Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Vie religieuse au Liban sous l'Empire romain

 | 
Julien Aliquot

Catalogue des lieux de culte

Antiliban est

Texte intégral

72. *Yabroud

1Description : Nasrallah 1952, p. 155, pl. 1 (ph.), 1956, pl. 5-7 (ph.), et 1958-1959, p. 63-64 ; Cannuyer 1999, p. 14-15 (église Notre-Dame). Site revu.

Épigraphie : IGLS 5, 2707, cf. Will 1983, p. 145 n. 23 (1995, p. 593) (édit d’Agrippa II, cf. supra, chapitre 2) ; Mouterde, dans Lauffray 1944-1945, 67-68, n° 4 (AE 1950, 232) (autel de Béryte consacré à Jupiter Malechiabrudénus) ; CIL 6, 36792 (dédicace à Jupiter Malechiabrudès, au sanctuaire du Janicule à Rome).

Sources littéraires : Ptolémée, Géographie 5, 15, 20 (Ἰάβρουδα) ; ACO 2, 1, 2, p. 154, 33, cf. Honigmann 1942-1943, p. 61 (évêque de Iabrouda au concile d’Éphèse) ; Notitia Antiochena, éd. E. Honigmann, p. 75 ; Georges de Chypre, Descriptio orbis Romani 990 (κλίμα Ἰαβρούδων).

2Sur le second plateau du Qalamoun, le village de Yabroud (1500 m d’altitude) occupe un replat à la confluence des Ouadi Kréna et Skifta. Son site correspond à celui de Iabrouda. Cette bourgade antique fait partie des territoires hérodiens au ier s. apr. J.-C. Elle est une cité épiscopale dans l’Antiquité tardive, au moins à partir du milieu du ve s. apr. J.-C.

3Les vallées des environs sont parsemées de tombes rupestres. À l’intérieur du village, dans le quartier d’el-Qouz, la cathédrale melkite Saints-Constantin-et-Hélène (à ne pas confondre avec l’église Notre-Dame, qui recouvre une basilique protobyzantine) remploie les blocs d’un sanctuaire romain et d’autres édifices antiques (fig. 185). Il faut peut-être attribuer ce temple à Jupiter Malechiabrudès ou Malechiabrudénus, connu par des dédicaces latines de Béryte et de Rome. Les appellations de ce dieu le désignent littéralement comme le roi du lieu.

Fig. 185. Yabroud (72) : spolia dans la cathédrale Saints-Constantin-et-Hélène.

Fig. 185. Yabroud (72) : spolia dans la cathédrale Saints-Constantin-et-Hélène.

Photo J. Aliquot 2003.

73. Qasr Nimroud

4Architecture : Burton & Drake 1872, 2, p. 109-118 ; Krencker & Zschietzschmann 1938, p. 178-181, 275, pl. 71-73 et 117, 22 (état des lieux en 1933, classement parmi les temples anciens) ; Gschwind 2004, p. 57 n. 51 (blocs remployés à Deir Chéroubim). Photos : Nasrallah 1958-1959, pl. 1. Site non revu.

Épigraphie : Krencker & Zschietzschmann 1938, p. 180-181 ; Fossey 1897, p. 59, n° 67.

5Le site antique de Qasr Nimroud (1850 m d’altitude) occupe un petit plateau vallonné, désertique et pierreux de l’Antiliban, près de la source d’Ain el-Jaouzé, entre Ham à l’ouest et Tfail et Saidnaya à l’est, sur l’une des voies de passage entre la Békaa et le Qalamoun. Il comprend les ruines d’un temple périptère dorique ouvert au nord. R. Burton, le premier à avoir relevé le plan du bâtiment, décrit en outre une construction annexe à l’est du bâtiment, que D. Krencker et W. Zschietzschmann ne signalent pas. Il copie aussi une inscription syriaque et des croix pattées chrétiennes sur une colonne du temple, qui le portent à croire que les chrétiens se sont approprié le site.

6Le temple ne semble pas reposer sur un podium. L’édifice se composait d’une cella à antes et d’un péristyle de six colonnes en façade et de neuf colonnes sur chacun des longs côtés (fig. 186). Le mur d’entrée présentait trois ouvertures, une baie axiale et deux portes latérales. L’aménagement interne de la cella n’est pas connu. La restitution d’une toiture plate est hypothétique. Depuis les années 1980, de nombreux blocs du temple (fûts de colonne, linteaux, architraves) ont été amenés à Deir Chéroubim (75*).

Fig. 186. Qasr Nimroud (73) : le temple, vue du sud.

Fig. 186. Qasr Nimroud (73) : le temple, vue du sud.

Photo © Ifpo, photothèque.

7Deux dédicaces grecques païennes gravées sur des linteaux de porte du temple mentionnent un dieu anonyme. Celle qui figurait au-dessus de l’entrée principale commence par une date éventuellement incomplète (ἔτο[υς] ηξ[- - -]). Non sans risque de raisonnement circulaire, D. Krencker et W. Zschietzschmann (1938, p. 180 et 275) restituent un tau pour le chiffre des centaines et estiment que le temple a été construit en l’an 368 de l’ère séleucide, c’est-à-dire en 56-57 apr. J.-C. Le texte n’est pas fiable sur ce point, même si rien n’empêche que la construction du bâtiment remonte au ier s. apr. J.-C.

74. Saidnaya

8Architecture : Pococke 1745, p. 134 (mention de ruines dans le couvent détruit de saint Thomas) ; Gögrafe 1997 (mention) ; Omeri 2002-2003 (plan, relevés) ; Castellana, Di Bennardo & Fernández 2007 (plans, relevés, photos, présentation fantaisiste). Site revu.
Épigraphie : Fossey 1897, p. 58-59, n° 64 (fragment) ; Rey-Coquais 1994b, p. 40-41 (dédicace de Julia Saadnè).

9Sur le deuxième plateau du Qalamoun, le gros bourg chrétien de Saidnaya (1450 m d’altitude) conserve les ruines d’un mausolée et de tombeaux rupestres romains. Ses églises et ses couvents remploient fréquemment des blocs appartenant à des monuments antiques. La partie ancienne du monastère Saint-Thomas (Deir Mar Touma), à 2 km au nord de Saidnaya et à 1500 m d’altitude, occupe l’emplacement d’un lieu de culte de l’époque romaine associé à des installations rupestres. Le sanctuaire païen est étudié par le Service des Antiquités de la Damascène, sous la responsabilité d’I. Omeri. Sa description doit tenir compte des changements que le site aurait connus depuis la fin de l’Antiquité.

10Le sanctuaire païen se composait d’une enceinte, d’un temple et d’annexes (fig. 187-189). Bâti avec des pierres extraites sur place dans l’affleurement calcaire, comme l’indique la présence d’une carrière au nord-est du site, il présente de nombreux éléments rupestres. Son péribole, mi-rupestre, mi-maçonné au moyen de blocs lisses ou à bossage, délimite un temenos en forme de parallélogramme dont les longs côtés, à l’ouest et à l’est, mesurent de 40 à 45 m de long, et dont les petits côtés, au nord et au sud, ont une longueur de 35 à 40 m. L’angle nord-est de l’enceinte est droit, mais le mur du long côté est se retourne vers l’ouest après une quinzaine de mètres pour rejoindre le tracé du parallélogramme. Compte tenu de la forte dénivellation du versant rocheux entre l’angle nord-est et les parties ouest et sud du site, il est probable que l’entrée dans le temenos s’opérait à l’est. Il est toutefois difficile de l’assurer, car l’enceinte, à l’exception de ses premières assises et de quelques portions en place sur le long côté est, a été entièrement reconstruite.

Fig. 187. Saidnaya (74) : le site cultuel, vue du nord-est.

Fig. 187. Saidnaya (74) : le site cultuel, vue du nord-est.

Photo J. Aliquot 2007.

Fig. 188. Saidnaya (74) : le site cultuel, vue du nord-ouest.

Fig. 188. Saidnaya (74) : le site cultuel, vue du nord-ouest.

Photo J. Aliquot 2007.

Fig. 189. Saidnaya (74) : plan au sol des vestiges.

Fig. 189. Saidnaya (74) : plan au sol des vestiges.

Dessin P. Piraud-Fournet 2009, d’après R. Carlino, dans Castellana, Di Bennardo & Fernández 2007, p. 76, fig. 11.

