Version classiqueVersion mobile

Le tombeau des trois frères à Palmyre

 | 
Hélène Eristov
, 
Claude Vibert-Guigue
, 
Walid al-As`ad
, 
et al.

IV - Reconsidérer l'axe de l'entrée vers l'exèdre peinte

B. Fascinum

Claude Vibert-Guigue

Texte intégral

1Un tableau illustré compare les motifs du médaillon palmyrénien (pl. 75. 11) avec huit autres exemples régionaux chronologiquement répartis : à Antioche, Hatra, Amman, Doura-Europos (trois occurrences), Qaryat al-Faw. Sur dix colonnes, sont disposés de g. à dr. : inscription, insecte/araignée, scorpion, oiseau, figure (à arc et flèche), serpent, objet pointu, gallinacé, félin/canidé.

2L’œil, plutôt en position centrale est plus ou moins bien conservé, voire perdu car détaché de son support (crustae d’Hatra). Les scorpions (plus ou moins schématisés) et les serpents sont les plus représentés (8 et 7 fois chacun). Viennent ensuite les insectes, araignées, les oiseaux (dont un en vol sur les cinq) et toute arme ou objet pouvant blesser. Coq ou gallinacé et inscription sont les moins présents (3 fois chacun). Cet inventaire met surtout en évidence la diversité des formes des animaux et l’absence d’un modèle unique.

3Au tombeau des trois Frères, il est à voir en tant que dispositif fixe, contextualisé par un rinceau de vigne et dont le pouvoir protecteur était probablement redoublé de part et d’autre de l’entrée. Il joue néanmoins sur la mobilité puisque le visiteur le voit avant même de s’avancer sous l’arc de l’exèdre peinte. Il s’apparente à un objet suspendu, tel un oscillum grâce à une panoplie humaine, animale, forgée de formes et objets blessant. Le support mobile que sont les carreaux disposés en hauteur sur des plafonds, ceux de la synagogue de Doura‑Europos et du temple de Maren à Hatra, se rapproche de cette disposition protectrice dominante.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search