Version classiqueVersion mobile

Le tombeau des trois frères à Palmyre

 | 
Hélène Eristov
, 
Claude Vibert-Guigue
, 
Walid al-As`ad
, 
et al.

III - Données archéologiques, iconographiques et épigraphiques

C. Description de l'exèdre peinte

Hélène Eristov et Claude Vibert‑Guigue

Texte intégral

  • 1 Dans la description, gauche et droite sont considérées par rapport aux figures et non par rapport (...)

1La description du décor correspond à l’état observé jusqu’en 2009 1 (cliché pl. 17. 2). Les surfaces peintes sont désignées par des lettres ; voir également le regroupement des élévations et des surfaces développées (pl. 72).

Parois ouest, nord et sud
A à J et M à Q :pilastres peints
(Victoires, colonnes)
Z :lunette (Achille à Skyros)
Voûte
Y :voûte au médaillon
(Zeus et Ganymède)
Piédroits et arc
K et L :faces intérieures des piédroits
R et T :faces figurées des piédroits
S et U :faces extérieures des piédroits
V :face extérieure de l’arc
(décorée)
W :intrados de l’arc 4
X :face intérieure de l’arc
(laissée blanche)

Lunette (Z)

Scène figurée sur la lunette (Achille à Skyros) (pl. 17. 1 et 18)

  • 2 Kossatz‑Deissmann 1981, 55‑65.

2Au fond du tombeau, sous la retombée de la voûte, une lunette semi‑circulaire (D. : 4,30 m) située à une hauteur de 3,55 m est ornée de dix figures étagées sur trois plans. Dès 1895, cette scène, quelque peu effacée depuis (pl. 28) a été identifiée comme la découverte par Ulysse d’Achille à Skyros parmi les filles de Lycomède 2. La lunette présente un contre‑fruit et son cintre est doublé d’un arc en légère saillie (pl. 16. 1, 2 et 45. 2).

  • 3 Le tissu léger et transparent amène à parler ici de chiton et non de peplos au tissu plus épais ; (...)
  • 4 Ces détails ont été révélés sous lumière UV.

3Achille occupe le centre de la composition, debout, de face mais se dirigeant vers la droite et inclinant le visage vers la gauche ; il lève au‑dessus de sa tête un bouclier rendu ovale par la perspective, ocre jaune ourlé de blanc ; de la droite il empoigne une longue lance oblique. Il est vêtu d’un chiton dont le drapé se replie sur le buste (apoptygma), est ceinturé à la taille et forme au‑dessus des hanches un repli blousant (kolpos3 ; dans le mouvement violent du héros, il s’ouvre et laisse voir sa jambe droite tendue. Les traits du visage sont indistincts. À l’extrémité gauche de la lunette, un autre personnage masculin debout, frontal mais en très légère torsion, statique mais hanché, prend appui sur sa jambe droite. Il tourne légèrement la tête vers le centre de la composition ; ses cheveux courts, châtain, dégagent les oreilles et le front, sous le pileus qui le désigne comme Ulysse. Vêtu d’une cuirasse bleue et d’une courte tunique à manches de couleur claire bordée de vert, il est botté et jambes nues, une courte chlamyde flottant derrière son dos et retenue sur la poitrine par une fibule ; de la main droite il brandit une épée courte à hauteur de la taille, de la gauche il tient un bouclier rond à décor rayonnant 4 autour d’un umbo illisible.

  • 5 Ce nom n’est donné que par Stace, Achilléide, I, 689‑880.

4Son pendant à l’extrémité droite du tympan est à peine discernable. Vêtu comme Ulysse mais apparemment sans coiffe, il a la même position inversée, en appui sur sa jambe gauche ; sa main gauche n’est pas visible, mais de la main droite tendue, le bras presque horizontal, il maintient une longue trompe qui l’identifie comme Agyrtès 5 (pl. 28. 2b).

5Entre ces trois protagonistes se répartissent les figures féminines. À droite d’Achille, une jeune fille lui saisit le bras de la main droite et semble l’enlacer de sa main gauche qui passe derrière la taille du héros (pl. 28. 1d) ; cette gestuelle est celle de Deidamie, la fille de Lycomède, qui s’élance dans un mouvement dynamique, fléchit la jambe droite et tourne le visage vers Achille ; son chiton clair à plis rouges, ceinturé à la taille, dégage les bras et l’encolure ; un long voile bleu se gonfle au‑dessus de sa tête, passe sous son bras droit et retombe en vagues jusqu’à hauteur du genou. Sa coiffure se relève en coques au sommet du crâne.

6Elle est contrebalancée symétriquement, à gauche d’Achille, par une figure féminine d’importance égale, en long chiton noir (pl. 28. 1f) ; sa coiffure est identique à celle de Deidamie, de même que le mouvement de son voile blanc à plis rouges, mais sa position reproduit assez exactement celle d’Achille, à cette différence près que sa main gauche se replie contre la poitrine ; la droite, non visible, passe sans doute derrière le héros.

7D’autres figures féminines occupent les espaces résiduels ; à la droite d’Agyrtès, une jeune fille de petite taille est à demi dissimulée par le voile de la femme en noir ; le buste d’une autre apparaît entre Achille et Deidamie (pl. 28. 1d) ; une figure féminine voilée, se détournant de la scène centrale, main à la bouche, se trouve à l’arrière‑plan entre Deidamie et Ulysse (pl. 28. 1b), juste au‑dessus d’un très petit enfant nu (pl. 28. 1,  c et 30), debout à terre, entre la jambe d’Ulysse et le bout de la lance d’Achille qu’il semble tenir de la main gauche, la droite tendue vers Ulysse ; sur sa tête on lit les restes d’une petite couronne de feuilles.

8Divers objets se répartissent au premier plan : un bouclier et un miroir près d’Ulysse, et, près d’Agyrtès, un second miroir et une corbeille de vannerie dont les détails sont apparus sous UV (pl. 28. 2c).

9Deux éléments de lecture supplémentaires ont été fournis par l’exploration sous UV : d’une part les textiles se signalent par un traitement particulièrement soigné : le voile de Deidamie, et, plus nettement encore, les manteaux des deux grecs, Ulysse (pl. 28. 5b et 29) et Agyrtès (pl. 28. 4 a‑d et 28. 5a), sont ornés d’un semis de petites fleurettes dispersées sur le fond de l’étoffe. D’autre part la présence d’arbres a pu être mise en évidence ; ils forment le fond de la scène, d’ailleurs peinte en vert ; les troncs occupent toute la hauteur de la lunette au point qu’ils s’entremêlent dans les pieds des personnages, tandis que leurs branches et leurs feuilles (pl. 28. 3a, 5c et 29) enveloppent les corps.

10L’observation sur échafaudage, a permis de repérer des inscriptions palmyréniennes (infra p. 134) (pl. 60). Peintes en noir, mais assez lacunaires, elles désignent les cinq personnages du premier plan. Sous la robe d’Achille, une seule lettre est vraiment reconnaissable, k, précédée d’une seule lettre et suivie de trois ou quatre autres : on peut les lire comme la transcription habituelle du nom Achille en araméen ’kylws.

11Entre les jambes d’Ulysse subsistent les traces de huit lettres dont la dernière (à gauche) est un s araméen, et la deuxième peut‑être un d, ce qui pourrait correspondre soit à Odysseus, transcrit en syriaque ’dwsws, soit à dywmdys (Diomède).

12Sous la dame en noir une seule lettre est lisible, à gauche du talon, sans doute b (ou l), insuffisante pour l’interpréter.

13À gauche de l’enfant, l’inscription verticale se lit ’rs (Éros ? Pyrrhos ?)

14Enfin, entre les jambes du sonneur de trompe seules les deux lettres finales se laissent discerner, précédées de trois lettres manquantes : [‑ ‑ ‑]ws, ce qui correspond à la finale de n’importe quel nom grec.

15Beaucoup d’incertitudes demeurent. L’identification d’Ulysse et du sonneur de trompe, si elles ne posent aucun problème du point de vue iconographique, sont brouillées par les inscriptions : est‑ce véritablement le nom d’Ulysse qui a été porté sous Agyrtès, et le nom de Diomède sous Ulysse ? Dans ce cas, la confusion de la part du peintre des noms des personnages dénoterait son manque de familiarité avec les protagonistes. L’état des inscriptions ne permet pas d’en décider mais laisse planer un doute.

Arc de la lunette (Z)

16L’arc qui encadre la lunette se décompose en deux bandeaux (pl. 18. 1 et 2 et 31. 1), l’un sur le même plan que la lunette, l’autre, au contact de la voûte, en léger relief. Ils sont tous deux lisibles quoique partiellement effacés, et dans le quart supérieur droit une altération de l’enduit a fortement endommagé la couche picturale.

