Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Vie religieuse au Liban sous l'Empire romain

 | 
Julien Aliquot

Catalogue des lieux de culte

Békaa nord

Texte intégral

44. Hermel

1Photo : Nordiguian 2005, p. 80 (photo de M. Tallon). Site non revu.

2Le village (780 m d’altitude) conserve les vestiges d’un temple romain sur podium.

45. *Ras-Baalbek

3Description : Ghadban 1978, p. 269-274 ; Nordiguian 2005, p. 81. Site non revu.

Épigraphie : IGLS 6, 2901 (Hajjar 1977, n° 149) (dédicace au Jupiter héliopolitain).

4Irrigué par des sources abondantes qui alimentent le cours supérieur de l’Oronte, à 1100 m d’altitude, Ras-Baalbek est parfois identifié au site de Conna, station de l’Itinéraire Antonin (Dussaud 1927, p. 271, 396 et 411, contra Ghadban 1981, p. 160). Le village pourrait conserver les ruines de deux sanctuaires romains. Le couvent grec orthodoxe Notre-Dame, où le fragment d’un autel portant une dédicace latine au Jupiter héliopolitain a été découvert, remploie des blocs appartenant à un premier sanctuaire (A). L’église Sainte-Barbe occuperait l’emplacement d’un temple tétrastyle, ouvert à l’est, à l’intérieur du péribole d’un second lieu de culte (B).

46. Laboué

5Architecture : Krencker & Zschietzschmann 1938, p. 177, 279, 296, pl. 70 et 117, 18 (relevés en 1902, classement dans le groupe des temples récents). Photos : Taylor 1971, p. 51-52 ; Nordiguian 2005, p. 80. Site revu.

Épigraphie : Kuschke, Mittmann & Müller 1976, p. 101-102, pl. 12 (dédicace latine).

6Proche d’une source qui forme une petite ghouta au pied de l’Antiliban avant d’alimenter le cours supérieur de l’Oronte, le site de Laboué (925 m d’altitude) pourrait correspondre à celui de l’ancienne station de Libo, que cite l’Itinéraire Antonin (Dussaud 1927, p. 396 et 409). Un petit temple tétrastyle prostyle ouvert à l’est occupait le sommet du tell qui domine les champs à l’ouest du village moderne. Seuls le massif de fondation, le podium et la base de l’ante nord du bâtiment sont en place. Quelques blocs isolés appartiennent à l’escalier monumental autrefois intégré dans le podium.

47. *Harbata

7Description, statuaire : Ronzevalle 1937, p. 73-78 (note de M. Chéhab) ; Hajjar 1977, nos 140-142, 338-341, et 1985, p. 350. Site non revu.

Épigraphie : IGLS 6, 2905-2907.

8En 1931, les fouilles effectuées à Harbata (1100 m d’altitude) ont permis de mettre au jour quelques statuettes votives, près d’une citerne et de tombes rupestres d’époque romaine. Il ne s’agit probablement pas d’une véritable favissa, contrairement à ce qu’indique M. Chéhab, mais plutôt d’un dépôt relativement récent : aux monuments dont il est ici question s’ajoutent trois fragments de bas-reliefs funéraires de style palmyrénien, dont l’un porte une inscription araméenne (PAT 0154), qui ne proviennent certainement pas du Liban. Il faut peut-être attribuer à un temple ou au péribole d’un sanctuaire l’assise régulière de gros blocs qui a été repérée à 20 m environ au nord-ouest de ce dépôt. La découverte de trois statuettes représentant un jeune pâtre divin à la mode hellénique laisse supposer que ce sanctuaire est dédié à un dieu semblable au Mercure héliopolitain (fig. 158). Cinq autres statuettes figurent des personnages enfantins, la main droite levée, la gauche tenant des fleurs, des épis ou un oiseau : ces derniers sont les enfants qu’a protégés le dieu et dont la main s’ouvre dans un geste de prière (fig. 159), comme l’indiquent les dédicaces que portent certains des monuments qui les représentent.

Fig. 158. Harbata (47*) : statue de Mercure au caducée.

Fig. 158. Harbata (47*) : statue de Mercure au caducée.

Musée national de Beyrouth.

Photo Doumet-Serhal et al. 1997, p. 91, n° 50.

Fig. 159. Harbata (47*) : statue d’un fidèle.

Fig. 159. Harbata (47*) : statue d’un fidèle.

Musée national de Beyrouth.

Photo Doumet-Serhal et al. 1997, p. 88, n° 47.

48. *Nabha

Sanctuaire du village (A)

9Architecture : Ghadban 1980, p. 101-102, 104, 111, fig. 2 (plan) ; Hajjar 1985, p. 350 (mention) ; Donceel-Voûte 1988, p. 395-406, pl. 16 (église). Site non revu.

Épigraphie : Hajjar 1977, n° 146, corrigé par Ghadban 1980, p. 103, n° 2 (AE 1983, 930) (dédicace héliopolitaine) ; Ghadban 1980, p. 104-105, n° 4 (AE 1983, 931 ; SEG 30, 1673) (épitaphe ou dédicace de Salamagatès, « buveur d’eau ») ; IGLS 6, 2945 (mosaïque inscrite de l’église, classée à Niha, puis replacée à juste titre à Nabha par Ghadban 1980, p. 108-110, n° 8 ; SEG 30, 1676).

10Au centre du village (1165 m d’altitude), les dégagements effectués dans les années 1960 près de la mosquée ont mis au jour une église protobyzantine dont la construction paraît remonter au vie s. apr. J.-C. Ce bâtiment ne recouvre aucun temple païen, contrairement à ce qu’on a pu croire avant qu’il ait été fouillé. Cependant, une dédicace latine gravée sur un bloc remployé dans l’église s’adresse à Jupiter. À environ 50 m de l’église, l’ancienne résidence de l’un des gouverneurs de la Békaa aux xviie-xixe s. incorpore des blocs en grand appareil. Tous ces éléments indiqueraient la présence d’un sanctuaire héliopolitain à Nabha.

Site d’el-Qeddam (B)

11Description : Taylor 1971, p. 162.

12Un champ de ruines est signalé à Qeddam (1300 m d’altitude), à 3 km à l’ouest de Nabha : le pied droit mouluré d’une porte d’enceinte, des fragments de fronton et de corniche et une base de colonne pourraient appartenir à un sanctuaire romain.

49. Deir el-Ahmar

13Architecture : Taylor 1971, p. 154 ; Hajjar 1977, p. 147, 536, et 1985, p. 349. Site non revu.

Épigraphie : IGLS 6, 2908 (dédicace à Hadaranès) et 2909 (Hajjar 1977, n° 132) (dédicace héliopolitaine).

14Au centre du village (1200 m d’altitude), l’église Notre-Dame recouvre le podium d’un petit temple romain. Le couronnement d’un grand autel quadrangulaire est remployé dans un mur à quelques mètres à l’est du podium. Il porte, sous une moulure saillante, une dédicace lacunaire au dieu à qui l’on peut attribuer le temple, Jupiter héliopolitain. La dédicace d’un autre autel s’adresse à Hadaranès, le grand dieu de Niha.

50. *Btédaai

15Description : Renan 1864-1874, p. 313. Site non revu.

Épigraphie : IGLS 6, 2910 ; Hajjar 1977, n° 131 ; Aliquot 2009, p. 243-244 n. 11 (autel héliopolitain).

16Selon E. Renan, « près de Btéda, sous un très-gros arbre, il y a des pilastres corinthiens et des membres divers d’un petit temple et d’autres édifices. » Un autel héliopolitain provient de cette localité, mais le contexte de sa découverte est indéterminé.

51. Chlifa

17Architecture : Krencker & Zschietzschmann 1938, p. 152-155, 275, pl. 117, 2 (relevés en 1903, compléments en 1933) ; Deichmann 1939, p. 122, n° 31 (christianisation). Photos : Taylor 1971, p. 46-47 ; Nordiguian 2005, p. 74-75. Site non revu.

Épigraphie : IGLS 6, 2912, et Ghadban 1978, p. 236 (marques rupestres, dont l’une, au nom de Mercure, gravée sur le front d’une carrière au sud du sanctuaire).

18Les ruines du Qasr el-Banat, le « Palais des Filles », couronnent la colline rocheuse qui domine le village de Chlifa. Elles appartiennent à un sanctuaire romain comprenant un temple à l’intérieur d’une enceinte avec les longs côtés au nord et au sud. Au sud, à l’est et à l’ouest, le tracé du péribole suit une direction parallèle à celle des murs du temple. Au nord, il n’est certainement parallèle au long côté nord de ce bâtiment que jusqu’à l’extrémité des antes ; à partir de là, il pourrait obliquer vers le nord-est. Le temple paraît légèrement désaxé vers le nord par rapport à l’axe médian du temenos. Son décalage vers le fond de la cour laisse un espace libre devant sa façade. Aucun monument n’a été repéré à cet endroit, mais la roche a été nivelée comme s’il s’était agi d’y poser un autel. Une citerne est aménagée à l’intérieur de l’enceinte.

19De dimensions modestes, le temple est dépourvu de podium. Il s’agit d’un édifice distyle à antes d’ordre dorique, ouvert à l’est, qui comporte un pronaos et une cella au fond de laquelle s’élevait la plate-forme d’un adyton. Conservés jusqu’à la hauteur de l’architrave, ses murs sont construits en appareil simple, avec des blocs soigneusement ravalés et posés à joints vifs en assises de hauteur décroissante de bas en haut. À l’extérieur comme à l’intérieur du bâtiment, l’architrave est ornée de deux bandes lisses et non de trois, contrairement à l’habitude. Dans le pronaos, les colonnes reposent sur des bases attiques et supportent un chapiteau dorisant, avec un abaque pourvu d’un talon droit et une échine à oves. Le mur qui sépare le pronaos de la cella est percé d’une porte unique.

20La cella est divisée en deux parties. La première a un plan quasiment carré. Son sol était dallé. La seconde correspond à la plate-forme de l’adyton, qui est presque complètement détruite mais dont l’existence est assurée par un petit décrochement dans les murs latéraux à la hauteur de la quatrième assise. Le dégagement de la cella en 1903 a permis de mettre au jour l’escalier intégré dans la plate-forme et à gauche le seuil d’une porte latérale conduisant à une crypte aménagée sous cette partie du temple. À l’extérieur du temple, quelques blocs (larmier, architrave) ne peuvent appartenir à l’entablement du temple. Bien qu’ils paraissent surdimensionnés par rapport à la plate-forme de l’adyton, ils pourraient se rapporter à l’entablement d’un édicule détaché en avant du mur de fond de la cella.

