Version classiqueVersion mobile

Le tombeau des trois frères à Palmyre

 | 
Hélène Eristov
, 
Claude Vibert-Guigue
, 
Walid al-As`ad
, 
et al.

Introduction générale

Texte intégral

Point de départ

1Évoquer l’art funéraire palmyrénien fait surgir d’emblée l’image architecturale des tours, celle des banquets sculptés et des bustes de défunts, les uns et les autres relevés de façon plus ou moins discrète par la polychromie : en 1872, la voyageuse russe Lydie Paschkoff note : « dans la plus grande tour… on voit aussi tout autour des portraits peints sur un fond bleu clair. Les couleurs sont encore aussi fraîches que si l’artiste venait d’y mettre la dernière main ». Ce n’est pourtant pas la couleur qui frappe dès l’abord, dans un paysage urbain monumental, source d’inspiration et de fascination depuis l’extrême fin du xviie s. ; les tombeaux hypogées dissimulés aux regards ne seront accessibles aux explorateurs que deux siècles plus tard, lorsque les pilleurs, après les avoir vidés de leur contenu facilement monnayable, les y feront pénétrer, non sans difficultés. Ces souterrains aménagés et creusés de loculi dont les compartiments sont fermés, pour les plus riches d’entre eux, par des plaques sculptées, ne comportent souvent qu’un revêtement de djousse blanc appliqué sur le substrat rocheux ; plus rarement un décor peint se déploie sur une partie limitée de l’hypogée. C’est dans ce contexte que la découverte du tombeau des Trois Frères à la fin du xixe s. fait sensation et focalise l’intérêt du monde savant, au moment même où des tractations complexes s’établissent entre la Russie et l’Empire ottoman autour du transport du Tarif de Palmyre à Saint‑Pétersbourg.

2Malgré son caractère exceptionnel, la découverte des peintures de l’hypogée ne reste toutefois pas isolée : dans les

3Années 1920 le danois Harald Ingholt, financé par la Fondation danoise Rask‑Ørsted en explore, décrit et publie trois autres, et en 2007 la Direction du musée de Palmyre met au jour le dernier exemple connu. Aucun d’entre eux, cependant, ne rivalise avec l’ampleur du programme iconographique et décoratif du tombeau des Trois Frères qui contient la seule exèdre axiale entièrement peinte attestée à ce jour (pl. 13. 2 et 17. 2).

4Dans le panorama de l’art funéraire du Proche-Orient, Palmyre diffère quelque peu, tant par le cadre architectural des hypogées à plan en T renversé que par la qualité de la sculpture et de la peinture, du moins dans les quelques exemples connus. Cette richesse et cette diversité de moyens suggèrent aussi une richesse d’échanges entre les commanditaires et les artistes à leur service soucieux d’adapter le discours iconographique au service de leurs clients, à leur culture, à leurs aspirations, à leur besoin de se protéger du destin au-delà même de la mort.

5L’étude de ce monument et de son historiographie vient combler une lacune ; il est en effet fréquent qu’un édifice qui a suscité intérêt, enthousiasme et théories à l’époque de sa découverte, tombe ensuite dans une sorte de banalisation et échappe au champ de la recherche, tant on croit déjà le connaître. Or la documentation et l’étude commencées en 2004 à la demande de la DGAMS ont prouvé qu’il n’en était rien. Dans les circonstances tragiques du printemps 2015, ces travaux trouvent leur pleine justification.

Synopsis

6Rappelons les principaux événements qui se sont succédé depuis 141 jusqu’à la récente libération de l’oasis.

7de 142/143 à septembre 241 : un tombeau hypogée est creusé et décoré. Ses parois et son entrée servent de support aux inscriptions de concessions. À une date indéterminée, des modifications sont apportées aux piédroits à l’entrée de l’exèdre peinte : un seuil en oblitère partiellement le bas, et deux creusement de mortaises altèrent les grandes figures féminines.

