Version classiqueVersion mobile

Le tombeau des trois frères à Palmyre

 | 
Hélène Eristov
, 
Claude Vibert-Guigue
, 
Walid al-As`ad
, 
et al.

IV - Reconsidérer l'axe de l'entrée vers l'exèdre peinte

G. Essai de synthèse

Claude Vibert-Guigue

Texte intégral

  • 1 Les tombeaux Q3, Q10 de Qweilbeh, l’ancienne Abila de la Décapole sont évocateurs avec leur alcôve (...)

1D’une certaine manière, le tombeau des Trois Frères avec son exèdre axiale peinte est à rapprocher de la série des tombeaux du Proche-Orient où l’on accède à une grande chambre principale dont les côtés sont presque toujours percés de loculi, la paroi face à la porte d’entrée pouvant également recevoir une alcôve axiale dont la paroi du fond sera aussi percée 1, tandis que les lunettes peintes sont peu fréquentes (en dehors des petits tombeaux à arcosolia).

2Au tombeau des Trois Frères, l’exèdre n’a que trois parois principales (pl. 17. 2), la paroi du fond est dénuée d’alcôve et les loculi sont superposés en travées qui ne ménagent pas de grandes surfaces murales horizontales propices au déroulement de scènes ou frises animées.

3Le visiteur, en revenant sur ses pas, ne voyait à droite et à gauche que l’arrière des piédroits de l’arc, ornés de pied de vigne, surmontés de la suite des frises architecturales. En levant la tête, le bandeau marquant la faible épaisseur de l’arc n’a d’ailleurs pas retenu l’attention des peintres qui l’ont laissé blanc (pl. 69. 1).

4L’exèdre peinte était en quelque sorte sans intimité funéraire. Lumineuse face aux vantaux ouverts au soleil du matin, elle captait l’attention par sa polychromie, alors qu’en descendant le court escalier les exèdres latérales offraient un mobilier sculpté figuré. En partie rehaussées de couleurs, des scènes de banquet occupaient des espaces d’une blancheur immaculée, seulement traversées d’inscriptions affichant les concessions (supra p. 137).

  • 2 Le cloisonnement est en revanche apparu en 2016.

5Un système de fermeture semble cependant avoir obturé partiellement l’exèdre peinte à une date indéfinie (pl. 16. 3e). Un long seuil a rejoint les deux piédroits et à environ 2,20 mètres de hauteur, les cavités servant à la fixation d’un madrier horizontal ont endommagé les deux grands personnages féminins. Il est impossible de restituer une éventuelle paroi écran, dont l’interprétation reste hasardeuse. En dehors des traces signalées, aucune évidence d’un scellement de maçonnerie ou de tout autre élément de clôture n’a été observée sur les enduits en élévation, encore moins sur l’intrados de l’arc 217.

6À l’ordonnance architecturale funéraire, avec sa stricte disposition de travées verticales creusées dans les sédiments, répond une logique fonctionnelle valorisée par l’arc d’entrée et ses piédroits, par la voûte en berceau et la surface de la lunette légèrement inclinée. À un alignement de compositions murales verticales répondait le couronnement des frises horizontales et leur traitement tridimensionnel. En revenant vers l’entrée, il faut imaginer un aménagement construit de part et d’autre de l’escalier, offrant un aspect visuel différent de celui des vestiges actuels.

Notes

1 Les tombeaux Q3, Q10 de Qweilbeh, l’ancienne Abila de la Décapole sont évocateurs avec leur alcôve peinte ouverte sur la paroi qui fait face à l’entrée. Vibert-Guigue 1988, dans Barbet et VibertGuigue 1994, pl. 40 (tombeau Q3) et pl. 85 (tombeau Q10).

2 Le cloisonnement est en revanche apparu en 2016.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search