21D. Krencker et W. Zschietzschmann arguent de l’absence de podium, des dimensions réduites du temple et de la simplicité de son décor pour classer ce bâtiment parmi les temples anciens (ier s. apr. J.-C.). Au sud, à l’intérieur du péribole et parallèlement au temple, ils repèrent les vestiges d’une petite basilique chrétienne à abside. La présence de cet édifice pourrait justifier l’expression arabe qui désigne actuellement le site et qui évoque la présence d’un couvent.

52. Yammouné

22Architecture : Krencker & Zschietzschmann 1938, p. 38-39 (relevés en 1903) ; Saidah 1967, p. 159 (dégagements par H. Kalayan sur le site et à proximité, en 1966). Photos : Taylor 1971, p. 49-50 ; Nordiguian 2005, p. 76-79. Site non revu.

Épigraphie : Hajjar 1977, n° 152, et Ghadban 1978, p. 305-306, n° 172 (autel dédié au Jupiter héliopolitain). Statuaire : Ronzevalle 1937, p. 36-37, pl. 9-10, et Doumet-Serhal et al. 1997, p. 86, n° 45 (statuette d’un dieu pâtre) ; Feix 2008, p. 256-259 (statue de Vénus).

23La source de Nabaa el-Arbain, à Yammouné (1370 m d’altitude), jaillit au cœur d’une dépression fermée située dans le vaste ensellement qui sépare le Jabal Makmel, au nord, du Jabal Sannine, au sud. Vers l’ouest, les cols de Mnaitri et d’Aaqoura permettent de passer de la Békaa à la haute vallée du Nahr Ibrahim et à la côte méditerranéenne. Si malcommodes soient-elles, ces voies de passage étaient empruntées dans l’Antiquité. Le milliaire découvert à proximité de Yammouné précise d’ailleurs que la colonie romaine d’Héliopolis veillait à leur entretien au début du iiie s. apr. J.-C. (IGLS 6, 2918).

24Les ruines d’un sanctuaire romain occupent la rive ouest du lac où s’épanchent les eaux de la source. D’après certaines portions de mur encore en place au sud et à l’est, D. Krencker et W. Zschietzschmann restituent un péribole rectangulaire d’une longueur estimée entre 60 et 80 m. Les murs de fondations repérés à l’intérieur de cette enceinte couvrent une largeur d’environ 17 m. Ils supportaient vraisemblablement le temple dont les blocs sont épars sur le site. Vers l’est, l’un de ces blocs appartient à un escalier. Comme il est en place, on peut supposer que le temple s’élevait sur un podium et qu’il s’ouvrait à l’est. En face de l’entrée présumée du bâtiment, la cour conserve son dallage par endroits. C’est là, dans l’axe médian du temple, que se serait dressé l’autel monumental dont l’emplacement serait indiqué par la présence d’une dalle pourvue de mortaises.

25Depuis le début du xxe s., des fouilleurs clandestins ont mis au jour de nombreux monuments sur le site, dont une architrave ornée d’un disque solaire ailé et une statue de Vénus héliopolitaine (aujourd’hui au musée de Baalbek). Cette dernière trouvaille s’ajoute à d’autres qui permettent peut-être d’attribuer le sanctuaire à la triade héliopolitaine : statuette en calcaire représentant un dieu pâtre semblable au Mercure héliopolitain (fig. 160) ; autel dédié au Jupiter héliopolitain, découvert non loin des ruines du temple, devant un petit bâtiment distyle associé à la source.

Fig. 160. Yammouné (52) : dieu pâtre au chevreau.

Fig. 160. Yammouné (52) : dieu pâtre au chevreau.

Musée national de Beyrouth.

Photo © Ifpo, photothèque.

53. Nahlé

26Architecture : Krencker & Zschietzschmann 1938, p. 172, pl. 68 et 118, 30 (relevés en 1903). Photos : Taylor 1971, p. 53-54 ; Nordiguian 2005, p. 80. Site non revu.

Épigraphie : IGLS 6, 2893 (Hajjar 1977, n° 147) (bornage) ; Ghadban 1978, p. 317 (marques lapidaires sur le podium du temple).

27Nahlé (1300 m d’altitude), au nord-est de Baalbek, correspond probablement à la localité de Naklè, où la Souda place des Aphaca (s.v. Χριστόδωρος Πανίσκου, πάτρια Νάκλης · ἐν ᾗ τὰ καλούμενα Ἄφακα). Selon E. Honigmann (1923-1924, n° 136a), il s’agirait d’une fête en l’honneur de l’Aphrodite d’Afqa (25). Il paraît préférable de considérer, à la suite de R. Dussaud (1927, p. 410), que la Souda évoque les sources locales par leur nom araméen, Afqa.

28Les ruines d’un grand temple s’élèvent au centre du village moderne. Le massif de fondation et le podium en sont les seuls éléments intégralement conservés. La base et la corniche du podium restent épannelées. Les murs de la cella se dressent à 4,30 m en arrière de l’arête supérieure du podium, ce qui indique que les bâtisseurs du temple avaient prévu d’entourer cette pièce d’un péristyle. D. Krencker et W. Zschietzschmann restituent six colonnes en façade et onze sur les longs côtés, par analogie avec d’autres temples (1, 6 A, 64, 70, 105). Les murs de la cella, construits en appareil simple, se prolongeaient par des antes encadrant le pronaos et étaient ornés de pilastres angulaires à l’arrière. Leur première assise est ornée d’une moulure inférieure dont les profils intérieur et extérieur restent à l’état d’ébauche. Au-dessus, ils ne sont conservés que sur la hauteur d’une seule assise. L’aménagement interne de la cella est indéterminé.

54. Baalbek

29La bibliographie sur Baalbek est pléthorique. Le site étant bien connu, on s’en tiendra à la présentation générale des sanctuaires et des problèmes liés à leur chronologie et à l’identification de leurs dieux, en insistant sur l’apport des publications parues depuis les travaux effectués entre 1898 et 1905 par la mission d’O. Puchstein (Wiegand 1921, 1923, 1925) : Weigand 1924-1925 ; Thiersch 1925 ; Seyrig 1928, 1929, 1937, 1961a (1985, p. 3-89, 97-130), 1954c (AntSyr 5, p. 99-117) ; Picard 1939 ; Schlumberger 1939 ; Collart 1951 ; Collart & Coupel 1951 et 1977 ; Will 1966 (1995, p. 925-929) ; Kalayan 1969, 1971, 1972 et 1975 ; Adam 1977 ; Hajjar 1977, 1985, 1990b ; Ragette 1980 ; Freyberger 1998 et 2000 ; Neuwirth, Sader & Scheffler 1998 ; van Ess & Weber 1999. Résultats de la mission dirigée par M. van Ess (DAI) depuis 2001 : van Ess et al. 2003 ; van Ess & Petersen 2003 ; van Ess, Rheidt et al. 2005 ; van Ess 2008. Site revu.

Épigraphie : IGLS 6 ; Ghadban 1978, p. 330-374, nos 185-243 ; Salamé-Sarkis 1987 ; Aliquot 2009.

Numismatique : Sawaya 2009.

30Au pied de l’Antiliban, Baalbek (ca 1150 m d’altitude), l’antique Héliopolis (fig. 161), est établie près de la ligne de partage des eaux entre le bassin de l’Oronte au nord et celui du Litani au sud. Les sources pérennes qui jaillissent aux environs forment une ghouta avant d’alimenter le cours supérieur de l’Oronte. Les plus abondantes sont celles de Ras el-Ain, au sud-est, et d’Ain el-Jouj, au nord-est. Sous l’Empire romain, Héliopolis est dominée à l’ouest par un premier ensemble architectural constitué des deux sanctuaires accolés de la Qalaa (A-B) et séparé d’un troisième sanctuaire, au sud-est (C-D). Trois autres sanctuaires sont attestés hors les murs : celui de la colline de Cheikh Abdallah (E), au sud, et ceux des sources de Ras el-Ain (F) et d’Ain el-Jouj (G). Un quartier de la ville romaine et protobyzantine occupe le secteur du Boustan el-Khan, au sud de la Qalaa. Il comprend des bâtiments publics (grands bains impériaux en partie réoccupés par un odéon, bâtiment à péristyle de plan basilical interprété de manière conjecturale comme la salle de banquet d’un thiase) édifiés sur une vaste terrasse au nord de la rue adjacente à la colline du théâtre. À l’exception du quartier périurbain de Soueidiyé, en direction de Ras el-Ain, l’habitat d’Héliopolis est pratiquement inconnu en raison de l’occupation continue du site depuis l’Antiquité. En revanche, les nécropoles sont bien localisées aux alentours de la ville antique (Chraouné, Cheikh Abdallah, Ras el-Ain, Douris). Les deux plus vastes, celles de Chraouné à 2200 m au nord-ouest et celle de Cheikh Abdallah à 600 m au sud-ouest du site, sont voisines des deux principales carrières d’extraction des blocs calcaires mis en œuvre dans les sanctuaires héliopolitains.

Fig. 161. Baalbek (54) : la ville antique et ses alentours.

Fig. 161. Baalbek (54) : la ville antique et ses alentours.

Carte J. Aliquot 2009.

Sanctuaire du grand temple (A)

31Architecture : Wiegand 1921, p. 48-130 (sanctuaire païen), 1923, p. 129-144 (édifices chrétiens), 1925, p. 41-96 (forteresse médiévale) ; Weigand 1924-1925 (décor, chronologie) ; Krencker 1929 et 1934 (chronologie) ; Gerkan 1937 (chronologie) ; Collart 1951 (décor) ; Collart & Coupel 1951 (grand autel) ; Seyrig 1961a, p. 118-125 (1985, p. 106-113), cf. H. Wienholz, dans van Ess et al. 2003, p. 129-131 (colonnes jumelles de la grande cour) ; Will 1966 (1995, p. 925-929) (mégalithisme) ; Kalayan 1969 et 1971 (chronologie, fragment de la maquette de l’autel monumental) ; Adam 1977 (mégalithisme) ; Collart & Coupel 1977 (petit autel) ; Lohmann 2008 (cryptoportiques, chronologie) ; Lohmann & Wakim 2008 (dessins d’architecture, plan des cours) ; Wienholz 2008, p. 274-278 (décor).

