Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Vie religieuse au Liban sous l'Empire romain

 | 
Julien Aliquot

Catalogue des lieux de culte

Hermon ouest

Texte intégral

87. Jdeidet Yabous

1Description, épigraphie : IGLS 11, 18-19. Site revu.

2Le site antique de Jdeidet Yabous (1450 m d’altitude) occupe le plateau du Dahr el-Jdeidé, sur le revers occidental du Jabal ech-Chakouf, à 2 km à l’ouest/sud-ouest du poste syrien de la frontière syro-libanaise, non loin au nord-ouest d’une source connue sous le nom d’Ain Qaniya. Parmi les auteurs qui signalent son existence, R. Mouterde propose déjà d’y localiser le village romain d’Ainkania, mentionné dans une inscription découverte sur le site voisin de Qasr Hammara (88*). Depuis 2003, le Service des Antiquités de la Damascène a entrepris des fouilles systématiques à Jdeidet Yabous, dégageant partiellement des tombes à fosse romaines ainsi que diverses installations protobyzantines et médiévales. Des blocs de grand appareil et des éléments architecturaux (fig. 220) sont épars autour du corps de bâtiment principal (linteau de porte inscrit, bases et tambours de colonnes, piédestaux, fragments de niches cintrées, bloc d’escalier, fragment de corniche corinthienne). Ils appartiennent à un sanctuaire romain dont l’emplacement demeure inconnu à ce jour et dont le titulaire pourrait être le Zeus topique du village d’Ainkania.

Fig. 220. Jdeidet Yabous (87) : bloc de corniche corinthienne.

Fig. 220. Jdeidet Yabous (87) : bloc de corniche corinthienne.

Photo J. Aliquot 2004.

88. *Qasr Hammara

3Architecture : Krencker & Zschietzschmann 1938, p. 195-197, pl. 79 (état des lieux en 1904) ; Ghadban 1985 (travaux d’H. Kalayan, années 1970) ; Nordiguian 2005, p. 94-99. Photos : Taylor 1971, p. 148-149. Site revu.

Épigraphie : IGLS 6, 2986, complété par Ghadban 1985, p. 304-309 (SEG 37, 1445), et corrigé dans Aliquot 2007-2009.

4Le site antique de Qasr Hammara occupe le versant méridional d’un vallon qui constitue une voie de passage naturelle entre la Békaa libanaise et la trouée du Barada, à environ 3 km au nord-est du village moderne de Hammara (rebaptisé Manara depuis 1968) et à mi-chemin entre Masnaa au nord et Kamid el-Loz au sud. Des blocs appartenant à un ou à plusieurs édifices romains sont ici remployés dans des installations protobyzantines dont la nature est discutée. D. Krencker et W. Zschietzschmann, suivis par G. Taylor et par C. Ghadban, reconnaissent une basilique à abside chrétienne et une maison à l’intérieur d’une même enceinte. L. Nordiguian relève les éléments d’un pressoir à l’intérieur du bâtiment identifié à une église (fig. 221) et suggère que cet édifice et l’habitat en contrebas ont fait partie d’un monastère.

Fig. 221. Qasr Hammara (88*) : bâtiment à péristyle remployant les blocs d’un sanctuaire romain.

Fig. 221. Qasr Hammara (88*) : bâtiment à péristyle remployant les blocs d’un sanctuaire romain.

Photo J. Aliquot 2002.

5Si l’on discute de la nature du site antique aux époques les plus récentes, en revanche, on s’accorde pour attribuer les plus anciens blocs repérés sur place à un sanctuaire romain. En dehors d’un petit autel votif anépigraphe, les indices les plus probants consistent en un groupe d’éléments architecturaux constitué de bases de colonnes et de demi-colonnes épannelées, d’un chapiteau d’ordre ionique, de deux fragments ornés d’une conque et de motifs végétaux et enfin d’une série de blocs d’architrave, dont deux portent une dédicace grecque païenne manifestement gravée sous l’Empire romain (fig. 222-223) : Ἀγαθῇ Τύ[χ]ῃ · μ̣[εγίστου θε]ο̣ῦ̣ Διός · α[ὔ]ξι Τύχη Αι[νκανιας · ἔτους - - -],| ἐπὶ Αβιμμεους Ἀ̣π̣ο̣λιναρίου ἀρχιε<ιε>ρέως θ[εοῦ - - -],| Αὐρήλιοι Βαρελαας Φιλίππου καὶ Οκβεος Οκβεου̣ [καὶ - - -]Κ̣[- - - Β]ουρκ[εου] | καὶ Βήρυλλος Αβιμμεους καὶ Αειανης Γερμαν̣[οῦ κ]αὶ Αβιμμης Ἀπολλωνίου | καὶ Μακεδόνης Αβιμμεους καὶ Βεελιαβος Δ̣[ι]οδώρου καὶ Βαρελαας Αζιζου, Ζεῦ βοήθι,| ἐπιμελητὲ ἀπὸ κώμης Αινκανιας ἔκτισαν τὸ [τετρ]άστοον ἐξ ἀναλωμάτων τῆς αὐτῆς ᾼν[κ]αν[ι]ας. Traduction : « À la Bonne Fortune. (Propriété) du très-grand dieu Zeus. Augmente, Fortune d’Ainkania ! L’an…, sous Abimmès fils d’Apollinarios, grand-prêtre du dieu (ou des dieux)…, les Aurelii Barélaas fils de Philippos, Ocbéos fils d’Ocbéos, … fils de Bourcéos, Béryllos fils d’Abimmès, Aianès fils de Germanos, Abimmès fils d’Apollonios, Macédonès fils d’Abimmès, Beeliabos fils de Diodoros, Barélaas fils d’Azizos (ô Zeus, sois secourable !), épimélètes du village d’Ainkania, ont construit le quadriportique aux frais du même village d’Ainkania. »

Fig. 222. Qasr Hammara (88*) : l’architrave inscrite, bloc de gauche.

