Version classiqueVersion mobile

Le tombeau des trois frères à Palmyre

 | 
Hélène Eristov
, 
Claude Vibert-Guigue
, 
Walid al-As`ad
, 
et al.

V - Antiquités Syriennes

A. Travaux de réaménagement et de protection du tombeau

Walîd al‑As‘ad
Traduction de Houmam Saad

Texte intégral

1À la fin des années 1990 il a été jugé nécessaire d’entreprendre des travaux afin d’améliorer l’accès au tombeau et sa présentation intérieure (pl. 80). Il fallait en effet, d’une part résoudre divers problèmes qui mettaient en danger la structure ainsi que les peintures, en respectant les vestiges archéologiques, et d’autre part assurer de bonnes conditions de visite, surtout lors de l’arrivée de plusieurs groupes de touristes.

2En 1999 et 2000, la DGAMS et le département des Antiquités de Palmyre ont réalisé une étude préalable et ensuite programmé des travaux prévus en trois étapes :

  • 1- la fouille et la restauration du dromos (escalier et parements) (pl. 80. 1) ;
  • 2- le pourtour du dromos au niveau du sol de circulation (pl. 80. 2) ;
  • 3- la réfection du sol intérieur au tombeau (pl. 80. 3), et la pose d’une installation électrique.

Dromos

3Depuis les déblaiements des années 1950, de la terre recouvrait l’escalier du dromos et dissimulait la plupart des marches. C’est un important travail de dégagement des terres effondrées qui a alors commencé, en se calant sur l’axe du dromos, et en déplaçant les remblais au débouché de l’escalier.

4Le palier près de la porte a été retrouvé, sans dallage, et la progression des marches est apparue (pl. 80. 1 a à d). Le dromos ainsi vidé, une solution a dû être trouvée pour rétablir les deux parements latéraux disparus. Celui autour de l’entrée, partiellement conservé, a permis d’observer qu’il était constitué d’un placage de pierres. C’est donc sur la base d’indices archéologiques et architecturaux que les travaux ont commencé.

5Deux tranchées de fondation parallèles ont été aménagées, ce qui nécessitait de revoir la longueur des marches. Des grilles métalliques ont alors été disposées à l’intérieur afin de couler une fondation en pierre et ciment capable de supporter les parois. Celles-ci ont été montées à partir de blocs effondrés du rempart et retaillés. Les blocs en calcaire tendre avaient été choisis en priorité.

6De manière concomitante, les marches antiques ont toutes été progressivement dégagées et les éléments cassés ont été remplacés.

7À hauteur de la porte, l’ancien placage en place a été conservé, le piédroit de droite partiellement dégagé (pl. 80. 1 g), et, à droite du linteau sculpté, le parement a été nettoyé afin de mieux dégager la surface de quelques blocs qui avaient été insérés dans le substrat géologique. Ce travail a permis de faire passer sans dommage le câble d’alimentation électrique (pl. 80 1. f).

8Cette phase réalisée, la seconde a pu être envisagée.

Pourtour du dromos au niveau du sol de circulation

9Une fois les parements montés et les espaces entre ces derniers et les anciennes bermes comblés, un drain faisant le tour de la cage d’escalier a été installé afin de contenir et dévier les ruissellements de la pente du djebel (pl. 80. 2). À cette fin, un chenal en ciment a été posé, rempli de cailloutis sur lequel reposait une tuyauterie en PVC. Ce chenal pouvait capter l’eau et afin d’en améliorer le fonctionnement, les tuyaux ont été percés de petits trous disposés à distance régulière (entre 10 et 15 cm). Ces trous peuvent absorber une partie de l’eau et l’évacuer vers l’est. Ce chenal est en forme de U autour de la cage d’escalier mais ses deux extrémités se prolongent, à la fois pour éloigner l’évacuation d’eau de l’entrée du tombeau, et pour s’écarter de la zone où les visiteurs se regroupent pour descendre. Un cliché montre l’organisation du chantier.

10Enfin, des travaux de terrassement ont permis d’égaliser la surface du sol autour de la cage d’escalier, toujours afin d’éviter les stagnations d’eau à la périphérie du tombeau.

Réfection du sol et pose d’une installation électrique

11Le sol intérieur était resté dans son état de découverte, à base de djousse dont la surface était irrégulière. Il a fallu l’égaliser afin de faciliter les visites, de rendre plus facile son balayage et de manière générale l’entretien du tombeau. Il a donc fallu décaisser le sol afin de retrouver un niveau homogène. Sur ce dernier a été disposé un cailloutis sur lequel a été coulé du djousse soigneusement étalé à l’aide d’une taloche rectangulaire (mastarin) (pl. 80. 3).

12Durant la phase de préparation du sol, des tuyaux ont été installés dans les différentes exèdres, pris ensuite dans l’épaisseur du djousse. Ils ont servi au passage de câbles électriques destinés à la pose de lampes. Un tableau électrique avec disjoncteur ainsi que des prises ont été installés sur la paroi à droite de l’escalier intérieur, en descendant. Les guides l’utilisaient pour fournir l’éclairage durant le temps de la visite.

Conclusion

13La réalisation de ce projet a réglé les problèmes d’infiltrations, tout en assurant un meilleur accès aux nombreux groupes de visiteurs. L’installation électrique a bénéficié tant aux archéologues qu’aux équipes venues filmer ou photographier les vestiges peints ou sculptés à l’intérieur du tombeau. Ces travaux ont été menés dans le souci de ne pas dénaturer les vestiges.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search