Archéologie : Chéhab 1965, p. 111-112, et Donceel 1966, p. 250 (sondage de Y. Hajjar au nord du petit autel en 1961-1962) ; Saidah 1969, p. 126 (reprise de la fouille par B. Kaoukabani en 1967-1968) ; Hajjar 1985, p. 293 (observations rapides avec un second sondage à l’est de l’autel monumental) ; Sader & van Ess 1998, p. 264-265 (datation de la céramique commune entreposée au musée de Baalbek : Bronze moyen II et âge du Fer) ; van Ess 2008, p. 99-120 (remarques sur le sondage profond à l’est du grand autel), 127-149 (étude de la céramique du Bronze moyen par H. Genz).

Études diverses : Deichmann 1939, p. 115-116, n° 6 (christianisation) ; Hajjar 1977, nos 37-51, et Sawaya 2009, p. 246-248 et 270-271 (monnaies architecturales) ; Ragette 1980, p. 27-39 (synthèse, restitutions inspirées par les indications d’H. Kalayan) ; Freyberger 1998, p. 62-70, cf. Gawlikowski 1998b, p. 386 (synthèse) ; Hoffmann 1998 (synthèse) ; Rheidt 2004 (synthèse) ; Nordiguian 2005, p. 20-33 (synthèse, photos).

32Long de 270 m et large de 120 m, le grand sanctuaire de la Qalaa comporte, sur un axe est-ouest, une avant-cour semi-circulaire dallée et cernée d’un parapet, trois volées d’escalier, des propylées monumentaux flanqués de deux tours, une cour hexagonale hypèthre bordée de portiques et d’exèdres, une grande cour rectangulaire également bordée de portiques et d’exèdres, où prennent place deux autels-tours flanqués de deux colonnes isolées et de deux bassins, et enfin un temple périptère pseudo-diptère, posé sur un haut podium précédé de trois volées d’escalier (fig. 162). Des cryptoportiques sont aménagés sous les propylées et sous les deux cours. Cet ensemble monumental, qui compte parmi les réalisations architecturales les plus imposantes de l’Empire romain, correspond à l’état du site au milieu du iiie s. apr. J.-C. Comme le suggère H. Seyrig (1954c, p. 95-98, repris dans AntSyr 5, p. 114-117), Rome a pu prendre part au financement du chantier du grand sanctuaire qui, comme celui du petit temple, dépasse les possibilités d’une simple cité et même de la province romaine de Syrie ; en particulier, elle seule peut assumer le coût et le transport vers la Békaa des cent quatre-vingt-six colonnes de granite rose provenant des carrières impériales de Syène. Sous Caracalla, trois dédicaces affichées sur les bases de colonne des propylées assurent que Jupiter, Vénus et Mercure font ici l’objet d’un culte commun en leur qualité de dieux héliopolitains (IGLS 6, 2711-2713). Ce témoignage est en partie corroboré par les monnaies d’Héliopolis où un temple apparaît à côté du sigle IOMH.

Fig. 162. Baalbek (54) : la Qalaa et ses abords.

Fig. 162. Baalbek (54) : la Qalaa et ses abords.

Plan d’après van Ess 1998.

33Bien qu’ils n’aient pas démonté la basilique chrétienne qui avait été installée à l’emplacement des deux autels-tours à l’époque protobyzantine, les membres de la mission d’O. Puchstein étaient déjà conscients que le sanctuaire romain constituait l’aboutissement d’une succession de phases de construction. Depuis la publication de leurs travaux au début des années 1920, plusieurs auteurs ont cherché à retracer ces différentes étapes à la lueur de nouvelles découvertes : aux observations anciennes de l’architecte D. Krencker, dont A. von Gerkan avait tiré parti pour dater le soubassement du grand temple de l’époque hellénistique, s’ajoutent celles des auteurs qui se sont attachés plus récemment à étudier des vestiges mis au jour à la suite du démontage de la basilique, entre 1930 et 1935, et de sondages ponctuels, ouverts dans les années 1960-1970 et réexaminés en 2004-2005. On dispose ainsi de données qui permettent de retracer l’histoire du site entre la Préhistoire et le Moyen Âge, au cours duquel l’ancien centre cultuel païen de l’époque romaine, déjà réaménagé à l’époque protobyzantine, a été transformé en une « forteresse » (Qalaa) englobant dans un même ensemble le grand sanctuaire et le petit temple (B). Ces données sont encore peu nombreuses. Elles fournissent cependant une base de réflexion plus solide que les hypothèses formulées jusqu’à présent. Pour mémoire, rappelons qu’H. Kalayan (1969, p. 152) rapportait très brièvement la découverte, en bordure du tell, d’une crevasse naturelle de 50 m de profondeur (sic) où un autel rupestre aurait constitué le centre du culte à date ancienne ; il évoquait aussi l’existence d’un premier temenos, mais sans préciser ni ses caractéristiques ni ses dimensions. D’après ces indications, F. Ragette (1980, p. 27-28) supposait arbitrairement qu’une enceinte sacrée renfermant un autel et flanquée de tours à l’est aurait été construite sur le site dès la fin du IIe millénaire av. J.-C. A. Boethius et J.B. Ward-Perkins (1970, p. 419) mentionnaient de manière tout aussi gratuite l’existence d’un sanctuaire au vie s. av. J.-C.

34La grande cour du sanctuaire romain recouvre un petit tell archéologique dont le niveau supérieur affleure encore à sa surface. Les deux sondages ouverts au nord du petit autel et sous l’abside de la basilique à l’est de l’autel monumental révèlent des niveaux d’occupation importants pour les périodes du Néolithique, du Bronze moyen, du Bronze récent et de l’âge du Fer. La majorité des tessons étudiés appartiennent à des récipients de stockage et à de la vaisselle de cuisine, ce qui laisse supposer le caractère domestique des secteurs étudiés et la nature rurale du site au cours de ces périodes. Une construction turriforme et un glacis perturbent les niveaux de l’âge du Fer à l’est de l’autel monumental romain (fig. 163-164). Les bâtiments, qu’ils soient contemporains ou non, sont antérieurs au début de l’Empire et constituent à ce jour les plus anciens éléments connus de la monumentalisation du site. Ni leur fonction ni leur datation ne sont établies. F. Ragette (1980, p. 28-29) les attribue à l’entrée d’un sanctuaire de l’époque séleucide. K. Rheidt (2008, p. 221) suggère de les rapporter à une forteresse de la fin de l’âge du Fer. Ces propositions demandent à être étayées par des arguments archéologiques.

Fig. 163. Baalbek (54) : bâtiment turriforme sous le niveau de la cour du grand sanctuaire romain (A).

Fig. 163. Baalbek (54) : bâtiment turriforme sous le niveau de la cour du grand sanctuaire romain (A).

Photo J. Aliquot 2008.

Fig. 164. Baalbek (54) : glacis sous le niveau de la cour du grand sanctuaire romain (A).

Fig. 164. Baalbek (54) : glacis sous le niveau de la cour du grand sanctuaire romain (A).

Photo J. Aliquot 2008.

35Indépendamment des hypothèses tirées de l’examen des ruines, il est probable qu’un sanctuaire ait été aménagé sur le site dès l’époque hellénistique. La plus ancienne inscription de Baalbek, datée de cette période par sa graphie, évoque un sanctuaire de Zeus (IGLS 6, 2990 ; Hajjar 1977, n° 1), qui pourrait correspondre à celui dont les dynastes de Chalcis du Liban auraient été les grands-prêtres au ier s. av. J.-C. Là encore, on en est réduit à des conjectures à propos de la forme qu’aurait prise ce sanctuaire. Comme l’emplacement du petit autel a paru un temps déterminer l’aménagement de la grande cour au début de l’époque impériale (selon l’hypothèse d’H. Kalayan, récemment démentie par les travaux de D. Lohmann), P. Collart et P. Coupel (1977, p. 98-99) n’excluaient pas qu’il ait constitué le centre du culte dès l’époque hellénistique : « Si l’on peut hésiter à faire remonter l’édifice jusqu’à l’époque séleucide, c’est-à-dire avant 64 avant J.-C., rien ne s’opposerait, semble-t-il, à ce qu’il se situe encore au Ier siècle avant J.-C. » Ils ne cachent pas la fragilité de leur proposition qui se fonde sur la situation du monument, sur la présence de mortier dans le blocage de ses fondations et sur la mise en œuvre de blocs colossaux dans son appareil. D’autres auteurs, tels F. Ragette (1980, p. 28-29), A. Hoffmann (1998, p. 291-294) et K. Rheidt (2008, p. 224-225), supposent en outre qu’une terrasse aurait été aménagée à l’ouest du tell afin de mettre un temple de plain-pied avec l’autel. C’est cette terrasse qui aurait ensuite servi de soubassement au temple de l’époque impériale.

36Une nouvelle phase s’ouvre à la suite du lotissement des colons de Béryte dans la Békaa, vers l’an 15 av. J.-C. Elle se caractérise par une monumentalisation sans précédent du site. D. Lohmann (2008) montre de manière convaincante, notamment en distinguant deux états dans les cryptoportiques du sanctuaire romain, qu’un premier projet a été planifié au début de l’époque impériale. Ce projet se manifeste par la construction d’un péribole rectangulaire peut-être déjà précédé de propylées et à l’intérieur duquel il faudrait restituer une avant-cour barlongue (à l’emplacement de la cour hexagonale) et une cour bordées de portiques et d’exèdres au nord et au sud. La cour du sanctuaire aurait renfermé le bassin monumental nord et le petit autel. Ce dernier édifice s’élève sur son axe médian, en léger décalage vers l’ouest. Il se présente sous la forme d’un autel-tour creux, haut de 8,90 m et posé sur un podium, dont les faces nord, ouest et sud sont ornées de niches cintrées et dont la terrasse est accessible par des escaliers intérieurs ; comme il conserve des traces de son utilisation (canaux servant à l’évacuation des eaux de lavage, puits carré rempli de cendres), la restitution d’un autel sacrificiel sur sa plate-forme supérieure est assurée.

