Version classiqueVersion mobile

Le tombeau des trois frères à Palmyre

 | 
Hélène Eristov
, 
Claude Vibert-Guigue
, 
Walid al-As`ad
, 
et al.

VII - État du tombeau durant le conflit

B. État du tombeau le 29 avril 2017

Houmam Saad

Texte intégral

1À la suite de la seconde libération de la ville de Palmyre, courant mars 2017, une équipe de la Direction Générale des Antiquités et Musées de Syrie, s’est rendue dans l’oasis pour évaluer les dommages et documenter l’état général du musée et du site. Cette visite était organisée par la DGAMS et autorisée par son directeur, Dr. Mamoun Abdoulkarim venu lors de la campagne de prises de vue à l’aide d’un drone syrien.

2Le 6 avril 2017, je suis allé sur le site avec le directeur des monuments historiques de Syrie, Dr. Ahmed Deeb, en vue de documenter les dommages subis par le théâtre et le tétrapyle, et vérifier d’autres éventuelles destructions. Il était prévu de visiter les nécropoles et surtout le tombeau des Trois Frères, mais il n’a pas été possible d’accéder à la zone de ce dernier.

3Le 29 avril 2017, je suis revenu avec une équipe présidée par Dr. Mamoun Abdoulkarim pour établir une zone de protection du site, afin d’avoir pour l’avenir un périmètre protégé le plus large possible, sans qu’aucune construction ou implantation n’endommagent les paysages et les horizons.

4Après avoir réussi à atteindre le tombeau, on a relocalisé de l’extérieur le trou pratiqué par les occupants à peu près à l’aplomb de l’angle sud-ouest de l’exèdre peinte et l’orifice d’1 m2 était dissimulé à l’origine par un entourage de tas de terre afin d’échapper à la prospection aérienne. Il avait été soigneusement rebouché par la DGAMS au moment de la première libération, et depuis personne n’avait tenté de le ré‑ouvrir. Par l’intérieur, un blocage a permis de combler l’accès extérieur du tunnel.

Constat

5L’escalier moderne conserve encore l’auvent et les sacs de sable (sauf la rangée du haut). Les portes métalliques sont toujours les mêmes, et deux cadenas ont été posés.

6L’intérieur a été vidé par l’armée pour vérifier l’existence de mines (nattes, sac à dos, matelas effets personnels) à quelques exceptions près (dont une armoire sans porte). L’état de l’intérieur n’a pas changé depuis 2016. Le djousse peint ou non est dans le même état, badigeonné ou non. Les cloisons en moellons restent en attente d’un projet de restauration qui ne présente pas un caractère d’urgence.

7L’état des peintures badigeonnées est le même qu’en 2016. Un cliché complétant la série précédente monte le piédroit sud blanchi (pl. 105. 4).

8Pour la première fois, j’ai eu accès à la travée modifiée par les occupants entre les Victoires P et O (paroi sud de l’exèdre peinte). La porte métallique (charnière côté droit) ne correspond pas à la hauteur de la fermeture (le dernier tiers supérieur est fixe) (pl. 105. 5). Elle est constituée de tôle ondulée métallique (toutia) avec une targette manœuvrable de l’intérieur de l’exèdre pour la maintenir fermée. Des pattes métalliques retiennent le cadre (tube de section carrée) fixé aux deux angles de la travée. Le travail est bien réalisé.

9Cette porte a été aménagée dans la perspective de pouvoir s’enfuir en cas d’attaque par la porte du tombeau. Le fond de la travée a été creusé dans le sens montant, en vue de déboucher à l’extérieur. Quelques marches sont assez bien taillées au départ (pl. 105. 6), puis le tunnel monte progressivement. Sa forme se fait alors irrégulière, car le rocher devient très dur, comme l’attestent les coups de pic aux impacts bien marqués. Le diamètre du tunnel se rétrécit ; j’arrête ma progression, n’ayant pas de lampe.

10Les photos prises au flash donnent une idée du constat. À ma grande surprise, ce passage artificiel conduit à une cavité inconnue à ce jour. Des restes de djousse montrent qu’elle était enduite (sans trace de peinture visible sur les clichés). Sa forme est irrégulière et il est difficile de comprendre les changements de plan d’après photo (pl. 105. 7). Un cliché montre clairement qu’après un secteur de roche particulièrement dur à tailler, la cavité a été creusée dans le type de substrat sédimentaire que l’on a l’habitude de rencontrer. Cette cavité serait au niveau de la lunette d’Achille à Skyros.

11Cette seconde visite post-conflit a été l’occasion de rapporter à Paris quelques petits échantillons de badigeon pour analyse. Il s’agirait de savoir quel matériau a été employé, en vue de tests de nettoyages de surfaces ponctuels, naturellement en dehors des surfaces peintes.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search