Version classiqueVersion mobile

Le tombeau des trois frères à Palmyre

 | 
Hélène Eristov
, 
Claude Vibert-Guigue
, 
Walid al-As`ad
, 
et al.

V - Antiquités Syriennes

E. Tombeau de Zabd‘ateh et Nesha, fils de Ḥaṭrai (130/131 apr. J.‑C.)

Claudine Allag, Hélène Eristov, Claude Vibert-Guigue et Nada Sarkis

Texte intégral

Introduction

  • 1 Al-As‘ad 2013, 18-19, fig. 7.
  • 2 Dans les remerciements en fin d’article, l’auteur signale le travail accompli par le Musée de Palm (...)

1Ce tombeau-hypogée est signalé en 2013 par Walîd al‑As‘ad 1, dans une recension de fouilles récentes de tombeaux à Palmyre 2. Le 21 octobre 2007 nous avons été invités à le visiter quelques jours avant la clôture de notre quatrième campagne à Palmyre. Le tombeau était à l’air libre, et les mesures de protection prises pour l’arcosolium peint étaient insuffisantes pour que le décor, plutôt fragilisé, résiste à l’hiver (pl. 78. 7) (cf. annexe 1, p. 166). Les peintures figurées étaient protégées du soleil par des tissus, mais des clichés nous ont été remis. La façade peinte, plus effacée, restait visible, et nous l’avons relevée sur polyane et photographiée (pl. 78. 8).

2La mesure d’urgence qui s’imposait dans le peu de temps imparti et avec des moyens limités, a été de le remblayer (cf. annexe, p. 166).

3Les sculptures et le matériel trouvés avaient été évacués. Un flanc sculpté suggérant la présence d’un sarcophage (exèdre sud) était visible en trois morceaux au musée. Des photos montrent leur dégagement en cours, ainsi qu’une cagette de fragments de peinture, certains inscrits en araméen.

4Un rapide croquis coté a été tenté pour représenter en plan la structure (pl. 78. 1). Le Nord n’avait pas été pris, mais sauf erreur l’excavation apparaît sur les vues satellites disponibles sur le web, nous conduisant à une possibilité de localisation en plan (pl. 86. 2, no 23). Nous suivrons donc l’orientation de la structure telle qu’elle est fournie dans l’article. Il subsiste suffisamment de clichés de fouilles pour avoir un ordre d’idée des différents dispositifs de sépultures et de mode de construction. Il s’agit ici de contribuer de manière complémentaire à l’article de W. al‑As‘ad, à travers la place donnée au décor peint plus particulièrement.

5Soulignons enfin que le dernier tombeau peint trouvé à Palmyre remonte au siècle dernier. On ignore ce que sont devenus le tombeau de Ḥaṭrai, le matériel trouvé ainsi que la documentation. Un second extrait de notre rapport de mission exposait déjà les problèmes de conservation inhérents à la découverte de tombeaux peints (cf. annexe, extrait 2, p. 166).

Généralités

6Rappelons rapidement l’architecture du tombeau-hypogée, dont le plan est en T renversé, creusé dans la roche sédimentaire (lits alternés de sable et de cailloutis). Les couvertures sont effondrées et les parois plus ou moins bien préservées. La porte à l’est, à vantail unique, ouvre sur le croisement de la galerie avec les deux exèdres latérales (pl. 78. 2). La galerie axiale est‑ouest approche les douze mètres (14,50 m selon l’article, pour 3,35 m de large). Les exèdres nord et sud latérales mesurent respectivement 6 m et 5 m, pour une largeur commune de 2,80 m. Les voûtes et les murs étaient seulement enduits, sans revêtement architectural. L’article signale de nombreuses sculptures : « There is a banquet scene showing the family in their best attire, reflecting their high social standing (fig. 8). And several busts of men and women ».

7L’inscription du linteau d’entrée informe que le tombeau a été construit par Zabd‘ateh et Nesha, fils de Ḥaṭrai et par ses neveux Belshuri, fils de Ma‘ani en 442 de l’ère séleucide, soit 130/131 apr. J.‑C. Une inscription sur le jambage de porte concerne la vente d’une exèdre par Ḥaṭrai fils de Nesha, à Taymo‘amad, fils de Gohaynat (pl. 78. 2).

