Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Vie religieuse au Liban sous l'Empire romain

 | 
Julien Aliquot

Catalogue des lieux de culte

Békaa sud

Texte intégral

55. El-Hadet

1Architecture (A) : Krencker & Zschietzschmann 1938, p. 141-147 ; Taylor 1971, p. 45-46 ; Nordiguian 2005, p. 72-73. Photos (B) : Taylor 1971, p. 146-147. Site non revu.

Épigraphie : Ghadban 1978, p. 384-385, n° 246, cf. Ghadban 1985, p. 293 n. 17, et 1987, p. 230, fig. 3 (borne cadastrale) ; IGLS 6, 2921 (dédicace à Apollon).

2Une borne cadastrale de la Tétrarchie découverte à environ 2 km au sud d’El-Hadet délimite les frontières de Kadattha (ὅρια Καδαθθων) : le nom actuel du village correspond à celui d’un village antique.

Sanctuaire inférieur (A)

3Un imposant sanctuaire romain occupait une terrasse au sud du village (1180 m d’altitude). Son plan est indéterminé. En surface, il ne subsiste que quelques blocs. Certains ont été évidés pour servir d’auges. Cinq d’entre eux appartiennent aux chambranles moulurés de la porte principale du temple, dont la hauteur est estimée à plus de 7 m. Le linteau de la porte était orné sur son soffite d’un bas-relief représentant un aigle aux ailes largement éployées, à l’intérieur d’un cadre constellé de quatre étoiles à six rayons. Trois autres étoiles sont restituables dans la partie du bloc qui a disparu pour compléter la série des sept planètes.

4Un grand autel monolithe gît toujours à l’envers à une trentaine de mètres des vestiges du temple. Les quatre faces de son dé sont ornées d’une guirlande aujourd’hui très abîmée. Sur la face antérieure, la guirlande s’interrompt de part et d’autre d’une niche cintrée ; on distingue encore les restes de pilastres latéraux. La présence de plusieurs trous de scellements (un au centre de la voûte, deux à droite et à gauche des petits chapiteaux couronnant les pilastres, trois en bas) indique qu’une grille pouvait y être fixée afin de protéger une idole ou un objet cultuel précieux. Au-dessus de la niche, le sommet du dé porte une dédicace latine très soignée à Apollon. Le temple est donc consacré à ce dieu.

Sanctuaire supérieur (B)

5Les ruines d’un petit temple à antes ouvert à l’est occupent la crête qui domine le village. Les photos de G. Taylor montrent l’angle nord-ouest du bâtiment (orné d’un pilastre) et le linteau de porte de la cella.

56. Ain Houchbay

6Description : Jalabert 1907, p. 286, pl. 3, 5 (dessin de R. de Bernoville) ; Nordiguian 2005, p. 67 (relief inédit). Site non revu.

Épigraphie : IGLS 6, 2923 (Hajjar 1977, n° 129).

7Un nymphée couvre la source d’Ain Houchbay, proche de Beit Chama (1040 m d’altitude). Sa voûte repose sur une assise massive qui déborde vers l’intérieur en ménageant une banquette sur trois côtés (fig. 171). De part et d’autre du canal où s’écoule la source, son sol est dallé. D’après la dédicace latine gravée sur la face antérieure de son arcade, le bâtiment est consacré au Jupiter héliopolitain. Le socle d’un monument votif découvert sur place est orné de deux taureaux, animaux traditionnellement associés au grand dieu de Baalbek.

Fig. 171. Ain Houchbay (56) : le nymphée.

Fig. 171. Ain Houchbay (56) : le nymphée.

Dessin de R. de Bernoville, dans Jalabert 1907, pl. 3, 5.

57. Qsarnaba

8Architecture : Krencker & Zschietzschmann 1938, p. 148-151, 279 (classement parmi les temples récents), pl. 66-67, et 117, 14 (état des lieux en 1902-1903, compléments en 1933) ; Amy 1950, p. 111 (escaliers) ; Donceel 1966, 254 (travaux d’H. Kalayan). Photos : Taylor 1971, p. 43-44 ; Bernhardt 1976, fig. 85-86 ; Nordiguian 2005, p. 68-71. Site revu.

Épigraphie : Nordiguian 2005, p. 71 (fronton du temple).

9Qsarnaba (1190 m d’altitude) occupe une colline dominant la Békaa au pied du Sannine. Un sanctuaire occupe le centre du village moderne, à proximité de tombes rupestres antiques. En 1903, lors de la première exploration de la mission allemande, des maisons étaient installées dans la cella du temple. En 1933, cette pièce était complètement dégagée. Plus récemment, H. Kalayan a fait procéder au dégagement de l’autel, de l’escalier monumental, du podium et de la cella du temple et à la restauration du bâtiment.

10Le temple s’élève sur un massif de fondation rectangulaire de plus de 35 m de long et d’environ 15 m de large. Il repose sur un podium à trois assises, avec une base et une corniche chanfreinées, dominant ainsi un autel monumental à colonnettes partiellement taillé dans le rocher (fig. 172). Le temple est un bâtiment ouvert à l’est, de plan hexastyle prostyle et d’ordre corinthien, comprenant un pronaos et une cella au fond de laquelle la plate-forme d’un adyton surmonte une crypte. Deux volées d’escalier séparées par un palier dallé et taillées dans des blocs mégalithiques sont intégrées dans le podium. Les murs du bâtiment sont dressés en appareil simple, avec des blocs de grand appareil sommairement épannelés. Au niveau de la première assise, en débord par rapport aux assises supérieures, les bases d’ante présentent un profil attique, au-dessus d’une haute plinthe ; si les constructeurs ont probablement prévu que ce profil fasse le tour du mur extérieur de la cella, ce projet n’a pas été exécuté. Le parement extérieur des murs est orné de pilastres d’angle à l’arrière du temple et de pilastres engagés assez saillants au nord, au sud et à l’ouest, au nombre de huit sur les longs côtés et de quatre sur le mur de fond. Au niveau de la seconde assise, ils étaient ornés d’un bandeau horizontal saillant.

Fig. 172. Qsarnaba (57) : l’autel monumental, face au temple.

Fig. 172. Qsarnaba (57) : l’autel monumental, face au temple.

Photo J. Aliquot 2002.

11Dans le pronaos, le sol est légèrement surélevé par rapport au podium. Les bases de colonne sont conservées. Elles présentent un profil différent de celui des bases d’ante. Les colonnes du pronaos et les pilastres d’angle supportaient des chapiteaux corinthiens simplement épannelés. La façade de la cella était percée d’une porte axiale dont seul le seuil est en place. De part et d’autre de l’entrée principale, une porte latérale conduit à une cage d’escalier aménagée dans l’épaisseur du mur. Quelques blocs appartenant à l’entablement du temple sont aujourd’hui connus. Le bloc tympanal du fronton porte un haut-relief représentant le buste d’un personnage masculin barbu, vêtu d’une tunique, muni d’un aspersoir et surmonté d’une inscription (fig. 173). Tout en rappelant qu’un relief semblable figure sur le fronton ouest du grand temple de Niha (59 A), L. Nordiguian propose à juste titre de considérer ce personnage comme un prêtre, mais il restitue son nom de manière peu satisfaisante : [Anton]onianus. Il faut lire Nonianus.

Fig. 173. Qsarnaba (57) : bloc tympanal du fronton du temple.

Fig. 173. Qsarnaba (57) : bloc tympanal du fronton du temple.

Photo J. Aliquot 2002.

12La cella est divisée en deux parties dans le sens de la longueur. Son niveau inférieur, toujours dallé, occupe un carré d’environ 10,80 m de côté. Au fond du temple, la plate-forme de l’adyton occupait le tiers ouest de la pièce. Elle a été démontée, mais son plan et son élévation peuvent être restitués d’après les traces d’installation visibles sur le parement intérieur des murs nord, ouest et sud, au niveau de la deuxième assise. Surélevée de 1,84 m, la plate-forme devait couvrir toute la largeur de la cella. Son escalier empiétait en partie sur le niveau inférieur de la cella. Deux portes étroites aménagées dans la façade de la plate-forme donnent accès à la crypte. Celle-ci devait être éclairée par des fentes verticales dans le mur de fond du temple. Elle ne semble pas avoir été entièrement réalisée.

