Version classiqueVersion mobile

Le tombeau des trois frères à Palmyre

 | 
Hélène Eristov
, 
Claude Vibert-Guigue
, 
Walid al-As`ad
, 
et al.

IV - Reconsidérer l'axe de l'entrée vers l'exèdre peinte

A. Méandre

Claude Vibert-Guigue

Texte intégral

1Si l’ensemble du tombeau présente un bandeau en relief à la jonction entre les parois et la voûte, des différences apparaissent quant au traitement d’une imitation de corniche. À l’intérieur de l’exèdre peinte, il est revêtu d’un méandre peint (pl. 43). À hauteur des piédroits de l’arc, il semble avoir recouvert le motif d’intrados de l’arc, et le méandre peint n’est alors pas de même facture (pl. 44. 1). Dans l’exèdre axiale, comme dans celle du nord, il est resté blanc. Dans l’exèdre sud, le bandeau est stuqué sur les trois côtés, avec un détail de mouluration mieux conservé à l’extrémité nord de la paroi est (pl. 73) (supra p. 84).

2À ces différences s’ajoute celle de l’exécution de son relief : le bandeau courant dans l’exèdre a-t-il été réservé dans le substrat au moment de la taille ou correspond-il à un façonnage en djousse appliqué sur les parois ? En rapprochant des clichés anciens (pl. 13. 1 a-d), on constate une zone de cassure du bord inférieur sur la paroi du fond en 1914 (pl. 13. 1 b, cliché publié par Chabot en 1922). Le phénomène est plus sensible sur les faces des piédroits à partir du bord supérieur. Plusieurs hypothèses peuvent être proposées : soit le dispositif en angles saillants de la corniche des piédroits présentait une fragilité plus grande que celle de l’exèdre en angles rentrants ; soit les corniches des piédroits ont été rapportées tandis que celles de l’exèdre ont été réservées au moment de la taille puis enduites, ce qui expliquerait leur plus grande cohésion.

3Le second aspect concerne l’ordre d’exécution. En effet, un cliché ancien semble attester la continuité du décor à réseau de l’intrados sous la corniche (pl. 10. 1 et 5) : il amène à déduire que ce bandeau aurait été ajouté exclusivement au‑dessus des piédroits. Dans ce cas peut-on penser à une même phase de décor opérée par deux équipes distinctes (stucateur et peintre) ou bien à deux phases chronologiques, le décor de l’intrados étant réalisé d’abord et partiellement recouvert ensuite par la corniche ?

  • 1 Cliché aimablement fourni par L. Nordiguian, Université Saint‑Joseph, Beyrouth.

4Par comparaison, dans un tombeau non localisé semble-t-il 1, le cliché d’une exèdre enduite atteste un dispositif de bandeau en relief blanc similaire (pl. 79. 1‑e). Malheureusement ce tombeau inédit n’est pas daté. On y note clairement une différence de qualité d’exécution : dans l’exèdre la surface légèrement bosselée et les angles mous dénotent une taille du bandeau dans un substrat peu compact, tandis que l’arc et ses piédroits maçonnés offrent des surfaces bien dressées et des arêtes nettes. Une fissure du côté droit indique clairement que le bandeau a été rapporté, peut-être en a-t-il été de même pour les piédroits et l’arc qui montrent une faible épaisseur.

5Au tombeau des Trois Frères, le méandre est peint sous une frise de modillons, ces deux frises géométriques n’ayant pas le même statut. La frise de modillons, interrompue sur le revers des piédroits, soutient, pour ainsi dire, la voûte aux hexagones, alors que le méandre sur le bandeau en saillie assure la transition entre les parois verticales et le couvrement, voûte et arc.

6De plus le rôle du méandre est ici un motif unificateur puisque l’on a cherché, au-delà des « mains » différentes à établir une continuité visuelle entre le décor de l’exèdre et celui de l’arc d’entrée.

7Une simulation visuelle est tentée (pl. 16. 2).

Notes

1 Cliché aimablement fourni par L. Nordiguian, Université Saint‑Joseph, Beyrouth.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search