Version classiqueVersion mobile

Le tombeau des trois frères à Palmyre

 | 
Hélène Eristov
, 
Claude Vibert-Guigue
, 
Walid al-As`ad
, 
et al.

IV - Reconsidérer l'axe de l'entrée vers l'exèdre peinte

F. Lunettes d'exèdre à Palmyre dans l'axe

Claude Vibert-Guigue

Texte intégral

1Il apparaît que la paroi du fond des galeries axiales, et donc des exèdres, présentait des variantes, tant du point de vue des usages funéraires que des décors. Une série de cinq exemples a été rassemblée (pl. 79. 1), l’un d’eux n’étant pour l’instant ni localisé ni daté (pl. 79. 1e). La lunette peut être utilisée pour une ou plusieurs sépultures creusées perpendiculairement à la paroi, ce qui augmente potentiellement leur nombre.

  • 1- Le tombeau de ‘Atenatan (pl. 79. 1a). L’exèdre au niveau du sol est divisée en travées parallèles et arquées, alors qu’à hauteur de la lunette, l’ouverture ménage deux écoinçons. Six fosses sont disposées à l’arrière. Une inscription indique 98 apr. J.‑C.
  • 2- Toujours à la fin du ier siècle (pl. 79. 1b), le tombeau de Zabda 1 dispose dans la paroi du fond quatre travées de loculi surmontées à hauteur de la lunette d’une ouverture assez détruite, mais suggérant de nouveau un arcosolium.
  • 3- Le tombeau de Zabd‘ateh d’avril 114 (pl. 79. 1c) présente un parti différent 2. Une paroi est enduite de haut en bas, sans aucune séparation entre la paroi et la lunette. Elle est seulement percée à hauteur de la paroi d’une niche centrale horizontale flanquée de deux ouvertures de travées au sommet arqué, celle de droite conduisant à une petite chambre. Le djousse ne présente pas de traces peintes.
  • 4- Le tombeau des Trois Frères (pl. 79. 1d) atteste une lunette investie par un tableau mythologique peint. Le commanditaire a voulu la consacrer à un thème chargé de sens.
  • 5- Le dernier exemple (pl. 80. 1e), inédit semble-t-il, est connu par un cliché archivé à l’Université Saint‑Joseph et non daté. La paroi est divisée en trois travées, celle de droite étant inscrite en araméen. La lunette est creusée d’une ouverture rectangulaire arrondie aux angles et encadrée d’un bandeau saillant. Un pavé de texte araméen peint se trouve à l’angle inférieur droit de la lunette. On voit ici un aménagement qui n’est pas sans rappeler le bandeau en relief enchâssant la scène d’Achille à Skyros au tombeau des Trois Frères. Le cliché semble indiquer dans ce creusement une fosse parallèle à la paroi.

2Les parois au fond des galeries axiales ont donc parfois des lunettes surcreusées pour accueillir des arcosolia en hauteur, tout en conservant d’étroits écoinçons qui ménagent un espace décoratif. Or on sait que dans les tombeaux la profusion de percements (loculi, travées de loculi, arcosolia, etc.) réduit la surface murale à peindre. À Palmyre, le phénomène a pu évoluer vers une lunette pleine, propice au décor peint.

3Dans un cas, celui du tombeau de Zabda (pl. 79. 1b), du mobilier sculpté est disposé (peu visible sur le cliché) devant la paroi du fond de l’exèdre ; de ce point de vue, rappelons qu’au tombeau de ‘Atenatan une lunette de fond d’exèdre latérale est peinte, alors qu’au premier plan apparaît un banqueteur sculpté reposant sur son lit sarcophage.

Notes

1 Gawlikowski 1970, 115.

2 Gawlikowski 1970, 116-117.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search