Version classiqueVersion mobile

Le tombeau des trois frères à Palmyre

 | 
Hélène Eristov
, 
Claude Vibert-Guigue
, 
Walid al-As`ad
, 
et al.

V - Antiquités Syriennes

B. Sépultures et reliefs sculptés dans le développement de l’architecture funéraire à Palmyre

Houmam Saad

Texte intégral

Introduction

  • 1 Les études autour de l’architecture funéraire ont commencé dans le premier quart du xxe siècle, ma (...)
  • 2 Les tours funéraires généralement, et celles de Palmyre en particulier, ont fait l’objet de multip (...)
  • 3 Gawlikowski 1970, 111.
  • 4 Gawlikowski, est le premier à avoir traité la question de l’évolution et de la typologie des hypog (...)
  • 5 Saad 2011, 77‑88.

1Les recherches et les études autour de l’architecture funéraire à Palmyre sont nombreuses 1, mais concernent davantage les tours et leur chronologie 2 que les tombeaux-hypogées qui ont moins fait l’objet d’étude détaillée. La seule recherche ayant traité de la chronologie est celle de M. Gawlikowski 3. Il a distingué trois types en fonction du plan et du décor 4 : les tours, les hypogées, et les tombes temples. Les tombes individuelles sont restées à l’écart de ce classement. Pour ma part, j’ajoute un autre type, que j’ai nommé les tombes grottes 5.

2Rappelons que les tombeaux-hypogées sont apparus après plusieurs phases d’élaboration. Afin de mieux comprendre cette évolution, nous devons revenir sur les formes les plus anciennes de l’architecture funéraire, surtout celles des tours. Ce type est bien daté par des inscriptions à partir de 9 av. J.‑C., la forme finale ayant abouti vers la fin de premier quart du iie siècle apr. J.‑C. C’est ainsi le cas de la tour d’Elahbel qui est fondée en 103 apr. J.‑C., au plus tard dans les années 129‑130. Les tours funéraires ne sont plus construites, remplacées par les tombeaux‑hypogées.

Historique

  • 6 On ignore la date exacte de ce type, mais certains chercheurs les ont placés au ier siècle av. J.‑ (...)

3Les tours funéraires les plus anciennes se présentaient sous la forme d’un corps massif plein (5 m de hauteur), sans étage, avec un escalier extérieur conduisant à sa partie supérieure. Elles contiennent à la base des loculi accessibles uniquement de l’extérieur, avec un nombre limité d’inhumations (4 à 5 corps) 6 (pl. 82. 1).

4La première phase d’évolution a consisté à introduire à l’intérieur du massif de petites chambres funéraires étroites aux parois inclinées. Ces chambres ont alors inspiré la formule des loculi, non plus ouverts à l’extérieur, mais à l’intérieur, les loculi à ouverture carrée ou rectangulaire assurant ainsi un plus grand nombre d’inhumations. L’ajout d’un étage avec un escalier tournant (pl. 82. 2), permet d’inhumer au total 30 à 50 corps. Mais cela était jugé encore insuffisant.

  • 7 La question des escaliers, soit tournant, soit dans un angle, a été étudiée par Will qui a analysé (...)

5Dans la phase suivante, les parois ne sont plus inclinées, les chambres s’agrandissent et prennent une forme rectangulaire. Les côtés des loculi sont dressés à la verticale, et leurs dimensions se réduisent. Enfin, l’escalier tournant est placé dans un angle 7 (pl. 82. 3). Le système permet de gagner des places en même temps qu’il facilite les accès aux étages.

  • 8 Le nombre des travées dans chaque tour a augmenté la capacité d’inhumations au‑delà de 150 corps, (...)
  • 9 Henning 2013.
  • 10 Henning 2013, Pl. 2, c.

6Les tours sont plus hautes (cinq étages) et dans une dernière phase les loculi sont aménagés en travées munies de rebords ou cornières. Ce dispositif permettait un plus grand nombre d’inhumations, au moins six personnes dans chaque travée 8, et il a permis pour la première fois la pose de plaques de fermeture munies des bustes des défunts. Ces formes de loculi fournissent de bons indices sur le développement et la chronologie, comme l’a montré A. Henning 9. On peut suivre l’évolution du ier siècle av. J.‑C., jusqu’à l’apparition du système des travées à la fin du ier siècle et début du iie apr. J.‑C. (pl. 82. 4) 10.

