Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Vie religieuse au Liban sous l'Empire romain

 | 
Julien Aliquot

Catalogue des lieux de culte

Liban-Sud

Texte intégral

38. Bisri

1Architecture : Tallon 1967, p. 238-239, pl. 4 et 6-7 (relevés sommaires) ; Jakubiak & Neska 2005, p. 444-446 (description rapide). Photos : Taylor 1971, p. 156 ; Ortali Tarazi & Waliszewski 2002a, p. 22 ; Nordiguian 2005, p. 124-125. Site non revu.

2À 2 km en amont de Bisri (460 m d’altitude), dans le Chouf, le Nahr Aaray se joint au Nahr el-Barouk pour former le Nahr al-Bisri, l’ancien Bostrénus (Honigmann 1923-1924, n° 116d, pour les sources géographiques sur le fleuve, dont le nom ancien implique l’existence d’une Bostra libanaise probablement localisable à Bisri). C’est à cet endroit qu’émergent les fûts de quatre colonnes de granite gris d’environ un 1 m de diamètre. Ces fûts semblent appartenir à un temple ouvert à l’est/sud-est, de plan peut-être tétrastyle prostyle et d’ordre corinthien, dont les dimensions, avec un portique large d’environ 14,70 m, seraient comparables à celles des plus grands temples ruraux du Liban (31 A, 36 A, 59 A, 60 A).

39. Chhim

3Architecture, archéologie : Renan 1864-1874, p. 511, Ronzevalle 1912, p. 23-24, et Tallon 1967, p. 236-238 (descriptions désormais caduques) ; Nordiguian 1997, Kowalski & Waliszewski 1997, Kowalski, Waliszewski & Witecka 1998, Waliszewski 1999b, 2000, 2001, 2003 et 2004, et Périssé & Waliszewski 2005 (rapports préliminaires) ; Waliszewski 1999a, Ortali-Tarazi & Waliszweski 2002a et 2002b (présentations synthétiques) ; Périssé-Valéro 2009 (sanctuaire païen) ; Waliszewski 2006 et 2009 (christianisation). Photos : Nordiguian 2005, p. 126-131. Site revu.

4Depuis 1996, la mission conjointe de la Direction Générale des Antiquités et de l’Université de Varsovie étudie le site de Chhim-Merjiyat, sous la direction de T. Waliszewski. Ses résultats, en cours de publication, remplacent les travaux anciens sur le sanctuaire dont les vestiges, déjà connus d’E. Renan, ont été dégagés et partiellement restaurés entre 1968 et 1983 par H. Kalayan. Ils font aussi de Chhim le second site de référence, avec celui de Yanouh (24), pour l’étude du peuplement et de la mise en valeur du Liban dans l’Antiquité. Leur apport est d’autant plus intéressant que l’occupation humaine est ici attestée de l’âge du Bronze au viiie s. apr. J.-C. et que l’agglomération qui s’est développée à Chhim à partir du ier s. apr. J.-C. est à ce jour le seul village antique fouillé de la montagne.

5Le site occupe les premières pentes de l’Iqlim el-Kharoub, sous le Jabal Barouk, à 7 km à vol d’oiseau de la côte méditerranéenne, entre 500 et 600 m d’altitude, dans un secteur dénué de source pérenne. Les ruines d’un village romain et protobyzantin s’y étendent sur une série de terrasses tournées vers le sud-ouest et couvertes d’oliviers, de pins et d’arbustes. À l’abri des vents froids du nord et du nord-est, le site se divise en trois ensembles (fig. 155) : le premier est celui de la zone cultuelle, qui couvre la terrasse la plus vaste du site, au sud-est, et qui comprend en surface, à l’intérieur d’un temenos (A), une basilique chrétienne protobyzantine (B) au nord-est, un temple romain (C) au sud-ouest, et une tour (D) au sud-est ; le second est celui du village (E), dont les maisons et les huileries entourent ce centre religieux au nord, à l’ouest et au sud-ouest ; le troisième est celui de la nécropole romaine (G), dont les dix-huit tombeaux sont taillés dans le rocher au nord-ouest et en contrebas du village, dans une zone tardivement investie par un corps de bâtiments isolé (F).