37Dans le premier programme architectural de l’époque impériale, le tell a dû être entièrement remodelé. Il était prévu qu’un podium colossal chemise l’ancienne terrasse pour contenir les poussées exercées sur le tell et pour surélever un temple de plus de 7 m par rapport au niveau de la cour (fig. 165). Le podium reste cependant inachevé, ce qui témoigne à la fois de l’ambition démesurée et des limites financières des commanditaires du premier projet : il se réduit actuellement à une première assise, au nord, au sud et à l’ouest, à laquelle s’ajoutent les blocs mégalithiques quasiment bruts d’extraction du trilithon, qui forment une partie de la seconde assise à l’ouest et qui mesurent respectivement, du nord au sud, 19,10, 19,30 et 19,60 m de long sur 4,34 m de haut et 3,65 m d’épaisseur. La révision du programme n’a pas nécessairement posé de problème technique : l’inachèvement du podium n’entrave pas la construction d’un autre temple de dimensions plus réduites que celles qui avaient été initialement prévues ; les colonnes du péristyle (dont six se dressent encore et portent leur entablement) reposent sur l’assise supérieure du massif de fondation de la cella d’un premier temple qui finalement n’a jamais été construit.

38Les éléments du temple conservés sur place appartiennent à la seconde phase de construction de l’époque impériale. Ils se limitent essentiellement à son massif de fondation, à son podium inachevé, à son escalier monumental, aux vestiges des murs de fondation de sa cella et au tiers de sa colonnade sud, avec son entablement. Le bâtiment peut être restitué sous la forme d’un temple périptère pseudo-diptère d’ordre corinthien comprenant un pronaos hexastyle avec deux colonnes en retour et une cella dont l’aménagement intérieur est indéterminé. Il était entouré d’un péristyle de dix-neuf colonnes sur les longs côtés et de dix colonnes sur les petits côtés. Une inscription grecque est gravée sur le lit d’attente d’un bloc appartenant à l’un des tambours supérieurs d’une de ses colonnes : comme elle est datée du mois d’août 60 apr. J.-C., on en déduit qu’à cette date, l’entablement du péristyle du temple n’était pas encore en place (IGLS 6, 2733). Le bâtiment a donc été construit au cours du ier s. apr. J.-C. Son achèvement pourrait dater du règne de Néron ou de l’époque des Flaviens.

Fig. 165. Baalbek (54) : le podium inachevé du temple romain et le soubassement du sanctuaire hellénistique (A), vue du sud.

Fig. 165. Baalbek (54) : le podium inachevé du temple romain et le soubassement du sanctuaire hellénistique (A), vue du sud.

Photo J. Aliquot 2009.

39Dans le décor du temple, l’emprunt de formes ornementales importées de Rome sous Auguste (et non exclusives des traditions locales) indique que la conception du bâtiment remonte au début de l’époque impériale. Les études anciennes d’E. Weigand (1914 et 1924-1925), discutées et complétées par P. Collart (1951), P. Collart et P. Coupel (1951, p. 128-132) et H. Wienholz (2008, p. 274-276), montrent qu’on ne peut cependant pas tout rapporter à la période augustéenne, car il faut également tenir compte de la longue survie de ces motifs ornementaux dans les provinces de l’Empire et des repentirs des bâtisseurs. Sur ce point, l’erreur de K.S. Freyberger, bien mise en évidence par M. Gawlikowski (1998b, p. 386), est de négliger la longévité des prototypes augustéens au cours du ier s. apr. J.-C.

40La grande cour a connu à son tour des modifications importantes à la suite de la construction du grand temple. À l’intérieur du temenos, l’escalier du temple empiète désormais sur la partie ouest de la cour. Un grand autel monumental est alors bâti dans l’alignement de l’axe médian du sanctuaire, à l’est du petit autel. Il se présente comme un cube de maçonnerie appareillée de 21,15 m et 20,25 m pour les côtés et d’au moins 14 m de haut, posé sur un soubassement à deux degrés et parcouru intérieurement de corridors et d’escaliers sur trois ou quatre étages, dont les quatre façades, peut-être couvertes d’un revêtement de bronze, sont ornées de pilastres angulaires et percées de fenêtres. La superstructure du monument est constituée d’un attique formant terrasse, accessible depuis l’extérieur. Un autel se dressait peut-être sur cette terrasse. Les plafonds de ses étages intérieurs sont ornés d’un décor très riche et diversifié, œuvre de deux équipes d’artisans qui ont travaillé de conserve, mais dans des styles différents, les uns en s’inspirant d’une tradition romaine traitée dans le style de l’époque augustéenne (notamment représenté par l’Ara Pacis à Rome), les autres en se conformant à une tradition locale. Sur les plafonds, le motif le plus remarquable est le caducée ailé de Mercure, qui reparaît à quatre reprises. Selon P. Collart et P. Coupel (1951, et 1977, p. 94-99), qui l’ont publié de manière détaillée, il aurait été achevé sous les Flaviens, sensiblement à la même époque que le grand temple qui lui fait face à l’ouest. E. Will (1991, p. 261 n. 18, repris en 1995, p. 329) indique que P. Coupel, dans des notes inédites, est revenu sur la hauteur de l’autel monumental, initialement évaluée à 17,80 m et restituée comme telle : il faudrait la réduire de 3,75 m, soit d’un étage, ce qui ferait apparaître le monument comme un bloc massif quasiment cubique de 14 m de haut ; il est donc certain que cet édifice ne masque pas totalement le grand temple à la vue du fidèle qui se trouverait sur le seuil de la grande cour. La construction de l’autel monumental a probablement entraîné la transformation du petit autel dans le courant du iie s. apr. J.-C. : c’est alors que ce dernier édifice, qui relevait jusqu’ici de l’autel-tour autant que du naiskos, serait devenu un autel monumental.

41Deux colonnes monolithes, isolées et posées sur des piédestaux, encadraient symétriquement l’autel monumental, au nord et au sud (malgré H. Wienholz, dont la discussion souligne l’imperfection des restaurations modernes sans entamer l’argumentaire d’H. Seyrig). Celle du sud est taillée dans le granite rose de Syène, tout comme les colonnes des portiques de la grande cour. Comme le socle sur lequel elle repose porte une dédicace vraisemblablement antérieure à 212 apr. J.-C. (IGLS 6, 2729), il est possible qu’elle ait déjà été érigée au iie s. apr. J.-C. La colonne du nord est taillée dans le granite gris du Mons Claudianus ou de Troade et fondée sur un massif remployant de nombreux monuments votifs païens du iie s. apr. J.-C. Elle pourrait correspondre à une restauration tardive, qu’H. Seyrig place hypothétiquement sous le règne de Julien. Quelle que soit la valeur de cette proposition, il est possible qu’une première colonne ait été dressée au nord à la même époque que celle du sud, avec laquelle elle aurait formé un ensemble destiné à mettre en valeur l’autel monumental au milieu de la cour. Initialement, les deux colonnes ne supportaient peut-être rien, mais l’inscription gravée sur le piédestal de la colonne sud commémore la dédicace de la statue d’un homme à Zeus très-grand d’Héliopolis. Ce texte laisse supposer que des images, celles des empereurs sans doute, ont couronné les colonnes au moins à partir du iie s. apr. J.-C.

42La réfection des cryptoportiques et l’aménagement des portiques et des exèdres de la grande cour a dû se poursuivre à la même époque. Plusieurs inscriptions indiquent que les corporations de Baalbek et les communautés villageoises de la région pouvaient disposer d’emplacements réservés à l’intérieur des exèdres, parfois de manière perpétuelle (IGLS 6, 2800-2804 bis). Un dessin architectural représentant l’articulation entre la grande cour et la cour hexagonale à l’échelle 1/12,6 a été relevé récemment dans l’une des pièces du cryptoportique nord du sanctuaire : son existence indique que la cour hexagonale fait partie du même programme que la grande cour, même si quelques modifications mineures sont survenues lors de la mise en œuvre de ce projet. D’après l’étude de leur décor, l’aménagement de la grande cour, de la cour hexagonale et des propylées semble avoir débuté sous les Antonins et s’être poursuivie au moins jusqu’au début du iiie s. apr. J.-C. Trois inscriptions commémorent précisément l’offrande des chapiteaux recouverts de bronze doré des propylées sous Caracalla (IGLS 6, 2711-2713).

43Les transformations du grand sanctuaire dans l’Antiquité tardive sont l’objet de nombreuses spéculations. Selon Eusèbe de Césarée (Vie de Constantin 3, 58, 3), l’empereur Constantin aurait fait construire une basilique chrétienne à Héliopolis en la dotant de prêtres et de diacres. La localisation de cette église reste à préciser, mais il est douteux qu’elle ait été édifiée dans l’enceinte du grand sanctuaire dès la première moitié du ive s. apr. J.-C., en dépit de ce que suppose par exemple B. Schultz, dans T. Wiegand (1923, p. 129), à propos de l’usage de la cour hexagonale par les chrétiens à une époque aussi précoce. Une grande basilique chrétienne à piliers a pourtant bien été bâtie dans la grande cour rectangulaire après que les deux autels-tours ont été démontés. Depuis que les membres de la mission d’O. Puchstein l’ont étudiée, elle a été démontée au début des années 1930 pour permettre de reconstruire l’autel monumenal, dont elle remployait 571 blocs. Il faut donc toujours se reporter à la présentation qu’en donne T. von Lüpke dans la publication de T. Wiegand (1923, p. 130-143). Ce dernier croit pouvoir distinguer deux états dans la même basilique à piliers : dans un premier temps, l’église, orientée à l’ouest, aurait compris une abside axiale et deux absidioles latérales intégrées dans l’escalier monumental du grand temple et un portail monumental précédé d’un escalier à l’est ; dans un second temps, l’église aurait été orientée à l’est, une nouvelle abside aurait été installée à l’emplacement de l’ancien portail, une porte aurait été aménagée au fond du chœur de l’ancienne église et deux chapelles annexes auraient flanqué l’édifice à l’ouest. T. von Lüpke s’en tient surtout à la description des ruines et à la restitution de la basilique. Il reste assez évasif sur le plan chronologique : le premier état est placé peu de temps après la destruction présumée du grand temple, peut-être au début du ve s. apr. J.-C. ; le second est simplement situé à une époque plus récente, sans précision. H. Winnefeld, dans la partie historique de l’ouvrage de T. Wiegand (1923, p. 150), présente plus nettement la basilique comme une fondation théodosienne. F.W. Deichmann (1939, p. 115-116) s’en tient à cette hypothèse.

