Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Vie religieuse au Liban sous l'Empire romain

 | 
Julien Aliquot

Deuxième partie : Les stratégies de la piété

Deuxième partie : Introduction

Texte intégral

1Lorsqu’ils rendent hommage à leurs divinités tutélaires, les fidèles du Liban choisissent de respecter leurs coutumes ancestrales ou, au contraire, de jouer sur les analogies entre les noms, l’aspect et les mythes de leurs propres dieux et ceux des dieux étrangers. En se conformant à leur démarche, on peut établir que la formation des cultes locaux procède de la contamination réciproque de traditions religieuses initialement distinctes et diversifiées, où les éléments orientaux se mêlent aux apports grecs et romains (chapitre 4). Pour comprendre pourquoi les fidèles ne cessent de proclamer qu’ils sont attachés à leurs coutumes ancestrales alors qu’ils présentent leurs dieux sous un nom ou un aspect étranger à la culture de leurs aïeux, courant ainsi le risque de dénaturer leurs cultes alors que personne ne les y oblige, la collecte des arguments onomastiques, iconographiques et mythologiques justifiant la construction d’un discours religieux inédit s’avère toutefois insuffisante : si elle met bien en évidence le caractère indéfini du paganisme antique, qui est son essence même, elle n’a qu’une valeur explicative médiocre dès lors que l’attention se porte sur une région particulière du monde ancien. En l’absence de tout catéchisme, la solution du paradoxe païen ne se trouve au Liban dans aucun texte sacré, mais dans l’analyse des rapports que les communautés locales entretiennent avec les traditions religieuses du monde romain, où la cité et le domaine du prince sont les cadres ordinaires de l’administration et où l’hellénisme est un puissant moyen de domination sociale (chapitre 5). Dans cette évolution, Rome ne joue pas uniquement le rôle d’un vecteur de l’hellénisme, dans lequel on la cantonne trop souvent : si les Romains s’accommodent du maintien des traditions régionales et s’ils les adoptent à l’occasion, tout comme les Perses, les Grecs et les Macédoniens l’ont fait avant eux, ils sont aussi à l’origine de la réorganisation structurelle des cultes locaux (chapitre 6).

© Presses de l’Ifpo, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540