Fig. 155. Chhim (39) : plan du site.

Fig. 155. Chhim (39) : plan du site.

Dessin P. Piraud-Fournet 2009. D’après M. Puszkarski, dans Ortali-Tarazi & Waliszewski 2002b, p. 13, fig. 5.

Sanctuaire

6Le sanctuaire est étudié par I. Périssé (état païen) et T. Waliszewski (état chrétien). Il occupe une terrasse aménagée au sud et en contrebas du village, sur un terrain qui présente un fort pendage au sud et à l’ouest (fig. 156). Le substrat rocheux affleure par endroits dans la cour. Sous la cella du temple romain, en revanche, il est à 3,30 m sous le niveau du seuil du bâtiment. Le sondage ouvert à cet endroit en 1999 livre des témoignages sur l’existence possible d’un premier sanctuaire hellénistique : au-dessus de la couche stratigraphique des ve et ive s. av. J.-C., une couche contenant de la céramique des iiie et iie s. av. J.-C. est en relation avec un mur bâti à l’époque hellénistique, qui a été utilisé plus tard pour fonder le mur nord-est du temple romain ; la couche de remblayage de cette zone contenait des objets (statuette en bronze de l’âge du Bronze récent ou de l’âge du Fer I, deux fioles à parfum) qui pourraient appartenir au dépôt de fondation d’un petit sanctuaire hellénistique dont l’aspect demeure inconnu.

Fig. 156. Chhim (39) : le village (E) et le temple romain (C).

Fig. 156. Chhim (39) : le village (E) et le temple romain (C).

Photo J. Aliquot 2003.

7Les fouilles conduites dans le temenos du sanctuaire romain ont également permis de reconnaître les éléments d’un lieu de culte des ier et iie s. apr. J.-C. Ce sanctuaire se présente sous la forme d’une cour à ciel ouvert et aux contours irréguliers. Apparemment dépourvu de temple, l’ensemble est strictement séparé du village voisin par un mur d’enceinte et par les pièces qui la bordent. Il se compose de salles et de citernes, sans doute autour d’un autel qui a disparu. On accédait à la cour par un escalier au sud-ouest et par une porte aménagée dans le mur nord du péribole. La pièce la plus remarquable entre toutes est en partie recouverte par le temple romain du iie s. apr. J.-C., au nord-ouest de la zone cultuelle. Elle présente un plan rectangulaire. Son axe médian suit une direction nord-sud, différente de celle du bâtiment qui lui a succédé. Cette pièce est couverte uniformément d’un sol bétonné. Ses murs sont recouverts d’un enduit blanc décoré de traits verticaux noirs. Le milieu de la pièce est occupé par un espace central rectangulaire surbaissé et délimité par un petit muret de section arrondie. La découverte de deux bases suggère de restituer une colonnade longitudinale axiale à l’intérieur de cette salle. Selon la dernière interprétation proposée, il s’agirait d’une salle de banquet. Dans l’ensemble, les installations recouvertes par le sanctuaire romain du iie s. apr. J.-C. présentent des caractéristiques comparables à celles d’autres sanctuaires phéniciens datés entre l’âge du Fer et le début de l’époque romaine, tels ceux de Mispe Yamim, dans l’arrière-pays de Tyr (Frankel 1993), et le sanctuaire d’Apollon, à Tyr même (Bikai, Fulco & Marchand 1996).

8Au iie s. apr. J.-C., la zone cultuelle connaît de nouvelles transformations. Les installations antérieures ont été soigneusement démontées, arasées ou intégrées dans la terrasse sur laquelle un temple (C) s’appuie désormais, au nord-ouest du sanctuaire. Dans son état restauré par H. Kalayan, qui s’impose au regard actuellement, l’édifice mesure 11,06 m de long et 9,24 m de large, ces dimensions modestes correspondant à celles des plus petits temples libanais (9, 71, 100, 101), et se présente sous la forme d’un tétrastyle prostyle d’ordre corinthien, comprenant un pronaos et une cella pourvue d’un adyton. L’étude de l’appareil du temple et les fouilles conduites dans le pronaos par I. Périssé permettent aujourd’hui d’identifier deux phases de construction dans le sanctuaire et de restituer un plan différent pour le temple.