58. Temnine

13Architecture (A) : Krencker & Zschietzschmann 1938, p. 138-140, pl. 65 (état des lieux en 1933 et 1935). Photos : Taylor 1971, p. 42 ; Nordiguian 2005, p. 67. Site revu.

Épigraphie (B) : IGLS 6, 2925-2926.

14Temnine est un village double situé sur le versant oriental du Sannine : on distingue Temnine el-Faouqa, « le-Haut » (1160 m d’altitude), dans un vallon parallèle à celui de Niha, de Temnine et-Tahta, « le-Bas » (960 m d’altitude), à 5 km au sud-est, en bordure de la Békaa. La dédicace au Zeus Thamaneitanos, découverte non loin de là à Maallaqa (IGLS 6, 2960), atteste la persistance d’un toponyme antique dans le nom actuel du village : Θαμανειτα.

Nymphée de Temnine el-Faouqa (A)

15Le nymphée couvre la source d’Ain el-Jobb, dans la gorge située à 500 m à l’ouest de Temnine el-Faouqa, non loin d’une nécropole antique. Le bâtiment s’adosse au rocher. Il s’agit d’un édifice voûté ouvert au sud-est, de plan distyle in antis et d’ordre corinthien (fig. 174). Les antes qui encadrent le pronaos ne sont pas disposées de manière symétrique par rapport à l’axe médian du bâtiment. Construites au moyen de blocs de plus grandes dimensions que celles du nymphée, elles pourraient avoir été ajoutées à un édifice qui aurait été initialement dépourvu de portique en façade.

Fig. 174. Temnine el-Faouqa (58 A) : vues en coupe et plan au sol du nymphée.

Fig. 174. Temnine el-Faouqa (58 A) : vues en coupe et plan au sol du nymphée.

Dessin de C. Reiter, dans Krencker & Zschietzschmann 1938, pl. 65.

16La pièce principale du bâtiment est une petite salle rectangulaire d’environ 6,50 m de long et 3,50 m de large (fig. 175). Dans sa partie antérieure, le sol est dallé. Dans sa partie postérieure s’élève une plate-forme taillée à même la roche, où l’on accède par deux degrés. Le degré inférieur couvre en partie l’ouverture carrée d’un puits dont le tracé suit d’abord une direction descendante verticale sur environ 4 m avant de bifurquer à l’horizontale vers l’arrière du bâtiment : l’eau captée à cet endroit devait se déverser dans un bassin de décantation souterrain dont le trop-plein sortait au milieu de la pièce, avant de passer sous le seuil de la porte et de tomber en cascade devant le nymphée. Les murs intérieurs de la salle principale sont dressés sur une hauteur de quatre assises. Leurs blocs ne sont généralement pas ravalés. À la hauteur de la seconde et de la troisième assise, deux niches rectangulaires à fronton sont aménagées à peu près au milieu des murs latéraux de la pièce. Leur axe médian est pratiquement aligné sur celui du puits. Leur entablement est taillé dans la quatrième assise. Au fond de la pièce, un petit édicule cintré est aménagé au milieu du mur de fond du nymphée, selon une disposition analogue à celle des niches latérales : il devait abriter une idole ou un objet cultuel. La quatrième assise supporte une corniche qui se prolonge sur les trois côtés de la salle jusqu’à s’interrompre avant l’extrémité des murs latéraux.

Fig. 175. Temnine el-Faouqa (58 A) : l’espace intérieur du nymphée.

Fig. 175. Temnine el-Faouqa (58 A) : l’espace intérieur du nymphée.

Photo J. Aliquot 2002.

17La voûte du nymphée comprend quinze assises de même hauteur disposées en long, avec la clef au niveau de la huitième assise. Elle est actuellement visible de l’extérieur, toute la couverture du bâtiment ayant disparu. La surface supérieure de ses blocs est entaillée dans le sens de la longueur par des rainures profondes. Ces dernières étaient peut-être destinées à fixer des éléments de bois appartenant à la couverture du nymphée. Deux blocs sont conservés en place au-dessus de l’angle nord-ouest du bâtiment. Ils pourraient appartenir à une partie de l’entablement ajoutée au moment où l’on aurait construit le pronaos.

18L’inscription gravée sur le linteau de la porte est trop effacée pour révéler l’identité du dieu à qui le nymphée est consacré. Le dé de l’autel votif découvert près du bâtiment est orné d’un bas-relief érodé représentant une divinité debout qui tient de la main droite une hampe où s’enroule un serpent. Il s’agirait de Vénus selon G. Taylor, d’Hygie selon L. Nordiguian. Ces propositions restent incertaines.

Temple de Temnine et-Tahta (B)

19Les blocs d’un temple romain sont remployés dans la mosquée de Temnine et-Tahta. Deux d’entre eux appartiennent à des autels qui portent des dédicaces latines à Jupiter Beelseddès (IGLS 6, 2925) et à Jupiter (IGLS 6, 2926), probablement le dieu tutélaire du sanctuaire.

59. Niha

20Architecture : Krencker & Zschietzschmann 1938, p. 105-121, pl. 53-56, 117, 3 et 5 (état des lieux en 1901-1902, compléments en 1934 et en 1936) ; Donceel 1966, p. 255-256 (travaux d’H. Kalayan) ; Freyberger 1999a ; Yasmine 2005 et 2009, p. 141-146 (relevés complémentaires, photos et informations inédites, hypothèses sur l’histoire du site). Photos : Taylor 1971, p. 34-38 ; Blas de Roblès, Pieri & Yon 2004, p. 173-177 ; Nordiguian 2005, p. 50-59. Site revu.

Épigraphie : IGLS 6, 2928-2944 ; Ghadban 1978, p. 391-392, nos 247-248 ; Will 1985c (1995, p. 385-392) ; Rey-Coquais 1987, p. 198-207 ; Rey-Coquais 1989a. Rappelons que la mosaïque inscrite IGLS 6, 2945, classée à Niha, vient en réalité de Nabha, cf. Ghadban 1980, p. 108-110, n° 8 (SEG 30, 1676).

Monuments isolés : IGLS 6, 2928 (autel d’Hadaranès au Musée de Beyrouth) ; Wiegand 1923, p. 113-114, fig. 173 (autel d’Hadaranès au Musée d’Istanbul) ; Fani 2001-2002, p. 42-47, nos 1-3 (autels d’Atargatis) ; IGLS 6, 2930 (dieu jeune sous l’aspect d’un terme, dans la paume d’une main divine en bronze passant pour provenir de Niha) ; IGLS 6, 2933 (statue d’un jeune dieu bachique trouvée dans la cella du grand temple) ; Seyrig 1961a, p. 131-132 (1985, p. 119-120) (stèle avec l’image d’un prêtre) ; Doumet-Serhal et al. 1997, p. 42, n° 18 (autel portant l’image d’un jeune dieu radié et nimbé, au Musée de Beyrouth).

21Niha occupe les deux versants d’un vallon arrosé qui, creusant les terrasses de piémont du Sannine, débouche à l’est sur la plaine de la Békaa. D’après une inscription latine retrouvée sur place (IGLS 6, 2936), le nom actuel du village conserve le toponyme antique Nihatha, dont la désinence finale est tombée à la suite de sa transposition en arabe. À l’époque romaine, cette localité située au centre d’un canton, le pagus Augustus, est habitée par une communauté constituée de pérégrins et de colons romains (parmi lesquels se distinguent les Vesii). Les habitants de Nihatha pourraient rendre hommage à une triade divine analogue à celle de Baalbek, à cette différence près que les dieux qui la composent conservent leurs dénominations sémitiques : aux côtés du couple formé du dieu suprême Hadaranès et de la déesse Atargatis (la Dea Syria Nihathena) se tient peut-être un jeune parèdre mineur dont le nom est inconnu, mais dont l’aspect serait semblable à celui du Mercure héliopolitain.

