Version classiqueVersion mobile

Le tombeau des trois frères à Palmyre

 | 
Hélène Eristov
, 
Claude Vibert-Guigue
, 
Walid al-As`ad
, 
et al.

IV - Reconsidérer l'axe de l'entrée vers l'exèdre peinte

Introduction

Claude Vibert-Guigue

Texte intégral

1Les peintures du tombeau sont souvent évoquées à travers les figurations humaines et animales, en partie encadrées de colonnes, surplombées par une lunette et qu’une composition voûtée protège. Le rôle de l’exèdre peinte dans le dispositif général et la manière dont la grotte a été taillée puis aménagée le sont moins. Il a paru judicieux de rassembler quelques réflexions autour de l’axe est-ouest du tombeau, qui correspond à la longue galerie face à l’entrée, segmentée en trois parties (pl. 75 à 79). Ce qui se déroule dans les espaces hypogées, autrement dit la grotte aux morts, diffère de la maison des vivants, et la vision des espaces doit s’accommoder de particularités funéraires, dans les aménagements comme dans le décor.

2À propos des aménagements internes, des observations ont révélé de part et d’autre de l’escalier intérieur des structures maçonnées dont il ne reste que des traces sur les élévations latérales (pl. 76). Aussi peu profond soit-il, le côté oriental du vestibule est doté d’installations disparues (supra p. 94-95) dont des parallèles sont à trouver.

  • 1 Donceel-Voûte 2014, 347 passim.

3Parmi les décors peints peu ou pas sollicités dans les études, retenons les frises végétales et architecturales, celle du méandre à carrés et à svastikas en particulier (pl. 43), et le motif de fascinum ou de mauvais œil coiffant des rinceaux de vigne dressés à l’entrée de l’exèdre peinte (pl. 26, 52, 75). Farmakowski a bien signalé ce dernier et Chabot l’évoque en 1922. Une étude récente l’insère dans une série de figures destinées à repousser le mal en l’attaquant violemment 1. La lunette dépeignant la scène d’Achille à Skyros (pl. 17 et 18) est exceptionnelle par la manière dont elle a été taillée dans le substrat, légèrement inclinée vers l’avant, ce qui en facilite la lecture (pl. 16. 2) ; un bandeau en saillie orné d’un rinceau de vigne garni d’un masque centré la couronne. Ce dispositif peint mérite de poser la question des lunettes axiales dans les hypogées palmyréniens (pl. 79. 1).

4Divers aspects iconographiques et architecturaux sont ainsi rassemblés (méandre, fascinum, « exèdre » orientale, lunette axiale) sans prétendre dresser un état complet des questions soulevées, encore moins aborder de manière exhaustive le champ des comparaisons et des interprétations. Il s’agit de réfléchir à la manière dont l’exèdre peinte a pu être conçue dans un tombeau collectif rythmé par une série de concessions. Compte-tenu des données épigraphiques et iconographiques, on considérera que les piédroits et l’arc ont été peints avant la réalisation des deux images inscrites de Bat‘â, fille de Malê, au nord et de celle de Bat‘â, fille de Šim‘ôn, avec son jeune enfant, au sud (R et T). En revanche, l’exèdre axiale qui précède l’exèdre peinte ne se signale par aucune caractéristique.

Notes

1 Donceel-Voûte 2014, 347 passim.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search