9Lors de la première phase, datée vers le milieu du iie s. apr. J.-C. (d’après la découverte d’une monnaie d’Antonin le Pieux), il semble que seule la cella du temple s’est élevée dans la cour du ier s. apr. J.-C., avant que l’extrémité est de ses murs gouttereaux soit transformée pour qu’un pronaos d’ordre corinthien puisse y être accolé. L’édifice du premier état serait une simple chapelle cubique sans podium. Le bâtiment est apparemment dépourvu d’escalier en façade, bien que le seuil de sa baie principale soit surélevé de 2 m par rapport au niveau de la cour. Ses murs sont construits en appareil double, avec des blocs posés à sec et disposés en carreaux et boutisses. À l’extérieur, sur les longs murs gouttereaux et sur le mur nord-ouest, le parement des blocs est constitué de panneaux à bossage, avec des ciselures périmétrales irrégulières. Seuls les blocs de la façade sont soigneusement ravalés. Les blocs du parement interne sont de dimensions plus petites que ceux du parement externe. La chapelle était surmontée d’un entablement (composé d’une architrave à trois fasces et d’une gorge égyptienne faisant tout le tour du bâtiment) et peut-être couverte d’un toit en terrasse. Dans le secteur où son mur gouttereau nord-est longe une pièce attenante fermée de plan triangulaire (E. VI), elle surmonte la citerne qui appartenait aux installations du ier s. apr. J.-C. En plus de la porte principale, deux ouvertures sont aménagées dans le même mur nord-est, ce qui rappelle le schéma observé dans les temples hellénistiques d’Oumm el-Amed, près de Tyr (Dunand & Duru 1962) : la première ouverture est une porte secondaire de l’édifice ; la seconde, au fond du bâtiment, donne accès à la citerne. Le fond de la chapelle était peut-être déjà occupé par un adyton.

10Le décor architectural se concentre sur la façade de la chapelle. La porte monumentale est ornée d’un chambranle à trois fasces. Quatre guirlandes soutenues par trois têtes de bélier décorent la partie supérieure du linteau. Le linteau est surmonté d’une corniche composée d’un tore et d’une gorge égyptienne et ornée d’un disque solaire ailé entre des uraei, de palmettes de part et d’autre de ce motif et d’une couronne de laurier dans l’angle droit. À gauche et à droite de la porte monumentale, la façade est ornée de bas-reliefs martelés (peut-être par les chrétiens à l’époque protobyzantine) : à droite, un buste solaire radié est représenté de face ; à gauche, un personnage debout, de profil et à droite, vêtu d’une longue tunique et coiffé d’un bonnet conique, tient des objets qui ne sont plus identifiables, mais que l’on peut proposer de restituer d’après les représentations plus complètes de personnages semblables à Sidon et à Oumm el-Amed (sceptre à tête de bélier, cassolette, aiguière) ; son identification à un prêtre n’est pas assurée (cf. Gatier 2005b) ; le cartouche qui se détache à sa gauche n’a jamais reçu d’inscription gravée ; deux encensoirs sont représentés sous le buste radié de droite et le personnage de gauche. Dans l’ensemble, le temple du iie s. apr. J.-C. se présenterait donc comme un naiskos cubique monumentalisé se suffisant à lui-même, à l’image des édicules de tradition phénicienne, représentés par une série de niches cultuelles sidoniennes égyptisantes de l’âge du Fer II (Gubel 2002, p. 82-85, nos 71-75) et par les édicules monumentaux d’Amrit, à l’époque perse ou au début de l’époque hellénistique (Dunand & Saliby 1985).