11L’espace intérieur du temenos est lui aussi taillé dans le rocher. Sa moitié ouest a servi de carrière avant d’être réoccupée par des bâtiments conventuels, après la désaffection du sanctuaire païen. L’angle nord-est est bordé de chambres rupestres probablement adventices. L’une de ces chambres contient sur trois côtés des tombes antiques à arcosolium assez frustes dont la présence serait surprenante à l’intérieur de l’enceinte d’un lieu de culte païen. La moitié est et la partie sud de la cour pourraient être préservées dans un état plus proche de l’état antique que les autres secteurs. Le sol est partiellement nivelé. Au sud-ouest, on remarque l’ouverture d’une citerne rupestre. Les emplacements des bases de la colonnade d’un portique sont taillés à intervalles réguliers dans le sol de la cour, le long du côté est de l’enceinte (fig. 190).

Fig. 190. Saidnaya (74) : détail du péribole et traces du portique est.

Fig. 190. Saidnaya (74) : détail du péribole et traces du portique est.

Photo J. Aliquot 2007.

12Un temple ouvert au sud s’élève dans la partie nord du temenos. Son mur de fond suit une direction parallèle à celle du petit côté nord du péribole. Son axe médian passe au milieu de ce côté. Le décalage du bâtiment vers le fond de la cour libère de la place devant sa façade pour disposer un autel auquel il faut peut-être attribuer le fragment utilisé dans le chœur de l’église. Le temple, dépourvu de podium, repose sur un soubassement rupestre assez bas et de plan rectangulaire, précédé d’un long palier entre deux volées d’escalier. Il s’agit d’un édifice distyle in antis de 14,95 m de long sur 7,91 m de large, dont l’ordre est identifiable grâce aux deux chapiteaux corinthiens épannelés conservés sur place. Les antes du pronaos répondent aux pilastres qui ornent les angles postérieurs du temple. Elles sont conservées jusqu’à l’avant-dernière assise, dont le parement antérieur est orné d’une rosace en bas-relief entourée d’un nœud d’Hercule, sur l’ante ouest, et de deux palmes stylisées, sur l’ante est. Les murs de la cella, quant à eux, sont conservés jusqu’au niveau de l’entablement et même du départ du fronton à l’arrière (la couverture et la toiture du bâtiment sont modernes). Tout comme ceux des antes, ils sont dressés en appareil simple, sur des assises de hauteur assez régulière, au moyen de blocs lisses de moyen appareil, à l’exception de la partie inférieure de l’angle nord-ouest, qui est rupestre. Le mur d’entrée du temple présentait une grande baie axiale. À l’intérieur, l’aménagement original de la cella est indéterminé.

13Lors de sa transformation en église, le temple a été complètement remanié. Le pronaos et la façade de la cella ont été en grande partie murés avec les blocs du bâtiment antique pour recevoir des portes de dimensions plus réduites et une petite abside a été aménagée dans le long mur est (fig. 191-192). Dans l’état actuel de nos connaissances, la christianisation du site ne paraît pas attestée avant la fin de l’époque médiévale : l’historien arabe d’origine syrienne Ibn Fadl Allah al-Umari (1301-1349) évoque le monastère de Mar Touma dans son encyclopédie (Masalik al-Absar) ; un manuscrit conservé au couvent de la Vierge à Saidnaya mentionnerait lui aussi le monastère à la fin du xive s. Le creusement de la chambre funéraire à arcosolia dans l’angle nord-est du temenos pourrait toutefois témoigner d’un changement de statut du site cultuel dès la fin de l’Antiquité.

Fig. 191. Saidnaya (74) : pronaos muré du temple.

Fig. 191. Saidnaya (74) : pronaos muré du temple.

Photo J. Aliquot 2007.

Fig. 192. Saidnaya (74) : porte du temple murée.

Fig. 192. Saidnaya (74) : porte du temple murée.

Photo J. Aliquot 2007.

14Au sud du sanctuaire, en contrebas, un escalier sinueux taillé dans la roche conduit à des installations rupestres où l’on distingue des chambres, des bassins, des pressoirs et une salle barlongue pourvue de banquettes. Ces installations, si elles ne remontent pas toutes à l’époque protobyzantine, ont pu servir d’annexes au sanctuaire ou être occupées par des villageois établis autour du site cultuel. La présence d’annexes est attestée par l’inscription grecque gravée sur un bloc remployé dans le mur d’enceinte du monastère. Le texte commémore la construction d’un bâtiment (οἰκοδομή) par Julia Saadnè, fidèle appartenant sans doute à une famille dont les membres possèdent des tombeaux à Saidnaya (Rey-Coquais 1994b, p. 40-41).

75. *Deir Chéroubim

15Description : Pococke 1745, p. 134 (saint Serphent) ; Porter 1855, 1, p. 348 (Mar Shurabîn) ; Gögrafe 1997 (mention) ; Gschwind 2004, p. 57 n. 51 (blocs de Qasr Nimroud) ; Castellana, Di Bennardo & Fernández 2007, p. 48-65 (photos, présentation fantaisiste). Site revu.

16Le monastère de Chéroubim occupe la crête du piton rocheux qui s’élève à 6 km au nord de Saidnaya (2011 m d’altitude). Les voyageurs R. Pococke et J.L. Porter l’ont vu ruiné et quasiment désert au début du xviiie s. Les blocs de grand appareil en calcaire blanc qui sont aujourd’hui remployés dans le bâtiment conventuel appartiennent vraisemblablement à un sanctuaire romain éventuellement installé sur place ou dans les parages (fig. 193). Ils ont pu être extraits de la carrière repérée au sud-ouest du site. On prendra garde, toutefois, que le monastère est dans son état actuel un ensemble architectural des années 1980-2000, que ses chambres rupestres ont été creusées très récemment et que certains des blocs antiques visibles sur le site viennent en réalité de Qasr Nimroud (73), en particulier ceux qui sont mis en œuvre dans la petite église dédiée aux archanges Michel et Gabriel (fig. 194).

Fig. 193. Deir Chéroubim (75*) : spolia dans le bâtiment conventuel moderne.

Fig. 193. Deir Chéroubim (75*) : spolia dans le bâtiment conventuel moderne.

Photo J. Aliquot 2007.

Fig. 194. Deir Chéroubim (75*) : église moderne bâtie en partie avec des blocs du temple de Qasr Nimroud (73).

Fig. 194. Deir Chéroubim (75*) : église moderne bâtie en partie avec des blocs du temple de Qasr Nimroud (73).

Photo J. Aliquot 2007.

76. Mnin

17Description : Porter 1855, 1, p. 326-327 ; Burton & Drake 1872, 2, p. 129-130 ; Thoumin 1929, p. 170-179 ; Balty et al. 1999 et 2000 (rapports préliminaires) ; Omeri 2001 (relevés) ; Hammoud & Omeri 2009 (relevés, plans, photos). Site revu.

Épigraphie : textes religieux inédits ; SEG 7, 243 (inscription protobyzantine).

18À 20 km au nord de Damas, Mnin occupe un cirque au fond duquel jaillit une source donnant naissance à un affluent du Barada. La vallée est parsemée de tombes rupestres antiques. La ferveur populaire associe le souvenir de saint Thècle (Mar Taqla) au site antique établi sur l’éperon rocheux qui domine le village d’une centaine de mètres, à 1263 m d’altitude, au nord-est. Les ruines ont été dégagées et étudiées entre 1998 et 2008 par le Service des Antiquités de la Damascène, sous la direction de M. Hammoud. Elles se répartissent en trois secteurs. Le sommet aplani de l’éperon est occupé par une agglomération villageoise dont la datation reste à préciser, mais qui a livré du matériel hellénistique, romain et protobyzantin (en plus d’une statuette en bronze du Bronze récent ou du Fer I). En contrebas, une nécropole de l’époque romaine s’étend sur le versant sud de la montagne. Le versant ouest est occupé par un sanctuaire romain associé à des installations rupestres. On accède au site depuis la vallée par un sentier aménagé sur le flanc sud de la montagne. Le chemin traverse la nécropole et débouche sur la porte monumentale du sanctuaire dont seul subsiste le jambage droit à trois fasces taillé dans le rocher. Il est possible de gagner la partie supérieure du site par le nord, après avoir contourné le sanctuaire.

