Version classiqueVersion mobile

La grande peste en Espagne musulmane au XIVe siècle

 | 
Aḥmad bin ‘Alī bin Muḥammad Ibn Ḫātima[Abū Ǧa‘far Ibn Ḫātima al-Anṣārī]

Première question : la connaissance réelle de la peste

Texte intégral

1Cette question comporte deux parties  :

I- La définition générale 1 se présente sous deux aspects

A - Le discours lexicographique

2La définition d'al-Ǧawharī  : la peste, al-ā‘ūn au pluriel al-awā‘īn est la mort causée par l'épidémie, al-wabā’. L'épidémie est une maladie qui se transmet à tous.

  • 2 Le philologue al-Ḫalīl, mort entre 160/776 et 175/791, (E.I. IV ; nelle édit. p. 994-996) est l’aut (...)

3Celle du Mubtaar al-‘ayn 2 : la peste, al-ā‘ūn est la maladie  ; l'homme la contracte, tu‘ina ; si ce mal l'a frappé on le qualifie, sur un schème différent de fā‘il, de pestiféré, ma‘ūn.

4On dit que la peste se manifeste par des ulcères qui apparaissent aux plis du corps et autres endroits, le malade n'y survit pas et le plus souvent dès son apparition elle se généralise.

5Pour l'épidémie, al-Ǧawharī dit  : « C'est une maladie commune, elle admet deux pluriels un court awbā’ et un long ’awbi’a  ; la terre subit l'infection, wabi’at al-ar, -2v- tawba’u, elle est alors pestifère, mawbū’a, lorsque le mal s'est développé. Le sens des dérivés, du schème fa‘ila ou de fā‘ila, se réfère toujours à l'épidémie, ainsi la terre est dite atteinte par l'épidémie, astawba’at.

6Pour al-Ḫalīl, l'épidémie c'est la peste, al-wabā’ al-ā‘ūn, et l'on dit que c'est toute maladie commune à une population. Des savants disent que le sens originel du terme la peste, al- a‘ūn, est l'éruption des ulcères sur le corps, et l'épidémie, al-wabā’, est la généralisation des maladies, mais l'épidémie est appelée a‘ūn à cause de la similitude de la mort dans les deux cas.

7Il découle de ces définitions que la peste est une épidémie, mais la réciproque n'est pas vraie. Le terme al-mūtān a pris abusivement le sens d'épidémie, sa racine étymologique (50v) est la mort, al-mawt , elle frappe les troupeaux  ; on l'écrit aussi al-mūt.

B - Le discours médical

  • 3 Cette phrase renvoie à la notion de changement, de dé-rangement, de dé-règlement, causés par les co (...)

8Nous la définissons comme une maladie commune à l'ensemble d'une population humaine, le plus souvent mortelle, due à de multiples causes. C'est bien la catégorie de la maladie (la peste) qui répond à cette définition. Le terme "maladie", mara, comme tu le sais, s'applique à un état non naturel de l'homme qui perturbe ses fonctions naturelles 3  ; elle est l'inverse de la santé qui est un état naturel où ces fonctions s'accomplissent correctement. Ces deux états sont l'objet de la médecine  : elle vise à faire cesser la maladie et à la guérir, elle s'efforce de préserver la santé et de la fortifier. La médecine est un art qui procède de la science et de l'expérience, elle conserve le tempérament naturel en son état et ramène le tempérament déséquilibré -3r- vers l'état naturel.

  • 4 Ibn Ḫātima veut préciser que ce terme « commune » s’applique à la nature de l’épidémie, telle qu’el (...)

9Le terme "commun", ‘āmm, marque la différence entre [l'épidémie] et la maladie particulière à un individu ou à plusieurs, tout ce qui dans l'acception courante est considéré comme individuel, āṣṣ, et non comme général  ; ici ce terme "commune", et les conséquences qu'il implique, ne peut s'appliquer à une simple propriété, il désigne une différence spécifique, il est plus une définition qu'une qualification 4.

10Les mots "population humaine", li-l-nās, marquent la différence avec l'épizootie, al-mūtān, qui est commune aux quadrupèdes exclusivement.

11"Le plus souvent mortelle", qattāl ġāliban, est distinct de ce qui se dit des maladies qui admettent un espoir de salut et peuvent déboucher sur la guérison, ce qui n'est pas le cas ici.

  • 5 L’auteur fait ici allusion à un très ancien système de classification « de la tête aux pieds », qui (...)

12"Les causes sont associées", ‘an sabab muštarik, doit être distingué de ce qui se dit des maladies dues à des causes diverses mais qui affectent un lieu corporel donné, car le discours médical montre que même si elles entraînent la mort elles ne peuvent être considérées comme épidémies, ces causes diverses produisant des maladies différentes en un même lieu du corps 5. On les qualifie d'épidémies du fait d'une apparente ressemblance (51r) et par extension du sens.

13Cette maladie appartient à l'une des deux sortes qu'Hippocrate a nommées "maladies venues d'ailleurs", wāfida. Galien a déclaré  : « Ce sont des maladies qui touchent un grand nombre de personnes en un même temps  ; lorsqu'elles sont meurtrières on les appelle "mortelles", mūtān  ; si la maladie est bénigne, elle est nommée "venue de l'extérieur", wāfid ; si elles sont particulières à une contrée, elles sont "locales", endémiques, baladiyya. Mais nous précisons que dans son sens originel mūtān, traduction du terme grec, -3v- est spécifique du bétail.

