Version classiqueVersion mobile

Le tombeau des trois frères à Palmyre

 | 
Hélène Eristov
, 
Claude Vibert-Guigue
, 
Walid al-As`ad
, 
et al.

III - Données archéologiques, iconographiques et épigraphiques

E. Inscriptions araméennes

Jean‑Baptiste Yon

Texte intégral

  • 1 Voir PAT, corpus de l’ensemble des textes inscrits dans ce dialecte, à compléter par As‘ad, Gawlik (...)

1Près de 3000 textes inscrits dans l’araméen particulier à la ville de Palmyre – dit souvent « palmyrénien » – sont connus 1. Comme le nabatéen ou le syriaque, le palmyrénien est l’un des dialectes de cette langue sémitique, l’araméen, attesté au Proche‑Orient de la fin du 2e millénaire av. J.‑C. jusqu’à la période contemporaine. L’alphabet utilisé, comme ceux du nabatéen ou du syriaque, représente une évolution de l’alphabet phénicien, adopté par les Araméens à la fin de l’âge du Bronze. À Palmyre, les plus anciens textes datés sont de la seconde moitié du ier s. av. J.‑C. et on n’a plus d’attestation à partir du la fin du iiie s., c’est‑à‑dire que l’épigraphie araméenne de Palmyre correspond exactement à la période à laquelle se développèrent les grands monuments de la ville que sont les sanctuaires, les tombeaux, les colonnades et les bâtiments civiques.

  • 2 Sur les monuments funéraires palmyréniens, de manière générale, Gawlikowski 1970. Pour l’histoire (...)
  • 3 Les inscriptions du tombeau sont reprises dans Gawlikowski 1970 aux pages 195, no 47 (PAT 2776), 2 (...)

2Les inscriptions palmyréniennes sont en très grande majorité funéraires. La plupart permettent d’identifier les défunts représentés sur les bustes, qui sont l’une des images les plus connues de l’art palmyrénien. D’autres, plus développées, comme c’est le cas sur le portail du tombeau des Trois Frères, donnent plus de détails sur les tombeaux eux‑mêmes, leurs propriétaires, leur construction. Ce tombeau, hypogée 2, a comme particularité de ne pas avoir livré de bustes funéraires, soit qu’il n’y en ait jamais eu, soit qu’ils aient été tous perdus. Sont conservés au contraire à l’intérieur de la tombe un grand nombre de textes peints, marques de propriétés des différents personnages à qui ont appartenu les différentes parties du tombeau. On trouvera ici un point sur ces inscriptions, exclusivement araméennes, pour montrer ce qu’elles apprennent sur l’histoire de l’occupation et des partages dans le tombeau. S’il faut rappeler que les différentes transactions dont les textes sont les témoins ont des parallèles nombreux dans les inscriptions funéraires de Palmyre, l’exemple du tombeau des Trois Frères occupe une place particulière, en raison de la richesse de la documentation 3. Le premier point sera donc consacré à une reprise des textes conservés, pour la plupart déjà connus, afin dans un deuxième temps de définir sur le plan à quels espaces correspondent les descriptions parfois assez détaillées des parties du tombeau cédées par leurs propriétaires. Enfin, un dernier point sera consacré au décor peint de la lunette et aux fragments d’inscriptions qu’on pouvait encore y voir dans les années 2000.

Épigraphie du tombeau

  • 4 Cantineau 1930, p. 548, no 14 (= PAT 1791), repris Gawlikowski 1970, 206, no 6. La somme est de 12 (...)
  • 5 Gawlikowski 1970, 172‑176.

3L’architecture du tombeau, son plan, typique des hypogées, n’appellent ici pas de commentaire particulier. Contentons‑nous de rappeler que bien souvent les hypogées étaient creusés en plusieurs étapes. Le premier fondateur faisait aménager l’exèdre principale avant que de part et d’autre, généralement du côté de la porte d’entrée, soient creusées deux nouvelles exèdres, soit par le fondateur, soit par d’autres qui avaient pris en concession tout ou partie du tombeau. Ce phénomène a été bien étudié : il n’y a pas trace dans les nombreux textes de concession de transactions commerciales, ni de mentions de prix (à une exception près 4) ; les textes font état de cession (le plus souvent rq « concéder »), de « partenariat » (br « prendre comme partenaire ») et d’association (šwtp « prendre comme associé »), voire même de don (yhb « donner »). On considère généralement que les textes gravés sur pierre (pl. 57. 2 à 6) sont des extraits de contrats en bonne et due forme sur support périssable qui devaient être conservés dans les archives de la ville 5. Quelle qu’en ait été la forme exacte, ces transactions sont parfois très complexes et on a souvent du mal à reconnaître sur le terrain les données des textes. Les marques de propriétés, nombreuses dans le tombeau des Trois Frères, peuvent dans ce cas permettre de tracer au moins théoriquement les limites des propriétés des divers intervenants. On verra qu’il est parfois difficile de les faire toujours correspondre aux éléments fournis par les inscriptions du portail, peut‑être parce qu’elles décrivent quelques étapes seulement d’une situation qui a pu ensuite évoluer. Les textes peints à côté des travées, qui sont donc des marques de propriété, ont un grand intérêt paléographique, car ils donnent des exemples de l’écriture cursive, différente de l’écriture « monumentale », utilisée plus généralement pour la gravure sur pierre. Certaines formes de lettres, très proches de celles du syriaque (ou « araméen édessénien », pré‑chrétien) contemporain, sont très différentes de l’écriture monumentale. On distingue de manière évidente différentes mains de peintres (comparer 7, 8, 14 et 15). Chacun de ces ensembles (qui correspondent à un numéro) est homogène, ce qui semble prouver que chacun d’entre eux a été gravé d’un coup, au fur et à mesure que les transactions s’effectuaient.

