Version classiqueVersion mobile

Le tombeau des trois frères à Palmyre

 | 
Hélène Eristov
, 
Claude Vibert-Guigue
, 
Walid al-As`ad
, 
et al.

VII - État du tombeau durant le conflit

A. État du tombeau le 5 avril 2016

Houmam Saad

Texte intégral

1À la suite de la libération de la ville de Palmyre le 27 mars 2016, une équipe de la Direction Générale des Antiquités et Musées de Syrie s’est rendue dans l’oasis pour évaluer les dommages et documenter l’état général du musée et du site. Cette visite était organisée par la DGAMS et autorisée par son directeur, Dr. Mamoun Abdoulkarim venu lors de la campagne de prises de vue par drone.

2Le 5 avril 2016, je suis allé à pied en fin de matinée jusqu’à la nécropole sud-ouest ; Yves Ubelmann m’accompagnait ainsi que deux soldats syriens. La route était dégagée, mais les abords minés ; l’armée était passée auparavant pour vérifier la présence de mines.

3Avant 2011, l’entrée du tombeau était visible de la route, or, lors de ma visite il était difficile, même de jour, de localiser non seulement le tombeau des Trois Frères, mais même l’ensemble de la nécropole sud-ouest. En effet, le paysage avait été modifié et une dizaine de tours détruites (pl. 104. 1 et 2). La piste qui conduisait jusqu’à l’entrée du tombeau avait été parsemée de talus de pierres et de terre pour modifier la topographie du secteur, afin de supprimer les repères habituels.

4Une seconde visite eut lieu quelques jours après.

Première visite

Entrée

5L’escalier d’entrée est bien conservé. Il faut savoir avant tout que la DGAM de Palmyre, à travers son représentant, Walîd al‑As‘ad, avait installé en 2012 une couverture en tôle plate sur toute son emprise, après l’avoir complétement rebouché avec du sable puis de la terre. À mon arrivée, j’ai constaté que l’entrée avait été vidée et nettoyée et qu’un système de défense avait été installé sur les marches d’escalier. Il s’agit de murs de sacs de sable disposés en chicane, l’ensemble étant bien réalisé. Le seul dommage archéologique constaté à cet endroit est dû à un passage de câble électrique qui a endommagé l’extrémité droite de la corniche sculptée surmontant la porte (pl. 104. 3). En effet un générateur disposé à l’extérieur, près de l’entrée à droite, à proximité de l’exèdre nord, alimentait le tombeau transformé en bureau habité, ainsi qu’une antenne pour la communication « talkie-walkie ». Ce groupe n’a pas été rallumé par manque de carburant. La visite s’est faite dans l’obscurité, seulement éclairée par les lampes de smartphone et les flashes des appareils photos.

Exèdre peinte

6Une cloison en moellons a été montée jusqu’à l’arc afin de rétrécir l’ouverture de l’exèdre peinte (pl. 104. 4). Une porte surmontée d’une fenêtre rectangulaire horizontale a été ménagée dans la paroi badigeonnée. Ce passage était le seul à posséder une porte métallique. Étant donné que cette cloison repose au milieu du seuil antique, les peintures des piédroits et de l’intrados de l’arc sont en partie cachées par cette maçonnerie posée avant le badigeonnage des peintures.

7Les parties apparentes du décor lorsque l’on se présente devant l’arc n’ont cependant pas été touchées, pas plus que le fascinum (pl. 104. 5).

8À l’intérieur, sur des nattes plastiques au sol, sont disposés dans l’angle sud-ouest un bureau, son fauteuil, un meuble à étagères. Une petite table basse à six côtés, dans un style damascène caractéristique, complète cet espace réservé au responsable. Un autre fauteuil se trouvait à proximité. À côté du meuble dans l’angle sud-ouest, une travée de la paroi sud a vu son fond creusé afin d’aménager un moyen de fuite en cas d’attaque. Il s’agit de la travée 37 (le 2e en partant de la paroi ouest). Son entrée était garnie d’une porte métallique construite sur mesure, la charnière posée côté droit. Une grille à armature verticale était doublée d’une plaque de tôle. Je suis entré dans ce souterrain qui possédait un éclairage. Par crainte de mines, j’ai avancé jusqu’à mi-course et aperçu la lumière du jour. Les autres travées sont obturées par des moellons badigeonnés.

Peintures

9Les pilastres aux Victoires ont été entièrement badigeonnés (pl. 104. 6). Ce n’est pas le cas des colonnes d’angles (du moins celle qui n’est pas cachée par le meuble à étagères) ni de celles situées aux extrémités est des parois nord et sud. Chapiteau, colonne et base sont visibles. En revanche, les parties visibles sur ce côté des piédroits figurés ont été blanchies (au moins à l’angle nord-est). Plus haut, les frises sont toujours apparentes ainsi que celles qui bordent le pourtour de la lunette.

10La scène d’Achille a été recouverte d’un badigeon couvrant une surface rectangulaire irrégulière (pl. 104. 7), légèrement décalée sur la gauche. Elle n’affecte donc pas toute la scène, Agyrtès continuant d’être visible. Elle mord légèrement sur la frise de modillons et en partie haute on devine qu’ils ont voulu atteindre le sommet du bouclier levé par Achille. Visiblement cette limite supérieure de la zone dégradée forme une courbe, comme si une personne juchée sur un meuble ne pouvait aller plus loin. La surface irrégulière de la lunette n’a pas permis de couvrir intégralement la peinture. Des dégoulinures prouvent l’emploi d’un badigeon liquide.