14Les maladies wāfida ont été nommées ainsi en deux sens  : a/ Elles viennent de l'extérieur vers la population, véhiculées par l'air et non par les aliments, les boissons, ou un accident psychique, et de manière générale par rien de ce qui est introduit volontairement [dans le corps], comme le wāfid est l'envoyé vers les gens. b/ Les maladies communes atteignent la plupart des gens comme le wafd est une assemblée (sens de collectif)  ; ce deuxième sens a été relevé par ‘Ali b. ‘Abbās al-Maǧūsī, mais le premier sens est le plus clair. Dieu est le plus savant !

II- Les particularités de la maladie survenue chez nous et dans d'autres régions

15Bien qu'elle ait des aspects généraux, elle a des caractères particuliers. Ce chapitre a donc pour objet la connaissance de tous les caractères de cette épidémie. Nous disons donc, avec l'assistance de Dieu Tout-Puissant, que c'est une fièvre maligne, continue, venant de la morbidité du tempérament interne due à la dégradation de l'air, elle-même causée par l'évolution de son état naturel dans le sens de la chaleur et de l'humidité. (51v) Elle est le plus souvent mortelle, accompagnée d'anxiété, de sueurs localisées, non suivies de détente ni de remontée de la température. Le second jour on observe la plupart du temps de l'abattement et de la confusion, puis cela s'accentue, est suivi de spasmes, de refroidissement des extrêmités, d'affreux vomissements -4r- bilieux répétés, de diverses blessures de la peau, ou de pesanteur dans la poitrine, de difficulté respiratoire, de saignements ou de piqûres dans un côté ou sous un sein, accompagnés d'une inflammation et d'une soif intense, de toux, de noirceur de la langue ou de tuméfaction de la gorge compliquée d'angine et de difficulté ou d'impossibilité de la déglutition, ou de céphalée, de syncopes, de vertiges, de nausées et de diarrhées nauséabondes  ; parfois certains de ces signes coexistent, parfois ils sont associés à des gonflements des ganglions, à des bubons pestilentiels sous les aisselles, aux aines, derrière les oreilles ou dans les régions voisines, précédés ou non de douleur  ; parfois ce sont des ulcères noirâtres en divers endroits du corps mais surtout au dos et au cou, et parfois aussi aux membres.

16Notre terme "fièvre" s'applique à une maladie du même genre, mais tu sais que la fièvre est une température anormale, nuisible aux fonctions naturelles, elle se communique au cœur qui la propulse dans tout le corps. Tout ce que nous mentionnons ici en plus fait partie du schéma [de la peste] et de la définition précise de ses caractères, ainsi la signification exacte t'apparaîtra clairement au cours des questions suivantes.

17Sache que la maladie, selon ce qui nous a été rapporté -4v-, répondait à cette description, (52r) dans les contrées et les zones où le fléau s'est abattu  ; l'époque de son apparition n'a pas varié quelles que soient les zones climatiques et le décalage des saisons, mais, en rapport avec la saison du lieu, elle a présenté des aspects et des symptômes différents  ; il s'agit bien d'une seule maladie, d'une catégorie unique et d'une même cause, différente dans ses caractères et ses symptômes, comme il apparaîtra plus loin, avec l'aide de Dieu Très-Haut.

Notes

1 Il s’agit ici des « pestilences, maladies épidémiques mal identifiées telles que typhus, typhoïde, etc. ».

2 Le philologue al-Ḫalīl, mort entre 160/776 et 175/791, (E.I. IV ; nelle édit. p. 994-996) est l’auteur du Kitāb al-‘ayn dont ses disciples Sībawayh, d’origine persane, mort vers 180/796, considéré comme le pionnier de la grammaire arabe, est l’auteur du Kitāb Sībawayhi (E.I. IX, nelle édit. 1998, p. 544-551), al-Asma‘ī 123/741-213/828, philologue de Baṣra (E.I. I, nelle édit. p. 739-740) et d’autres, composèrent des abrégés et des compléments, dont pourrait faire partie ce Mutaar.

3 Cette phrase renvoie à la notion de changement, de dé-rangement, de dé-règlement, causés par les conditions climatiques déréglées des saisons. Voir Hippocrate, Airs, eaux, lieux, X, 2-12, et XI, 1-2, éd. et trad. Jouanna, Paris, Les Belles-Lettres, 1996  ; J. Jouanna, Hippocrate, Paris, 1992, Troisième partie, chap. II, où l’on trouvera de nombreuses notations et références sur les relations de l’homme à son milieu.

4 Ibn Ḫātima veut préciser que ce terme « commune » s’applique à la nature de l’épidémie, telle qu’elle est définie dans la Collection hippocratique, Nature de l’homme, Littré, t. VI, ch. 9  ; Vents, VI, 1-2, édit. trad. J. Jouanna, CMGI, 1975, 1, 3,   : la maladie commune, l’épidémie, atteint un grand nombre d’individus en même temps car ils respirent tous le même air  ; les maladies particulières viennent du régime  ; les maladies communes sont soit épidémiques, wabā‘iyya, soit locales, endémiques, baladiyya, présentes dans un pays donné de manière permanente. Voir Hippocrate, A.E.L., I-VI, ouv, cité, où il détaille la « constitution » de l’année selon le lieu  ; wāfida qualifie ici les maladies « venues d’ailleurs », accidentelles en quelque sorte. Voir au sujet de la classification des maladies  : J. Jouanna, Hippocrate, ouvr. cité, p. 216-221. Il faut cependant garder à l’esprit que la médecine arabe a connu Hippocrate essentiellement à travers les Commentaires de Galien, eux-mêmes traduits en syriaque ou en arabe au IXe s. (Ibn al-Nadīm, Fihrist, p. 400-405).

5 L’auteur fait ici allusion à un très ancien système de classification « de la tête aux pieds », qui a été repris dans certains ouvrages de médecins arabes. Voir J. Jouanna, Hippocrate, p. 207-208.

© Presses de l’Ifpo, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

i6doc.com
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search