Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Vie religieuse au Liban sous l'Empire romain

 | 
Julien Aliquot

Catalogue des lieux de culte

Hermon sud

Texte intégral

115. Kafr Doura

1Description : Dar 1993, p. 104-113, ph. 83-87. Site non revu.

2Dans les années 1970-1980, l’équipe archéologique dirigée par S. Dar a pu explorer Kafr Doura (1000 m d’altitude), à 6 km au nord/nord-est de Banias, dans la région des hameaux de Chébaa. Le site comprend trois ensembles. Premièrement, au sud, sur un promontoire rocheux, un petit sanctuaire domine le vallon encaissé du Ouadi el-Aassal, sur la rive gauche de ce cours d’eau qui s’écoule en direction du bassin du lac Houlé : il se compose d’une petite chapelle de 5 m sur 6,20 m, partiellement rupestre, ouverte au nord-ouest et placée à l’intérieur d’une cour d’environ 30 m de côté ; un buste érodé est sculpté sur la façade à droite de la baie, ce qui rappelle le décor plaqué sur la façade du temple romain de Chhim (39 C). Deuxièmement, deux zones d’habitat (non daté) ont été repérées à 400 m et à 1000 m au nord-ouest du site cultuel. On trouve enfin, isolée à l’ouest, une installation identifiée par les fouilleurs à une forge protobyzantine.

116. Qalaat Boustra

3Description : Porter 1875, p. 429-430 ; Dar 1993, p. 93-103. Site non revu.

Épigraphie : IGLS 11, A/1.

4Le site occupe une éminence qui domine la vallée du Hasbani à environ 780 m d’altitude, au nord-ouest de Banias. Le missionnaire J.L. Porter y aurait vu deux temples et d’autres bâtiments dans la seconde moitié du xixe s. En 1970-1972 et en 1990, S. Dar a pu distinguer un sanctuaire romain (comprenant un mur de péribole en appareil irrégulier et un petit temple dont seules subsistent les fondations) associé à un hameau antique. L’inscription gravée sur une colonne conservée sur place semble mentionner un prêtre.

117. Har Senaim

5Architecture, archéologie : Dar 1993, p. 28-92, pl. 1-10 et ph. 10-59, en particulier p. 39-40 (village) et 46-78 (sanctuaire, plan et essai de restitution en perspective axonométrique). Site non revu.

Épigraphie : IGLS 11, A/2-10.

6À quatre kilomètres au nord/nord-est de Banias, le site de Har Senaim (Tell el-Hafour ou Hafour el-Qorn en arabe) occupe la croupe d’un contrefort de l’Hermon méridional, le Jabal Siri, qui culmine à 1146 m d’altitude. La mission archéologique de S. Dar l’a exploré dans les années 1970-1980. Les monnaies découvertes en surface témoignent d’une occupation au moins sporadique du site à l’époque hellénistique. La majeure partie du matériel céramique et numismatique de Har Senaim date cependant des iie-ive s. apr. J.-C. Les ruines relevées en surface sont attribuables à cette époque.

7Le site couvre une surface d’environ 400 m d’ouest en est sur 150 m du nord au sud. Il comprend trois ensembles. Diverses installations couronnent l’escarpement rocheux au nord et à l’ouest : S. Dar leur attribue une fonction cultuelle de façon peu convaincante. Au sud-ouest, en contrebas, une zone d’habitat comprend au moins une douzaine de maisons associées à six citernes. Enfin, au sud-est du site, un sanctuaire d’époque romaine s’adosse à des rochers (fig. 265). Il couvre une surface maximale de 58 m du nord au sud sur 38 m d’est en ouest. Son mur de péribole dessine une enceinte de plan irrégulier. Il présente deux portes, l’une au nord-ouest, correspondant sans doute à l’entrée principale du sanctuaire, l’autre au sud-ouest, de dimensions plus réduites.

Fig. 265. Har Senaim (117) : plan au sol des vestiges du sanctuaire.

Fig. 265. Har Senaim (117) : plan au sol des vestiges du sanctuaire.

Dessin d’après Dar 1993, p. 43, fig. 13.