  • 11 Le type des temples tombes apparait également au iie siècle, et reste en usage jusqu’à la chute de (...)
  • 12 Ces tours se trouvent dans la vallée des tombeaux, près de la fameuse tour d’Elahbel : Schnädelbac (...)
  • 13 On ignore la date exacte de ces tours et de leurs hypogées ; Gawlikowski a proposé le début du ier(...)
  • 14 Cet hypogée a été fouillé dans les années 1950 ; son utilisation remonte au ier siècle av. J.‑C. e (...)

7Si ces tours funéraires sont restées en usage à Palmyre, elles n’ont plus jamais été construites à partir de 129-130, au moment où les hypogées sont préférés 11. Avant d’en arriver aux tombeaux-hypogées indépendants, quelques tours (no 15 et 19) 12 présentaient une extension souterraine, l’accès à cet hypogée se faisant sous la tour. Ils sont datés du ier siècle apr. J.‑C. 13. Le plan prend la forme d’un T renversé, avec de larges travées latérales, sans exèdre ni installation de banquet (pl. 82. 5). À ces exemples il faut ajouter un hypogée plus ancien, celui près du temple de Baalshamin  14. Ces trois exemples correspondent au type primitif du tombeau‑hypogée.

Tombeaux‑hypogées

Chronologie, typologie

8Les premiers exemples datés et connus des hypogées remontent à la fin du ier siècle apr. J.‑C. Groupés par Gawlikowski sous le type A, ces exemples se distinguent par un plan où un couloir aboutit à une exèdre, et comporte aussi deux exèdres latérales. Ils remontent à 89 apr. J.‑C.

  • 15 Ingholt 1938, 119‑140.

9Le type B se caractérise par un plan en forme de T renversé, composé de trois galeries à travées latérales qui se croisent devant l’entrée. Le plus ancien exemple daté est celui de ‘Abd‘astôr fils de Nurbel (pl. 82. 6), fondé en 98 dans la nécropole sud‑ouest 15. Le plan du tombeau des Trois Frères appartient à ce type B.

10Enfin le type C n’est connu que par deux exemples, le tombeau de Nasrallat et celui de Shalamallat. Gawlikowski caractérise ce groupe selon deux critères : d’une part la porte d’entrée à deux vantaux, d’autre part le plan à chambre rectangulaire, sans installation funéraire, distribuant latéralement trois chambres qui, elles, présentent des travées sur trois parements.

  • 16 Gawlikowski 1970, 121 ; Ingholt 1935, 108‑114.
  • 17 Cette tombe a été fouillée par une équipe syrienne, les résultats sont publiés en arabe : al‑Bounn (...)

11Le tombeau de Nasarallat dans la nécropole sud-ouest est daté de 142 apr. J.‑C. 16, et celui de Shalamallat 17, dans la vallée des Tombeaux, est fondé en 147 apr. J.‑C.

12D’autres exemples n’ont pas pu être pris en compte par Gawlikowski dans sa typologie, leur découverte étant postérieure à sa publication.

  • 18 Gawlikowski 1970, 118 ; Ingholt 1938, 119-140, pl. 45.
  • 19 Dans la vallée des tombeaux, la tombe de Iarḥai a été reconstruite au Musée national de Damas : Am (...)

13On retiendra donc ici que le plan en T renversé du tombeau des Trois Frères correspond à un groupe dont le premier exemple est attesté dans cette même nécropole en 98 apr. J.‑C., (le tombeau de ‘Abd‘astor 18), et trouve des parallèles dans les autres nécropoles 19.

Tombeau des Trois Frères

  • 20 Certaines études mentionnent des datations différentes sur la base d’une date de concession qui n’ (...)
  • 21 Le plan en forme de T est apparu à partir de l’an 130 apr. J.‑C. : Makowski 1985, 90.