8Une fois dépassées les exèdres nord et sud, les parois de la galerie axiale ne présentent chacune qu’une travée de loculi. Suit un passage d’arc donnant accès à l’exèdre du fond. Celle‑ci se compose de deux arcosolia (à deux fosses) se faisant face. La paroi sud présente quatre travées de loculi (dont ceux sur l’arcosolium), celle du nord une seule. Six travées de loculi occupent la paroi ouest.

9Des vestiges du revêtement mural subsistent en plusieurs endroits : à hauteur de l’encadrement de la porte, dans les loculi à droite de l’entrée, sur le pilier de droite et principalement dans l’arcosolium nord.

10Des fragments du revêtement de la voûte ont été recueillis au cours de la fouille. C’est un djousse blanc, essentiellement destiné à régulariser la paroi ; il est par conséquent d’épaisseur très inégale, d’un centimètre environ sur les secteurs les plus homogènes. Il est très grossièrement étalé, et les traces de taloche sont bien visibles. La surface murale autour de l’arcosolium et ses parois intérieures portent, sur un fond laissé blanc, un décor figuré. C’est, semble-t-il, le seul secteur du tombeau qui en ait comporté, le choix de la sculpture ayant prévalu dans l’exèdre sud, du moins en façade de fosse-sarcophage.

Arcosolium nord

11La paroi enduite et décorée couvre une longueur de 3,80 m pour une hauteur conservée de 2,60 m. Le décor est organisé en fonction de l’ouverture de l’arcosolium, mais pas uniquement car au sol, légèrement décentré vers la droite par rapport à l’axe de composition, se trouve un aménagement de cupule semblable à ceux de certains tombeaux.

  • 3 Cette installation comporte des cadres en bois reposant sur les rebords des fosses sarcophages et (...)

12Une protection précaire avait été mise en place par les fouilleurs : un tissu, recouvrant l’intérieur du décor de l’arcosolium et revenant partiellement sur les parois de l’ouverture, était fixé par quelques pointes dans l’enduit même, puis étayé par un châssis de bois 3 (pl. 78. 7).

Façade peinte

13Le peintre a représenté deux pieds de vigne qui s’élèvent de part et d’autre de l’alcôve. Partiellement occulté par la protection, le décor se poursuivait au moins sur quelques centimètres, avant la fin de l’enduit en place. Des couleurs mieux conservées ont été observées dans la limite indiquée : du marron et du vert plus intenses, et une masse rosâtre, une grappe peut-être (pl. 78. 6 à 8).

14Sur la droite, la vigne s’élève en développant des rameaux feuillus. Elle se poursuit sur un enduit en surplomb, qui correspond sans doute au départ de voûte de l’exèdre. Du rouge et du vert colorent cette vigne. Du côté droit, une ligne incisée dans l’enduit correspond à la base de l’ouverture (pl. 78. 6).

15Entre ces deux pieds de vigne, sous l’arcosolium, est posé un grand vase d’au moins 80 cm de haut. Son pied est détruit par l’usure du djousse, sa panse s’évase et, à sa partie supérieure, sa forme se confond avec son contenu (tache verte centrale en haut, rubans ?) traité dans un rouge plus prononcé.

16Entre ce vase et les deux pieds de vigne se distinguent à gauche deux feuilles cordiformes (traits rouges de contour) ainsi que de petits traits verticaux et parallèles rouges. À droite du vase, quelques traces correspondraient à des motifs similaires, auxquels s’ajoute un trait plus épais surmonté d’une petite surface semi-circulaire. En réalité, jusqu’à 60 cm de hauteur, l’enduit a souffert d’infiltrations d’eau, comme en témoigne une différence de coloration de l’enduit.

17En résumé, un vase rituel, haut sur pied, arrivait à hauteur de l’ouverture, comme si son contenu devait apparaître aux banqueteurs et serviteurs représentés à l’intérieur de l’arcosolium. On s’interroge sur l’aspect de l’arrière‑plan du vase, peut-être un matelas décoré de bandes comme on rencontre souvent. Quelques feuilles de lierre compléteraient l’inspiration dionysiaque de façade.