19Le sanctuaire est établi sur une terrasse d’environ 40 m de long délimitée par des versants abrupts, au sud et à l’ouest, et par la paroi rocheuse, au nord et à l’est. Il comprend, à l’intérieur d’une cour partiellement nivelée, un grand temple (A) ouvert au sud, dans la partie ouest de la terrasse, et deux chapelles annexes rupestres (B-C) ouvertes à l’ouest, dans la partie est. Les éléments conservés du temple se limitent aujourd’hui à ses parties rupestres (podium, partie inférieure du mur gouttereau est de la cella, plate-forme pleine de l’adyton) et au puissant dallage de la cella (fig. 195-196). J.L. Porter a vu en outre l’escalier monumental rupestre du temple et les éléments d’un portique tétrastyle avec des colonnes de 1,04 m de diamètre (3 pieds 5 pouces). R. Burton évoque lui aussi ce portique et cet escalier qui avaient déjà disparu lors du passage de R. Thoumin. Les blocs épars sur le site et dans le village moderne appartiennent sans doute à la colonnade du pronaos et à l’entablement de l’édifice (bases, chapiteaux corinthiens, fragments de fûts de colonnes, corniche, architrave ornée de mufles de lion, frise).

Fig. 195. Mnin (76) : le grand temple (A), vue du nord-est.

Fig. 195. Mnin (76) : le grand temple (A), vue du nord-est.

Photo J. Aliquot 2008.

Fig. 196. Mnin (76) : la plate-forme de l’adyton du grand temple (A).

Fig. 196. Mnin (76) : la plate-forme de l’adyton du grand temple (A).

Photo J. Aliquot 2008.

20Les deux chapelles à l’est du temple sont séparées l’une de l’autre par un pan de rocher (fig. 197). Toutes deux sont des pièces de plan rectangulaire, au fond desquelles une niche surmonte une plate-forme assez basse. Celle du nord (B) est de plain-pied avec la cour. Sa façade s’ouvre sur une baie richement décorée. Celle du sud (C) est précédée d’un escalier monumental mi-rupestre, mi-maçonné qui donne accès à un palier encadré par des antes. L’amorce de son plafond est taillée en biseau pour accueillir les dalles de la couverture. En contrebas de la terrasse du sanctuaire, vers l’ouest, de nombreuses pièces mi-rupestres, mi-maçonnées ont pu servir d’annexes pour l’hébergement des prêtres ou l’accueil des fidèles.

Fig. 197. Mnin (76) : les deux chapelles annexes rupestres (B-C).

Fig. 197. Mnin (76) : les deux chapelles annexes rupestres (B-C).

Photo J. Aliquot 2008.

21Le site païen a connu des transformations importantes après sa désaffection. Sur la terrasse du sanctuaire, la construction d’une citerne moderne en béton a bouleversé la zone située entre le temple et les deux chapelles. Il est toutefois assuré que certaines parties du sanctuaire ont été modifiées dès l’époque protobyzantine, période au cours de laquelle l’occupation du site est attestée à la fois par le matériel découvert en fouille et par l’inscription de deux tailleurs de pierre, datée en 449 apr. J.-C. (SEG 7, 243). Le secteur au nord du temple est occupé par des bâtiments qui remploient des matériaux de l’époque romaine. Des tombes ont été creusées à l’intérieur de la cour. L’escalier de la chapelle sud a servi de carrière. L’installation d’un pressoir dans l’angle nord-est du temenos, devant l’entrée de la chapelle nord, témoigne de la fonction économique attribuée à ce secteur (fig. 198). D’autres zones ont pu conserver ou retrouver un caractère cultuel depuis la fin de l’Antiquité. Dans le récit d’un voyage effectué en 1503, l’Italien Ludovico di Varthema signale la présence de deux églises sur l’éperon de Mnin (Monin) (cf. Dussaud 1927, p. 287). Ces églises ne sont pas localisées et l’époque de leur aménagement reste à déterminer, mais il est possible que l’orientation des chapelles ait favorisé leur utilisation comme des églises. L’hypothèse de la christianisation du site permet de comprendre pourquoi le souvenir de sainte Thècle est attaché aux ruines de Mnin.

Fig. 198. Mnin (76) : pressoir installé devant l’entrée de la chapelle annexe rupestre nord (B).

Fig. 198. Mnin (76) : pressoir installé devant l’entrée de la chapelle annexe rupestre nord (B).

Photo J. Aliquot 2008.

77. *Halboun

22Description : Porter 1855, 1, p. 327-333, et 1875, p. 466 ; Abel & Barrois 1933 (nécropole, ruines) ; Hammoud & Omeri 2009, p. 129. Site revu.

Épigraphie : Fossey 1897, p. 58, n° 63 (fragment) ; Rostovtseff 1928 (SEG 7, 216-218) (dédicaces au nom d’Agrippa II) ; Waddington, I. Syrie 2553 (dédicace au nom d’Agrippa II), 2554-2555 (dédicaces), 2555 b (épitaphe) ; Mouterde 1959, p. 57-60, n° 3, cf. Gatier 1994a, p. 778 (dédicace à Zeus Beelepharos, cf. 81*).

Sources sur le vin chalybonien : P. Cairo Zen. 1, 59012, et Durand 1997, p. 107-121, n° 12, cf. Gatier 2008-2009, p. 48 et 52-53 n. 40 (archives de Zénon) ; Ézéchiel 27, 18 (LXX), avec le Commentaire de Théodoret de Cyr (ἡ δὲ Χελβὼν κώμη τις, placée en Idumée) ; Athénée, Deipnosophistes 1, 28 (d’après Poséidonios d’Apamée) ; Strabon, Géographie 15, 3, 22.

23Le village (1650 m d’altitude) occupe la vallée du Ouadi Halboun, en amont d’une gorge étroite parsemée de tombes rupestres. Son nom, correspondant à la transcription du toponyme antique Χαλυβών, « les Vignes », aurait été attribué à cette localité réputée pour son vin aux époques perse et hellénistique. Selon Poséidonios d’Apamée, cité par Athénée, les Perses auraient planté la vigne dans la région de Damas et les rois achéménides n’auraient bu que du vin chalybonien. Cette production fait encore partie des denrées exportées vers l’Égypte en 259 av. J.-C., d’après les archives de Zénon.

24Les maisons et les terrasses du village remploient de nombreux blocs antiques. Certains appartiennent sans doute à un sanctuaire romain. Au xixe s., J.L. Porter signale les fondations d’un bâtiment qu’il identifie à un temple, en contrebas du village, et relève de nombreux remplois (blocs, fragments de corniche, colonnes torsadées, chapiteaux corinthiens) parmi lesquels il copie plusieurs inscriptions, dont une dédicace au nom d’un prince hérodien. Le site cultuel n’est plus reconnaissable sur le terrain, mais des photos d’archive (fig. 199-200) et des dédicaces confirment l’existence du sanctuaire. M. Rostovsteff publie ou réédite les trois textes gravés sur les blocs d’architrave appartenant soit au temple, soit à des bâtiments annexes construits sous le règne d’Agrippa II, dans la seconde moitié du ier s. apr. J.-C. Le premier commémore l’achèvement d’un portique (SEG 7, 216) : [ἐπὶ βασι]λέος μεγάλου Μάρκου Ἰου|[λίου Ἀγρί]ππα τοῦ ἐγ μεγάλου βασιλέ|[ος Ἀγρίππ]α, εὐσεβοῦς, φιλοκαίσαρος | [καὶ φιλορω]μαίου, ἡ στοὰ ἐξ ἱερατι|[κῶν ἐγέ]νετο, « sous le grand roi Marcus Julius Agrippa, fils du grand roi Agrippa, pieux, ami de César et ami des Romains, le portique a été réalisé avec les fonds sacrés. » Le second correspond à la dédicace de tout ou partie d’un monument (SEG 7, 217) : ἐπὶ βασιλέως μεγάλου Μάρκο[υ Ἰουλίου Ἀγρίππα τοῦ ἐγ μεγάλου βασιλέως Ἀγρίππα φιλο]καίσαρος καὶ φιλορωμαίων [- - - ἐκ τῶν] | ἰδίων ἀνέθηκαν διὰ ἐπιμελητοῦ το[ῦ προγεγραμμένου], « sous le grand roi Marcus Julius Agrippa, fils du grand roi Agrippa, ami de César et ami des Romains, … a consacré… à ses frais, sous la surveillance de l’épimélète susdit ». Le troisième, plus lacunaire, mais de même teneur (SEG 7, 218), émane d’un Mambogaios qui pourrait être le père d’un Lysias connu par deux autres dédicaces (I. Syrie 2554-2555).

Fig. 199. Halboun (77*) : bloc de corniche.

Fig. 199. Halboun (77*) : bloc de corniche.

Photo © Ifpo, photothèque.