Fig. 222. Qasr Hammara (88*) : l’architrave inscrite, bloc de gauche.

Photo J. Aliquot 2002.

Fig. 223. Qasr Hammara (88*) : l’architrave inscrite, bloc de droite.

Fig. 223. Qasr Hammara (88*) : l’architrave inscrite, bloc de droite.

Photo J. Aliquot 2002.

6L’objet de la dédicace serait un édifice pourvu de portiques sur quatre côtés (pour d’autres attestations du terme τετράστοον, voir SEG 28, 706 ; 36, 1281 ; 44, 1222). On peut supposer qu’il s’agit de portiques bordant la cour du temple, à l’intérieur du péribole. De telles installations sont attestées à Yanouh (24), Qalaat Faqra (31), Chhim (39) et Baalbek (54), par exemple. La reprise des travaux de terrain permettrait peut-être de préciser davantage l’aspect du sanctuaire à l’époque romaine et les étapes de sa transformation depuis la fin de l’Antiquité. En ce cas, il faudra tenir compte du fait que les blocs d’architrave remployés dans les bâtiments tardifs de Qasr Hammara ne proviennent sans doute pas du temple lui-même, mais d’édifices annexes.

7Le site antique d’Ainkania, quant à lui, doit être distingué de celui de Qasr Hammara, contrairement à ce qu’indiquent G. Taylor (1971, p. 149) et Y. Hajjar (1990c, p. 2530, 2560-2561, 2590). Comme le rappelle C. Ghadban, on suppose depuis longtemps que ce site occupe le plateau qui domine Qasr Hammara, à une distance de 5 km vers l’est. La découverte récente, entre le village syrien de Jdeidet Yabous et le lieu-dit d’Ain Qaniya, d’éléments architecturaux appartenant à un sanctuaire romain (87), avec des inscriptions païennes à caractère votif, tend à confirmer la localisation hypothétique du site antique d’Ainkania. On ne peut exclure que les blocs remployés à Qasr Hammara proviennent de là. Il est toutefois plus vraisemblable que les gens d’Ainkania ont fait aménager un sanctuaire à Qasr Hammara même, sur le territoire de leur village. Notre texte pourrait ainsi donner une idée de l’organisation et de l’étendue d’une petite bourgade de l’Antiliban sous l’Empire romain.

8D’après le gentilice latin que portent les responsables villageois, Aurelius, les travaux ont eu lieu après la généralisation du droit de cité, survenue sous Caracalla en 212 apr. J.-C. Le formulaire utilisé permet peut-être d’assigner à la dédicace une date assez basse, entre le milieu du iiie s. apr. J.-C. et le début du siècle suivant. Les expressions les plus remarquables en l’occurrence, Ζεῦ βοήθι et αὔξι Τύχη Αινκανιας, sont bien attestées dans un contexte à la fois païen et tardif. La première se retrouve en 293-294 apr. J.-C. sous la forme Ζεῦ Ὀβόδα βοήθει κτλ., dans le Néguev (SEG 28, 1370). Plus près de Qasr Hammara, on la rencontre aussi à Baalbek, en tête d’une dédicace au seigneur Cronos, dont la date a disparu (IGLS 6, 2740). La seconde évoque les acclamations du type αὔξι ἡ Τύχη τῆς πόλεως, « augmente, Fortune de la cité ! », surtout fréquentes à basse époque (Roueché 1989, n° 186, à Aphrodisias de Carie ; cf. Robert 1960, p. 23-25). L’usage de ces expressions témoignerait de l’adaptation, par les habitants d’un village de l’Antiliban, de formules devenues courantes dans les cités de l’Orient romain au cours de l’Antiquité tardive.

89. Haloua

9Architecture : Dentzer-Feydy 1999, p. 532-533, fig. 7 (notes et relevés de W.J. Bankes) ; Taylor 1971, p. 131-133 ; Aliquot 2004a. Site revu.

Épigraphie : IGLS 11, 1-3.

10Deux sanctuaires et une nécropole se trouvent aux abords de Haloua (1400 m d’altitude).

Sanctuaire ouest (A)

11Le sanctuaire occupe le sommet de la colline qui domine le village à l’ouest, à environ 1450 m d’altitude. Son site est nommé El-Qasr sur la carte du Liban au 20 000e (feuille d’Aita el-Foukhar, 1963). En 1816, le voyageur anglais W.J. Bankes a relevé le plan d’un petit temple à antes de 12,80 m de long sur 8,23 m de large, dont la situation sur une colline, à proximité d’un second bâtiment, et l’orientation à l’est correspondent aux indications données par G. Taylor. On peut encore voir les ruines du temple bâti avec le calcaire local et dont la cella est partiellement recouverte par une construction en béton. En revanche, il n’y a aucune trace du second bâtiment que W.J. Bankes et G. Taylor mentionnent et qui serait parallèle au premier. Le mur que W.J. Bankes a relevé au nord du temple pourrait correspondre à une portion du péribole, dont le tracé est encore visible par endroits.

Sanctuaire nord-ouest (B)

12Le sanctuaire nord-ouest s’élève au pied d’un escarpement rocheux dont la paroi fait face à l’est, selon une disposition connue sur l’Hermon à Ain Aata (102) et à Qasr Chbib près d’Arné (113). Une chambre est creusée dans la paroi rocheuse, au nord du temple. Des banquettes sont aménagées sur deux côtés, dans le mur de fond de la pièce et à droite de l’entrée. On peut faire l’hypothèse que cette installation rupestre, dont la préparation a pu fournir les blocs mis en œuvre dans le sanctuaire, a servi d’annexe au temple auquel elle est accolée.

13Les photos de G. Taylor sont d’autant plus intéressantes que l’édifice cultuel a été endommagé depuis les années 1960 (fig. 224). Elles montrent que celui-ci s’élevait sur un podium, qu’il s’ouvrait au nord/nord-est et que sa cella était pourvue de pilastres d’angle à l’arrière. Le temple n’avait apparemment pas de portique. Sa façade, qui n’est plus visible aujourd’hui, présentait une seule porte encadrée par un chambranle mouluré et précédée d’un escalier. Par sa taille modeste et par l’absence de portique, le temple du sanctuaire nord-ouest est comparable à la petite chapelle absidiale de Burqush (107 A).