Intérieur de l’arcosolium

18L’arcosolium mesure 1,84 m d’ouverture, pour une profondeur légèrement inférieure, (1,70 m ?) suffisante pour deux fosses enduites, et une hauteur minimale de 1,34 m. Le plafond a disparu, mais des clichés semblent indiquer un départ de voûte très surbaissée (pl. 78. 3).

19La description qui suit se fonde sur les clichés fournis par W. al‑As‘ad à Palmyre. Les trois parois sont ornées de personnages : trois serviteurs de chaque côté encadrés d’une bande rouge, une scène de banquet au fond, avec une bande rouge horizontale délimitant le haut du panneau blanc. L’état de conservation général fait ressortir les traits de contours des figures, avec des aplats de la même couleur rouge à certains endroits. Les traits des visages ne sont pas visibles. L’ensemble suggère une esquisse de décor réalisé à la sinopia, mais l’hypothèse de rehauts blancs n’est pas à écarter, sur les tuniques par exemple.

Paroi de gauche

20Trois serviteurs en position frontale portent des deux mains un plat, une sorte de coupe peu profonde seulement dessinée par des contours, seule celle de droite étant colorée en rouge à l’intérieur (pl. 78. 4). Ils tiennent le plat d’une certaine manière : une main, vue en entier au premier plan, soutient l’objet, l’autre en partie dissimulée par ce dernier ne laisse voir que le bout des doigts (pouce visible ?).

21Leur tunique, à manches longues et échancrée au cou, descend jusqu’aux genoux. Elle semble remonter à hauteur des hanches, le repli ne laissant pas deviner de ceinture. Un pantalon bouffant habille le personnage central, et non ceux qui le flanquent, semble‑t‑il, puisque des contours de jambes sont visibles. Le col de la tunique confirme une différence entre ces trois figures : si le col de la figure centrale est simplement arrondi dans l’axe du cou, ceux des deux autres figures sont légèrement tirés vers la droite, comme pour laisser voir une attache (?) passant sur l’épaule de droite, bien dégagée.

22La coiffure n’est pas rendue par le caractéristique et habituel trait de contour, mais par un traitement de surface rouge. La chevelure est gonflée autour du visage, avec un très léger effet de raie centrale (?) et revient sur les épaules. Les figures latérales diffèrent légèrement : leur chevelure retombe plus loin sur l’épaule que celle du personnage central.

23Ils sont nu‑pieds, l’un vu de côté, l’autre de biais.

Paroi de droite

24Cette paroi reprend le décor de la paroi opposée (pl. 78. 5). Aucun cliché ne montre la totalité de la paroi, le remblai étant encore présent lors de la prise de vue : on ne voit ni les pieds des figures latérales, ni les jambes du personnage du fond.

25Les figures sont dans la même position, portant une grande coupe, du moins les deux premières, car l’ustensile est moins visible sur la troisième. Les différences de costumes se confirment, ainsi que l’effet coloré sur la coiffure. Mais ici les personnages des extrémités portent une coiffure plus courte, une tunique à col rond et des jambes de pantalon, du moins pour celui situé vers l’entrée, les jambes de son pendant au fond étant dissimulées. Le col de la figure centrale plus ouvert vers la droite libère son épaule gauche, traversée par une forme peu discernable sur le cliché.

Caractéristiques

26Ces figures flottent sur le fond blanc. Ce sont des femmes et des hommes: les premières en tunique à col décentré et les jambes nues, tandis que les seconds, en tunique à col rond et dont une extrémité du bas s’envole en pointe, portent un pantalon légèrement bouffant qui libère à mi‑mollet le bas des jambes.

27Ces trois figures disposées en alternance sur deux parois tiennent une coupe, dont l’une laisse voir un contenu rouge (liquide ?) sans équivalent avec les cinq autres récipients. En effet, on distingue, approximativement au centre de ceux-ci, une forme verte, plus ou moins effacée (ou absente), mais qui, pour le personnage central du côté droit, un peu plus lisible, semble carrée ; elle correspondrait à un élément solide. Si le plat est tenu de la même manière d’une paroi à une autre, on observe un changement de main entre la gauche et la droite.

Paroi du fond

28Quatre personnages s’y dessinent ; il ne semble pas qu’une figure centrale soit mise en évidence ; elle pourrait être plus petite, à l’arrière-plan ou effacée (pl. 78. 3).