22Le site antique s’étend à la sortie du village moderne, vers le nord, de part et d’autre d’un ruisseau dont le cours a été aménagé dès l’Antiquité (fig. 176). Il comprend principalement deux temples (A-B) : sur la rive ouest du ruisseau, le grand temple (A), ouvert à l’est ; sur la rive est, vers le nord, le petit temple (B) lui fait face, mais en regardant vers le sud. Au nord-ouest de ce dernier, les vestiges d’un troisième bâtiment cultuel (C) ont été repérés autrefois ; ils ont disparu aujourd’hui. Tous ces édifices ont été étudiés de manière détaillée par D. Krencker et W. Zschietzschmann, puis dégagés et restaurés par les soins d’H. Kalayan : les murs de la cella du grand temple ont été redressés en 1945-1946 ; dans les années 1960, le grand temple et le petit temple ont été partiellement dégagés et remontés. On soupçonne la présence d’une agglomération antique sous les terrasses et les maisons du village moderne, mais cette partie du site n’est pas encore documentée.

Fig. 176. Niha (59) : plan du site.

Fig. 176. Niha (59) : plan du site.

Dessin D. Krencker, dans Krencker & Zschietzschmann 1938, p. 106, fig. 137.

Grand temple (A)

23Architecture : Krencker & Zschietzschmann 1938, p. 106-115, pl. 54-56 et 117, 3 ; Amy 1950, p. 110-112 (escaliers du temple, appelé à tort « temple A Hosn Niha ») ; Will 1959, p. 142 (adyton), et 1966 (mégalithisme) (1995, p. 377, 925-929) ; Yasmine 2009, p. 143 (plan). Maquette architecturale : Kalayan 1971, p. 271-272, pl. 68-69, fig. 9-11 (photos) ; Will 1985c (1995, p. 385-392) ; Hellmann 1992, p. 319. Reliefs : IGLS 6, 2935, et Krumeich 1998, p. 172 (prêtre Narcissos) ; Rey-Coquais 1992a, p. 252-258 (bas-relief de l’adyton) ; Nordiguian 2005, p. 53 (fronton du temple).

24Le temple repose sur un podium à trois assises qui compense la pente assez forte du terrain. Il surplombe un autel monumental de plan carré dont les fondations ont été dégagées. L’escalier qui donne accès à la cella est intégré dans le podium. Son dégagement permet de confirmer l’hypothèse de D. Krencker et W. Zschietzschmann, qui restituent trois volées d’escalier et trois paliers assez profonds, par analogie avec le petit temple de Baalbek (54 B). L’image du prêtre Narcissos est sculptée en haut-relief sur la face antérieure du mur d’encadrement gauche de l’escalier.

25Le temple est un édifice ouvert à l’est, de plan tétrastyle prostyle (in antis selon J. Yasmine) et d’ordre corinthien, comprenant un pronaos et une cella au fond de laquelle la plate-forme d’un adyton surmonte une crypte voûtée (fig. 177). Le pronaos est encadré par deux antes dont l’extrémité est pourvue de pilastres. Ses colonnes ne sont plus en place. Les antes ont été remontées jusqu’au niveau de l’entablement, avec leurs chapiteaux corinthiens. Chacune est ornée d’une couronne sur sa face antérieure. Celle de droite porte aussi le buste en bas-relief d’un dieu nimbé, auquel correspondait peut-être celui d’une divinité lunaire. Les murs de la cella sont dressés en appareil simple, sur des assises de hauteur variable, avec des blocs parfois scellés entre eux. Certains blocs ont une masse de plus de trente tonnes. À l’ouest, les angles de la cella sont ornés de pilastres. Le parement extérieur des murs est lisse. La première assise, en débord, comporte une moulure simplement épannelée qui se prolonge sur les antes. Au-dessus d’une assise d’orthostates, l’assise suivante forme un bandeau saillant qui fait le tour de la cella et se prolonge elle aussi sur les antes. L’entablement du temple a été remonté (architrave, frise, larmier et chéneau orné de têtes de lion). Sur le fronton arrière, un bas-relief représente un prêtre vêtu d’une longue tunique, muni d’un aspersoir et couronné par deux Victoires ailées.

Fig. 177. Niha (59) : restitution de la façade et vue en coupe transversale de la cella du grand temple (A), avec un aperçu sur l’adyton.

Fig. 177. Niha (59) : restitution de la façade et vue en coupe transversale de la cella du grand temple (A), avec un aperçu sur l’adyton.

Dessins D. Krencker, dans Krencker & Zschietzschmann 1938, pl. 55.

26Trois ouvertures sont aménagées dans la façade, une grande porte axiale richement décorée et deux petites portes latérales donnant accès aux cages d’escalier à noyau carré qui conduisent aux parties hautes de l’édifice. La porte latérale gauche, au sud, donne également accès à l’intérieur de la cella ; des traces d’encastrements sur les piédroits de la porte signalent la présence d’une grille destinée à défendre l’accès à la cella lorsque les vantaux sont ouverts, comme dans le petit temple de Baalbek (54 B) et dans le grand temple de Hosn Niha (60 A). Le linteau de la porte principale, aujourd’hui remonté, est orné, à l’intérieur d’un champ déprimé, d’un bas-relief qui représente un aigle éployé tenant une couronne dans son bec et accompagné à gauche d’une Victoire stéphanéphore et à droite d’une autre Victoire couronnant un petit Amour ailé.

27La cella est divisée en deux parties dans le sens de la longueur, une première salle au niveau inférieur à l’est et la plate-forme de l’adyton au fond à l’ouest. Elle conserve son dallage. Trois degrés entourent son niveau inférieur sur les côtés nord, sud et ouest. Ses murs intérieurs sont ornés d’une alternance de six demi-colonnes ioniques et de niches sur chacun des murs gouttereaux et de deux quarts de colonnes ioniques accolés dans les angles. Les fûts des demi-colonnes et des quarts de colonne reposent sur des socles et des bases attiques dont le profil se prolonge sur toute la longueur des murs.

28La plate-forme de l’adyton est connue à la fois par les vestiges conservés sur place et par une maquette architecturale à l’échelle 1/24 découverte dans les ruines d’un bâtiment au nord du temple. Les différences constatées entre les deux monuments révèlent un changement de plan. Au fond du temple, l’escalier qui donne accès à la plate-forme de l’adyton couvre toute la largeur de la cella. Une première volée de marches divisée en trois par deux rampes conduit à un palier d’où l’on gagne la crypte, par une porte aménagée dans la partie supérieure de la plate-forme. Le socle situé à droite de l’escalier central est orné d’un relief resté à l’état d’ébauche. Depuis le premier palier, une seconde volée de marches mène au niveau supérieur de la plate-forme. Ce niveau est occupé par un édicule d’ordre corinthien (restauré, puis vandalisé) composé de deux rangées de colonnes formant trois nefs. Des fouilles inédites signalées par E. Will révèlent l’existence d’un petit baldaquin hexagonal dans la nef centrale.

29La parenté entre le temple de Niha et le petit temple de Baalbek (54 B) amène D. Krencker et W. Zschietzschmann à dater la construction du premier au début du iie s. apr. J.-C. D’autres auteurs privilégient l’hypothèse d’une datation plus récente, aux « environs de l’an 200 » selon E. Will (1966, p. 729, repris en 1995, p. 929), entre le milieu du iie s. et le milieu du iiie s. apr. J.-C. selon K.S. Freyberger (1999a, p. 573). Ces propositions demandent à être étayées par la publication du matériel exhumé lors de la fouille du bâtiment.