  • 6 Colledge 1976, p. 84‑87 ; Yon 2002, p. 229.

4Le fait qu’il n’y ait pas ici de textes grecs est un point commun à de nombreux hypogées. Cette catégorie de tombeau donne vraisemblablement un regard sur une catégorie de la population peut‑être plus modeste, parmi laquelle on compte la présence de nombreux affranchis. Cette particularité doit pourtant être mise en relation avec l’existence de ce décor peint très hellénique (Ganymède et Achille à Skyros) et romain (imago clipeata). Cette apparente contradiction avait conduit MA.R. Colledge à proposer une théorie selon laquelle les fondateurs du tombeau auraient fait ce décor justement pour attirer le client. Ce serait un signe de la popularité à Palmyre de ce genre de croyance, et ce, dans les classes moyennes, clientèle privilégiée de ces hypogées partagés par leurs propriétaires et leurs fondateurs 6. Pourtant le caractère pratiquement unique de ce type de décoration rend l’hypothèse difficilement vérifiable. Il y a toutefois quelques autres exemples de tombeaux peints, assez mal connus, comme celui de Dionysos dans la même nécropole (pl. 79. 3), ou celui fouillé en 2007 par le musée de Palmyre dans le même secteur (pl. 78). On pourrait aussi souligner que le décor peint mime le décor sculpté et qu’à tout prendre il est plus économique de procéder ainsi. C’est pour cette raison qu’il est crucial de savoir de quand datent les peintures : ces questions de chronologie pourraient permettre de connaître les promoteurs et de comprendre les processus de concession, en les combinant avec le témoignage des inscriptions.

  • 7 Les très nombreuses inscriptions gravées sur les bustes funéraires qui identifient les défunts son (...)

5Pour s’en tenir à ces dernières, dans ce tombeau, on distinguera de manière assez traditionnelle dans ce qui suit les inscriptions de fondation et de concession, gravées sur pierre, d’autres textes, ici peints, qui servent soit à préciser la propriété de telle ou telle travée creusée pour accueillir les corps des défunts, soit à décrire le personnage représenté en peinture (comme des légendes d’illustration), qu’il s’agisse d’un défunt ou non 7.

6Les 44 inscriptions sont rassemblées sur une vue en 3D de l’hypogée (pl. 61).

Inscriptions

71. L’inscription la plus ancienne remonte à 142 (pl. 57. 1). Elle apparaît sur un édicule qui a été restauré après sa découverte par R. Amy lors de déblaiements dans le tombeau. L’inscription (6 x 84 cm ; h. l. 1,4 cm ; lettres rubriquées) est gravée sur un bandeau de l’architrave de ce petit monument qui prenait place sur la paroi droite de l’exèdre gauche du tombeau. Écriture cursive.

8Cantineau 1936b, p. 355, no 27 (Gawlikowski 1970, p. 195, no 47 ; PAT 2776).

mqbrt’ dh ‘bd ml’ br ṣ‘dy br ml’ lh wl’dth

wlbnwhy wlbnth wlbny bnwhy l‘lm’ šnt 454.

9Le dernier mot de la l. 1 ’dth est inconnu. Les éditeurs de PAT (p. 335) proposent d’en faire le féminin de ’dn « seigneur » et de traduire « his lady », au sens d’épouse dans ce contexte. Comme seul le premier r de l’inscription (celui de mqbrt’) est pointé, on pourrait éventuellement lire ’rth, ce qui n’est pas mieux attesté. La correction proposée par Cantineau, th, « sa sœur », irait bien en raison de la mention assez exceptionnelle « des filles » (bnth), après « les fils » à la ligne suivante. C’est apparemment aussi la position des éditeurs du Comprehensive Aramaic Lexicon en ligne (http://cal1.cn.huc.edu/​) s.u. ’h.

10L. 2. L’affixe possessif –why est écrit avec yodh final en ligature.

11« Cette sépulture a été faite par Malê, fils de Ṣa‘adaî fils de Malê, pour lui et pour ‑ ‑ ‑, et pour ses fils et ses filles et les enfants de ses enfants, pour toujours, l’année 454 (142/143 apr. J.‑C.). »

  • 8 Le banquet placé dans l’édicule est daté stylistiquement par A. Sadurska des années 160‑190 (Sadur (...)

12L’auteur de cette fondation est l’un des trois frères qui ont fait construire le tombeau. Toutefois, cette inscription est plutôt, comme le pensait Cantineau (p. 354), celle de l’exèdre. La fondation du tombeau dans son ensemble doit d’après les textes suivants être le fait des trois frères (voir ci‑dessous) : il ne peut donc s’agir ici que d’une fondation partielle et le terme mqbrt’ « tombeau, sépulture » qui désigne l’objet offert s’applique seulement, soit à l’exèdre, soit à l’édicule lui‑même 8.

132. Vient ensuite une inscription datée d’octobre 160, la plus ancienne de celles gravées sur le linteau de la porte principale du tombeau, bien qu’elle soit placée juste sous la suivante chronologiquement (pl. 57. 3).

  • 9 Par commodité, je ne remonte pas au‑delà de l’édition du CIS où on trouvera la bibliographie antér (...)