29Le groupe est nettement divisé. À gauche deux personnages très rapprochés, le haut du corps vu de face, bien droit, la partie inférieure semblant glisser vers la droite. On suppose des vêtements amples recouvrant la tête. Il s’agirait de deux femmes comme pourrait le suggérer la carnation assez blanche. Les surfaces peintes en rouge prédominent à l’exception des têtes.

30À droite deux hommes vêtus en blanc sont dans la position du banqueteur, le buste droit, le reste du corps allongé vers la gauche. Mais là également les jambes ne sont pas visibles, en particulier celles au contact de la femme à droite. Si les femmes ont le même visage, les peintres ont accordé plus d’importance à celle la plus proche du centre, dont les traits se dessinent sur un fond brun clair ; seul le bas du visage est conservé. Elles tiennent une coupe de la main droite. L’usure du bas de paroi et la qualité des clichés ne permettent pas d’observer de matelas.

Style iconographique

  • 4 Ingholt 1932.

31Si le décor n’a pas la qualité picturale de celui du tombeau des Trois Frères, il s’en approche tant par la mise en scène à partir de la façade de l’arcosolium que par le dispositif à trois côtés dans l’espace sépulcral. Certes, il était peu commode de peindre dans cette exiguïté, mais on doit bien reconnaître que la peinture donne l’impression d’être inachevée. Cette exécution un peu sommaire est à comparer avec celle du tableau au Dionysos (1 x 1,20 m) (pl. 79. 3) ainsi évoquée par Ingholt 4 : « De même que les fresques de Ḥairan et de sa femme, celle-ci est un dessin au trait colorié exécuté presque exclusivement en rouge, bien que l’on distingue comme une ombre de jaune au-delà des lignes de contour ».

32L’économie de moyens, l’absence, ou du moins la parcimonie, de couleurs onéreuses, la rapidité d’exécution, contrastent avec celle, fine et détaillée, des reliefs funéraires: les vêtements sont dénués de broderies, les personnages de parure, les objets de décors, et ainsi de suite. Les hommes sans toque et les femmes apparemment voilées nous replacent dans un contexte privé, non sacerdotal.

Parallèles

  • 5 Ingholt 1932, 13.

33Dans l’attente d’une étude plus approfondie, la scène de banquet trouve un parallèle avec le tombeau de ‘Atenatan construit en 98 de notre ère et dans lequel une exèdre peinte et ornée d’un sarcophage a été aménagée en 229 5 :

34« Le stuc dont les murs étaient revêtus à l’intérieur de l’exèdre a malheureusement disparu ; il ne s’est conservé que sur le mur du fond ; l’on y distingue, en teintes très ternies, un homme couché et une femme assise à sa gauche ; peut-être est-ce une reproduction picturale du même motif que nous voyons sur le sarcophage ». Les clichés pris de biais pour la voûte ne laissent pas distinguer ce décor effacé, qu’il est ainsi malheureusement impossible de comparer avec le relief du sarcophage.

Conclusion

  • 6 Seyrig 1951, 1-11 ; en n. 12, référence à Chabot, Cumont, Ingholt.

35« Les tombeaux de Palmyre ne sont nullement dépourvus de peintures symboliques, mais jamais ces symboles ne sont mêlés au banquet funèbre » écrivait Seyrig 6. L’exèdre peinte du tombeau des fils de Ḥaṭrai le confirme et livre un cérémonial de banquet dont l’intérêt réside dans la mise en scène spatiale : les serviteurs se présentent vers les banqueteurs installés au fond de l’arcosolium, au‑delà de l’évocation végétale des deux pieds de vignes et du canthare. Autant d’indices pour reconnaître une source divine qu’honorent des banqueteurs servis par un groupe mixte.

Notes

1 Al-As‘ad 2013, 18-19, fig. 7.

2 Dans les remerciements en fin d’article, l’auteur signale le travail accompli par le Musée de Palmyre entre 2007 et 2010 et dirigé par Khalil al-Hariri, Omar al‑As‘ad et Rania al-Rafidi.

3 Cette installation comporte des cadres en bois reposant sur les rebords des fosses sarcophages et appuyés au haut des trois parois.

4 Ingholt 1932.

5 Ingholt 1932, 13.

6 Seyrig 1951, 1-11 ; en n. 12, référence à Chabot, Cumont, Ingholt.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search