17Le premier bandeau à fond blanc large de 0,12 à 0,13 m encadré de deux bandes rouges est orné d’une guirlande à groupes de petites feuilles lancéolées alternativement vertes et blanches à cœur rouge (pl. 28. 5d et 29). Les deux moitiés de la guirlande s’orientent symétriquement de part et d’autre du centre de l’arc matérialisé par un bouton rouge (pl. 31. 1).

18Le second bandeau large aux départs de 0,12 m à 0,17 m (vers le sommet), en relief de 5 à 7 cm présente un profil plat (pl. 31. 3 et 4). Encadré par deux bandes rouges, l’une confondue avec celle du premier bandeau, l’autre dans l’angle avec la voûte, un rinceau à quarante enroulements circulaires comporte un tracé rouge linéaire qui définit le contour extérieur ponctué par deux petites volutes diamétralement opposées, et se referme en spirale pour former un cercle occupé par une grappe bleu‑noir lisible dans un enroulement sur deux ; si rien ne subsiste de l’alternance, il est probable qu’il s’agissait de feuilles de vigne comme pour le décor de l’arc d’entrée de l’exèdre (infra p. 112). Le sommet de l’arc est marqué par une forme ovale rosée ombrée de rouge qui pourrait être un visage ou un masque (pl. 31. 2), mais aucun détail intérieur ne permet de l’affirmer. Si le rinceau commence, à l’extrémité gauche, par un cercle complet, une erreur de calcul aboutit à un demi‑cercle à l’extrémité droite.

Pilastres (A à J)

19La structuration de la surface à peindre est commandée par la présence des travées creusées dans le substrat rocheux et séparées par des pans que l’on convient de nommer pilastres et qui sont désignés par les lettres de A à Q en partant de l’angle gauche du mur du fond et en suivant le sens horaire (pl. 19 à 21). Les spécificités d’un hypogée rupestre entraînent certaines irrégularités dimensionnelles qui sont signalées. Les pilastres portant les Victoires sont délimités par deux bandes rouges verticales ménageant entre l’angle des loculi et le champ des figures une largeur d’environ 0,70 m occupée par un dipinto rouge.

20Du point de vue décoratif, ces pilastres obéissent à un même schéma iconographique : en zone médiane des Victoires portent des médaillons et de grosses couronnes à rubans, et une série d’éléments de remplissage occupe les interstices : des roses encadrent les médaillons, d’autres plus importantes ponctuent, au niveau des genoux, les pans flottants du vêtement, et quatre petites couronnes à ténies encadrent le globe entre des acanthes. En zone inférieure des compartiments se superposent, l’un à opus sectile, l’autre à décor animalier. Des colonnes corinthiennes fictives marquent les angles, des rinceaux et des figures ornent les piédroits.

Victoires

21En apparence les neuf Victoires (pl. 19 à 21) sont identiques, toutes hautes de 1,10m (médaillon et globe non compris), munies de longues ailes noires, frontales, le visage légèrement tourné vers leur droite, les bras levés au‑dessus de la tête pour élever un médaillon, vêtues d’un léger chiton blanc flottant à apoptygma resserré à la taille par un lien rouge formant, de part et d’autre, un nœud à coques d’où partent deux pans flottants de même couleur ; au niveau des hanches, le kolpos est gansé de vert. À peine hanchées, elles portent la jambe droite en avant et leurs pieds nus reposent sur un globe encadré d’acanthes (pl. 39. 1). Elles diffèrent essentiellement par leur état de conservation (pl. 35), aussi seront‑elles décrites individuellement.

Paroi ouest (pl. 17)

Pilastre B

22Les deux‑tiers de la hauteur sont conservé sur 0,90 m de haut. La largeur entre les deux bandes rouges est de 0,597 m.

23L’enduit, dans un état de conservation délavé et usé, porte quelques graffiti arabes (pl. 35).

24La partie la plus lisible de la Victoire est sa coiffure. Ce qui reste discernable de la figure se limite à la trace verte soulignant le chiton, et aux accents rouges des nœuds qui encadrent la taille.

25Les ailes légèrement convexes sont inégales, la droite plus effilée et plus longue.

Pilastre C

26Toute la hauteur du décor est conservée. La largeur entre les deux bandes rouges est de 0,59 m.

27L’aspect général est délavé et usé par les frottements. Une longue lacune horizontale a été bouchée au‑dessus de la tête, ainsi qu’une lacune latérale gauche sur une grande partie du bord de la travée. On note des graffiti arabes datés de 1944 (pl. 35).

28Les ailes sont nettement convexes.

Pilastre D

29Toute la hauteur du décor est conservée. La largeur entre les deux bandes rouges est de 0,615 m.

30L’aspect général est très délavé et usé par les frottements. On note des graffiti arabes, dont certains ont fait l’objet d’un bouchage (pl. 35).

31Le contour de la tête, la coiffure, la couleur rose des couronnes ont résisté.

32L’aile droite est convexe, la gauche légèrement concave.

Paroi nord (pl. 20 et 34)

Pilastre G

33Toute la hauteur du décor est conservée avec des lacunes. La largeur entre les deux bandes rouges est de 0,602 m.

34Le rebord gauche, porte un dipinto rouge tandis que rien n’est visible à droite.

35La moitié inférieure du pilastre présente un aspect délavé et usé par les frottements. Au‑dessous du médaillon, une grosse fissure horizontale bouchée (correspondant peut‑être à une tentative de découpe) a détruit la moitié supérieure de la tête de la Victoire. Une autre lacune bouchée affecte une partie du globe. Quelques graffiti arabes sont gravés et inscrits au crayon (pl. 35).

36Il manque la moitié de la tête de la Victoire et le reste des traits est effacé. Autour de l’oreille gauche et sur l’épaule, on note l’épaisseur des cheveux châtains. Les bras rose clair sont soulignés de rouge clair du côté intérieur des avant‑bras et au niveau du coude. Sur le buste, large de 0,18 m, un cerne rouge longe le sein gauche. La couleur blanche du chiton, très légère, se distingue néanmoins du fond.

37Autour de la taille large de 0,13 m, deux rubans roses en coques retombent en étroits drapés à plis rouge clair étagés en zigzags et de traitement linéaire. Le chiton serré sous la poitrine et sous les hanches, dans l’effet blousant du kolpos, forme un retroussis vert en demi‑cercle qui se répète au‑dessus des chevilles. Ces rebords verts sont traités en larges touches vertes relativement discontinues où l’on distingue, malgré un mauvais état de conservation, des rehauts de noir ou vert plus sombre.

38La position légèrement hanchée, en appui sur la jambe gauche, amène la jambe et le pied droit en avant ; cependant, de façon illogique, ce pied vu de face passe devant l’ourlet inférieur du vêtement. En revanche l’ourlet passe bien devant le pied gauche, vu de profil et posé sur le bord supérieur du globe noir.

39Le bon état de conservation des ailes permet de remarquer leur différence de traitement, la droite (0,49 m d’amplitude) concave, la gauche convexe et plus longue. De façon générale, les plumes de l’aile droite s’orientent vers l’intérieur, et celles de l’aile gauche vers le bas.

40Le globe (D. : 0,26 à 0,275 m) d’un noir pâli repose au creux d’une touffe d’acanthe formée de deux longues feuilles formant calice et se repliant aux extrémités, la face inférieure gris noir, la face supérieure verte ombrée de gris, séparées par une large nervure blanche.

41Le traitement des éléments de remplissage apparaît clairement : de part et d’autre de l’acanthe, de petits cercles (4,5 cm) rose‑rouge soulignés de festons gris, s’agrémentent d’un ruban rouge horizontal et de deux volutes linéaires. Au‑dessus du globe, de part et d’autre, les mêmes cercles se répètent, cette fois dénués de volutes, et munis d’un ruban, vertical. Ces motifs se répètent de part et d’autre de la tunique, au niveau des genoux.

Pilastre H

42Toute la hauteur du décor est conservée. La largeur entre les deux bandes rouges est de 0,625 m.

43Le rebord gauche porte un dipinto rouge.

44La moitié inférieure du pilastre présente un aspect délavé et usé. Une importante lacune a été rebouchée sous le retombé du drapé à droite, et quelques‑unes au niveau du globe. On note des graffiti arabes (mars 1972 et 1987) et français (dans un large cadre au milieu du corps) (pl. 35).

