Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

La Vie religieuse au Liban sous l'Empire romain

 | 
Julien Aliquot

Catalogue des lieux de culte

Liban-Nord

Full text

1. Beit Jallouk

1Architecture : Dussaud 1897, p. 308 (description) ; Krencker & Zschietzschmann 1938, p. 102-104, 275, 279, 283, 293, pl. 52 et 118, 37 (relevés en 1902, classement parmi les temples anciens) ; Deichmann 1939, p. 116, n° 7 (christianisation) ; Donceel 1966, p. 242-243 (travaux d’H. Kalayan dans les années 1960). Photos : Taylor 1971, p. 119-120 ; Blas de Roblès, Pieri & Yon 2004, p. 207 ; Nordiguian 2005, p. 220-225. Site revu.

Épigraphie : Dussaud 1897, p. 308 (marques lapidaires dans la crypte du temple) ; Seyrig 1961b (1985, p. 145-156), repris dans SEG 19, 881-885, cf. Milik 1967, p. 573 n. 4, pour le nom du prêtre Saizoubas (quatre dédicaces et une épitaphe d’époque romaine).

2Dans une vallée du Akkar, à 3 km au nord/nord-est de Qoubaiyat, près de la source de Nabaa Jallouk, le site (400 m d’altitude) est également appelé maqâm er-Rab, « sanctuaire du Seigneur ». Il se compose d’un sanctuaire entouré de tombes d’époque romaine. L’une de ses particularités est d’être construit en basalte, ce qui le distingue des autres sanctuaires libanais.

3Le mur de péribole du sanctuaire délimite une enceinte rectangulaire avec les longs côtés au nord et au sud. Au moins deux portes monumentales sont aménagées dans le mur est du péribole. Un temple ouvert au sud-est s’élève dans l’axe médian de la cour, en décalage vers le fond, à l’ouest (fig. 113-114). Il s’agit d’un édifice périptère pseudo-diptère sur podium, dont le fond de la cella est occupé par la plate-forme d’un adyton, au-dessus d’une crypte. Le podium du bâtiment comporte deux massifs indépendants, selon un procédé que l’on retrouve à Baalbek (54 A) ou à Bziza (9) : le premier massif, qui supporte la cella, devait être chemisé par un second massif supportant le stylobate périphérique. Le péristyle se composait d’une double rangée de six colonnes en façade, de six colonnes sur le petit côté postérieur et de onze colonnes sur les longs côtés, avec des travées de largeur inégale de part et d’autre de la grande travée centrale. Ses colonnes reposaient sur des piédestaux posés sur l’assise supérieure du podium. Elles étaient faites d’un assemblage de tambours de hauteur réduite, en raison des particularités du basalte local, dont on ne peut tirer de grands blocs. Les chapiteaux qui les surmontaient sont originaux. Seule leur partie supérieure est connue : elle se présente sous l’aspect inhabituel d’un gorgerin sans congé ni gorge surmonté d’un abaque quadrangulaire avec une moulure lisse en plan incliné ; sous chaque angle de l’abaque, la pointe d’une lourde feuille collée au gorgerin se recourbe vers l’extérieur ; sur chaque face, une mince guirlande ébauchée est suspendue entre les feuilles (fig. 115).

Fig. 113. Beit Jallouk (1) : le sanctuaire, vue de l’ouest.

Fig. 113. Beit Jallouk (1) : le sanctuaire, vue de l’ouest.

Photo J. Aliquot 2009.

Fig. 114. Beit Jallouk (1) : le temple, vue du sud.

Fig. 114. Beit Jallouk (1) : le temple, vue du sud.

Photo J. Aliquot 2009.

Fig. 115. Beit Jallouk (1) : chapiteau du temple.

Fig. 115. Beit Jallouk (1) : chapiteau du temple.

Photo J. Aliquot 2009.

4La cella présente un plan rectangulaire. Ses murs sont construits en appareil double avec quelques boutisses, sans scellement dans les joints. En façade, ils se prolongent par des antes. À l’arrière du bâtiment, ils sont décorés de pilastres angulaires. La porte principale de la cella n’est pas conservée (mais R. Donceel fait état de la découverte d’un linteau orné d’un aigle). Au sud, à gauche de l’entrée, la façade présente une petite porte menant probablement à une cage d’escalier. D. Krencker et W. Zschietzschmann proposent de restituer une autre cage d’escalier à droite de l’entrée.

5La cella conserve son dallage, la crypte voûtée et le premier degré de l’escalier menant à la plate-forme de l’adyton (fig. 116). Une porte donnait accès à la crypte au nord de l’escalier. D’après son emplacement, l’escalier menant au niveau supérieur de l’adyton était accolé à la plate-forme. À l’endroit où la plate-forme bute sur le mur gouttereau de la cella, un pilastre engagé indique l’existence d’une colonnade sur la façade de l’adyton. La découverte d’un petit chapiteau corinthien sur le site corrobore cette hypothèse.

Fig. 116. Beit Jallouk (1) : plate-forme de l’adyton.

Fig. 116. Beit Jallouk (1) : plate-forme de l’adyton.

Photo J. Aliquot 2009.

6Cinq inscriptions se rapportent à l’aménagement du sanctuaire et à l’organisation des cultes locaux. La plus ancienne indique que, grâce aux fonds sacrés, la construction d’un mur est réalisée dans les années 160 apr. J.-C., sous la surveillance du prêtre Saizoubas fils de Baréon et sous l’autorité de son fils Abiddaranès et d’Aboudemmos fils de Sabinus (SEG 19, 881). Dans un cartouche, sur un tambour de colonne, une seconde inscription fait état de nouveaux travaux sous la prêtrise et la curatèle de Sabinus, dit aussi Aboudemmos, fils de Sabinus (SEG 19, 882). Plus récents d’un siècle, trois autres textes émanent du prêtre Drusus : l’un d’eux est une dédicace à Athéna, probablement la divinité tutélaire du temple (SEG 19, 883) ; les deux autres, gravés sur deux faces du même socle, commémorent l’offrande de statues de Némésis et de Kairos Kalos (« l’Instant favorable »), en février 262 apr. J.-C. (SEG 19, 884).

7Le sanctuaire païen a visiblement été envahi par des maisons à une date indéterminée après sa désaffection. Selon D. Krencker et W. Zschietzschmann, une chapelle chrétienne se serait installée dans la cella du temple, avec son abside dans le pronaos. Il n’en reste aujourd’hui aucune trace.

2. Akroum

8Architecture : Tallon 1968, p. 56-61 (A-B). Photos : Taylor 1971, p. 140-143 (A-C) ; Nordiguian 2005, p. 218-219 (A-C). Site revu.

9Le site de la Qalaa surplombe le village moderne d’Akroum (1015 m d’altitude) d’une centaine de mètres. Il comprend trois temples d’époque romaine au milieu d’une agglomération antique très endommagée par des fouilles clandestines. Les deux premiers édifices sont compris dans un seul péribole dont le tracé et une porte monumentale sont encore reconnaissables au sud.

Temple nord (A)

10Au nord du site subsistent les ruines d’un petit temple tétrastyle prostyle ouvert à l’est. La découverte d’un chapiteau corinthien épannelé permet d’en identifier l’ordre. Dans son état actuel, le bâtiment présente plusieurs caractères originaux. Son portique est démesurément profond par rapport à la taille de l’édifice. Il comporte deux colonnes en retour reliées aux antes de la cella par un mur qui monte à la hauteur de leur premier tambour. À l’arrière du bâtiment, une chambre exiguë dans laquelle on pénètre par une baie couverte par un arc a été aménagée : ses murs, plus épais au sud et à l’ouest qu’au nord, sont construits dans un appareil différent de celui de la cella ; le mur de fond forme un angle rentrant dans l’angle nord-ouest du bâtiment. Toutes ces particularités semblent postérieures à l’utilisation de l’édifice comme temple.

Temple sud (B)

11Le second temple s’élevait au sud-ouest du premier et parallèlement à celui-ci. Plus imposant, ce bâtiment était lui aussi un tétrastyle prostyle, ouvert à l’est et pourvu d’un profond pronaos. Des dégagements récents révèlent qu’il s’élevait sur un haut podium (fig. 117). Le chapiteau de colonnette corinthien découvert devant sa façade pourrait appartenir à un édicule installé dans l’adyton plutôt qu’au pronaos lui-même.

Fig. 117. Akroum (2) : construction adventice entre la cella du petit temple (A), à droite, et le podium du grand temple (B), à gauche.

Fig. 117. Akroum (2) : construction adventice entre la cella du petit temple (A), à droite, et le podium du grand temple (B), à gauche.

Photo J. Aliquot 2009.

Temple nord-ouest (C)

12Au nord-ouest du site, un troisième temple, ouvert au sud-est, occupe le sommet de la Qalaa. On peut en identifier la cella, l’emplacement de l’adyton, la base du pilier de l’ante nord-est et plusieurs fragments de corniche moulurée.

3. *Mar Challita

13Description : Renan 1864-1874, p. 117 (El-lesbey) ; Fani 2004-2005 (ouadi Hilsban). Site revu.

14À 2 km au sud de Qoubaiyat (610 m d’altitude), dans la vallée du Ouadi Hasbane, l’église moderne de Mar Challita est bâtie avec des blocs en grand appareil appartenant peut-être au péribole et au temple d’un sanctuaire romain. Les éléments d’un pressoir antique, plusieurs monuments inscrits et un bloc orné d’une niche contenant l’image d’un porteur d’amphores en bas-relief sont exposés sur place.

4. Arca

15Architecture et archéologie : Thalmann 1978, 1990, 1998, 2000 et 2005. Site revu.

Histoire de la cité : Starcky 1971-1972 ; Aliquot 1999-2003, p. 239-241, 264-265.

Monnaies au type de Vénus : Hill 1910, p. 109, nos 6-7, pl. 13, 7-8 (Élagabal).

16Les résultats de la mission française de Tell Arqa confirment l’importance de ce site du Akkar à l’âge du Bronze. Un modeste sanctuaire de l’âge du Fer a été fouillé : accolé au rempart ouest du tell, il se compose de deux parties séparées qui comprennent chacune quelques pièces diposées autour d’une cour ; à l’ouest, une pièce de la première cour renferme un autel à cupules ; à l’est, la seconde cour est associée à des pièces adjointes à des installations hydrauliques et à une plate-forme en briques sur laquelle une figurine de déesse trônant a été trouvée en place.

17L’aspect de l’agglomération à l’époque hellénistique est indéterminé, mais on sait qu’une cité, Héraclée, y a été fondée et qu’elle existe toujours sous les Lagides. À l’époque augustéenne, Arca est vraisemblablement refondée sous le nom de Césarée du Liban par les dynastes ituréens du Liban-Nord. Sous l’Empire, la ville s’étend vers la plaine. La chronologie de ces aménagements est incertaine car les travaux archéologiques se concentrent sur les niveaux les plus anciens. Cependant, parmi les vestiges repérés en surface, des colonnes de granite qui ont roulé sur le versant sud-est du tell attirent l’attention. Bien que l’endroit d’où elles proviennent n’ait pas été fouillé, il est possible qu’elles appartiennent à un sanctuaire et que ce sanctuaire soit celui de la déesse de la ville, la Vénus Architis connue de Macrobe (Saturnales 1, 21, 1) et représentée sur les monnaies de la cité.

5. Ouadi Abou Moussa

18Description : Tallon 1972. Site non revu.

Épigraphie : Rey-Coquais 1972, p. 89-94 (SEG 26, 1652).

19Deux sanctuaires sont établis dans la vallée du Ouadi Abou Moussa, affluent du Nahr el-Bared.

Sanctuaire inférieur (A)

20Un petit temple à antes, ouvert à l’est (12,73 x 6,50 m) occupait le fond de la vallée (290 m d’altitude). Une seule porte permettait de pénétrer dans la cella (6,88 x 5,67 m) à l’origine. Une seconde porte a été percée dans l’ante nord lorsque le bâtiment a été remployé comme une étable et qu’une maison est venue s’accoler à ses antes.

Sanctuaire supérieur (B)

21Sur la rive gauche de la rivière, le promontoire de la Qalaa (« Forteresse ») domine la vallée, à 393 m d’altitude. Le chemin qui y monte conduit à un second sanctuaire. Il est jalonné d’installations rupestres dont certaines (un abri pour les fidèles de passage, un portique, une citerne) ont été aménagées par Diogénès et sa femme Diodota, à l’intérieur de l’enceinte sacrée, au début de l’année 184 apr. J.-C., comme le rappelle l’inscription gravée sur la falaise près d’une petite chapelle taillée dans le rocher. Des traces de l’enceinte et d’un seuil de porte seraient visibles sur la Qalaa. Sur le promontoire se trouve une citerne, peut-être celle du texte. Au sommet, trois salles sont creusées dans la roche. Au nord-est, au-delà du périmètre délimité par l’enceinte, on signale également des tombes rupestres. M. Tallon pense pouvoir distinguer deux états dans les vestiges repérés sur place : à l’époque de la dédicace, les aménagements de la Qalaa seraient associés au sanctuaire inférieur ; à l’époque protobyzantine, l’abri aurait été transformé en un pressoir à olives, tandis qu’une citerne aurait été ajoutée à l’installation.

6. Sfiré

22Architecture : Krencker & Zschietzschmann 1938, p. 20-34, pl. 12-18, 117, 6 et 118, 36 (A-D, relevés en 1902) ; Donceel 1966, p. 240-241 (travaux d’H. Kalayan dans les années 1960) ; Collart & Coupel 1977, p. 63-64, 86 (B), 73-74 (E), 75-76 (C-D) ; Dentzer 1990, n° 3 (D). Photos : Taylor 1971, p. 118, 157-161 ; Blas de Roblès, Pieri & Yon 2004, p. 202-205 ; Nordiguian 2005, p. 206-217. Site revu.

Épigraphie : Rey-Coquais 2009 et Yon 2009b (dédicaces du sanctuaire A-C).

23Dans la vallée d’un affluent du Nahr el-Bared, sur la rive gauche, Sfiré et ses environs conservent les ruines de quatre sanctuaires. Depuis le village, où se trouve un premier sanctuaire (F), une route grimpe jusqu’à un vaste site cultuel (A-C), lui-même surmonté de deux autres sanctuaires plus modestes (D-E).

Grand sanctuaire (A-C)

24Le sanctuaire occupe une terrasse au pied du Qornet Hosn el-Aatiq, à 1200 m d’altitude. On jouit là d’une vue panoramique sur Tripoli et sur la région boisée de Sir ed-Daniyé, au-dessus des gorges du Ouadi Qatine, au sud, et des terrasses de la vallée du Ouadi Abou Moussa, au nord. Quelques vestiges indiquent que le site aurait accueilli une basilique chrétienne et une bourgade fortifiée, d’où il tirerait son appellation de Hosn, « Forteresse ». Trois édifices cultuels d’époque romaine (A-C) s’y regroupent à l’intérieur du même péribole (fig. 118).

Fig. 118. Sfiré (6) : le grand sanctuaire (A-C), vue depuis le haut-lieu de la terrasse intermédiaire (D).

Fig. 118. Sfiré (6) : le grand sanctuaire (A-C), vue depuis le haut-lieu de la terrasse intermédiaire (D).

Photo J. Aliquot 2009.

25Le grand temple (A) se distingue comme le plus imposant de tous. Il a dû être conçu à l’origine comme un bâtiment périptère pseudo-diptère sur podium, ouvert à l’est, avec un pronaos tétrastyle, un péristyle composé de six colonnes en façade et onze colonnes sur chacun des longs côtés et une cella au fond de laquelle s’élevait la plate-forme d’un adyton pourvu d’une crypte. Cependant, son podium, fait de blocs mégalithiques, n’a pas été prolongé jusqu’aux murs d’échiffre de l’escalier et, comme les blocs du stylobate sont bruts de taille, il est impossible que les colonnes du pronaos et celles du péristyle s’y soient un jour élevées. Seule la cella a donc été réalisée. Elle s’élève sur une base attique en grande partie à l’état d’ébauche. Conservés presque partout sur une hauteur de huit assises, ses murs sont construits en appareil simple avec des blocs de grand appareil, voire mégalithiques (certains d’entre eux mesurant jusqu’à 3 m de long). En façade, ils sont prolongés par des antes, auxquelles correspondent des pilastres angulaires à l’arrière du bâtiment, et sont ornés de six pilastres engagés sur chacun des longs côtés, de deux pilastres engagés dans le mur postérieur du temple et d’un bandeau saillant horizontal, à hauteur d’homme.