14Sa date de construction est inconnue, mais des inscriptions liées aux concessions indiquent 142‑143 ou 146 20 apr. J.‑C. Pour cette raison, nous proposons que le tombeau ait été construit avec son plan en T renversé à la fin du premier quart du iie siècle apr. J.‑C. 21.

  • 22 C’est le cas de la tombe de Nasrallat et d’Ḥairan fils de Iaddai : Gawlikowski 1970. 118, 121.
  • 23 La plus ancienne concession connue est datée de la fin de la deuxième moitié du iie s. apr. J.‑C.
  • 24 Sur la typologie des loculi : Henning 2013, pl. 2, c.

15Tout d’abord, le plan du tombeau est semblable à des exemples bien datés par des inscriptions de fondation de la même période et de surcroît dans la même nécropole 22. Ensuite, on ne connaît pas d’exemple où des concessions soient effectuées durant la période même de construction 23. Enfin, la forme des loculi par travées est bien attestée à cette période 24.

  • 25 Gawlikowski 1970, 111.

16Par ailleurs, l’organisation de l’intérieur du tombeau est un bon indicateur. Le premier plan de ce type se compose d’un couloir long, muni de deux exèdres latérales, comprenant le banquet en forme de triclinium, comme dans l’hypogée d’Iarḥai fondé en 108 25. Ce type de tombeaux apparaît à partir de la fin du ier siècle apr. J.‑C.

  • 26 Dans d’autres tombeaux, l’axe principal est achevé et utilisé, mais non les exèdres latérales, com (...)

17Le tombeau d’Iarḥai est très important, car il indique que le creusement commence par l’axe principal. La deuxième étape est le creusement des deux exèdres latérales, mais pour des raisons inconnues l’exèdre Est est restée inachevée 26 (pl. 82. 7). Au tombeau des Trois frères, la première partie achevée était donc l’axe principal, sur une certaine longueur, mais on doit noter que l’achèvement du creusement n’implique pas l’occupation de tous les espaces d’inhumation. Venait ensuite le creusement des exèdres latérales.

18Les textes nous apportent des informations à ce sujet (supra p.134‑140) : par exemple la concession dans l’exèdre sud montre qu’un des trois frères (Malê) a eu une partie de l’exèdre sud du tombeau pour lui et sa famille en 142 apr. J.‑C. ; dans la même exèdre une autre concession a été vendue en 160 par les trois frères à un certain Ḥaddudan, comme nous indique l’inscription. Il est donc clair que, à l’exception de la petite partie de Malê, la famille n’a pas utilisé cette exèdre sud.

  • 27 Supra p. 136, inscription 3 ; Sadurska 1977, 117.

19Un texte dans l’exèdre indique que dans l’année 160, les trois frères ont concédé la partie droite et quelques travées au fond de l’exèdre nord, mais ces parties sont vides 27. Cela confirme d’une part, que les travées droites de l’exèdre n’étaient pas encore utilisées à cette date, d’autre part, que la famille n’a pas utilisé toute cette exèdre, mais qu’elle partage le tombeau avec d’autres familles.

  • 28 Les détails des personnages dans les peintures sont similaires à ceux observés dans les sculptures (...)
  • 29 Cette datation s’appuie sur le style de sculptures, les détails des visages, les vêtements et les (...)

20La seule partie qui reste liée à la famille est la galerie axiale en face de l’entrée, où se trouve la peinture. On sait que les peintures à l’extrémité de cet axe sont postérieures aux creusements d’au moins de 25 ans 28. Une question se pose ici : le programme du décor peint est-il prévu depuis la date de construction ? Si oui, on ne l’a réalisé que plusieurs années plus tard. Mais si non, il faut penser à un changement de plan du tombeau. On aurait alors creusé à extrémité de l’axe une nouvelle chambre éventuellement justifiée par le programme pictural dont le style remonte à la fin du iie ou au début du iiie siècle 29.

  • 30 Sadurska 1977, 72.