11La seconde phase correspond à la période des derniers aménagements du sanctuaire païen. Elle est datée par les fouilleurs du iiie s. apr. J.-C., sans que l’on sache si cette datation repose sur des arguments archéologiques ou sur l’impression que l’attribution du statut colonial à Sidon sous Élagabal se serait accompagnée de la romanisation des sanctuaires sur le territoire de la cité. Quoi qu’il en soit, les constructeurs ont manifestement cherché à la fois à régulariser le sanctuaire et à donner une allure plus classique au temple dont les murs nord-ouest et sud-ouest forment l’angle du péribole. Le plan du sanctuaire n’est pas strictement géométrique. Son organisation témoigne cependant des efforts réalisés pour placer, à l’intérieur d’une même enceinte (A) et sur un même axe de direction nord-ouest/sud-est, le temple (C), une porte monumentale, une voie bordée de portiques et une tour (D). Les murs nord-ouest et sud-ouest du temple forment l’angle sud-ouest de l’enceinte. Au sud, le long mur du péribole se prolonge encore au-delà de la façade du temple sur environ 9 m, puis marque un décrochement pour rattraper le tracé de l’ancienne enceinte. Au nord, le long mur du péribole se confond en partie avec le mur d’une pièce attenante. Le mur oblique contre lequel s’appuie l’aile nord de la basilique protobyzantine marque peut-être la limite du sanctuaire vers le nord-est. L’espace délimité par l’enceinte (A) est couvert d’un sol en mortier. Dans l’axe médian du sanctuaire, une voie de 39 m de long conduit du temple à la tour. Aux deux tiers de sa longueur, elle est interrompue par un muret (emmarchement ou mur) dont la présence indique peut-être que le sanctuaire était divisé en plusieurs cours. Deux portiques à colonnade longeaient la voie axiale. Quelques bases de colonnes sont conservées dans le portique sud. Dans le mur de fond du portique nord, la présence d’emplacements de colonnes implique l’ouverture de cette installation au nord-est. Dans la partie ouest du sanctuaire, un système complexe de canalisations acheminait les eaux pluviales tombées du toit du portique nord et des pièces attenant au sanctuaire jusqu’à une citerne.

12Au cours de cette phase de réaménagement du sanctuaire, un portique d’ordre corinthien précédé d’un escalier extérieur de quatre degrés a été ajouté à la façade de la chapelle cubique. Son appareil est de moins bonne qualité et de plus petit module que celui de la cella. Le fait que le temple forme l’angle sud-ouest du péribole a conduit ses constructeurs à adopter une solution originale dans le pronaos. L’ante sud est pourvue d’une demi-colonne engagée latérale tournée vers le nord, tandis que l’extrémité nord de la colonnade est constituée d’un pilier à demi-colonne engagée placée en regard de la précédente (selon un dispositif original au Proche-Orient, mais attesté à Cyrène dès le iiie s. av. J.-C., puis à Dougga dans un temple romain dont le pronaos est lui aussi un élément adventice). Contrairement à ce que laisse supposer la restauration partielle d’H. Kalayan, il semble que le pilier nord marquait l’extrémité d’une ante. Le temple, dans son deuxième état, était donc plus probablement un distyle in antis qu’un tétrastyle prostyle. Le décor architectural du pronaos est beaucoup plus classique que celui de la chapelle qu’il précède. Les piliers et les colonnes monolithes du pronaos reposent sur des socles indépendants et des bases attiques. Ils supportent des chapiteaux corinthiens dont le type rappelle celui des chapiteaux du temple de Bacchus à Baalbek (54 B). L’architrave comporte trois fasces et une frise ornée d’un motif floral de feuilles d’acanthe. La corniche, connue par quelques fragments, est ornée d’une file de perles et de pirouettes surmontée d’un bandeau lisse. L’angle inférieur droit du fronton est orné d’une torsade et d’une frise convexe ornée de palmes alternantes.

13L’aménagement intérieur de la cella du temple est mal connu en raison des remaniements de l’édifice dans l’Antiquité tardive. Le sol d’origine a disparu, mais quelques blocs déplacés indiquent qu’il était dallé. D’après la présence d’un bloc formant un refend dans le mur sud-ouest du temple, l’adyton mesurait un peu plus du tiers de la longueur de la cella. Les petits chapiteaux et d’autres fragments architecturaux permettent d’y restituer un édicule à colonnettes d’ordre corinthien.