Fig. 200. Halboun (77*) : couronnement d’une niche ou d’un édicule.

Fig. 200. Halboun (77*) : couronnement d’une niche ou d’un édicule.

Photo © Ifpo, photothèque.

78. Qafa el-Qseir

25Description : Hammoud & Omeri 2009, p. 128-129. Site revu.

Épigraphie : inédits (fragments d’époque romaine).

26Au lieu-dit Qafa el-Qseir, à 5 km au nord de Halboun, deux bâtiments disposés sur un même axe nord-sud et appartenant au même sanctuaire romain ont été récemment dégagés sur le versant d’une colline qui surplombe la vallée d’un affluent du Ouadi Halboun (fig. 201). Ils ont été étudiés en 2003-2005 par le Service des Antiquités de la Damascène, sous la direction d’I. Omeri. On distingue, au sud, les ruines d’un temple ouvert au nord, dont seuls le massif de fondation, une partie du podium (sur une longueur de 17,80 m) et quatre marches de l’escalier monumental sont conservés en place. La largeur du podium est de 10,80 m en façade, ce qui place le bâtiment parmi les petits temples de la région. Le massif de fondation, la base finement moulurée et les premières assises soigneusement parementées d’un autel monumental s’élèvent à 12 m au nord du temple (fig. 202). Les côtés sud et est de ce monument sont conservés sur environ 8 m chacun. L’épaisseur des murs (3 m) et la découverte d’un bloc d’escalier laissent supposer qu’il s’agit d’un autel-tour ou d’une tour cultuelle.

Fig. 201. Qafa el-Qseir (78) : l’extrémité du podium du temple et l’autel, vue du sud-est.

Fig. 201. Qafa el-Qseir (78) : l’extrémité du podium du temple et l’autel, vue du sud-est.

Photo J. Aliquot 2002.

Fig. 202. Qafa el-Qseir (78) : base de l’autel.

Fig. 202. Qafa el-Qseir (78) : base de l’autel.

Photo J. Aliquot 2002.

79. Deir Nébi Younan

27Description : Burton & Drake 1872, 2, p. 14-16 ; Gatier & Umeiri 2002 (photos). Site non revu.

Épigraphie : Mouterde 1951-1952, p. 82 n. 3 (dédicace pour le salut des empereurs) ; Rey-Coquais 1993, p. 143 (inédit).

28À l’est de Zébédani, le site de Deir Nébi Younan, « Monastère du prophète Jonas » (ou Deir Younan ou Qasr Younan), couronne le Jabal Chékif (2100 m d’altitude), dont la falaise domine le village d’Ain Haour au sud-est. On y accède le plus aisément depuis Bloudan.

29R. Burton repère sur le site les ruines d’un sanctuaire composé d’un mur de péribole et d’un petit temple de 8,66 m de long et de 6,83 m de large environ, probablement ouvert à l’est, à proximité d’un puits asséché. Il relève différents éléments architecturaux (bloc de corniche, pilastres, pierres d’angle, blocs moulurés ou à bossage, bases de colonne et linteau) et copie deux inscriptions grecques : la première, difficilement compréhensible, était gravée sur un autel votif ; la seconde, formulée pour le salut des empereurs, confirme que le sanctuaire est fréquenté à l’époque romaine. Selon J.-P. Rey-Coquais, une inscription inédite très tardive (386-387 apr. J.-C.) indiquerait l’existence en ce lieu d’emplacements réservés aux villages des environs.

30Le site pourrait devoir son nom de Deir à la transformation du sanctuaire en église ou en monastère, à une époque indéterminée. R. Burton avait noté la présence d’une croix pattée sur un bloc près du puits et avait remarqué que des pierres du temple avaient été retaillées en blocs de dimensions réduites.

80. *Houreiri

31Description : Porter 1855, 1, p. 336 (mention de ruines). Site non revu.

Épigraphie : Waddington, I. Syrie 2556 (Clermont-Ganneau 1901a ; Hajjar 1977, n° 167).

32Le village (1500 m d’altitude) est situé à environ 5 km au nord-est de Souk Ouadi Barada, dans la vallée du Ouadi Houreiri, affluent du Barada. « Il y a là quelques ruines », selon W.-H. Waddington, qui copie la dédicace du prêtre Gaius au Zeus d’Héliopolis sur un bloc remployé dans une fontaine moderne : ce texte commémore la réalisation de travaux dans un sanctuaire aux frais du dieu et d’un village, sous la responsabilité des deux épimélètes Abidbélos et Zénon. La localisation du site cultuel est indéterminée.

81. *Ifry

33Épigraphie : Waddington, I. Syrie 2557, revu par Jalabert 1907, p. 292 (Milik 1972, p. 215) (dédicace du hiérotame) ; Jalabert 1907, p. 292-293, nos 87-88 (dédicaces lacunaires sur des autels votifs) ; Mouterde 1959, p. 57-60, n° 3, cf. Gatier 1994a, p. 778 (Halboun) ; CIL 6, 30934 et 31168 (Rome). Site non revu.

34En aval de Souk Ouadi Barada, l’une des sources qui alimentent le cours du Barada jaillit à Ifry (1452 m d’altitude), à 5 km au nord de Fijé. Le nom du village, Ifry ou Afré, correspond à celui de l’antique Ephara, que l’on retrouve dans un théonyme attesté en grec à Halboun (77*) et en latin à Rome : Ζεὺς Βεελεφαρος, Jupiter Beheleparus et Beellefarus. Dans la Lettre des archimandrites d’Arabie (trad. J.-B. Chabot, p. 156), le couvent monophysite de mart Mariam d’fr’ est probablement celui d’Ifry.

35La mosquée du village remploie les éléments d’un sanctuaire romain. L. Jalabert repère ces « beaux blocs taillés » et copie trois dédicaces grecques lacunaires. Le texte le plus intéressant est gravé sur le fragment de corniche moulurée retrouvée à l’intérieur de la mosquée, dans la salle voûtée qui recouvre la source. Il commémore la dédicace d’un trésorier sacré ([ἱε]ροτομίας ἐπὶ τὴν ἀρχὴν αὐτοῦ) qui a pu assurer la gestion des biens du sanctuaire, peut-être celui de Zeus Beelepharos, le seigneur d’Ephara.

82. Nébi Abel

36Architecture : Pococke 1745, p. 115-116, pl. 22 A (plan, croquis) ; Porter 1855, 1, p. 262-264 ; Savignac 1912 ; Mouterde 1951-1952, p. 77-78 ; Dentzer-Feydy 1999, p. 539-541, fig. 16-18 (notes et relevés de W.J. Bankes) ; Gatier 2002-2003 (photos). Site revu.

Épigraphie : Pococke 1752, p. 1 (première dédicace de Nymphaios à Cronos) ; Savignac 1912, p. 534-536 (seconde dédicace de Nymphaios à Cronos) et 536 n. 1 (marque au nom de Cronos) ; Rey-Coquais 1989b, p. 612 n. 13 (SEG 39, 1566) (dédicace de Nymphaios à Zeus et Apis) ; Mouterde 1951-1952, p. 78-84, n° 17, revu par Rey-Coquais 1989b, p. 612-613 (SEG 39, 1565 ; RICIS 402/1005) (dédicace de l’autel de Cronos) ; Waddington, I. Syrie 1877 a (épitaphe d’une stèle funéraire « sur le flanc de la montagne de la rive droite du Barada ») ; Mouterde 1951-1952, p. 84-86, pl. 24, 1 (tombe rupestre sur le chemin du site).

37Sur la rive droite du Barada, un promontoire escarpé domine la vallée de 200 m, à l’aplomb de Souk Ouadi Barada (fig. 203). Le wéli chiite de Nébi Abel, qui le couronne à 1265 m d’altitude, occupe le site d’un sanctuaire romain. Son nom, Nébi Abel, conserve le souvenir de légendes anciennes, transmises notamment au xiie s. par al-Harawî (Guide des lieux de pèlerinage 11), qui situent en Abilène le meurtre du pasteur Abel par l’agriculteur Caïn. Depuis le xviiie s., plusieurs voyageurs et savants européens ont visité le site : R. Pococke en 1739, W.J. Bankes en 1818, J.L. Porter au milieu du xixe s., les Pères Lazaristes de Damas en 1911, A. Beaulieu et R. Mouterde en 1939. Leurs observations sont précieuses, car toute trace du sanctuaire païen a disparu, à l’exception d’un bloc de l’escalier monumental du temple.

Fig. 203. Nébi Abel (82) : le promontoire du haut-lieu, vue depuis Brahlia (83) et la vallée du Barada.