21Cette hypothèse soulève un problème d’ordre technique : en cas de creusement d’une nouvelle exèdre à l’extrémité de l’axe, où normalement se trouvent des travées, se poserait la question de la destruction et du déplacement des anciennes inhumations à moins que l’extrémité de l’axe n’ait pas été utilisée à ce moment. Dans le cas contraire, les restes du défunt auraient pu être transportés : on n’en connaît que peu d’exemples, mais dans l’hypogée de Bolḥa dans la nécropole sud-est, la stèle d’une tombe individuelle appartenant au frère du Bolḥa fondateur de l’hypogée a été transportée 30. Le transport de la stèle s’est sans doute fait avec le corps.

  • 31 Amy et Seyrig 1936, 229‑266 ; Saito 2005.

22Une interprétation « intermédiaire » est envisageable. Le plan n’a pas connu de changement, et le programme pictural intervient après coup. On peut alors supposer à titre hypothétique l’existence de légères modifications. Le choix des peintures aura été préféré à celui d’un triclinium sculpté, formule habituelle au fond de l’axe principal, face à l’entrée, ou au milieu de l’axe principal, dans une place déjà préparée, et parfois dans les exèdres latérales. Mais, dans tous les cas, des préparations ou des aménagements sont prévus à cet effet (podium, arc, etc.), comme dans les tombeaux de Iarḥai, d’Artaban, de Taibol 31, etc. (pl. 82. 8).

23Dans le tombeau de Trois Frères, le triclinium sculpté de l’exèdre nord n’était pas prévu au départ. Il a été installé devant les dix travées verticales qui accueillaient déjà soixante corps. L’usage du tombeau a donc commencé à la fin du premier quart du iie siècle dans l’axe principal, axe normalement réservé aux membres de la famille. Vingt ans plus tard, dans les années 40 du iie siècle, la famille a vendu une partie de l’exèdre sud qui n’avait pas encore servi. Et, dans cette exèdre, on observe clairement que les deux travées, derrière la scène de banquet sculpté, sont plus courtes que d’habitude. Ces travées ont été creusées antérieurement à celles de l’axe principal de la même exèdre.

24En revanche, l’exèdre nord a bien servi jusqu’à la fin du iie s, date d’installation du triclinium. On ne peut plus alors utiliser les dix travées, ou du moins les parties inférieures alors rendues inaccessibles par les sarcophages du triclinium. À partir du début du iiie siècle, les surfaces murales restées disponibles pour des inhumations se trouvent dans les travées de l’exèdre sud, ainsi que dans un secteur au nord, et dans la première chambre de l’axe principal. Ces parties sont restées utilisables jusqu’à la chute de Palmyre (272‑273). Le tombeau des Trois Frères a donc servi environ 150 ans, au moins pour dix générations. Malheureusement, le pillage du tombeau empêche de suivre la généalogie de la famille. À sa redécouverte, aucun buste de loculi, qui porte habituellement les prénoms des personnes inhumées, n’a été remarqué. Même si, à la même période, les bustes étaient utilisés dans la plupart des hypogées, ce système de fermeture n’est pas assuré dans le tombeau. Au contraire, les indices montrent bien que l’on n’a pas utilisé les bustes comme fermeture de loculi dans toutes les travées, en particulier celles où l’on trouve les prénoms marqués en rouge directement sur les pilastres des travées. Ce système était déjà bien connu dans les tours. Il est intéressant de noter que sur les travées décorées de peintures, on trouve encore des traces de limite, ce qui amène à se demander si ces limites étaient destinées à positionner les bustes, ou à insérer des dalles portant les prénoms des défunts (pl. 83. 1).

Sculptures

25Les seules sculptures présentes dans le tombeau des Trois Frères sont le triclinium de l’exèdre nord et le défunt banquetant au sud. Elles fournissent de nombreuses informations.