26Une large baie axiale et une petite porte latérale donnent accès à la cella. À gauche de l’entrée principale, une seconde porte latérale conduit à une cage d’escalier et aux parties hautes du bâtiment. Sur le portail, restauré par H. Kalayan, seul le décor du linteau et de ses deux consoles latérales est achevé ; un aigle en haut-relief se détache au milieu du linteau. À l’intérieur de la cella, le dallage pourrait n’avoir jamais été posé. Les murs de la pièce sont ici aussi ornés de pilastres engagés et d’un bandeau saillant horizontal. Les pilastres forment sept travées depuis le mur d’entrée jusqu’au mur de fond.

27La plate-forme de l’adyton occupe les trois dernières travées de la cella (fig. 119). Deux escaliers sont intégrés dans son massif, l’un plus large, au centre, et l’autre plus étroit, à gauche, tandis qu’une porte latérale donne accès à la crypte, à droite. Les socles engagés qui s’appuient sur la plate-forme sont les seuls éléments conservés au niveau supérieur.

Fig. 119. Sfiré (6) : la plate-forme de l’adyton du grand temple (A).

Fig. 119. Sfiré (6) : la plate-forme de l’adyton du grand temple (A).

Photo J. Aliquot 2009.

28Une inscription gravée sur le long mur nord du temple commémore la construction de ce mur et du mur en élévation au-dessus de la petite porte latérale droite de la façade, en l’an 283-284 apr. J.-C. Le travail a été réalisé sous la responsabilité de trois diocètes et par les soins d’un maître d’œuvre et de deux tailleurs de pierre. Le texte précise le métrage de pierre en linéaire utilisé à cette occasion (Yon 2009b, p. 198-203, fig. 6) : Οἰκοδομήθη ἡ πλευ|ρὰ αὑτὴ τοῦ ναοῦ καὶ | τὸ ἐπάνω τῆς θύρας | τῆς (μ)ικκῆς, διὰ τοῦ | εϙφʹ ἔτους, αἷς ὤνη|σαν πή(χεις) χιλίους | ἑξήκοντα, [Ἀρ]ι̣στων|ᾶ, Διοδώρου καὶ Σιλανοῦ | διοηκητῶν,| πόδες χιλίους ἑβδομή|κοντα, « Cette aile du temple et ce qui surmonte la petite porte a été construit, au cours de l’année 595, pour lesquels on avait besoin de 1600 coudées (de pierre), Aristonas, Diodoros et Silanos étant diocètes ; 1700 pieds. » La mention deux mesures et le changement d’unités (coudées, puis pieds) demandent encore à être expliqués. Sur le même bloc est gravée une seconde inscription : Ὑπὸ Γ̣α̣[ίου οἰ]|κοδόμου | καὶ Βεννί[ο]|υ καὶ Πουπ[λ]|ίου λατόμων, « (réalisé) par les soins de Gaius, architecte, et de Vennius et Publius, tailleurs de pierre. »

29Le second temple (B) s’élève à peu près parallèlement au grand temple (A), à environ 3,50 m au nord. Ce bâtiment distyle in antis, ouvert à l’est et d’ordre ionique, avec un pronaos très profond et une cella dallée pourvue d’un adyton surélevé, ne repose sur aucun podium. Un escalier de six marches a toutefois été accolé à sa façade, peut-être pour compenser la dénivellation du terrain. Une grande porte axiale et une petite porte latérale à droite donnent accès à la cella au fond de laquelle s’élève encore la plate-forme de l’adyton (fig. 120).

Fig. 120. Sfiré (6) : la cella et la plate-forme de l’adyton du petit temple (B).

Fig. 120. Sfiré (6) : la cella et la plate-forme de l’adyton du petit temple (B).

Photo J. Aliquot 2009.

30Plusieurs particularités ont incité D. Krencker et W. Zschietzschmann à dater la construction du temple au début de l’époque impériale : la profondeur du pronaos, l’absence de podium et de pilastres d’angle à l’arrière du bâtiment et l’aspect peu classique du décor ornemental (à l’exception de la base attique et du chapiteau de la colonnade). P. Collart et P. Coupel (1977, p. 86, pl. 53, 3) font état d’autres caractéristiques sans confirmer ni infirmer la datation de leurs prédécesseurs : le sol de la cella est entouré d’une bordure ; à l’intérieur du pronaos et à nouveau à l’intérieur de la cella, deux emplacements dallés quadrangulaires étaient peut-être destinés à accueillir des autels (sans doute semblables à celui, orné d’un buste féminin sur une face et d’un buste masculin radié sur une autre, qui a été découvert à l’intérieur du bâtiment).

31En contrebas du bâtiment cultuel, la cour conserve son dallage. À environ 6,50 m du temple, légèrement désaxé par rapport à celui-ci, se dresse un autel d’environ 2 m de côté assez semblable à celui qui se trouve devant la tour de Qalaat Faqra (31 A) : sur un massif quadrangulaire repose un socle couronné par une mouluration arrondie, puis le dé de l’autel, constitué de trois assises, et enfin la corniche ornée d’une gorge égyptienne reposant sur un tore (Collart & Coupel 1977, p. 63-64, pl. 53). C’est à proximité de cet autel qu’a été découvert l’autel votif portant une inscription grecque dont le seul terme assuré est l’ethnique d’Héliopolis (Yon 2009b, p. 193). Bien qu’il ne se prononce pas sur la lecture du texte, H. Seyrig (1939a, p. 441, repris en 1985, p. 142) paraît attribuer le temple de Sfiré au Jupiter héliopolitain. Y. Hajjar (1977, p. 263, n° 224) est aussi de cet avis. S’il fallait effectivement lire le nom du dieu de Baalbek, ce dernier pourrait n’être que l’hôte occasionnel du sanctuaire.

32Un troisième édifice cultuel (C) s’élevait à l’est et en contrebas du grand temple (A). On distingue ses deux états. À l’origine, l’édifice était constitué d’une pièce hypèthre d’environ 6 m de côté, posée sur deux degrés, avec des pilastres aux quatre angles. Sur le côté nord, une porte permettait d’accéder à une cour intérieure au milieu de laquelle se dressait un monument à colonnettes invisible de l’extérieur. Les blocs du socle mouluré de ce monument présentent la trace des supports d’un baldaquin probablement destiné à abriter une statue cultuelle. Plusieurs fragments de colonnes et d’entablement ionique peuvent s’y rapporter. Il est inutile de restituer une couverture pyramidale au-dessus de l’édicule, comme le proposent D. Krencker et W. Zschietzschmann. Dans un second temps, un bâtiment plus récent est venu englober l’édifice ancien. Le dégagement de ses ruines par H. Kalayan permet de corriger les propositions de D. Krencker et W. Zschietzschmann, qui le décrivaient comme un temple à antes sur podium ouvert au nord. Le bâtiment le plus récent était une enceinte à ciel ouvert, de 16,82 m de long sur 10,10 m de large.

33Le linteau de la porte de l’édifice ancien a été remployé avec la même fonction dans la construction récente et inscrit en grec : sa dédicace, probablement postérieure à 212 apr. J.-C., permet d’attribuer le bâtiment cultuel à une grande déesse qualifiée de κυρία, « maîtresse, Dame » (Yon 2009b, p. 194-197). Une autre dédicace, sur un bloc d’entablement appartenant au bâtiment récent, est adressée à la même divinité, ici appelée Aphrodite céleste (Rey-Coquais 2009, p. 230-232).

Sanctuaire de la terrasse intermédiaire (D)

34À environ 20 m au-dessus du grand sanctuaire, vers le sommet du Qornet Hosn el-Aatiq, une terrasse (fig. 121-122) a été aménagée pour accueillir, à l’intérieur d’une enceinte accessible par une porte à l’ouest, un monument semblable à celui qui était englobé dans le bâtiment cultuel C. Il s’agit d’un socle mouluré d’environ 3 m de côté, reposant sur un soubassement à deux degrés et surmonté d’un édicule entouré d’un péristyle comptant en tout douze colonnes (quatre sur chaque côté). Un autel lui faisait face.

Fig. 121. Sfiré (6) : l’enceinte du sanctuaire de la terrasse intermédiaire (D).

Fig. 121. Sfiré (6) : l’enceinte du sanctuaire de la terrasse intermédiaire (D).

Photo J. Aliquot 2009.

Fig. 122. Sfiré (6) : la plate-forme du sanctuaire de la terrasse intermédiaire (D).

Fig. 122. Sfiré (6) : la plate-forme du sanctuaire de la terrasse intermédiaire (D).

Photo J. Aliquot 2009.

Sanctuaire du sommet (E)

35Les vestiges d’un sanctuaire de haut-lieu occupent le sommet du piton qui domine les autres sanctuaires, à 1345 m d’altitude. Il ne reste plus que l’angle sud-ouest d’un massif de fondation reposant sur la roche. Ce massif supportait un monument à colonnettes posé sur une plate-forme, de 2,93 m de long sur 2,81 m de large. Selon P. Collart et P. Coupel (1977, p. 73-74), la restitution du couronnement pyramidal de l’édicule, proposée par D. Krencker et W. Zschietzschmann, doit être écartée.

Temple du village (F)

36Un temple, inconnu de D. Krencker et nommé Beit el-Kébir, occupe la partie nord du village moderne de Sfiré (1020 m d’altitude). H. Kalayan a fait dégager ses fondations, son podium et les premières assises de sa cella (fig. 123). Le bâtiment s’ouvre à l’est. La cella conserve des traces de l’installation de la plate-forme de l’adyton.

Fig. 123. Sfiré (6) : le temple du village (F).

Fig. 123. Sfiré (6) : le temple du village (F).

Photo J. Aliquot 2009.

7. *Amioun

37Description : Nordiguian & Voisin 1999, p. 365. Photos : Taylor 1971, p. 112. Site revu.

38L’église Saint-Georges remploie les blocs d’un sanctuaire romain.

8. Ain Aakrine (Qsar Naous)

39Architecture : Renan 1864-1874, p. 135-136 (description sommaire) ; Krencker & Zschietzschmann 1938, p. 8-19, 279, 282, 285, pl. 5-11 et 117, 7 et 4 (relevés en 1902, classement dans le groupe des temples récents) ; Donceel 1966, p. 238, pl. 8-9 (fouilles et restaurations d’H. Kalayan dans les années 1960, mention d’un bâtiment à portiques et d’inscriptions inédites) ; Collart & Coupel 1977, p. 76 (mention d’un édicule à colonnettes inédit). Photos : Taylor 1971, p. 114-117 ; Nordiguian 2005, p. 200-205. Site revu.

40Les abords d’Ain Aakrine (700 m d’altitude), à l’est/sud-est d’Amioun, conservent les vestiges d’une nécropole, d’une zone d’habitat antique et de deux sanctuaires assez semblables par leur taille et leur aspect. Les ruines occupent une terrasse aménagée au bord d’un promontoire rocheux d’où la vue porte sur les reliefs vallonnés de la Koura tripolitaine et, au-delà, jusqu’à la mer.

Sanctuaire ouest (A)

41L’enceinte du sanctuaire forme un quadrilatère dont l’axe médian suit une direction est/ouest, avec les longs murs au nord et au sud. Contrairement au mur nord, dressé avec de petits blocs à bossage, les autres murs sont construits en appareil à double parement avec des blocs de très grand appareil, voire mégalithiques pour ceux dont la longueur atteint plus de 5 m (fig. 124). Le mur oriental, le mieux conservé de tous, est percé en son milieu d’un grand portail aux jambages monolithes taillés en gradins pour être liés aux blocs du mur d’enceinte, et, au nord, d’une petite porte latérale. Le long mur sud paraît comporter une autre entrée. À l’intérieur de la cour, le terrain a été aplani, mais des affleurements rocheux émergent encore au-dessus du niveau du sol.

Fig. 124. Ain Aakrine (8) : l’angle sud-est du péribole du sanctuaire ouest (A).

Fig. 124. Ain Aakrine (8) : l’angle sud-est du péribole du sanctuaire ouest (A).

Photo J. Aliquot 2008.

42Le temple s’élevait dans l’axe médian et au fond de la cour. Il n’était conservé qu’au niveau des deux premières assises du podium au début du xxe s. Dans l’ouvrage de D. Krencker et W. Zschietzschmann, O. Puchstein le restitue comme un édifice sur podium, ouvert à l’est, de plan tétrastyle prostyle et d’ordre corinthien, avec un pronaos pourvu de deux colonnes en retour et une cella dont la partie antérieure était occupée par la plate-forme d’un adyton.

43Le tympan du fronton oriental est orné du buste en haut-relief de Sol vêtu de la chlamyde et émergeant d’un calice de feuilles. Contrairement à ce qu’indiquent D. Krencker et W. Zschietzschmann, ce détail ne permet pas d’attribuer le sanctuaire à Hélios : comme le remarque H. Seyrig (1939a, p. 442, repris en 1985, p. 143), Sol, ici comme ailleurs (101), était probablement accompagné de Luna sur l’autre tympan, l’apparition des deux luminaires manifestant la toute-puissance du titulaire du temple, conçu comme une divinité cosmique.

Sanctuaire est (B)

44Le second sanctuaire est situé au sud-est du premier, vers le haut de l’escarpement rocheux. Son temple, dégagé et restauré par H. Kalayan, est en meilleur état que son voisin, puisque ses murs gouttereaux s’élèvent par endroits jusqu’au niveau de l’architrave (fig. 125). En revanche, l’enceinte du temenos est bien moins conservée. Seule la porte principale, à l’est, reste en place, en position axiale par rapport au temple. Constituée de jambages monolithes taillés en gradins pour être liés aux murs du péribole, elle est ornée de l’ébauche d’un rinceau.

Fig. 125. Ain Aakrine (8) : le temple du sanctuaire est (B).

Fig. 125. Ain Aakrine (8) : le temple du sanctuaire est (B).

Photo J. Aliquot 2008.

45Le temple est un édifice sur podium ouvert à l’est, de plan tétrastyle prostyle, dont le pronaos comporte deux colonnes en retour, la cella renferme la plate-forme d’un adyton et l’ordre corinthien intègre des motifs égyptisants. De manière originale, l’escalier autrefois accolé au podium était encadré par des parapets inclinés. Les murs de la cella sont dressés en appareil double, avec des assises de hauteur inégale, avec une première assise en débord. En façade, ils se prolongent par des antes très courtes. À l’arrière du bâtiment, ils sont ornés de pilastres d’angle. Le mur de façade présente une grande baie centrale, dont le linteau était orné d’un disque solaire ailé. À gauche, une étroite porte latérale ouvre sur une cage d’escalier. Un dispositif semblable existait peut-être aussi à droite de la porte principale.

46Une succession de pilastres engagés dans les murs gouttereaux du temple divise l’espace intérieur de la cella en six travées d’égale longueur. Ces pilastres reposent sur des bases attiques et sont couronnés de chapiteaux. Une première salle de plan approximativement carré occupe les quatre premières travées, tandis que la plate-forme de l’adyton s’élevait au fond de l’édifice. Dans les troisième, quatrième et cinquième travées, ils alternent avec des niches rectangulaires ou cintrées reposant chacune sur une console ornée d’une gorge égyptienne.

47La plate-forme de l’adyton s’élève à 1,80 m au-dessus du sol de la cella. De part et d’autre de l’escalier intégré dans sa façade, deux portes étroites et basses auraient conduit à une petite crypte. Au niveau supérieur, le fait que l’ordre intérieur de la cella englobe également la plate-forme de l’adyton laisse supposer qu’un édicule s’élevait en avant du mur de fond. Il faut sans doute rapporter à cet édicule la base attique et le fragment d’un fût de colonnette ionique avec des rudentures dans les cannelures qui ont été découverts dans la partie postérieure du temple.

48Après la désaffection du sanctuaire païen, à une époque indéterminée, l’escalier du temple a été démonté et sa colonnade fermée par une barrière (peut-être celle d’un chancel) dont on voit les traces d’installation sur la base d’une colonne. Au nord et à l’ouest du temple, les bâtiments (que R. Donceel suggère de rapporter à des habitations conventuelles) et les pressoirs installés à l’intérieur du péribole témoignent également des transformations du site cultuel depuis la fin de l’Antiquité (fig. 126).

Fig. 126. Ain Aakrine (8) : habitat et installations artisanales à l’intérieur du péribole du sanctuaire est (B), au nord du temple.

Fig. 126. Ain Aakrine (8) : habitat et installations artisanales à l’intérieur du péribole du sanctuaire est (B), au nord du temple.

Photo J. Aliquot 2008.

9. Bziza

49Architecture : Renan 1864-1874, p. 134-135 ; Krencker & Zschietzschmann 1938, p. 4-7, 296, pl. 3-4 et 117, 9 (relevés en 1902, classement parmi les temples anciens) ; Kalayan 1971, p. 271 (podium, dessins architecturaux gravés sur les murs de la cella) ; Dentzer-Feydy 1989, p. 469 (chapiteau) ; Nordiguian & Voisin 1999, p. 375-376 (église). Photos : Taylor 1971, p. 31, 113 ; Nordiguian 2005, p. 192-199. Site revu.