Fig. 203. Nébi Abel (82) : le promontoire du haut-lieu, vue depuis Brahlia (83) et la vallée du Barada.

Photo J. Aliquot 2002.

38Un sentier très escarpé, aménagé à flanc de montagne et jalonné de tombes rupestres donnait autrefois accès au site depuis Souk Ouadi Barada. Sur le promontoire, un mur de péribole délimitait le temenos. En 1939, A. Beaulieu et R. Mouterde ont pu voir par endroits les vestiges de l’enceinte, dite ed-Deir, « le Monastère », et construite avec des blocs de grand appareil. Selon eux, l’un des longs côtés du péribole suivait une direction est-ouest, parallèle à celle de l’axe médian du temple.

39Le temple s’élevait à l’intérieur de l’enceinte, près du bord de la falaise, au sud-est du wéli moderne. W.J. Bankes en relève le plan, celui d’un petit édifice à antes, ouvert à l’est, de 10 m de long sur un peu plus de 7 m de large. Des pilastres ornaient les antes et les angles postérieurs de la cella. La moulure de leur base se prolongeait sur la première assise des murs. Une volée d’escalier à six marches taillées dans le rocher précédait le temple, ce qui suggère que ce dernier reposait sur un soubassement surélevé ou sur un podium. La présence de marches contre l’ante sud du temple reste inexpliquée. Bien qu’il se méprenne sur l’orientation de l’édifice, J.L. Porter confirme en grande partie les indications de W.J. Bankes et note que les colonnes du portique ont roulé en contrebas du temple. D’après R. Pococke, qui les aurait vues en place, ces colonnes supportaient des chapiteaux doriques. Selon le même voyageur, le temple aurait été transformé en église. J.L. Porter en doute. Des habitants ont assuré à A. Beaulieu et R. Mouterde avoir reconnu les traces d’une abside, mais l’on peut en douter à la suite de R. Mouterde, car R. Pococke lui-même n’évoque pas cette particularité.

40Une dédicace répétée en deux endroits du site commémore l’aménagement de la voie d’accès au sanctuaire, la construction du temple et la plantation d’un bois par Nymphaios, affranchi du tétrarque ituréen Lysanias d’Abila, entre 14 et 29 apr. J.-C. R. Pococke copie la première version du texte dans le temple (« in Ecclesia Nebi-Abel prope Damascum »). R. Savignac relève la seconde sur la paroi rocheuse, le long du chemin qui monte au site depuis Souk Ouadi Barada, au-dessus d’une marque qui se résume au nom du dieu entouré de six flèches rayonnantes (lire [Κρ]όνο[υ], « (propriété) de Cronos », plutôt que [Κρ]όνο[ς]). À Nébi Abel, Nymphaios se distingue également par la dédicace qu’il adresse à Zeus et Apis, les grands dieux d’Abila. Une dernière inscription, gravée sur un linteau découvert au nord-est de l’enceinte, puis remployé dans le wéli, rappelle la consécration d’un autel à Cronos en 166-167 apr. J.-C. par onze fidèles : les dédicants affirment agir sur l’ordre des dieux d’Abila Zeus et Apis et pour le salut des empereurs, Marc Aurèle et Lucius Vérus, pendant la période où le prêtre Soaimos exerçait le sacerdoce.

41Des tombes rupestres sont creusées aux environs du temple. W.J. Bankes les met en relation avec le bâtiment et avec une grotte naturelle. J. Dentzer-Feydy (1999, p. 541) estime pouvoir déduire de ses indications l’existence d’un caveau rupestre sous l’édifice ; selon elle, « le fait que ce bâtiment surmontait un tombeau rupestre, sa petite taille, mais en grand appareil, sa situation dominante au bord de la falaise, face à la vallée du Barada, de même que la tradition funéraire et religieuse encore vivante sur ce site, incitent à penser qu’il s’agit du tombeau-temple de quelque important personnage ». On ne la suivra pas, car le croquis de situation de R. Savignac montre que la grotte naturelle se trouve à l’écart du temple, au nord de l’édifice et un peu plus haut sur le promontoire. Du reste, les dédicaces retrouvées sur place permettent de considérer le sanctuaire comme un haut-lieu consacré au dieu Cronos et dépendant d’Abila de Lysanias.

83. Brahlia

42Description : Pococke 1745, p. 115 (mention de ruines entre Burhaliah et Kepher) ; Porter 1855, 1, p. 267, et 1875, p. 515-518 ; Dentzer-Feydy 1999, p. 541-542, 562, fig. 17 (notes de W.J. Bankes). Site revu.

Épigraphie : Hajjar 1977, n° 165 (dédicace au Zeus d’Héliopolis par un prêtre de la déesse Roma et du dieu Auguste César et prêtre de Zeus et d’Apis, automne 69 apr. J.-C.) ; Mouterde 1925, p. 362-363, n° 45 (dédicace à Zeus, 155-156 apr. J.-C.) ; Hajjar 1977-1978 (dédicace à Zeus et Apis, 187-188 apr. J.-C.) ; Rey-Coquais 1989b, p. 611 (SEG 39, 1565), cf. Rey-Coquais 1994b, p. 48 n. 39, et 1997, p. 935 (dédicace à Zeus et Apis, 245 apr. J.-C.) ; Rey-Coquais 1989b, p. 611 (SEG 39, 1565 ; Rey-Coquais 1997, p. 935-936 ; RICIS 402/1004), cf. Bull. ép. 1998, 499 (dédicace à Zeus aktipégaios et Apis céleste, 321-322 apr. J.-C.) ; Rey-Coquais 1997, p. 937-938 (dédicace à Aphrodite, suivie d’une inscription commémorant la consécration d’une hydrie à Zeus et aux autres dieux).

43Sur la rive gauche du Barada, à 1 km en aval de Souk Ouadi Barada, le site de Brahlia (1000 m d’altitude) devait faire partie de l’agglomération antique d’Abila à l’époque romaine. La partie basse du village moderne doit à ses ruines antiques d’être surnommée Kafr el-Aouamid. Le sanctuaire qui s’élevait à proximité de ce « Village des Colonnes » n’est connu que par les mentions rapides de voyageurs. Depuis que des travaux ont été effectués sur place dans les années 1960-1970, son site n’est plus reconnaissable, mais des éléments architecturaux témoignent encore de sa présence.

44Lors de son passage dans la région en 1818, W.J. Bankes n’a dû voir à Brahlia-Kafr el-Aouamid qu’un temple déjà ruiné. Cependant, il note l’ouverture au sud du bâtiment, identifie son ordre, corinthien, d’après le profil de deux bases de colonnes, et remarque la présence d’une double rangée de colonnes en façade. D’après le diamètre de leur fût (1,12 m), il estime la hauteur des colonnes à 5,31 m. Selon J. Dentzer-Feydy, l’exemple des temples de la région invite plutôt à multiplier le diamètre des colonnes par un chiffre compris entre 7,5 et 8 pour évaluer leur hauteur entre 8,4 et 8,96 m. Ainsi restitué, le temple de Brahlia serait donc un édifice périptère dont les dimensions seraient comparables à celles des grands temples de Sfiré (6 A), Qalaat Faqra (31 C), Hosn Niha (60 A) et Majdel Aanjar (70).

45Six dédicaces grecques découvertes à Brahlia dans les années 1960-1970 honorent non seulement Zeus, seul ou associé à Apis ou à des dieux anonymes, mais aussi Aphrodite et le Zeus d’Héliopolis. Les titulaires du sanctuaire sont probablement Zeus et Apis, les grands dieux d’Abila de Lysanias.

84. Fijé

46Architecture : Pococke 1745, p. 135-136, pl. 22 (croquis) ; Dentzer-Feydy 1999, p. 543-545, fig. 19-23 (notes et relevés de W.J. Bankes, restitution hypothétique) ; Aliquot & Piraud-Fournet 2008 (étude du site et du culte, compléments d’après les photos d’I. Omeri et de Kh. Kiwan, DGAM). Site revu.

Épigraphie : Aliquot 2006-2007. Monnaies : infra. Sources littéraires : Lettre à Sérapion, éd. W.C. Wright, p. 272 (évocation des πήγαι).