Exèdre sud

26La plus ancienne sculpture est le banquet dans l’exèdre sud (pl. 81. 3 et 4 et 83. 2). Elle se compose d’un lit placé dans un édicule rectangulaire, devant deux travées. Le banquet présente trois personnes : un homme est accoudé sur des coussins, la main gauche soutenant une coupe. Dans la main droite qui repose sur le genou, il tient une branche d’olivier. Il porte un pantalon décoré d’un galon médian à rosaces, une tunique courte ornée de la même manière, une chlamyde, et une bottine ornée de rosaces. La deuxième figure est une femme, dont la tête a disparu, vue de face assise sur une chaise. Au pied de l’homme demi couché, elle porte un chiton à manches longues et un himation qui passe en biais sur la poitrine, dégageant l’épaule droite ainsi que le pied droit nu. Elle retient de la main gauche le bord de son himation. Le vêtement collé au corps met en relief le sein et les genoux.

27De la troisième personne debout, à droite de la femme et derrière l’homme, on distingue encore le bas du corps. Elle porte un manteau semblable à celui de la femme : il s’agirait d’une femme ou d’une fille. Cette sculpture a été ajoutée après l’achèvement de la construction du tombeau. Simple, ce type de banquet est bien connu dans certains tombeaux de la même période. On le retrouve souvent sur un mur latéral, à l’intérieur d’une niche surmontée d’un arc, comme dans les tombeaux d’Artaban et de Bolḥa‑Borfa (pl. 83. 3).

  • 32 D’après la date de l’inscription du relief au banquet et ses détails sculptés, soit entre 145‑170.
  • 33 Ingholt 1970, 173‑200 les dates à partir de la deuxième moitié du iie s. ; en revanche Sadurska 19 (...)
  • 34 Sadurska 1977, 69‑86.
  • 35 Saad 2013, fig. 206.

28Plusieurs caractéristiques permettent de dater ces sculptures de la fin de la première moitié du iie siècle 32. Elles appartiennent au petit groupe des sculptures funéraires de goût occidental qui se caractérise par un modelé soigné du corps et une étoffe quasi transparente 33. D’après ces vêtements, surtout la cape et la ceinture, l’homme est un cavalier. On trouve des parallèles dans les sculptures de la tombe d’ʻAlaînê 34 et dans celle de la tombe no 176 près du rempart nord 35. D’autres détails intéressants, la branche dans la main droite et la coupe tenue dans la gauche caractérisent les prêtres et les personnages qui participent à des cérémonies, ou à des fêtes consacrées aux dieux de la ville.

Triclinium dans l’exèdre nord

29Ce triclinium a été aménagé après l’utilisation des travées, au fond de l’exèdre (pl. 83. 4). Il est placé sur une sorte de podium dont les deux extrémités sont ouvertes pour une inhumation. Cet aménagement est rare. Au‑dessus de ce podium, trois sarcophages sont ornés de quatre bustes et de petites scènes de banquet sur les côtés courts. Au total trois scènes surmontent les sarcophages: celle du centre à cinq personnes, celle du côté droit et celle du côté gauche. Sur tous les sarcophages les bustes sont disposés dans le même ordre : les hommes au centre et les femmes aux extrémités.

30Le banquet à gauche (ouest) montre un homme demi couché, tête nue, enveloppé dans un manteau, et un garçon debout à ses pieds, vêtu d’un pantalon et d’une tunique. Le sarcophage opposé (est), présente une femme couverte d’un manteau jusqu’aux hanches et un garçon vêtu d’une tunique courte, repliée sur la ceinture, les mains serrées sous le menton. Les chevets des lits au centre (nord) et à gauche (ouest) sont décorés d’un Amour et d’une femme endormie, accompagnés d’un buste masculin dans un médaillon.

31Les trois reliefs à banquets principaux se composent de deux figures demi-couchées, d’une femme assise à gauche et d’une ou deux figures debout à droite. Chacune des figures à l’extrémité droite s’accoude sur deux coussins, alors que son voisin ne dispose que d’un seul coussin orné de galons à décor floral. Les matelas sont doubles, à décor de quadrillage et de rosettes. Les hommes portent la tunique parthe à manches longues, ornées de bandes médianes décorées de rinceaux, et de bordures semblables à l’encolure et sur les manchettes. Ils tiennent de la main gauche une coupe et de l’autre, posée sur le genou, une pomme de pin. Les cheveux sont en boucles serrées, comme la barbe gravée, les yeux en amande dont les deux paupières sont cernées de noir. Les femmes assises portent la tunique longue à manches courtes, l’himation habituel et un voile retombant sur le bras droit. Les bijoux sont peu nombreux, deux bracelets et plusieurs colliers.