8Deux bâtiments s’élevaient à l’intérieur du temenos, sur deux niveaux différents. Le premier, sur la terrasse supérieure, est très approximativement placé dans l’axe de l’entrée principale nord-est. Selon S. Dar, il s’agirait d’une simple pièce quadrangulaire, de forme irrégulière, ouverte au nord-est et précédée d’une volée d’escalier. Son identification à un temple semble insuffisamment établie. Il pourrait s’agir d’une annexe. En contrebas, un second bâtiment occupe le niveau inférieur, qui conserve ici son dallage. Il présente une apparence beaucoup plus classique que son voisin, celle d’un petit temple romain ouvert à l’est et précédé d’une volée d’escaliers. Les trois pièces accolées au mur nord-est de l’enceinte pourraient être des salles annexes de ce bâtiment.

9De nombreux autels ont été découverts dans la cour du sanctuaire. L’un d’eux porte le buste d’un dieu radié en bas-relief (Dar 1993, p. 61, fig. 25, ph. 38). Les inscriptions gravées sur les autres sont lacunaires. Aucune ne révèle le nom du titulaire du temple, mais deux d’entre elles sont datées et donnent une indication sur la fréquentation du sanctuaire au iie s. apr. J.-C.

118. Tel Dan

10Architecture, archéologie (sanctuaire) : Biran 1994, p. 215-227, 271-273 ; Biran, Greenberg & Ilan 1996, p. 12-17, 32-49, 50-51 ; Ben-Dov & Biran 2002, p. 6-21, 28-30. Site non revu.

Épigraphie : IGLS 11, A/12.

11Les sources archéologiques et épigraphiques indiquent qu’un sanctuaire païen fonctionne à l’emplacement du haut-lieu israélite de Tel Dan (210 m d’altitude) à l’époque hellénistique, autour d’une plate-forme cultuelle comparable, toutes proportions gardées, à celle de Yanouh (24 A). L’inscription trouvée sur place est la dédicace de Zoïlos-Silas au dieu topique de Dana. L’agglomération qui serait associée au sanctuaire de cette divinité est encore mal connue. On manque aussi d’informations sur l’aspect du site à l’époque romaine. L’occupation du tell est néanmoins attestée jusqu’au ive s. apr. J.-C. Les installations hydrauliques et domestiques fouillées sur place appartiennent sans doute au village romain mentionné par Eusèbe de Césarée (Onomasticon, s.v. Δάν). Dans ce contexte où le site relève de la cité de Césarée-Panéas, l’ancienne zone cultuelle connaît d’importantes modifications : l’enceinte du sanctuaire aurait été orientée non plus sur un axe nord-sud, comme auparavant, mais sur un axe est-ouest.

119. Panéas

12Architecture, archéologie : Ma‘oz 2008 (Panion) ; Tzaferis 2008 (ville) ; Hartal 2008 (aqueduc) ; Ma‘oz 1994-1999 (monnaies architecturales) ; Berlin 1999 (céramique du Panion) ; Friedland 1999 (statuaire). Site non revu.

Épigraphie, histoire : IGLS 11, avec les inscriptions du Panion, IGLS 11, A/13-22. Sources littéraires : Polybe, Histoires 16, 18, 2, et 28, 1, 3 (Panion hellénistique) ; Flavius Josèphe, Antiquités juives 15, 363-364, et Guerre juive 1, 404 (Augusteum). Supra, chapitres 2 et 6.

13Au pied de l’Hermon méridional, le site de Césarée-Panéas occupe un plateau à une altitude moyenne de 350 m, au contact du Jawlan au sud-est et du bassin du lac Houlé au sud-ouest. L’un des trois affluents principaux du Jourdain y jaillit : le Nahr Banias. Le toponyme arabe Banias correspond à la transcription du nom antique de la cité de Πανιάς, qui dérive lui-même du nom attribué au site dès l’époque hellénistique, Πάνιον, en référence au culte local de Pan. Depuis 1988, le sanctuaire associé à la grotte de Pan et la ville romaine qui s’étend en contrebas ont été fouillés respectivement sous la direction de Z.U. Ma‘oz (jusqu’en 1994) et sous celle de V. Tzaferis (jusqu’en 2000). Les résultats de ces travaux sont en cours de publication.

