et à son effervescence, le décès des gens dû à l'extinction de la chaleur innée, à la manière de l'huile de la lampe si elle submerge la mèche. Ce changement de l'air est la principale cause de sa corruption, la plus fréquente de son extension aux différentes "climats" (ou contrées), al-aqālīm, celle qui influe le plus durablement sur le bouleversement des saisons. Il apparaît, mais Dieu est le plus savant, que l'épidémie qui sévit actuellement appartient à cette catégorie comme nous l'expliquerons plus loin si Dieu Très-Haut le veut.

    • 4 Dans ces sections b/ et c/ l'auteur reprend les observations d'Hippocrate, Airs, eaux, lieux, ouvr. (...)

    L'altération de l'air en fonction de l'époque et du moment et de leurs caractéristiques  : l'abondance de la pluie ou sa rareté ou son absence, la force, le calme ou l'absence des vents, et cela parce que les qualités naturelles de la saison sont changées en leurs contraires  : par exemple le printemps est froid et sec comme un automne si la pluie manque et a manqué durant l'hiver précédent (56r) et si les vents du nord soufflent  ; ou un été est hivernal à cause de l'abondance des pluies et des vents du sud, ou un automne est printanier, ou un hiver estival, à cause de l'inversion des conditions [atmosphériques]. Il en fut ainsi, comme le dit Hippocrate, dans certains pays où l'extrême abondance des pluies et la chaleur torride -9v- entraînèrent une altération de l'air et une corruption, causes dans la population de fièvres malignes et de maladies putrides, virulentes au point que certains perdirent totalement bras et jambes 4.

    • 5 Hippocrate fait sans doute allusion ici à la célèbre et meurtrière peste d'Athènes, observée et déc (...)

    L'altération de l'air en fonction du lieu et de son emplacement  : ceci est dû à l'élévation de vapeurs corrompues et putrides au-dessus des marais et des dépressions aux eaux croupies, des fossés, des bosquets irrigués où l'air stagne. Les plantes et les légumes pourris, les ordures et les déchets des gens, les cadavres des victimes lors des combats, la vermine qui pullule sur eux et aux alentours, et toutes autres choses susceptibles de produire des vapeurs putrides, altèrent l'air, l'infectent et sont ainsi à l'origine des épidémies, comme l'explique Hippocrate à propos de certaines villes atteintes par les vapeurs émanées des cadavres en Éthiopie 5 .

Complément

11Des maladies malignes et des fièvres putrides frappent les gens de certains pays où sévit une famine qui les contraint à consommer des grains auxquels ils ne sont pas habitués (56v), ou des graines usuelles mais gâtées et moisies qui infectent leurs humeurs et altèrent leur tempérament, de sorte que nombre d'entre eux sont malades et meurent, en l'absence de modification ou d'infection de l'air. Les gens attribuent le nom d'épidémie -10r- à ce phénomène en assimilant la mort qui s'ensuit à ce qui a été décrit précédemment. C'est ce qui arriva dans notre ville d'Almería il y a environ dix-neuf ans à cause d'une terrible famine et de la hausse des prix qui contraignirent les gens à consommer des blés avariés et des orges stockées depuis très longtemps. Mais la plupart des morts étaient les gens affaiblis, démunis, particulièrement exposés dans cette circonstance. Dieu est le plus savant !

12Abu-l-‘Ala’ b. Zuhr rapporte d'après Hippocrate  : « Il y eut une épidémie sans aucune cause connue parmi nous, c'était [la manifestation de] la colère de Dieu Tout-Puissant. Il ajouta  : s'il en est ainsi il n'y a alors aucune place pour le médecin. »

II- La cause particulière à l'épidémie actuelle

  • 6 Il s'agit des influences des corps célestes sur le dérèglement des conditions climatiques des saiso (...)