  • 36 Sadurska 1994, 119, 120.

32Sur le banquet central les deux garçons debout sont habillés d’une façon différente : celui de droite est vêtu à la grecque, l’autre porte une tunique à la mode parthe, repliée sur la ceinture. Il tient un oiseau dans ses mains serrées contre sa poitrine. Le garçon debout à gauche du banquet ouest porte une tunique à manches longues et un himation dont il retient un pan de la main gauche 36.

Conclusion

  • 37 Supra p. 136, inscription 4.

33Le développement général de l’architecture funéraire palmyrénienne, et de la typologie des hypogées à travers des exemples bien datés par des inscriptions de fondation, conduit à affirmer que le tombeau des Trois Frères appartient à la série d’hypogées construits vers la fin du premier quart du iie siècle. Sans reprendre les données fournies par les inscriptions (cf. supra p. 134‑140) notons que l’un des textes du linteau daté de l’année 191 37, indique que les trois frères ont creusé et orné l’hypogée. Il s’agit de savoir ce que signifie le mot « orné ». S’il désigne la décoration murale (peinture) ou d’autres ornements, cela implique que le programme de peinture a été réalisé du vivant des trois frères, nous conduisant à proposer une date vers la fin du iie siècle, date qui correspond à des détails caractéristiques des personnages représentés. Il en est de même pour les sculptures dont le style correspond à la même période.

  • 38 C’est le sarcophage No 2677B, trouvé en 1990 dans la tombe No 176 près du rempart nord, présenté d (...)

34Plusieurs remarques s’imposent en ce qui concerne les sculptures, en particulier les deux petites extrémités des caveaux parallèles dont on connait peu d’exemples, hormis celui qui représente une femme sur l’extrémité courte d’un sarcophage 38 (pl. 83. 5).

35Ces petits banquets correspondent aux défunts inhumés dans les cavités inférieures, ce qui n’apparaît sur aucun autre tombeau. Les personnages présentés sur les faces des lits, en bustes, sans mains sculptées, trahissent l’inspiration romaine qui s’introduit dans la sculpture palmyrénienne à partir de la deuxième moitié du iie siècle ; c’est également le cas pour certains détails sur les vêtements des banqueteurs, pour l’apparition de rehauts peints soulignant les yeux des personnages, pour le geste de la femme au centre, détachant son voile de la main gauche.

36Nombre de détails sur la sculpture du triclinium correspondent à ceux de la peinture ; or on commence à peindre les sculptures à partir du dernier quart du iie siècle, ce qui correspond justement à la période du programme pictural. Ainsi, la forme des médaillons peints présentant les bustes des défunts correspond à des exemples connus dans la sculpture à partir de la fin de la deuxième moitié du iie siècle (pl. 83. 6). Rappelons l’iconographie de la Victoire dressée sur un globe et portant un médaillon orné du buste du défunt qui se retrouve dans la tour no 173 et sur une plaque conservée au Musée de Palmyre (pl. 83. 7).

37Ces détails nous permettent donc de situer la réalisation des peintures et des sculptures des triclinia à la même période sans doute vers la fin du iie siècle.

Notes

1 Les études autour de l’architecture funéraire ont commencé dans le premier quart du xxe siècle, mais on doit attendre les années 1940, pour voir des informations de détail.

2 Les tours funéraires généralement, et celles de Palmyre en particulier, ont fait l’objet de multiples recherches : Will 1949a ; Will 1949b ; Amy et Seyrig 1936 ; Gawlikowski 1970 ; Mouton 1997 ; Clauss 2002 ; Saad 2009 et 2013, Henning 2013.

3 Gawlikowski 1970, 111.

4 Gawlikowski, est le premier à avoir traité la question de l’évolution et de la typologie des hypogées à Palmyre. En 2007, nous avons traité cette question dans notre Master (Saad 2007, Université de Damas), en ajoutant de nouvelles tombes mises au jour après 1970.