14CIS 4171 (Gawlikowski 1970, p. 205, no 2 ; PAT 0523) 9.

n‘m‘yn wml’ wṣ‘dy bny ṣ‘dy br ml’ ’ln dy ḥpr m‘rt’ dh wbnw rḥq lḥdwdn br šlmn br zbdbwl mn gmḥyn ’rb‘’ mn

šṭr’ m‘rby’ dy ’ksdr’ tymny’ dy hnn btr gmḥyn trn qdmyn wmn šṭr’ klh mqbl’ tymny’ dydh dy ’kšdr’

y bh ṭksys dy gmḥyn ’rb‘’ lh wlbnwh wlbny bnwh l‘lm’ byrḥ tšry šnt 472.

15L. 2. Noter les deux transcriptions du mot grec ἐξέδρα.

16« Na‘am‘eîn, Malê et Ṣa‘adaî, fils de Ṣa‘adaî, fils de Malê, eux qui ont creusé cette grotte et l’ont bâtie, ont cédé à Ḥaddûdan, fils de Šalman, fils de Zabdibôl, les quatre travées de la paroi occidentale de l’exèdre sud qui sont après les deux premières travées, et toute la paroi sud au fond de cette exèdre, dans laquelle il y a une série de quatre travées, pour lui et pour ses enfants et les enfants de ses enfants, pour toujours, au mois de Tišrî, l’année 472 (octobre 160). »

173. L’inscription datée de novembre 160 est située sur le bandeau supérieur du linteau (pl. 57. 3).

18CIS 4172 (Gawlikowski 1970, p. 204‑205, no 1 ; PAT 0524).

n‘m‘yn wml’ wṣ‘dy bny ṣ‘dy br ml’ br ṣ‘dy dy ḥpr m‘rt’ dh rḥq l‘bdṣyr’ br ḥry ‘t‘qb br rpbwl mn ’ksdr’ smly’ dy hw pn’

lymyn’ dy hw m‘l bb’ ‘l ymyn’ dy bh gwmḥyn pnn ‘sryn wmn gwmḥyn ’rb‘’ dy lbr mn kpt’ m‘l bb’ ‘l ymynk trn dy mwln twpr’

lh wlbnwhy wlbny bnwhy dkry’ lyqrhwn dy l‘lm’ byrḥ knwn dy šnt 472.

19L. 2. Pour l’expression mwln twpr’, voir le commentaire général et l’inscription suivante.

20« Na‘am‘eîn, Malê et Ṣa‘adaî, fils de Sa‘adaî, fils de Malê, fils de Ṣa‘adaî, qui ont creusé cette grotte, ont cédé à ‘Abdṣeîra, affranchi de ‘Ate‘aqab fils de Repabôl, cette exèdre nord qui se présente à droite, qui est à droite lorsqu’on entre par la porte, dans laquelle il y a vingt travées vides, ainsi que quatre travées qui sont en dehors de la voûte, lorsque tu entres par la porte à ta droite, deux qui sont mwln twpr’, pour lui et pour ses enfants et les enfants de ses enfants mâles en leur honneur, pour toujours, au mois de Kanûn, l’année 472 (novembre 160). »

214. Sous les deux précédentes (pl. 57. 3).

22CIS 4173 (Gawlikowski 1970, p. 205‑206, no 4 ; PAT 0525).

byrḥ ’yr šnt hmš m’h wtrtn zbdbwl br kptwt br br’ rḥq lnrqys br ḥry ‘gylw br mlkw mn sṭr’ mdnḥy’ dy ’ksdr’

tymnyt’ dy bh ṭksys dy gmḥyn tmny’ <w>mn gmḥyn ’ḥrnyn tlt’ dy hnn m‘lyk ‘l šml’ ‘qr twpr’ lh wlbnwhy wlbny

bnwhy l‘lm’ dy rḥq lh lzbdbwl dnh n‘m‘yn wml’ wṣ‘dy bny ṣ‘dy ’ln dy ḥpr wṣbt m‘rt’ dh.

23L. 2. ymn pour wmn.

24« Au mois d’Ayar l’année cinq‑cent deux (mai 191), Zabdibôl, fils de Kapatût, fils de Barâ, a cédé à Narcissos, affranchi de ‘Ogeîlû, fils de Malkû, la paroi orientale de l’exèdre sud dans laquelle il y a une série de huit travées et trois autres travées qui sont à gauche lorsque tu entres ‘qr twpr’ pour lui et pour ses enfants et pour les enfants de ses enfants, pour toujours ; elles avaient été cédées à ce même Zabdibôl par Na‘am‘eîn, Malê et Ṣa‘adaî, fils de Ṣa‘adaî, qui ont creusé et décoré cette grotte. »

25L. 2. Voir CIS p. 283. L’expression ‘qr twpr’ désignerait la partie la plus intérieure de la galerie axiale (intimam partem conclavis). Voir le commentaire général pour une autre possibilité. ‘qr au sens propre est sans doute « la racine », apparemment au sens de partie intérieure.

265. Sur le montant gauche du portail, en plus petit caractères que les précédentes. La partie droite de l’inscription avait dû être endommagée au moment de l’installation de la porte métallique moderne ; elle était intacte sur la photo (prise en 1914) publiée à la pl. XXXI du CIS (pl. 57. 4 a et b).

27CIS 4174 (Gawlikowski 1970, p. 205, no 3 ; PAT 0526)

nrqys br ḥry ‘gylw rḥq

lšm‘wn br ’b’ br ḥnyn’ mn

gwmḥyn ’rb‘’ gwyyn tymnyyn dy bsṭr’

4

mdnḥy’ <dy> ’ksdr’ dy m‘l m‘rt’ dh

‘l smlk wmn gwmḥyn trn dy mn ‘qr

twpr’ dkn lh wlbnwhy wlbny bnwhy

lyqrhwn dy ‘lm’ byrḥ qnyn šnt

8

ḥmš m’h wtrtn.