45La moitié supérieure assez bien conservée présente la Victoire la plus lisible (pl. 36). Les cheveux châtain rehaussés de touches plus sombres, coiffés en bandeaux et ramenés derrière les oreilles, forment deux coques au sommet du crâne (cf. le pilastre P). Le cerne gris clair qui suit le bord extérieur de la chevelure peut correspondre à une esquisse.

46Les traits du visage très légèrement discernables se réduisent à des tracés rouges dessinant la ligne des sourcils, de l’arcade sourcilière, du nez et de la bouche (pl. 36. 1). Le cliché publié en 1914 par Djemal Pascha (pl. 9. 2) témoignait d’un excellent état de conservation des visages : les larges pupilles, très claires sur la photographie, donnaient à la Victoire une puissance expressive.

47Le modelé des bras est rendu par un contour rouge à l’intérieur, ocre jaune à l’extérieur, rouge entre coude et aisselle et une légère ombre rouge au creux du coude gauche. On discerne un fin bracelet rouge à chaque bras au‑dessus du coude.

48Le chiton blanc, flou et effacé au niveau de l’encolure, conserve des traces du contour rouge clair au niveau de la poitrine (0,185 m) et des hanches. Autour de la taille (large de 0,155 m.) il subsiste une très faible trace de la ceinture rose clair entre les deux coques ; elle retombe en trois plis sinueux rouge clair bien conservés (pl. 36. 3). Les détails du vêtement et de sa transparence, très bien conservés à l’époque, sont visibles sur le cliché de Djemal Pascha.

49Comme pour la Victoire du pilastre G, l’aile droite est légèrement concave, la gauche convexe, mais toutes deux de même longueur.

50Les bras levés, symétriques, maintiennent des doigts repliés à la fois le bord inférieur du médaillon sans empiéter sur lui, et celui des couronnes ovales roses d’où retombent des ténies roses sinueuses (pl. 36. 2) ; ces couronnes, formées d’une âme rose clair bordée de petites boules rouges régulièrement alignées et de feuilles vertes schématiques qui se répartissent sur le pourtour, semblent tressées.

51De part et d’autre de la Victoire, les petits disques et les roses sont discernables, mais assez effacés.

52Sous ses pieds, la couleur noire du globe (D. : 0,27 à 0,28 m) comme celle de l’acanthe est assez pâlie.

Pilastre I

53Toute la hauteur du décor est conservée avec d’importantes lacunes. La largeur entre les deux bandes rouges est de 0,608 m.

54Le rebord gauche porte un dipinto rouge.

55Ce pilastre est très lacunaire en raison d’une part de l’usure et de l’effacement de la couche picturale, et d’autre part de la présence de larges fissures rebouchées, l’une, horizontale au niveau de la tête et sur toute la largeur, l’autre au niveau du globe. Plusieurs graffiti en lettres arabes et latines (1913) affectent la surface (pl. 35).

56Les éléments les plus discernables de la figure sont ses deux ailes convexes, la gauche plus longue, la ganse verte au niveau des hanches et les rubans rouges ; un fin bracelet rouge est lisible au bras droit au‑dessus du coude. Cette figure était dans un excellent état de conservation en 1914 comme en témoigne le cliché de Djemal Pascha (pl. 9. 3 et 4)

57Les deux ailes sont convexes.

58Seuls certains éléments de remplissage subsistent : les roses encadrant la tunique et trois des cercles entourant le globe.

59Le diamètre du globe, mal conservé est de 0,24 à 0,262 m.

Paroi sud (pl. 21 et 33)

Pilastre N

60Il ne subsiste que le tiers supérieur du décor. La largeur entre les bandes rouges est de 0,573 m.

61Une large fissure horizontale rebouchée a détruit le sommet de la tête. Le reste de la figure est très effacé, apparemment à la suite d’une tentative de nettoyage à l’eau.

62On note deux graffiti : l’un à gauche au niveau de la poitrine, est un dessin au crayon d’un buste, la tête coiffée d’un calathos, l’autre, à droite, soigneusement gravé porte la date du 14 novembre.

63Il ne reste de la Victoire que la silhouette du haut du corps, une partie des ailes et la trace des rubans roses (hauteur conservée 0,50 m). Le cliché publié par Chabot témoigne d’un meilleur état (pl. 35).

Pilastre O

64Toute la hauteur du décor est conservée. La largeur entre les bandes rouges est de 0,583 m.

65Au niveau de la tête, un bouchage de 0,25 x 0,20 m témoigne d’un prélèvement, réussi ou non.

66Les deux‑tiers inférieurs de la figure sont très effacés, abrasés par des frottements, affectés par des graffiti, des lacunes, des fissures (pl. 35). Une probable tentative de nettoyage a causé un halo autour de l’inscription palmyrénienne. Le vert de la ganse du chiton, le rouge des rubans flottants ont bien résisté ; la forme de la jambe droite reste discernable. Le modelé des bras est traduit de la même façon que sur le pilastre H. Un fin bracelet rouge dont la trace se lit sur les deux bras au‑dessus du coude, avait été documenté par l’aquarelle de Farmakowski (pl. 3. 2).

67Les deux ailes sont légèrement concaves et de même longueur ; un effet de contour gris clair apparaît au‑dessus de l’aile droite.

68La couleur noire du globe est très effacée.

Pilastre P

69Toute la hauteur du décor est conservée. La largeur entre les bandes rouges est de 0,57 m.

70Les deux‑tiers inférieurs sont très effacés, abrasés, affectés par des fissures et des graffiti (pl. 35).

71La tête de la Victoire assez bien conservée, permet de détailler la coiffure en mèches ramenées symétriquement derrière les oreilles (la gauche est seule visible), et ramassés sur le dessus du crâne en deux coques ; d’autres mèches retombent droit au niveau du cou et forment une masse sur l’épaule gauche.

72Des traits du visage on ne distingue qu’une légère trace ocre rouge au niveau du nez.

73Le poignet cassé et les doigts repliés n’empiètent pas sur le médaillon qu’elles soutiennent.

74Les ailes à peine convexes sont inégales, la droite plus épaisse et plus longue.

75On note une petite trace de repentir sur le ruban sinueux entre le bras droit et la tête.

76Les deux lignes de contour rouges du chiton sont bien visibles ; le long de la hanche droite, la ligne forme un arrêt à angle droit.

77La couronne tenue dans la main droite est constituée de petites boules rouges ; en revanche du côté gauche elle est formée de zigzags rouges qui trahissent soit une exécution plus rapide, voire une erreur, soit une autre main ; mais ce trait ne se retrouve pas sur les autres exemples conservés.

78Le traitement de ces figures révèle, au‑delà de petites différences d’exécution, une procédure identique, que ce soit dans la ligne caractéristique de la joue droite, du front, de l’oreille, du cou tendu, ou dans le rendu des plis toujours représentés par trois larges touches rouges sinueuses, parfois redoublées par une autre, plus fine, de même couleur, et suivis de cinq ou six zigzags terminés en pointe (pl. 99. 1 et 2).

79Cette quasi‑similitude des neuf Victoires a pu susciter des interrogations quant à l’intérêt de les soumettre individuellement à un traitement infographique. En réalité c’est bien ce traitement qui permet de contrôler les modalités de leur exécution dans la mesure où il s’agissait de savoir si le(s) peintre(s) avaient ou non fait usage d’un poncif. L’alignement graphique des neuf figures fait apparaître de légers décalages en hauteur, sensibles à la base du vêtement, au niveau des pieds, et qui se répercutent donc dans les ornements et rosaces qui les encadrent. La superposition de l’ensemble des figures prouve à l’évidence l’utilisation d’une forme découpée, appliquée sur la surface à peindre et dont les articulations principales ont été tracées comme repérages.

Médaillons (pl. 37 et 38)

Encadrement des médaillons

80Il est constitué d’un large cadre mouluré dont la couleur ocre jaune évoque le bronze doré. Entre les deux cernes noirs interne et externe, deux moulures concentriques de largeur inégale sont séparées par un cercle gris : vers l’extérieur, ce sont de larges feuilles lancéolées à nervure centrale entre lesquelles s’intercale la pointe d’une autre feuille, et vers l’intérieur de petits oves schématiques. Ces derniers reçoivent, selon les pilastres, des traitements différents : un point marque le centre de l’ove sur les pilastres B, C, D, G, il est absent sur les pilastres H, I, N, O, P. Cette différence témoigne peut‑être de deux mains différentes.

81L’ensemble de ces encadrements est rendu de façon linéaire par des tracés gris sur le fond ocre jaune ; ni effet tridimensionnel ni ombres ne sont recherchés, même si, parfois (pilastres D, H et I), l’écoinçon entre les pointes de feuilles et le bord extérieur semble teinté en gris‑noir (pl. 36. 2).