44La chronologie que proposent les membres de la mission d’O. Puchstein est influencée par le passage de Malalas (Chronographie 13, 37), repris et complété dans le Chronicon paschale (éd. L. Dindorf, p. 514), selon lequel l’empereur Théodose Ier « a détruit aussi le grand et fameux sanctuaire d’Héliopolis qui est appelé Trilithon et a fait de celui-ci une église pour les chrétiens » (κατέλυσε δὲ καὶ τὸ ἱερὸν Ἡλιουπόλεως τὸ μέγα καὶ περιβόητον τὸ λεγόμενον Τρίλιθον, καὶ ἐποίησεν αὐτὸ ἐκκλησίαν χριστιανοῖς, où le Chronicon paschale précise τὸ ἱερὸν Ἡλιουπόλεως τοῦ Βαλανείου κτλ., « le sanctuaire du Balaneion à Héliopolis etc. », et comporte une variante négligeable à la fin, ἐκκλησίαν χριστιανῶν). Il y a là une confusion certaine entre le grand sanctuaire et le podium du grand temple. Il y a aussi une part d’exagération évidente dans ces deux témoignages postérieurs au triomphe du christianisme. Rappelons que Malalas cite le cas d’Héliopolis à titre d’exemple, juste après avoir affirmé de manière aberrante que Théodose Ier avait détruit tous les temples des païens.

45Devant la difficulté de concilier les sources textuelles et les vestiges conservés sur le site, la plupart des auteurs éludent la question de l’église de Théodose Ier en la distinguant de l’église de la grande cour. Ils observent aussi, à juste titre, que la basilique à piliers appartient à un type de monuments postérieurs à la fin du ve s. apr. J.-C. H. Thiersch (1925, p. 19-20), qui place l’église théodosienne dans la cour hexagonale, date la basilique de la grande cour de la seconde moitié du vie s. apr. J.-C. H. Seyrig (1961a, p. 121 n. 1, repris dans 1985, p. 109) et S. Westphalen (1999, p. 71) ne se prononcent pas sur le premier état supposé de la basilique et placent le second après le milieu du ve s. apr. J.-C. ou sous Justinien. J. Lassus (1947, p. 97 et 246-247) suppose arbitrairement que le grand temple lui-même aurait été transformé en église à la fin du ive s. apr. J.-C., avant qu’une basilique à piliers orientée à l’ouest soit construite dans la cour, au ve s. ou au vie s. apr. J.-C., pour respecter l’organisation générale de l’ensemble architectural, tandis que la cour hexagonale aurait été convertie en martyrion ; ce n’est que plus tard que l’édifice aurait été orienté à l’est.

46La question mériterait d’être reprise de manière approfondie. Quelle que soit la chronologie du ou des édifices chrétiens de la Qalaa, qui semblent bien appartenir au vie s. apr. J.-C., il faudra tenir compte du fait que l’église de Théodose Ier, si elle a jamais existé, se trouve peut-être ailleurs que dans l’enceinte du grand sanctuaire. Le témoignage de Malalas pourrait uniquement indiquer que certains des blocs gigantesques du podium du grand temple ont été remployés après la fermeture du sanctuaire païen. Celui du Chronicon paschale, à travers l’allusion à un établissement thermal (βαλανεῖον), invite peut-être à chercher l’église immédiatement au sud de la Qalaa, dans le quartier antique de Boustan el-Khan, où les bains impériaux ont été en partie réaménagés et réoccupés par d’autres édifices publics (dont un odéon) dans l’Antiquité tardive, tandis que leur programme architectural se trouvait réduit. Dans ce secteur, H. Kalayan a fait dégager et restaurer un édifice de plan basilical à trois nefs, orienté au nord-est et d’abord probablement intégré dans le plan des thermes. Le bas-côté est du bâtiment conserve encore une mosaïque protobyzantine inscrite qui rappelle la pose du pavement au-dessus d’un dallage antérieur (Ghadban 1978, p. 354, n° 224) : ἐ[πὶ τοῦ - - -]|ΤΙ[- - - τ]ὸ ἔμβο[λον ἐψή]|φωθη [- - -] ἔτους [- - -], « sous l’autorité d’Untel, le portique a été pavé de mosaïque… l’an… ». Rappelons que le terme ἔμβολον désigne souvent les nefs latérales des églises de l’Antiquité tardive. Plus au sud, les ruines du bâtiment à péristyle ont livré de nombreuses tuiles portant la mention ἐκλησίας ou ἐκκλησίας, « (propriété) de l’église » (Ghadban 1978, p. 359, n° 232, cf. IGLS 6, 2878 et 2878 bis). L’ensemble de ces données laisse supposer qu’un vaste complexe ecclésiastique a été aménagé en marge du bain de l’époque romaine en empiétant en partie sur celui-ci, comme à Deir el-Qalaa (36). De nouveaux travaux permettront peut-être de déterminer s’il faut y localiser l’église de Théodose Ier ou non. Quoi qu’il en soit, dans l’état actuel de nos connaissances, rien ne prouve que le grand sanctuaire héliopolitain ait été christianisé immédiatement à la suite de sa fermeture.

Petit temple (B)

47Architecture : Wiegand 1923, p. 1-89 (architecture et histoire par D. Krencker, décor par O. Puchstein et H. Winnefeld) ; Krencker & Zschietzschmann 1938, p. 285 (adyton) ; Picard 1939 (frises sculptées) ; Freyberger 2000 (synthèse) ; Lohmann & Wakim 2008 (dessin d’architecture sur le podium du temple) ; Wienholz 2008, p. 278-279 (décor) ; Sawaya 2009, p. 271-272 (monnaies architecturales) ; Bessac 2010 (mégalithisme).

48Le petit temple s’élève à 40 m au sud du grand sanctuaire, suivant une direction parallèle à celui-ci (fig. 166). Construit avec le calcaire local et autrefois entouré de sa propre enceinte, il s’élève sur un podium de 83,81 m de long et de 36,15 m de large précédé de trois volées d’escalier à l’est. Les murs de fondation dont les vestiges ont été découverts à une dizaine de mètres à l’est de ces escaliers pourraient appartenir à un autel bas et massif.

Fig. 166. Baalbek (54) : le petit temple (B), vue du nord-ouest.

Fig. 166. Baalbek (54) : le petit temple (B), vue du nord-ouest.

Photo J. Aliquot 2009.

49Ce temple périptère pseudo-diptère d’ordre corinthien comporte un pronaos hexastyle avec deux colonnes en retour et une cella au fond de laquelle la plate-forme d’un adyton surmontait une crypte voûtée. Le péristyle se compose de quinze colonnes sur les longs côtés et de huit colonnes sur les petits côtés. Les caissons de son plafond sont peuplés de têtes, de bustes et de figures où l’on reconnaît les images de Satyres, de Pan, de Nymphes et de Ménades, habituellement associés à Dionysos, mais aussi celles de nombreuses Fortunes tourelées et de divinités féminines (Aphrodite, Artémis, Athéna, Niké) et masculines (Agathos Daimon, Apollon, Connaros-Briarès, Jupiter dolichénien) et de héros (Héraclès, Persée). Selon l’hypothèse séduisante d’H. Seyrig (1929, p. 352, repris en 1985, p. 46, cf. 1954c, p. 96 n. 1, repris dans AntSyr 5, p. 115), certaines de ces figures représenteraient les divinités tutélaires des villes de Syrie qui auraient participé au financement du petit temple. La Tyché d’Antioche est explicitement nommée en grec (IGLS 6, 2842) et représentée de la même manière que sur ses monnaies, selon le type canonique conçu par Eutychidès de Sicyone (fig. 167). Y. Hajjar (1985, p. 333-334) émet des doutes sur l’existence de l’inscription qui la mentionne (le bloc est très endommagé depuis l’époque d’H. Seyrig), mais il admet que les villes dont les déesses tutélaires apparaissent dans le petit temple de Baalbek ont quelque rapport avec la métropole du culte héliopolitain.

Fig. 167. Baalbek (54) : la Tyché d’Antioche sur un caisson du plafond du péristyle du petit temple (B).

Fig. 167. Baalbek (54) : la Tyché d’Antioche sur un caisson du plafond du péristyle du petit temple (B).

Photo J. Aliquot 2009.

50Sur le parement externe des murs de la cella, une frise orne une partie du bandeau saillant au niveau de la quatrième assise : elle représente la tête d’un cortège bachique et la scène du couronnement d’un dieu. Le mur d’entrée de la cella présente une porte axiale et deux portes latérales ouvrant sur des cages d’escalier qui donnent accès aux parties hautes de l’édifice. La cella est divisée en deux parties dans le sens de la longueur, avec une première salle au niveau inférieur à l’est et un adyton surélevé à l’ouest. La première salle conserve son dallage. Trois degrés l’entourent au nord, au sud et à l’ouest. Les murs intérieurs de la cella sont pourvus de six demi-colonnes ioniques cannelées, tandis que les angles antérieurs de la pièce sont ornés de deux quarts de colonnes ioniques accolés. Les fûts de ces demi-colonnes et de ces quarts de colonne reposent sur des socles et des bases attiques dont le profil se prolonge sur toute la longueur des murs.

51Dans la partie de la cella qui correspond à l’adyton, une première volée de marches divisée en trois par deux rampes permet d’accéder à un palier d’où l’on gagne la crypte, par une porte aménagée dans la plate-forme supérieure de l’adyton. Sur la face antérieure des socles qui flanquent cette plate-forme à gauche et à droite de l’escalier axial, deux bas-reliefs représentent les épisodes de la légende de Dionysos (métamorphose d’Ambrosia, châtiment de Lycurgue). Depuis le palier intermédiaire, une seconde volée de marches mène à un niveau supérieur occupé par une construction à trois nefs qui se présente comme un édicule surmonté d’un baldaquin indépendant de la cella. La restitution par l’architecte D. Krencker de l’adyton du temple, si souvent reproduite et glosée depuis 1923, devrait être modifiée de l’aveu même de son auteur. Dans l’ouvrage qu’il publie avec W. Zschietzschmann (1938, p. 285), D. Krencker écrit : « Nous rappelons ici la reconstitution de D. Krencker [tirée de Wiegand 1923, pl. 17], parce que nous devons fréquemment faire allusion à l’aspect de l’adyton de Baalbek pour expliquer les formes et les types différents, bien que nous soyons clairement d’accord sur le fait que l’auteur et le dessinateur de cette image la réaliserait aujourd’hui dans les détails (sol, statues, couverture) d’une manière différente de celle dont il l’avait dessinée il y a plus de trente ans. Les parties essentielles devraient pourtant rester intactes. »