11Le décor géométrique de la voûte n’a pas été atteint. En revanche, le médaillon au Ganymède a été blanchi à l’exception de rares zones (pl. 104. 8), dont le bas de la cape plissée. Le badigeon mord sur le pourtour du médaillon et sur quelques hexagones.

Vestibule

12L’escalier intérieur qui descend dans le vestibule est préservé. En revanche des modifications ont été faites au niveau des trois arcs. Des cloisons en moellons liés au ciment ont subdivisé les espaces antiques (de 15 à 17 assises). Du côté des exèdres nord et sud s’élève en effet un mur percé d’une porte d’un mètre de largeur, mais qui s’arrête à hauteur des départs de voûte (pl. 105. 1). Ces parois ont été rapidement badigeonnées en blanc. L’ancien boitier électrique à droite de l’escalier en descendant a été réutilisé avec un ajout de câble d’arrivée et de sortie. La prise murale alimente une petite batterie chargeable de 220 volts. Ce vestibule est encombré de chaises et, dans un angle, de meuble à tiroirs.

Exèdre nord

13Dans cette exèdre se trouve le triclinium sculpté qui n’a pas été détruit (pl. 105. 2). En revanche les cuves et reliefs figurés étaient recouverts de grands rideaux verts, probablement récupérés des hôtels à proximité. Ils devaient couvrir intégralement les sculptures mais ils ont été partiellement déplacés avant ma visite pour vérifier ce qui pouvait être caché en-dessous.

14Des moellons ont été posés entre les sculptures sur la cuve des sarcophages latéraux et les parois de l’exèdre. Les deux cavités ouvertes sur les petits côtés de ces mêmes sarcophages étaient bouchées. Les travées sont également condamnées par des moellons et badigeonnées, excepté celles de la paroi nord, moins accessibles.

15Des lampes murales, une de chaque côté, apportaient de la lumière. Une petite prise murale est également posée.

16Visiblement, des chaises, deux tables, avec de la vaisselle et des reliquats alimentaires indiquent que cet espace était dédié aux repas. Le sol était nu.

17Des inscriptions en noir sur les moellons recommandent de garder les lieux propres.

Exèdre sud

18Dans cette exèdre se trouve un édicule mural à décor de banquet (pl. 105. 3). Il n’a pas été altéré et un rideau cachait le banqueteur. Les travées sont obturées avec des moellons badigeonnés et des appliques murales sont fixées. Des matelas à terre indiquent que cet espace était un dortoir dont le sol était garni de beaux tapis récupérés.

Exèdre axiale

19Les travées sont obturées avec des moellons badigeonnés et des appliques murales sont fixées (pl. 104. 4). Des matelas à terre indiquent que cet espace était un dortoir dont le sol était garni de beaux tapis récupérés. Un aménagement pour suspendre les vêtements a été installé du côté nord à l’aide de tuyaux d’eau en métal ou en plastique. Le départ de ce dispositif se voit dans le vestibule du côté de la porte. Il se poursuit d’ailleurs jusqu’à l’exèdre peinte.

Seconde visite

20Pris au dépourvu, les fuyards ont tout laissé sur place, effets personnels, sacs à dos, alimentation, aménagements électriques, etc. Trois jours après, je suis revenu accompagné d’Ahmed Deeb, directeur des musées à la DGAM. Avec un groupe de soldats, les sacs ont été vérifiés au détecteur de métaux puis évacués afin d’éviter qu’ils n’attirent des maraudeurs. Tout le reste est demeuré dans l’état. Depuis, la porte est fermée par une chaîne à cadenas.

Conclusion

21Grâce à des collègues qui avaient fui à Damas, on savait que bien avant la libération de l’oasis, le tombeau était transformé en bureau depuis au moins sept mois. Ce monument qui était propre, aménagé et assez grand pouvait être facilement camouflé depuis le sol, tout en assurant la surveillance de la route de Damas distante d’à peine 50 mètres.

22Dans son malheur, la transformation du tombeau en bureau habité l’a sauvé d’une destruction certaine, mais les peintures figurées, contraires à l’idéologie des occupants, ont souffert du badigeonnage, les sculptures étant seulement recouvertes de rideaux.

Préconisation, mesures d’urgence

  • Des travaux sont en cours pour fermer l’accès ouvert dans un loculus de l’exèdre peinte, afin de prévenir toute arrivée d’eau (ruissellement du Jabal Muntar).
  • Dans le même ordre d’idées, il faudrait déblayer tous les talus et tas de pierres qui pèsent sur le tombeau, en veillant à ce qu’il n’y ait pas de ruissellement.
  • Les fermetures de la double porte sont à améliorer.
  • Il est nécessaire de prélever des échantillons de badigeon pour analyser la nature du matériau.
  • Il faudrait s’assurer du matériel qui a été utilisé pour l’appliquer ; pinceau-brosse, rouleau ? On devine des passages successifs, surtout pour la lunette haute et le médaillon de voûte.
  • Il faut proscrire, dans l’état actuel des choses, toute tentative de nettoyage ou d’enlèvement du badigeon, ce qui n’aboutirait qu’à la destruction définitive et irrémédiable des peintures.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search