30La question de l’attribution du temple dépend de l’interprétation de la scène sculptée dans l’adyton. J.-P. Rey-Coquais (1992a, p. 252-258) propose d’y voir, à gauche d’un prêtre faisant une libation ou offrant de l’encens sur un autel, une déesse accompagnant un jeune dieu semblable au Mercure héliopolitain et monté sur un bélier. Il semble préférable de reconnaître Éros ailé sur un taureau, face à un dieu engainé qui pourrait être Hadaranès, dans une attitude semblable à celle du Jupiter héliopolitain. Le temple serait ainsi consacré à Hadaranès, accompagné de parèdres ou non.

Petit temple (B)

31Architecture : Krencker & Zschietzschmann 1938, p. 116-117, pl. 53 et 117, 5 ; Yasmine 2005, p. 308-310 (compléments d’observation, essai d’étude métrologique). Photos : Taylor 1971, p. 38 ; Nordiguian 2005, p. 58-59.

32Le petit temple, sur la rive est du cours d’eau, pourrait appartenir à un sanctuaire indépendant de celui du grand temple. Son axe médian suit une direction perpendiculaire à celle de son voisin. Le bâtiment ne s’élève pas sur un véritable podium, mais sur un soubassement précédé d’une volée d’escalier. Il s’ouvre au sud et se présente comme un édifice de plan tétrastyle prostyle, comprenant un pronaos et une cella au fond de laquelle s’élevait la plate-forme d’un adyton dépourvu de crypte. La façade de la cella était percée d’une grande baie axiale et d’une petite porte latérale à droite. Le sol de la cella est dallé. Le dégagement de l’intérieur du temple révèle que l’escalier accolé à la plate-forme de l’adyton couvre toute la largeur de la cella et qu’il est pourvu de rampes.

33L’absence de podium et la simplicité du décor architectural du temple amènent D. Krencker et W. Zschietzschmann à classer le bâtiment parmi les temples anciens. Pour sa part, J. Yasmine propose, sans être entièrement convaincant dans le détail de son étude métrologique, de reconnaître l’usage de deux modules différents dans le temple et de distinguer les époques au cours desquelles la cella à antes et le pronaos du bâtiment auraient été construits (comme à Qalaat Faqra, 31 C, et à Chhim, 39 C).

Bâtiment (C)

34Description : Krencker & Zschietzschmann 1938, p. 118-119.

35Un bâtiment ruiné est signalé au nord-ouest du précédent. Il s’agit peut-être de l’édifice où la maquette de l’adyton du grand temple a été trouvée. Dans ce cas, on pourrait proposer de l’identifier à une annexe où le mobilier du sanctuaire aurait été remisé.

Plate-forme (D)

36Description : Yasmine 2005, p. 308 (photo) ; Yasmine 2009, p. 143-145 (sanctuaire archaïque). Mobilier : Chéhab 1949-1950, p. 110-111 (table d’offrande) ; Fani 2001-2002, p. 42-47, n° 3 (socle d’Atargatis).

37Une plate-forme précédée d’escaliers à l’ouest est signalée au sud-est du petit temple. Des monuments votifs et cultuels, dont une table d’offrande et un socle portant l’image d’Atargatis, ont été découverts lors de son dégagement. Son emplacement à proximité du point d’intersection des axes médians des temples fait parfois supposer qu’elle appartenait à un sanctuaire archaïque. Rien ne prouve, dans l’état actuel de la documentation, que cette construction soit antérieure aux deux autres. La plate-forme de Niha n’est pas sans rappeler les installations visibles dans la cour du petit temple de Deir el-Qalaa (36 B). Tout comme ces dernières, elle pourrait appartenir à un monument votif ou cultuel contemporain des temples.

60. Hosn Niha

38Architecture : Krencker & Zschietzschmann 1938, p. 122-137, 276, pl. 57-64 (état des lieux en 1901-1902) ; Deichmann 1939, p. 120, n° 22 (christianisation) ; Collart & Coupel 1977, p. 85 ; Gawlikowski 1999, p. 496 (monument à colonnettes) ; Yasmine 2005, p. 302-307 (grand temple) ; Yasmine 2009, p. 134-141 (reconstitution hypothétique de l’histoire du site). Photos : Taylor 1971, p. 39-41 ; Nordiguian 2005, p. 60-65. Site revu.

Épigraphie : IGLS 6, 2946-2948.

39Hosn Niha occupe la tête du vallon de Niha, au-delà d’un petit ensellement, à environ 2 km vers le nord/nord-ouest. Le lieu-dit est étroitement lié à Niha : le ruisseau qui prend sa source près du site alimente le village qui commande la voie d’accès à cette « Citadelle de Niha » ; le sentier partiellement rupestre qui mène d’un site à l’autre en passant à proximité d’une carrière antique conserve son dallage par endroits. D’après une inscription latine (IGLS 6, 2946, cf. Rey-Coquais 1987, p. 203 n. 44), Hosn Niha est le centre d’une petite bourgade dotée du statut de vicus et portant sans doute le nom de Mifsa. Le village Mifsa serait comparable à la Mispheh des Hivvites, Biq‘at Mispheh, Mispa ou Mispé, que le livre de Josué (9, 8, et 11, 3) situe entre le Mont Hermon et la Békaa.

40Les tombes rupestres d’une nécropole et les ruines d’un village romain sont reconnaissables aux abords de la dépression fermée en contrebas du site. Elles étaient déjà si ravagées au début du xxe s. que les membres de la mission allemande ont renoncé à les étudier. D. Krencker et W. Zschietzschmann évoquent aussi la présence, à environ 250 m au sud-ouest du grand temple et à proximité du village, de deux pièces accolées, toutes deux ouvertes à l’est et associées chacune à un autel de section carrée. Il ne reste rien de ces installations. Par conséquent, les vestiges les mieux connus sont ceux du sanctuaire de l’époque romaine (fig. 178), avec un grand temple dans sa propre enceinte (A), à l’ouest, et un petit temple (B) associé à un puits, à l’est, auxquels succèdent à l’époque protobyzantine une basilique chrétienne à piliers, un baptistère et d’autres édifices. Tous ces bâtiments s’élèvent sur une vaste terrasse aménagée à flanc de colline. Ils ont été passablement malmenés par les chercheurs de trésor depuis les années 1970.

Fig. 178. Hosn Niha (60) : plan du site.

Fig. 178. Hosn Niha (60) : plan du site.

Dessin D. Krencker, dans Krencker & Zschietzschmann 1938, pl. 57.

Terrasse du sanctuaire et monument à colonnettes

41La terrasse du sanctuaire mesure au maximum 150 m de long et 50 m de large. Ses longs côtés sont au nord et au sud. Son plan polygonal témoigne de l’adaptation d’un modèle orthogonal aux contraintes du terrain. Au nord, le versant rocheux est trop abrupt pour être franchi aisément. À l’ouest, le terrain rocheux tombe à pic vers le ruisseau qui s’écoule en contrebas vers les ruines du village, ce qui a amené les constructeurs à dresser un puissant mur de soutènement. Vers le sud et à l’est, en revanche, la pente se fait progressivement plus douce. On accédait au sanctuaire de ce côté, par une entrée principale vraisemblablement située à l’est. Au sud, un long mur extérieur redouble le mur de péribole du sanctuaire en suivant une direction sud-ouest/nord-est (des pièces s’y sont tardivement appuyées). Il est possible qu’un autel ait été érigé en face du grand temple (A), mais la construction de la basilique chrétienne à cet endroit empêche de le vérifier.