50Entre Amioun et Douma, le village (410 m d’altitude) conserve les ruines d’un petit temple transformé en église (Saydet-Aouamid, Notre-Dame-des-Colonnes). Il s’agissait d’un édifice tétrastyle prostyle, d’ordre ionique, ouvert au nord-ouest (fig. 127). Les dégagements d’H. Kalayan révèlent que le bâtiment s’élevait sur un podium (fig. 128), contrairement à ce que pensaient D. Krencker et W. Zschietzschmann. Ce soubassement à la base finement moulurée est peut-être indépendant du massif sur lequel repose la cella, comme à Baalbek (54 A) et à Beit Jallouk (1). L’escalier du temple a été démonté. Le pronaos, mieux conservé, est encadré par des antes très courtes auxquelles répondent des pilastres angulaires à l’arrière du bâtiment. La finition de son décor est remarquable. Sur les bases attiques s’élèvent des fûts non cannelés, monolithes (à l’exception de la colonne d’angle nord), couronnés par un chapiteau ionique apparenté à un type que l’on trouve en Asie Mineure et en Syrie à partir du iie s. apr. J.-C. La façade de la cella s’ouvre sur une grande baie au centre et sur une petite porte latérale à un seul battant à gauche. Les jambages de la porte principale présentent une mouluration habituelle à trois fasces. Le décor du linteau et de l’entablement est finement réalisé (architrave-frise à trois fasces ornée d’un riche décor végétal, corniche à modillons aux angles de laquelle s’élancent deux petites Victoires en position diagonale, larmier corinthien). Sur la porte latérale, les jambages ne présentent que deux fasces. Le linteau est orné d’une frise en relief et d’un larmier corinthien.

Fig. 127. Bziza (9) : le temple.

Fig. 127. Bziza (9) : le temple.

Photo J. Aliquot 2008.

Fig. 128. Bziza (9) : le podium du temple.

Fig. 128. Bziza (9) : le podium du temple.

Photo J. Aliquot 2008.

51La cella se compose d’une première pièce à peu près carrée et d’un adyton. Ses murs sont construits en appareil double, contrairement aux antes du pronaos. Son entablement, conservé au-dessus de la grande porte d’entrée, se prolongeait probablement tout autour du bâtiment. À l’intérieur, chacun des murs gouttereaux est orné de deux niches, la première en forme de conque, la seconde rectangulaire (fig. 129). Devant ces niches, des colonnettes, posées sur une large console au profil en doucine droite, supportaient respectivement une architrave simple et une archivolte à trois fasces. Au fond du temple, la plate-forme de l’adyton est reconnaissable à la présence, dans le mur gouttereau ouest, de deux pilastres à base attique, à 1,66 m au-dessus du niveau du sol de la cella. D’après leurs proportions, ces pilastres appartiennent à un édicule. La saignée et la mortaise visibles dans le pilastre antérieur indiquent que la façade de l’adyton était close au moyen d’une barrière. On peut en déduire que l’escalier de l’adyton n’était pas intégré dans la plate-forme, mais qu’il était accolé à cette construction.

Fig. 129. Bziza (9) : le mur gouttereau ouest de la cella, à l’intérieur du temple.

Fig. 129. Bziza (9) : le mur gouttereau ouest de la cella, à l’intérieur du temple.

Photo J. Aliquot 2008.

52Au Moyen Âge, le temple a été transformé en église. Son portique a été muré, une seconde porte a été percée dans son mur occidental et la plate-forme de l’adyton a été démontée. Une fois le mur de fond détruit ou démonté, deux absides orientées à l’est ont été bâties et des piliers destinés à supporter la voûte de la nef ont été installés devant les murs du temple.

10. *Boqsmaya

53Photos : Wardini 2002, p. 47 ; Nordiguian 2005, p. 190-191. Site revu.

54À Boqsmaya (420 m d’altitude), dans la vallée du Nahr el-Jaouz, des blocs appartenant peut-être à un sanctuaire romain sont remployés dans la chapelle médiévale accolée à l’église moderne de Mar Sémaan.

11. *Asia

55Architecture : Chebli 1901, p. 590 ; Nordiguian 2005, p. 185 (photos). Site revu.

56Le cimetière du village (800 m d’altitude) conserve des éléments architecturaux appartenant peut-être à un sanctuaire romain : linteau de porte monumentale (fig. 130), tambours de colonnes, mur en moyen appareil.

Fig. 130. Asia (11*) : blocs remployés à l’entrée du cimetière.

Fig. 130. Asia (11*) : blocs remployés à l’entrée du cimetière.

Photo J. Aliquot 2009.

12. Hardine

57Architecture : Renan 1864-1874, p. 139 (mention) ; Chebli 1901, p. 590 (description rapide) ; Donceel 1966, p. 239 (fouilles de Y. Hajjar dans les années 1960, restauration d’H. Kalayan en 1973) ; Yasmine 2009, p. 121-134 (relevés en 2005, plans et restitution hypothétiques). Photos : Taylor 1971, p. 136-139 ; Nordiguian 2005, p. 188-189. Site revu.

Épigraphie : Ghadban 1978, p. 246 (sigle MER et étoile, dans les carrières sud-ouest).

58Sur la rive droite du Nahr el-Jaouz, le site d’el-Qasr, « le Fort », occupe l’éperon du Qorn Hardine (ou Qorn Niha), à 1460 m d’altitude. Il comprend un sanctuaire d’époque romaine, sur le sommet, et des carrières antiques, au sud-est et au sud-ouest. D’autres constructions ont été repérées sur le site et aux alentours, mais leur fonction et leur datation sont incertaines : dans l’angle nord-ouest du temenos du sanctuaire, un mur passant sous le côté sud-ouest du péribole pourrait appartenir à un bâtiment antérieur au temple romain et à son enceinte ; dans l’angle sud-est du temenos, des bâtiments ont été dégagés et ils sont parfois attribués à un monastère et à une église du Moyen Âge ; sur la colline face au site cultuel, à 200 m au sud, une construction de plan rectangulaire (5,70 x 5 m) est arbitrairement identifiée à un autel et datée de l’époque hellénistique.

59Le mur de péribole du sanctuaire romain est conservé sur les deux côtés sud-ouest et sud-est. Il délimite un temenos ouvert au sud-ouest, dont le plan forme un carré approximatif de 60 à 63 m de côté et dont l’axe médian suit une direction nord-est/sud-ouest. L’angle sud-est de l’enceinte se confond avec le rocher aménagé au bord du précipice. Le temple s’élevait dans l’axe médian et au fond de la cour. Il s’agissait d’un édifice sur podium de 16,80 m sur 27,90 m, ouvert au sud-ouest, de plan périptère pseudo-diptère et d’ordre ionique, entouré d’une double rangée de six colonnes en façade, de six colonnes sur le petit côté postérieur et de onze colonnes sur les longs côtés (fig. 131). Le dégagement de la cella a révélé la plate-forme de l’adyton avec son escalier intégré.

Fig. 131. Hardine (12) : le podium et le péristyle (restauré) du temple.

Fig. 131. Hardine (12) : le podium et le péristyle (restauré) du temple.

Photo J. Aliquot 2008.

60À une époque probablement postérieure à la désaffection du sanctuaire païen, le péristyle du temple a fait l’objet de transformations : sur sa façade et dans les angles adjacents, des saignées ont été taillées dans les tambours et les bases des colonnes pour accueillir les piédroits et les linteaux de portes à moulures lisses. La fermeture du péristyle pourrait témoigner de l’usage du pronaos comme d’un narthex et, partant, de l’aménagement d’une église chrétienne orientée au nord-est à l’intérieur du temple païen. Ces transformations ne sont pas datables dans l’état actuel de nos connaissances, mais elles pourraient être contemporaines des bâtiments construits dans l’angle sud-est du temenos.

13. *Bchaalé

61Architecture : Renan 1864-1874, p. 253, et Chebli 1901, p. 589 (descriptions sommaires) ; Ghanimé-Marion 2007 (plan du site, relevés sommaires, étude céramologique par D. Pieri). Photos : Nordiguian 2005, p. 186-187. Site revu.

62Le site de Qalaat el-Hosn occupe les abords d’un piton rocheux, à 2 km au nord de Bchaalé, sur la rive gauche du Nahr el-Jaouz. Il comprend des carrières et une agglomération antiques. Le matériel relevé en surface atteste l’occupation du site aux époques hellénistique (à partir de la seconde moitié du iie s. av. J.-C.), romaine et protobyzantine. Quelques blocs isolés (merlons, chapiteau corinthien, éléments d’entablement, tambours de colonnes, fragments d’autels votifs) appartiennent probablement à un sanctuaire d’époque romaine.

14. Maad

63Architecture : Renan 1864-1874, p. 240-243 (description sommaire) ; Chéhab 1946-1948, p. 165-166, et Donceel 1966, p. 237 (restaurations, sondages) ; Donceel-Voûte 1988, p. 393-394 (église) ; Chausson & Nordiguian 1996 (synthèse) ; Nordiguian & Voisin 1999, p. 395-396 (église, synthèse). Photos : Nordiguian 2005, p. 184. Site revu.

Épigraphie : Chausson & Nordiguian 1996 (SEG 46, 1781-1784).

64Au nord de Maad (510 m d’altitude), l’église Saint-Charbel (Mar Charbel) occupe une colline artificielle dominant la vallée du Ouadi Madfoun, face à la forteresse de Smar Jbeil. Le bâtiment s’élève sur le site d’un sanctuaire romain dont il remploie en partie les blocs. Son pavement recouvre le dallage antique, qui surmonte lui-même une grande citerne. À l’intérieur, les seuls blocs attribuables à l’époque romaine sont les quatre chapiteaux ioniques et les deux chapiteaux doriques qui surmontent les colonnes de la nef. Un seuil de porte de 3 m de large, apparemment en place, a été dégagé, immédiatement derrière l’abside centrale.

65Des inscriptions sont entreposées dans le porche de l’église. Bien que l’on ne connaisse pas le contexte de leur découverte, il est vraisemblable qu’elles concernent le sanctuaire local. Trois textes votifs mentionnent un grand dieu cosmique ainsi que le dieu Satrapès et le dieu Ourounès (ou Ouronos) d’Osmoda.

15. *Ain Kfaa

66Photos : Nordiguian 2005, p. 185. Site non revu.

67À 1 km au sud-est de Maad, l’église moderne d’Ain Kfaa (380 m d’altitude) remploie des blocs appartenant à un sanctuaire romain.

16. *Chamat

68Description, photos : Renan 1864-1874, p. 234 ; Taylor 1971, p. 148 ; Nordiguian & Voisin 1999, p. 376 ; Nordiguian 2005, p. 184. Site revu.

69L’église double consacrée au culte de sainte Thècle (Mar Taqla) et de saint Étienne (Mar Estfan) à Chamat (460 m d’altitude) remploie peut-être des blocs appartenant à un sanctuaire romain. De manière arbitraire, G. Taylor rapporte à ce temple la dédicace repérée dans l’église voisine d’Aabeidat (IGR 3, 1060), qui commémore l’offrande d’un autel au Zeus céleste très-haut Saarnaios qui écoute, en l’an 17 du seigneur César Antonin, au mois de Loos (août 153 apr. J.-C., s’il s’agit d’Antonin le Pieux plutôt que de Marc Aurèle ou de Caracalla).

17. *Behdaydat

70Description : Nordiguian & Voisin 1999, p. 367-368 (églises).

Épigraphie : Renan 1864-1874, p. 237. Site revu.

71Deux inscriptions remployées dans les chapelles médiévales de Behdaydat (500 m d’altitude) concernent un sanctuaire romain. La première, dans l’église en ruines de saint Nicolas (Mar Nqoula), commémore la construction d’un temple : après trois lignes de lecture difficile, εὐκοδω|μήτη ὡ | ναὸς τῆς | κουρείας pour ᾠκοδομήθη (et non ᾠκοδόμηται, Renan) ὁ ναὸς τῆς κυρίας, « … a été bâti le temple de la Dame ». La seconde, dans l’église Saint-Théodore (Mar Tédros) est la dédicace d’un autel par Pistos fils d’Héliodoros, personnage connu à Byblos.

18. *Aamchit

72Description, épigraphie : Renan 1864-1874, p. 232. Site non revu.

73La chapelle Saint-Georges, au nord-ouest d’Aamchit, semble remployer les blocs d’un sanctuaire romain. La pierre de l’autel porte la dédicace grecque d’un autel votif à Zeus par Secundus. E. Renan (1864-1874, p. 133) publie l’épitaphe d’un Secundus gravée sur un sarcophage remployé dans la chapelle voisine Sainte-Sophie : il pourrait s’agir du même personnage. On prendra garde que certains monuments antiques retrouvés à Aamchit viennent en réalité de Qassouba (21) selon E. Renan (1864-1874, p. 200-202).

19. *Eddé

74Description, photos : Renan 1864-1874, p. 229, 237-238 ; Taylor 1971, p. 112 ; Nordiguian & Voisin 1999, p. 378-379 ; Nordiguian 2005, p. 185 ; Gubel 2002, p. 73-74, n° 62 (linteau inscrit de Saint-Georges). Site revu.

75À Eddé (210 m d’altitude), l’église Saint-Georges remploie les blocs d’un sanctuaire romain. Il faut distinguer ces blocs du linteau autrefois remployé au-dessus de la porte située à l’ouest du bâtiment et actuellement conservé au Louvre : orné d’un disque solaire ailé, il date de l’époque perse ou de l’époque hellénistique et porte une inscription grecque protobyzantine. Selon L. Nordiguian, une fouille effectuée au sud de la chapelle dans le but de retrouver les fondations du bâtiment cultuel ancien n’aurait pas donné de résultat concluant. Le site du sanctuaire antique pourrait se trouver ailleurs. Les chapelles voisines (Saint-Élie d’après E. Renan, Saints-Jean-et-Théodore selon L. Nordiguian) remploient elles aussi des blocs antiques.

20. *Hboub

76Description : Renan 1864-1874, p. 227. Site non revu.

77Selon E. Renan, l’église de Hboub, à l’est de Byblos, « est bâtie dans la cella d’un temple, analogue à celui de Deir el-Kala, si ce n’est que les pierres ne sont pas tout à fait aussi grandes. » Le bâtiment chrétien remployait peut-être les blocs d’un sanctuaire païen.

21. Qassouba

78Description : Renan 1864-1874, p. 199-207 (plan, sanctuaire, nécropole, inscriptions) ; Ronzevalle 1903a, p. 407-410 ; Ronzevalle 1930, p. 141-153, 190-201 (site, relief de Vénus lugens au Musée de Beyrouth, monnaies de Macrin) ; Nordiguian & Voisin 1999, p. 404-405 (église Notre-Dame-de-Qassouba) ; Nordiguian 2005, p. 180-181 (photos d’archive). Site revu.

Épigraphie : Gubel 2002, p. 70-71, n° 58 (autel votif d’une déesse, avec le nom Nesepteitis) ; Ronzevalle 1903a, p. 409 (autel votif d’Hélios) ; Jalabert 1906, p. 143-146, cf. Jalabert 1907, p. 265 n. 1 (épitaphes, dédicace du temple et d’installations annexes du sanctuaire).

79À 1 km à l’est de Byblos, un sanctuaire romain occupait le sommet de la colline de Qassouba (50 m d’altitude), surplombant une vaste nécropole. Ses ruines ont frappé l’imagination des visiteurs : E. Renan était enclin à les identifier à celles de Palaibyblos, S. Ronzevalle à celles du monument représenté sur des monnaies frappées à Byblos sous le règne de l’empereur Macrin (le tombeau d’Adonis selon lui). Les blocs découverts sur place ont été en partie remployés dans les églises des environs, à partir du Moyen Âge, et dans les riches demeures d’Aamchit, à date plus récente, comme le note déjà E. Renan. Ils ont été entièrement pillés depuis la fin du xixe s. Les principaux éléments connus, outre quelques autels votifs portant des dédicaces ou des reliefs cultuels, sont l’enceinte rectangulaire du temenos, avec les longs côtés au nord et au sud, et une série de chapiteaux ioniques, dont le décor pourrait donner une idée de l’ordre du temple.

80Deux inscriptions commémorent la réalisation de travaux dans le sanctuaire par les soins et aux frais de l’architecte Dionysios Aspas. La première est une simple dédicace sur un bloc, Jalabert 1906, p. 144 (Hiller von Gaertringen 1907, col. 140 ; Jalabert 1907, p. 265 n. 1 ; Wilhelm 1913, p. 222, 321) : [Διον]ύσιος Διονυσίου τοῦ | Φί(λ)ωνος Ἀσπᾶς, οἰκοδόμος | ἐποήσεν, « Dionysios Aspas fils de Dionysios fils de Philon, architecte, a fait (ceci). » L. 2 : Φί(λ)ωνος, nom attesté à Byblos (Wilhelm) ; Φίδωνος (Jalabert, Hiller von Gaertringen), nom connu par ailleurs, mais peu fréquent.