47À une vingtaine de kilomètres au nord-ouest de Damas, la source d’Ain el-Fijé augmente le débit du Barada de trente à soixante pour cent au moment où la haute vallée du fleuve, largement ouverte depuis le bourg de Souk Ouadi Barada se referme, contraignant le cours d’eau à emprunter des gorges étroites avant d’irriguer la Ghouta. Par son abondance et par sa situation aux confins de l’Abilène, Ain el-Fijé présente des caractéristiques qui ont sans doute compté dans l’identification de son site à un lieu sacré. En l’absence de fouilles, il est impossible de préciser à partir de quand le culte célébré là a donné lieu à la construction d’un sanctuaire. Les témoignages disponibles attestent toutefois que des édifices cultuels païens ont été aménagés autour de la source sous l’Empire romain. L’inscription grecque découverte sur place date de la même époque : elle rappelle la réalisation de travaux supervisés par deux responsables (épimélètes) au iie s. ou au iiie s. apr. J.-C.

48Les monnaies de Damas, les mentions du site dans la littérature arabe médiévale, les relevés des voyageurs anglais R. Pococke (fig. 204) et W.J. Bankes, les descriptions publiées dans les guides touristiques au début du xxe s. donnent des informations sur l’architecture du sanctuaire. En 1999, J. Dentzer-Feydy a tiré parti de ces témoignages pour proposer une restitution du plan du lieu de culte (fig. 205). Résumons son propos. Un petit temple (a) occupe la plate-forme mi-rupestre, mi-maçonnée, qui surplombe la source. Il se présente sous la forme d’une simple cella ouverte au sud-ouest d’environ 10 m de large sur 15 m de long, ces dimensions relativement modestes correspondant à celles des plus petits édifices cultuels de la montagne (9, 39, 51, 71, 89, 94, 96, 97, 100, 101). Le pronaos du bâtiment est encadré par deux antes moins épaisses que les murs gouttereaux. Son mur de fond comporte une niche rectangulaire probablement destinée à accueillir la statue cultuelle. Sur le long côté est, une abside a été aménagée (de la même façon qu’à Bziza, 9), sans doute à la suite de la transformation du temple en église, survenue au plus tard au xe s. apr. J.-C., si l’on en croit les géographes Al-Istakhri et Ibn Hawqal. En contrebas de la plate-forme, la source s’écoule sous un passage voûté (b) débouchant sur un vaste bassin. Au même niveau et à l’ouest, un second bâtiment (c) de plan rectangulaire et plus large que le premier édifice s’ouvre au sud en une large baie encadrée de deux niches étroites. Ses longs murs latéraux, remarquablement puissants et ornés de pilastres à intervalles réguliers, présentent chacun une ouverture au sud-ouest et au sud-est, entre le premier et le second pilastre. D’après le dessin de W.J. Bankes, deux niches seraient aménagées à l’intérieur, au milieu du mur de fond et au milieu du long mur est. Dans le prolongement du mur de fond du bâtiment, vers l’est, un mur d’épaisseur plus réduite qui intègre une exèdre (d) dans sa construction s’incurve pour devenir tangent à la perpendiculaire par rapport à l’axe du petit temple, de manière à rejoindre l’ouverture du canal voûté. Comme un axe de symétrie peut être tracé dans l’alignement exact du canal et de l’axe médian du temple, il paraît possible à J. Dentzer-Feydy de restituer, au sud-est et en contrebas de la plate-forme, un bâtiment analogue (c’) à celui qui se trouve au sud-ouest. L’ensemble constituerait un bassin monumentalisé.

Fig. 204. Ain el-Fijé (84) : vue du site depuis le sud.

Fig. 204. Ain el-Fijé (84) : vue du site depuis le sud.

Dessin Pococke 1745.

Fig. 205. Ain el-Fijé (84) : plan restitué du sanctuaire.

Fig. 205. Ain el-Fijé (84) : plan restitué du sanctuaire.

Dessin P. Piraud-Fournet, dans Aliquot & Piraud-Fournet 2008, p. 91, fig. 5, d’après Dentzer-Feydy 1999 et les photos de la DGAM.

49Il est possible de vérifier la pertinence des anciens relevés d’après les photos des vestiges conservés sur place. Bien qu’il soit occupé par la station de captage qui approvisionne la ville de Damas depuis les années 1930, le sanctuaire romain n’a pas entièrement disparu. En dehors de blocs isolés, les bâtiments anciens sont toujours visibles. D’après des photos récentes, qui confirment la fiabilité des relevés de W.J. Bankes, on distingue encore une partie du temple (a) qui s’élevait sur la plate-forme au-dessus de la source, tournant le dos au versant rocheux escarpé (fig. 206-207). Le mur d’entrée de sa cella est conservé, à gauche de la porte, sur une hauteur de six assises, jusqu’au niveau du linteau. L’encadrement de la baie est orné de deux bandeaux finement ciselés. La présence d’une console au niveau de la troisième assise rappelle un détail signalé uniquement sur le dessin de R. Pococke et permet de supposer que des éléments (statues, édicules) étaient rapportés sur la façade du temple de part et d’autre de la porte d’entrée. S’il ne reste aucune trace des aménagements intérieurs de l’édifice (niche originelle, abside latérale adventice), on observe une ouverture latérale percée dans le mur gouttereau ouest : cet indice du changement d’axe de l’édifice pourrait lui aussi témoigner de la transformation du temple en église orientée vers l’est.

Fig. 206. Ain el-Fijé (84) : le temple, vue de l’est.

Fig. 206. Ain el-Fijé (84) : le temple, vue de l’est.

Photo I. Omeri, dans Aliquot & Piraud-Fournet 2008, p. 92.

Fig. 207. Ain el-Fijé (84) : façade du temple, vue du sud.

Fig. 207. Ain el-Fijé (84) : façade du temple, vue du sud.

Photo I. Omeri, dans Aliquot & Piraud-Fournet 2008, p. 92.

50Les monuments situés en contrebas de la plate-forme ont été eux aussi profondément transformés depuis l’Antiquité (fig. 208-210). L’exèdre (d) et le départ du mur rejoignant le canal de la source (b) sont englobés dans la station de captage. Dans le bâtiment ouest (c), les trois premières assises soigneusement appareillées et visibles au-dessus du dallage semblent appartenir à l’état romain, tandis que les assises supérieures, la corniche et la voûte paraissent avoir été remontées, voire ajoutées à un édifice déjà ruiné. Les deux ouvertures pratiquées dans les longs côtés sont certainement antiques. Une photo montre que W.J. Bankes a représenté au même niveau la niche en hauteur dans le mur de fond et la seule niche qu’il pouvait voir dans la partie basse ensevelie. Depuis son passage, la mise au jour du bâtiment a révélé sept niches de dimensions similaires dans les premières assises des murs est, nord et ouest. On retrouve le même type d’aménagement dans le nymphée de Canatha (Qanawat), en Syrie du Sud (La Torre 2002 ; Breitner 2002). Ce nymphée de plan rectangulaire comporte trois niveaux séparés par des corniches filantes. Le premier niveau, enterré et maçonné, fait office de réservoir d’eau. Alimenté par un canal, il présente sur chacun de ses deux longs côtés quatre profondes niches cintrées qui permettent d’augmenter le cubage du bassin. Les deux niveaux supérieurs présentent une façade largement ouverte. L’étage intermédiaire est de plain-pied avec la terrasse sur laquelle s’élève le nymphée. Sur le mur de fond, trois niches en cul-de-four servaient probablement à exposer des statues, tandis que, sur les deux longs côtés, cinq niches et une baie rythment les deux murs latéraux tout en soulageant les arcs des niches du niveau inférieur. La couverture du bâtiment, au troisième et dernier niveau, est constituée de larges arcs couverts par des dalles de basalte. Par analogie, il est possible d’identifier la partie basse du bâtiment ouest de Fijé (c) au niveau intermédiaire du nymphée de Canatha : dans les deux cas, on observe une façade largement ouverte et des niches peu profondes aménagées sur trois côtés. Si l’on suit cette hypothèse, il faut supposer que l’édifice de Fijé comporte un niveau inférieur enterré, servant à l’origine de réservoir, mais aujourd’hui comblé et couvert d’un dallage. Quoi qu’il en soit, il est probable que, dans l’Antiquité, le bâtiment ouest de Fijé servait de réservoir ou de bassin monumental. Dans l’ensemble, il est possible que le niveau inférieur du sanctuaire ait été occupé par un groupe monumental composé de bassins et d’exèdres disposés en arc de cercle de part et d’autre du canal voûté de la source. Il est également tentant de rapporter à cette partie du site les éléments (vasque, blocs de dimensions variables, bases et fûts de colonnes monolithes) épars dans le jardin attenant aux ruines, ainsi que le support de la dédicace trouvée sur place. Seule une recherche approfondie sur le terrain permettra de compléter ces propositions provisoires.

