Version classiqueVersion mobile

Le tombeau des trois frères à Palmyre

 | 
Hélène Eristov
, 
Claude Vibert-Guigue
, 
Walid al-As`ad
, 
et al.

IV - Reconsidérer l'axe de l'entrée vers l'exèdre peinte

C. Décor végétal

Claude Vibert-Guigue

Texte intégral

1Sans présenter les caractéristiques d’une pergola construite, de la représentation d’un dessous de treille (tel que le tombeau de Dionysos le suggère, pl. 79. 3), ou d’un arrière-plan en forme de vigne (tombeau de Ḥairan, pl. 79. 2), le décor des pampres dressés vers un fascinum en position haute joue un rôle intéressant à analyser en fonction de la place occupée par le monde végétal dans l’exèdre. Rappelons que le bandeau au méandre repose sur une structure architecturale fictive composée de colonnes à chapiteau corinthien, deux entières aux extrémités ouest des parois nord et sud, et deux angulaires du côté ouest. On assiste donc à l’emboîtement de deux décors, l’un strictement architectural, l’autre d’inspiration végétale. Une vue axonométrique visualise ces végétaux (pl. 75. 12), auxquels on pourrait ajouter les fleurons de la voûte ainsi que les fleurons de l’arc (pl. 70) qui relèvent d’un domaine plus abstrait.

Croissance et développement

2L’exèdre présente un décor végétal en croissance : les quatre pieds de vignes qui habillent sur deux côtés les piédroits de l’arc, les neuf culots d’acanthes qui stabilisent les globes noirs d’où s’élèvent les Victoires, et le paysage boisé de la lunette. La mythologie et diverses croyances (fascinum) se rencontrent ici. Le rinceau de vigne se déroule aussi sur l’arc d’entrée (pl. 71). L’arc végétalisé présente un fleuron sommital. Une réplique de ce rinceau cintré orne la lunette du fond mais est garnie d’un masque (pl. 31. 1 et 2) qui pourrait se lire comme un gorgoneion, en pendant apotropaïque au fascinum. La lunette d’Achille à Skyros est doublement végétalisée, à la fois par son encadrement et par l’arrière-plan boisé de la scène.

Végétaux coupés, mis en forme

3Des végétaux renvoient aux fleurs « coupées » ou aux guirlandes tressées. Ce sont les couronnes végétales sur les têtes de l’Éros-Pyrrhus (lunette) (pl. 30) et des neuf Victoires (pilastres) (pl. 64 à 66), puis de manière organisée, les roses écloses formant des guirlandes tenues dans les mains qui élèvent les médaillons, ou bien comblant les vides autour des feuilles d’acanthes. La voûte est à part avec « sa pluie d’étoiles-fleurs » figées dans plus de six-cents caissons (pl. 67). Demeurent les quelques éléments végétaux dans certains compartiments en bas de pilastre (I) et de piédroits R (pl. 41).

Lire

Accès ouvert
Mode lecture ePub
PDF du livre
PDF du chapitre

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search