81La seconde inscription est gravée en lettres lunaires sur une plaque calcaire probablement placée en vue près d’une niche. Elle détaille les éléments du sanctuaire et révèle que celui-ci est consacré à un grand dieu. Ce texte a été publié par Jalabert 1906, p. 143-146, cf. Hiller von Gaertringen 1907, col. 141 (corrections aux l. 2-5, adoptées par Jalabert 1907, p. 265 n. 1), et Wilhelm 1913, p. 222, 321 (onomastique). J’en propose une nouvelle lecture : [Ἔτους - - - Καί]|σ[α]ρος Σεβαστοῦ, Διονύσιος Διον[υσίου τοῦ Φίλων]|ος Ἀσπᾶς, οἰκοδόμος, οἰκοδόμησ[εν τὸν ναὸ]|ν καὶ τὸν ἄδυτον καὶ τὸ στόμ(ι)ο[ν αὐτοῦ καὶ ἀνέστ]|ησεν τὸν πρὸς ἀνατολὰς βω[μὸν μεγάλον καὶ ἐ]|κο[ν]ίασεν καὶ ἐκόσμησεν καὶ τὴν <ι> ψ[α]λ[ίδα ταύτην] | καὶ ἐποίησεν καὶ τὴν λιτόστρωτον [καὶ χρηστ]|ήρι(α) καὶ βωμούς, τὰ πάντα ἀπὸ τῶ[ν ἰδίων ἀναλω]|μάτων θεῷ μεγάλῳ [κ]α̣ὶ οὐ(ρ)[ανίῳ ὑπὲρ ἑαυτοῦ] | καὶ γυναικὸς καὶ τέκνων.

82L. 1-2 : [ὑπὲρ σωτηρίας - - - Καί]|σ[α]ρος Σεβαστοῦ, autre solution possible (Jalabert), que l’on peut écarter si l’on restitue une formule semblable à la fin. L. 3-4 : οἰκοδομήσ[εν τόν τε ναό]|ν ou [περίβολο]|ν (Hiller von Gaertringen, Jalabert en 1907) ; οἰκοδομήσ[εις ἐποίησε]|ν (Jalabert en 1906). L. 2-3 : [τοῦ Φίλων]|ος Ἀσπᾶς (Wilhelm) ; [τοῦ Φίδων]|ος Ἀσπᾶς (Hiller von Gaertringen, Jalabert en 1907) ; [τοῦ καὶ Φίδων]|ος ἃς πᾶς (Jalabert en 1906). L. 4-5 : ΤΟCΤΟΜΟ[- - -]|ΗCΕΝ, restitué τὸ στόμ[ωμα - - - καὶ ἐποί]|ησεν (Jalabert) ; le mot στόμωμα n’étant pas attesté dans le vocabulaire technique pour désigner autre chose que le « tranchant » ou la « trempe » d’une lame, il est préférable de lire στόμ(ι)ο[ν], en dépit des réserves du premier éditeur, selon qui la restitution de ce mot serait acceptable d’un point de vue sémantique mais peu probable sur le plan matériel. L. 5 : βω[μόν] (Hiller von Gaertringen) ; κώ[μης] ou βω[μοῦ] (sic) (Jalabert) ; ensuite, il manque un adjectif après βω[μόν], e.g. μεγάλον, pour distinguer cet autel de ceux de la fin (l. 8). L. 6 : τὴν <ι> ψ[α]λ[ίδα - - -] (Jalabert). L. 7 : λιτόστρωτον pour λιθόστρωτον, puis lacune non complétée (Jalabert). L. 7-8 : [- - -]|ΗΡΙC, lecture signalée comme douteuse (Jalabert). L. 9 : après θεῷ μεγάλῳ, ΙΔΙΟΥΒ[- - -], restitué ἰδίου β[ίου χάριν] (Jalabert), formule sans parallèle ; peut-être θεῷ μεγάλῳ [κ]α̣ὶ οὐ(ρ)[ανίῳ]. Sur ψαλίς (« galerie voûtée, niche pour un relief ou une statue »), λιθόστρωτον (« dallage, pavement », terme d’ordinaire neutre, mais également attesté sous la forme féminine τὴν λιθόστρωτον dans IGLS 3/2, 1115), χρηστήρια (« équipement, dépendances, installations fixes ou mobiles »), voir Hellmann 1992, p. 181-185, 252-253, 436.

83Traduction : « L’an… de… César Auguste, Dionysios Aspas fils de Dionysios fils de Philon, architecte, a bâti le temple, l’adyton et son ouverture, a dressé le grand autel vers l’est, a enduit et décoré aussi cette niche et a fait aussi le dallage, des dépendances et des autels, le tout à ses frais pour le dieu grand et céleste (?), pour lui-même, sa femme et ses enfants. »

22. *Blat

84Description, épigraphie : Renan 1864-1874, p. 223-226 ; Alpi & Nordiguian 1996 (SEG 46, 1777-1780), cf. Bull. ép. 1998, 506 ; Nordiguian & Voisin 1999, p. 373. Photos : Nordiguian 2005, p. 182-183. Site revu.

85À Blat, au sud-est de Byblos, l’église Saint-Élie (Mar Élias) remploie des blocs décorés appartenant à un sanctuaire romain. Quatre inscriptions indiquent que le temple d’où ces matériaux sont tirés a été édifié totalement ou partiellement en 148-149 apr. J.-C. par Aspasios fils de Dionysios, fidèle dont le nom évoque celui de notables de Byblos. Les trois premières sont très semblables et ne posent pas de problème. Renan 1864-1874, p. 223-224, n° 1 ; Alpi & Nordiguian 1996, p. 7-8, fig. 2-3 (SEG 46, 1777) : Διὶ μεγίστωι Ἀσπάσιος Δι|ονυσίου ἀνέθηκεν, « À Zeus très-grand, Aspasios fils de Dionysios a consacré (ceci). » Alpi & Nordiguian 1996, p. 8-9, fig. 4 (SEG 46, 1778) : Διὶ μεγίστωι | Ἀσπάσιος | Διονυσίου | ἀνέθηκεν. Renan 1864-1874, p. 223-224, n° 3 (IGR 3, 1064) ; Alpi & Nordiguian 1996, p. 9-10, fig. 5-6 (SEG 46, 1779), sur le fragment d’un linteau de porte comportant une frise ornée d’un rinceau, inscription sur les deux fasces supérieures : [Ὑπὲρ σωτηρίας τοῦ κυρίο]υ̣ Καίσαρος Σεβαστοῦ Διὶ | [μεγίστωι Ἀσπάσιος Δι]ονυσίου ἀνέθηκεν, « Pour le salut du seigneur César Auguste, à Zeus très-grand, Aspasios fils de Dionysios, a consacré (ceci). »

86La quatrième est plus longue et lacunaire. E. Renan (1864-1874, p. 223-224, nos 2 et 4) publie ses deux fragments séparément (IGR 3, 1063, pour le premier). F. Alpi et L. Nordiguian (1996, p. 10-13, fig. 7-12) les réunissent (SEG 46, 1780), cf. Gatier, Bull. ép. 1998, 506 : Ἔτους ιβʹ τῆς ἡγεμο[νίας τοῦ Αὐτοκράτ]ορος Καίσαρος Τίτου Αἰλί̣ο̣[υ Ἀ]δρια[νοῦ Ἀντωνείνου Σεβαστοῦ Εὐσεβοῦς, Διὶ μ]εγίστωι Ἀσπάσιος Δι[ονυσίου ἀνέθηκεν ὑπὲρ - - -]| καὶ Διονυσίου τοῦ καὶ̣ [- - -] υἱοῦ καὶ τ̣ὸ τρίστ[οον] σὺ[ν - - - κ]α̣ὶ ζῳδίῳ ΕΡΜ̣[- - -]Α̣Κ̣Λ̣[- - -]. L. 2 : ζῳδίῳ Ἑρμ̣[ηρ]α̣κ̣λ̣[έους - - -] (Renan, Alpi) ; ΕΡΜ̣[- - -]Α̣Κ̣Λ̣[- - -], la lacune après ΕΡΜ étant jugée trop petite pour deux lettres (Gatier). Traduction : « L’an 12 du règne de l’empereur César Titus Aélius Hadrien Antonin Auguste Pieux, à Zeus très-grand, Aspasios fils de Dionysios a dédié (ceci) pour… et Dionysios appelé aussi… son fils, et… le triple portique avec… et la statue de… ».

23. Machnaqa

87Description, architecture : Renan 1864-1874, p. 284-288, pl. 33-35 (plan de situation, restitution de J. Thobois) ; Kalayan 1964 (plan, relevés, en vue de la restauration de l’autel) ; Collart & Coupel 1977, p. 67-71, 81-82, 84, 87, 89-90, 96, 98, pl. 57-59 (compléments). Études : Will 1990 et 1991 (1995, p. 279-287 et 327-334) ; Dentzer 1990 ; Freyberger 1997 ; Gawlikowski 1998a, p. 47-48, et 1999, p. 496 ; Yasmine 2005, p. 301-302. Photos : Taylor 1971, p. 108 ; Blas de Roblès, Pieri & Yon 2004, p. 125 ; Nordiguian 2005, p. 162-169. Reliefs funéraires, indépendants du culte d’Adonis : Seyrig 1940 (AntSyr 3, p. 54-61). Site revu.

88Dans la vallée du Nahr Ibrahim, le site (950 m d’altitude) conserve les vestiges d’un sanctuaire romain situé au sud d’une nécropole antique et à l’est des ruines d’un village et d’une église protobyzantine.

89Sur une terrasse dominant la rive droite du fleuve, un mur de péribole rectangulaire (95 x 43 m) délimite une vaste enceinte fondée sur la roche au sud (fig. 132). Il s’ouvre sur quatre portes réparties de manière inégale. La porte principale est sur le petit côté est. Une seconde enceinte rectangulaire (26 x 20,60 m), ornée de colonnes engagées, a été construite au fond de la première, décalée vers l’angle sud-ouest. La porte aménagée au milieu de son côté donne accès au monument qu’E. Renan considère comme l’« une des plus curieuses ruines du Liban ». H. Kalayan montre qu’il ne s’agit pas d’un bâtiment couronné d’une pyramide et pris à l’intérieur d’une cella, contrairement à ce que pensait l’architecte J. Thobois, mais d’un autel monumental remanié à trois reprises (fig. 133). Dans son premier état (I), il s’agit d’un autel creux et massif de plan carré, de 3 m de côté, dont les diagonales suivent respectivement une direction nord-sud et est-ouest. La fondation du monument a ensuite été englobée dans un autel-tour (II) légèrement désaxé et de plus grandes dimensions (5,36 x 5,30 m), dont les murs sont ornés d’une plinthe en bas et d’une gorge égyptienne en haut (comme dans l’autel monumental de Qalaat Faqra, où des merlons sont toutefois associés à la gorge égyptienne). Dans le troisième état du monument (III), l’autel-tour a été englobé à son tour dans une construction composée d’un soubassement, d’un péristyle de douze colonnes doriques (quatre sur chaque face) et d’un entablement surmontant des panneaux sculptés (fig. 134). L’édifice est dépourvu d’escaliers. L’interruption de la balustrade indique toutefois qu’il était possible d’accéder à la terrasse au moyen d’une échelle. E. Will accepte cette interprétation, mais il estime que la hauteur restituée de l’autel-tour est trop grande.

Fig. 132. Machnaqa (23) : plan du sanctuaire.

Fig. 132. Machnaqa (23) : plan du sanctuaire.

Dessin Kalayan 1964.

Fig. 133. Machnaqa (23) : le noyau central de la tour cultuelle.

Fig. 133. Machnaqa (23) : le noyau central de la tour cultuelle.

Photo J. Aliquot 2002.

Fig. 134. Machnaqa (23) : la tour cultuelle.

Fig. 134. Machnaqa (23) : la tour cultuelle.

Photo J. Aliquot 2002.

90La datation des différents états de l’autel est débattue. P. Collart et P. Coupel (1977, p. 71 n. 1 et 82) rattachent le second état de l’autel à un groupe de monuments analogues, tels l’autel-tour du petit temple de Sfiré (6 B), le grand autel et l’autel du grand temple de Qalaat Faqra (31 C), qu’ils datent de la première moitié du ier s. apr. J.-C. À la suite d’E. Renan, ils supposent que l’autel de Machnaqa aurait été détruit par l’empereur Constantin et rebâti en partie par l’empereur Julien. Pour J. Yasmine (2005, p. 302), en revanche, le décor de l’édifice, dans son dernier état, est caractéristique du iie s. apr. J.-C. Toutes ces hypothèses doivent être vérifiées.

24. Yanouh

91Architecture, études : Krencker & Zschietzschmann 1938, p. 35-37, pl. 19 et 117, 11, cf. Deichmann 1939, p. 120, n° 24 (présentation désormais caduque) ; Donceel 1966, p. 231 (travaux d’H. Kalayan dans les années 1960) ; Nordiguian 1999 (étude préliminaire) ; Gatier et al. 2001, 2002, 2004 et 2005 (rapports de la mission de 1999-2004) ; Bordreuil & Briquel Chatonnet 2001 (inscription araméenne hellénistique) ; Charpentier & Gatier 2004 (grand sanctuaire) ; Gatier & Nordiguian 2004 et 2005 (présentations des fouilles et de la prospection, cf. Aliquot 2006b, notamment pour l’épitaphe romaine, p. 135, SEG 54, 1640) ; Charpentier 2009 (petit temple romain). Photos : Taylor 1971, p. 109 ; Nordiguian 2005, p. 170-175. Site revu.

92Le site (1165 m d’altitude) occupe la haute vallée du Nahr Ibrahim, sur la rive droite du fleuve. La mission dirigée par P.-L. Gatier en a complètement renouvelé l’étude, tout en la complétant par une prospection régionale depuis le temple d’Afqa (25), en amont, jusqu’à Machnaqa (23), en aval. Le site comprend trois ensembles : premièrement, au sud, sur le tell de Kharayeb, des traces d’occupation de l’âge du Bronze ancien II, du Fer II, de la période de transition entre les époques perse (Fer III) et hellénistique et du début du ier s. av. J.-C. ont été repérées, avec des installations agricoles ou domestiques du Fer II ; deuxièmement, le secteur du sanctuaire de Yanouh, dit Mar Girios el-Azraq, « Saint-Georges-le-Bleu », d’après le nom de l’église qui recouvre les pierres bleutées du grand temple romain, occupe le replat au nord du tell ; troisièmement, toute la zone comprise dans un rayon de 600 m autour du tell de Kharayeb et du site de Yanouh est occupée par des chapelles en ruines, la plupart datées de l’époque médiévale. On peut mentionner également la présence d’une série de stèles cintrées anépigraphes sur le site et aux environs de Mar Girios. Il faut peut-être les considérer comme des monuments dressés sur des tombes. L’existence d’une nécropole romaine est déjà attestée à Mar Girios par la découverte d’une épitaphe du milieu du iiie s. apr. J.-C.

93Le site de Mar Girios réunit les vestiges de cinq bâtiments principaux, à savoir, du nord au sud et d’est en ouest, la chapelle médiévale, le grand temple dans son péribole (B), le bâtiment hellénistique en grès (A), sur lequel s’aligne à l’est le petit temple romain (C), et la basilique chrétienne protobyzantine (fig. 135). Des sondages ponctuels révèlent des traces d’occupation correspondant à certaines de celles relevées sur le tell de Kharayeb et datant du Bronze récent, du Fer II et de la transition entre l’époque perse et l’époque hellénistique. Dans l’état actuel de nos connaissances, l’histoire du sanctuaire commence à l’époque hellénistique avec la construction d’une plate-forme cultuelle. Au iie s. apr. J.-C., le premier sanctuaire, sans disparaître, a été doublé au nord par un second sanctuaire plus vaste et complété par un petit temple venu s’aligner sur le côté est du bâtiment hellénistique.

Fig. 135. Yanouh (24) : plan restitué du site de Mar Girios.

Fig. 135. Yanouh (24) : plan restitué du site de Mar Girios.

© G. Charpentier, Mission archéologique de Yanouh et de la vallée du Nahr Ibrahim 2004.

Plate-forme hellénistique (A)

94Le bâtiment en grès est une plate-forme barlongue de 7,20 m de long sur 5,70 m de large, fondée sur de gros blocs en léger débord, délimitée par des murs de soutènement en appareil trapézoïdal pseudo-isodome et précédée d’un escalier sur son long côté sud. Sa construction est datée de la fin du iie s. av. J.-C. Toutes proportions gardées, l’édifice est semblable au monument hellénistique de Tel Dan (118), mais rien n’indique qu’il recouvre lui aussi un monument plus ancien. Le sondage effectué à sa périphérie et dans sa partie ouest montre qu’il s’élève dans un secteur occupé à la fin de l’âge du Bronze récent et au début de l’âge du Fer. Il est toutefois impossible à l’heure actuelle de déterminer la nature des installations qu’il recouvre et qui lui sont antérieures de plusieurs siècles.