28L. 4. Ajouter dy avant ’ksdr’, le supprimer peut‑être après. L. 5‑6. ‘qr twpr s’applique aux mêmes travées que dans l’inscription qui précède. L. 6. dkn est démonstratif selon CIS ; plutôt « pur » ou « non utilisé » (PAT, s.v., p. 357).

29« Narcissos, affranchi de ‘Ogeîlû, a cédé à Šim‘ôn, fils de Abbâ, fils de Ḥonaînâ, les quatre travées intérieures au sud, qui sont sur la paroi orientale de l’exèdre qui est à ta gauche lorsque tu entres dans la grotte et deux travées pures ‘qr twpr’, pour lui et pour ses enfants et pour les enfants de ses enfants, en leur honneur, pour toujours, au mois de Qinîan l’année cinq‑cent deux (juillet 191). »

  • 10 CIS, p. 280 ; sur le drogman qui est le personnage représenté en casque colonial sur la fameuse ph (...)

306. Sur le montant droit du portail, dans l’encadrement de la porte (pl. 57. 5 a et b) : depuis l’installation de la porte métallique par le musée de Palmyre, l’inscription était en partie dissimulée par le montant droit de la nouvelle porte. Sans doute pour les mêmes raisons que pour la précédente, la partie droite de l’inscription avait disparu. La lecture peut être vérifiée sur la pl. XXXI du CIS (estampage de Yaaqoub al‑Khoury, drogman du Consulat russe de Jérusalem, transmis à Chabot par Paul von Kokovcov 10).

31CIS 4175 (Gawlikowski 1970, p. 206, no 5 ; PAT 0527).

byrh ’lwl šnt 552

ywly’ ’wrly’ btmlkw brt

zbdbwl br š‘dy rḥqt lywlys

4

’wrlys ml’ br yd‘w br ydy‘bl

mn gwmḥyn ’rb‘’ dy bsṭr’

šmly’ btr ’ksdr’ mqbl‑

t’ m‘rbyt’ dy ’yt bgwmḥ’

8

mqbrn št lh wlbnwhw wlb‑

ny bnwh l‘lm’.

32L. 6. šmly’ signifie « nord » et non « gauche » CIS. S’il s’agit des quatre travées 36‑39 qui appartiennent bien à Malê, il faut bien comprendre gauche. On comprendrait moins bien la description pour les travées 23‑27 où apparaît aussi le nom de Malê, car il y a plus de quatre travées et surtout on est difficilement après l’exèdre « en face, occidentale », ce qui s’appliquerait mieux à la première exèdre qu’on rencontre en entrant en face, en allant vers l’ouest, c’est‑à‑dire la galerie axiale. L. 7‑8. La précision « où il y a dans une travée six sépultures » est curieuse puisqu’il semble y avoir le même nombre de sépultures dans toutes les travées.

33« Au mois d’Elûl 552 (septembre 241), Iulia Aurelia Batmalkû, fille de Zabdibôl, fils de Ṣa‘adaî, a cédé à Iulius Aurelius Malê, fils de Iad‘û, fils de Iedî‘bel, quatre travées sur la paroi gauche après l’exèdre en face, occidentale (où il y a dans une travée six sépultures), pour lui et pour ses enfants et pour les enfants de ses enfants, pour toujours. »

34La même femme est connue par l’inscription suivante, qui comme 1 et 8‑19 a été découverte à l’intérieur du tombeau. Batmalkû, fille de Zabdibôl, fils de Zabdibôl, fils de Ṣa‘adaî, qualifiée explicitement d’héritière, est sans doute une descendante des fondateurs. On retrouve dans la plupart des inscriptions peintes des personnages connus par les inscriptions de concession du portail (2 à 6). Ces textes peints directement sur les travées peuvent être les « légendes » des portraits peints (9‑11), ou bien, peints directement sur les travées, ils indiquent au plus près la propriété des emplacements, ce qui explique qu’ils soient répétés en plusieurs exemplaires. À quelques exceptions près (9 et 10), les inscriptions sont peintes en rouge, à la verticale, comme cela est très fréquent pour ce type de textes en cursive.

357. Au moins quatre exemplaires plus ou moins bien conservés d’une inscription peinte, marquant la propriété des travées 28 à 31 de la paroi nord de l’exèdre occidentale, axiale (exèdre peinte) (pl. 58. 1). Un cinquième texte, e, est sans doute similaire, mais peut‑être plus court.

36Les textes a et d de la série sont considérés comme effacés, mais on peut néanmoins lire un texte en a (avec une disposition similaire à c, en deux colonnes). e est situé sous b.

37a. Sur le pilier G. « Fere deleta » selon le CIS. Relu sur photo.

38CIS 4176a.

btmlkw bt zbdbwl [‑ ‑ ‑]

br zbdbwl br ṣ‘dy wršt’ dy by[t’ wm‘rt’ ?].

39La fin de la l. 1 est totalement illisible ; étant donné que le texte connu par b et c subsiste pratiquement en entier, s’agit‑il d’une répétition des mêmes mots ou d’un texte différent ?

40« Batmalkû, fille de Zabdibôl, fils de Zabdibôl, fils de Ṣa‘adaî, héritière de la maison et de l’hypogée. »

41b. Sur le pilier H.

42CIS 4176b, dessin Savignac, p. 289 (PAT 0528). Une image est publiée par Strzygowski 1901, p. 15, malheureusement pratiquement illisible ; une autre par Pascha 1918, pl. 68, qui permet de contrôler la lecture.

btmlkw bt zbdbwl

br zbdbwl br ṣ‘dy

wršt’ dy byt’ wm‘rt’.