42Un pilier monolithe de 1,12 m de côté et de 1,40 m de hauteur a été découvert en remploi dans la basilique. Il est décoré de pilastres d’angle coiffés de chapiteaux corinthiens. Chacune de ses faces est ornée d’une niche cintrée, de section semi-circulaire, flanquée de pilastres et surmontée d’une coquille et d’une archivolte à trois bandeaux. Quelques blocs appartenant au plafond d’un péristyle sont conservés : on y distingue un décor de caissons en forme de losanges, ornés chacun d’un buste sans attribut. Par analogie avec un monument de Sfiré (6 E), D. Krencker et W. Zschietzschmann restituent autour de ce noyau un péristyle de quatre colonnes de côté, puis ils suggèrent de placer le tout sur un socle et de le couronner d’une pyramide. Comme à Sfiré, la restitution d’un couronnement pyramidal est contestable. Une inscription latine est gravée sur la face principale du monolithe, entre les chapiteaux d’angle et au-dessus de la niche. Elle atteste la fonction d’ex-voto du monument à colonnettes et évoque plusieurs sources de financement : aux biens-fonds du sanctuaire et à ceux du village s’ajoute la contribution des « fidèles du dieu Mifsénus » (cultores dei Mifseni), sous le contrôle de neuf responsables (IGLS 6, 2946, cf. Rey-Coquais 1987, p. 203 n. 44). Ce dieu est inconnu par ailleurs mais de son nom on peut déduire celui du village où il serait spécialement vénéré et qui pourrait être localisé à Hosn Niha : Mifsa. Le grand temple (A) a pu appartenir à ce patron divin topique.

Grand temple (A)

43Architecture : Krencker & Zschietzschmann 1938, p. 123-131, 276, 296 (classement dans le groupe des temples récents), pl. 56-59, 62-64 et 117, 8 ; Amy 1950, p. 111 (escaliers) ; Yasmine 2005, p. 302-307 (nouveaux relevés, étude métrologique).

44Le temple est légèrement décalé vers le long côté nord de la terrasse. Il était peut-être entouré de sa propre enceinte (contra J. Yasmine). Le bâtiment s’élève sur un massif de fondation rectangulaire de plus de 40 m de long, dont les dernières assises sont visibles par endroits. Ouvert à l’est, il repose sur un haut podium dont la base et la corniche sont généralement épannelées. Sur ses longs côtés, le podium se prolonge vers l’est pour encadrer un escalier monumental en grande partie fondé sur la roche. À l’est, en avant de cet escalier, un premier palier s’étend sur toute la largeur du bâtiment, avec deux degrés sur trois côtés. Il précède une volée de dix-huit marches taillées par groupes de trois ou quatre dans le même bloc.

45Le temple est un édifice tétrastyle prostyle d’ordre corinthien comprenant un pronaos et une cella au fond de laquelle la plate-forme d’un adyton surmonte une crypte (fig. 179). Dans le pronaos, le stylobate du portique est légèrement surélevé par rapport au podium. Les antes se dressent encore jusqu’à l’assise qui supportait le chapiteau. Les colonnes du portique reposaient sur des bases attiques et supportaient des chapiteaux corinthiens épannelés dont plusieurs exemplaires ont été remployés dans les fondations de la basilique. Au fond du pronaos, le mur d’entrée de la cella repose sur un degré très bas. Il présente deux ouvertures. Une grande porte axiale à deux battants conduisait à l’intérieur. Sur ses jambages, des trous de chevilles creusés à intervalles réguliers ont pu servir à fixer une clôture en bois ou en métal. À droite de l’entrée principale, une petite porte latérale menait à la fois dans la cella et dans une cage d’escalier circulaire (et non carrée comme d’habitude, en raison de la faible puissance du mur) permettant d’accéder aux parties hautes de l’édifice.

Fig. 179. Hosn Niha (60) : vue en coupe longitudinale restituée du grand temple (A).

Fig. 179. Hosn Niha (60) : vue en coupe longitudinale restituée du grand temple (A).

Dessin D. Krencker, dans Krencker & Zschietzschmann 1938, pl. 59.

46Les murs de la cella sont dressés en appareil simple ou double, sur des assises de hauteur variable, au moyen de blocs parfois mégalithiques (jusqu’à 8,30 m de long) scellés entre eux par des crampons. À l’exception des pilastres d’angle, ils ne sont nulle part complètement ravalés et portent encore des traces de pic et des témoins de la taille des blocs. La première assise est épannelée pour recevoir une base attique. Au-dessus d’une assise d’orthostates, les deux assises suivantes forment un bandeau saillant, qui fait le tour de la cella en se prolongeant sur les antes et sur le mur d’entrée. Tout comme dans le petit temple de Baalbek (54 B), la troisième devait recevoir un méandre et la quatrième une frise, mais ces finitions sont à peine ébauchées ; de la même manière, le bandeau saillant ne se poursuit pas jusqu’au cadre de la porte principale, qui n’est lui-même qu’esquissé. À droite de la porte principale, le bandeau saillant suit l’encadrement de la porte latérale jusqu’à la moulure inférieure du mur. L’entablement, la couverture et la toiture de la cella sont restitués d’après les blocs retrouvés en remploi dans la basilique ou épars sur le site (architrave-frise, larmier, chéneau orné de têtes de lion).

47Dans la cella, les murs gouttereaux sont ornés à intervalles réguliers de socles et de bases attiques dont le profil se prolonge sur tout le pourtour de la pièce. Ces socles et ces bases supportent des demi-colonnes engagées dans les murs et des quarts de colonne accolés dans les angles de la cella. Les chapiteaux ioniques et les fragments d’architrave et de corniche qui gisaient au milieu de la pièce appartiennent vraisemblablement à l’ordre intérieur du temple. La cella est divisée en deux parties dans le sens de la longueur. Vers l’entrée, à l’est, le niveau inférieur était dallé et entouré de trois degrés sur ses côtés nord, sud et ouest. Au fond du temple, à l’ouest, la plate-forme de l’adyton apparaît comme un monument indépendant à l’intérieur de la cella dont elle occupe toute la moitié ouest. Elle s’élevait au-delà d’un premier palier : au milieu, un escalier de dix marches conduit à un palier où reposait le socle ou la niche accueillant l’image cultuelle ; à gauche, un escalier latéral mène à une pièce latérale ; à droite, la porte aménagée dans le mur de façade de la plate-forme donnait accès à la crypte. Un baldaquin d’ordre corinthien surmontait la plate-forme sur toute sa largeur.

48L’étude métrologique de J. Yasmine complète et corrige les observations de D. Krencker et W. Zschietzschmann. Elle renforce leurs conclusions sur le caractère classique du bâtiment : des constructeurs formés à la romaine auraient utilisé un module de 32,22 cm et respecté un tracé régulateur afin de réaliser le temple d’un seul tenant, au iie ou au iiie s. apr. J.-C.

Petit temple (B)

49Architecture : Krencker & Zschietzschmann 1938, p. 133-134, pl. 61 et 117, 13.

50Le temple s’adosse au versant qui délimite la terrasse vers le nord, à 50 m à l’est du grand temple et à proximité d’un petit édifice où il était possible de puiser l’eau d’une source (fig. 180). Son axe médian est quasiment perpendiculaire à celui de ce dernier. Ouvert au sud, il s’élève sur un massif de fondation reposant directement sur la roche, pour compenser la dénivellation du terrain (4 m). Un escalier a dû être accolé à la façade. Le temple est un édifice distyle in antis d’ordre ionique comprenant un pronaos et une cella. Une porte unique, dont l’encadrement reste à l’état d’ébauche, donnait accès à l’intérieur du bâtiment.

Fig. 180. Hosn Niha (60) : le petit temple (B), plan au sol et vues en coupe.

Fig. 180. Hosn Niha (60) : le petit temple (B), plan au sol et vues en coupe.

Dessin D. Krencker, dans Krencker & Zschietzschmann 1938, pl. 61.

51Le temple est orné de pilastres d’angle à l’arrière. À l’intérieur, la cella est une pièce presque carrée aux murs lisses. Une niche et un édicule à colonnettes sont aménagés respectivement dans le mur gouttereau est, à la hauteur de la seconde assise, et dans le mur de fond du bâtiment. Rien ne subsiste de l’entablement, de la couverture ni de la toiture du temple, mais l’intérieur de la cella semble avoir été couvert par une voûte d’arête dont l’un des départs est encore visible dans l’angle nord-est.