Fig. 224. Haloua (89) : ruines du temple nord-ouest (B).

Fig. 224. Haloua (89) : ruines du temple nord-ouest (B).

Photo J. Aliquot 2004.

14Des fouilles clandestines ont abouti au dégagement de nouveaux blocs sculptés. Le fragment d’un fronton à base en arc gît au nord-est du temple (fig. 225). Ses dimensions actuelles (0,78 x 1,90 x ca 0,60 m) laissent supposer sa position. Son appartenance à l’entablement de la porte d’entrée du temple est possible, comme le montre l’exemple de la chapelle de Burqush, mais le dessin en arc de l’horizontale de base suggère que le bloc appartenait plutôt à l’entablement d’un édicule qui aurait pris place dans le sanctuaire, peut-être sur la façade ou au fond du temple. Tandis que le décor du fronton est simplement esquissé au moyen de lignes préparatoires gravées sur sa face antérieure, celui de l’arc est plus élaboré. Il comporte un registre inférieur orné d’un bas-relief et surmonté d’un chanfrein. Au milieu du tympan, le buste d’un personnage vêtu d’une tunique émerge d’une large couronne. Le nimbe radié qui entoure sa tête le désigne comme un dieu solaire ; l’apparition de son buste permet de supposer l’existence d’une seconde niche où figurerait celui d’une divinité affublée d’un croissant de lune, conformément à la symbolique fréquente sur les monuments religieux du Proche-Orient romain selon laquelle Sol et Luna expriment la toute-puissance d’une divinité suprême. Deux Victoires en vol sont représentées de face de part et d’autre de la couronne enrubannée, qu’elles soutiennent d’une main. Elles sont vêtues d’une longue robe flottant au vent et d’une tunique à manches courtes resserrée sous la poitrine. Leurs cheveux sont rejetés en mèches vers l’arrière, offrant l’aspect d’une couronne formée de stries parallèles autour de leur visage. Chaque Victoire porte une grande palme verticale stylisée, mais seules les feuilles de la palme portée par la Victoire de droite sont dessinées. Le dessin de leur visage est plus finement exécuté, en particulier celui de leurs grands yeux en amande aux pupilles saillantes. Le décor du fronton présente ainsi les caractéristiques de la sculpture locale, y compris par son état d’inachèvement. Quant au thème de la Victoire couronnant le dieu, récurrent dans le décor architectural des temples romains, il symbolise l’investiture céleste des dieux.

Fig. 225. Haloua (89) : fronton d’un édicule.

Fig. 225. Haloua (89) : fronton d’un édicule.

Photo J. Aliquot 2002.

15Dans les décombres de la cella du temple, un petit bloc calcaire brisé porte la représentation d’un personnage en pied, dont on ne distingue plus l’habit drapé que dans sa partie inférieure, à gauche des bustes de deux personnages disposés de part et d’autre d’un autel, vêtus d’une tunique et coiffés du bonnet conique caractéristique des Dioscures, qui sont parfois les acolytes des dieux suprêmes du Proche-Orient. Le même bloc porte une inscription datée de juillet 172 apr. J.-C. (IGLS 11, 2). Le sanctuaire fonctionne donc dans le dernier tiers du iie s. apr. J.-C. et, à cette époque, une partie de son décor est réalisée. L’état de conservation du fragment sculpté ne permet pas d’identifier la divinité principale du sanctuaire. Celle-ci pourrait être le dieu saint connu par une autre inscription de Haloua, mais rien ne l’assure car la stèle sur laquelle elle est gravée a été découverte en remploi dans le village moderne (IGLS 11, 1).

90. Yanta

16Description, photos : Taylor 1971, p. 84-85 ; Nordiguian 2005, p. 102-103. Site revu.

17Les ruines d’un sanctuaire romain émergent des terrasses aménagées sur le versant nord de la colline de Kors er-Rous, à 1400 m d’altitude, à droite de la route qui mène au village moderne de Yanta. Elles comprennent les vestiges d’un temple à l’intérieur d’un péribole de plan rectangulaire dont les longs côtés étaient au nord et au sud. Le mur d’enceinte est bien conservé sur le long côté nord du temenos. L’entrée dans le sanctuaire se faisait à l’est, du côté où l’on relève la présence des chambranles et du linteau d’une porte monumentale (fig. 226). Le mur nord et l’angle nord-est du temple sont eux aussi conservés. D’autres blocs épars sur le site peuvent provenir du sanctuaire (tambours de colonne à fût lisse). Du côté gauche de la route, on voit les vestiges de plusieurs bâtiments (blocs appareillés, fûts de colonne monolithes), ainsi qu’une nécropole formée de dizaines de tombes rupestres individuelles ou collectives.

Fig. 226. Yanta (90) : l’entrée du péribole, vue du sud-est.

Fig. 226. Yanta (90) : l’entrée du péribole, vue du sud-est.

Photo J. Aliquot 2003.

91. Bakka

18Architecture : Krencker & Zschietzschmann 1938, p. 175, 279, 296, pl. 69 et 117, 15 (état des lieux en 1903, classement parmi les temples anciens et récents, par inadvertance). Photos : Taylor 1971, p. 79. Site revu.