« Batmalkû, fille de Zabdibôl, fils de Zabdibôl, fils de Ṣa‘adaî, héritière de la maison et de l’hypogée. »

43D’après le dessin de Savignac, il y a quelques lacunes. Le CIS ne marque pas de lacune, ce qu’on peut vérifier sur la planche de Pascha 1918. L’état actuel est beaucoup plus désespéré.

44c. Sur le pilier I. Comme pour le précédent, Pascha 1918, pl. 68, permet de contrôler la lecture.

CIS 4176c (PAT 0529).

btmlkw bt zbdbwl | wršt’

br zbdbwl br ṣ‘dy | dy byt’ wm‘rt’.

45« Batmalkû, fille de Zabdibôl, fils de Zabdibôl, fils de Ṣa‘adaî, héritière de la maison et de l’hypogée. »

46Il faut décomposer l’inscription en deux « colonnes » (la séparation est marquée ci‑dessus par le trait vertical) pour en reconstituer le sens et retrouver le même texte.

47d. Pilier J. Sur le côté du piédroit nord.

48Le CIS ne donne pas de texte. On reconnaît seulement quelques signes.

49e. Sur le pilier H, sous b. Cette inscription ne semble pas apparaître sur les photos récentes.

50CIS 4176e (PAT 0530).

[btmlkw] b[t] zbdbwl

[br zbd]bwl br ṣ‘dy.

« Batmalkû, fille de Zabdibôl, fils de Zabdibôl, fils de Ṣa‘adaî. »

51La qualification « héritière de la maison et de l’hypogée » a disparu ou n’a jamais été peinte.

528. Sur la paroi opposée de la même exèdre, au moins trois inscriptions peintes marquant la propriété de cette partie de l’exèdre (pl. 58. 2 et 4). c est en partie effacé. Aucune inscription n’a été repérée sur le pilier N.

53a. Pilier M.

54Identique à b, le texte n’est pas donné dans CIS et PAT, le premier signalant seulement qu’il est identique au suivant (b). Bien visible sur la photo de Strzygowski 1901, p. 16.

ml’ br yd‘w ydy‘bl.

« Malê, fils de Iad‘û Iedî‘bel. »

55Sur le même pilier, plus bas, traces de peinture rouge, qui pourrait constituer une autre inscription.

56b. Pilier O.

57CIS 4177b (PAT 0531).

ml’ br yd‘w ydy‘bl.

« Malê, fils de Iad‘û Iedî‘bel. »

58c. Pilier P.

59CIS 4177c (PAT 0532).

ml’ [br yd]‘w ydy[‘bl].

« Malê, fils de Iad‘û Iedî‘bel. »

60Le début n’avait pas été vu dans les éditions précédentes.

619. Sur la paroi nord, piédroit de l’arc (pl. 58. 3). « Légende » de la figure peinte, à droite de la femme (?) ; à la peinture noire. On distingue seulement des traces (en noir à g., en rouge à dr.).

  • 11 Farmakowski 1903, pl. XXIII, 3, supra p.52.

62CIS 4178 (PAT 0533). Chabot dans le CIS, p. 290, signale qu’une photo est publiée par Farmakowski 11.

ṣlmt

bt‘’ brt

ml’ ḥbl.

« Image de Bat‘â, fille de Malê, hélas ! »

6310. Sur la paroi sud, piédroit de l’arc (pl. 58. 4). « Légende » de la figure peinte, à droite de la femme, près de la tête de l’enfant, peinture noire.

64CIS 4179a (PAT 0534).

ṣlmt b[t]‘’

brt

šm‘wn

ḥbl.

« Image de Bat‘â, fille de Šim‘ôn, hélas ! »

6511. Sur le même panneau que la précédente (pl. 58. 4). Sous le coude droit de la femme.

66CIS 4179b (PAT 0535). Dessin Savignac publié dans le CIS, p. 291.

tdmry’ ’[.]t[.]w

’n’[.]p’[‑ ‑ ‑]

nmn‘y

67Signification inconnue, à part la mention de « Palmyrénien », l. 1, seul mot bien lisible ; peut‑être un nom de personne.

6812. Sur la paroi sud de l’exèdre axiale, à l’est de l’arc central (pl. 58. 4). Le texte semble avoir été répété trois fois, mais b et c ne sont plus visibles.

69CIS 4180 [par erreur « nigro colore »] (PAT 0536). Voir aussi Strzygowski 1901, p. 16.

70a. Entre la travée 40 et l’arc central.

dkrn

šm‘wn

br ’b’

’brm’.

« Mémorial de Šim‘ôn, fils de Abbâ, (fils d’)Abramâ. »

7113. Selon le CIS, cinq inscriptions (avec probablement le même texte) entre les travées de la paroi nord de l’exèdre axiale, à l’est de l’arc central (pl. 59. 1). c est publié dans le CIS comme tombé sur le sol. Selon Sobernheim 1900, p. 216, l’inscription se trouve quatre fois sur la paroi et deux exemplaires sont à terre.

72Les restes parfois fragmentaires de quelques‑uns des exemplaires sont visibles sur les parois (à g. des travées 22, 24 [c], 25 et 26 ; à g. de 21 et 23, rien n’est visible).

73CIS 4181 (PAT 0537).

74c. D’après le croquis du CIS, p. 281, entre les travées 24 et 25.

ml’ br yd‘w ydy‘bl.