61. Ferzol

52Description, photos : Taylor 1971, p. 33 (blocs du temple) ; Donceel 1966, p. 256 (mention de dégagements effectués par H. Kalayan en 1963) ; Nordiguian 2005, p. 46-49 (installations rupestres). Site revu.

Épigraphie : IGLS 6, 2949-2950.

53Ferzol (1000 m d’altitude) est situé dans un vallon parallèle à celui qu’occupe Niha. De là, un sentier de montagne mène à Hosn Niha. Connu pour ses carrières antiques et pour ses installations funéraires et cultuelles rupestres tardivement aménagées en une laure monastique, le village conserve les ruines d’un sanctuaire romain (fragments de bloc d’architrave, assises inférieures du podium et du temple, fragments d’une corniche à rang d’oves ornée d’une tête de lion). Aujourd’hui, seul le podium du temple est encore visible, mais il est presque complètement recouvert par une route asphaltée. Les fragments de l’architrave portent une dédicace latine lacunaire formulée pour le salut d’un empereur ou de la maison impériale (IGLS 6, 2950). De Ferzol provient également la dédicace d’un autel à Apollon et à Diane (IGLS 6, 2949).

62. Ham

54Architecture : Krencker & Zschietzschmann 1938, p. 168-171, pl. 117, 16 (état des lieux en 1902-1903) ; Gatier & Umeiri 2002, p. 288 (orientation du temple). Photos : Taylor 1971, p. 144 ; Nordiguian 2005, p. 82-83. Site non revu.

Épigraphie : Ghadban 1987, p. 232-233 (SEG 37, 1456).

55Le bourg de Ham occupe une dépression étroite où jaillit une source, à la croisée de trois vallons, dans l’un des ensellements de l’Antiliban qui constituent des voies de passage naturelles entre la Békaa et la haute vallée du Barada. Un temple romain de dimensions modestes (nommé el-Knissé, « l’Église ») s’élevait sur une terrasse, à mi-pente de la colline qui surplombe le village au nord et au-dessus d’un petit wéli musulman consacré à Cham (Nébi Ham). Des tombes rupestres antiques sont signalées à proximité du site.

56Le bouleversement des ruines n’en facilite pas la compréhension. D. Krencker et W. Zschietzschmann considèrent que le temple s’ouvrait à l’ouest. D’après P.-L. Gatier et L. Nordiguian, leur interprétation est erronée : le seuil de la porte est en place et son orientation indique qu’il s’ouvrait à l’est. La dédicace gravée sur le linteau commémore la construction du bâtiment en 172-173 apr. J.-C. : Μερκουρίῳ δ̣ωμίνῳ | κώμης Χαμωνος, ἔτους δπυʹ, Τίτος ἱερεὺς Ιαυδα ἱεροτομίοι Βάσος Σααριτα κὲ Ουβεσος,| ἡ κώμη ἐπόησεν κὲ τὴν δαπάνην τῆς κώμης Βηλιαβος Σαφαρα ἔγραψεν, Φλάκ|κος ὁ τεχνίτης. L. 2 : ἱεροτομίοι pour ἱεροταμίαι. Traduction : « À Mercure, maître du village de Chamon. En l’an 484, Titus fils de Iaudas, prêtre, Basos fils de Saaritas et Oubésos, trésoriers sacrés, le village a fait (ceci) et Béliabos fils de Sapharas a inscrit la dépense du village. Flaccus, architecte. » Le temple de Ham appartient donc à un sanctuaire villageois de Mercure.

63. Nébi Chit

57Description, photo : Mouterde 1951-1952, p. 60-63, pl. 17, 4. Site non revu.

Épigraphie : IGLS 6, 2972, cf. Ghadban 1978, p. 236, et 1987, p. 236-237, pl. 4, 2-4.

58Les ruines d’un temple romain occupent une colline dominant le village de Nébi Chit. Deux marques de propriété identiques au nom de Mercure sont repérées non loin de là, à Qors ed-Deir, sur le front d’une carrière antique située entre Nébi Chit et Nasriyé, plus à l’ouest.

64. Serrain

59Architecture : Krencker & Zschietzschmann 1938, p. 173, 280, 296, pl. 118, 33 (classement dans le groupe des temples récents) ; Mouterde 1951-1952, p. 63-66, pl. 18-19 (installations rupestres) ; Taylor 1971, p. 152-153 (compléments). Site non revu.

60Serrain, le « Mystère de la Source » selon l’étymologie populaire, est le nom d’un village double établi sur l’un des contreforts occidentaux de l’Antiliban. Les ruines d’un sanctuaire sont englobées dans la partie haute du village, Serrain el-Faouqa (1070 m d’altitude), en contrebas de carrières antiques associées à des tombes et à des habitations troglodytes. Elles étaient déjà partiellement détruites et occupées par une maison au début du xxe s. Le temple s’ouvrait au nord-nord-est. Les membres de la mission allemande ont relevé son podium à trois assises, avec sa base et sa corniche chanfreinées. Les traces d’installation de colonnes leur permettent de restituer le plan d’un périptère dont le péristyle devait comporter six colonnes sur les petits côtés. Comme l’extrémité du podium a été démontée, le nombre de colonnes sur les longs côtés est indéterminé, mais l’exemple des temples périptères de la région (1, 6 A, 12, 53, 70, 105) invite à l’évaluer à onze.

61Depuis la démolition de la maison installée dans la cella, des fragments architecturaux inconnus de D. Krencker et W. Zschietzschmann sont visibles sur le site. G. Taylor signale la découverte d’une base et d’une section de colonne et publie la photo d’un jambage de la porte d’entrée du temple.

65. Qana

62Description : Mouterde 1951-1952, p. 59-60. Site non revu.

Épigraphie : IGLS 6, 2975 (Hajjar 1977, n° 148).

63Le village abandonné de Qana occupe le promontoire qui domine la rive droite du Ouadi Yahfoufa, à l’endroit où ce cours d’eau sort de gorges étroites. Un sentier très raide, taillé par endroits en gradins, longe la pente d’une haute paroi rocheuse jusqu’à surplomber les eaux d’une centaine de mètres. R. Mouterde signale ici la présence de deux sanctuaires : le premier (A), celui de Mar Gourios Qana, est peut-être consacré au grand dieu de Baalbek, d’après la dédicace latine d’un autel de calcaire gris I(ovi) O(ptimo) M(aximo) H(eliopolitano), « à Jupiter Très-Bon Très-Grand d’Héliopolis » ; le second (B), construit plus haut encore, serait « de meilleur style et plus restreint » que le précédent.

66. *Massa

64Description : Mouterde 1951-1952, p. 58-59, pl. 16, 2 (photo). Site non revu.

Épigraphie : IGLS 6, 2976.

65Au village de Massa (1040 m d’altitude), sur la rive gauche du Ouadi Yahfoufa, une mosquée médiévale ruinée remploie les blocs d’un temple romain. D’après la dédicace d’un autel, repérée dans l’angle sud-ouest de cet édifice, le bâtiment païen était consacré à Saturne.

67. *Deir el-Ghazal

66Description : Warren 1870c, p. 231 (mention). Site non revu.

Épigraphie : Ghadban 1981, p. 153-154.

67Sur le Jabal Terbol, l’église Saint-Georges de Deir el-Ghazal remploie des blocs appartenant à un temple. Non loin de là, un long bloc mouluré est remployé dans une maison : le texte qu’il porte mentionne les biens-fonds d’un dieu probablement identifiable au titulaire du sanctuaire.

68. Kfar Zabad

68Architecture : Krencker & Zschietzschmann 1938, p. 165-167, pl. 117, 21 (état des lieux en 1903, A-B). Photos : Taylor 1971, p. 72-73 (A-C) ; Nordiguian 2005, p. 84-87 (A-C). Site non revu.

Épigraphie : Ghadban 1981, p. 153 (autel du Jupiter héliopolitain et de Leucothéa, B) ; Ghadban 1978, p. 237 (marque de Mercure, C) ; IGLS 6, 2977 (Hajjar 1977, n° 137) (marques de Mercure, dans les carrières d’Ain Kfar Zabad).