19Les ruines d’un sanctuaire sont englobées dans le village de Bakka (1480 m d’altitude). D. Krencker et W. Zschietzschmann n’ont étudié que le temple qui s’élève encore sur le site. À l’ouest de ce bâtiment, on peut pourtant suivre le tracé du péribole sur le long côté sud du sanctuaire et sur son petit côté ouest. Dans les maisons modernes qui occupent l’espace correspondant à la cour du sanctuaire, à l’est du temple, on repère encore les traces d’un puissant dallage. Le temple est fondé sur un massif et sur un haut podium dont la base et la corniche, de manière remarquable, sont finement moulurées (fig. 227). Il s’agissait d’un édifice tétrastyle prostyle, ouvert à l’est, comprenant un pronaos et une cella au fond de laquelle la plate-forme d’un adyton surmontait une crypte. On pénétrait dans la cella par une porte unique. L’espace intérieur du bâtiment est presque entièrement démonté, mais on peut toujours accéder à la crypte que devait surmonter la plate-forme de l’adyton. Les abords du temple ont été déblayés, laissant apparaître plusieurs blocs décorés appartenant à l’entablement de l’édifice cultuel. La découverte d’un chapiteau dont le diamètre correspond à celui d’une colonne retrouvée à proximité du sanctuaire laisse supposer que l’ordre du temple (fig. 228), inconnu des membres de la mission allemande, est l’ordre corinthien.

Fig. 227. Bakka (91) : le podium du temple, vue du nord-ouest.

Fig. 227. Bakka (91) : le podium du temple, vue du nord-ouest.

Photo J. Aliquot 2004.

Fig. 228. Bakka (91) : chapiteau corinthien.

Fig. 228. Bakka (91) : chapiteau corinthien.

Photo J. Aliquot 2004.

92. Mdoukha

20Description : Taylor 1971, p. 128-130. Site revu.

21Un sanctuaire isolé occupe la crête du Jabal el-Qsair, au sud de Mdoukha. À 1350 m d’altitude, il surplombe le village moderne de plus de 200 m. On ne distingue en surface aucune trace d’un mur de péribole. Le bâtiment principal du sanctuaire est un petit temple, bâti avec le calcaire local. Cet édifice à antes sur podium s’ouvre au sud. La majeure partie de la cella s’est effondrée au nord, probablement à la suite d’un glissement de terrain. La particularité du temple réside dans la forme de ses antes, pourvues à leur extrémité d’une demi-colonne engagée axiale, alors que la plupart des temples de l’Hermon qui présentent ce type de plan ont des antes rectangulaires ou carrées ; ce dispositif n’est toutefois pas inconnu dans la région (85). Le soubassement d’un second édifice est visible à l’est du temple (fig. 229). Il a pu supporter un autel monumental ou un bâtiment annexe du sanctuaire.

Fig. 229. Mdoukha (92) : le temple, vue depuis le second édifice.

Fig. 229. Mdoukha (92) : le temple, vue depuis le second édifice.

Photo J. Aliquot 2003.

93. *Qalaat al-Amoud

22Description : Taylor 1971, p. 155. Site revu.

23L’un des bâtiments repérés sur le site de Qalaat al-Amoud, la « Citadelle de la Colonne » (1300 m d’altitude), pourrait être un temple romain, selon G. Taylor. L’édifice, de plan rectangulaire, s’adossait à un pan de rocher surplombant le Ouadi Hamrat. Il n’en reste quasiment rien aujourd’hui.

94. Khirbet el-Knissé

24Architecture : Krencker & Zschietzschmann 1938, p. 174-175, 279, pl. 118, 24 et 29 (état des lieux en 1901-1904, classement parmi les temples anciens). Photos : Taylor 1971, p. 80-83 ; Nordiguian 2005, p. 100-101. Site revu.

Épigraphie : IGLS 6, 2987 (mention d’un prêtre).

25Sur un flanc du Jabal el-Baiyada, au sud de Yanta, le lieu-dit de Khirbet el-Knissé (1400 m d’altitude) est un champ de ruines antique et médiéval. Il comprend deux temples romains.

Temple sud (A)

26Le temple surplombe le site au sud, sur une éminence. Dépourvu de podium, il repose sur la roche. Il s’agit d’un édifice distyle in antis, ouvert au nord-est, dont seuls l’angle sud et le mur est sont conservés (fig. 230). À l’exception de son long mur oriental, partiellement taillé dans le rocher, ses murs sont dressés en moyen appareil. Il ne subsiste des deux colonnes de la façade qu’une base attique au profil particulièrement allongé. L’aménagement intérieur de la cella est indéterminé.

Fig. 230. Khirbet el-Knissé (94) : temple sud (A).

Fig. 230. Khirbet el-Knissé (94) : temple sud (A).

Photo J. Aliquot 2004.

Temple nord (B)

27Au nord du site, un second temple ouvert à l’est s’élevait à l’intérieur d’une enceinte dont la porte moulurée et le mur sont visibles par endroits. Son plan est identique à celui du premier, à cela près que ses antes sont moins larges que les murs de sa cella et que ses murs supportent une architrave (fig. 231).

Fig. 231. Khirbet el-Knissé (94) : temple nord (B).

Fig. 231. Khirbet el-Knissé (94) : temple nord (B).

Photo J. Aliquot 2004.

95. *Kfar Qouq

28Description : Waddington, I. Syrie 2557 e comm. ; Taylor 1971, p. 145. Site revu.

Épigraphie : IGLS 11, 5.

29Kfar Qouq (1200 m d’altitude) est établi en bordure d’un poljé au nord de Rachaiya. W.-H. Waddington signale là « les ruines d’un temple et quelques fragments d’inscriptions qui mériteraient d’être examinés ». Depuis le xixe s., des éléments architecturaux sont repérés en remploi dans les constructions modernes du village. G. Taylor relève un chapiteau ionique qui pourrait donner une indication sur l’ordre du bâtiment cultuel. Les chapiteaux doriques conservés dans la grande birkeh du village invitent toutefois à laisser la question ouverte. Une dédicace grecque est gravée sur un grand linteau de porte fiché en terre sur la place de Kfar Qouq : le caractère votif du texte et la nature de son support pourraient indiquer la participation du dédicant à l’aménagement du sanctuaire dont l’emplacement est indéterminé.

96. Aaiha

30Architecture : Dentzer-Feydy 1999, p. 528-531, 547-550, fig. 2-5 (notes, vue en perspective du temple et dessin d’un chapiteau par W.J. Bankes). Photos : Mouterde 1951-1952, p. 33-35, pl. 7, 3 (chapiteau) ; Taylor 1971, p. 134-135 ; Nordiguian 2005, p. 107. Site revu.