52Pour dater le temple, on ne peut guère se fonder que sur l’analyse de son décor architectural dans l’état actuel de nos connaissances. Sur ce point, si la plupart des auteurs considèrent que les travaux s’achèvent au cours du iie s. apr. J.-C., tous ne s’accordent pas sur la date de l’ouverture du chantier : selon E. Weigand (1924-1925, p. 178, revenant sur une première datation de l’époque antonine, proposée en 1914, p. 61), le temple aurait été construit entre le milieu du ier s. apr. J.-C. et l’époque antonine ; pour W. Heilmeyer (1970, p. 120) également, il serait le fruit d’un projet mûri avant le temps des Flaviens ; en revanche, K.S. Freyberger (2000, p. 117-118, 127) date résolument la construction du temple entre 130 et 160 apr. J.-C., tandis que H. Wienholz (2008, p. 279) envisage une périodisation plus large, entre 150 et 200 apr. J.-C. Jusqu’à présent, le seul élément qui laisse supposer l’existence d’un projet du ier s. apr. J.-C. est le chapiteau d’une colonne engagée dans le mur gouttereau sud de la cella : contrairement aux autres chapiteaux du temple, qui datent tous du iie s. apr. J.-C., celui-ci serait un échantillon caractéristique de la production romaine pré-flavienne selon W. Heilmeyer ; pour sa part, K.S. Freyberger lui trouve une allure semblable à celle des chapiteaux du temple érigé par Antonin le Pieux en l’honneur de Faustine sur le Forum romain, en 141 apr. J.-C. Quelles que soient la datation du chapiteau de Baalbek (pré-flavienne ou antonine) et les raisons de sa présence dans la cella du petit temple (remploi ou non), il paraît hasardeux de se fonder sur cet élément unique pour supposer l’existence d’un projet antérieur au début de l’époque antonine. L’hypothèse d’une datation du temple placée vers le milieu du iie s. apr. J.-C. et contemporaine des travaux de la cour du grand sanctuaire reste la plus vraisemblable.

53Il est possible que Malalas fasse référence au même bâtiment lorsqu’il attribue à Antonin le Pieux la fondation d’un grand temple de Zeus à Héliopolis de Phénicie, tout en précisant qu’il s’agit de l’une des merveilles du monde (Chronographie 11, 22 : ὅστις ἔκτισεν ἐν Ἡλιουπόλει τῆς Φοινίκης τοῦ Λιβάνου ναὸν τῷ Διὶ μέγαν, ἕνα καὶ αὐτὸν ὄντα τῶν θεαμάτων). L’usage du verbe κτίζω interdit de rapporter ce témoignage au grand temple, car ce dernier n’a pu être fondé ou construit par un empereur qu’au début de l’époque impériale. L’attribution du temple à Zeus éveille cependant quelque doute. Le titulaire du petit temple est plus probablement Bacchus, dont l’imagerie emplit le décor de la cella (cf. chapitre 5).

Sanctuaire sud-est (C-D)

54Architecture, archéologie : Wiegand 1923, p. 90-109 (D. Krencker) ; Lauffray 1962 ; Chéhab 1965, p. 111 ; Donceel 1966, p. 248-249 ; Kalayan 1972 ; Hajjar 1985, p. 344-346 ; van Ess et al. 2003, p. 122-127 (F. Hoebel) et 127-129 (K. Hitzl) ; Hoebel 2008 (relevés, restitutions, fouilles) ; Wienholz 2008, p. 273-274, 281-282 (décor).

Épigraphie : IGLS 6, 2831, avec les corrections de Bousquet 1971, p. 38-40 (Bull. ép. 1973, 493 ; Merkelbach & Stauber 2002, p. 270, n° 20/13/02), et de Feissel, Bull. ép. 1994, 645 (épigramme protobyzantine) ; IGLS 6, 2835 (acclamation chrétienne dans le temple rond) et 2991 (fragment de dédicace païenne) ; Ghadban 1978, p. 332-340, nos 185-205 (fragments, mosaïques inscrites des portiques autour de l’enceinte). Monnaies : Sawaya 2009, p. 273.

55Le sanctuaire occupe un secteur mal drainé du site, au sud-est de la Qalaa, où la roche-mère affleure par endroits et où confluent les eaux souterraines issues des sources d’Ain el-Jouj et de Ras el-Ain. Il regroupe deux temples et un autel monumental à l’intérieur d’une seule enceinte (fig. 168). Les membres de la mission d’O. Puchstein n’ont connu que le temple rond (C), conventionnellement attribué à Vénus et associé au souvenir de sainte Barbe, née près d’Héliopolis et martyrisée dans cette même ville selon la tradition syriaque. Dans les années 1950-1970, les travaux effectués sous la responsabilité d’H. Kalayan, B. Kaoukabani et C. Ghadban ont mis au jour les abords du bâtiment cultuel, révélant non seulement le péribole et son entrée monumentale, mais aussi un second temple (D), situé au nord-ouest du premier et attribué aux Muses par H. Kalayan, des portiques pavés de mosaïques le long des rues adjacentes au sanctuaire, ainsi que les vestiges d’un canal de dérivation des eaux de Ras el-Ain, au sud-ouest du temenos.

Fig. 168. Baalbek (54) : le sanctuaire du temple rond (C-D), vue de l’ouest.

Fig. 168. Baalbek (54) : le sanctuaire du temple rond (C-D), vue de l’ouest.

Photo J. Aliquot 2009.

56Le péribole du sanctuaire dessine un quadrilatère trapézoïdal partiellement conservé sur ses deux longs côtés nord-est et sud-ouest et sur son petit côté nord-ouest. Il est dressé en appareil simple, généralement au moyen de blocs de grand appareil de dimensions variables, à l’exception de l’angle nord, qui présente des blocs de moyen appareil de dimensions plus régulières. Le parement externe des murs est orné de pilastres engagés à intervalles réguliers, tandis que leur parement interne est simplement équarri. Au nord-ouest, en direction de la Qalaa, l’entrée monumentale est décalée vers le nord-est par rapport à l’axe médian du sanctuaire. Elle se compose d’une grande baie axiale encadrée par deux niches sur des piédestaux et par deux portes latérales plus petites. Le temenos est bordé d’une construction annexe rectangulaire adossée au mur nord du péribole, à gauche de l’entrée.

57Ouvert au nord-ouest, le temple rond (C) n’occupe pas exactement le milieu du temenos. Son axe médian correspond approximativement à celui de la porte principale du sanctuaire. Malgré ses dimensions modestes, il est construit avec des blocs qui peuvent rivaliser en taille avec ceux des plus grands temples du Liban (l’un d’eux mesure près de 7 m de long). Le bâtiment repose sur un massif de fondations et sur un podium en fer à cheval (ca 17,10 x 9,25 m) précédé d’un escalier monumental. Il se compose d’un pronaos tétrastyle avec deux colonnes en retour et d’une cella circulaire d’un peu moins de 9 m de diamètre, dont l’aspect et le foisonnant décor (parfois qualifié de « baroque ») contrastent avec le peu de soin accordé au soubassement de l’édifice. La cella est entourée d’une colonnade d’ordre corinthien. Des niches de section semi-circulaire, couronnées d’une conque et d’une archivolte, alternent avec des pilastres sur ses murs extérieurs. L’entablement qui surmonte ses chapiteaux forme cinq grandes courbes auxquelles correspondent les courbures du podium. En façade, le mur d’entrée de la cella présente une porte unique aux jambages moulurés. Son linteau était orné d’un aigle éployé tenant une guirlande dans son bec. Le buste de Sol sur un bloc isolé a pu orner le fronton du temple.

58À l’intérieur du temple, deux colonnades superposées devaient s’appliquer sur les murs de la pièce, mais elles ne sont pas entièrement réalisées et leur ordre est indéterminé. Au niveau supérieur, cinq édicules sont aménagés dans les entrecolonnements. En l’absence d’adyton au fond du temple, il faut peut-être supposer qu’une idole se dressait sur un socle placé au centre de la cella. La restitution de la toiture du temple soulève des difficultés qui ont amené D. Krencker à proposer trois solutions différentes en fonction de la forme du fronton (fronton posé sur l’entablement de la façade du pronaos ou fronton avec des décrochements plus ou moins prononcés, jusqu’au niveau du mur d’entrée de la cella). J. Lauffray a repris la question à la lueur d’une étude comparative du bâtiment et d’un édicule du Musée de Narbonne reproduisant le Saint-Sépulcre constantinien : selon lui, il faudrait supposer que la toiture couronnant la coupole de la cella surplombait celle du pronaos. Quelle que soit la solution à retenir, le plan et l’élévation du bâtiment témoignent de la recherche de modèles différents de ceux des autres temples de Baalbek et même originaux dans l’ensemble du monde romain.

59Le second temple (D), moins bien conservé que le précédent, s’adosse au mur est du péribole. Son axe médian suit une direction quasiment perpendiculaire à celle de son voisin, dont il est très proche (seulement 10 m). Ouvert au nord-est, il faisait face à un autel massif de plan carré dont la base, taillée dans le rocher, a été dégagée à une quinzaine de mètres au nord-est de sa façade. Le temple est fondé sur un massif haut de 6,30 m, dont l’appareil rappelle celui des constructions dégagées sous la cour du grand sanctuaire. L’escalier monumental actuellement visible semble être une restauration réalisée dans l’Antiquité et peut-être dès l’époque romaine. Le bâtiment repose sur un podium rectangulaire d’environ 23 m de long sur 12,50 m de large à quatre assises, dont une base et une corniche incomplètement moulurées. Les premières assises de la cella et quelques bases de colonne du péristyle sont en place sur le long côté sud et sur la façade. Des chapiteaux corinthiens épannelés ont été trouvés sur le site. L’ensemble des éléments conservés permet de restituer un temple tétrastyle pseudo-périptère d’ordre corinthien comprenant un pronaos et une cella ornée de six colonnes engagées dans ses murs gouttereaux et de quatre colonnes engagées dans son mur de fond. Le même type de plan se retrouve en Italie et en Gaule méridionale. Au Proche-Orient, il est attesté à Hosn Souleiman-Baetocécé, sur le Jabal el-Saheliyé (Ansariyé), et restitué à Burqush (107 B), sur l’Hermon, dans des bâtiments d’ordre ionique. À Baalbek, le pronaos présentait peut-être deux colonnes en retour sur la façade, comme à Hosn Souleiman, mais une seule baie était aménagée dans le mur d’entrée. D’après les parties conservées de la cella, les murs étaient dressés en appareil double au moyen de blocs de grand ou de moyen appareil. À l’intérieur, leur première assise est composée d’orthostates ornés de pilastres engagés sur les deux tiers de la longueur de la pièce, à l’est, et de parpaings en moyen et en grand appareil moins hauts, sur le tiers restant à l’ouest, dans la partie correspondant probablement à un adyton dépourvu de crypte.