69Sur le Jabal Terbol, trois sanctuaires et des carrières surplombent le village de Kfar Zabad (986 m d’altitude). L. Nordiguian signale aussi la présence d’un village antique ruiné sur la crête de la montagne.

Temple du sommet (A)

70Un premier temple occupe le sommet méridional du Jabal Terbol (1094 m d’altitude). Selon D. Krencker et W. Zschietzschmann, il regarderait vers l’ouest, en direction de la Békaa.

Temple inférieur (B)

71Vers le sud-est, en contrebas du premier temple, un second bâtiment cultuel s’ouvre à l’est, en direction de l’Antiliban. Ce temple distyle in antis comprenait un pronaos et une cella au fond de laquelle s’élevait la plate-forme d’un adyton. Lors du dégagement de ce bâtiment, H. Kalayan a mis au jour un autel votif ou un socle consacré au Jupiter héliopolitain (en latin) et à Leucothéa (en grec).

Sanctuaire rupestre (C)

72Un troisième sanctuaire est aménagé dans les carrières situées au voisinage du second temple. Il se compose d’une simple pièce rectangulaire ouverte au sud, mi-rupestre, mi-maçonnée. À hauteur d’homme, une haute niche cintrée est taillée dans la paroi rocheuse qui le délimite au nord : aujourd’hui mutilé, le relief qui y est sculpté représentait un personnage féminin vêtu d’une tunique longue ; ce personnage abaisse une couronne, une patère ou une cupule dans la main gauche et relève une palme placée au creux du bras droit. Une marque au nom de Mercure est repérée dans la carrière voisine.

Carrières

73À 2 km au nord des sanctuaires, la crête montagneuse s’infléchit pour former un ensellement à la latitude d’Ain Kfar Zabad. Deux séries de symboles et de marques latines au nom de Mercure ont été repérées au-dessus de ce village, sur le front de taille d’une carrière antique. Selon l’interprétation traditionnelle, elles correspondraient au bornage de l’un ou l’autre sanctuaire de Kfar Zabad, qui serait consacré à Mercure. On peut se demander si le domaine qu’elles délimitent ne correspond pas plutôt aux carrières elles-mêmes.

69. Ain el-Baida

74Description : Beaulieu & Mouterde 1955. Photos : Taylor 1971, p. 125-126. Site non revu.

75Les ruines d’un temple romain ouvert au nord-est occupent la crête rocheuse d’Ain el-Baida (1000 m d’altitude), isolée dans la Békaa méridionale au sud du Jabal Terbol.

70. Majdel Aanjar

76Architecture : Krencker & Zschietzschmann 1938, p. 182-191, 280, 292-293, pl. 74-78, 118, 23 (état des lieux en 1903, compléments en 1933) ; Amy 1950, p. 114 (escaliers) ; Donceel 1966, p. 259 (travaux d’H. Kalayan) ; Freyberger 2007 (étude). Photos : Taylor 1971, p. 92-93 ; Nordiguian 2005, p. 88-91. Site revu.

Épigraphie : Ghadban 1978, p. 397, n° 250, et 1985, p. 300-301 n. 1 (SEG 37, 1446 ; Aliquot 1999-2003, p. 234-235), cf. Gatier 2004, p. 141-142 n. 21 (SEG 54, 1606) (dédicace datée).

77Le village moderne de Majdel Aanjar (1000 m d’altitude) s’étend sur les pentes d’un tell isolé dans la Békaa méridionale, au sud de la route moderne de Beyrouth à Damas. Le site qu’il occupe correspond à celui de la forteresse de Gerrha, tenue d’abord par les Lagides au iiie s. av. J.-C., puis par les Séleucides après la reconquête de la Syrie par Antiochos III, vers l’an 200 av. J.-C. Il faut probablement y localiser Chalcis du Liban, l’agglomération capitale de la principauté ituréenne des Mennaïdes au ier s. av. J.-C.

78Un grand sanctuaire de plan rectangulaire occupe le sommet du tell. Son dégagement révèle que le mur de péribole délimitant le temenos était entouré de portiques. Le bâtiment qui prenait place au milieu de l’enceinte s’ouvrait au nord et reposait sur un massif de fondation et sur un haut podium. Il a été transformé en forteresse à l’époque médiévale : à cette occasion, son escalier monumental, son podium et ses antes ont été démontés afin de faire une tour de la cella. Il s’agissait d’un temple périptère d’ordre corinthien, qui comprenait un pronaos, un péristyle de six colonnes en façade et de onze colonnes sur les longs côtés et une cella au fond de laquelle s’élevait la plate-forme d’un adyton dépourvu de crypte. Les colonnes du péristyle sont taillées dans une brèche calcaire rougeâtre, d’origine probablement locale ou régionale et différente du calcaire gris utilisé par ailleurs dans le temple. Les murs de la cella sont dressés au moyen de blocs de grand appareil, voire mégalithiques. Ils étaient décorés de pilastres d’angle à l’arrière du bâtiment. Leur première assise est en léger débord par rapport aux assises supérieures. Elle est ornée d’une modénature qui se prolongeait sur les murs ouest, est et sud de la cella et sur les antes. Au niveau de la quatrième assise, un bandeau saillant faisait le tour du bâtiment de la même manière. La façade présente une grande baie axiale et deux petites portes latérales surmontées de niches rectangulaires à fronton. Il est probable que des cages d’escalier menant aux parties hautes de l’édifice aient été aménagées dans le mur d’entrée.

79À l’intérieur de la cella, une colonnade s’engage sur les murs gouttereaux. Ses demi-colonnes cannelées sont taillées dans la même brèche que les colonnes du péristyle. Elles reposent sur des socles moulurés et supportent des chapiteaux ioniques. Chacun des entrecolonnements est orné de deux niches : les niches inférieures comportent des conques ; les niches supérieures prennent la forme d’un édicule surmonté d’un entablement ionique et d’un fronton ou d’un arc. L’ordre intérieur de la cella se prolongeait peut-être sur le mur d’entrée et sur la façade de l’adyton.

80L’adyton occupait tout le tiers sud de la cella, au fond du temple. Son escalier était à moitié intégré dans la plate-forme (fig. 181). De part et d’autre d’une grande baie axiale, un mur plein se poursuivait en élévation, fermant la façade de l’adyton. Des fouilles clandestines effectuées récemment dans la cella ont mis en évidence l’absence, sous la plate-forme de l’adyton, de la crypte dont D. Krencker et W. Zschietzschmann supposaient l’existence.

Fig. 181. Majdel Aanjar (70) : restitutions de la façade du temple (en bas) et de la façade de l’adyton (en haut).

Fig. 181. Majdel Aanjar (70) : restitutions de la façade du temple (en bas) et de la façade de l’adyton (en haut).

Dessins E. von Beerfelde, dans Krencker & Zschietzschmann 1938, pl. 76.

81D’après l’étude de son plan et de son décor architectural (chapiteaux et entablement corinthiens du pronaos et du péristyle, soffites à caissons du péristyle, ordre ionique intérieur), le temple semble dériver d’un modèle héliopolitain (54 B). D. Krencker et W. Zschietzschmann datent logiquement sa construction au iie ou au iiie s. apr. J.-C. Pour sa part, K.S. Freyberger soutient l’hypothèse invraisemblable d’une datation de l’époque augustéenne. En réalité, il faut supposer que le temple a succédé à un bâtiment cultuel plus ancien. Un bloc de corniche est remployé dans les fondations de la plate-forme de l’adyton (fig. 182). Plusieurs auteurs ont noté l’ancienneté de son décor. P.-L. Gatier (1999-2000, p. 110) évoque l’usage en remploi de « blocs décorés d’allure hellénistique tardive » dans le temple. L. Nordiguian (2005, p. 91) propose de dater ces blocs de l’époque augustéenne.

Fig. 182. Majdel Aanjar (70) : bloc de corniche remployé dans la plate-forme de l’adyton.