14Une tour (D) surélevée sur deux degrés s’élevait à l’extrémité est du sanctuaire. Ses quatre murs délimitent un espace fermé de 9,50 m sur 7,20 m. Tout comme ceux du temple, ils sont en partie intégrés dans le mur du péribole. Leur appareil diffère de celui du temple : bien qu’il soit régulier, il se compose de blocs grossièrement équarris et posés à sec sur une seule rangée, avec un léger bossage pour certains d’entre eux. Au sud-est, le mur le mieux conservé s’élève encore sur une hauteur de dix assises (7 m de haut). L’aménagement interne du bâtiment est en grande partie indéterminé, mais la présence de mortaises sur la paroi sud-est laisse supposer l’existence d’un étage. Située dans l’axe médian du temple auquel elle est reliée par une voie bordée de portiques, la tour est manifestement liée à l’organisation du sanctuaire païen dans son dernier état. Il pourrait s’agir d’un socle monumental destiné à porter un autel de plus petites dimensions au sommet afin d’exécuter des sacrifices en hauteur.

15Entre la fin du iiie s. et la fin du ve s. apr. J.-C., le sanctuaire romain, sans être détruit, cesse de fonctionner en tant que lieu de culte païen. Cette période de transition n’est pas documentée, mais la désaffection du site est probablement survenue au ive ou au ve s. apr. J.-C. À la fin du ve s. apr. J.-C., une basilique chrétienne à trois nefs est construite dans l’angle nord-est du temenos. Orientée à l’est, elle incorpore dans son angle sud-est le mur nord de la tour (D), elle-même transformée en pièce de service à l’intérieur du complexe ecclésiastique. Ses murs sont en grande partie bâtis avec des blocs provenant du portique de la cour (d’abord les corniches, puis les colonnes et les bases), de la tour (fragment mouluré, marche) et du temple (blocs à bossage, tuiles). Une inscription commémore la pose du tapis de mosaïque de la nef sud de l’église sous l’évêque sidonien André, représenté par son chorévêque, et sous le prêtre Thomas, en 490 ou plus probablement en 498 apr. J.-C. Dans ce contexte, les quatre pièces situées au nord du sanctuaire romain ont des fonctions domestiques et l’une d’entre elles (E. V) est rattachée au village. La pièce de service attenante au temple romain (E. VI) est pourvue d’une banquette aménagée à partir de blocs de ce bâtiment, tandis que la citerne voisine est comblée. Le temple, en partie détruit et démonté, a définitivement perdu sa fonction cultuelle. Les reliefs de sa façade ont pu être martelés par les premiers chrétiens. Comme l’indique la présence, dans la cella, du bassin de décantation d’un pressoir à vin et du contrepoids d’un pressoir à huile du vie s. apr. J.-C. (donc après la construction de la basilique), l’édifice est désormais inclus dans le système économique du village, jusqu’à l’abandon du site, au viiie s. apr. J.-C.

Village

16Le village forme un grand L autour de la zone cultuelle. D’après les vestiges visibles en surface, il s’étend sur une superficie d’environ 150 m sur 100 m. Limité au nord et à l’ouest par la nécropole (G), il comprenait au moins deux entrées, la première située à proximité de l’angle nord du temple romain, la seconde aménagée au nord de l’enceinte du sanctuaire. S’adaptant à la forme du terrain, qui s’élève progressivement vers le nord, il se compose de maisons accolées les unes aux autres selon une trame chaotique assez serrée. Il semble s’être agrandi entre le ier s. apr. J.-C. et la fin de l’Antiquité, sans plan préconçu.