95Il faut sans doute rapprocher la plate-forme hellénistique de l’inscription découverte en remploi dans la basilique chrétienne. Gravé sur un bloc de grès, ce texte, le premier exemple connu d’inscription araméenne dans la montagne libanaise, présente une graphie originale, qu’il faut peut-être considérer comme une expression de la culture ituréenne. Il commémore la consécration d’une « maison du (ou des) dieu(x) » (byt’lh’) par un groupe de personnes dont les noms sont incomplets, en l’an 203 de l’ère séleucide, soit en 110-109 av. J.-C. (Bordreuil & Briquel Chatonnet 2001 ; Briquel Chatonnet, dans Gatier & Nordiguian 2005, p. 30, avec la trad. : « … en l’an 203, à/de ’nt… qui ont construit le temple »).

Grand sanctuaire nord (B)

96La construction du grand sanctuaire (fig. 136) au iie s. apr. J.-C. a nécessité le nivellement d’un secteur où des installations domestiques ou agricoles de l’époque hellénistique avaient déjà été abandonnées. Le mur de péribole du sanctuaire délimite une enceinte rectangulaire de 51,20 m de long sur 28,40 m de large. Il est bâti en grand appareil irrégulier avec des blocs, carreaux et boutisses de grès ocre jaune, posés à joints secs sans scellement. Sa porte d’entrée se trouvait à l’est. Elle a vraisemblablement été démontée avec la moitié nord du mur est. À l’ouest, le mur nord du péribole se prolonge au-delà de l’angle nord-ouest de l’enceinte sur 15 m, avant de se retourner à angle droit vers le nord. Parementé sur sa face nord, puis sur sa face est, après le coude, il devait servir de mur d’enceinte à une construction ou à une seconde cour située au nord de l’enceinte du grand temple. L’extension de ce second péribole est indéterminée. À l’intérieur de l’enceinte, derrière le temple, le mur ouest du péribole était longé par un stylobate en grès et par un portique à sept colonnes composées de fûts de grès reposant sur des bases calcaires. Il était peut-être prévu de prolonger le portique le long des murs nord et sud du péribole. L’élévation du portique est indéterminée, mais l’usage hypothétique de l’ordre toscan s’accorderait avec les proportions du grand temple.

Fig. 136. Yanouh (24) : vues en coupe restituées du sanctuaire nord (B).

Fig. 136. Yanouh (24) : vues en coupe restituées du sanctuaire nord (B).

© G. Charpentier, Mission archéologique de Yanouh et de la vallée du Nahr Ibrahim 2004.

97Le temple est orienté sur l’axe médian du temenos. Son décalage vers le fond de la cour, à l’ouest, libère de la place devant sa façade, où se serait dressé l’autel monumental dont l’emplacement serait indiqué par la présence de trois blocs de fondation en grès. Le temple s’élève sur un massif de fondation rectangulaire mesurant 20,30 m de long sur 9,65 m de large et comprenant, au-dessus d’un sol homogène, un blocage de petites pierres équarries liées avec de la terre, un radier de grosses pierres et une semelle de fondation de gros blocs de grès débordant par rapport à la plinthe du podium. L’usage de pierres de taille de calcaire bleu-gris pour ses parties visibles contraste avec celui du grès ocre jaune pour le mur de péribole. Bien que des préoccupations techniques aient pu guider leur choix (le grès étant plus dense et plus résistant que le calcaire), on peut supposer que les constructeurs du sanctuaire ont voulu jouer sur un effet de bichromie. Les deux types de matériaux proviennent de carrières proches. Le temple repose sur un podium à trois assises, avec une plinthe et une moulure de couronnement chanfreinées. Le remplissage intérieur du podium est composé de remblais de terre maintenus par des blocs de grès. Les massifs de maçonnerie noyés dans ces remblais étaient destinés à supporter les murs de la plate-forme de l’adyton et ceux de son escalier.

98Le temple est un bâtiment tétrastyle prostyle d’ordre corinthien, comprenant un pronaos et une cella percée de deux portes-fenêtres latérales au fond de laquelle s’élevait la plate-forme d’un adyton (fig. 137-138). L’ouverture d’un sondage dans l’angle nord-ouest de la cella assure qu’il est dépourvu de crypte. À l’ouest, le parement extérieur de ses murs est orné de pilastres d’angle. À l’exception de l’escalier monumental, le plan du temple est complètement conservé. Il semble suivre un tracé régulier établi sur une trame de 3,60 m (équivalant à dix modules de 0,36 m, unité de mesure reconnaissable dans le pronaos). Le pronaos est encadré par des antes courtes. En avant de la façade du temple, l’escalier, démonté lors d’une phase d’occupation postérieure, comprenait neuf marches. Le mur de façade était percé d’une porte dont la largeur présumée serait égale à l’entrecolonnement central de la façade du temple et correspond au double de la largeur des portes-fenêtres latérales. La cella est divisée en trois parties dans le sens de la longueur. Son niveau inférieur occupe un carré de dix modules de côté dont l’axe médian nord-sud est aligné sur celui des portes-fenêtres. Ornées d’un encadrement mouluré surmonté d’un linteau à consoles, ces dernières sont des baies qui permettent à des spectateurs situés à l’intérieur de l’enceinte du sanctuaire de regarder à l’intérieur du temple. Le dallage de la cella n’est pas conservé en place, mais les engravures tracées à la base des murs entourant cette salle en indiquent l’existence. Celles-ci présentent une légère pente dans le sens de la largeur du bâtiment pour laisser s’écouler les eaux de nettoyage vers un conduit traversant le mur.

Fig. 137. Yanouh (24) : le grand temple (B), vue du sud-ouest.

Fig. 137. Yanouh (24) : le grand temple (B), vue du sud-ouest.

Photo J. Aliquot 2004.

Fig. 138. Yanouh (24) : le grand temple (B), vue de l’est.

Fig. 138. Yanouh (24) : le grand temple (B), vue de l’est.

Photo J. Aliquot 2004.

99Au fond du temple, le tiers ouest de la cella était occupé par la plate-forme de l’adyton. Celle-ci a été démontée lors de la transformation du temple en église, mais son plan et son élévation sont restituables d’après les traces d’installation préservées sur le parement intérieur des murs nord, ouest et sud. La plate-forme était surélevée à 1,92 m au-dessus du sol de la cella, large de 7,10 m et profonde de 3,60 m. L’escalier qui permettait d’y accéder empiétait partiellement sur le niveau inférieur de la cella. Il comportait onze marches, dont la première était alignée sur le montant ouest des portes-fenêtres latérales. Une niche cintrée et richement décorée était intégrée dans le mur de fond de la cella, dans l’axe médian du temple et à 1,30 m au-dessus du dallage de la plate-forme de l’adyton. Cette disposition est originale. On ne la retrouve que dans le petit temple de Hosn Niha (60 B), qui est toutefois dépourvu d’adyton. La niche présentait une profondeur suffisante (0,60 m) pour abriter la statue du dieu ou un objet cultuel. Elle était encadrée, comme à Hosn Niha, par un édicule plaqué contre le mur de fond de la cella. La façade de l’édicule aurait été surmontée d’un arc surbaissé porté par deux colonnettes. Il faut sans doute lui rapporter le petit chapiteau corinthien retrouvé dans des maçonneries protobyzantines et médiévales.

100Les murs du temple étaient dressés avec des assises régulières, seule la première étant d’une hauteur inférieure. Ils sont construits en appareil double, sauf autour des portes-fenêtres latérales, encadrées par des parpaings. L’ante nord du pronaos s’élève encore sur une hauteur de neuf assises. En tenant compte des éléments qui appartiennent aux parties supérieures du bâtiment (bases des pilastres d’ante de type attique, tambours de fût de colonne, chapiteaux corinthiens des pilastres nord-ouest et sud-ouest du temple, éléments d’architrave, blocs de frise et de corniche) et en utilisant les proportions de l’ordre corinthien pour restituer l’élévation du bâtiment, G. Charpentier et P.-L. Gatier soulignent la conformité du bâtiment aux modèles romains : il s’agit d’un temple sur podium de taille moyenne, de plan tétrastyle et d’ordre corinthien, dont les proportions respectent les normes dites « vitruviennes » tout en préservant les traditions régionales, visibles dans la présence de la plate-forme de l’adyton, dans l’aménagement d’une niche dans le mur de fond du temple et dans l’existence de deux portes-fenêtres percées dans les murs gouttereaux de la cella. On peut supposer qu’un architecte formé à la romaine et peut-être venu de la colonie de Béryte aurait adapté ces normes aux usages locaux.

Petit temple (C)

101Construit en calcaire gris-bleu, comme son voisin, le petit temple est une cella tétrastyle prostyle sur podium, ouverte au sud, mais légèrement désaxée par rapport au sanctuaire nord (fig. 139), car elle s’accole au bâtiment hellénistique (A). Son massif de fondation, entièrement conservé, ressemble à celui du grand temple. Bâti avec des blocs de grès, il forme un rectangle dont la dernière assise couvre une surface de 7,50 m de long sur 4,15 m de large. Comme le niveau supérieur de ses fondations est identique à celui des fondations du mur de péribole du sanctuaire nord et légèrement inférieur à celui de la semelle du grand temple, il faut conclure à l’homogénéité du niveau de circulation entre ces trois constructions. Le podium du petit temple est en partie remployé dans le mur ouest de la basilique protobyzantine. Il devait mesurer 6,30 m de long, 3,90 m de large et 1,10 m de haut. Les moulures de la plinthe et du couronnement de sa façade présentent les mêmes moulures biseautées que celles du grand temple, mais avec des rapports de proportion différents. Au sud, l’escalier qui permettait d’y accéder a été démonté lors de la construction de la basilique protobyzantine. D’après le modèle du grand temple, il est possible d’y restituer six marches. En façade, la restitution d’un portique tétrastyle d’ordre corinthien est probable.

Fig. 139. Yanouh (24) : le podium du petit temple (C), vue du sud-est.

Fig. 139. Yanouh (24) : le podium du petit temple (C), vue du sud-est.

Photo J. Aliquot 2004.

102La cella est une petite pièce carrée et dallée dépourvue de plate-forme au fond. De son élévation, il ne subsiste que la première assise d’un mur appareillé à l’ouest, mais des photos d’archives révèlent que la construction surmontant le podium était ornée de pilastres d’angle. Le fait que toute sa face nord soit lisse implique que la construction du petit temple est contemporaine ou postérieure à celle du mur de péribole du grand temple, dont elle n’est distante que de 1,60 m. C’est donc vraisemblablement dans la première moitié du iie s. apr. J.-C. que le petit temple est venu s’aligner sur le côté est du bâtiment en grès hellénistique et s’adosser à l’enceinte du sanctuaire nord. Dans l’ensemble, malgré l’absence de plate-forme à l’emplacement de l’adyton, le petit temple apparaît comme un modèle réduit du grand temple, à l’échelle 1/2.

Transformations du site depuis l’Antiquité tardive

103À l’époque protobyzantine, le site connaît de grands changements (Gatier & Nordiguian 2005, p. 13-14, 34-37). À la fin du ve s. ou au début du vie s. apr. J.-C., une église est construite au sud du grand sanctuaire. Dans son premier état, il s’agit d’une basilique à colonnes et à trois nefs, de plan approximativement trapézoïdal, avec une abside semi-circulaire saillante flanquée de deux nefs latérales terminées chacune à l’est par un mur droit. Le mur méridional du péribole du grand sanctuaire est partiellement utilisé comme mur gouttereau de la basilique. Le portique situé derrière le grand temple est démonté pour faire place à un secteur artisanal comprenant une huilerie et des fours. Le petit temple est lui aussi partiellement démonté. Son usage ultérieur n’est pas clairement compréhensible, mais il est certain que son escalier a été démonté pour permettre d’accéder à la première basilique, tandis que son podium et ses murs ont été englobés dans la façade occidentale de l’église.

104Au viie s. apr. J.-C., à la suite d’une période de destruction, une basilique à piliers remplace la première église. L’autel monumental sud est arasé et son socle est englobé dans le dallage de la cour située à l’ouest de l’église. Le bâtiment hellénistique est occupé par un bassin. La cour dallée de la basilique recouvre son escalier. Les constructions au nord-ouest du grand temple et à l’emplacement du portique ouest du sanctuaire pourraient avoir un caractère monastique.

105Il semble que la façade orientale et l’adyton du grand temple aient été démontés entre le ve s. et le viiie s. apr. J.-C., puis qu’une construction s’y soit accolée aux viie-viiie s. apr. J.-C., formant un bâtiment dont la fonction est indéterminée. La transformation du temple en église est certainement réalisée au xiie s. apr. J.-C.

25. Afqa

106Architecture : Renan 1864-1874, p. 296-301, et Rouvier 1900 (présentations sommaires) ; Krencker & Zschietzschmann 1938, p. 56-64, pl. 27-30 (relevés en 1902, compléments en 1933) ; Deichmann 1939, p. 115, n° 4 (christianisation) ; Donceel 1966, p. 232 (travaux d’H. Kayalan dans les années 1960). Photos : Taylor 1971, p. 110-111 ; Blas de Roblès, Pieri & Yon 2004, p. 132-133 ; Nordiguian 2005, p. 178-179. Site revu.

Sources littéraires : De Dea Syria 9 ; Eusèbe de Césarée, Vie de Constantin 3, 55, 1-5 ; Sozomène, Histoire ecclésiastique 2, 5, 5-7 ; Zosime, Histoire nouvelle 1, 58, 1-3 ; Pseudo-Méliton, Apologie, éd. et trad. W. Cureton, p. 25 et 44.

Épigraphie : SEG 36, 1283 bis (acclamation scatologique ?) ; Rendel Harris 1891, p. 30-31, repris dans Hajjar 1977, p. 258 n. 4 (dédicace au Zeus d’Héliopolis, imparfaitement éditée) ; Jalabert 1907, p. 303-304, nos 104-105, et Yon, dans Gatier et al. 2004, p. 203-204 (bornage du domaine de Iarith).

107La source d’Afqa (1255 m d’altitude) est, avec celle de Rouais (1099 m), plus au nord vers Aaqoura, le principal exutoire des eaux emmagasinées par les massifs qui enserrent la haute vallée du Nahr Ibrahim. Elle jaillit d’une grotte, au pied d’une falaise vertigineuse (fig. 140). Le sanctuaire romain qui occupe ses abords était déjà célèbre dans l’Antiquité : ainsi, bien qu’il ne l’évoque pas explicitement par son nom, l’auteur du De Dea Syria s’y est probablement rendu au iie s. apr. J.-C., prenant la peine de marcher depuis Byblos un jour durant afin de constater l’ancienneté du temple d’Aphrodite, que le roi légendaire Cinyras aurait fondé sur le Mont Liban ; ainsi encore, Eusèbe de Césarée et Sozomène évoquent la destruction du temple d’Aphaca et l’interdiction de son culte jugé licencieux sur l’ordre de Constantin. Selon E. Lipiński (1971, p. 18-23, et 1995, p. 105-108), la version paléo-babylonienne de l’Épopée de Gilgamesh attesterait la renommée du sanctuaire au IIe millénaire av. J.-C. En s’appuyant sur le témoignage du Pseudo-Méliton, d’autres auteurs suggèrent, depuis E. Renan et non sans réserves, de placer à Afqa le tombeau d’Adonis (Tammouz). Aucun monument repéré sur place n’étaye ni n’infirme ces deux hypothèses.

Fig. 140. Afqa (25) : la source du Nahr Ibrahim, l’antique Adonis, vue aérienne de 1938.

Fig. 140. Afqa (25) : la source du Nahr Ibrahim, l’antique Adonis, vue aérienne de 1938.

Photo © Ifpo, photothèque.

108Sur le site, les ruines de l’époque romaine occupent une terrasse naturelle aménagée à l’ouest de la grotte où le Nahr Ibrahim prend sa source, sur la colline qui surplombe le lit du fleuve, à une trentaine de mètres au sud. Les bâtiments qui s’élevaient là se sont effondrés à la suite de glissements de terrain (fig. 141). Le plus clairement identifiable était un temple sur podium, ouvert à l’ouest, d’environ 40 m de long, de plan tétrastyle prostyle et d’ordre corinthien (selon la restitution de D. Krencker et W. Zschietzschmann, différente de celle d’O. Puchstein, selon qui le temple était hexastyle). Cet édifice complètement détruit reposait sur un soubassement dont les fondations sont bâties avec de gros blocs de grès ocre jaune. Ses parties visibles étaient réalisées avec le calcaire gris-bleu local, comme à Yanouh, à l’exception de fûts de colonne taillés dans le granite rose de Syène, qui pourraient appartenir à des portiques du péribole. Ses murs étaient ornés de pilastres engagés à l’extérieur et de demi-colonnes engagées à l’intérieur. Quelques fragments architecturaux remployés dans la construction de son podium appartiennent à un édifice plus ancien (fût de colonne cannelé, bloc d’architrave). Dans l’Antiquité tardive ou après cette époque, une basilique chrétienne à abside aurait été bâtie à l’emplacement du temple, au moment où celui-ci était déjà détruit.