13Il s'agit de celle de la peste qui sévit à notre époque et sur laquelle nous nous interrogeons. Il m'apparaît, mais Dieu est le plus savant, qu'elle relève de la première catégorie des causes que nous avons exposées et soulignées ci-dessus 6  ; cela est confirmé par son extension à la plupart des régions, mais non à toutes ni durant toutes les saisons de l'année, celles-ci restant normales quant à la pluviométrie, au régime des vents, et sans que l'on y constate une grosse anomalie  ; c'est cela que nous avons pu voir chez nous comme dans ce qui nous a été rapporté pour les autres régions. Les saisons se sont succédé au long de l'année, mais aucune anomalie n'est apparue dans ce cycle, il s'est déroulé (57r) selon un processus identique. -10v- La peste apparut à Almería le 1errabī‘ al-awwal 749, correspondant au 1er juin 1347, elle dura le reste du printemps, l'été, l'automne et une partie de l'hiver, jusqu'à la date où ceci fut écrit, le milieu de ḏu-al-qa‘da correspondant aux premiers jours de février, date où elle a enfin disparu. Mais les indices de la mansuétude de Dieu Très-Haut sont manifestes, les signes annonciateurs de Sa clémence évidents, Dieu Très-Haut conjure le péril par l'empressement de Sa générosité et la sollicitude de Sa bonté, Il est certes le Bienfaisant, le Généreux, Il n'est d'autre maître que Lui !

  • 7 Voir à propos des victimes de la peste à Almería  : P. et J. Lirola-Delgado et Ildefonso Garijo Gal (...)

14Durant cette période la forme de la maladie ne varia pas, mais ses manifestations suivirent la marche des saisons, elles s'allégèrent chez une infime partie de la population, mais elle ne cessèrent de se développer très progressivement jusqu'à la fin de ğumada-al-āẖira, correspondant à la fin de décembre, puis elle redoublèrent et se maintinrent en cet état jusqu'à la date de cette relation – Dieu le Très-Haut a détourné de nous [ce fléau], nous a fait bénéficier des effets de Sa bienfaisance et nous a fait connaître les faveurs de Sa grâce ! Il en fut ainsi par la mansuétude de Dieu le Très-Haut pour les gens d'Almería 7 et par la clémence de son dessein, sinon l'épouvante les aurait saisis devant l'explosion de la mortalité et ils auraient été terrassés comme il advint aux habitants d'autres terres d'islam. Loué soit Dieu sur l'étendue de Sa terre et de Ses cieux !

15L'endroit où elle commença -11r- se nomme al-Ḫawā’im, situé au nord-est , dépendant du secteur connu sous le nom de Masākin-al-masākīn et Manāzil-al-ḍu‘afā’ dans la circonscription nommée ici Bani-ḏanna. (57v) Puis elle gagna progressivement, selon leur densité et leur proximité, les populations voisines et arrivant aux confins du pays, s'y répandit à tel point que les décès durant cette période atteignirent le nombre de soixante- dix âmes environ chaque jour. Quel autre pays, chez les musulmans ou les chrétiens, connut-il un nombre de morts tel que le nôtre ? Selon une tradition digne de foi, en un seul jour il mourut à Tunis mille deux cents âmes et à Tlemcen plus de sept cents  ; à Valence, le jour de ‘Anṣra, le 24 juin, près de mille cinq cents âmes  ; dans l'île de Majorque, le 24 mai, moururent mille deux cents cinquante habitants, le nombre de survivants, après le passage de l'épidémie, fut estimé au quart de la population totale  ; d'après ce que nous avons appris, il en fut ainsi dans les autres contrées, grandes ou petites. Loué soit Dieu pour ceux à qui Il a accordé Sa mansuétude et fait don de Sa bonté ! Gloire à Lui !

16Il existe des divergences au sujet du début de l'épidémie à propos du lieu de son apparition. On m'a rapporté de source sûre provenant de commerçants chrétiens arrivés chez nous à Almería qu'elle avait commencé au pays -11v- de Ḫiṭāḥ, Cathay, nom qui dans la langue des étrangers désigne la Chine, comme je l'ai appris de voyageurs de Samarcande dignes de foi  ; la Chine est un des premiers pays peuplés de l'Orient. La peste ne cessa de se diffuser à partir de Cathay et gagna les pays limitrophes jusqu'à l'Irak et les territoires de Turquie. D'autres chrétiens arrivant chez nous (58r) m'ont rapporté également qu'ils avaient appris qu'elle avait débuté en Abyssinie et s'était répandue dans les zones et les contrées voisines jusqu'en Égypte et en Syrie. Ces divergences à propos de la propagation montrent bien qu'il s'agit d'un phénomène commun à toutes les zones climatiques et à l'ensemble des régions  ; leur cause - mais Dieu est le plus savant- est que les habitants d'une région, quelle qu'elle soit, parmi les plus anciennement peuplées, pensaient que l'épidémie avait débuté chez eux  ; la nouvelle se répandait, puis était remplacée par celles qui suivirent l'arrivée de la maladie dans une forteresse à l'arrière des retranchements gênois, celle qui fut assiégée récemment. Ensuite elle gagna arḍ bira ( ?), Constantinople, les îles du littoral méditerranéen, Gênes, la France, en touchant la bordure de l'Espagne, puis le nord, jusqu'à Arjona, Barcelone, Valence et d'autres territoires  ; elle envahit presque tout le royaume -12r- de Castille jusqu'à son entrée à Séville, à l'extrême Occident. Elle parvint aux îles méditerranéennes  : la Sicile, la Sardaigne, Majorque, Ibiza  ; elle aborda les rivages au-delà de la mer et les pays de l'Afrique du Nord jusqu'au Maroc. Que la bonté de Dieu s'étende sur les musulmans et les prenne en pitié !