« Malê, fils de Iad‘û Iedî‘bel. »

75Trois lignes, selon M. Sobernheim.

7614. Texte répété quatre fois, paroi orientale de l’exèdre sud, à g. des travées 58, 59, 60 et 61 (pl. 59. 2). Dans le dernier, il ne reste que le début et quelques traces du patronyme ’b’.

77CIS 4182 (PAT 0538).

šm‘wn br ’b’.

« Šim‘ôn, fils de Abbâ. »

7815. Texte répété sept fois (six fois selon le CIS), sur les parois occidentales et méridionales de l’exèdre sud, à g. de 57, 56, 55, 54 ; à g. de 52, 51 et 50 (pl. 59. 3).

79CIS 4183 (PAT 0539).

mlkw ḥdwdn.

« Malkû, fils de Ḥaddûdan. »

8016. Sur la paroi occidentale de l’exèdre sud, entre les travées 48 et 49. Dans un cadre irrégulier, rouge lui aussi (pl. 59. 4).

81CIS 4184 (PAT 0540). Dessin de Sobernheim 1900, p. 217, repris CIS, p. 292.

82d’après la photo

btmlkw bt zbdbwl btm[lkw bt zbdb]wl

br zbdbwl br ṣ‘dy br zbd[bwl br ṣ]‘dy

wršt’ dy byt’ wm‘rt’. wršt’ dy [byt’ wm‘]rt’

« Batmalkû, fille de Zabdibôl, fils de Zabdibôl, fils de Ṣa‘adaî, héritière de la maison et de l’hypogée. »

8317. Sur la paroi orientale de l’exèdre sud. Selon CIS (qui suit Sobernheim) un texte identique est répété trois fois (a, b et d) (pl. 59. 5) ; il est accompagné d’un quatrième texte, différent, non mentionné par le CIS (c).

84CIS 4185 (PAT 0541).

85a. À g. de la travée 65 ; la seconde ligne est donnée seulement par Sobernheim.

86Sobernheim 1900, p. 218 ; CIS ne donne que la ligne 1.

nrqys ‘gylw

br nrqys ydy‘bl.

« Narcissos ‘Ogeîlû, fils de Narcissos Iedî‘bel. »

87Voir 4 et 5, Narcissos est en fait affranchi de ‘Ogeîlû, le texte donne sa généalogie personnelle (on sait par 4 que ‘Ogeîlû est lui‑même fils de Malkû).

88b. À g. de la travée 64. Seul le second nom est complet. Au‑dessus du texte, vestiges d’un autre texte en deux lignes.

[nrqy]s ‘gylw.

« Narcissos ‘Ogeîlû. »

89Au‑dessus, peut‑être [‑ ‑ ‑]m[‑ ‑ ‑] puis à la ligne suivante [‑ ‑ ‑]kd[‑ ‑ ‑]

90c. À gauche de la travée 63.

[‑ ‑ ‑] br šby’

[‑ ‑ ‑]bl

91d. À gauche de la travée 62.

92[nrqys] ‘gylw.

93« Narcissos ‘Ogeîlû. »

9418. Sur la paroi orientale (« pariete occidentali » CIS) de l’exèdre sud, entre les travées 62 et 63, sous 17d. Texte effacé au début des lignes. Barre de séparation au‑dessus du texte (pl. 59. 5).

95CIS 4186 (PAT 0542).

[‑ ‑ ‑] mqbrn [‑ ‑ ‑]

[‑ ‑ ‑]ḥtyn? bgmḥ

[‑ ‑ ‑] lklh byrḥ

’dr šnt 570.

96L. 2. Omise dans le CIS.

97« ‑ ‑ ‑ tombes – travées ‑ tout, au mois de Adar, l’année 570 (mars 259). »

98C’est la date la plus récente fournie par les inscriptions de l’hypogée.

9919. Une nouveauté rendue possible par le relevé très précis des peintures – et par l’installation de l’échafaudage – a été l’identification d’inscriptions donnant les noms des personnages mythologiques peints sur la lunette (pl. 60. 1). Malgré l’existence de photos sous ultra‑violet, ils sont malheureusement très difficilement lisibles et l’on reconnaît seulement quelques lettres.

100De gauche à droite (pl. 60. 2) :

101a. Entre les jambes du premier personnage qui porte un bouclier. On voit les traces de huit lettres dont la dernière (à g.) est un s araméen. La première est peut‑être un d : on aurait alors un nom comme dywmdys (Diomède).

102b. Peint à la verticale, à gauche de l’enfant : ’rs (Érôs ?), mais il pourrait plutôt s’agir du fils d’Achille, Pyrrhos, p’rs, écrit pyrws en syriaque.

103c. Sous la robe à frange noire (Achille) : une seule lettre est vraiment reconnaissable, k. Il n’y a qu’une lettre avant et trois ou quatre ensuite. Cela peut correspondre à la transcription habituelle du nom Achille en araméen ’kylws.

104d. Sous la dame en noir : on voit uniquement une lettre (à g. du talon), sans doute b (ou l), non identifiable dans l’histoire d’Achille à Skyros.

105e. Entre les jambes du personnage à l’extrême droite : on voit seulement deux lettres à la fin du mot. [‑ ‑ ‑]ws. Ὀδυσσεύς est transcrit en syriaque ’dwsws, ce qui pourrait correspondre. L’espace disponible est pourtant un peu court pour placer toutes les lettres du nom.