60En systématisant les propositions d’H. Kalayan, F. Hoebel retrace l’histoire du sanctuaire de la façon suivante. Le temple pseudo-périptère et l’autel forment manifestement un ensemble distinct et cohérent à l’intérieur du sanctuaire dans son état actuel. C’est pourquoi ils sont datés d’une époque antérieure à celle de l’enceinte et du temple rond : F. Hoebel propose de placer leur aménagement au début de l’époque impériale, rejoignant ainsi la proposition formulée par H. Kalayan au sujet du seul temple (début du ier s. apr. J.-C.). Rien n’assure que le sanctuaire, dans son premier état, était enclos. Ensuite, jusqu’à la fin du iie s. apr. J.-C., des dépôts alluvionnaires auraient fini par recouvrir le podium du temple pseudo-périptère, tandis que l’autel demeurait utilisable. D’après l’aspect de son décor, le péribole aurait été bâti à cette époque. Les problèmes liés à l’insertion du sanctuaire dans le tissu urbain auraient empêché de placer le temple et l’autel sur l’axe médian d’un temenos orthogonal. Enfin, le temple rond aurait été construit un peu plus tard, dans la première moitié du iiie s. apr. J.-C., en fonction de la nouvelle organisation du sanctuaire. Le péribole et le temple rond, datés uniquement d’après des critères stylistiques, ne sont pas forcément contemporains. Leur disposition n’en ressortit pas moins à un même plan d’ensemble qui respecte les édifices préexistants, en particulier l’autel monumental.

61Les propositions de F. Hoebel sont séduisantes, même si elles ne sont jamais étayées par des arguments archéologiques (et ne le seront sans doute jamais, en raison du lessivage intense des sols dans le secteur du sanctuaire). Rappelons toutefois que la datation des bâtiments n’est pas définitivement assurée, en particulier celle du temple rond. D. Krencker et H. Winnefeld, dans la publication de T. Wiegand (1923, p. 109 et 148), se fondent sur les monnaies héliopolitaines où ils croient identifier le bâtiment pour en dater la construction sous Philippe l’Arabe. L’argument numismatique n’est pas forcément probant ici en raison du caractère tardif du monnayage héliopolitain. E. Weigand (1924-1925, p. 178), qui se concentre comme F. Hoebel sur l’étude du décor du temple, envisageait l’hypothèse d’une construction étalée entre la fin de l’époque flavienne et le premier quart du iiie s. apr. J.-C.

62L’identification des dieux du sanctuaire est elle aussi problématique. L’attribution ancienne du temple rond à Vénus ne repose jusqu’à présent sur aucun argument solide. Y. Hajjar et Z. Sawaya considèrent, tout comme dans la publication de T. Wiegand (1921, p. 47, et 1923, p. 90, 105, 126), que l’apparition de la Fortune, au milieu de la façade de l’édifice tétrastyle représenté sur les monnaies héliopolitaines alléguées par H. Winnefeld, rend plausible son identification à un Tychaion. Cette hypothèse a été rejetée par H. Seyrig (1928, p. 177-178, repris en 1985, p. 63-64), qui était plutôt enclin à attribuer le temple rond à un Baal indéterminé accompagné de ses emblèmes habituels (aigle éployé, buste solaire). Aujourd’hui elle pourrait s’appliquer autant au temple pseudo-périptère qu’au temple rond qui lui a succédé, mais n’en serait pas moins fragile, vu l’aspect conventionnel des temples figurés sur les monnaies. Par ailleurs, il faut résolument écarter l’hypothèse de l’attribution de tout ou partie du sanctuaire aux Muses. Récemment, K. Hitzl, suivi par F. Hoebel, a suggéré de considérer le temple rond comme un Musée. Cette proposition repose sur une interprétation erronée de l’épigramme grecque qui commémore l’aménagement du canal au sud du sanctuaire. Le texte a été gravé sur le podium du temple rond à l’époque protobyzantine. Il est suivi d’une dédicace rédigée en prose et précisément datée en 430-431 apr. J.-C., où D. Feissel a reconnu la mention des deux stratèges (duoviri) de la colonie. Sa partie versifiée n’évoque pas le sanctuaire païen en le décrivant comme un « rempart des Muses » (Μουσῶν τ̣εί̣[χ]ι̣σμα̣). J. Bousquet et J.-P. Rey-Coquais admettent déjà que cette expression assez étrange peut désigner Héliopolis, dont les flûtistes sont inspirés par les Muses du Liban, selon l’Expositio totius mundi et gentium (32). Sur les photos publiées dans IGLS 6, pl. 32, je lirais plutôt Μουσῶν τ̣ε [κτ]ίσμα̣, « fondation des Muses » : l’expression, plus banale que la précédente, désigne encore plus sûrement la cité. Elle n’a rien à voir avec le culte local.

63Dans la discussion concernant l’identité du ou des dieux du sanctuaire, un document a été négligé. Parmi les inscriptions lacunaires découvertes lors des fouilles menées autour du temple rond, un texte est gravé en latin et en grec sur un bloc calcaire brisé de toutes parts. Son éditeur, C. Ghadban (1978, p. 337, n° 192), reconnaît justement à la première ligne le début d’une dédicace pour le salut d’un empereur, [Pr]ọ salute imp(eratoris) N, avec la moitié inférieure d’un petit O au-dessus du N. Ici, la lecture n(ostri) est préférable à celle qu’il propose, N[umeriani]. Pour la deuxième et dernière ligne déchiffrable, C. Ghadban ne donne que la copie en majuscules de lettres grecques exactement centrées sous les lettres latines de la première ligne : [- - -]ΕΙΤΗΚΑΙ, puis la partie supérieure d’une barre oblique appartenant à une lettre triangulaire (alpha, delta, lambda), et enfin une lacune. Je lis [Διὶ Ἡλιοπολ]είτῃ καὶ Ἀ̣[φροδείτῃ καὶ Ἑρμῇ], « à Zeus d’Héliopolis, Aphrodite et Hermès », version grecque abrégée de la formule latine habituelle Iovi Optimo Maximo Heliopolitano Veneri Mercurio. Ce témoignage méconnu laisse supposer que le sanctuaire accueille le grand dieu de la triade héliopolitaine et ses deux parèdres.

64Dans l’Antiquité tardive, le sanctuaire connaît des transformations. Comme le rappelle le poème évoqué plus haut, des travaux sont entrepris, dans le premier tiers du ve s. apr. J.-C., pour préserver la ville des débordements du cours d’eau qui la traversait, à l’époque où le sanctuaire devait être désaffecté. Le canal aménagé en réponse aux problèmes de drainage du terrain est effectivement visible au sud du temple rond. La construction d’un portique à l’intérieur de l’ancien péribole, le long du côté nord-est, témoigne de la désaffection du lieu de culte païen, puisqu’elle empiète sur la zone de l’autel monumental. On suppose parfois, sans argument décisif, que le temple rond aurait été utilisé comme une église chrétienne dès l’époque protobyzantine. Au Moyen Âge, tout le secteur est réoccupé par des habitations et par des bains associés à de nouveaux canaux.

Sanctuaire de la colline de Cheikh Abdallah (E)

65Architecture : Wiegand 1921, p. 45-46 ; Schlumberger 1939 ; Saidah 1967, p. 157-158 ; Hajjar 1985, p. 347 ; van Ess, Rheidt et al. 2005, p. 118-125 ; Wienholz 2008, p. 282-283 (décor). Photos : van Ess & Weber 1999, p. 48, fig. 43a-b ; Nordiguian 2005, p. 43. Relief : Hajjar 1977, n° 90 (tête et patte antérieure d’un bélier de profil en haut-relief).

Monnaies : Hajjar 1977, nos 84-86 ; Sawaya 2009, p. 272-273.

Épigraphie : IGLS 6, 2735-2737 ; Hajjar 1977, nos 83, 87-89 ; Salamé-Sarkis 1987, p. 130-131, nos 6-8 ; Aliquot 2009, p. 250 n. 32-35.

66Mercure possède son propre sanctuaire sur la colline de Cheikh Abdallah (1250 m d’altitude), au sud d’Héliopolis et en dehors des murs de la ville. Tel qu’il est représenté sur les monnaies de la cité frappées sous Philippe l’Arabe, le temple qui s’élevait là est un périptère sur podium entouré d’un péribole, auquel mène un escalier monumental rupestre aménagé à flanc de colline ; dans le champ, la bourse et le caducée garantissent l’attribution du bâtiment à Mercure (fig. 169). Après les travaux effectués sous la direction d’O. Puchstein, D. Schlumberger et H. Kalayan, l’étude du site a repris en 2002. Sur le replat, des éléments du temenos et les fondations du temple ont été mis au jour (fig. 170). K. Rheidt propose de restituer un temple hexastyle périptère d’ordre corinthien, ouvert au nord-est. D’après les rares éléments de décor connus, H. Wienholz date le programme ornemental de l’édifice entre 175 et 250 apr. J.-C.

Fig. 169. Baalbek (54) : le sanctuaire extra-muros de Mercure (E), au revers d’une monnaie de bronze d’Héliopolis frappée sous Philippe l’Arabe.

Fig. 169. Baalbek (54) : le sanctuaire extra-muros de Mercure (E), au revers d’une monnaie de bronze d’Héliopolis frappée sous Philippe l’Arabe.

Collection Garth R. Drewry.

Photo Classical Numismatic Group, www.cngcoins.com, réf. CNG 69, n° 1219.

Fig. 170. Baalbek (54) : le sanctuaire extra-muros de Mercure (E) sur la colline de Cheikh Abdallah.

Fig. 170. Baalbek (54) : le sanctuaire extra-muros de Mercure (E) sur la colline de Cheikh Abdallah.

Photo J. Aliquot 2009.

67Le dossier épigraphique local comprend sept textes où le nom du parèdre mineur de la triade héliopolitaine apparaît en latin et en grec, en toutes lettres ou en abrégé. Une dalle calcaire porte l’indication Ἑρμο[ῦ], « (propriété) d’Hermès » (IGLS 6, 2736, repris dans Hajjar 1977, n° 88). Sur un rocher au sud de la colline, l’abréviation MER signale vraisemblablement que le dieu exploite un domaine adjacent au sanctuaire (Hajjar 1977, n° 89). À ces marques de propriété s’ajoutent des dédicaces émanant de colons romains ou de fidèles de statut plus modeste (supra, chapitre 6).

