Version classiqueVersion mobile

Le tombeau des trois frères à Palmyre

 | 
Hélène Eristov
, 
Claude Vibert-Guigue
, 
Walid al-As`ad
, 
et al.

VI - Approches techniques

C. Topographie et prospection de surface

Texte intégral

Topographie du tombeau des Trois Frères (S. Lemeunier)

1La réalisation de la topographie du tombeau s’est imposée comme préalable à l’étude ; elle a bénéficié de quelques données antérieures et s’est inscrite dans le cadre plus large du Jabal Muntar.

Documentation préexistante

2Une documentation topographique et des données géodésiques étaient disponibles avant les missions :

  • un plan schématique de la tombe des Trois Frères 1
  • un plan général du site de Palmyre mais sur lequel ne figure pas la nécropole sud‑ouest où se situe le tombeau
  • un repère de nivellement dans l’enceinte du Musée archéologique de Palmyre dont l’altitude est connue (405,683 mètres).

Matériel mis à disposition par le musée de Palmyre

3La direction du musée a mis à notre disposition une station totale Sokkia Set 510, un trépied, un prisme AP01, une canne à prisme, un niveau de chantier Sokkia, une mire, un lecteur de carte flash, deux cartes flash (16 et 32 Mo), un logiciel d’import, d’export et de conversions de données pour le Set 510 de Sokkia.

4Le Sokkia Set 510 ne permet pas de viser directement une surface. Il faut absolument un réflecteur adapté (prisme ou feuille réfléchissante). Le seul réflecteur mis à disposition était un prisme AP01. Le problème s’est donc posé pour relever les angles internes. Pour y remédier, une pointe de 4 cm de long a été fixée à l’arrière du prisme et une correction sur les distances inclinées a été opérée sur chaque visée. Cependant, cette méthode ajoute une imprécision sur le calcul de la position du point visé étant donné que le prisme n’est pas parfaitement aligné avec l’axe de visée du tachéomètre et le point visé. En considérant que l’écart angulaire tachéomètre – prisme / prisme – point visé n’excède pas 10 degrés, l’imprécision sur la position du point visé est de l’ordre de 7 mm. D’autre part, l’impossibilité de viser directement le point a nécessité l’intervention d’une personne (M. Sanz) pour tenir le réflecteur sur chaque point à calculer.

Travail in situ (pl. 101. 3)

Rattachement altimétrique in situ

5Un point de repère a été installé à l’entrée du tombeau des Trois Frères. Ce point (point B), se situe sur la partie supérieure de l’escalier externe, à l’aplomb de la porte d’entrée (pl. 101. 1) Le nivellement a été réalisé en aller‑retour entre le repère connu du Musée archéologique et le point B. Il a fallu deux jours et 28 stations pour relier le repère du Musée au point B, distants de 2,5 km. La fermeture sur le trajet est de 3 mm ; la qualité du nivellement correspond à un nivellement de précision. L’altitude calculée du point B est ZB = 413,970 m.

Mise en place d’un niveau

6En vue de recaler les différents dessins à l’échelle 1:1 obtenus sur nappes plastiques en polyane et réalisés par l’équipe (supra p. 163), il est nécessaire de marquer un niveau sur tous les murs internes du tombeau des Trois Frères. Pour ce faire, le niveau Sokkia a été stationné dans le vestibule, à l’intersection des exèdres nord, axiale et sud afin de viser un maximum de points caractéristiques, tels les arêtes des loculi.

Relevé de l’architecture interne

7Le relevé topographique de la chambre peinte a été fait en priorité afin de pouvoir installer le plus rapidement possible l’échafaudage servant à l’étude. Plus de 1500 points ont été pris lors de la première mission en octobre 2004, essentiellement dans la chambre peinte. Une première station (STA1) a été implantée au centre de l’alcôve peinte. Plusieurs autres stations ont été implantées à l’intérieur du tombeau afin de compléter le relevé. Le relevé de 2004 a été effectué en cinq jours. Sans les nombreuses visites touristiques du tombeau qui ont fortement ralenti l’avancement du travail, ce dernier aurait pu être réduit. Le relevé a été effectué dans un repère local arbitraire recalé par la suite. Le point d’origine de ce repère est la station STA1. L’orientation de l’axe des ordonnées est faite sur un repère situé sur la troisième marche de l’escalier interne. Lors de la deuxième intervention topographique en mars 2005, 1800 points ont été pris à l’intérieur du tombeau pour compléter le modèle numérique 3D, notamment les loculi (pl. 101. 2 et 3).

Relevé de plusieurs points de décor

8Parallèlement au relevé architectural, un relevé de plusieurs points caractéristiques concernant les décors peints a été effectué. Ces relevés supplémentaires permettent non seulement de recaler les dessins réalisés à l’échelle 1:1, mais également d’insérer précisément les photos ou l’infographie sur le modèle virtuel obtenu sous AutoCAD™. Les points visés possèdent un numéro d’identification les distinguant des points architecturaux, ce qui permet de les identifier rapidement lors du transfert des points. Les médaillons des parois de l’alcôve ont ainsi pu être relevés (au‑dessus des Victoires), ainsi que le médaillon central de la voûte (Ganymède) ; d’autres points caractéristiques ont été relevés en concertation avec l’équipe de dessin.