17Cette extension du mal doit te rappeler deux points  :

  1. Le fait que les gens n'ont pas tenu compte des paroles de Dieu Très-Haut et de l'étendue de Ses décrets, et n'ont pas observé les lois qu'Il a fixées à ses créatures, au point d'être confrontés à l'apparition dans le monde d'événements tels que la mémoire collective n'en a conservé aucun autre exemple dans l'histoire de l'islam (58v) et dans les temps qui l'ont précédé, cela du fait de l'extension mondiale de l'épidémie, même s'il est advenu déjà des cas plus graves dans un lieu déterminé et une contrée particulière.

    • 8 C'est-à-dire qu'elle appartient à l'ordre céleste et donc au domaine des théologiens (se référer à (...)

    Cela confirme ce que nous avons exposé ci-dessus au sujet de la cause de cette épidémie  : elle relève du premier cas 8 et non des deux autres par son extension et par le fait que ces derniers ne sont pas à l'origine d'une altération générale de l'air dans tous les climats et les pays au long des années sans changement [en fonction des saisons], car depuis la première manifestation du fléau, il y a quelques trois années, les saisons se sont succédé sans exercer la moindre influence  ; -12v- il a gagné toujours plus de pays et peut-être leur totalité, car nous n'avons eu aucune information rassurante sur son extinction, ni près de nous, ni au loin, et les voyageurs appartenant aux deux religions ont interrompu leurs voyages par terre et par mer. Mais Dieu seul connaît l'époque de sa disparition totale sur la terre. Cependant il nous a été rapporté que l'épidémie aurait été éradiquée dans l'île de Majorque et de nombreux pays musulmans et chrétiens. Dieu, qu'Il soit glorifié et exalté !, dispose du remède par l'étendue de Sa bonté sur les terres d'islam, et par la puissance et le prestige immense de notre prophète.

18La validité de cette explication est confirmée par la sensation de chaleur atmosphérique et, en toute saison, d'une qualité de l'air proche de l'équilibre  : même si en automne ou en hiver les vents apportèrent le froid, l'accumulation des nuages, les chutes de pluie, cela cessa sans tarder et l'air retrouva l'état chaud et humide que nous avons noté. (59r) Dans ce cas le sang suit le même cycle, il coule et bouillonne dans l'être humain et la saignée le régularise, mais si cette effervescence du sang se prolonge en toutes saisons, on saignera vieillards et enfants, non seulement une seule fois mais à de nombreuses reprises, on extraira chaque fois une livre ou même plus sans nécessité absolue ni hésitation, et cependant aucun des sujets n'éprouvera -13r- ni affaiblissement ni malaise corporel, ni accès fébrile  ; au contraire il en tirera un bienfait notable pour la préservation de sa santé et la prévention de la maladie.