82Sur le champ blanc, autour des médaillons, quatre petites roses de face occupent les écoinçons.

Bustes en médaillons

  • 6 Dans la description, gauche et droite sont distinguées par rapport aux figures et non par rapport (...)

83Sur le fond bleu des médaillons (D intérieur 0,425 à 0,435 m), cinq effigies d’hommes (B, C, D, H, O) et quatre de femmes, de mêmes dimensions (0,14 m entre le front et le menton) répondent à un schéma identique, le bas du visage approximativement aligné sur le diamètre du médaillon, le buste visible jusqu’au niveau du sternum, la main gauche, seule représentée, repliée à hauteur de la poitrine (à l’exception de l’enfant du médaillon O). Si de prime abord ces bustes donnent tous une impression de frontalité, celle‑ci est très légèrement atténuée par la ligne du cou à peine asymétrique, plus tendu à droite, et par une ombre plus accentuée sur la gauche 6 (pl. 37 et 38). Quelle que soit la paroi ils sont tous légèrement tournés vers la droite, sans véritable effet de lumière discernable compte tenu de l’état de conservation.

84Hommes et femmes ont la même carnation rosée, les replis rendus en rouge clair.

Paroi ouest

Pilastre B : buste masculin

85Autour du visage, une incision curviligne rebouchée signale sans doute une tentative avortée de dépose. Malgré un palissement général, quelques détails sont bien lisibles.

86L’ovale du visage mal conservé révèle néanmoins les traces d’une barbe courte. Les cheveux châtain clair assez épais forment casque et dégagent les oreilles ; des restes de touches plus sombres accentuent les mèches. Les traits du visage sont peu distincts à l’exception des arcades sourcilières.

  • 7 Szymaszek 2014 et 2015.

87Le vêtement se compose d’une tunique blanche dont les plis ont à peu près disparu, sur laquelle se détache un plastron gris blanc opaque à encolure échancrée donnant l’aspect d’un vêtement cousu, et non drapé. Sur l’épaule gauche un drapé plus clair porte, au niveau de la poitrine, un ornement tissé gris noir que les plis du drapé transforment en zigzag à trois décrochements : gamma ou forme en H, il n’est guère possible d’en décider puisque seule l’extrémité du motif est représentée 7. Au contact avec la base du médaillon, un groupe de plis horizontaux légèrement incurvés peuvent se référer à une ceinture ou à un sinus.

88La main gauche est ramenée devant la poitrine, doigts repliés, pouce levé dans le prolongement du bord du drapé.

89Les roses (D : 8,5 cm) encadrant le médaillon ont une orientation différente, les trifols verts de celles du haut étant plus ou moins orthogonaux, ceux du bas, diagonaux.

Pilastre C : buste masculin

90Il est intégralement conservé malgré de profondes griffures sur le visage, une lacune rebouchée en bas à gauche et un palissement général.

91Les cheveux châtain foncé relativement peu épais, dégagent les oreilles ; quelques touches plus sombres, apparemment rayonnantes à partir du front, évoquent les mèches.

92Le visage ovale est un peu allongé, les joues « creuses ». Des traits du visage il subsiste quelques vestiges : la couleur de la bouche, l’œil gauche et la limite extérieure de l’arcade sourcilière. Un double pli marque le cou.

93Le vêtement gris blanc couvre les deux épaules, forme des plis en V symétriques sur la poitrine et comporte, à droite, un clavus gris bleu ; il retombe en drapé sur l’épaule gauche et laisse apparaître la bande tissée en gamma ou en H, gris clair. Un bourrelet marqué sous la poitrine évoque le sinus de la toge.

94La main gauche ramenée devant la poitrine, doigts repliés, pouce levé, pourrait faire penser qu’elle tient verticalement un petit objet cylindrique rouge, mais il s’agit plus probablement d’une lacune de la couche picturale.

95Dans le champ bleu, sur la gauche, on remarque un reste de tige métallique enfoncée dans le pilastre.

96La couleur rose des couronnes a bien résisté. Les trifols verts des roses encadrant le médaillon ont à peu près tous la même orientation plus ou moins diagonale.

Pilastre D : buste masculin

97Il est intégralement conservé mais très effacé et affecté par une lacune rebouchée au niveau du front.

98Les cheveux châtain clair forment un casque dense qui dégage les oreilles ; on note sur le front des touches plus sombres pour rendre les mèches.

99L’ovale du visage est régulier, le menton à peine pointu. Il reste un vestige de l’œil droit. Un double pli marque le cou.

100Quoique peu discernable, le vêtement est du même modèle que celui du pilastre B : on distingue la tunique blanche, le plastron gris blanc à encolure échancrée et entr’ouvert et, sur l’épaule gauche, un drapé plus clair sur lequel se détache la bande tissée noire formant zigzag à trois décrochements. Une amorce de sinus apparaît au contact du bas du médaillon.

101La main gauche ramenée devant la poitrine, doigts pliés, pouce vers le haut ne semble rien tenir, et les rares tracés rouge ‑ rose correspondent au contour du pouce.

102Dans le champ bleu, sur la droite, une pointe métallique fichée dans le mur pouvait servir à accrocher une guirlande, une couronne ou un objet.

103Les trifols verts des roses encadrant le médaillon ont une orientation diagonale.

Paroi nord

Pilastre G : buste féminin

104Sur le fond du médaillon, à gauche de la figure, une inscription arabe a été exécutée à la mine noire.

105Le quart droit du médaillon est détruit, ce qui n’affecte que peu la figure dont on discerne les traits du visage : les sourcils arqués et levés, la bouche petite, les joues rondes. Les cheveux châtains mi‑longs retombent en petites mèches sur les épaules. Ils semblent relevés sur les côtés et ornés d’un rang de perles brun‑rouge.

106Les oreilles dégagées sont ornées d’une boucle qui perce l’ourlet, et de boucles d’oreilles en forme de perle au bout d’une tige dont on voit l’attache sur le lobe.

107Au cou, marqué par un pli, elle porte deux colliers : le premier au ras de cou est formé de dix assez grosses perles brun‑rose. Le second plus fin semble être une chaîne avec un pendentif en forme de grosse perle d’où pend un petit élément piriforme rouge foncé.

108Sur la tête, une haute coiffe cylindrique blanche comporte un panneau rectangulaire central gris noir, le tout maintenu par une torsade verte rehaussée de traits d’ombre noirs. Le voile blanc qui recouvre l’ensemble de la coiffe est traduit par une sorte de large ligne de contour blanc qui passe au‑dessus et sur les côtés, puis retombe sur les épaules et recouvre en partie les cheveux avec un effet de transparence. Sans certitude, il est possible que le voile descende jusqu’à la poitrine : un tracé gris‑bleu vertical au‑dessus de la main pourrait l’indiquer.

109Le vêtement se compose d’un chiton blanc rosé à plis en V symétriques sur la poitrine et plis en éventail au creux de l’aisselle droite ; il est recouvert d’un drapé blanc bleuté transparent formant un pli asymétrique qui se réduit sur l’épaule droite à un pan étroit en forme de bretelle et devrait passer sous son bras gauche, mais la lacune ne permet pas de le vérifier. Ce drapé était maintenu par une fibule ovale rouge dont il reste le bord.

110De la main gauche ramenée devant la poitrine, il reste la jointure des doigts repliés.

111Le mode de représentation des roses encadrant le médaillon à buste consiste en quatre pétales cordiformes roses ourlés de rouge clair, autour d’un cœur formé d’un cercle rouge schématique entouré de points verts ; quatre trifols verts alternant avec des points séparent les pétales et figurent les sépales ; leurs axes sont orthogonaux pour les roses du haut, diagonaux pour celles du bas. Le jeu de dégradé du rose au rouge produit un certain relief.

Pilastre H : buste masculin 

112Il est conservé intégralement, mais affecté par des lésions rebouchées, l’une profonde, verticale, l’autre sur le front et l’arête du nez, ainsi que par une série de griffures horizontales.

113Les cheveux châtain, crépus forment un casque dense aux contours nets qui dégage les oreilles ; la masse des cheveux est rendue par de fins traits sinueux brun foncé.

114Les traits du visage triangulaire sont presque effacés ; on distingue les sourcils fins et droits, l’œil droit, la base du nez, la lèvre inférieure, deux plis sur le cou. Des traces de barbe courte et de moustache retombante subsistent.

115Le vêtement, du même modèle que celui des pilastres B et D, se compose de la tunique blanche, du plastron gris blanc dans l’échancrure duquel est conservé un groupe de plis quasi‑verticaux de la tunique, et enfin, sur l’épaule gauche, du drapé clair à ornement tissé noir qui, en suivant les plis, ne fait ici que deux décrochements. Plus discrets et allusifs que pour les médaillons B et D, un groupe de plis horizontaux légèrement incurvés peuvent se référer à une ceinture ou à un sinus.