Fig. 141. Afqa (25) : le temple.

Fig. 141. Afqa (25) : le temple.

Photo J. Aliquot 2002.

109En contrebas du temple, vers le lit du fleuve, la galerie voûtée aménagée dans le soubassement du sanctuaire capte une source qui jaillit du sol à quelques dizaines de mètres de profondeur. Une autre galerie située au-dessus de la précédente permettait peut-être d’évacuer les eaux de ruissellement sous le temple ou de capter une autre source. Comme le remarque L. Nordiguian, le creusement de ces galeries a pu contribuer à fragiliser la terrasse du sanctuaire. Si l’on pouvait vérifier cette hypothèse, l’acharnement prêté à Constantin contre le temple d’Aphrodite devrait être fortement nuancé. Quoi qu’il en soit, la petite retenue qui se forme devant la première galerie souterraine a pu être le théâtre de cérémonies hydromantiques célébrées une fois l’an. Zosime, juriste et historien païen du vie s. apr. J.-C., décrit ces festivités. Une variante moderne du rite qu’il décrit est attestée à Afqa, où les chrétiens comme les musulmans des environs accrochent des morceaux de tissus aux branches d’un figuier planté près de la galerie souterraine, en guise d’ex-voto.

110Le sanctuaire livre quelques inscriptions : outre des marques lapidaires et un texte problématique, copié près de la galerie souterraine et parfois considéré comme une acclamation scatologique, on relève une dédicace au Zeus d’Héliopolis, hôte de la grande déesse locale. Aux abords du site, plusieurs textes rupestres latins fixent les limites de Iarith, lieu-dit correspondant peut-être au bois sacré qu’Eusèbe de Césarée associe au sanctuaire.

26. *Yahchouch

111Description : Nordiguian 2005, p. 161. Site non revu.

112Le monastère Saint-Georges (Mar Girios), sur le Jabal Moussa (1581 m d’altitude), domine la rive gauche du Nahr Ibrahim, à l’est du village de Yahchouch. Son église aurait été bâtie au xixe s. avec les blocs d’un sanctuaire romain.

27. Ghiné

113Architecture : Chéhab 1958-1959, p. 141-164 ; Donceel 1966, p. 229-230 ; Donceel-Voûte 1988, p. 347-353. Photos : Taylor 1971, p. 151 ; Nordiguian 2005, p. 160. Site revu.

114Au milieu d’une agglomération villageoise de l’Antiquité tardive, l’église protobyzantine de Ghiné (950 m d’altitude) occupe la cella d’un temple romain à antes ouvert à l’est.

28. *Fatqa

115Épigraphie : Renan 1864-1874, p. 326-327 (IGR 3, 1066-1067). Site non revu.

116À Fatqa (520 m d’altitude), dans le Kesrouane, une dédicace (IGR 3, 1066) commémore la construction du péribole d’un sanctuaire et l’offrande du plomb utilisé dans la terrasse d’un édifice indéterminé en 110 apr. J.-C. : (Ἔτους) ιδʹ Νέρουα Τραιάνου | Καίσαρος Σεβαστοῦ | Γερμανικοῦ υἱοῦ | Σεβαστοῦ, Διογένης | Ἀσπασίου τοῦ Διογένους | ἐποίησεν τὸ περίβολον | τοῦ ἱεροῦ καὶ τὸ μολιβοῦν | τοῦ δώματος, εὐσεβίας | χάριν, « l’an 14 de Nerva Trajan César Auguste Germanique, fils d’Auguste, Diogénès fils d’Aspasios, petit-fils de Diogénès, a fait le péribole du sanctuaire et le plomb de la terrasse, en témoignage de piété. » Sur δῶμα, « toit plat, terrasse », cf. Hellmann 1992, p. 114.

117Selon un second texte (IGR 3, 1067), d’autres travaux sont réalisés dans le sanctuaire en 211-212 apr. J.-C. : [Ἔτους αʹ Καισάρων Σεβαστῶν Μ(άρκου)] Ἀντωνείνου ⟦καὶ Γέτα⟧ τῶν κυρίων,| [- - -] τοὺς προθυρέους ὑπὲρ Ἡραίδος | [θυγατρὸς καὶ τοῦ αὐτῆς] παντὸς οἴκου ἀνέθηκα, « l’an 1 des Césars Augustes Marcus Antoninus et Géta, les seigneurs, j’ai dédié les… en avant de la porte pour ma fille Héraïs et toute sa maison. » L. 2 : [τὸν ναὸν καὶ τοὺς βωμοὺς] τοὺς προθυρέους (Renan).

29. Maarab

118Description : Renan 1864-1874, p. 328 ; Taylor 1971, p. 105 (Qalaa) ; Nordiguian 2005, p. 148-149 (Qalaat Me‘rab) ; Fani 2003 (autel votif au foudre et au bucrane). Site non revu.

119Près de Maarab, les ruines d’un sanctuaire romain occupent une plate-forme aménagée sur un promontoire dominant la baie de Jounié. Selon L. Nordiguian, l’église du village serait en partie construite avec des blocs provenant d’un temple.

30. Sarba

120Architecture : Renan 1864-1874, p. 328-332 (description sommaire) ; Colonna-Ceccaldi 1872 (podium, blocs). Photos : Taylor 1971, p. 104 ; Nordiguian 2005, p. 146-147. Site revu.

Épigraphie : Gubel 2002, p. 75, n° 63 (autel de Zeus céleste).

121Une inscription chrétienne gravée sur une patène conservée dans une collection suisse pourrait indiquer le nom antique du village de Sarba, dans la baie de Jounié (Bull. ép. 1989, 874 : ἐκλησίας χωρίου Σαραβαων). Ce point reste toutefois incertain, car une localité homonyme existe près de Sidon.

122Au sommet de la falaise de Sarba, le monastère grec-catholique Saint-Sauveur est bâti sur les ruines d’un sanctuaire romain (fig. 142). Deux savants ont pu examiner les vestiges du temple avant la construction du monastère. G. Colonna-Ceccaldi a relevé le podium du bâtiment. Sans être aussi précis, E. Renan note la présence d’une niche étroite aménagée dans ce massif. La tête de génisse qui y est sculptée regarde vers la paroi gauche de la niche, restant invisible de face. Le bloc sur lequel elle figure provient peut-être d’un bâtiment plus ancien que le temple. Un autel votif découvert près du site porte le nom de Zeus céleste, possible titulaire du sanctuaire.

Fig. 142. Sarba (30) : podium du temple sous le monastère moderne.

Fig. 142. Sarba (30) : podium du temple sous le monastère moderne.

Photo J. Aliquot 2002.

31. Qalaat Faqra

123Architecture : Renan 1864-1874, p. 335-339 (description sommaire) ; Krencker & Zschietzschmann 1938, p. 40-55, pl. 20-26 (relevés en 1902, compléments en 1932-1933) ; Collart 1973 (tour) ; Collart & Coupel 1977 (tour et autels, après les interventions d’H. Kalayan) ; Will 1990 (1995, p. 279-287) ; Yasmine 2005, p. 310-313 (grand temple). Photos : Taylor 1971, p. 106-107 ; Blas de Roblès, Pieri & Yon 2004, p. 120-122 ; Nordiguian 2005, p. 150-159. Site revu.

Épigraphie : Rey-Coquais 1999b (SEG 49, 2006-2029 ; AE 1999, 1666-1674) ; IGLS 8/3, 5025-5028 (inscriptions forestières de Mazraat Kfar Débiane).

124Sous le Jabal Sannine, à 3 km au sud-ouest de Faraya, le site est à égale distance de Béryte, au sud-ouest, et de Byblos, au nord-ouest. Il occupe le rebord occidental d’une cuvette ouverte au sud-ouest qui surplombe les vallées des tributaires du Nahr el-Kelb, à environ 1500 m d’altitude. Les ruines sont cernées de formations acérées de calcaires dolomitiques. Elles se répartissent en trois secteurs : celui de la tour (A) et des autels monumentaux, sur la colline au nord ; celui du petit temple (B), au sud et en contrebas, vers le ruisseau du Nabaa el-Laban ; celui du grand sanctuaire (C), entre les deux premiers. Les vestiges d’une agglomération antique (romaine et/ou protobyzantine) sont visibles près de la tour et entre le petit temple et le grand sanctuaire.

125Le dossier épigraphique de Qalaat Faqra comprend vingt-neuf textes. Si l’on ne peut rien tirer pour l’instant de quelques textes lacunaires (Rey-Coquais 1999b, nos 12, 14-15, 18, 20-22), seize inscriptions grecques donnent des informations sur les cultes locaux. Trois divinités sont honorées sur place : Zeus Beelgalasos, le titulaire de la tour, qualifié de dieu « très grand » et « ancestral », la déesse Atargatis et le Zeus d’Héliopolis. Aux abords du site, deux des tombes creusées dans le roc portent des épitaphes en grec (nos 23-24, la seconde étant chrétienne). Le domaine du sanctuaire et du village semble limité par un bornage rédigé en latin, sans doute destiné à le distinguer d’un secteur voisin riche en inscriptions forestières d’Hadrien.

Secteur de la tour (A)

126Tour : Krencker & Zschietzschmann 1938, p. 50-55, pl. 22-23 et 26 (deux restitutions) ; Will 1949, p. 275-277, repris en 1995, p. 646-648 (fonction) ; Collart 1973 (architecture, fonction) ; Dentzer-Feydy 1989, p. 462 (décor) ; Rey-Coquais 1999b, p. 635-638 (inscriptions, architecture, fonction).

Autel : Krencker & Zschietzschmann 1938, p. 48-49 ; Kalayan 1964, pl. 2, 1 ; Donceel 1966, p. 227 ; Collart & Coupel 1977, p. 66, pl. 54, 2-4 ; Will 1991, p. 261 n. 16 (1995, p. 329) ; Rey-Coquais 1999b, p. 654, fig. 3.

Édicule à colonnettes : Collart & Coupel 1977, p. 75, pl. 66, 3 ; Will 1990, p. 202, pl. 1 (1995, p. 284) ; Rey-Coquais 1999b, p. 654, fig. 4 (photo de 1958).

127Au nord, sur une éminence, le bâtiment conventionnellement identifié à une tour est l’édifice le plus spectaculaire du site (fig. 143-145). Il repose sur un socle cubique de 15,67 m de côté où deux ouvertures ont été pratiquées : à mi-hauteur, perpendiculairement au côté oriental de la tour, un escalier extérieur de dix-huit marches conduit à la porte principale, tandis qu’une autre porte, plus petite, se trouve au niveau du sol, dans l’angle sud-est. Au-dessus du socle, quelques blocs appartenant aux parties supérieures de l’édifice permettent d’en restituer l’élévation. Sur l’assise supérieure du socle reposent deux degrés, où se dresse l’étage orné de pilastres coiffés de chapiteaux à crosses. Les pilastres supportent un entablement dorique, couronné par une corniche ornée d’un tore et d’une gorge égyptienne. Une loggia s’ouvre sur la façade orientale, à l’aplomb de l’entrée principale. Un système de couloirs étroits et d’escaliers tournant sur les côtés permet de circuler à l’intérieur de l’édifice et aboutit à une petite pièce rectangulaire ménagée dans le noyau central du bloc de maçonnerie appareillée. Une grille pourrait en avoir interdit l’abord. L’accès à l’étage s’opère à l’est, sur le côté latéral de la loggia et non par une porte centrale au fond de cette pièce, selon les observations d’H. Kalayan rapportées par J.-P. Rey-Coquais (1999b, p. 635). Un autre escalier monte à l’étage à l’angle nord-ouest du socle. L’existence d’un escalier permettant de monter plus haut est hypothétique. Si ce dispositif a existé, il n’en reste rien. Le décor de la tour se caractérise par un mélange d’éléments originaux (chapiteaux proto-éoliques) et un ordonnancement plus classique des supports et de l’entablement (architrave et frise doriques à la grecque, gorge égyptienne associée à une rangée de merlons à la phénicienne).

Fig. 143. Qalaat Faqra (31) : le secteur de la tour (A).

Fig. 143. Qalaat Faqra (31) : le secteur de la tour (A).

Photo J. Aliquot 2008.

Fig. 144. Qalaat Faqra (31) : la tour (A).

Fig. 144. Qalaat Faqra (31) : la tour (A).

Photo J. Aliquot 2008.

Fig. 145. Qalaat Faqra (31) : la tour (A), restitution de la façade (sans le couronnement pyramidal).

Fig. 145. Qalaat Faqra (31) : la tour (A), restitution de la façade (sans le couronnement pyramidal).

D’après B. Schulz, dans Krencker & Zschietzschmann 1938, p. 50, fig. 73.

128L’aspect insolite du bâtiment a parfois conduit à considérer la tour tantôt comme un tombeau, tantôt comme un autel monumental, tantôt encore comme un poste de guet doublé d’un monument honorifique. Les rapprochements entre ce monument et les mausolées de la Syrie occidentale, qui perpétuent eux-mêmes la tradition des mausolées anatoliens hellénistiques, ont imposé un temps l’idée qu’une pyramide couronnait cet édifice conçu comme un tombeau monumental (Krencker & Zschietzschmann 1938, p. 50, fig. 73, et p. 54, fig. 79, suivis par Will 1949, p. 275-277, repris en 1995, p. 646-648). La présence d’une loggia infirme cette analyse. Aucun bloc ayant pu appartenir à une pyramide n’a été retrouvé sur place. On conviendra donc, à la suite de P. Collart (1973, p. 142-143, 151 et 153), que l’hypothèse du monument funéraire doit être abandonnée, sans que soit écartée pour autant l’idée de l’emprunt formel à l’architecture des mausolées-tours pour édifier un monument d’une autre nature. En revanche, il est plus difficile de suivre cet auteur lorsqu’il considère que la tour, ni tombeau, ni autel, aurait constitué « un gigantesque coffre-fort », à l’intérieur duquel « les biens du sanctuaire pouvaient être mis à l’abri, ce qui expliquerait l’intérêt qu’eut le clergé du “grand dieu” de Qalaat Faqra à participer financièrement à sa construction », et dont l’aspect utilitaire serait secondaire, car ce trésor serait « d’abord et essentiellement un grand monument honorifique, un monument d’apparat, dont les circonstances exceptionnelles ont suscité l’hommage » (1973, p. 151 et 153). Les deux inscriptions que P. Collart utilise pour étayer son interprétation ont été révisées (Rey-Coquais 1999b, p. 635-638, nos 4-5). Il est établi qu’elles permettent d’assigner une fonction cultuelle à la tour. La première rappelle la construction du bâtiment sous la surveillance d’un épimélète en 43-44 apr. J.-C., c’est-à-dire peu de temps avant ou après la mort d’Agrippa Ier, à une époque où l’empereur Claude choisit de démembrer les États du souverain hérodien pour les intégrer dans la province romaine de Syrie. La seconde inscription, gravée au-dessus de l’entrée principale de la tour, commémore la consécration de l’édifice à Claude et au dieu topique Zeus Beelgalasos. La situation de la tour par rapport au grand autel qui lui fait face confirme l’identification du bâtiment à un monument cultuel : le grand autel ne semble nullement indépendant de la tour, car les travaux inédits d’H. Kalayan, utilisés par J.-P. Rey-Coquais (1999b, p. 637), établissent que les deux monuments sont situés approximativement sur le même axe et que l’on pouvait voir, depuis la plate-forme de l’autel, la loggia et les statues qu’elle abritait peut-être. Le fait que la dédicace gravée sur le linteau de la porte principale du monument s’adresse à la fois à l’empereur régnant et à Zeus Beelgalasos permet par ailleurs de considérer la tour comme un monument du culte impérial. Claude aurait été associé au grand dieu de Qalaat Faqra à l’époque où le site aurait été annexé à la province romaine de Syrie.