19Ceci étant établi, nous disons, avec l'assistance de Dieu Tout-Puissant  : lorsque l'air a subi cette sorte d'altération et d'évolution de ses qualités vers une prédominance de la chaleur et de l'humidité, lorsque cela se prolonge au cours des saisons, la chaleur innée des humains s'accroît et crée un bouleversement, transforme le tempérament naturel des chymes (résultant de la digestion) en leur substituant le sien, qui est celui du sang, c'est-à-dire une ardeur nocive renforcée par la chaleur de l'air et le confinement dans l'humidité  ; le volume du sang augmente et afflue dans le corps humain, le tempérament du cœur s'échauffe et a besoin d'être rafraîchi et ventilé par la respiration, mais l'aspiration de cet air dénaturé ne lui est d'aucun profit et ne peut satisfaire ce besoin, car cette situation se prolonge en dépit du cycle des saisons  ; le tempérament de l'homme ne peut trouver le soulagement nécessaire car l'arrivée de chaque saison se fait dans cet air altéré  ; le tempérament du cœur se dégrade, (59v) sa chaleur innée s'affaiblit, ne circule plus suffisamment, -13v- est remplacée par la chaleur extérieure à laquelle le sang est exposé à cause de sa quantité excessive et de la carence de la chaleur innée, dues à la corruption. C'est alors que survient la maladie qui se répand actuellement dans la population causant de nombreux décès. Il peut arriver que l'abondance du sang et son excès d'humidité submergent la chaleur innée du cœur affaiblie par la ventilation imparfaite qui lui vient de cet air, elle s'éteint alors subitement comme une mèche noyée dans l'huile, ou bien la vie subsiste tant que dure la résistance de la chaleur, jusqu'à ce que le sang l'emporte. Gloire à Dieu, Il est le plus savant !

Notes

1 Voir la note 4. Voir aussi  : Hippocrate, A.E.L., ouv. cité, III, IV, V, Vents,VI « De ces deux fièvres l’air est la cause... Le souffle inspiré par tous est identique... » ; La nature de l’homme, Littré VI. Plus loin, lorsqu’il parle de la cause lointaine, Ibn Ḫātima développe longuement le rôle de l’air.

2 Ibn Ḫātima montre bien ici la différence entre la nature de l’air-élément, tel que le définit la doctrine hippocratique, et la composition de ce que respire l’homme, c’est-à-dire un mélange de substances diverses. Dans la doctrine hippocratique c’est de l’équilibre des quatre éléments que dépend l’état de santé et si l’un d’entre eux domine les autres l’individu est réceptif à des maladies en rapport avec l’élément dominant. Pour la pollution réciproque de l’air et des eaux, voir Hippocrate, A.E.L, I, 4  ; VII, 1-2  ; pour les qualités des eaux, VII-VIII-IX.

3 Le domaine des théologiens est celui de l'ordre divin, celui des astres proches des divinités pour les Anciens et de Dieu selon la cosmologie et le mysticisme médiévaux. Pour les médecins hippocratiques il s'agit d'un « ordre de l'univers, à la fois divin et naturel, qui rend compte de toures les maladies ». J. Jouanna, Hippocrate, 3e partie, Le rationalisme hippocratique et le divin, p. 259-260 et 271-274.
Pour une bibliographie plus complète voir la note 5 de l'introduction.

4 Dans ces sections b/ et c/ l'auteur reprend les observations d'Hippocrate, Airs, eaux, lieux, ouvr. cité, I.

5 Hippocrate fait sans doute allusion ici à la célèbre et meurtrière peste d'Athènes, observée et décrite par Thucydide, La guerre du Péloponèse, édit. J. de Romilly, Paris 1962, tome 2, XLVII-LVIII. Mais s'agit-il de la peste que nous connaissons aujourd'hui ou d'un typhus ou d'une autre "pestilence" ? Plus bas les paroles d'Hippocrate rapportées par le médecin Abū al-‘Ala b. Zuhr sont appliquées à la peste à Almería  : sa cause est étrangère au pays atteint.

6 Il s'agit des influences des corps célestes sur le dérèglement des conditions climatiques des saisons (supra section a/ [55v].

7 Voir à propos des victimes de la peste à Almería  : P. et J. Lirola-Delgado et Ildefonso Garijo Galan, « Efectos de la epidemia de peste negra de 1348-9 en la ciudad de Almería », Revista del Instituto Egiptio de estudios islamiscos en Madrid , no. 32, 2000, p. 173-204. Les auteurs de l'article donnent une liste de 21 notables de la ville victimes de l'épidémie, dont le frère d'Ibn Ḫātima al-Anṣāri. Pour la progression de l'épidémie voir  : G. Wiet, « La grande peste noire en Syrie et en Égypte », Études d'orientalisme dédiées à la mémoire de Lévy-Provençal, Maisonneuve et Larose, t. I, 1962, p. 367-383.

8 C'est-à-dire qu'elle appartient à l'ordre céleste et donc au domaine des théologiens (se référer à la note 8).

© Presses de l’Ifpo, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

i6doc.com
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search