Relevé de l’architecture externe

9Une première station extérieure a été implantée sur le palier à l’entrée du tombeau ; cette station a permis de relever toutes les parties externes de la porte et de compléter le relevé des marches de l’escalier externe, relevé qui avait déjà été commencé depuis une station interne. Quelques points caractéristiques des murs ont également été visés. Une seconde station extérieure a été implantée sur le mur nord des escaliers externes. Le choix de cette station est justifié par la possibilité de viser le toit du Cham Hôtel depuis lequel des relevés supplémentaires ont été souhaités.

Relevé du terrain situé au‑dessus du tombeau

10Afin d’analyser les risques d’infiltration d’eau au sein de sa structure interne, un relevé du terrain situé au‑dessus du tombeau a été effectué. Dès lors, il est possible de générer des coupes verticales sur lesquelles figurent la structure interne ainsi que la surface du terrain situé au‑dessus de celle‑ci (pl. 101. 4 et 102. 1). Ces coupes sont indispensables à un premier diagnostic concernant l’infiltration d’eau. Ce relevé a été réalisé à partir de la station située sur le mur nord de l’escalier externe. L’axe principal de la piste a également été relevé afin de localiser le passage des véhicules à l’aplomb du tombeau. Deux points caractéristiques de la maison du gardien ont également été relevés ainsi que quelques points des tours funéraires alentour afin de replacer le tombeau des Trois Frères dans son environnement.

Relevé du Jabal Muntar

11En collaboration avec la mission archéologique de J.‑B. Yon et J. Seigne, un relevé partiel du Jabal Muntar a été entrepris avec l’équipe au cours de la journée du lundi 25 octobre 2004. La station choisie a été implantée sur le toit du Cham Hôtel. Depuis cette station, une vue à 270o permet de viser un maximum de points. Une ligne de plus grande pente ainsi que les tours du rempart sur la crête du Jabal Muntar ont été relevées, mais également des points caractéristiques au niveau de la source Efqa. De plus, une orientation par rapport à trois colonnes honorifiques a été effectuée afin de rattacher le relevé à des travaux déjà existants sur le site de Palmyre.

Traitement des données brutes

12Les données enregistrées sont importées sous le logiciel Covadis™. Le fichier des mesures (géobase) est édité et le dessin généré sous AutoCAD™. On obtient un nuage de points dans un espace en trois dimensions. Afin de clarifier le travail, les points sont répartis dans des calques (couches) différents (voûtes, arcs, corniche, loculi, parois, dalle, escalier interne, escalier externe, porte, monument). Les différents points sont reliés afin de dessiner l’ensemble. On obtient un modèle filaire 3D. Au cours des deux missions, presque tous les points ont été reliés et répartis dans les calques idoines.

Travaux complémentaires

Rattachement planimétrique

13Le service du cadastre de la ville de Palmyre possède un plan cadastral de la ville datant de 1926 et que j’ai pu consulter sur place (République syrienne, Caza de Homs, Circonscription foncière de Palmyre no 311, feuille no 34, échelle 1:25000). Malheureusement, les points de référence qui auraient pu servir à rattacher le tombeau des Trois Frères n’étaient plus fiables (déplacement ou destruction partielle). Par conséquent, le rattachement planimétrique n’a pas été fait in situ. Ce rattachement a été réalisé d’après photos satellitaires insérées sous le logiciel Qgis (version 2.12.2 Lyon). C’est l’escalier d’accès du tombeau, visible sur les photos de Bing Aerial™ et sur celles de Google Hybrid™ qui a servi de repère visuel. Le système choisi est EPSG 22770 Deir ez Zor/Syria Lambert. Dans ce système avec les photos de Google Hybrid™ (image Cnes /Astrium DigitalGlobe du 8 septembre 2010), voici les coordonnées planimétriques du point B installé in situ en mars 2005 :

XB =382 885,5970 m
YB =288 477,1633 m
Rappel :ZB =413,970 m

14Le modèle en 3D généré sous AutoCAD™ a été replacé dans le système de coordonnées EPSG 22770.

Génération des surfaces

15Afin de visualiser le modèle numérique 3D, il est nécessaire de générer des surfaces à partir du modèle filaire. Par conséquent, chaque élément architectural a été traité afin de pouvoir plaquer les images (texture, photos ou infographie) correspondantes : parois, voûtes, corniches, loculi, dalle, escaliers, etc. (pl. 102. 2 à 4).

Génération des parties manquantes

16Une partie des loculi n’a techniquement pas pu être relevée au tachéomètre. Afin de compléter le modèle virtuel en 3D, ces parties ont été dessinées pour obtenir un rendu plus réaliste.