14Le Panion est établi sur une terrasse aménagée en contrebas d’un escarpement rocheux de direction est-ouest, d’environ 30 m de haut et de 80 m de long (fig. 266). Associé à une grotte naturelle, il domine le bassin collecteur de la source du Nahr Banias d’une dizaine de mètres. Les premières traces de l’occupation du site consistent en des tessons de l’âge du Fer II et III (viiie-ve s. av. J.-C.). Pour cette époque, l’aspect du lieu est inconnu et rien n’assure qu’un sanctuaire ait déjà existé sur place. La monumentalisation de la terrasse commence à l’époque hellénistique, sans doute à la suite de la fondation du Panion, comme en témoignent les restes de murs appartenant à des rampes menant à la grotte et associés à du matériel céramique des iiie et iie s. av. J.-C.

Fig. 266. Panéas (119) : plan du sanctuaire.

Fig. 266. Panéas (119) : plan du sanctuaire.

Dessin P. Piraud-Fournet, d’après Berlin 1999, p. 29, fig. 2.

15Le premier sanctuaire, rural, est entièrement réorganisé sous l’Empire. Son développement est contemporain de la création de la cité de Panéas et de l’urbanisation du site. Il semble couvrir une période de plus de deux cent ans, depuis le début de l’Empire, au moment où Panéas fait partie des territoires hérodiens, jusqu’au début du iiie s. apr. J.-C. D’ouest en est, dans l’ordre chronologique présumé de leur construction, on distingue cinq bâtiments ou installations. Un premier grand bâtiment rectangulaire (A), construit devant la grotte naturelle et daté de la fin du ier s. av. J.-C., est rapporté par les fouilleurs à l’Augusteum d’Hérode le Grand (ce point est débattu, cf. Berlin 2003). À l’ouest, devant une caverne artificielle, une cour à ciel ouvert (B) a été baptisée « cour de Pan et des Nymphes » (d’après l’une des deux inscriptions gravées sur la paroi rocheuse adjacente, IGLS 11, A/14) et datée du ier s. apr. J.-C. (alors que le texte date de l’an 150 apr. J.-C.). Suit un petit temple sur podium, ouvert au sud, précédé d’un escalier monumental, de plan tétrastyle prostyle et d’ordre corinthien (C), pourvu d’un pronaos de 4,25 m de long et d’une cella de 8,25 m de long sur 7,6 m de large, que les fouilleurs attribuent à Zeus (d’après les décicaces inédites de deux autels, l’une adressée en grec à Zeus d’Héliopolis et à Pan pour le salut de Trajan, l’autre en latin à Jupiter Olybraeus), qu’ils identifient sous toutes réserves au temple tétrasyle de Zeus sur les monnaies de la cité et qu’ils datent de la fin du ier s. apr. J.-C. ou du début du siècle suivant d’après le matériel céramique découvert dans les fondations du portique et d’après d’autres arguments moins décisifs (décor architectural, dédicace de l’autel pour le salut de Trajan). Vient ensuite un passage étroit (D), dallé et précédé d’un escalier, qui a livré du matériel des iie et iiie s. apr. J.-C. et qui est baptisé « cour de Némésis » (d’après l’inscription gravée au-dessus d’une autre niche sur la paroi rocheuse, IGLS 11, A/16, qui commémore en réalité l’aménagement d’un naos pour Némésis par un prêtre de Pan). À l’extrémité est de la terrasse, deux édifices paraissent associés : le premier, appelé « tombeau-temple des chèvres sacrées », est un bâtiment à trois pièces (E) adossé au rocher dans les niches duquel de nombreux ossements de chèvres ont été découverts ; plus bas, le second, un bâtiment semi-circulaire à abside probablement hypèthre, est identifié à un « temple de Pan et des chèvres » (F) ; ces deux édifices sont datés de l’époque sévérienne d’après la découverte d’une monnaie de 220 apr. J.-C. sous le sol du premier. En contrebas de la terrasse, le vaste bassin rectangulaire à péristyle qui recueille l’eau de la source est probablement le théâtre du rite hydromantique décrit par Eusèbe de Césarée (cf. IGLS 11, A/17, comm.).