Fig. 208. Ain el-Fijé (84) : vestiges de bâtiments anciens dans la station de captage, en contrebas du site, vue du sud.

Fig. 208. Ain el-Fijé (84) : vestiges de bâtiments anciens dans la station de captage, en contrebas du site, vue du sud.

Photo I. Omeri, dans Aliquot & Piraud-Fournet 2008, p. 92.

Fig. 209. Ain el-Fijé (84) : vestiges de l’exèdre englobée dans la station de captage, en contrebas du site.

Fig. 209. Ain el-Fijé (84) : vestiges de l’exèdre englobée dans la station de captage, en contrebas du site.

Photo Kh. Kiwan, dans Aliquot & Piraud-Fournet 2008, p. 92.

Fig. 210. Ain el-Fijé (84) : réservoir antique englobé dans la station de captage, en contrebas du site.

Fig. 210. Ain el-Fijé (84) : réservoir antique englobé dans la station de captage, en contrebas du site.

Photo Kh. Kiwan, dans Aliquot & Piraud-Fournet 2008, p. 92.

51R. Pococke (1745, p. 135) suppose déjà, sans argument, que le sanctuaire de la source est dédié à la divinité du fleuve. Les monnaies de bronze frappées à Damas au iiie s. apr. J.-C. permettent d’être plus affirmatif. Les exemplaires utiles à la discussion présentent tous au revers l’image stylisée d’un sanctuaire. R. Dussaud (1927, p. 290), le premier, y a reconnu, à juste titre, les bâtiments de Fijé, mais sans identifier le dieu de la source. Plus récemment, H.A. Cahn (1986) a identifié le dieu-fleuve de Damas sur les monnaies, sans pour autant le mettre en relation avec le site de la vallée du Barada. Reprenons donc la question point par point. Sur le premier type monétaire (Saulcy 1874, p. 42, n° 2, fac-similé, pl. 2, 8 ; Imhoof-Blumer 1924, p. 367, 482), frappé sous Macrin (217-218 apr. J.-C.), le temple, représenté en trois dimensions et ouvert à gauche, repose sur un haut podium maçonné, adossé à un arbre, face à un autel (fig. 211). La source s’écoule dans le passage voûté, sous l’escalier donnant accès au pronaos. Au premier plan, le buste d’un dieu-fleuve nageant vers la droite émerge des flots. Sur le second type (Cahn 1986, p. 292, n° 11), frappé sous Élagabal (218-222 apr. J.-C.), la façade du temple s’élève désormais sur le promontoire rocheux, au-dessus de la grotte où repose un dieu-fleuve portant la corne d’abondance. Sur le troisième type (Saulcy 1874, p. 47-48, n° 9 ; Imhoof-Blumer 1908, p. 170, n° 470, pl. 11, 3), frappé au nom d’Otacilia Sévéra et de Philippe l’Arabe (244-249 apr. J.-C.), un temple tétrastyle contenant une idole domine un édifice ouvert en façade par un grand arc, face à un petit autel (fig. 212). Il abrite l’image d’une nymphe étendue à la tête radiée, avec la corne d’abondance au creux du bras gauche et une petite statue dans la main droite. Dans le champ, la représentation des astres solaire et lunaire confère au titulaire du temple un pouvoir universel. Sous la scène, la légende grecque Πηγαί, « Les Sources », indique qu’il est bien question de Fijé : comme on l’a remarqué à la suite de R. Dussaud, le nom arabe du site est certainement le calque du grec. Enfin, un quatrième type (fig. 213), frappé au nom de Salonine, sous le règne de Gallien (253-268 apr. J.-C.), et apparemment inédit, présente une scène semblable à celle du premier type, mais orientée à droite. De part et d’autre de la porte d’entrée, deux rangées de pastilles évoquent le décor rapporté sur la façade du temple. Sur le fronton, le motif discoïde rappelle les deux luminaires du troisième type, qui ornent couramment le tympan des temples romains.

Fig. 211. Ain el-Fijé (84) : le sanctuaire au revers d’un bronze de Damas frappé sous Macrin.

Fig. 211. Ain el-Fijé (84) : le sanctuaire au revers d’un bronze de Damas frappé sous Macrin.

Fac-similé d’après Saulcy 1874, pl. 2, 8.

Fig. 212. Ain el-Fijé (84) : le sanctuaire au revers d’un bronze inédit de Damas frappé au nom de Philippe l’Arabe.

Fig. 212. Ain el-Fijé (84) : le sanctuaire au revers d’un bronze inédit de Damas frappé au nom de Philippe l’Arabe.

Photo Classical Numismatic Group, www.cngcoins.com, réf. n° 211.

Fig. 213. Ain el-Fijé (84) : le sanctuaire au revers d’un bronze de Damas frappé au nom de Salonine.

Fig. 213. Ain el-Fijé (84) : le sanctuaire au revers d’un bronze de Damas frappé au nom de Salonine.

Photo www.ancientimports.com.

52Les monnaies de Damas livrent donc l’image, schématique et conventionnelle, d’un sanctuaire composé d’un temple surélevé par rapport au canal voûté d’où jaillit une source. Leur principal intérêt devait être d’évoquer le culte local. Or, sur ces monuments, c’est l’image du dieu-fleuve, soit nageant, soit allongé sur sa couche, qui revient comme un leitmotiv. Il paraît donc probable que le sanctuaire de Fijé était consacré au Barada, divinisé sous le nom grec Chrysorrhoas depuis l’époque hellénistique et honoré aussi bien en Damascène qu’en Abilène sous l’Empire romain.

85. Qalaat ed-Diwan

53Inédit. Site vu.

54À 1700 m d’altitude, le site antique de Qalaat ed-Diwan (ou Qasr el-Nimroud) occupe la crête du Jabal Chir Mansour, l’un des massifs secondaires de l’Antiliban, qui surplombe au nord le village moderne d’Al-Rawda (ou Batrouné), près de l’une des sources du Barada. Il comprend un sanctuaire associé à des installations funéraires et à plusieurs zones d’habitat, à l’intérieur d’un vaste enclos de gros blocs non taillés (fig. 214). Les ruines sont étudiées par le Service des Antiquités de la Damascène.

Fig. 214. Qalaat ed-Diwan (85) : l’enclos depuis le sanctuaire.

Fig. 214. Qalaat ed-Diwan (85) : l’enclos depuis le sanctuaire.

Photo J. Aliquot 2004.

55Le sanctuaire se compose d’une enceinte rectangulaire mi-rupestre, mi-maçonnée, dont les longs côtés sont à l’est et à l’ouest, et d’un petit temple adossé au rocher qui délimite le temenos au sud (fig. 215). Toute la partie postérieure du bâtiment cultuel est taillée dans le rocher. Sa partie antérieure, construite en appareil double quadrangulaire avec des blocs parallélépipédiques de dimensions variables, est adossée à la paroi rocheuse (fig. 216-217). Elle repose sur un soubassement. Le temple comporte un pronaos et une cella dont les murs gouttereaux se prolongent par des antes. Il est possible que deux colonnes se soient élevées entre les antes, mais aucun indice ne témoigne de leur présence. Les antes qui encadrent le pronaos ne sont pas disposées de manière symétrique de part et d’autre de l’axe du bâtiment : contrairement à l’ante gauche, qui se trouve dans le prolongement du long côté est de l’édifice, l’ante droite est décalée vers l’ouest, le mur de façade marquant un décrochement dans cette direction. Une autre particularité du temple réside dans ses antes à demi-colonnes engagées axiales : dans la région, on ne retrouve ce dispositif qu’à Mdoukha sur l’Hermon (92). Les parties supérieures de l’élévation et la couverture du portique se sont effondrées vers le nord, en face de l’édifice. Au-delà du mur de façade se trouve une première salle mi-maçonnée, mi-rupestre, dont la première moitié détermine une baie couverte d’un arc en plein cintre. Au fond de la cella, on distingue une petite pièce rectangulaire rupestre précédée d’une autre salle et d’un vestibule entre deux antes. L’entrée dans la pièce du fond du bâtiment est matérialisée par une seconde baie couverte par un arc ; tout comme la salle qui la précède, cette ouverture est taillée dans le rocher.

Fig. 215. Qalaat ed-Diwan (85) : le sanctuaire, vue du nord.

Fig. 215. Qalaat ed-Diwan (85) : le sanctuaire, vue du nord.