Fig. 182. Majdel Aanjar (70) : bloc de corniche remployé dans la plate-forme de l’adyton.

Photo J. Aliquot 2002.

82Il est peut-être possible de rapporter au même bâtiment ancien la seule dédicace découverte sur le site. Ce texte est gravé sur un fût de colonne remployé dans les fondations de l’escalier monumental du temple récent (SEG 54, 1606) : [Ἔτου]ς δ[.]ςʹ, μηνὸς Δύστρου γʹ, Ἀπολλοφ[άνης Ἀπολλο|[φ]α̣ν̣ου(ς) Σειδώνιος ὑπὲρ σωτ[ηρίας - - -]Π̣[- - -]|⟦- - -⟧. Traduction : « L’an 2[.]4, le 3 du mois de Dystros, Apollophanès fils d’Apollophanès, Sidonien, pour le salut de… » La date est comprise entre l’an 204 et l’an 294, si l’on se fonde sur la copie qu’en donne le premier éditeur (Δ[.]Σ) et non sur la transcription qu’il impose sans discussion et sans photo (δμςʹ, 244). Pour la convertir, on peut hésiter a priori à utiliser l’ère de Sidon, l’ère de Béryte ou l’ère des Séleucides. L’usage de l’ère de Sidon semble exclu par la mention de l’ethnique du dédicant, qui serait inutile sur le territoire même de la cité. Celui de l’ère de Béryte, qui donnerait une date comprise entre 123-124 et 213-214 apr. J.-C., ne se recommande pas dans la Békaa. En revanche, celui de l’ère séleucide est possible : cette ère est utilisée par les princes de Chalcis du Liban, puis dans toute la Békaa à l’époque romaine. Son emploi donnerait une date comprise entre 109-108 av. J.-C. et 19-18 av. J.-C. (ou 69-68 av. J.-C. si l’on retient la restitution de l’éditeur, en tout cas avant l’extension du territoire de Béryte dans la Békaa, survenue vers l’an 15 av. J.-C.). C. Ghadban indique que la forme du sigma et de l’oméga du texte rappelle celle des lettres de la plus ancienne inscription connue de Baalbek, qui est datée de l’époque hellénistique (IGLS 6, 2990). Sans illustration, la question doit rester ouverte, mais on ne peut exclure que la dédicace soit contemporaine du bâtiment dont les éléments sont remployés dans le grand temple romain de Majdel Aanjar.

71. Dakoué

83Architecture : Krencker & Zschietzschmann 1938, p. 198-202, 287, 296, pl. 80-82 (état des lieux en 1904, compléments en 1933). Photos : Taylor 1971, p. 90-91 ; Nordiguian 2005, p. 92-93. Site revu.

84Dakoué (890 m) s’adosse aux premiers contreforts de l’Antiliban, au contact de la Békaa méridionale. Les collines qui surplombent le village sont parsemées de tombes rupestres. Le temple romain qui s’élève en contrebas doit à sa transformation en maison et en étable d’être assez bien conservé. Il a été restauré par les soins d’H. Kalayan (fig. 183). Dépourvu d’un véritable podium, le bâtiment repose sur une assise de fondation. Il s’agit d’un temple tétrastyle prostyle d’ordre corinthien, ouvert au nord-est, qui comprend un pronaos et une cella au fond de laquelle s’élevait la plate-forme d’un adyton. Les murs de la cella sont dressés en appareil simple, sur des assises de hauteur assez régulière. Sur les murs gouttereaux, ils présentent la particularité d’être pourvus de deux petites fenêtres au niveau de la huitième assise : le champ de chaque fenêtre est orné d’une petite palmette stylisée ; ce dispositif était peut-être destiné à éclairer l’intérieur du temple dans la partie correspondant à l’adyton, comme dans le petit temple de Baalbek (54 B). Le mur d’entrée du temple a été démonté. Les dimensions réduites du bâtiment n’invitent pas à lui restituer plus d’une porte. Dans la partie ouest de la cella, au fond du temple, la plate-forme de l’adyton a été démontée, mais la trace de son installation est encore visible. L’édicule destiné à abriter l’image du dieu ou un objet cultuel était encastré dans le mur de fond : son entablement est encore en place (fig. 184).

Fig. 183. Dakoué (71) : le temple.

Fig. 183. Dakoué (71) : le temple.

Photo J. Aliquot 2002.

Fig. 184. Dakoué (71) : le mur de fond de la cella.

Fig. 184. Dakoué (71) : le mur de fond de la cella.

Photo J. Aliquot 2004.

85Presque tous les éléments du décor architectural (bases d’ante et de colonne, chapiteaux, modénatures de l’architrave et du larmier) sont soigneusement épannelés et ne donnent pas l’impression d’être inachevés. D. Krencker et W. Zschietzschmann en concluent que les constructeurs du temple ont intentionnellement choisi de préserver la simplicité de son décor. Pour cette raison, ils hésitent à classer l’édifice parmi les temples anciens du Liban.

86À une époque indéterminée, le temple a pu être transformé en église avant d’être utilisé comme maison : ainsi s’expliquerait que la plate-forme de son adyton ait été démontée, que son mur de fond ait été percé d’une porte et que son pronaos ait été muré pour permettre d’aménager un chevet à l’est.

Table des illustrations

Titre Fig. 171. Ain Houchbay (56) : le nymphée.
Crédits Dessin de R. de Bernoville, dans Jalabert 1907, pl. 3, 5.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1456/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Fig. 172. Qsarnaba (57) : l’autel monumental, face au temple.
Crédits Photo J. Aliquot 2002.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1456/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 780k
Titre Fig. 173. Qsarnaba (57) : bloc tympanal du fronton du temple.
Crédits Photo J. Aliquot 2002.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1456/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 524k
Titre Fig. 174. Temnine el-Faouqa (58 A) : vues en coupe et plan au sol du nymphée.
Crédits Dessin de C. Reiter, dans Krencker & Zschietzschmann 1938, pl. 65.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1456/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 704k
Titre Fig. 175. Temnine el-Faouqa (58 A) : l’espace intérieur du nymphée.
Crédits Photo J. Aliquot 2002.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1456/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 664k
Titre Fig. 176. Niha (59) : plan du site.
Crédits Dessin D. Krencker, dans Krencker & Zschietzschmann 1938, p. 106, fig. 137.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1456/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Fig. 177. Niha (59) : restitution de la façade et vue en coupe transversale de la cella du grand temple (A), avec un aperçu sur l’adyton.
Crédits Dessins D. Krencker, dans Krencker & Zschietzschmann 1938, pl. 55.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1456/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 780k
Titre Fig. 178. Hosn Niha (60) : plan du site.
Crédits Dessin D. Krencker, dans Krencker & Zschietzschmann 1938, pl. 57.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1456/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 576k
Titre Fig. 179. Hosn Niha (60) : vue en coupe longitudinale restituée du grand temple (A).
Crédits Dessin D. Krencker, dans Krencker & Zschietzschmann 1938, pl. 59.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1456/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 688k
Titre Fig. 180. Hosn Niha (60) : le petit temple (B), plan au sol et vues en coupe.
Crédits Dessin D. Krencker, dans Krencker & Zschietzschmann 1938, pl. 61.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1456/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 412k
Titre Fig. 181. Majdel Aanjar (70) : restitutions de la façade du temple (en bas) et de la façade de l’adyton (en haut).
Crédits Dessins E. von Beerfelde, dans Krencker & Zschietzschmann 1938, pl. 76.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1456/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 688k
Titre Fig. 182. Majdel Aanjar (70) : bloc de corniche remployé dans la plate-forme de l’adyton.
Crédits Photo J. Aliquot 2002.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1456/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 388k
Titre Fig. 183. Dakoué (71) : le temple.
Crédits Photo J. Aliquot 2002.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1456/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 764k
Titre Fig. 184. Dakoué (71) : le mur de fond de la cella.
Crédits Photo J. Aliquot 2004.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1456/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M

© Presses de l’Ifpo, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540