Multiplicité des concessions (pl. 62)

La famille de Ḥaddûdan

106Quand on veut délimiter les propriétés des personnages connues par les inscriptions, le premier point à noter est que nulle part à l’intérieur on ne retrouve les noms des premiers fondateurs, à part sur 1. Il paraît clair (1) que le tombeau a été fondé avant 142/143, ou peut‑être à ce moment. Très vite, les trois frères cèdent une partie de l’exèdre sud (2), les travées du fond (paroi sud, travées 54‑57) et quatre travées sur la paroi occidentale. La précision topographique « qui sont après les deux premières travées » ne semble pas correspondre à la réalité archéologique puisqu’il y a en tout huit travées sur cette paroi. On peut néanmoins considérer que les deux premières (travées 46‑47) sont des ajouts ultérieurs ou au contraire qu’elles étaient dissimulées par le monument daté de 142/143 qui est placé devant. Les travées cédées en octobre 160 seraient donc les travées 50‑53. Le fait qu’elles soient marquées du nom de Malkû, fils de Ḥaddûdan (15), correspond à cette conclusion : Malkû serait le fils de Ḥaddûdan, fils de Šalman, fils de Zabdibôl, qui reçoit la concession en 160 (2).

L’exèdre nord et la concession à l’affranchi ‘Abdṣeîra

  • 12 Les sculptures du triclinium sont datées stylistiquement par A. Sadurska du premier quart du iiie  (...)
  • 13 Sans qu’on sache ce que désigne exactement kpt’ « voûte ».

107Comme le texte 3 le signale, il y a vingt travées dans l’exèdre nord (travées 1‑20) ; toutes sont cédées en novembre 160 à un affranchi du nom de ‘Abdṣeîra, qui ne reparaît pas dans la documentation 12. Aucune autre transaction les concernant n’est documentée. Il est beaucoup plus difficile de comprendre de quoi il s’agit ensuite. L’expression mwln twpr’ a défié les commentateurs. twpr’ désigne évidemment une partie du tombeau (PAT, p. 419) : il s’agit peut‑être d’une manière de désigner la galerie axiale qui serait la partie principale du tombeau (en ce sens CIS, p. 283). On aurait alors « deux (travées) qui sont proches (sens probable de mwln’) de la galerie », et qui s’ajouteraient aux quatre travées situées en dehors de la voûte, c’est‑à‑dire selon l’interprétation de Chabot, sur la paroi nord de l’exèdre (peut‑être 21‑24). L’interprétation reste conjecturale, car les deux travées « qui sont proches de la galerie » font‑elles partie des quatre travées situées « en dehors de la voûte 13 » (dy lbr mn kpt’) ? Ou bien y a‑t‑il quatre travées plus deux autres travées différentes des quatre premières ?

108Une solution tentante est sans doute de voir dans ces mots une désignation des emplacements creusés dans le sol au fond de l’exèdre (no 67‑70 du plan de référence), en partie recouverts par le triclinium du banquet funéraire. Il ne s’agit pas à proprement parler d’une travée, mais les quatre emplacements en question sont bien en dehors de la voûte/chambre. Les deux qui sont proches de la galerie principale (vestibule) seraient soit les travées 21‑22, soit deux des quatre emplacements creusés dans le sol.

Zabdibôl et Narcissos

109Zabdibôl a bénéficié d’une concession non documentée par ailleurs, puis a cédé une partie au moins de ce qu’il possédait à Narcissos, un affranchi (4). Les huit premières travées sont bien identifiées et elles correspondent donc à l’ensemble de la paroi orientale de l’exèdre sud (travées 58‑65) ; quatre d’entre elles font partie des travées cédées ensuite par Narcissos (voir infra). Le problème est plus compliqué pour les trois travées, également situées à gauche « quand on entre ». On est tenté de les identifier aux travées 43‑45 sur la paroi sud de l’exèdre axiale, les seules qui ne portent pas d’inscriptions (conservées) ; la présence de trois graffiti mentionnant Šim‘ôn (12) tendrait à prouver qu’il pourrait plutôt s’agir des travées 40‑42.

Narcissos et Šim‘ôn

110À son tour, Narcissos cède à Šim‘ôn quatre travées dans l’exèdre sud (5 ; travées 58‑61, selon 14) ; il lui cède aussi deux travées dites « pures », c’est‑à‑dire qui n’ont jamais été utilisées et qui pourraient être deux parmi les travées 40‑42 dans la paroi sud de l’exèdre axiale, si on accepte le raisonnement supra. Comme on le voit, la difficulté est qu’il ne devrait y avoir que deux travées, mais que d’après les relevés anciens les graffiti (12) de Šim‘ôn entourent trois travées. Par ailleurs, l’inscription 10 signale que la femme représentée sur le piédroit sud de l’arc s’appelle Bat‘â, fille de Šim‘ôn. On peut à bon droit en faire la fille de ce même Šim‘ôn, ce qui prouverait que les possessions de ce dernier sont un peu plus importantes que ce que laisse entendre l’inscription. Incidemment, cela pourrait donner un terminus pour la peinture de l’arc (voir également infra pour le piédroit opposé).

111Cette transaction a lieu seulement deux mois (de mai à juillet 191) après la précédente. On peut y voir de la part de Narcissos de la spéculation, de la même manière que les trois frères ont en octobre et novembre 160 cédé tout ou partie des exèdres sud et nord du tombeau qu’ils avaient fait construire quelques années auparavant.

Batmalkû l’héritière

  • 14 Stark 1971, p. 48.