116Les doigts repliés de la main gauche, rehaussés de rouge foncé, tiennent peut‑être un petit objet cylindrique vertical gris cerné de noir à gauche, de rouge et à droite et au sommet formant biseau, ce qui évoquerait un stylet ou calame. Cependant la présence de ces objets est loin d’être assurée, le geste de la main n’impliquant pas nécessairement un objet tenu.

117Les roses de remplissage encadrant le médaillon sont assez bien conservées, avec des trifols orthogonaux dans les roses du haut, diagonaux dans celles du bas.

Pilastre I : buste féminin

118Il n’en subsiste que le quart inférieur droit dont les couleurs sont vives, et un fragment pâli du haut de la coiffe. Le fragment isolé montre le voile blanc transparent qui recouvre la coiffe et le bord vertical du panneau rectangulaire central gris noir ; au‑dessous, des tracés brun rouge correspondent à la torsade.

119Le quart inférieur révèle le dessin du collier ras du cou à double rang de perles dont l’intérieur est blanc rosé et le contour rouge.

120Le chiton vert formant une encolure en V est couvert d’un drapé asymétrique gris clair qui part de l’épaule gauche où il est retenu par une fibule bien lisible en forme de cabochon ovale rose cerné de blanc d’où pendent trois perles superposées de grosseur décroissante.

121À l’annulaire gauche la femme porte une bague dont on ne distingue que le tracé linéaire.

Paroi sud

Pilastre N : buste féminin

122Il est conservé intégralement malgré une lacune rebouchée au niveau de l’œil piqueté. Le long de l’arête du nez, on note trois enfoncements de l’enduit, contemporains de l’exécution, car marqués dans l’enduit encore frais.

123Le visage est d’un ovale arrondi, l’œil gauche discernable, la bouche petite ; il reste la lèvre inférieure, un accent blanc sur le menton, un pli sur le cou.

124Les cheveux châtains dégagent le front et sont ramenés sur les côtés en bandeaux ornés d’un rang de perles brun rouge bien visibles près de la tempe gauche. Deux mèches bouclées retombent sur les épaules. L’oreille gauche mieux conservée s’orne d’une boucle, tandis que l’ourlet de l’oreille droite est percé d’un anneau et qu’une boucle s’attache au lobe, avec un anneau ou une perle (seul un cercle rouge est lisible) au bout d’une tige.

125La femme porte un seul collier fait de très petites boules rouges, sans que l’on puisse distinguer s’il s’agit d’une chaîne ou de petites perles ; aucun pendentif n’est apparent.

126La haute coiffe blanche comporte un panneau rectangulaire central gris foncé, le tout retenu par une torsade verte à plis noirs. Un voile transparent blanc gris recouvre l’ensemble, passe derrière l’épaule droite, retombe devant l’épaule gauche et forme un pli étagé jusqu’au niveau de la main. Le chiton blanc rosé drapé en V forme une série de plis rouge clair en éventail depuis l’épaule droite jusqu’au milieu de la poitrine. Une autre série de plis rouges se déploie en éventail au creux de l’aisselle droite. Ce vêtement est recouvert partiellement par un drapé asymétrique qui part de l’épaule gauche où il est retenu par une fibule ovale rouge foncé et blanc. Comme pour le buste du médaillon D, un pan étroit du drapé gris rosé et blanc en forme de bretelle passe sur l’épaule droite.

127À la main gauche ramenée vers la poitrine, doigts repliés, pouce levé, trois traits rouges à l’annulaire correspondent sans doute à deux larges anneaux dont l’un porte une pierre blanc bleutée rectangulaire.

Pilastre O : buste masculin à l’enfant

128Il est intégralement conservé en dépit de trois lacunes rebouchées au niveau des yeux piquetés et du sommet du crâne, et d’une tentative de prélèvement du buste d’enfant, également rebouchée.

129Ovale, légèrement triangulaire, affecté par des griffures, le visage conserve des vestiges de la ligne de la lèvre inférieure. Une ombre brune un peu large sous le menton à sa droite indique probablement la présence d’une barbe, notée sur l’aquarelle de Farmakowski (pl. 3. 2). Un double pli marque le cou.

130Les cheveux châtain foncé, crépus dégagent les oreilles et forment un casque dense et aux contours très nets sauf quelques courtes mèches sur le front ; la masse des cheveux est rendue par de fins traits sinueux brun foncé, mal conservés. Comme pour tous les bustes masculins, la ligne du front et de l’oreille droite forme une courbe continue. Aucun détail n’est visible au niveau des oreilles.

131La tunique blanc rosé forme un groupe de plis rouge clair en éventail sous l’aisselle droite, et un groupe de plis obliques (rouge clair) apparaissant dans l’échancrure du plastron gris ; sous la poitrine, à la base du médaillon, quelques plis horizontaux gris forment bourrelet. Sur le drapé blanc à plis gris clair passé sur l’épaule gauche, l’ornement tissé gris noir en forme de gamma ou de H suit les plis et dessine trois zigzags.

132La main gauche est ramenée devant la poitrine comme pour maintenir le drapé vertical, les doigts repliés étant rehaussés de rouge foncé.

133Derrière l’épaule gauche de l’homme apparaît un buste d’enfant dont il reste une partie du cou et du visage, à l’exception du haut du crâne et de l’oreille droite. La tête de l’enfant est haute de 7 cm. Au‑delà de la lacune au niveau des épaules, quelques traits rouges correspondent au vêtement.

134Au‑dessus d’un long cou, le visage frontal est triangulaire ; sur la carnation identique à celle des autres figures, les contours et accents sont ocre jaune, les yeux marqués par une large ombre brun ocre, floue, sur laquelle de rapides rehauts bruns indiquent les sourcils, la pupille, les narines, la bouche. Les cheveux châtain forment un casque. Au niveau du cou, trois traits incurvés, les deux du bas rapprochés, peuvent recevoir des interprétations différentes, le plus haut correspondant à un pli du cou, celui du milieu à un collier ou à une bulle, celui du bas, plus rouge, à l’encolure. Son sexe est incertain ; la coiffure ferait penser à un jeune garçon, tandis que l’aquarelle de Farmakowski tend à représenter une fillette. La lacune empêche de distinguer le vêtement dont il ne subsiste que quelques touches rouges.

Pilastre P : buste féminin

135Il est intégralement conservé, malgré des lacunes rebouchées, l’une sur tout le visage, une autre sur la poitrine, et quelques griffures.

136Les cheveux châtain qui retombent en boucles sur les épaules dépassent de la coiffe sur le front et au‑dessus de l’oreille droite ornée d’une boucle dont on voit l’attache sur le lobe ainsi que la tige d’où pend un anneau ou une perle (pl. 3. 1). L’oreille gauche porte un bijou similaire un peu plus bas.

137La femme porte deux colliers, l’un au ras du cou est formé de perles, l’autre, plus long et plus fin pourrait être une chaîne dont le centre très effacé semble enserrer un élément ovale gris, peut‑être une perle. Entre la ligne triangulaire de ce second collier et l’encolure légèrement arrondie de la robe, une mince bande de peau apparaît.

138De la main gauche ramenée devant la poitrine, il subsiste la trace du pouce et un fragment de médius orné d’un large anneau.

139La haute coiffe gris‑blanc à panneau rectangulaire noir, assez effacé, retenue par une torsade rouge clair que marquent des traits obliques plus soutenus, est du même type que celle des autres bustes féminins. Un cerne noir partiel se dessine sur les deux angles supérieurs de la coiffe. Un voile gris blanc recouvre l’ensemble, animé de légers plis gris clair avec des accents rouges. Il passe derrière l’épaule droite et retombe devant l’épaule gauche derrière la main. Par‑dessus le vêtement gris sans plis apparents, un drapé gris blanc opaque retombe de l’épaule gauche sur laquelle il est retenu par une fibule ovale rouge et blanc, d’où pendent trois perles de taille décroissante.

140Comme pour les autres bustes féminins, un pan étroit du drapé gris rosé en forme de bretelle passe sur l’épaule droite.

141Si la typologie vestimentaire est conforme à celle des autres figures féminines, on note la couleur grise du vêtement et l’absence de plis qui dénotent un tissu plus lourd ; cependant ces différences peuvent aussi s’expliquer par une usure de la couche picturale.