8Période d’abandon indéterminée : elle voit le pillage du tombeau, la récupération de matériaux, l’enfouissement naturel, des effondrements de voûtes.

9[1803 ?] : selon Boris Vladimir Farmakowski (1903, 24) un graffito porterait la date de 1218 de l’hégire (1803 de notre ère), mais la lecture du chiffre est ambiguë : 1218 ou 1318.

101893 : découverte par Johannes Elith Østrup (Skiftende Horizonter, Copenhagen 1894) d’un tombeau peint, rapidement documenté ; un étroit trou d’accès pratiqué par les « fellaheen » est rebouché en vue d’une autre expédition.

111895 : un article en danois par Østrup paraît dans la collection de l’Académie des Sciences et Lettres, à Copenhague (pl. 5. 3).

12Fin xixe s. : un tombeau peint est appelé Magharat

13El‑Djedideh par les habitants de Tadmor (ou Abou Souheil, nom du tombeau- tour voisin). Cette localisation permet d’identifier ce qui deviendra le tombeau des Trois Frères.

141899 (printemps) : Moritz Sobernheim copie les inscriptions et photographie un tombeau peint connu plus tard sous le nom du tombeau des Trois Frères.

151900 : Feodor (Theodor) Uspenski lève un plan et rapporte des documents iconographiques et épigraphiques.

161901 : Josef Strzygowski s’appuie sur la documentation de Sobernheim pour écrire le premier chapitre de son ouvrage Orient oder Rom. Aucune trace de découpe de peinture n’apparaît sur les parois sud et ouest. Un plan coté (Nach einer Aufnahme von Robert Otzen, Palmyra 1899) est publié (pl. 2 et 6. 2).

171901 : Strzygowski signale que Østrup a vu et décrit le tombeau connu ensuite sous le nom de tombeau des Trois Frères. Ce fait ne sera pas discuté jusqu’à l’hypothèse danoise émise en 2014 dans le cadre du Palmyra Portrait Project.

  • 1 Figure 22, p.  126.

181902 : Uspenski publie dans les Comptes-rendus de l’Institut archéologique russe de Constantinople, Les monuments archéologiques de Syrie, un plan et une coupe 11 (pl. 6. 3). Il précise que sa propre exploration complète l’ouvrage récemment paru de Strzygowski.

191903 : Farmakowski utilise tout le matériel récolté en 1900 et confié par Uspenski. Farmakowski publie ainsi « La peinture à Palmyre » dans le Bulletin de l’Institut archéologique, VIII. L’une des coupes montre le seuil dégagé mais n’indique pas la présence d’un escalier sous les remblais (pl. 3 et 6. 4).

201903 : Paul K. Kokovcov, auteur des estampages des inscriptions gravées, utilise la documentation de 1902 dans son étude sur les « Nouvelles inscriptions de Palmyre », également publiée dans le Bulletin de l’Institut archéologique, VIII.

  • 2 jaussen et savignac 1920, 372.

211914 : les Pères Antonin Jaussen et Raphael Savignac (en mission épigraphique confiée par l’Académie des Inscriptions et Belles‑Lettres) inspectent le monument, prennent des clichés et dressent un plan détaillé indiquant l’emplacement des inscriptions (pl. 6. 5) ; toutefois ces documents n’apparaissent pas dans leur article de la Revue Biblique 2. Des clichés seront utilisés par Chabot (1922) (pl. 8).

221918 : Djemal Pascha publie deux clichés de Sobernheim dans Alte Denkmäler aus Syrien, Palästine und West‑Arabien, Berlin.

  • 3 Chabot 1922, 97, pl. XIV‑2, XV, XVI, XVII‑2, XVIII.