112On peut supposer pourtant que les descendants des trois frères ne se sont pas défait entièrement du tombeau, puisque près d’un siècle plus tard une certaine Iulia Aurelia Batmalkû, fille de Zabdibôl, fils de Zabdibôl, fils de Ṣa‘adaî, se dit « héritière de la maison et du tombeau » (7). Le nom Ṣa‘adaî dans sa généalogie permet de la rattacher à la lignée des fondateurs, ce qui explique son statut d’héritière. Les fondateurs étaient « Na‘am‘eîn, Malê et Ṣa‘adaî, fils de Sa‘adaî, fils de Malê, fils de Ṣa‘adaî » et l’on sait que dans les généalogies palmyréniennes, on donne souvent le nom de l’ancêtre fondateur de la famille, nom qui fonctionne comme un véritable « nom de famille ». Par ailleurs, le nom Ṣa‘adaî sans être rare n’est pas très fréquent 14.

113Ce statut explique qu’elle possède en 241 des travées de l’exèdre peinte, dont elle cède une partie à Iulius Aurelius Malê, fils de Iad‘û (6 : « quatre travées sur la paroi gauche après l’exèdre en face, occidentale ») : il s’agit des travées 36‑39 où apparaît le nom de ce dernier (voir 8). Mais le nom de Malê, fils de Iad‘û, apparaît aussi sur les travées 23‑27, dans l’exèdre axiale, paroi nord. Pour cette raison, on est tenté de faire le rapprochement avec Bat‘â, fille de Malê, représentée sur le piédroit nord de l’arc peint (9) qui pourrait se rattacher soit à l’un des fondateurs du tombeau, soit à ce Malê, fils de Iad‘û. Cela inciterait à donner une date relativement tardive à cette peinture : il est certes possible que Malê ait déjà été propriétaire de travées dans le tombeau en 241, mais on ne peut guère remonter au‑delà du début du iiie s. pour la décision de peindre sa fille.

114Sur la paroi d’en face, les marques de propriété de Batmalkû sont nombreuses. Elles apparaissent aussi dans l’exèdre sud, sur la paroi occidentale, dans l’espace que les premiers propriétaires n’avaient pas cédé à Ḥaddûdan, fils de Šalman.

Notes

1 Voir PAT, corpus de l’ensemble des textes inscrits dans ce dialecte, à compléter par As‘ad, Gawlikowski et Yon 2012, et par Yon 2012. Les textes grecs et latins (y compris les textes araméens des bilingues et trilingues) sont rassemblés dans le volume IGLS XVII/1.

2 Sur les monuments funéraires palmyréniens, de manière générale, Gawlikowski 1970. Pour l’histoire de la recherche sur les hypogées de Palmyre, voir aux pages 107‑110, avec en particulier les n. 11‑12, page 110 : jusqu’en 1924, début des travaux d’H. Ingholt dans la nécropole sud‑ouest – publiés de manière très partielle pour l’instant (Raja et Yon à paraître) –, seuls quelques tombeaux hypogées étaient connus ; voir aussi supra p. 89‑91. Pour la nécropole sud‑ouest, tombeau des Trois Frères, le premier dont on possède un plan ; tombeau de Zabd‘ateh (Contenson 1892, fouillé seulement dans les années 1960, Sadurska et Bounni 1994, 122‑136, pl. X) ; Sobernheim 1900, 210‑211, donne le texte des inscriptions de deux linteaux d’hypogée (repris CIS 4160 et 4165). Quelques hypogées ont également été signalés par C. Watzinger et K. Wulzinger, in Wiegand 1932, 58 (vallée des tombeaux), 59‑62 (nécropole sud‑ouest), 64‑69 (nécropole nord), mais seuls sont publiés un plan et une description un peu détaillée de l’hypogée no 167 (p. 66‑67, fig. 64). L’hypogée de Iarḥaî dans la vallée des tombeaux a été le premier à être présenté très en détail (Amy et Seyrig 1936).

3 Les inscriptions du tombeau sont reprises dans Gawlikowski 1970 aux pages 195, no 47 (PAT 2776), 204‑206, no 1‑5 (PAT 0523‑0527). Les autres textes, simples marques de propriétés ou légendes des figures peintes, sont PAT 0528‑0542. Enfin, les textes peints sur le décor de la lunette qui représente le mythe d’Achille à Skyros sont inédits.

4 Cantineau 1930, p. 548, no 14 (= PAT 1791), repris Gawlikowski 1970, 206, no 6. La somme est de 120 deniers pour la moitié de la part de la vendeuse, part qui semble assez réduite dans l’hypogée.

5 Gawlikowski 1970, 172‑176.

6 Colledge 1976, p. 84‑87 ; Yon 2002, p. 229.

7 Les très nombreuses inscriptions gravées sur les bustes funéraires qui identifient les défunts sont de même nature.

8 Le banquet placé dans l’édicule est daté stylistiquement par A. Sadurska des années 160‑190 (Sadurska et Bounni 1994, p. 120, no 162) : « la date de 142/143 concerne l’édicule et non le banquet, puisque ce dernier bouchait les deux travées avec leurs douze loculi appartenant à Malê et ses descendants ».

9 Par commodité, je ne remonte pas au‑delà de l’édition du CIS où on trouvera la bibliographie antérieure.

10 CIS, p. 280 ; sur le drogman qui est le personnage représenté en casque colonial sur la fameuse photo du Tarif de Palmyre, voir Gawlikowski 2012, p. 766.

11 Farmakowski 1903, pl. XXIII, 3, supra p.52.

12 Les sculptures du triclinium sont datées stylistiquement par A. Sadurska du premier quart du iiie s. (Sadurska et Bounni 1994, p. 119‑120, no 161), soit très largement après la concession à ‘Abdṣeîra.

13 Sans qu’on sache ce que désigne exactement kpt’ « voûte ».

14 Stark 1971, p. 48.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search