Épigraphie : IGLS 11, 7 (dédicace du temple), 8-11 (nécropole).

31Un sanctuaire et une nécropole rupestre sont englobés dans la partie haute du village de Aaiha (1200 m d’altitude), qui domine le poljé de Kfar Qouq, au nord de Rachaiya. W.J. Bankes décrit et dessine son temple, un petit édifice distyle in antis d’ordre ionique, en calcaire blanc, ouvert à l’est, avec des pilastres d’angle à l’arrière. Le bâtiment a pratiquement disparu aujourd’hui, mais on distingue toujours sur le site le mur nord du péribole du sanctuaire, qui soutient des terrasses, le podium finement mouluré du temple et l’angle nord-est de cet édifice (fig. 232). J. Dentzer-Feydy propose de dater la construction du temple au iie s. apr. J.-C. en se fondant sur l’analyse du décor architectural. Une dédicace précise que le bâtiment a été achevé en 92 apr. J.-C. sous la surveillance d’un prêtre et grâce à des fonds sacrés.

Fig. 232. Aaiha (96) : le temple.

Fig. 232. Aaiha (96) : le temple.

Photo J. Aliquot 2003.

97. El-Aaqbé

32Architecture : Warren 1870c, p. 228 ; Krencker & Zschietzschmann 1938, p. 265-266 (Akraba). Photos : Taylor 1971, p. 78 ; Nordiguian 2005, p. 106. Site revu.

Épigraphie : IGLS 11, 6.

33Un petit temple à antes sur podium, ouvert au sud-est, a été relevé aux environs du village d’El-Aaqbé (1040 m d’altitude), à l’ouest de Rachaiya.

98. *Haouch Hafoufa

34Description : Taylor 1971, p. 150. Site revu.

35À Haouch Hafoufa (1150 m d’altitude), G. Taylor signale des vestiges qui auraient appartenu à un temple, près de tombes rupestres. Aujourd’hui, on ne distingue plus sur le site que quelques fûts de colonnes et des blocs calcaires de moyen appareil.

99. Nébi Safa

36Architecture : Krencker & Zschietzschmann 1938, p. 205-212, pl. 83-88 et 118, 35 (état des lieux en 1904, compléments en 1933) ; Amy 1950, p. 112 (escaliers). Photos : Taylor 1971, p. 76-77 ; Nordiguian 2005, p. 122-123. Site revu.

37Le village de Nébi Safa (1130 m d’altitude) occupe la crête du Jabal Bir ed-Dahr, qui domine le sud de la Békaa, à l’ouest, et la vallée du Ouadi et-Teim, à l’est. Il doit son nom actuel à un wéli musulman. Son nom ancien, toujours reporté sur les cartes modernes, est Thalthatha. Un temple romain s’élève à flanc de colline au nord du village. On repère à ses abords quelques sarcophages en pierre, ainsi que des installations rupestres (tombes, pressoirs). Le temple est menacé par des travaux de construction, mais il est toujours possible de vérifier la description de D. Krencker et W. Zschietzschmann. Le bâtiment s’ouvre exactement à l’est. Il repose sur un massif de fondations et sur un podium dans lequel un escalier monumental aujourd’hui démonté était intégré. À l’arrière du bâtiment, vers l’ouest, la corniche du podium n’est pas saillante, ce qui implique que le temple s’adossait à une autre construction, sans doute le mur de fond d’un péribole dont il ne reste rien actuellement.

38Le temple est un édifice distyle in antis d’ordre ionique, comprenant un pronaos et une cella au fond de laquelle la plate-forme d’un adyton surmontait une crypte bipartite (fig. 233-234). Le pronaos et la cella s’élèvent sur un degré dont la partie en débord est ornée d’une moulure inachevée. À l’ouest, le parement extérieur des murs du temple est pourvu de pilastres d’angle carrés reposant sur des bases attiques et supportant des chapiteaux ioniques à volutes obliques. Les antes qui encadrent le pronaos à l’est présentent le même décor. Leurs murs, bâtis en appareil simple, sont beaucoup moins épais que ceux de la cella, construits en appareil double, sans que cette disproportion se remarque de l’extérieur. Au fond du pronaos, le mur d’entrée du temple présente une baie axiale unique et peut-être encadrée de niches. Vu la largeur réduite du bâtiment, l’existence de portes latérales est peu vraisemblable.

Fig. 233. Nébi Safa (99) : l’angle nord-ouest de la cella.

Fig. 233. Nébi Safa (99) : l’angle nord-ouest de la cella.

Photo J. Aliquot 2002.

Fig. 234. Nébi Safa (99) : vues en coupe restituées de la cella, de la plate-forme de l’adyton et de la crypte.

Fig. 234. Nébi Safa (99) : vues en coupe restituées de la cella, de la plate-forme de l’adyton et de la crypte.

Dessins W. Hensch, dans Krencker & Zschietzschmann 1938, pl. 86.

39La cella est encombrée d’éboulis. Son aménagement interne est mal connu, à l’exception de la plate-forme de l’adyton, qui couvre toute sa largeur au fond du temple. L’escalier qui conduit au niveau supérieur est à moitié intégré dans la plate-forme, comme dans les temples voisins d’Ain Horché (101) et d’Habbariyé (103), par exemple. La façade de l’adyton présente la particularité d’être fermée par un mur pourvu de trois portes et couronné d’un fronton. Dans l’angle nord-ouest du temple, un escalier débouchait peut-être sur une pièce située au-dessus de l’adyton, selon un dispositif qui se retrouverait à Habbariyé. L’escalier donnant accès à la crypte est aménagé au même endroit. Sous l’adyton, la crypte occupe toute la largeur du bâtiment et se compose d’une pièce principale, conduisant à un groupe de trois salles plus petites.

