Version classiqueVersion mobile

Le tombeau des trois frères à Palmyre

 | 
Hélène Eristov
, 
Claude Vibert-Guigue
, 
Walid al-As`ad
, 
et al.

V - Antiquités Syriennes

C. Mise en parallèle des tombeaux‑hypogées

Houmam Saad et Claude Vibert‑Guigue

Texte intégral

Commentaire des plans

  • 1 Ce travail a bénéficié de la présence de H. Saad au laboratoire AOROC et de ses connaissances du s (...)
  • 2 Schmidt-Colinet 1989, 447sq.

1Une sélection de plans de tombeaux-hypogées regroupés sur une double-planche permet de visualiser un certain nombre d’informations concernant les sépultures et les décors peints et stuqués 1 (pl. 84-85). Signalons que des tombeaux sont connus, sans que l’on en ait de plans (fouilles du xixe et surtout xxe siècles) et que, toutes formes confondues, le nombre de tombeaux connus à Palmyre est estimé à 150 2.

2L’exercice a consisté à reprendre les plans suffisamment élaborés, tout en vérifiant leurs caractéristiques réparties dans un grand nombre d’études et de publications : celles d’Ingholt, celles de Seyrig et des épigraphistes français, des équipes syriennes, d’Adnan Bounni et Khaled al‑As‘ad, plus particulièrement, des missions archéologiques polonaises, japonaises, danoises (supra p. 59), etc.

3L’atlas Topographia Palmyrenia édité par Schnädelbach en 2010 fournit un important travail de recoupement des données. Il a abouti à des plans généraux, des tables de concordances, de la bibliographie, sans oublier la collection de plans des structures funéraires.

4C’est avec ce précieux bagage qu’a été conçue une double‑planche ordonnant chronologiquement plus de trente plans de tombeaux-hypogées, mis à une échelle commune et orientés en fonction de la porte d’entrée. Un code de lettres indique les décors muraux et sculptés.

5Le tombeau des Trois Frères est ainsi positionné dans cette série d’hypogées en forme de T renversé. En bas de la seconde planche ont aussi été numérotés les hypogées pour lesquels il manque des informations nécessaires à leur localisation.

Sélection des tombeaux (localisation des 34 hypogées, pl. 86. 2)

6No 1. Tour-hypogée No 19, vallée des tombeaux, autour du ier s. (Michałowski 1963, pl. V).

7No 2. Tour-hypogée no 15, vallée des tombeaux, autour du ier s. (Michałowski 1964, pl. III).

8No 3. ‘Ashtor fils de Maliku, nécropole sud-est, fondation : 88 /89 (Sadurska et Bounni 1994, pl. II).

9No 4. Bolḥa fils de Neboshuri, nécropole sud-est, fondation : août 89 (Sadurska et Bounni 1994, pl. VIII).

10No 5. Tombe II, Bat-Mitrai et Bat-Elyad, nécropole sud-ouest, concession an 95 (Ingholt 1974, p. 38). Sans échelle.

11No 6. ‘Atenatan fils de Zabd‘ateh, nécropole sud‑ouest, fondation : 98 (Ingholt 1935, pl. 26). Peinture réalisée en 229.

12No 7. Ṭa‘ai, nécropole sud-est, fondation : 98 (Abdulhak 1952, 7-50).

13No 8. ‘Abd‘astôr fils de Nurbel, nécropole sud-ouest, fondation : 98 (Schnädelbach 2010, 98).

14No 9. Sassan, nécropole sud-ouest, fin du ier s. (Sadurska et Bounni 1994, pl. V). Schnädelbach 2010, 23, no 196, signale l’ambiguïté de localisation.

15No 10. Zabda, vallée des tombeaux, fondation fin du ier s. (Sadurska et Bounni 1994, pl. XI).

16No 11. Artaban, nécropole sud‑est, fondation début iie s. (Sadurska et Bounni 1994, pl. IV).

17No 12. Bariki fils de Zebida, nécropole sud-est, fondation début du iie s. (Sadurska et Bounni 1994, pl. VIII). Non précisément localisé.

18No 13. Ḥairan, fondation 106, peinture 149-150, nécropole sud-ouest. Essai d’interprétation du plan d’après le croquis original d’Ingholt (Cl. Vibert-Guigue). Voir Raja et Yon, Ingholt Diaries, Palmyra Portrait Project, à paraître ; Sørensen 2017, 91, fig. 3.

19No 14. Iarḥai, vallée des tombeaux (déposé à Damas), fondation : 108 (Amy, Seyrig 1936, pl. XXVII).

20No 15. Tombe C, nécropole sud-est, fondation : 109 (Schnädelbach 2010, 99).

21No 16. Bolbarak, vallée des tombeaux, fondation début du iie s.(110‑120) (Sadurska et Bounni 1994, pl. XII).

22No 17. Zebida fils de ‘Ogeilu, nécropole sud-est, fondation : avril 113. (Sadurska et Bounni 1994, pl. VII).

23No 18. Tombe H, Taibol, nécropole sud-est, fondation : avril 113 (Schnädelbach 2010, 100).

24No 19. Zabd‘ateh, nécropole sud-ouest, fondation : avril 114 (Sadurska et Bounni 1994, pl. X).

25No 20. Anonyme, nécropole sud-est, fondation : premier quart du iie s. (Sadurska et Bounni 1994, pl. I).

26No 21. Tombeau F, Borfa et Bolḥa, nécropole sud-est, fondation : 128 (Schnädelbach 2010, 99).

27No 22. Tombeau des Trois Frères, nécropole sud-ouest, fondation : avant 142‑143 (mission CNRS-DGAMS).