Base des pilastres (pl. 39.2)

Compartiments à opus sectile

PilastresDimensions totales en cmDimensions du rectangle marronD total du cercleTracé de construction
Pilastre BH ? x ?40,5 x 50,525trou de compas
Pilastre CH 50,5 x ?41x 49,425trou de compas
Pilastre DH 50,5 x 62,339,8 x 5324,5trou de compas
Pilastre GH 50 x 60,540 x 50,524,5trou de compas
Pilastre HH 48,5 x 6538,7 x 5524,5 à 25,2trou de compas
Pilastre IH 48 x 6138,8 x 52,525lacune
Pilastre NNon conservé (cf. Chabot)Non conservéNon conservéNon conservé
Pilastre OH 51 x 59,940,5 x 5125,6trou de compas bouché
Pilastre PH 50,5 x 5540,5 x 45,725trou de compas

142Dans un cadre rouge qui occupe toute la largeur du pilastre entre les bandes verticales rouges, est inscrit un rectangle marron enfermant un losange ocre jaune dont les angles touchent aux bords du rectangle, et à l’intérieur duquel s’inscrit un cercle vert flottant.

143L’observation du traitement apporté au cadre du rectangle marron s’est révélée malaisée ; y‑avait‑il, comme souvent dans la peinture murale, une tentative de rendu du relief par des filets sombres et clairs ? Rien ne permet de l’affirmer, même si l’on croit voir parfois les bords supérieurs et droit blanchâtres, et les bords inférieur et gauche plus sombres ; dans ce cas, la répétition mécanique de la même orientation dénoterait l’absence de tout souci de la source de lumière réelle, qui vient de l’est. Une certaine absence de logique s’observe pour l’encadrement du losange, généralement mal conservé : sur les pilastres I, O, P, dont les bords sont clairs en haut à droite, il sont sombres en haut à gauche sur le pilastre P, sombres en bas à droite sur les pilastres B et I. Mais ici aussi l’état de conservation n’autorise aucune conclusion définitive.

144Le cercle vert, toujours cerné de brun rouge, a un diamètre d’environ 0,25 m ; le trou de compas est toujours visible, sauf sur O où il a été bouché.

145Ce schéma de formes géométriques inscrites de couleurs alternées en bas de paroi s’assimile à une imitation d’opus sectile, même si, à l’exception de quelques taches rouges, du reste incertaines, dans les losanges, aucune de ces formes ne semble présenter de marbrures ; ce sont des surfaces unies dans lesquelles l’usure fait réapparaître la gestuelle des peintres, visible dans les cercles O, G, H et dans le rectangle marron P. Les taches brunes sont des moisissures (infra p. 169).

Compartiments bas à animaux (clichés pl. 40 et infographie pl. 41)

146À la base des pilastres, des compartiments rectangulaires à fond blanc hauts d’environ 0,30 m occupent toute la largeur entre les deux bandes rouges verticales. Un double filet jaune et noir, parfois confondu, les encadre. Il se peut que le tracé jaune soit à comprendre comme tracé préparatoire. Les animaux reposent sur la ligne inférieure du cadre qui forme ligne de sol.

Pilastre B (pl. 40 B)

147À l’exception de lacunes bouchées sur le quart gauche et sur le bord droit, le compartiment est assez bien conservé.

148Il représente un fauve terrassant une gazelle, la tête retournée vers l’arrière, les deux animaux courant vers la gauche. Le fauve de profil (H. 0,29 m, L. sans les moustaches 0,275 m) a les deux postérieurs parallèles en extension, les deux antérieurs levés, l’un plus haut que l’autre pour agripper l’arrière‑train de sa proie ; le sang de celle‑ci coule entre ses deux postérieurs et forme une flaque. Le pelage du fauve est noir, le ventre, le poitrail et les joues d’un blanc tacheté de rouge. Un contour jaune approximatif définit la forme générale et rehausse l’intérieur des cuisses et le poitrail. Il a la tête relevée, de très longues moustaches (0,12 m), la langue pendante et quatre petites dents pointues visibles à la mâchoire supérieure. De la queue relevée en volute il ne reste qu’une petite partie. Le pelage de la gazelle abattue est brun rose, le ventre blanc ; les cornes sont incurvées, le museau bien lisible ressemble à celui d’une chèvre, la lèvre inférieure pendante. L’un des postérieurs est en extension, l’autre replié mais le sabot seul posant sur la ligne de sol. Un antérieur est totalement replié, de l’autre, seuls le haut et l’articulation sont conservés mais le sabot devait poser au sol.

Pilastre C

149Il manque la limite droite du cadre dont il ne reste qu’un vestige de l’angle inférieur droit. Un grand tiers gauche du panneau est détruit par une importante lacune bouchée : l’animal de droite est conservé sur 0,28 m (pl. 40 C).

150Un fauve poursuit un cervidé en grande partie perdu. Les deux animaux de profil courent vers la gauche. Le fauve ocre jaune a les deux postérieurs en extension et parallèles, et les deux antérieurs levés : seul le plus bas est nettement lisible. L’arrière‑train plus effilé que l’avant‑train, la queue relevée en volute, évoquent un lion. Le pelage du cervidé est brun rose, le ventre blanc ; l’encolure est renversée, et un postérieur en extension, l’autre replié mais ne posant pas sur la ligne de sol. Le sang qui coule entre les deux postérieurs et forme une flaque, signale que le lion a déjà agrippé l’arrière‑train de la bête. L’un des antérieurs de celle‑ci est replié, mais ne pose pas sur la ligne de sol ; de l’autre, on ne voit que le sabot qui pend et le bas de la patte, verticale.

Pilastre D

151Il est conservé à l’exception d’une lacune bouchée à l’extrémité gauche (pl. 40 D).

152La représentation très proche de celle du pilastre C met en scène deux animaux de profil courant vers la gauche, un fauve attaquant une gazelle. Le fauve (H. 0,30 m, L. 0,31 m) a les deux postérieurs parallèles en extension, les deux antérieurs levés, l’un plus haut que l’autre et qui agrippent l’arrière‑train de la gazelle ; le sang gicle vers le haut et coule en formant une flaque. Le pelage du fauve est noir, poitrail et ventre blanc tacheté de brun rouge, le crâne noir, le museau blanc. Un contour jaune approximatif définit la forme générale. Il a la tête moins relevée que sur le pilastre B, de petites oreilles rondes, la gueule ouverte, la langue pendante, cinq poils de moustache. La queue relevée en volute se termine en un petit plumet. La gazelle a le pelage brun rosé, poitrail et ventre blancs de même que le dessous du museau ; en pleine course, elle a la même position que le fauve ; les sabots postérieurs sont visibles, l’antérieur gauche sort légèrement du cadre, le droit très replié a partiellement disparu de même que l’extrémité du museau et l’œil ; l’encolure est dressée, les cornes rectilignes et presque horizontales, les oreilles un peu allongées et basses.

153Les trois fauves des pilastres B, C, D, quoique légèrement différents par la couleur et la position des postérieurs, reproduisent le même modèle ; leur proie présente trois moments de l’attaque : en D, elle court, en C elle commence à tomber, en B elle est abattue.

Angle E‑F (sous la colonne nord‑ouest)

154Oiseau E (H. 0,235 x 18,5 m), oiseau F (H. 0,225 x 14 m). (pl. 40 E‑F).

155De part et d’autre de l’angle, un motif se répète symétriquement sous la forme de deux petits oiseaux affrontés, tête légèrement levée, au contact par leur court bec rouge, pattes posées, ailes repliées. Ils ont tous deux le corps noir et jaune, le ventre blanc cerné de rouge, les pattes rouges à trois griffes et petit ergot.

Pilastre G

156Très effacé, il représente deux animaux jaunes légèrement cernés de rouge clair, et rehaussés de blanc pour les parties saillantes (pl. 40 G). À droite, un chacal (H. à l’échine 0,235 m, L. totale 0,50 m) a l’œil en amande, les oreilles en avant, presque horizontales et une très longue queue qui empiète sur le cadre ; il marche vers la gauche en tenant dans sa gueule un lièvre aux longues oreilles pointues dressées, moustaches pendantes rouges, dos rond ; les pattes avant sont perdues mais les pattes arrière et la queue courte sont visibles.