129Deux édifices font face à la tour, à l’est et en contrebas (fig. 146). Le plus grand est un autel sacrificiel monumental, dont la fonction est assurée par la découverte de cendres et de débris d’ossements dans ses ruines (Seyrig 1939a, p. 442, repris en 1985, p. 143). D. Krencker et W. Zschietzschmann (1938, p. 48-49) identifiaient les assises du soubassement aux fondations du monument et ne restituaient qu’une assise entre la base et la corniche. Tel qu’il a été restauré en 1945 par H. Kalayan (approuvé par Will 1991, p. 261 n. 16, repris en 1995, p. 329), l’autel se présente désormais sous un aspect différent et plus conforme aux autels monumentaux du Liban : il s’agit d’une tour d’environ 5,30 m de côté, dont le soubassement, couronné d’une plinthe et d’une moulure arrondie, supporte trois assises surmontées d’une corniche égyptienne sur un tore et d’un bandeau orné de merlons en relief. Le parapet à merlons s’interrompt à l’est de l’autel pour laisser un passage. Un escalier mobile en bois permettait sans doute d’accéder au niveau supérieur.

Fig. 146. Qalaat Faqra (31) : l’autel monumental restauré face à la tour (A).

Fig. 146. Qalaat Faqra (31) : l’autel monumental restauré face à la tour (A).

Photo J. Aliquot 2008.

130Un monument de plus petites dimensions s’élève au sud-est de la tour. H. Kalayan l’a restauré en 1943. Aujourd’hui, il mesure 3,20 m de haut et se compose d’un socle carré mouluré de 0,60 m de haut sur lequel repose un noyau massif de 2 m de haut entouré d’un petit péristyle de quatre fois quatre colonnettes, le tout étant surmonté d’un entablement composé de deux bandeaux d’architrave et d’une corniche, avec un attique carré en retrait de 0,60 m de haut couronné d’une gorge égyptienne. L’un des côtés du socle est orné d’une niche cintrée, le côté adjacent d’une guirlande. Tout en remarquant que, toutes proportions gardées, sa partie supérieure rappelle celle de l’autel monumental du grand sanctuaire de Baalbek (54 A), P. Collart et P. Coupel notent que ce monument est dépourvu de moyen d’accès au sommet et le considèrent comme un ex-voto. Selon E. Will (1990, p. 197, repris en 1995, p. 279), il s’agirait d’un autel sacrificiel : « quelques marches taillées dans un bloc de pierre adossé à la base du petit monument montrent […] qu’on accédait au sommet au moyen d’une échelle. » On objectera que le monument de Qalaat Faqra est restitué de manière assez étrange et que le bloc d’escalier ne lui appartient pas nécessairement.

Petit temple (B)

131Architecture : Krencker & Zschietzschmann 1938, p. 46-47, pl. 21 et 26 ; Donceel 1966, p. 228-229 (travaux d’H. Kalayan) ; Donceel-Voûte 1988, p. 421-423 (basilique).

Épigraphie : Rey-Coquais 1999b, p. 638-640, n° 6, cf. Aliquot 2002, p. 245 (dédicace d’Atargatis).

132Le petit temple surplombe la rive droite du ruisseau qui s’écoule au sud du site, le Nabaa Laban, affluent du Nahr el-Kelb. D. Krencker et W. Zschietzschmann lui trouvent un caractère inhabituel, en particulier dans la zone où l’on s’attend à trouver l’adyton, ce qui les amène à le classer parmi les temples anciens du Liban. Leur proposition se fonde sur la découverte, lors du dégagement du bâtiment, de la dédicace d’Atargatis datée de la seconde moitié du ier s. apr. J.-C. S’il n’assure pas de façon définitive que le temple est dédié à Atargatis sous l’autorité de Caius Mansuétus, grand-prêtre et épimélète, ce texte indique que l’aménagement du sanctuaire est en cours à l’époque où Qalaat Faqra fait partie des domaines d’Agrippa II.

133H. Seyrig (1939a, p. 442, repris en 1985, p. 143) considérait que le temple « restera[it] une énigme tant qu’il n’aura[it] pas été fouillé ». Aujourd’hui, il est certain que le bâtiment païen ne se présente pas sous son aspect original. En 1961 ou en 1962, H. Kalayan a fait dégager la basilique chrétienne accolée sur le mur gouttereau nord du bâtiment païen (fig. 147). P. Donceel-Voûte (1988, p. 422 et n. 2), dans sa présentation de l’église, attribue la décision d’établir un sanctuaire chrétien à côté du temple romain et non à l’intérieur de celui-ci « à l’état particulièrement chaotique du lieu du culte païen ou à sa configuration peu propice à une réutilisation ». Bien qu’elle envisage l’hypothèse d’une longue survie du paganisme à Qalaat Faqra, il lui semble « possible que le temple [soit] déjà désaffecté depuis un certain temps lors de la construction de l’église », datée dans le courant du ve s. apr. J.-C. Dans ce contexte, le temple, ruiné, aurait servi de baptistère, comme l’indique un détail inconnu de D. Krencker et W. Zschietzschmann, la présence d’une cuve baptismale remployant une cuve cultuelle païenne, immédiatement au-delà du seuil de la pièce que ces derniers considéraient comme l’adyton (fig. 148).

Fig. 147. Qalaat Faqra (31) : la basilique chrétienne protobyzantine accolée au petit temple (B).

Fig. 147. Qalaat Faqra (31) : la basilique chrétienne protobyzantine accolée au petit temple (B).

Photo J. Aliquot 2008.

Fig. 148. Qalaat Faqra (31) : cuve cultuelle païenne remployée dans le petit temple (B) transformé en baptistère.

Fig. 148. Qalaat Faqra (31) : cuve cultuelle païenne remployée dans le petit temple (B) transformé en baptistère.

Photo J. Aliquot 2008.

134Dans son état actuel, le bâtiment païen se présente sous la forme d’une cella rectangulaire d’environ 18 m de long sur 9 m de large, ouverte au nord-est et accessible par une porte unique dont on distingue encore le seuil au milieu de la façade. La cella est divisée en deux pièces. D. Krencker et W. Zschietzschmann (1938, p. 47) considèrent la seconde pièce comme un adyton d’un type original, qu’ils rapprochent des aménagements visibles dans les synagogues juives et dans les églises chrétiennes à bêma : le mur qui sépare l’adyton du reste de la cella est percé au milieu d’une porte plus large que la porte d’entrée du temple et à gauche d’une fenêtre, à 0,72 m du niveau du sol ; au-delà de cette porte, le niveau de circulation de cette pièce serait identique à celui de la cella ; sur chaque mur latéral s’adosse une banquette de 1,60 m de haut dont les supports délimitent quatre niches. D. Krencker et W. Zschietzschmann eux-mêmes relèvent le fait que les niches latérales ressemblent à celles qui apparaissent dans les cryptes des temples libanais. Il semble aujourd’hui probable que ce dispositif inattendu résulte d’un réaménagement tardif de l’adyton, dont la plate-forme aurait été démontée à l’occasion de la transformation du temple en baptistère.

Grand sanctuaire (C)

135Architecture : Krencker & Zschietzschmann 1938, p. 40-46, 273, 275, pl. 20, 24-25 ; Amy 1950, p. 113 (couverture du temple) ; Donceel 1966, p. 228 (travaux d’H. Kalayan) ; Collart & Coupel 1977, p. 65-66, pl. 56, 3-4 (autel, autel-tour) ; Yasmine 2005, p. 310-313 (essai d’étude métrologique du temple).

Épigraphie : Rey-Coquais 1999b, p. 640, n° 7 (dédicace à Zeus d’Héliopolis), 641-642, nos 8-11 (dédicaces sur les architraves du prostyle du temple), 642, n° 13 (inscription datée, sur l’architrave du portique, dans la cour du sanctuaire).

136Le sanctuaire se niche dans les formations calcaires dolomitiques (fig. 149-150), entre le secteur de la tour au nord et celui du petit temple (B) au sud. Son mur de péribole délimite une enceinte d’environ 75 m de long et 35 m de large, avec les longs côtés au nord et au sud. Vers l’ouest, il ne se poursuit que sur environ 30 m au nord et 15 m au sud, avant de buter sur les rochers. Au nord, ces derniers ont été taillés grossièrement pour donner une forme approximativement régulière au temenos. À l’ouest et au sud, en revanche, ils sont à l’état brut, de sorte que le temple s’accole à la paroi rocheuse. À l’est, la façade du sanctuaire est ornée de pilastres engagés et bordée d’un portique décastyle d’environ 6 m de profondeur. Ce portique a été restauré par H. Kalayan. Le dégagement du secteur à l’est de l’enceinte a révélé un autel-tour calcaire d’environ 4,30 m sur 4,10 m, dépourvu de modénature à la base et couronné d’une gorge égyptienne.

Fig. 149. Qalaat Faqra (31) : le grand sanctuaire (C).

Fig. 149. Qalaat Faqra (31) : le grand sanctuaire (C).

Photo J. Aliquot 2009.

Fig. 150. Qalaat Faqra (31) : plan restitué du grand sanctuaire (C).

Fig. 150. Qalaat Faqra (31) : plan restitué du grand sanctuaire (C).

Dessin T. von Lüpke & W. Hensch, dans Krencker & Zschietzschmann 1938, pl. 20.

137Une large porte aménagée au milieu de la façade du péribole donne accès au sanctuaire. L’espace intérieur du temenos se divise en deux parties : une cour dallée, à peu près carrée et bordée de portiques d’ordre toscan sur trois côtés précède la terrasse supérieure où s’élève le temple, au-delà d’une volée d’escalier couvrant toute la largeur du sanctuaire. Les vestiges d’un autel monumental en grès et en calcaire sont conservés dans la cour, en léger décalage vers le sud par rapport à l’axe médian du temple. D. Krencker et W. Zschietzschmann n’ont repéré que le soubassement carré de ce monument, d’environ 4 m de côté, avec les restes d’une plinthe couronnée par une mouluration arrondie. H. Kalayan a restitué les blocs de deux assises composant le corps de l’autel. Il a aussi fait dégager les fondations d’un escalier extérieur permettant d’accéder au niveau supérieur, depuis l’est. P. Collart et P. Coupel, qui rendent compte de ses découvertes, suggèrent de restituer une gorge égyptienne sur le couronnement de cet autel. Au nord de l’autel se trouve une cuve circulaire ornée d’une tête de taureau.

138Le temple est aligné sur l’axe médian du péribole. Il repose sur un massif de fondation et non sur un véritable podium. Il s’agissait d’un temple hexastyle prostyle d’ordre corinthien, d’environ 40 m de long et 18 m de large, avec un pronaos et une longue cella au fond de laquelle s’élevait la plate-forme d’un adyton. Les murs du bâtiment sont construits en appareil double, majoritairement avec des blocs taillés dans le grès ocre jaune, tandis que le prostyle se compose de blocs de calcaire gris. À l’exception de l’extrémité des antes, ils ne présentent aucun décor, ni à l’extérieur, ni à l’intérieur. Au milieu de la façade, aujourd’hui effondrée, on peut restituer une large baie et, au fond de la cella, la plate-forme d’un adyton tripartite couvrant toute la largeur du temple.

139Pour la partie supérieure de l’édifice, D. Krencker et W. Zschietzschmann suggéraient de restituer une terrasse supérieure ornée de merlons, avec l’amorce d’une tour. Leur hypothèse se fonde sur un sondage révélant l’épaisseur du mur de la plate-forme de l’adyton, qui laisse supposer qu’une cage d’escalier y était intégrée, et sur la découverte, dans la cella, de blocs appartenant éventuellement au couronnement de la tour (fragments de gorge égyptienne au-dessus d’un tore, blocs ornés de merlons). L. Nordiguian (2005, p. 152), quant à lui, propose sous toute réserve de rapporter le tore, la gorge égyptienne et les merlons à l’autel-tour situé devant le temple ou à celui qui se trouve en face du sanctuaire. Cette hypothèse est contredite par la découverte des blocs ornés de ces motifs dans les décombres de la cella. Bien que la proposition de D. Krencker et W. Zschietzschmann s’inspire assez librement du modèle du temple de Bel à Palmyre, R. Amy l’accepte, car elle s’accorderait avec les restitutions qu’il propose pour certains temples de la Békaa et de l’Hermon (70, 99, 103, 107 A). S’il fallait la retenir, le mode d’accès au toit resterait indéterminé. C’est peut-être la raison pour laquelle H. Kalayan (approuvé par J. Yasmine) a préféré placer les blocs ornés du tore et de la gorge égyptienne au niveau de l’architrave, sur le mur nord du temple (selon un dispositif comparable à celui de la chapelle de Chhim, 39 C, dans son premier état du iie s. apr. J.-C.). Si ces blocs n’ont pas été déplacés, le problème de l’articulation entre l’entablement de la cella et celui du pronaos reste posé.

140D. Krencker et W. Zschietzschmann datent la construction du sanctuaire au milieu du ier s. apr. J.-C. en se fondant sur le décor des portiques et sur les caractéristiques du temple (cella profonde, absence de podium). Pour sa part, J. Yasmine propose de reconnaître l’usage de deux modules différents dans le temple et de distinguer les époques au cours desquelles la cella à antes et le pronaos auraient été construits (comme à Chhim, 39 C, et à Niha, 59 B), ce qui semble justifié par l’existence de deux types d’entablement différents et par l’usage de deux types de pierre, même si l’étude métrologique du bâtiment ne paraît pas entièrement convaincante dans le détail. Il est possible que l’aménagement du sanctuaire se soit poursuivi sur une longue période, car une inscription datée de l’an 240-241 apr. J.-C. est gravée sur l’architrave du portique intérieur du temenos.

141L’attribution du sanctuaire au Jupiter héliopolitain est admise par D. Krencker et W. Zschietzschmann (1938, p. 46) et par H. Seyrig (1939a, p. 441, repris en 1985, p. 142). Elle se fonde uniquement sur la dédicace d’un petit autel votif au Zeus d’Héliopolis, découverte dans les ruines de la cella. En réalité, ni cette inscription, ni les textes lus sur les architraves des portiques, dans la cour, ou sur les architraves du temple, n’autorisent de conclusion assurée.

32. *Jabal Sannine

142Description : Burton & Drake 1872, 1, p. 127 ; Nordiguian 2005, p. 144. Site non revu.

143Les ruines d’un sanctuaire romain sont signalées au sommet du Sannine (2623 m d’altitude).

33. *Majdel Tarchiche

144Photo : Taylor 1971, p. 163. Site revu.

145Les vestiges d’un sanctuaire romain aujourd’hui disparu sont signalés dans ce village proche du col entre le Sannine et le Knissé, à 1440 m d’altitude.

34. Aintoura

146Photos : Taylor 1971, p. 121-123 ; Wardini 2002, p. 42-43 ; Nordiguian 2005, p. 142-143. Site revu.

147Le site occupe le versant d’une colline à l’ouest d’Aintoura (1290 m d’altitude). Il comprend un sanctuaire et des tombes rupestres de l’époque romaine, ainsi qu’un village ruiné (non daté). Le sanctuaire est établi sur une terrasse de plan polygonal dont les longs côtés sont au nord et au sud. L’enceinte qui le délimitait est conservée sur le petit côté est et sur le long côté nord, où elle marque un décrochement pour éviter un affleurement de rochers. Elle s’ouvrait à l’est sur une porte monumentale dont les deux jambages sont en place. Un temple ouvert à l’est, très endommagé par des fouilles clandestines, s’élevait face à cette porte, dans l’axe médian du sanctuaire. Sa partie postérieure paraît se confondre avec le mur de fond de l’enceinte (fig. 151). Il ne subsiste du bâtiment que ses fondations et son podium, faits d’un appareil irrégulier au moyen de blocs de grand appareil ou mégalithiques sommairement ravalés, et la première assise de sa cella à antes.

Fig. 151. Aintoura (34) : le sanctuaire, vue du nord-ouest.

Fig. 151. Aintoura (34) : le sanctuaire, vue du nord-ouest.

Photo J. Aliquot 2008.

35. *Broummana

148Description, photo : Nordiguian 1993-1994, p. 374 n. 33, et 2005, p. 141. Site revu.

Épigraphie : Clermont-Ganneau 1888 (dédicace de Deir el-Qalaa).

149À Broummana, l’église du monastère antonin de Mar Chaaya est en partie construite avec des blocs de grand appareil provenant peut-être d’un temple romain. L. Nordiguian remarque que le nom moderne de la colline du monastère, Aarenta ou Aaremta, pourrait correspondre au toponyme sur lequel est composé le nom d’une divinité mentionnée dans la dédicace de Deir el-Qalaa (36) adressée au dieu Balmarcod « sur l’ordre du dieu d’Aremtha » (κατὰ κέλευσιν θεοῦ Αρεμθηνου). Jusqu’à présent, en suivant l’avis de C. Clermont-Ganneau, Aremtha était localisée au sud de Jezzine dans l’arrière-pays de Sidon à Aaramta, où l’on ne connaît aucun vestige antique.