40Pour ce qui est de l’élévation de la cella, une partie seulement du mur gouttereau nord tient debout, mais tout l’angle nord-ouest du temple est conservé jusqu’au niveau du fronton, ce qui permet de restituer son entablement et sa couverture. Il faut peut-être placer deux blocs ornés de bas-reliefs anthropomorphes sur le tympan des frontons du temple ; l’un des reliefs rappelle le gorgoneion tympanal de Rakhlé (106 C). La puissance des murs du temple et l’existence de l’escalier montant dans l’angle nord-ouest a fait supposer à R. Amy, de manière quelque peu gratuite, que la cella avait pu être voûtée et surmontée d’une terrasse à l’extrados, à laquelle on aurait accédé depuis l’adyton.

100. Libbaya

41Architecture : Krencker & Zschietzschmann 1938, p. 176, pl. 118, 25 (état des lieux en 1901-1904). Site revu.

42Un petit temple distyle in antis d’ordre corinthien, dépourvu de podium et ouvert à l’est, s’élevait à l’est de Libbaya (1230 m d’altitude), sur la crête du Jabal Bir ed-Dahr. Il semble avoir disparu. Les maisons du village moderne recouvrent des tombeaux rupestres antiques.

101. Ain Horché

43Architecture : Krencker & Zschietzschmann 1938, p. 245-255, pl. 106-109 et 118, 28 (état des lieux en 1905) ; Freyberger 2006. Photos : Mouterde 1951-1952, p. 28-31, pl. 4-5 (après restauration) ; Taylor 1971, p. 75 ; Blas de Roblès, Pieri & Yon 2004, p. 180-183 ; Nordiguian 2005, p. 108-119. Site revu.

Épigraphie : IGLS 11, 12-14.

44Sur le Roueisset el-Foht, un site antique surplombe d’une centaine de mètres le village moderne d’Ain Horché, à 1200 m d’altitude. On y jouit d’une vue largement dégagée sur le Jabal Bir ed-Dahr (où se trouvent les temples de Nébi Safa, 99, et de Libbaya, 100), le sud de la Békaa et le Mont Liban. Le crêt de l’Hermon se dresse à l’est. Les ruines se distinguent à peine de leur environnement rocheux. Elles comprennent un sanctuaire romain, une nécropole (sarcophages et tombes rupestres) associée à plusieurs bâtiments, à l’ouest, ainsi qu’une zone d’habitat, à l’est (fig. 235).

Fig. 235. Ain Horché (101) : plan du site.

Fig. 235. Ain Horché (101) : plan du site.

Dessin T. von Lüpke, dans Krencker & Zschietzschmann 1938, p. 246, fig. 377.

45Le sanctuaire occupe une terrasse naturelle très étroite et limitée vers l’est par des formations calcaires dolomitiques. Il se compose d’un petit temple, d’un autel, à l’est, et de trois autres installations annexes. Les fondations d’un bâtiment rectangulaire surplombent le temple, devant la paroi rocheuse qui délimite le temenos au nord-est. Plus près du temple se dresse une installation rupestre qui a pu servir d’autel monumental : ses côtés sont constitués de hauts rochers aplanis ; la paroi ouest, qui porte le proscynème du prêtre Théodoros (IGLS 11, 13), est taillée en gradins pour être liée à des blocs appareillés. Enfin, une construction annexe allongée s’adosse aux rochers qui délimitent le sanctuaire vers le sud-est. Le linteau de sa porte d’entrée présente un cartouche anépigraphe.

46Le temple s’élève sur un haut podium à quatre assises qui compense la pente très forte du terrain. Il s’agit d’un temple distyle in antis d’ordre ionique, ouvert à l’est, comprenant un pronaos et une cella au fond de laquelle s’élève la plate-forme d’un adyton (fig. 236-237). Trois cryptes sont aménagées dans le podium entièrement creux : l’accès à celle qui est située sous le pronaos s’opère par une ouverture percée dans le long côté sud du podium ; de là, on peut gagner la crypte située sous la cella ; un escalier devait permettre d’accéder à la crypte située sous sa plate-forme. Les murs de la cella sont construits en appareil double (les antes le sont en appareil simple), avec des blocs posés à joints vifs, sur des assises de hauteur variable. À l’ouest, leur parement extérieur est pourvu de pilastres d’angle carrés reposant sur des bases attiques et supportant des chapiteaux ioniques. Les antes qui encadrent le pronaos à l’est présentent le même décor, mais leurs murs sont moins épais que ceux de la cella et leur extrémité n’est pas carrée. La façade de la cella présente une baie axiale unique encadrée par des chambranles moulurés à trois fasces. Le linteau de la porte est richement décoré. Le creusement de mortaises sur ses piédroits indique qu’une grille devait défendre l’accès à la cella lorsque ses vantaux étaient ouverts. Deux niches cintrées sont aménagées de part et d’autre de la porte, au niveau de la deuxième et de la troisième assise ; elles sont flanquées de pilastres qui reposent sur des bases attiques et qui supportent des chapiteaux, un entablement complet et un fronton muni d’acrotères latéraux.

Fig. 236. Ain Horché (101) : le temple, vue du nord-est.

Fig. 236. Ain Horché (101) : le temple, vue du nord-est.

Photo J. Aliquot 2002.

Fig. 237. Ain Horché (101) : la cella et l’adyton du temple.

Fig. 237. Ain Horché (101) : la cella et l’adyton du temple.

Photo J. Aliquot 2002.

47Les murs du temple ne présentent aucun décor à l’intérieur de la cella. Au fond du temple, la plate-forme de l’adyton occupe le tiers ouest de la cella. L’escalier axial donnant accès au niveau supérieur est à moitié intégré dans son massif. L’adyton présente une division tripartite avec une colonnade en façade. Les deux colonnes centrales et les deux demi-colonnes engagées dans les murs latéraux de la cella reposent sur des socles et des bases attiques. Des chapiteaux ioniques identiques à ceux des antes du temple les surmontent. Toute la colonnade supporte un entablement à trois arcs et un mur plein se poursuivant en élévation. Dans l’entrecolonnement médian, un socle destiné à supporter l’image du dieu devait s’appuyer sur le mur de fond du temple.