28No 23. Zabd‘ateh et Nesha, fils de Ḥaṭrai, nécropole sud-ouest, 130‑131, croquis mission (W. alAs‘ad 2013, 18).

29No 24. Iarḥai et Zabdibol, nécropole sud-ouest, fondation : 133‑134 (Schnädelbach 2010, 97).

30No 25. ‘Alaînê, vallée des tombeaux, fondation : novembre 138 (Sadurska et Bounni 1994, pl. XIV).

31No 26. Naṣrallat, nécropole sud-ouest, fondation : 142 (Ingholt 1935, pl. XLIII).

32No 27. Shalamallat, vallée des tombeaux, fondation : 147 (Sadurska et Bounni 1994, pl. XIII).

33No 28. Lishamsh, nécropole sud-ouest, concession an 181 (Schnädelbach 2010, 98).

34No 29. Malku, nécropole sud-ouest, concession an 186 (Makowski 1985, 114).

35No 30. Seleukos, nécropole sud-ouest, an 251 (concession) (Ingholt 1938, pl. XXXVIII).

36No 31. Bariki, nécropole sud-est, non daté (Bounni et alAs‘ad 2000, 115).

37No 32. Nécropole sud-ouest, insuffisamment localisé, non daté (Contenson 1892, 435).

38No 33. Tombeau d’Østrup, non localisé (hypothèse Palmyra Portrait Project).

39No 34. Tombeau de Dionysos (Ingholt 1932).

Observations à partir du classement

40Parmi les exemples recensés aucun ne provient de la nécropole nord (secteur de l’hippodrome). Ils sont minoritaires dans la vallée des tombeaux, majoritaires dans les nécropoles sud-est et sud-ouest. Ils sont implantés en bas de pente.

Sculptures : fréquence selon les nécropoles ; en premier lieu la nécropole sud-ouest (x8), puis la sud-est (x7) et la vallée des tombeaux (x5).

Décors sculptés : attestés dans vingt-deux tombeaux (sur 32) (no 3, 4, 6, 7, 8, 9, 10, 11, 12, 14, 15, 16, 18, 19, 20, 21, 22, 23, 25, 27, 28, 32).

Djousse : au moins 4 (no 6, 19, 22, 28).

Peintures : attestées dans cinq tombeaux (y compris no 34, tombeau de Dionysos), auxquels pourrait s’ajouter celui de Østrup : tombeaux no 6 exèdre droite, 13 exèdre droite, 22 exèdre axiale, 23 exèdre droite.

Localisation des décors dans les exèdres : les décors sculptés sont au fond de la galerie axiale : no 3, 7, 9 (?), 10, 11, 16, 23 (?), 25, 28, 32 ; à droite : no 4, 6, 14, 18, 19, 22, 32 ; à gauche : no 8, 15, 21, 22, 27. Les peintures (au nombre de quatre dans la nécropole sud‑ouest) sont en majorité dans les exèdres droites (no 6, 13, 23, 34), et deux dans les exèdres axiales (no 6 en petite quantité, et no 22). Le stuc est localisé à gauche (no 8, 22).

Inscriptions peintes : on ne peut tirer de conclusion en l’absence d’ inventaire complet.

Inscriptions : 26 inscriptions de fondations ; 4 de concessions.

Inscriptions à l’entrée : no 14, 18, 21, 22.

Orientation de l’entrée : en majorité vers l’est.

Plafond : absent (contrairement au tombeau tour), voûte et arcs.

Portes, sur 12 exemples : 8 portes à un vantail (no 8, 21, 23, 24, 28, 29, 30, 14) contre 4 à deux vantaux (no 6, 11, 22, 26).

41Observations sur le tableau synoptique

42À partir de la double planche (pl. 84 et 85), un tableau synthétise la fréquence et la disparité des aménagements et décors des tombeaux (pl. 86. 1).

  • 3 En effet, la colonne djousse est indicative en l’absence d’étude systématique.

43Une série de critères ont été répartis sur onze colonnes 3, la dernière consacrée à une référence bibliographique.

44Il ressort que le tombeau des Trois Frères est celui qui cumule le plus de données (décor peint, stuqué, sculpté et inscriptions).

À la même époque que ce dernier et toujours dans la même nécopole, le tombeau de Zabd‘ateh et Nesha fils de Ḥaṭrai (ici no 23) présente un programme de peintures moins vaste et tourné vers le banquet : les banqueteurs y sont couchés comme ceux représentés en sculpture dans l’exèdre nord du tombeau des Trois Frères.

À l’exception du tombeau des Trois Frères, les exèdres peintes se situent à droite de la galerie axiale. Si le tombeau de ‘Atenatan, fils de Zabd‘ateh, présente deux exèdres à décor peint, celui de l’exèdre axiale limité en surface n’apparaît qu’à hauteur de la lunette sur la paroi du fond.

Dans ce même tombeau de ‘Atenatan, l’exèdre de Julius Aurelius Maqqai est datée par une inscription de 224 ; ses peintures formant un programme élaboré, on peut supposer qu’elles ont été réalisées au moment de l’aménagement de l’exèdre. Cette date coinciderait avec l’hypothèse de la datation du tombeau des Trois Frères et de son décor, autour du passage entre la fin du iie et le début du iiie s.

Notes

1 Ce travail a bénéficié de la présence de H. Saad au laboratoire AOROC et de ses connaissances du sujet acquises sur le terrain, au contact de missions étrangères et présentées dans sa thèse soutenue à Damas.

2 Schmidt-Colinet 1989, 447sq.

3 En effet, la colonne djousse est indicative en l’absence d’étude systématique.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search