16L’étude du matériel céramique du Panion par A. Berlin permet de déceler des changements dans le rituel associé au culte local depuis l’époque hellénistique jusqu’à la désaffection du sanctuaire dans l’Antiquité tardive. Il paraît risqué de confondre, comme le fait cet auteur, l’origine du matériel céramique avec celle des dédicants. La chronologie et la typologie proposées paraissent néanmoins intéressantes. Du iiie s. au milieu du ier s. av. J.-C., la poterie du Panion consiste essentiellement en des vases en grande partie produits dans les environs (avec 16 % de céramique importée de la côte phénicienne et de très rares amphores grecques) et destinés aux préparations culinaires et à la consommation de nourriture : si l’absence d’habitat hellénistique sur le site devait se confirmer, on pourrait supposer que des fidèles venus des environs auraient utilisé cette vaisselle de production locale lors de banquets organisés à l’occasion de visites occasionnelles. De la fin du ier s. av. J.-C. à la fin du ier s. apr. J.-C., le matériel change de nature : au moment où le site s’urbanise et que des bâtiments cultuels sont construits sur la terrasse du Panion, des lampes, sans doute offertes en ex-voto, apparaissent en grand nombre (33 % du matériel), sans pour autant remplacer les plats à cuire ni la vaisselle de table ; les importations sont beaucoup plus nombreuses et diversifiées qu’auparavant (69 % du matériel céramique datable de cette période, avec des objets provenant de Pergame, d’Italie et de Chypre). Pour le iie s. apr. J.-C., la poterie découverte sur le site cultuel est encore peu abondante ; on note une diminution importante de la vaisselle utilitaire et une augmentation relative du nombre de lampes (62 %). L’abondant mobilier céramique datable du iiie s. au premier quart du ve s. apr. J.-C. provient en grande partie du bâtiment tripartite (E) et de l’aire qui lui est associée au sud (F) : les lampes sont désormais majoritaires (75 %) par rapport à la vaisselle utilitaire (majoritairement produite à Panéas même et sur le site voisin de Khirbet el-Hawarit). Selon A. Berlin, les ex-voto individuels auraient pris une place plus importante que celle des repas communautaires et les auraient même peut-être progressivement remplacés à partir du début de l’époque impériale.

17En se fondant sur la présence sporadique de monnaies des ve et vie s. apr. J.-C. et sur la découverte d’un tesson de céramique africaine de la seconde moitié du ive s. ou du début du ve s. apr. J.-C. dans le bâtiment tripartite (E), Z.U. Ma‘oz suppose, sans convaincre, que le sanctuaire aurait continué de fonctionner, bien qu’à une échelle réduite, jusqu’au milieu du vie s. apr. J.-C., époque à laquelle les chrétiens l’auraient détruit par le feu. Quelle que soit l’explication des traces d’incendie qui ont été relevées dans le prétendu Augusteum (A) et qui doivent peut-être être rapprochées des destructions attestées dans la ville même au milieu du ve s. apr. J.-C., il est plus vraisemblable que le Panion ait été désaffecté au plus tard au début du ve s. apr. J.-C., comme l’indiquent les éléments les plus récents du matériel numismatique (408 apr. J.-C.) et céramique (premier quart du ve s. apr. J.-C.) exhumés lors de la fouille du sanctuaire.

120. Omrit

18Archéologie : Nelson, Olive & Overman 2003a et 2003b (rapports préliminaires) ; Berlin 2003 et Netzer 2003 (contestant à juste titre l’identification du temple à l’Augusteum d’Hérode le Grand). Site non revu.

19Le site antique d’Omrit (ou Nébi Houda en arabe) occupe un tertre qui domine le bassin du lac Houlé, à l’est de Qiryat Shémona. Une équipe archéologique placée sous la direction de J.A. Overman (Macalester College) y effectue des fouilles depuis 1999. Ces travaux en cours de publication permettent d’ores et déjà de distinguer les deux états d’un même temple romain : initialement, le bâtiment est un édifice tétrastyle prostyle d’ordre corinthien ouvert à l’est ; dans un second temps, peut-être à la fin du ier s. ou au début du iie s. apr. J.-C., l’intégration de son podium dans un massif de plus grandes dimensions aurait permis d’entourer le temple d’un péristyle.

Table des illustrations

Titre Fig. 265. Har Senaim (117) : plan au sol des vestiges du sanctuaire.
Crédits Dessin d’après Dar 1993, p. 43, fig. 13.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1461/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 532k
Titre Fig. 266. Panéas (119) : plan du sanctuaire.
Crédits Dessin P. Piraud-Fournet, d’après Berlin 1999, p. 29, fig. 2.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1461/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 178k

© Presses de l’Ifpo, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540