Version classiqueVersion mobile

Le tombeau des trois frères à Palmyre

 | 
Hélène Eristov
, 
Claude Vibert-Guigue
, 
Walid al-As`ad
, 
et al.

IV - Reconsidérer l'axe de l'entrée vers l'exèdre peinte

E. Hypogée de ‘Atenatan à deux exèdres peintes

Texte intégral

  • 1 Sørensen 2016, fig. 10.
  • 2 Ingholt 1932, 12.

1Que se passe-t-il dans le cas de deux exèdres peintes ? Le tombeau de ‘Atenatan (cf. plan, pl. 84, no 6) est un des rares exemples où deux exèdres coexistent et sont traitées différemment 1 (pl. 77). Ingholt signale 2 : « Une inscription grecque et palmyrénienne gravée dans une plaque rectangulaire encastrée dans le mur au-dessus de la porte relate que le tombeau fut construit par ‘Atenatan, fils de Zabd‘ateh, pour lui et son frère Ḥairan au mois d’Octobre de l’an 410, d’après l’ère des Séleucides, c’est à dire l’an 98 de notre ère. D’autre part une inscription palmyrénienne gravée sur le linteau même nous apprend que l’exèdre à droite de l’entrée fut bâtie par Julius Aurelius Maqqai, fils de Zebadbôl, pour lui, ses enfants et les enfants de ses enfants mâles, au mois d’Avril 540, c’est‑à‑dire en l’an 229 de notre ère ».

2L’étude s’attache à cette exèdre particulièrement décorée, qui n’est pas dans la perspective de l’axe principal, alors que l’exèdre en bout de galerie, passée quasi sous silence, révèle, à notre sens, un parti-pris à la fois pictural et funéraire.

Exèdre de Maqqai (pl. 77)

  • 3 L’Ifpo à Damas conserve de bons tirages des clichés en noir et blanc (catalogue 16). Les coloris s (...)
  • 4 Ingholt 1932, 13.

3L’exèdre de droite, de trois mètres de profondeur sur quatre de largeur, mériterait une étude approfondie et une restitution dans l’espace 3 (pl. 77. 1). « Sur l’arc qui relie les deux murs latéraux de l’exèdre se trouve, de chaque côté, une Victoire planant dans l’air. Un des pieds touche un globe, le bras droit est étendu avec une palme à la main 4 » (pl. 77. 3). Les murs intérieurs ont perdu leur enduit ce qui n’est pas le cas de la voûte et de la lunette du fond : « l’on y distingue, en teintes très ternies, un homme couché et une femme assise à sa gauche ; peut‑être est-ce une reproduction picturale du même motif que nous voyons sur le sarcophage » (pl. 77. 4). Effectivement le sarcophage est orné d’un bas-relief, représentant un homme avec sa femme et son fils, et portant l’inscription palmyrénienne suivante « Image de Maqqai, fils de Zebadbôl, qui a bâti cette exèdre ». Ingholt voit ici la confirmation que les peintures de cette exèdre sont à dater de 229 de notre ère.

4La voûte est plus originale par sa composition associant trois motifs. Au départ des côtés apparaît une frise de méandre et svastikas (pl. 77. 4 et 75. 1). Un substrat rocheux mal égalisé expliquerait un méandre légèrement « convulsif », quoique efficace dans son trompe-l’œil. Le motif de voûte est séparé de la frise, du moins sur une bonne partie de cette dernière, par une surface en forme de triangle rectangle très allongé occupée par un rinceau habité à huit enroulements de taille décroissante sur un fond blanc, pouvant évoquer un demi-fronton. « …des rinceaux au centre desquels se trouvent des couronnes de feuilles, un cerf bondissant, un taureau et un torse d’homme nu ». Une gazelle, un autre quadrupède et un buste, se lisent aussi sous forme de protomés émergeant d’une corolle indépendante du rinceau, tandis que les quatre derniers enroulements vers l’angle aigu sont ornés d’un motif végétal différent.

  • 5 Ingholt 1932, 13-14.

5Encore plus étonnante est la composition géométrique développée sur la voûte (pl. 77. 4 et 5). Ingholt voit ici un rappel du tombeau des Trois Frères : « Elle se compose de petits dessins de forme alternativement circulaire et ovale, et de différentes grandeurs. Les couleurs prédominantes sont le bleu et le rouge, clair et foncé ; parfois le centre des dessins est jaune, et parfois aussi la moitié d’une des lignes de contour est claire, l’autre foncée » 5. Sur un quadrillage préparatoire un réseau se compose d’une alternance de cercles et d’ovales, chacun enfermant un cercle ou un ovale inscrit ; ils sont traités de manière illusionniste, la moitié droite d’un demi-cercle intérieur étant garnie soit de petits points de couleur claire, soit d’un motif dentelé. À un effet de lumière très marqué par le clair-obscur correspondait donc un traitement graphique. Le long des bords du tapis, cercles et ovales sont coupés.

6On est loin du maillage d’hexagones du tombeau des Trois Frères réalisé quasi à main levée, sans effet de lumière et sans variation, même binaire, du motif de caisson étoilé. La surface, ici plus petite a permis de réaliser sur une grille régulière ce petit chef-d’œuvre de composition polychrome à rehauts de lumière. Néanmoins le peintre a dû s’adapter à la forme irrégulière de la voûte en délimitant une surface rectangulaire cintrée. L’espace résiduel en forme de triangle rectangle entre la paroi et le départ de voûte, lui a permis de développer un rinceau habité aux enroulements décroissants vers la gauche.

Exèdre axiale

7L’exèdre axiale anciennement photographiée (pl. 77. 2 g.) laisse deviner deux décors peints (A et B). La paroi du fond à trois travées à sommet arqué est surmontée d’une lunette où six fosses s’alignent dans le sens de la profondeur (dessin d’après cliché (pl. 77. 2 dr.). Cet espace d’inhumation s’ouvre par un arc dont les deux étroits écoinçons portent deux figures féminines debout (décor B), partiellement conservées, tenant les teniae d’une guirlande qui suit l’arc surbaissé ; il est lui‑même bordé d’une guirlande dense de feuilles de laurier, ponctuée à intervalles réguliers de groupes de fruits, d’un motif indéterminé et, au sommet, d’une fleur à quatre pétales. Aucun autre décor peint ne semble apparaître dans cette exèdre.

8Mais si l’arc d’entrée de cette dernière, totalement enduit, est resté blanc, au sommet du bandeau que constitue l’épaisseur de l’arc apparaît un médaillon dont on ignore s’il était orné (décor B).

9L’architecture vient au secours de ce décor peint peu exubérant : les piédroits (arrachés) de l’arc étaient maçonnés et leur mouluration à hauteur de la base en pierre conservée se prolongeait sous la forme d’une plinthe également en pierre. À noter qu’un seuil, dont la trace maçonnée se lit entre les deux piédroits d’arc, semble avoir partiellement recouvert ces derniers. Cette configuration évoque celle observée au tombeau des Trois Frères, si l’on compare la vue axonométrique (pl. 77. 7) avec le cliché de l’exèdre ouest (pl. 17. 2).

Notes

1 Sørensen 2016, fig. 10.

2 Ingholt 1932, 12.

3 L’Ifpo à Damas conserve de bons tirages des clichés en noir et blanc (catalogue 16). Les coloris semblent frais et les motifs bien lisibles au moment de la découverte.

4 Ingholt 1932, 13.

5 Ingholt 1932, 13-14.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search