17Dans le quartier situé entre le sanctuaire romain et la première huilerie (E. I) que l’on rencontre vers le nord, les ruelles très étroites s’entrecroisent en suivant parallèlement les terrasses ou en les traversant perpendiculairement, afin de faciliter l’accès aux maisons. La plus longue et la mieux étudiée est celle qui part de la zone cultuelle en suivant une direction sud-nord sur environ 40 m jusqu’à une huilerie (E. I) : à l’époque romaine, cette ruelle de largeur variable (de 1,05 m à 2,50 m) était simplement couverte de terre battue et deux trottoirs couraient le long des façades des maisons ; à l’époque protobyzantine, un dallage y a été posé, rehaussant le niveau du sol d’au moins 0,50 m. Pas moins d’une quinzaine de pièces de dimensions variables (de 9 m2 à 38 m2) s’agglutinent de part et d’autre de cette ruelle, couvrant une surface de 23 m sur 22 m (soit 500 m2). Regroupées en bloc, elles sont toutes construites de la même manière, en appareil double, avec un blocage interne de terre et de moellons. L’irrégularité du tracé de leurs murs confirme l’absence d’un plan préétabli pour l’ensemble du quartier. À l’époque romaine, les maisons à deux ou trois pièces dominent. Les pièces d’habitation présentent presque toujours un plan carré, sauf lorsqu’elles ont été divisées ou regroupées, sans doute pour répondre aux besoins des habitants. Elles comportent des entrées à un ou à deux battants et sont en grande majorité ouvertes vers le sud, pour éclairer l’intérieur le plus longtemps possible ; l’absence de vis-à-vis, remarquable, permet de préserver une certaine intimité. Les murs intérieurs des maisons étaient autrefois plâtrés. Ils ne présentent aucune trace de fenêtre. Soutenue par un pilier central, la toiture des pièces devait se composer de poutres et de solives couvertes de branchages. Une couche de terre battue y était tassée avec des rouleaux cylindriques pour en assurer l’étanchéité. Le toit pouvait servir de lieu de stockage ou d’atelier, mais la famille devait aussi y coucher lors de la saison chaude. Plusieurs maisons sont pourvues d’un four circulaire en argile.

18Au nord du sanctuaire, trois pièces paraissent plus liées à la zone cultuelle qu’au village. La première (E. V) est une pièce carrée dont la porte s’ouvrait à l’origine sur la cour du sanctuaire, avec un système à deux battants que l’on ne retrouve que dans le temple romain et dans la basilique. Le parement interne de ses murs conserve des traces d’enduit coloré (bleu et rouge). Son toit était dallé et recouvert d’un mortier mélangé à un cailloutis. On pouvait y accéder par un escalier. À l’époque protobyzantine, sa porte a été bouchée au sud et une nouvelle porte a été percée dans son mur est, du côté de la grande ruelle conduisant vers le nord. À l’est de la première pièce, deux autres pièces (E. XII-XIII) n’en formaient qu’une à l’origine, dont la porte s’ouvrait à l’ouest sur la même ruelle. Leur séparation d’avec le reste du village laisse supposer que ces pièces ont servi de salles annexes au sanctuaire romain avant d’entrer dans la propriété de l’église.

19Un corps de bâtiments isolé du village (F) occupe une terrasse située à 35 m à l’ouest et en contrebas du temple romain. Ses deux premières pièces sont construites dans la partie ouest de la nécropole (G) au iiie s. apr. J.-C., ce qui implique qu’à cette époque, certaines tombes doivent être abandonnées. Ensuite, d’autres pièces s’y ajoutent, ainsi qu’une grande huilerie, probablement aux ve-vie s. apr. J.-C.

20L’économie du village repose sur l’agriculture et sur l’élevage de chèvres, de moutons et de porcs, mais aussi sur la production d’huile, dont l’importance est attestée à Chhim par de nombreuses huileries. Cette dernière activité, la plus rentable de toutes, a peut-être permis de financer au moins partiellement la construction du sanctuaire romain, puis celle de la basilique protobyzantine, qui constituent les seuls ensembles monumentaux à caractère public repérables sur le site.

40. *Douweir

21Description, épigraphie : Renan 1864-1874, p. 675-677 ; Gubel 2002, p. 125, n° 122. Site non revu.