48L’entablement de la cella est entièrement conservé (architrave, frise bombée lisse, larmier, chéneau orné de têtes de lion). Le temple devait être couvert d’une toiture à deux versants. Des fragments de tuiles parsèment le site. Le fronton postérieur du temple est encore en place : il est orné d’un buste de Luna, auquel répondait celui de Sol. L’apparition des deux luminaires manifeste le caractère cosmique du titulaire du sanctuaire. Ce dernier est probablement le dieu ancestral nommé dans la dédicace découverte sur place (IGLS 11, 12) et le Zeus ancestral à qui s’adresse la dédicace relevée dans le village moderne (IGLS 11, 14).

49D. Krencker et W. Zschietzschmann arguent du caractère peu classique du temple pour en dater la construction dans la seconde moitié du iiie s. apr. J.-C. K.S. Freyberger propose de faire remonter cette datation au début du iie s. apr. J.-C., en se fondant essentiellement sur des arguments stylistiques. Quoi qu’il en soit de leurs propositions, il est certain que le sanctuaire existe au iie s. apr. J.-C. : la dédicace du fragment d’autel trouvé devant le temple est datée en 116 apr. J.-C. (IGLS 11, 12).

102. Ain Aata

50Description : Mouterde 1951-1952, p. 26-27 (linteau mégalithique). Site revu.

Épigraphie : IGLS 11, 15-16 (épitaphes d’un prêtre).

51Le site d’el-Hosn surplombe le village d’Ain Aata au sud-est, à environ 1450 m d’altitude, près d’une source. Il comprend un sanctuaire et des tombes rupestres. Les restes d’un temple assez fruste sont encore visibles. Le bâtiment, de plan rectangulaire, s’ouvrait à l’est. Son angle nord-ouest et son long mur nord repose sur le rocher (fig. 238). La partie inférieure du jambage droit de la porte de la cella est en place. Un linteau mégalithique orné de bas-relief très érodés gît à l’est du bâtiment : à droite d’un pilastre qui s’achève en un congé, on reconnaît le buste d’une déesse coiffée d’un croissant de lune et flanquée de deux Amours portant des torches ; dans le champ à gauche du pilastre, on ne distingue plus que la silhouette d’un personnage debout de face, flanqué à droite d’un objet qui pourrait être un encensoir. Un autre bloc était orné de bas-reliefs assez frustes sur au moins deux faces. La scène la mieux conservée prend place dans un cadre déprimé (fig. 239). On reconnaît, sous un arc grossièrement figuré en faible relief, un personnage masculin (homme ou dieu) debout, de face et portant une coiffure calamistrée au-dessus de laquelle on distingue le départ d’un couvre-chef. Le bras droit, levé, est disproportionné par rapport à la taille du personnage. La main droite se présente la paume en avant, dans un geste de bénédiction. La main gauche tenait peut-être un épi. Le personnage est flanqué à gauche d’un taureau de face.

Fig. 238. Ain Aata (102) : ruines du temple.

Fig. 238. Ain Aata (102) : ruines du temple.

Photo J. Aliquot 2004.

Fig. 239. Ain Aata (102) : bloc orné d’un relief cultuel ou votif.

Fig. 239. Ain Aata (102) : bloc orné d’un relief cultuel ou votif.

Photo J. Aliquot 2003.

103. Habbariyé

52Architecture : Krencker & Zschietzschmann 1938, p. 213-221, pl. 89-93 (état des lieux en 1904) ; Amy 1950, p. 113 (escaliers). Photos : Taylor 1971, p. 74 ; Nordiguian 2005, p. 120-121. Site revu.

Épigraphie : IGLS 11, 17.

53Un petit temple ruiné s’élève au centre du village moderne d’El-Habbariyé (725 m d’altitude), dans la vallée du Ouadi Chébaa, affluent du Nahr el-Hasbani. Le bâtiment est quasiment conservé dans l’état où l’ont vu les membres de la mission allemande (fig. 240). Ouvert à l’est, il repose sur un massif de fondation et sur un podium composé de trois assises. Son escalier monumental a été démonté. Il s’agissait d’un temple distyle in antis d’ordre ionique avec un pronaos et une cella au fond de laquelle s’élevait la plate-forme d’un adyton. Le podium est entièrement creux : des cryptes voûtées sont aménagées sous le pronaos, la cella et l’adyton ; l’accès à celle qui est située sous le pronaos s’opère par une ouverture pratiquée dans le long côté sud du podium ; de là, on peut gagner les deux pièces de la crypte située sous la cella ; un escalier aménagé dans l’angle sud-ouest du temple permettait d’accéder à la crypte sous la plate-forme de l’adyton.

Fig. 240. Habbariyé (103) : le temple, vue en coupe longitudinale et relevé du parement interne du mur gouttereau sud.

Fig. 240. Habbariyé (103) : le temple, vue en coupe longitudinale et relevé du parement interne du mur gouttereau sud.

Dessin H. Kohl, dans Krencker & Zschietzschmann 1938, pl. 90.

54Les antes qui encadrent le pronaos sont pourvues à leur extrémité de pilastres carrés reposant sur des bases attiques et supportant des chapiteaux ioniques à volutes obliques. Leurs murs sont beaucoup moins épais que ceux de la cella. La façade présente une baie axiale unique. Deux rangées de niches cintrées et rectangulaires étaient aménagées de part et d’autre de cette ouverture. Une inscription était gravée naguère à gauche de la porte d’entrée, au niveau de l’assise située entre la niche cintrée inférieure et la niche rectangulaire supérieure : elle commémorait la dédicace de tout ou partie du temple, en associant cet acte au salut de la maison impériale.

