Version classiqueVersion mobile

Le tombeau des trois frères à Palmyre

 | 
Hélène Eristov
, 
Claude Vibert-Guigue
, 
Walid al-As`ad
, 
et al.

V - Antiquités Syriennes

Annexe : extraits du rapport 2007

Texte intégral

Extrait 1 : État de conservation

1Le support de la couche picturale est constitué du terrain naturel sableux ; il est donc extrêmement friable. Il se trouve, de surcroît, en surplomb au-dessus de l’amorce de la voûte. Un grave effondrement est donc prévisible à la prochaine pluie.

2Quant à l’enduit proprement dit, son état est précaire. La bordure des parties encore en place, sans protection, est particulièrement exposée ; des décollements se produisent, en particulier sous l’arcosolium ; des cloques sont déjà tombées sur le mur de droite. Si la partie figurée de la niche n’est pas visible, les bordures qui dépassent de la protection montrent à la fois le bon état des couleurs et l’urgence d’une sauvegarde.

Mesure prises

3Le 15 octobre, jour de la visite d’expertise, il a été décidé de prendre un relevé à l’échelle 1:1 du décor en façade de l’arcosolium, seul visible, mais exposé au soleil et en cours de disparition. De la nappe polyane a été appliquée sur le décor, et un relevé de tous les éléments visibles a été fait (technique préconisée par le Centre d’études des peintures murales romaines). Le lundi 22 octobre, une nouvelle visite sur le site a été faite en compagnie de Khaled Hariri, très conscient de l’impossibilité de conserver le décor in situ et de l’urgence d’une intervention. Toutefois les moyens humains et financiers ne pouvant être réunis dans l’immédiat, ni pour un prélèvement de l’enduit, ni pour celui de l’ensemble de l’arcosolium, il a été décidé, en accord avec la direction du musée, de sécuriser l’arcosolium. Le mardi 23, six ouvriers du musée sous la surveillance de Nada Sarkis et avec le concours d’un membre de la mission, Manuel Sanz, ont remblayé la niche. La technique utilisée est simplifiée par rapport à ce qui aurait pu être fait dans des conditions idéales : en l’absence de géotextile, la toile déjà appliquée sur les parois a été laissée en place, et une autre toile a été posée au contact du mur extérieur. Puis des sacs ont été remplis de sable, empilés à proximité des parois et l’espace résiduel comblé avec du sable. Des plaques de polystyrène ont été utilisées pour remplir les deux fosses sarcophages creusées dans le sol de l’arcosolium, afin de limiter le temps d’intervention. En avant de la niche, un muret de pierres trouvées sur le site a été élevé afin de contenir la masse sableuse. Enfin une bâche plastique a recouvert le sommet du comblement afin de dévier l’eau en cas de pluie. Ainsi remblayé, l’arcosolium ne risquait plus d’effondrement, et retrouvait des conditions aussi proches que possible des conditions naturelles de son enfouissement.

Extrait 2 : Préconisation

4Le dégagement de ce tombeau et les problèmes graves de conservation qu’il pose suscitent la réflexion sur la politique de conservation des hypogées peints.

5De tels monuments peuvent difficilement être conservés in situ, en particulier lorsque, comme c’est le cas ici, la structure est ruinée et a été creusée dans un substrat géologique de mauvaise qualité. Leur prélèvement en vue d’assurer leur conservation est une opération longue, coûteuse et qui ne peut être menée que par des équipes très spécialisées et compétentes.

6Par ailleurs la fouille d’édifices funéraires, tout comme celle d’autres structures, ne peut être menée comme un simple dégagement ; les vestiges osseux (nombreux dans l’hypogée de Zabd‘ateh et Nesha), le matériel céramique (très présent aussi), les aménagements (cupules devant les loculi), les types de fermetures des loculi par des tegulae peintes, etc., sont autant de données qui imposent une fouille méthodique et un enregistrement soigneux.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search