231922 : Jean‑Baptiste Chabot, Choix d’inscriptions de Palmyre, publie le plan localisant les inscriptions, huit clichés du tombeau et quatre clichés d’inscriptions. Il dresse le premier historique des interventions et des études : il note qu’un escalier intérieur serait enseveli sous des décombres, et signale que Sobernheim et Uspenski ont lu deux inscriptions, depuis disparues, dans l’exèdre sud. Il utilise des clichés inédits pris en 1914 par Jaussen et Savignac 3 : sur le cliché XVII‑2, l’enfant du médaillon [pilastre O], à côté d’un adulte, est détouré en vue d’une dépose : la tête de la Victoire du même pilastre O est encore place. Une amorce de découpe, au bas du visage dans le médaillon de gauche, de la paroi occidentale est également visible (pl. 8).

241932 : Theodor Wiegand (et collaborateurs) publie les résultats des expéditions conduites de 1902 à 1907 et signale que l’accès au tombeau a été désensablé par la famille du cheikh (« Die sud‑west Nekropole », in wiegAnd 1932, 59‑62).

  • 4 Cantineau 1936b, 354.
  • 5 Amy et seyrig 1936, 229‑266.

251936 : Jean Cantineau signale dans « Tadmorea » 4 la découverte d’une nouvelle inscription lors des travaux de déblaiement de R. Amy. Ce type d’intervention est sans doute à mettre en rapport avec l’article de R. Amy et H. Seyrig 5, mentionnant les opérations de dégagement de novembre 1934 à février 1935 : il s’agit du tombeau démonté et remonté au Musée national de Damas.

261952 : date d’un cliché en noir et blanc conservé au Musée de Palmyre. Il fait état du vestibule non restauré, du vantail de porte brisé et

27dressé contre la paroi est, du profil bien lisible de la corniche stuquée au départ de voûte (exèdre sud).

281952 (après) : restauration architecturale du tombeau, des

29échafaudages sont utilisés (pl. 636) pour refaire les parois effondrées et reboucher les lacunes (pl. 741).

301953 : « the final clearance of the tomb by Nazmi Kheir in 1953 », selon Carl H. Kraeling.

311954 : campagne de photographies en couleur Ektachrome de Carl H. Kraeling et Charles

32F. Nims autorisée par Selim Abdul Hak (pl. 742 à 6).

  • 6 Clichés de CH. F. Nims de l’Institut oriental de Chicago (kraeling 1961‑62, 13‑18).

331961‑1962 : première publication de clichés en couleurs 66. La tête de la Victoire O a disparu entre 1922 et le cliché couleur de 1954 (pl. VIII). « The Oriental Institute which had the color plates made from the ektachrome films by the Imprimerie Duval in Paris ».

341999 (19 décembre) : tests de solvants sur la frise peinte du côté sud de l’exèdre par la DGAMS (attesté par une petite étiquette en place).

352001 : restauration en pierre du grand escalier d’accès extérieur au tombeau et de sa façade, travaux de drainage extérieur et rechapage du sol intérieur par le Musée de Palmyre (Walîd al‑As‘ad).

362014 : nouvelle hypothèse sur le tombeau peint visité par Østrup (sørensen 2014). Il aurait découvert et décrit un tombeau peint similaire (infra p. 60).

37Mai 2015 : lors de la prise de l’oasis, le tombeau

38est transformé en bureau habité (infra p. 191sq) : les parties figurées du décor peint sont badigeonnées de blanc, des maçonneries en parpaings cloisonnent les espaces et obturent les travées.

Évolution de la désignation du tombeau des Trois Frères

39En l’espace d’environ un demi‑siècle, le tombeau a connu des désignations diverses : en 1901, Strzygowski parle de Eine Grabanlage in Palmyra. En 1903 Farmakowski le nomme : la grotte Megharet abou Skeil. En 1922 pour Chabot, c’est Magharat el‑Djedideh ainsi nommé localement, ou Abou Souheil (nom donné localement à la tour funéraire la plus voisine). En 1932 Ingholt cite, à propos du tombeau d’Ḥairan, le « fameux tombeau des trois frères dans lequel ont été trouvées les premières fresques palmyréniennes… ». Cette dénomination est désormais actée par Cantineau en 1936, puis par Kraeling en 1962. L’inscription, datée de 160, sur le bandeau supérieur du linteau de l’entrée, donne le nom des trois frères, Na‘am‘eîn, Malê et Ṣa‘adaî (infra p.135, insc.2).