17D’autre part, dans le souci de se rapprocher de la réalité originelle, des plaques de loculi ont été créées afin de suggérer leur état fermé.

18Le mobilier funéraire sculpté a été modélisé sommairement à partir de sa trace au sol.

19Toutes ces parties rajoutées ont été placées dans un calque spécifique et apparaissent en transparence afin de les identifier instantanément.

Insertion de l’infographie

20Dans un premier temps, les photographies ont été insérées au modèle 3D sous AutoCAD™. Depuis 2005, l’infographie des peintures a été réalisée par C. Kohlmayer et C. Vibert‑Guigue sous Adobe Illustrator™ à partir des relevés à l’échelle 1:1 réalisés sur polyane. Des images correspondant à chaque calque sont générées puis ‘mappées’ (plaquées) sur les surfaces du modèle 3D AutoCAD™. On obtient ainsi un modèle 3D architectural et pictural, le plus réaliste possible (pl. 102. 1).

Conclusion et perspectives

21Ces deux missions topographiques effectuées en 2004 et 2005 se sont avérées très utiles pour la bonne visualisation du tombeau des Trois Frères. De plus, les résultats confirment l’excellente capacité technique du matériel dont disposait le Musée archéologique de Palmyre. Ce matériel constituait un outil puissant pour effectuer de nombreux travaux topographiques sur le site de Palmyre. Cette documentation est d’autant plus précieuse au vu des événements récents survenus en Syrie et plus particulièrement à Palmyre. De ce fait, elle reste à présent la seule base pour l’analyse de ce site exceptionnel. En effet, la constitution d’un modèle virtuel en 3D du tombeau et de son environnement proche rend l’analyse de la situation bien plus aisée. La compréhension de l’ensemble est immédiate de par la possibilité de manipuler le modèle à sa guise en le retournant et l’agrandissant dans un espace tridimensionnel. De plus, il est possible de ne faire apparaître que quelques zones d’études (corniches, voûtes,…) afin d’effectuer une analyse plus fine.

Détection magnétique. Notes (A. Kermorvant, J. Kermorvant)

22La mission effectuée à Palmyre sur le site du tombeau des Trois Frères a eu lieu du 11 au 17 mars 2006 (pl. 103. 1). La problématique initiale était liée à la conservation du monument et à la recherche des causes d’infiltrations d’humidité qui dégradent le décor. Il s’agissait donc de mettre en œuvre des méthodes géophysiques afin de préciser l’environnement du tombeau.

23La technique utilisée au cours de cette mission est la magnétométrie. Nous avons utilisé un magnétomètre GEM‑GSM‑19 équipé de deux capteurs magnétiques fonctionnant en mode différentiel. L’opération proprement dite s’est développée suivant un carroyage à mailles carrées de un mètre préalablement installé au sol ; il couvre la tombe et déborde largement son emprise (3200 m²) (pl. 103. 2).

24À l’entrée de l’hypogée, des portes métalliques et leur châssis constituent des éléments inamovibles. De plus, lors de la restauration des parois du dromos, des armatures métalliques ont été intégrées dans le béton coulé (cf. pl. 80).

25Ces éléments perturbent considérablement le champ magnétique local. Par conséquent seul un nombre très limité de données saisies au‑dessus et à proximité immédiate de la tombe pourra être exploité dans la perspective d’une localisation de l’origine d’infiltration d’eau dans la chambre peinte (montage pl. 103. 4).

26En revanche, vers le nord et nord‑nord‑est, l’effet ferromagnétique n’est plus (ou pratiquement plus) notable. Dans cette zone, l’image magnétique fait apparaître des contrastes (pl. 103. 5) : ils révèlent assurément l’existence de masses anthropiques et de structures associées à des constructions. Il est intéressant de noter que l’une de ces constructions pourrait être en relation avec l’anomalie angulaire présentée par le bras nord‑nord‑est du monument : le désaxement de ce bras serait peut‑être à expliquer par la présence de structures antérieures.

27Le contexte dans lequel s’inscrit la tombe est une nécropole dont certains éléments sont toujours visibles, notamment des restes de tombeaux‑tours ; mais la plupart des structures funéraires sont détruites ou enterrées (hypogées).

28L’un des premiers résultats de l’exploration géophysique est de manifester la présence d’un réseau dense d’installations très probablement funéraires dans l’environnement immédiat du tombeau des Trois Frères (pl. 103. 6).

Légende de l’image (pl. 103. 3)

29Cette image magnétique représente les 2/3 des données saisies sur la totalité de la superficie explorée. Les échelles x et y du plan sont graduées en mètres.

30Les plus fortes valeurs de champs magnétiques apparaissent en noir foncé. Une longue et large plage de valeurs négatives (en blanc dans la partie droite) signale l’effet ferromagnétique. Les contrastes révèlent de nombreux indices de constructions dont les orientations apparentes sont identiques à celles du tombeau des Trois Frères, NNE/SSW et NNW/SSE.

Notes

1 Starcky et Gawlikowski 1985.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search