22À Douweir (370 m d’altitude), au sud-est de Tyr, E. Renan signale les ruines d’un site cultuel romain. On ne connaît du sanctuaire que la porte de son temple, qu’E. Renan a fait tailler pour la déplacer jusqu’au Musée du Louvre, où elle est toujours conservée. Ce monument se réduit aujourd’hui à une dalle calcaire. Il est orné d’une composition symétrique en bas-relief, à l’intérieur d’un cadre déprimé. De part et d’autre d’un palmier-dattier reposant sur un piédestal de forme pyramidale, deux taureaux s’affrontent, levant une de leurs pattes antérieures et tournant la tête vers le spectateur. La queue des deux animaux se retourne sur leur flanc, délimitant un espace circulaire rempli à gauche par une rosette et à droite par une boule à rayons en spirale. En arrière-plan se dressent les bustes de deux personnages vêtus de manteaux maintenus sur chacune de leurs épaules par une grosse fibule circulaire : celui de gauche, masculin, radié, tient une sorte de fouet ; celui de droite, féminin, couronné d’un croissant de lune, avec un second croissant derrière les épaules, tient une torche. Les deux personnages peuvent être respectivement identifiés à Sol et à Luna ou à Apollon et Artémis. Leur apparition manifeste l’aspect universel du pouvoir dévolu au titulaire du temple. Deux inscriptions sont gravées sur la porte : la première, dans le cadre au-dessus du relief, indique que le sanctuaire est consacré à Apollon et que le donateur de la porte du temple est le fils d’un intendant du commandant de la VIe légion Ferrata, cantonnée en Galilée à Carpacotna ; la seconde, dans le champ, de part et d’autre de l’arbre, permet de dater la donation du 16 Panémos de l’an 321 de l’ère tyrienne, soit 196 apr. J.-C.

41. *Yaroun

23Description : Renan 1864-1874, p. 680-682 ; Warren 1870c, p. 230. Site non revu.

24À Yaroun (780 m d’altitude), E. Renan signale un tell « où des restes notoirement chrétiens se mêlent à d’autres qui semblent provenir d’un temple païen » (chapiteaux corinthiens, blocs de frise).

42. Kadesh

25Architecture : Fischer, Ovadiah & Roll 1983a, 1983b, 1984a, 1984b, 1985a, 1985b, 1993a et 1993b (rapports préliminaires) ; Aviam 1985, Magness 1990 et Gawlikowski 1998a, p. 46 (observations complémentaires) ; Berlin & Herbert 2003 (bâtiment hellénistique du tell). Site non revu.

Épigraphie : Fischer, Ovadiah & Roll 1982 et 1986 (SEG 36, 1288-1291), Łajtar 1991 et Meimaris 1992, p. 60-65 (inscriptions du sanctuaire) ; SEG 8, 3 (Meimaris 1992, p. 64, n° 4) (épitaphe de la nécropole romaine) ; Ariel & Naveh 2003 (sceaux hellénistiques). Ex-voto : Mucznik & Ovadiah 2001 (statuette en bronze représentant une souris).

26Le site occupe les pentes d’un tell situé à l’ouest du lac Houlé. Son nom correspond à celui de l’agglomération antique de Kadasa, dont Flavius Josèphe précise qu’il s’agit d’« un village fortifié appartenant aux Tyriens et situé à l’intérieur des terres, toujours plein de haine et d’hostilité envers les Galiléens » (Guerre juive 4, 104-105). À l’époque romaine, l’usage local de l’ère de Tyr confirme que le bourg dépend de la cité phénicienne. Cette situation pourrait remonter à l’époque hellénistique, période au cours de laquelle un bâtiment à fonction administrative occupe le tell.

27Le sanctuaire romain, fouillé entre 1976 et le milieu des années 1980, est situé sur une colline à l’est du tell, non loin d’une nécropole. Il comprend un vaste temenos dont l’enceinte rectangulaire de 55 m sur 88 m (avec un décrochement dans l’angle sud-est), partiellement conservée, entoure un temple approximativement placé en son centre. Légèrement décalé vers le fond du temenos, le bâtiment fait face à une entrée monumentale. Il s’agit d’un temple hexastyle prostyle d’ordre corinthien d’une longueur de 31,25 m, apparemment dépourvu de podium, avec un pronaos comprenant six colonnes en façade et deux colonnes en retour et une cella rectangulaire dont les murs sont ornés de pilastres engagés à intervalles réguliers, sur leur parement extérieur (fig. 157).

Fig. 157. Kadesh (42) : plan au sol du temple.

Fig. 157. Kadesh (42) : plan au sol du temple.

D’après Fisher, Ovadiah & Roll 1984a, p. 150, fig. 3.