55Les murs de la cella sont construits tantôt en appareil double tantôt en appareil simple, avec des blocs posés à joints vifs, sur des assises de hauteur variable. À l’ouest, leur parement extérieur est pourvu de pilastres d’angle dont le décor est semblable à celui des antes. Au fond du temple, à l’intérieur, la plate-forme de l’adyton a été démontée. Néanmoins, les traces de son installation restent visibles. L’escalier à moitié intégré dans son massif devait déterminer sa tripartition. En façade, au-dessus d’une colonnade, D. Krencker et W. Zschietzschmann proposent de restituer, soit un entablement complet avec un fronton (comme à Nébi Safa, 99), soit un mur plein se poursuivant en élévation (comme à Ain Horché, 101). L’interruption de l’architrave au niveau de la façade de l’adyton invite à privilégier la seconde solution. Une cage d’escalier est aménagée dans l’angle sud-ouest et dans la partie postérieure du mur sud de la cella. Tout comme dans le temple voisin de Nébi Safa, elle permet d’accéder à la fois à la crypte et aux parties hautes du temple (peut-être à une pièce située au-dessus de l’adyton).

104. *Jabal Khan

56Description : Fani 2005. Site non revu.

57Un site romain occupe le lieu-dit Bir el-Khan, à 4 km à l’est du village moderne de Kfeir el-Zeit, près de Hasbaya. Il se compose d’une nécropole (stèle cintrée, tombeau, blocs décorés) éventuellement associée à un sanctuaire dont l’emplacement resterait indéterminé. L’élément le plus probant en faveur de l’identification d’un bâtiment cultuel consiste en un grand linteau monolithe dont les dimensions conservées sont de 1,14 m de haut sur 3,40 m de large et 0,92 m d’épaisseur et dont la face antérieure est ornée d’un bas-relief représentant la tête échevelée de la Méduse entre les bustes de Sol (à droite) et de Luna (à gauche), de part et d’autre de Victoires stéphanéphores et d’Amours (fig. 241). Méduse apparaît fréquemment en contexte funéraire, y compris dans la région de l’Hermon (cf. IGLS 11, 16, à Ain Aata). Le linteau de Jabal Khan pourrait aussi bien appartenir à un édifice cultuel qu’à un tombeau.

Fig. 241. Jabal Khan (104*) : linteau à la Méduse.

Fig. 241. Jabal Khan (104*) : linteau à la Méduse.

Photo B. Condé, © Ifpo, photothèque.

Table des illustrations

Titre Fig. 220. Jdeidet Yabous (87) : bloc de corniche corinthienne.
Crédits Photo J. Aliquot 2004.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1458/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Fig. 221. Qasr Hammara (88*) : bâtiment à péristyle remployant les blocs d’un sanctuaire romain.
Crédits Photo J. Aliquot 2002.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1458/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 436k
Titre Fig. 222. Qasr Hammara (88*) : l’architrave inscrite, bloc de gauche.
Crédits Photo J. Aliquot 2002.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1458/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Titre Fig. 223. Qasr Hammara (88*) : l’architrave inscrite, bloc de droite.
Crédits Photo J. Aliquot 2002.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1458/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Titre Fig. 224. Haloua (89) : ruines du temple nord-ouest (B).
Crédits Photo J. Aliquot 2004.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1458/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Fig. 225. Haloua (89) : fronton d’un édicule.
Crédits Photo J. Aliquot 2002.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1458/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 620k
Titre Fig. 226. Yanta (90) : l’entrée du péribole, vue du sud-est.
Crédits Photo J. Aliquot 2003.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1458/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 576k
Titre Fig. 227. Bakka (91) : le podium du temple, vue du nord-ouest.
Crédits Photo J. Aliquot 2004.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1458/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 628k
Titre Fig. 228. Bakka (91) : chapiteau corinthien.
Crédits Photo J. Aliquot 2004.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1458/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 620k
Titre Fig. 229. Mdoukha (92) : le temple, vue depuis le second édifice.
Crédits Photo J. Aliquot 2003.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1458/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 388k
Titre Fig. 230. Khirbet el-Knissé (94) : temple sud (A).
Crédits Photo J. Aliquot 2004.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1458/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 664k
Titre Fig. 231. Khirbet el-Knissé (94) : temple nord (B).
Crédits Photo J. Aliquot 2004.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1458/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Fig. 232. Aaiha (96) : le temple.
Crédits Photo J. Aliquot 2003.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1458/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Titre Fig. 233. Nébi Safa (99) : l’angle nord-ouest de la cella.
Crédits Photo J. Aliquot 2002.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1458/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 612k
Titre Fig. 234. Nébi Safa (99) : vues en coupe restituées de la cella, de la plate-forme de l’adyton et de la crypte.
Crédits Dessins W. Hensch, dans Krencker & Zschietzschmann 1938, pl. 86.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1458/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 560k
Titre Fig. 235. Ain Horché (101) : plan du site.
Crédits Dessin T. von Lüpke, dans Krencker & Zschietzschmann 1938, p. 246, fig. 377.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1458/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 960k
Titre Fig. 236. Ain Horché (101) : le temple, vue du nord-est.
Crédits Photo J. Aliquot 2002.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1458/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 504k
Titre Fig. 237. Ain Horché (101) : la cella et l’adyton du temple.
Crédits Photo J. Aliquot 2002.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1458/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 476k
Titre Fig. 238. Ain Aata (102) : ruines du temple.
Crédits Photo J. Aliquot 2004.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1458/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 436k
Titre Fig. 239. Ain Aata (102) : bloc orné d’un relief cultuel ou votif.
Crédits Photo J. Aliquot 2003.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1458/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 736k
Titre Fig. 240. Habbariyé (103) : le temple, vue en coupe longitudinale et relevé du parement interne du mur gouttereau sud.
Crédits Dessin H. Kohl, dans Krencker & Zschietzschmann 1938, pl. 90.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1458/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 596k
Titre Fig. 241. Jabal Khan (104*) : linteau à la Méduse.
Crédits Photo B. Condé, © Ifpo, photothèque.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1458/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M

© Presses de l’Ifpo, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540