Sanctuaire de Ras el-Ain (F)

68Description : Wiegand 1921, p. 22-23 ; Kalayan 1975, p. 30 (mention) ; Ghadban 1985, p. 290-291 n. 14 (travaux d’H. Kalayan). Photos : van Ess & Weber 1999, p. 9 ; Blas de Roblès, Pieri & Yon 2004, p. 158 ; Nordiguian 2005, p. 43.

69La source de Ras el-Ain jaillit à environ 1 km au sud-est de Baalbek. En 1974, H. Kalayan a fait dégager un groupe de monuments romains inconnus de la mission d’O. Puchstein. Selon lui, le bassin de la source serait lui-même une construction de l’époque impériale, d’après la découverte de quelques fragments de balustrade. Sous l’Empire, le site aurait compris un temple, dont le podium émerge aujourd’hui à la surface de l’eau, et un petit monument à péristyle qui serait comparable à l’édicule de Sfiré (6 C). Un petit nymphée pourvu de trois exèdres semi-circulaires se trouvait aux abords du site. À l’époque protobyzantine, le bassin aurait accueilli une église chrétienne, dont il subsisterait une partie du pavement de marbre multicolore et à laquelle il faudrait rapporter le fragment de barrière de chancel inscrite découvert dans les parages (IGLS 6, 2888).

Sanctuaires d’Ain el-Jouj (G)

70Architecture : Wiegand 1921, p. 23-33 ; van Ess & Weber 1999, p. 52-55 (synthèse par K.S. Freyberger) ; Wienholz 2008, p. 272-273 (décor).

Épigraphie : Hajjar 1977, n° 107 (dédicace héliopolitaine inédite) ; IGLS 6, 2895 (Hajjar 1977, n° 128) (inscription lacunaire se terminant par Ἑρμοῦ). Monuments sculptés anépigraphes : Hajjar 1977, nos 108 (autel héliopolitain du monoptère) et 115 (statuette de Vénus) ; Feix 2008 (statue de Vénus à Haret beit Solah). Ex-voto en plomb : Hajjar 1977, p. 118-141, nos 109-128, et 1985, p. 348-349 ; Badre 1999 (collection du musée de l’AUB).

71La source d’Ain el-Jouj jaillit à environ 6 km à l’est de Baalbek, où ses eaux sont amenées par des canaux aménagés à l’époque romaine. Le secteur comprend trois bassins : outre celui de la source elle-même, le bassin de décantation du canal et le bassin de distribution situé sur la colline de Haret beit Solah, qui domine l’extrémité de la ville antique à l’est. Ces installations sont jalonnées de vestiges du culte héliopolitain.

72Dans le bassin de la source, un tronçon de colonne de 0,60 m de diamètre pourrait appartenir à un bâtiment cultuel. De nombreuses figurines en plomb ont été jetées dans la source (en plus d’une petite plaquette d’or représentant un pied éventuellement offert à la suite d’une guérison), ce qui implique qu’un rite comparable à celui d’Afqa (25) y était pratiqué à l’époque romaine. Tous coulés dans des moules univalves (à une exception près), ces objets sont pleins et leur facture est assez grossière. La découverte de plusieurs exemplaires d’une même figurine indique qu’ils sont l’œuvre d’artisans locaux travaillant en série. D’après la présence d’une douille sur certains plombs, on peut supposer que les fidèles les emmanchent sur une hampe avant de les jeter en ex-voto dans la source. La divinité la plus représentée est le Jupiter héliopolitain (soixante figurines), bien identifié par son costume, son attitude et la présence de ses animaux-attributs habituels, les taureaux : le dieu figure généralement debout sur un socle de forme cubique parfois inscrit dont la façade représente un temple tantôt hexastyle, tantôt tétrastyle, plus rarement distyle. Mercure vient en seconde position, loin devant les autres personnages identifiables (Dionysos, Satyre, Héraclès, Tyché et un dieu solaire imberbe, radié et drapé). Une plaquette recueillie dans le bassin de décantation du canal lui est explicitement dédiée (IGLS 6, 2896, repris dans Hajjar 1977, n° 117). Comme le note H. Seyrig (1929, p. 333, repris en 1985, p. 25), l’absence de la Vénus héliopolitaine, que l’on pense associée au milieu aquatique, est remarquable. Depuis la fin des années 1920, l’absence de la déesse ne s’est pas démentie, car seules deux figurines féminines ont été recueillies parmi les ex-voto en plomb d’Ain el-Jouj et l’on peut douter qu’elles la représentent (Badre 1999, p. 188-189).

73Près du bassin de décantation du canal, à mi-chemin entre Baalbek et la source, la mission allemande d’O. Puchstein a dégagé les restes d’un petit édifice monoptère et quatre autels votifs. Construit en calcaire, le bâtiment était posé sur un podium carré et entouré de huit colonnettes corinthiennes à fûts monolithes cannelés en spirale. Même si rien ne subsiste de la toiture, il est possible qu’une coupole ait surmonté l’entablement de l’édifice. Les chapiteaux à volutes végétales du péristyle ressemblent à des exemplaires augustéens de Rome et d’Italie. À la suite d’E. Weigand (1924-1925, p. 178), on se fonde sur leur style pour dater le monoptère de l’époque augustéenne (K.S. Freyberger) ou plus largement du dernier quart du ier s. av. J.-C. (H. Wienholz), sans tenir compte du fait que certaines formes du décor perdurent dans les provinces alors même qu’elles sont devenues obsolètes au centre de l’Empire. Quoi qu’il en soit, le monoptère est certainement consacré au Jupiter héliopolitain éventuellement associé à ses parèdres. L’image du dieu figure sur l’autel de 1,10 m de haut découvert dans le bassin de décantation : sur la face principale, Jupiter apparaît à mi-corps, sous son aspect habituel, posé sur un socle cubique orné d’un pilier hermaïque figurant Mercure ; de part et d’autre du socle, sur les deux faces latérales, des taureaux en haut-relief sont surmontés du foudre ailé (Hajjar 1977, n° 108). L’autel était peut-être exposé à l’intérieur du monoptère. Le grand dieu de Baalbek reçoit aussi l’hommage d’une dédicace bilingue par un vétéran (inédit signalé par Hajjar 1977, n° 107, autrefois au Musée de Beyrouth). Enfin, S. Ronzevalle (1930, p. 154-156, fig. 1), suivi par Y. Hajjar (1977, n° 115), a cru reconnaître une Vénus en deuil sur le fragment d’une idole calcaire découverte dans le bassin. D’après sa description, ce petit monument votif ressemble à celui que K. Hitzl (2008, p. 245-246, fig. 5) a retrouvé dans les dépôts du musée de Baalbek et qu’il republie sans indication de provenance ni référence à ses prédécesseurs, en identifiant correctement la Vénus héliopolitaine.

74On considère parfois que Vénus avait son propre temple à l’issue du canal, au nord-est de la ville, dans le secteur de Haret beit Solah. Cette hypothèse déjà formulée dans la publication de T. Wiegand (1921, p. 26-27 et 46 ; 1923, p. 123-124) repose sur la découverte d’une statue de Vénus dans une maison du quartier et de blocs architecturaux remployés dans une mosquée ruinée. S. Feix (2008, p. 266), à la fin de son étude de la statue, souligne prudemment que la localisation du sanctuaire de Vénus à Baalbek reste indéterminée. Ajoutons que l’existence même d’un tel sanctuaire est encore incertaine dans l’état actuel de nos connaissances. Elle n’est mentionnée que chez l’historien du ve s. apr. J.-C. Sozomène (Histoire ecclésiastique 5, 10, 5-7) et chez ses continuateurs du vie s. apr. J.-C., qui attribuent à Constantin la destruction d’un temple d’Aphrodite à Héliopolis, là où Eusèbe de Césarée (Vie de Constantin 3, 58, 1-2) et Socrate de Constantinople (Histoire ecclésiastique 1, 18) évoquent uniquement l’appel de l’empereur à la tempérance dans un culte réputé pour son caractère licencieux dans la tradition chrétienne.

Table des illustrations

Titre Fig. 158. Harbata (47*) : statue de Mercure au caducée.
Légende Musée national de Beyrouth.
Crédits Photo Doumet-Serhal et al. 1997, p. 91, n° 50.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1455/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Fig. 159. Harbata (47*) : statue d’un fidèle.
Légende Musée national de Beyrouth.
Crédits Photo Doumet-Serhal et al. 1997, p. 88, n° 47.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1455/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Fig. 160. Yammouné (52) : dieu pâtre au chevreau.
Légende Musée national de Beyrouth.
Crédits Photo © Ifpo, photothèque.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1455/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 820k
Titre Fig. 161. Baalbek (54) : la ville antique et ses alentours.
Crédits Carte J. Aliquot 2009.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1455/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 888k
Titre Fig. 162. Baalbek (54) : la Qalaa et ses abords.
Crédits Plan d’après van Ess 1998.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1455/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 700k
Titre Fig. 163. Baalbek (54) : bâtiment turriforme sous le niveau de la cour du grand sanctuaire romain (A).
Crédits Photo J. Aliquot 2008.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1455/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M
Titre Fig. 164. Baalbek (54) : glacis sous le niveau de la cour du grand sanctuaire romain (A).
Crédits Photo J. Aliquot 2008.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1455/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Fig. 165. Baalbek (54) : le podium inachevé du temple romain et le soubassement du sanctuaire hellénistique (A), vue du sud.
Crédits Photo J. Aliquot 2009.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1455/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Fig. 166. Baalbek (54) : le petit temple (B), vue du nord-ouest.
Crédits Photo J. Aliquot 2009.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1455/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M
Titre Fig. 167. Baalbek (54) : la Tyché d’Antioche sur un caisson du plafond du péristyle du petit temple (B).
Crédits Photo J. Aliquot 2009.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1455/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 2,8M
Titre Fig. 168. Baalbek (54) : le sanctuaire du temple rond (C-D), vue de l’ouest.
Crédits Photo J. Aliquot 2009.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1455/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M
Titre Fig. 169. Baalbek (54) : le sanctuaire extra-muros de Mercure (E), au revers d’une monnaie de bronze d’Héliopolis frappée sous Philippe l’Arabe.
Légende Collection Garth R. Drewry.
Crédits Photo Classical Numismatic Group, www.cngcoins.com, réf. CNG 69, n° 1219.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1455/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Fig. 170. Baalbek (54) : le sanctuaire extra-muros de Mercure (E) sur la colline de Cheikh Abdallah.
Crédits Photo J. Aliquot 2009.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1455/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 2,1M

© Presses de l’Ifpo, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540