5 Saad 2011, 77‑88.

6 On ignore la date exacte de ce type, mais certains chercheurs les ont placés au ier siècle av. J.‑C. : des exemples dominent la vallée des tombeaux (tours no 2, 24).

7 La question des escaliers, soit tournant, soit dans un angle, a été étudiée par Will qui a analysé l’importance de cette évolution dans l’architecture funéraire des tours à Palmyre : Will 1949a, 87‑116.

8 Le nombre des travées dans chaque tour a augmenté la capacité d’inhumations au‑delà de 150 corps, selon la taille de la tour et le nombre des étages.

9 Henning 2013.

10 Henning 2013, Pl. 2, c.

11 Le type des temples tombes apparait également au iie siècle, et reste en usage jusqu’à la chute de Palmyre.

12 Ces tours se trouvent dans la vallée des tombeaux, près de la fameuse tour d’Elahbel : Schnädelbach 2010, 94.

13 On ignore la date exacte de ces tours et de leurs hypogées ; Gawlikowski a proposé le début du ier siècle de notre ère : Gawlikowski 1970, 109.

14 Cet hypogée a été fouillé dans les années 1950 ; son utilisation remonte au ier siècle av. J.‑C. et dure jusqu’à la date de construction du temple. Voir en particulier Fellman 1976, 213, 231.

15 Ingholt 1938, 119‑140.

16 Gawlikowski 1970, 121 ; Ingholt 1935, 108‑114.

17 Cette tombe a été fouillée par une équipe syrienne, les résultats sont publiés en arabe : al‑Bounni et Saliby 1957, 25‑52.

18 Gawlikowski 1970, 118 ; Ingholt 1938, 119-140, pl. 45.

19 Dans la vallée des tombeaux, la tombe de Iarḥai a été reconstruite au Musée national de Damas : Amy et Seyrig 1936, 229‑266. Dans la nécropole sud‑est, tombes de Bolḥa (F) et de Taibol (H) : Higuchi et Saito 2001 ; Saito 2005.

20 Certaines études mentionnent des datations différentes sur la base d’une date de concession qui n’est pas l’inscription de fondation.

21 Le plan en forme de T est apparu à partir de l’an 130 apr. J.‑C. : Makowski 1985, 90.

22 C’est le cas de la tombe de Nasrallat et d’Ḥairan fils de Iaddai : Gawlikowski 1970. 118, 121.

23 La plus ancienne concession connue est datée de la fin de la deuxième moitié du iie s. apr. J.‑C.

24 Sur la typologie des loculi : Henning 2013, pl. 2, c.

25 Gawlikowski 1970, 111.

26 Dans d’autres tombeaux, l’axe principal est achevé et utilisé, mais non les exèdres latérales, comme c’est le cas dans la tombe de Tibol dans la nécropole sud‑est, et dans la tombe d’Iarḥai, etc.

27 Supra p. 136, inscription 3 ; Sadurska 1977, 117.

28 Les détails des personnages dans les peintures sont similaires à ceux observés dans les sculptures, bien datés à partir de la deuxième moitié du iie s.

29 Cette datation s’appuie sur le style de sculptures, les détails des visages, les vêtements et les objets présentés avec les personnages : Saad 2013 ; Sadurska 1994.

30 Sadurska 1977, 72.

31 Amy et Seyrig 1936, 229‑266 ; Saito 2005.

32 D’après la date de l’inscription du relief au banquet et ses détails sculptés, soit entre 145‑170.

33 Ingholt 1970, 173‑200 les dates à partir de la deuxième moitié du iie s. ; en revanche Sadurska 1994, 121, propose une date entre 160‑190.

34 Sadurska 1977, 69‑86.

35 Saad 2013, fig. 206.

36 Sadurska 1994, 119, 120.

37 Supra p. 136, inscription 4.

38 C’est le sarcophage No 2677B, trouvé en 1990 dans la tombe No 176 près du rempart nord, présenté devant l’entrée de musée de Palmyre.Mais la représentation de cette femme sur ce sarcophage n’est pas liée à une inhumation, comme c’est le cas dans le tombeau des Trois Frères : Saad 2013, 361.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search