36. Deir el-Qalaa

150Description, architecture : Renan 1864-1874, p. 353-359, 860 (description sommaire) ; Krencker & Zschietzschmann 1938, p. 1-3, 274, 279, 282-283, pl. 2 et 117, 1 (relevés du temple A en 1902, classement dans le groupe des temples récents) ; Amy 1950, p. 110 (temple A, escaliers) ; Saidah 1967, p. 175-176, et Donceel 1967, p. 242-245 (travaux d’H. Kalayan, années 1960-1970) ; Élian, Nordiguian & Salamé-Sarkis 1983 (A) ; Nordiguian 1993-1994 (aire sacrée, agglomération). Photos : Taylor 1971, p. 98-103 ; Blas de Roblès, Pieri & Yon 2004, p. 101-105 ; Nordiguian 2005, p. 132-141. Site revu.

Épigraphie : Rey-Coquais 1999a (présentation générale, bibliographie).

151Deir el-Qalaa, le « Couvent de la forteresse », occupe la croupe d’un contrefort du Liban, à environ 730 m d’altitude, sur la rive nord du Nahr Beyrouth, l’antique Magoras, et au sud du village de Beit Méry. Le site comprend trois ensembles, celui du grand temple (A), le seul connu de D. Krencker et W. Zschietzschmann, au sud-ouest, celui de l’« aire sacrée », qui s’étend en contrebas au nord et qui comprend deux autres temples (B-C), et celui de l’agglomération antique, au nord-est.

152Le dossier épigraphique de Deir el-Qalaa comprend plus d’une centaine d’inscriptions grecques et surtout latines. Découverts en remploi, la plupart de ces textes ne permettent pas de lever les incertitudes relatives à l’aménagement et à la chronologie du site. En revanche, ils éclairent les pratiques cultuelles des colons de Béryte et des pérégrins qui se retrouvent ici pour honorer les dieux de Béryte (Mater Matuta, le Génie, la Fortune de la colonie) et d’Héliopolis (Jupiter, Mercure et Vénus), les empereurs de Rome (Trajan, Hadrien, Septime Sévère) et le groupe des divinités locales dominé par Jupiter Balmarcod et Junon Reine.

Grand temple (A)

153Le sanctuaire occupe un secteur qui a connu de nombreux bouleversements dès l’Antiquité. Il n’en reste que le temple, dont la moitié antérieure est occupée par une aile du couvent Saint-Jean-Baptiste, construit vers 1750 par les moines de Mar Chaaya (fig. 152). L’église qui s’élève derrière les colonnes de son pronaos a elle-même connu des transformations à deux ou trois reprises. L’étude du bâtiment païen doit tenir compte de ces multiples remaniements.

Fig. 152. Deir el-Qalaa (36) : ruines du grand temple (A) intégrées dans l’église et le couvent modernes.

Fig. 152. Deir el-Qalaa (36) : ruines du grand temple (A) intégrées dans l’église et le couvent modernes.

Photo J. Aliquot 2008.

154Le temple repose uniquement sur une semelle de fondation. Déjà soulignée par D. Krencker et W. Zschietzschmann, l’absence de podium est aujourd’hui confirmée. Le plan de l’édifice peut être restitué : il s’agissait d’un temple ouvert au nord-ouest en direction de la mer et de Béryte, de plan tétrastyle prostyle et d’ordre ionique, comprenant un pronaos pourvu de deux colonnes en retour et une cella rectangulaire au fond de laquelle se trouvait la plate-forme d’un adyton. Dans le pronaos, les colonnes étaient galbées au tiers.

155Les murs de la cella, ornés de pilastres dans les angles postérieurs, se prolongent en façade par des antes. Construits en appareil simple avec des blocs mégalithiques sommairement ravalés sur leur parement externe, ils sont presque partout conservés sur une hauteur de deux assises, à l’exception des antes, où la troisième assise est en place : on distingue une assise pourvue d’une base attique uniquement ébauchée par endroits et une assise d’orthostates, la troisième assise étant ornée d’un bandeau saillant. On ne conserve de l’entablement de la cella que quelques blocs d’une architrave à trois fasces surmontées d’une moulure.

156À l’intérieur du temple, D. Krencker et W. Zschietzschmann proposent de restituer deux escaliers à noyau carré permettant d’accéder aux parties hautes du bâtiment de part et d’autre de la porte d’entrée. L’existence de ces escaliers a été récemment confirmée à la suite du dégagement de la cella. Des demi-colonnes engagées semblent avoir orné les murs intérieurs du temple. La restitution de l’adyton par D. Krencker et W. Zschietzschmann est conjecturale. L’existence d’une crypte sous la plate-forme de l’adyton, supposée par P. Élian, L. Nordiguian et H. Salamé-Sarkis (1983, p. 25-28), reste à démontrer.

157Les inscriptions découvertes sur place permettent d’attribuer le temple à Jupiter Balmarcod.

L’aire sacrée

158Au nord et en contrebas du grand temple (A) s’étendent les ruines de l’« aire sacrée » (fig. 153). Un portique délimite ce secteur au sud. D’est en ouest, on distingue les ruines d’un petit temple (B), celles d’une porte monumentale et celles d’un autre bâtiment (C) dont il ne subsiste que le soubassement. L’aire sacrée conserve son dallage par endroits. Tout le secteur est jonché de monuments cultuels et votifs (édicules à colonnettes, autels votifs). Au nord-ouest du petit temple, une porte monumentale a été reconstruite par H. Kalayan. Elle aurait mené vers le grand temple. L. Nordiguian suppose l’existence d’une voie processionnelle entre les deux bâtiments, tout en admettant que les fouilles pratiquées dans le prolongement de l’axe médian de la porte n’ont pour l’instant abouti à aucun résultat concluant.

Fig. 153. Deir el-Qalaa (36) : le petit temple (B) et l’aire sacrée.

Fig. 153. Deir el-Qalaa (36) : le petit temple (B) et l’aire sacrée.

Photo J. Aliquot 2008.

159Le petit temple (B), à l’extrémité est de l’aire sacrée, est une chapelle tétrastyle prostyle de dimensions modestes (11,30 m de long sur 8,60 m de large), ouverte au nord-ouest, comme le grand temple qui le domine. Dépourvu de podium, il repose sur un soubassement à degrés. Le fond de sa cella a pu être occupé par une plate-forme précédée d’un escalier. L’autel découvert au milieu de la pièce n’est sans doute pas à son emplacement originel. Le temple est traditionnellement attribué à Junon, la parèdre de Balmarcod. La dédicace inédite d’un linteau découvert dans la zone du temple semble confirmer cette proposition.

160À l’extrémité ouest de l’aire sacrée, un imposant soubassement se rapproche par sa technique de celui sur lequel repose le grand temple. Il supportait peut-être un troisième temple (C).

Agglomération antique

161L’agglomération qui s’étend à une centaine de mètres au nord-est du grand temple semble s’être développée à l’époque protobyzantine. On y relève de nombreux remplois de blocs tirés des sanctuaires païens. Trois cuves de broyage sont taillées dans des fûts de colonne du grand temple. Les huileries auxquelles elles appartiennent seraient contemporaines ou postérieures à la christianisation du site, marquée par la construction d’une basilique à trois nefs datée du vie s. apr. J.-C.

162Plusieurs bâtiments semblent toutefois témoigner de l’existence d’une agglomération dès l’époque romaine. Il s’agit de bains publics et privés (dont le premier a été en partie oblitéré par la basilique chrétienne), d’un puits aménagé en nymphée et d’un monument à orthostates. On manque encore d’éléments pour dater précisément ces édifices, mais il est probable que les sanctuaires romains ont été associés à un quartier d’habitation, quand bien même celui-ci se réduirait aux maisons des prêtres et aux annexes permettant d’accueillir les fidèles.

37. *Jabal Knissé

163Mention : Nordiguian 2005, p. 145. Site revu.

164Deux bâtiments d’époque romaine occupent la crête du Jabal Knissé (2091 m d’altitude). Le premier, très arasé, pourrait être un bâtiment cultuel pourvu d’une plate-forme (fig. 154). Le second, à une cinquantaine de mètres au nord, a été présenté comme une citerne ou une glacière.

Fig. 154. Jabal Knissé (37*) : blocs épars sur le site, la Békaa et l’Hermon.

Fig. 154. Jabal Knissé (37*) : blocs épars sur le site, la Békaa et l’Hermon.

Photo J. Aliquot 2009.

List of illustrations

Title Fig. 113. Beit Jallouk (1) : le sanctuaire, vue de l’ouest.
Credits Photo J. Aliquot 2009.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1451/img-1.jpg
File image/jpeg, 476k
Title Fig. 114. Beit Jallouk (1) : le temple, vue du sud.
Credits Photo J. Aliquot 2009.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1451/img-2.jpg
File image/jpeg, 424k
Title Fig. 115. Beit Jallouk (1) : chapiteau du temple.
Credits Photo J. Aliquot 2009.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1451/img-3.jpg
File image/jpeg, 548k
Title Fig. 116. Beit Jallouk (1) : plate-forme de l’adyton.
Credits Photo J. Aliquot 2009.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1451/img-4.jpg
File image/jpeg, 464k
Title Fig. 117. Akroum (2) : construction adventice entre la cella du petit temple (A), à droite, et le podium du grand temple (B), à gauche.
Credits Photo J. Aliquot 2009.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1451/img-5.jpg
File image/jpeg, 560k
Title Fig. 118. Sfiré (6) : le grand sanctuaire (A-C), vue depuis le haut-lieu de la terrasse intermédiaire (D).
Credits Photo J. Aliquot 2009.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1451/img-6.jpg
File image/jpeg, 564k
Title Fig. 119. Sfiré (6) : la plate-forme de l’adyton du grand temple (A).
Credits Photo J. Aliquot 2009.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1451/img-7.jpg
File image/jpeg, 484k
Title Fig. 120. Sfiré (6) : la cella et la plate-forme de l’adyton du petit temple (B).
Credits Photo J. Aliquot 2009.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1451/img-8.jpg
File image/jpeg, 456k
Title Fig. 121. Sfiré (6) : l’enceinte du sanctuaire de la terrasse intermédiaire (D).
Credits Photo J. Aliquot 2009.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1451/img-9.jpg
File image/jpeg, 428k
Title Fig. 122. Sfiré (6) : la plate-forme du sanctuaire de la terrasse intermédiaire (D).
Credits Photo J. Aliquot 2009.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1451/img-10.jpg
File image/jpeg, 496k
Title Fig. 123. Sfiré (6) : le temple du village (F).
Credits Photo J. Aliquot 2009.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1451/img-11.jpg
File image/jpeg, 380k
Title Fig. 124. Ain Aakrine (8) : l’angle sud-est du péribole du sanctuaire ouest (A).
Credits Photo J. Aliquot 2008.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1451/img-12.jpg
File image/jpeg, 464k
Title Fig. 125. Ain Aakrine (8) : le temple du sanctuaire est (B).
Credits Photo J. Aliquot 2008.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1451/img-13.jpg
File image/jpeg, 356k
Title Fig. 126. Ain Aakrine (8) : habitat et installations artisanales à l’intérieur du péribole du sanctuaire est (B), au nord du temple.
Credits Photo J. Aliquot 2008.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1451/img-14.jpg
File image/jpeg, 472k
Title Fig. 127. Bziza (9) : le temple.
Credits Photo J. Aliquot 2008.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1451/img-15.jpg
File image/jpeg, 440k
Title Fig. 128. Bziza (9) : le podium du temple.
Credits Photo J. Aliquot 2008.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1451/img-16.jpg
File image/jpeg, 568k
Title Fig. 129. Bziza (9) : le mur gouttereau ouest de la cella, à l’intérieur du temple.
Credits Photo J. Aliquot 2008.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1451/img-17.jpg
File image/jpeg, 472k
Title Fig. 130. Asia (11*) : blocs remployés à l’entrée du cimetière.
Credits Photo J. Aliquot 2009.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1451/img-18.jpg
File image/jpeg, 424k
Title Fig. 131. Hardine (12) : le podium et le péristyle (restauré) du temple.
Credits Photo J. Aliquot 2008.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1451/img-19.jpg
File image/jpeg, 356k
Title Fig. 132. Machnaqa (23) : plan du sanctuaire.
Credits Dessin Kalayan 1964.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1451/img-20.png
File image/png, 12k
Title Fig. 133. Machnaqa (23) : le noyau central de la tour cultuelle.
Credits Photo J. Aliquot 2002.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1451/img-21.jpg
File image/jpeg, 528k
Title Fig. 134. Machnaqa (23) : la tour cultuelle.
Credits Photo J. Aliquot 2002.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1451/img-22.jpg
File image/jpeg, 368k
Title Fig. 135. Yanouh (24) : plan restitué du site de Mar Girios.
Credits © G. Charpentier, Mission archéologique de Yanouh et de la vallée du Nahr Ibrahim 2004.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1451/img-23.jpg
File image/jpeg, 504k
Title Fig. 136. Yanouh (24) : vues en coupe restituées du sanctuaire nord (B).
Credits © G. Charpentier, Mission archéologique de Yanouh et de la vallée du Nahr Ibrahim 2004.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1451/img-24.jpg
File image/jpeg, 324k
Title Fig. 137. Yanouh (24) : le grand temple (B), vue du sud-ouest.
Credits Photo J. Aliquot 2004.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1451/img-25.jpg
File image/jpeg, 500k
Title Fig. 138. Yanouh (24) : le grand temple (B), vue de l’est.
Credits Photo J. Aliquot 2004.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1451/img-26.jpg
File image/jpeg, 540k
Title Fig. 139. Yanouh (24) : le podium du petit temple (C), vue du sud-est.
Credits Photo J. Aliquot 2004.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1451/img-27.jpg
File image/jpeg, 480k
Title Fig. 140. Afqa (25) : la source du Nahr Ibrahim, l’antique Adonis, vue aérienne de 1938.
Credits Photo © Ifpo, photothèque.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1451/img-28.jpg
File image/jpeg, 596k
Title Fig. 141. Afqa (25) : le temple.
Credits Photo J. Aliquot 2002.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1451/img-29.jpg
File image/jpeg, 560k
Title Fig. 142. Sarba (30) : podium du temple sous le monastère moderne.
Credits Photo J. Aliquot 2002.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1451/img-30.jpg
File image/jpeg, 460k
Title Fig. 143. Qalaat Faqra (31) : le secteur de la tour (A).
Credits Photo J. Aliquot 2008.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1451/img-31.jpg
File image/jpeg, 404k
Title Fig. 144. Qalaat Faqra (31) : la tour (A).
Credits Photo J. Aliquot 2008.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1451/img-32.jpg
File image/jpeg, 564k
Title Fig. 145. Qalaat Faqra (31) : la tour (A), restitution de la façade (sans le couronnement pyramidal).
Credits D’après B. Schulz, dans Krencker & Zschietzschmann 1938, p. 50, fig. 73.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1451/img-33.jpg
File image/jpeg, 528k
Title Fig. 146. Qalaat Faqra (31) : l’autel monumental restauré face à la tour (A).
Credits Photo J. Aliquot 2008.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1451/img-34.jpg
File image/jpeg, 532k
Title Fig. 147. Qalaat Faqra (31) : la basilique chrétienne protobyzantine accolée au petit temple (B).
Credits Photo J. Aliquot 2008.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1451/img-35.jpg
File image/jpeg, 556k
Title Fig. 148. Qalaat Faqra (31) : cuve cultuelle païenne remployée dans le petit temple (B) transformé en baptistère.
Credits Photo J. Aliquot 2008.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1451/img-36.jpg
File image/jpeg, 484k
Title Fig. 149. Qalaat Faqra (31) : le grand sanctuaire (C).
Credits Photo J. Aliquot 2009.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1451/img-37.jpg
File image/jpeg, 448k
Title Fig. 150. Qalaat Faqra (31) : plan restitué du grand sanctuaire (C).
Credits Dessin T. von Lüpke & W. Hensch, dans Krencker & Zschietzschmann 1938, pl. 20.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1451/img-38.jpg
File image/jpeg, 388k
Title Fig. 151. Aintoura (34) : le sanctuaire, vue du nord-ouest.
Credits Photo J. Aliquot 2008.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1451/img-39.jpg
File image/jpeg, 540k
Title Fig. 152. Deir el-Qalaa (36) : ruines du grand temple (A) intégrées dans l’église et le couvent modernes.
Credits Photo J. Aliquot 2008.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1451/img-40.jpg
File image/jpeg, 424k
Title Fig. 153. Deir el-Qalaa (36) : le petit temple (B) et l’aire sacrée.
Credits Photo J. Aliquot 2008.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1451/img-41.jpg
File image/jpeg, 476k
Title Fig. 154. Jabal Knissé (37*) : blocs épars sur le site, la Békaa et l’Hermon.
Credits Photo J. Aliquot 2009.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1451/img-42.jpg
File image/jpeg, 535k

© Presses de l’Ifpo, 2009

Terms of use: http://www.openedition.org/6540