28En façade, l’ouverture principale de la cella est en léger décalage vers le nord par rapport à l’axe médian du temple. Le soffite de son linteau porte l’image d’un aigle éployé stylisé, au-dessus d’un rameau. M. Fischer, A. Ovadiah et I. Roll proposent de restituer une porte surélevée, à laquelle on accéderait par une volée d’escalier ou par une rampe. Les vestiges de telles installations n’ont pas été retrouvés et, comme le remarque M. Gawlikowski, il paraît plus vraisemblable de restituer une large fenêtre dont l’allège s’élèverait à un mètre du sol. Ce dispositif, que M. Aviam pense retrouver sur les monnaies d’Arca et d’Orthosie (Hajjar 1977, nos 193-194, pl. 71), offrirait la statue de la divinité aux regards des fidèles. De part et d’autre de l’ouverture médiane, la façade de la cella est percée de deux entrées latérales, dont la disposition est asymétrique et la largeur inégale. Un aigle éployé enserrant un foudre orne le linteau de la porte nord. Quatre ouvertures de dimensions plus réduites débouchent dans la cella sur quatre niches, une rainure permettant de faire s’écouler un liquide entre le pronaos et l’intérieur du temple. Un bas-relief pourrait illustrer le rite qui justifierait l’aménagement de cette installation originale : l’une des niches est ornée de l’image d’un homme debout, vêtu d’une toge, qui accomplit un geste de libation de la main droite.

29L’organisation interne de la cella est mal connue. Une abside semble y avoir été tardivement aménagée. M. Fischer, A. Ovadiah et I. Roll la supposent destinée à accueillir la statue du dieu, mais ce dispositif pourrait résulter de remaniements ultérieurs à l’abandon du temple. Par ailleurs, l’existence d’une ouverture (porte ou fenêtre) large de 3,82 m dans le mur latéral sud de cette pièce reste conjecturale. Enfin, le mode de couverture du bâtiment cultuel pose lui aussi un problème. En dépit de la largeur de la cella, M. Fischer, A. Ovadiah et I. Roll n’excluent pas que des poutres transversales en bois aient soutenu une toiture. Selon une autre hypothèse, la cella aurait été hypèthre et les fragments de tuiles en terre cuite découverts dans la zone du pronaos appartiendraient à la couverture de cette seule partie de l’édifice.

30D’après son décor architectural, le temple pourrait avoir été construit au iie s. apr. J.-C. Les inscriptions découvertes sur place et datées entre 117-118 et 285 apr. J.-C. confirment que le site est alors fréquenté. Elles n’invitent guère à attribuer le sanctuaire à Apollon, ni à lui attribuer un caractère oraculaire comparable à celui de Didymes (contra J. Magness). En 117-118 apr. J.-C., sous la surveillance de deux épimélètes, une association de dévots dessert le culte du dieu saint céleste (SEG 36, 1289). Sur les linteaux des portes du temple, l’apparition de deux aigles éployés manifeste la toute-puissance de cette divinité suprême.

43. Khirbet el-Harrawi

31Architecture : Guérin 1880, p. 363 (mention). Site non revu.

Épigraphie : Abel 1908, p. 574-575, n° 4, cf. Hölscher 1909, p. 149, et IGLS 11, p. 74 n. 69 (dédicace à Athéna) ; Hajjar 1977, n° 265 (dédicace au Jupiter héliopolitain).

32Sur le sommet du tell d’el-Harrawi (500 m d’altitude), à l’ouest du lac Houlé, V. Guérin signale les ruines d’un sanctuaire romain. Athéna est la déesse du lieu, comme l’indique la dédicace qui commémore la construction de la toiture du temple. De passage sur le site, le soldat Maron fils de Maron adresse une dédicace au Jupiter héliopolitain.

Table des illustrations

Titre Fig. 155. Chhim (39) : plan du site.
Crédits Dessin P. Piraud-Fournet 2009. D’après M. Puszkarski, dans Ortali-Tarazi & Waliszewski 2002b, p. 13, fig. 5.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1453/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 944k
Titre Fig. 156. Chhim (39) : le village (E) et le temple romain (C).
Crédits Photo J. Aliquot 2003.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1453/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 700k
Titre Fig. 157. Kadesh (42) : plan au sol du temple.
Crédits D’après Fisher, Ovadiah & Roll 1984a, p. 150, fig. 3.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1453/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 687k

© Presses de l’Ifpo, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540