Pilastre H

157Lisible à l’exception d’une lacune rebouchée du côté droit, il présente un groupe d’oiseaux aquatiques traités en gris noir dont les bouts des ailes soulevés sont rehaussés de rouge (pl. 40 H). La scène calme rassemble, de gauche à droite, un petit oiseau (H. 0,125 x L. 0,14 m) couché au sol, pattes repliées, tourné vers la gauche ; puis un oiseau haut sur pattes, orienté à gauche mais dont le long cou et la tête se retournent vers l’arrière, bec levé (H. 0,23 x 0,16 m) ; au centre, un oiseau (H. 0,27 x 0,23 m) haut sur pattes, orienté à gauche ; à ses pieds, un petit oiseau (H. 0,08 x 0,14 m) tourné vers la droite, couché sur ses pattes repliées, non visibles ; enfin, à l’extrémité droite, un oiseau symétrique au deuxième (H. 0,23 x 0,15 m), orienté vers la droite, cou sinueux et tête tournée vers l’arrière, pattes rouges. Des tracés ocre jaune redoublent partiellement la scène et correspondent à une esquisse non suivie. (infra p. 114 : traces techniques).

Pilastre I

158Lisible hormis une grosse lacune centrale rebouchée, le compartiment est entièrement occupé par un paon (H. 0,285 m x L. 0,50 m) marchant vers la gauche, le corps noir surligné de jaune sur le cou et la ligne du dos, l’aile tracée en jaune et l’intérieur laissé en blanc (pl. 40 I). La longue queue traînante rose, animée de quelques longues touches jaunes, et dessinée en zigzags à l’extrémité inférieure des plumes, empiète sur le bord du cadre. La tête de l’oiseau est difficilement lisible ; on distingue des vestiges de la crête, rendue par deux touches roses ; à gauche, une autre touche rose pourrait correspondre à un ver tenu dans son bec. Une des pattes roses est détruite par la lacune. Une tige feuillue oblique évoque le fond végétal, ainsi que quelques traces de feuilles vertes éparses.

Pilastre J (sous la colonne)

159L’enduit est très endommagé par une lacune rebouchée (pl. 40 J). L’enduit conservé sur 0,30 x 0,22 m. montre des vestiges du cadre noir supérieur et du cadre inférieur (H. du cadre : 0,27 m). Un oiseau gris clair dodu posé, de profil à droite, retourne la tête, petite et noire, vers la gauche (H. 0,19 x 0,19 m) ; le bec et l’œil ne sont pas visibles. Les pattes et les griffes sont rouges, munies d’un ergot ; le ventre comporte des rehauts verticaux noirs ; l’aile repliée a le dessus noir et le dessous blanc strié de noir ; derrière le corps de l’oiseau, la forme de l’aile s’amorce au second plan. Il s’agit sans doute d’une perdrix. Plusieurs tracés préparatoires jaunes visiblement non suivis, proposaient un volatile tourné vers la gauche.

Pilastre M (sous la colonne)

160Le décor assez bien conservé comporte un oiseau dodu (H. 0,16 m x 0,22 m au moins) du même type que celui de la paroi J, mais la tête, non visible, était baissée (pl. 40 M). Le corps blanc est rehaussé de rouge, l’aile noire et blanche, terminée en petits plumets qui se retroussent ; près de la queue trois petites touches incurvées et verticales accentuent le blanc. Les pattes rouges sont légèrement fléchies.

Pilastre N

161Sur le reste d’enduit conservé (H. 0,25 x 0,52 m) la couche picturale a totalement disparu.

Pilastre O

162La peinture, très effacée, reste discernable ; une lacune est rebouchée sur le bord gauche et au niveau de la tête du fauve (pl. 40 O).

163Deux animaux de profil, un fauve attaquant un bovidé, courent vers la gauche. Le fauve très élancé (0,235 m x 0,28 m), a de hautes pattes fines, les deux postérieures en extension, parallèles et très resserrées, les deux antérieures levées et décalées ; l’antérieur le plus bas est très effacé, le plus haut au contact de l’arrière‑train du bovidé mais sans véritable prise. Le pelage noir, le ventre et le poitrail blanc à points rouges amènent à l’identifier comme une panthère ; la fine queue rouge se relève en volute. Les moustaches sont longues, la mâchoire ouverte, la langue pendante. Très effacé, le bovidé jaune beige, cerné de rouge, à queue rouge, encolure un peu bossue, cornes courtes et courbes, mufle à peine discernable, tend une patte postérieure vers l’arrière, l’autre repliée sous le ventre de même qu’un antérieur ; l’autre est plié et pendant. La position évoque celle d’un animal à la fois courant et abattu.

Pilastre P

164La pellicule picturale très effacée est quasi‑disparue sur le tiers inférieur du panneau ; une lacune a été rebouchée sur les bords gauche et droit (pl. 40 P).

165On distingue deux animaux beige rosé, au contour un peu plus soutenu, tournés vers la droite. À droite, un lièvre dont le bas du corps est perdu, se reconnaît à ses deux longues oreilles un peu inclinées vers l’arrière, la queue, une amorce de museau. La ligne du dos légèrement arrondi dénote le calme de l’animal. Derrière lui et sans contact, on devine l’avant‑train d’un animal, encolure dressée, gueule ouverte et de profil laissant voir quatre canines, langue pendante, de toute évidence en train de guetter le lièvre. Les deux oreilles droites sont inclinées vers l’avant. On discerne mal où serait le reste du corps : est‑il assis face à sa proie, ou bien se retourne‑t‑il ? Quoi qu’il en soit, la largeur réduite de ce pilastre (0,68 m) empêche d’y représenter un animal marchant ou bondissant.

166La scène fait pendant à celle du pilastre G situé en face, de sorte que l’on peut identifier l’animal comme un chacal et voir, là aussi, deux moments de l’action.

Éléments architecturaux

Supports (pl. 42)

167Les angles de l’exèdre sont marqués par une colonne fictive qui épouse la forme architecturale de sorte que le piédestal (H. 0,48 à 0,52 m), la base (décomposée en dé et base attique) (H. 0,22 à 0,24 m), le fût (H. 1,47 m), et le chapiteau (H. 0,26 m) répétés symétriquement de part et d’autre de l’angle, donnent un effet de pliure.

Angle sud‑ouest Q‑A (pl. 42. 3)

168Sur l’enduit presque totalement effacé on distingue, sur la paroi A, le bas de la bande rouge verticale en limite de la travée, le haut du fût rouge et les grandes lignes du chapiteau dessiné symétriquement de part et d’autre de l’angle. Le contour extérieur des deux couronnes de feuilles et des grandes volutes subsiste ainsi qu’une trace de la petite volute sur la paroi A ; les lignes ocre jaune sont redoublées et précisées par des tracés rouges.

Angle nord‑ouest E‑F

169Très effacée, toute la partie centrale du fût a disparu ; il subsiste des vestiges de la base, du quart supérieur du fût, ainsi que les grandes lignes du chapiteau, presque illisible sur la paroi E, un peu plus discernable sur la paroi F (pl. 42. 4).

170Le piédestal formé par le compartiment géométrique à opus comporte un encadrement rouge clair à rectangle inscrit marron rouge (pâli), et un losange ocre jaune. Les bords inférieur et droit du rectangle marron sont cernés de blanc, les bords supérieur et gauche de marron foncé ; en revanche, on ne sait si les contours du losange suivaient le même schéma, même si le côté supérieur droit semble cerné de sombre (pl. 39. 2 E‑F).

171Seule la base attique de la paroi E a conservé ses contours rouges et brun noir, et des restes de couleur ocre jaune.

172Du chapiteau corinthien ocre jaune on discerne la trace de l’abaque et du tore inférieur (pl. 42. 4 E‑F). Sur les deux murs il subsiste le contour extérieur des deux couronnes de feuilles et de la grande volute réunie par un anneau à la petite volute, ainsi que la trace d’un bouton entre ces deux volutes. Les lignes ocre jaune sont redoublées et précisées par des tracés rouges.

Angle nord J

173Le panneau est limité vers la travée par une bande rouge verticale partiellement détruite (pl. 42. 1, g.). Les couleurs, bien conservées sur la moitié haute et sur le compartiment d’opus, ont subi une usure à hauteur humaine. De nombreux graffiti arabes affectent le fût, dont certains rebouchés, de même qu’une lacune à la base du mur.

174Dé, base et chapiteau sont ocre jaune, le fût rouge.

175Le piédestal se confond avec le compartiment à opus et comporte un encadrement rouge clair à rectangle inscrit rouge sombre et losange ocre jaune assez irrégulier, animé de traces rouges accidentelles ou non (pl. 39. 4).

176Au‑dessus, un dé rectangulaire (H. 0,07 m) ocre jaune cerné de brun noir supporte une base attique (H. 0,15 m) à scotie entre deux tores, la scotie encadrée de deux larges listels (pl. 42. 1, dr.). Le cerne brun noir doublé de rouge du dé et du tore ocre jaune produit un effet tri‑dimensionnel.