Photo J. Aliquot 2004.

Fig. 216. Qalaat ed-Diwan (85) : façade du temple.

Fig. 216. Qalaat ed-Diwan (85) : façade du temple.

Photo J. Aliquot 2004.

Fig. 217. Qalaat ed-Diwan (85) : le pronaos du temple.

Fig. 217. Qalaat ed-Diwan (85) : le pronaos du temple.

Photo J. Aliquot 2004.

56Dans la cour, on distingue encore deux éboulis, le premier à l’angle nord-est et le second face au bâtiment principal vers le nord : ils sont formés de blocs parallélépipédiques, de plusieurs blocs de corniche et de tambours de demi-colonnes engagées axiales, qui pourraient appartenir à des annexes du temple. Un passage est taillé dans le roc sur le long côté est de la cour, près de l’angle nord-est. Il débouche sur un ensemble de chapelles aménagées dans la façade rocheuse qui fait face à l’est. L’une de ces chapelles est surmontée d’une stèle funéraire et associée à un autel (fig. 218-219).

Fig. 218. Qalaat ed-Diwan (85) : chapelle funéraire.

Fig. 218. Qalaat ed-Diwan (85) : chapelle funéraire.

Photo J. Aliquot 2004.

Fig. 219. Qalaat ed-Diwan (85) : l’intérieur de la chapelle funéraire.

Fig. 219. Qalaat ed-Diwan (85) : l’intérieur de la chapelle funéraire.

Photo J. Aliquot 2004.

86. Dimas

57Inédit (informations I. Omeri, DGAM). Site non revu.

58Un site antique a été repéré par le Service des Antiquités de la Damascène sur le versant oriental du Jabal Mazar, entre Dimas à l’est et Deir el-Aachaiyer à l’ouest. Il comprend un sanctuaire englobé dans l’habitat d’un village de l’époque romaine.

Table des illustrations

Titre Fig. 185. Yabroud (72) : spolia dans la cathédrale Saints-Constantin-et-Hélène.
Crédits Photo J. Aliquot 2003.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1457/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 480k
Titre Fig. 186. Qasr Nimroud (73) : le temple, vue du sud.
Crédits Photo © Ifpo, photothèque.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1457/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 732k
Titre Fig. 187. Saidnaya (74) : le site cultuel, vue du nord-est.
Crédits Photo J. Aliquot 2007.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1457/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 516k
Titre Fig. 188. Saidnaya (74) : le site cultuel, vue du nord-ouest.
Crédits Photo J. Aliquot 2007.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1457/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 476k
Titre Fig. 189. Saidnaya (74) : plan au sol des vestiges.
Crédits Dessin P. Piraud-Fournet 2009, d’après R. Carlino, dans Castellana, Di Bennardo & Fernández 2007, p. 76, fig. 11.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1457/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
Titre Fig. 190. Saidnaya (74) : détail du péribole et traces du portique est.
Crédits Photo J. Aliquot 2007.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1457/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 656k
Titre Fig. 191. Saidnaya (74) : pronaos muré du temple.
Crédits Photo J. Aliquot 2007.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1457/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 924k
Titre Fig. 192. Saidnaya (74) : porte du temple murée.
Crédits Photo J. Aliquot 2007.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1457/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 516k
Titre Fig. 193. Deir Chéroubim (75*) : spolia dans le bâtiment conventuel moderne.
Crédits Photo J. Aliquot 2007.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1457/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 388k
Titre Fig. 194. Deir Chéroubim (75*) : église moderne bâtie en partie avec des blocs du temple de Qasr Nimroud (73).
Crédits Photo J. Aliquot 2007.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1457/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 736k
Titre Fig. 195. Mnin (76) : le grand temple (A), vue du nord-est.
Crédits Photo J. Aliquot 2008.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1457/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 604k
Titre Fig. 196. Mnin (76) : la plate-forme de l’adyton du grand temple (A).
Crédits Photo J. Aliquot 2008.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1457/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 572k
Titre Fig. 197. Mnin (76) : les deux chapelles annexes rupestres (B-C).
Crédits Photo J. Aliquot 2008.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1457/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 568k
Titre Fig. 198. Mnin (76) : pressoir installé devant l’entrée de la chapelle annexe rupestre nord (B).
Crédits Photo J. Aliquot 2008.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1457/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 568k
Titre Fig. 199. Halboun (77*) : bloc de corniche.
Crédits Photo © Ifpo, photothèque.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1457/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 804k
Titre Fig. 200. Halboun (77*) : couronnement d’une niche ou d’un édicule.
Crédits Photo © Ifpo, photothèque.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1457/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 660k
Titre Fig. 201. Qafa el-Qseir (78) : l’extrémité du podium du temple et l’autel, vue du sud-est.
Crédits Photo J. Aliquot 2002.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1457/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 404k
Titre Fig. 202. Qafa el-Qseir (78) : base de l’autel.
Crédits Photo J. Aliquot 2002.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1457/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 564k
Titre Fig. 203. Nébi Abel (82) : le promontoire du haut-lieu, vue depuis Brahlia (83) et la vallée du Barada.
Crédits Photo J. Aliquot 2002.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1457/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 468k
Titre Fig. 204. Ain el-Fijé (84) : vue du site depuis le sud.
Crédits Dessin Pococke 1745.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1457/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 904k
Titre Fig. 205. Ain el-Fijé (84) : plan restitué du sanctuaire.
Crédits Dessin P. Piraud-Fournet, dans Aliquot & Piraud-Fournet 2008, p. 91, fig. 5, d’après Dentzer-Feydy 1999 et les photos de la DGAM.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1457/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 436k
Titre Fig. 206. Ain el-Fijé (84) : le temple, vue de l’est.
Crédits Photo I. Omeri, dans Aliquot & Piraud-Fournet 2008, p. 92.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1457/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 604k
Titre Fig. 207. Ain el-Fijé (84) : façade du temple, vue du sud.
Crédits Photo I. Omeri, dans Aliquot & Piraud-Fournet 2008, p. 92.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1457/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 712k
Titre Fig. 208. Ain el-Fijé (84) : vestiges de bâtiments anciens dans la station de captage, en contrebas du site, vue du sud.
Crédits Photo I. Omeri, dans Aliquot & Piraud-Fournet 2008, p. 92.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1457/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 380k
Titre Fig. 209. Ain el-Fijé (84) : vestiges de l’exèdre englobée dans la station de captage, en contrebas du site.
Crédits Photo Kh. Kiwan, dans Aliquot & Piraud-Fournet 2008, p. 92.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1457/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 400k
Titre Fig. 210. Ain el-Fijé (84) : réservoir antique englobé dans la station de captage, en contrebas du site.
Crédits Photo Kh. Kiwan, dans Aliquot & Piraud-Fournet 2008, p. 92.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1457/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 480k
Titre Fig. 211. Ain el-Fijé (84) : le sanctuaire au revers d’un bronze de Damas frappé sous Macrin.
Crédits Fac-similé d’après Saulcy 1874, pl. 2, 8.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1457/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 368k
Titre Fig. 212. Ain el-Fijé (84) : le sanctuaire au revers d’un bronze inédit de Damas frappé au nom de Philippe l’Arabe.
Crédits Photo Classical Numismatic Group, www.cngcoins.com, réf. n° 211.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1457/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Titre Fig. 213. Ain el-Fijé (84) : le sanctuaire au revers d’un bronze de Damas frappé au nom de Salonine.
Crédits Photo www.ancientimports.com.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1457/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Titre Fig. 214. Qalaat ed-Diwan (85) : l’enclos depuis le sanctuaire.
Crédits Photo J. Aliquot 2004.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1457/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 504k
Titre Fig. 215. Qalaat ed-Diwan (85) : le sanctuaire, vue du nord.
Crédits Photo J. Aliquot 2004.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1457/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 484k
Titre Fig. 216. Qalaat ed-Diwan (85) : façade du temple.
Crédits Photo J. Aliquot 2004.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1457/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 416k
Titre Fig. 217. Qalaat ed-Diwan (85) : le pronaos du temple.
Crédits Photo J. Aliquot 2004.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1457/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 628k
Titre Fig. 218. Qalaat ed-Diwan (85) : chapelle funéraire.
Crédits Photo J. Aliquot 2004.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1457/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 684k
Titre Fig. 219. Qalaat ed-Diwan (85) : l’intérieur de la chapelle funéraire.
Crédits Photo J. Aliquot 2004.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1457/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 823k

© Presses de l’Ifpo, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540