Destination Palmyre : raccourci géographico-historique et cartes

  • 7 sartre et sartreFauriat 2008. delplac2017.

40Une partie de la Syrie antique orientale se découvre en partant de Damas pour se diriger vers Palmyre, l’ancienne Tadmor. Vers le nord-est, la route passe par Dmeir où s’élève un temple romain, et longe dans un paysage semi‑aride les Palmyrénides, une chaîne de montagne assez continue (pl. 1. 1). Une barre de verdure ondoyante à l’horizon ne tarde pas à signaler, une région célèbre pour son oasis aux centaines de palmiers et jardins irrigués. Au sein de la Palmyrène, au carrefour de pistes caravanières, une ville s’est développée avec un quartier hellénistique au sud d’un wadi. Au tout début du ier siècle de notre ère, elle est annexée par les Romains, puis elle est investie par les Byzantins qui élèvent des églises et couvrent de fresques religieuse la cella du temple de Bêl ; enfin les Omeyyades y résident 7.

41En 1751, H. Dawkins et R. Wood font part de leur émotion visuelle à l’aide de somptueuses vues panoramiques. Elles insistent sur la forêt de colonnes d’où émergent des monuments, certains encore debout, d’autres ruinés. Le temple de Bêl figure, comme d’autres sanctuaires, avec dans le lointain le rappel de vallées et de pics dont l’un porte une citadelle arabe. Les itinéraires des premiers voyageurs, celui de Johannes Østrup en 1895 par exemple (pl. 5. 2), indiquent l’oasis à l’aide d’un petit polygone. Les plans de la cité vont peu à peu se révéler indispensable aux différentes expéditions et missions. Celui de Gabriel publié en 1926 et celui de Wiegand diffusé en 1932, mais levé en deux fois (1902 et  1907) commencent à signaler les pistes, les grandes lignes des ruines, les monuments et le parcellaire, dont celui des habitants d’alors, dans le sanctuaire de Bêl en particulier.

  • 8 schnädelbach 2010.

42La Topographia Palmyrena 8 a repris l’historique des cartes à l’occasion de l’établissement d’un nouveau plan de Palmyre, doublé d’une base de données (pl. 1. 2). Cet ouvrage présente les différentes nécropoles, dont celle du sud-ouest où fut trouvé le tombeau des Trois Frères. Du haut du Jabal Muntar qui la domine s’offre une vue spectaculaire, celle qui est figée dans l’esprit de tous les voyageurs, savants ou non d’avant 2015 (pl. 1. 3). Le terrain est parsemé de taches d’ombres signalant les hypogées, des tombeaux tours s’élèvent en surface, la route arrivant de Damas marque la limite de l’avancée de l’oasis. Un détail agrandi d’une carte (pl. 1. 4) permet le repérage et le comptage des hypogées avec au centre, le plan en T renversé du tombeau des Trois Frères. Vu du sol, son entrée se remarquait auprès d’un vestige de tombeau tour (pl. 1. 5). Un panneau-flèche indiquait aux visiteurs le long escalier restauré par la DGAMS en 2000. Le véhicule tout terrain sans âge au second plan rappelle que les automobiles ont vite pris la place des chevaux et caravanes des premiers explorateurs et exploratrices. L’abri et la tente en arrière-plan signalent le gardiennage du site.

Notes

1 Figure 22, p.  126.

2 jaussen et savignac 1920, 372.

3 Chabot 1922, 97, pl. XIV‑2, XV, XVI, XVII‑2, XVIII.

4 Cantineau 1936b, 354.

5 Amy et seyrig 1936, 229‑266.

6 Clichés de CH. F. Nims de l’Institut oriental de Chicago (kraeling 1961‑62, 13‑18).

7 sartre et sartreFauriat 2008. delplac2017.

8 schnädelbach 2010.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search