177D’après l’aspect de la base le fût (L. 0,18 m) devrait être cylindrique ; cependant on distingue la forme rectangulaire d’un panneau, à cadre un peu plus clair, traitement qui évoquerait un pilastre.

178Le chapiteau corinthien (H. 0,26 m), très lisible, est traité en ocre jaune rehaussé de brun noir pour le contour des feuilles et d’accents rouges pour les ombres des feuilles (pl. 42. 1, c. et dr.) ; au‑dessus du tore, chacune des deux couronnes de feuilles d’acanthe à veine centrale rouge, comporte une feuille centrale repliée. Les feuilles latérales et centrale, très découpées et d’un tracé nerveux, sont séparées par un serpentin gris noir linéaire qui descend des deux grandes crosses extérieures ombrées de rouge ; les deux petites crosses intérieures ne se touchent pas. Un très petit anneau remplace le caulicole et deux petits boutons occupent l’espace entre les crosses ; une ombre rouge en lunule produit un effet tridimensionnel. Une simple barre rectangulaire subdivisée par une ligne brun‑rouge horizontale traduit l’abaque.

Angle sud M

179Le panneau est limité vers la travée par une bande rouge verticale partiellement conservée (pl. 42. 2, g.). Les couleurs ont pâli sur la moitié inférieure du fût, elles restent vives sur la moitié supérieure. De nombreux graffiti arabes ont été tracés sur l’enduit, certains rebouchés.

180Le piédestal ocre jaune n’est autre que le compartiment à opus (H. 0,51 m) (pl. 39. 4) ; dans un encadrement rouge clair s’inscrit un rectangle marron dans lequel s’insère un losange ocre jaune animé de touches rouges qui évoquent des marbrures à moins qu’elles ne soient accidentelles. Il est surmonté d’un dé rectangulaire (0,093 x 0,355) et d’une base attique à deux gros tores séparés par une scotie entre deux listels (H. 0,27 m). Le tracé rouge qui redouble le contour brun noir du dé se retrouve à la base du tore inférieur ce qui devait produire, avant usure, un effet tridimensionnel (plus crédible toutefois sur la colonne du pilastre J). Une petite bague ocre jaune large de 0,08 m forme la transition avec le fût rouge cerné de noir. Le traitement du fût (L. 0,18 m) rouge cerné de noir où se distingue la forme rectangulaire d’un panneau, amène, ici comme sur la paroi J, à hésiter entre la colonne et le pilastre.

181Le chapiteau corinthien ocre jaune (H. 0,26 m) a reçu un traitement assez différent de celui de la paroi J (pl. 42. 2, c. et dr.). Il comporte un tore, une première couronne avec deux feuilles latérales et une feuille centrale épanouie au niveau de la seconde, cette dernière à deux feuilles latérales à dentelures arrondies et molles. Deux groupes symétriques formés d’une grande crosse extérieure et d’une petite crosse intérieure reliées par une bague les surmontent ; les deux petites crosses opposées sont tangentes. Le traitement de l’anneau, des boutons entre les crosses et de l’abaque, est similaire à celui de la paroi J.

182Vraisemblablement ces deux chapiteaux dénotent deux mains différentes. La perte des détails sur les chapiteaux angulaires ne permet pas de préciser davantage la division du travail.

Frise

183Au‑dessus du nu du mur, un bandeau en relief présente un léger fruit (pl. 16. 1 et 2) sans doute dû à un mortier rapporté : s’il est avéré sur l’angle du piédroit nord, il est probable le long de l’exèdre en raison de la planéité de la surface et d’une régularité que la qualité de la roche aurait empéché d’obtenir par simple creusement.

184Ce bandeau comporte une moulure fictive à cinq éléments superposés (H. totale 0,25 m). Ce sont, de bas en haut, un astragale, un méandre, un ovolo, des denticules, des feuilles (pl. 31. 3 à 5, 43 et 44, 65 et 66).

Astragale

185L’astragale schématique sur fond ocre jaune se réduit aux formes ovales des perles et aux formes demi‑rondes des pirouettes qui apparaissent détouréee en gris noir (pl. 31. 5). Il est assez effacé sur tous les murs, plus lisible à l’angle nord‑est, au‑dessus du pilastre D de la paroi ouest, et du pilastre P de la paroi sud.

Méandre

186Sur le motif haut de 0,12 m, les motifs de carrés et de svastikas dessinés en trois dimensions sont vus de manière logique en contre‑plongée (pl. 31. 5 et 43. 1, 2). Selon ce même point de vue perspectif, ils sont orientés à l’unisson dans le sens anti‑horaire. Les carrés sont à face rose et blanche, la petite surface carrée du fond, d’un bleu plus ou moins foncé, étant garnie de cinq points noirs disposés en x. Les points centraux forment, d’un carré à l’autre, des intervalles d’une vingtaine de centimètres. C’est à partir d’une polychromie limitée à cinq valeurs (pl. 43. 4b) que le motif a été réalisé.

187L’analyse du motif révèle que les lignes de base composant les svastikas entre les carrés fonctionnent comme des rubans pliés dont la coloration varie selon les segments. De par le jeu optique de la polychromie, la frise échappe aux modèles sculptés. Le premier de ces rubans est bleu (longs et courts segments horizontaux) et rose (courts segments verticaux) (pl43. 4e, f). Le second bicolore, blanc et rose (longs et courts segments horizontaux), puis vert (courts segments verticaux). À l’intersection, deux cas de polychromie se présentent en alternance, selon le sens de recoupement des rubans, ce qui ne facilite pas la compréhension du motif, la multiplication des couleurs annulant l’effet de trompe‑l’œil (pl. 43. 3 et 43. 4c). Le peu de place libre restant est constitué de petits triangles noirs qui expriment le fond sombre sur lequel se détachent des carrés et svastikas vus en relief. Ces triangles indépendants les uns des autres caractérisent l’exécution du méandre (pl. 43. 4g)

188Une empreinte de ficelle rouge relâchée sur le djousse atteste au moins quatre lignes de préparation parallèles, alors qu’aucun repère à la verticale n’est visible (pl. 43. 4a). La technique peut avoir été complétée par l’usage de fins coups de pinceau rosâtres, verticaux ou obliques, que l’on devine sur certaines séquences (pl. 43. 5) et que les surfaces colorées dissimulent en partie. Ils se mêlent à des coups de pinceaux plus foncés et plus épais ; leur bonne conservation laisse penser qu’il s’agit de rehauts ajoutés à la fin de l’exécution de la frise et destinés à renforcer sa lisibilité.

189De fait, la lecture et la compréhension du motif se sont révélées malaisées. La difficulté visuelle rencontrée est due à la présence d’une bande bicolore blanc et rose, dont la seconde teinte se confond avec un autre emploi de cette couleur à proximité. Il s’est également avéré que la composition, très resserrée, ne produisait que très imparfaitement l’effet de profondeur recherché. Ce constat se confirme lorsqu’on isole les composants du motif. Le soin apporté par les décorateurs à la polychromie du motif a, de toute évidence, prévalu aux dépens d’une efficacité visuelle. Afin de décomposer la construction du motif et d’aboutir à son décryptage il a fallu recourir à une première analyse graphique sur place, puis à la saisie infographique par tracé vectorisé (pl. 43. 4 et 5).

Ovolo

190Les oves géométrisés sont rendus par des cercles roses qu’ombre une lunule verte. Ils ne sont assez bien conservés que sur les parois nord et sud. Un filet rouge clair sépare l’ovolo de la moulure suivante (pl. 43. 3 et 44. 2).

Denticules (pl. 31. 5 et 43. 3)

191Également schématiques, les denticules ne consistent qu’en une série de lignes grises sur fond blanc, dénuées d’effet de relief à moins que l’on ne considère le filet rouge clair comme leur ombre portée.

Feuilles

192Au‑dessus d’un filet ocre jaune court une ligne de feuilles nervurées gris noir sur fond vert foncé qui reproduisent le motif des cadres des médaillons (pl. 31. 5 et 43. 3). Ici aussi, le traitement linéaire abolit tout effet de relief. Très effacées sur la paroi ouest, elles sont bien conservées sur les trois quarts orientaux du mur nord et inégalement sur la paroi sud. Sur les zones effacées, le vert a viré à l’ocre jaune.

193Cette frise se prolonge du côté est de l’exèdre, au niveau de l’arc, avec des différences de traitement (pl. 44. 1). Au sommet du piédroit nord (paroi R) dont le profil a été restauré, les motifs ont presque entièrement disparu. Il n’en reste, sous l’intrados, que les deux‑tiers orientaux de l’astragale dont les couleurs sont vives, et un fragment inférieur du méandre (rectangles inférieurs bleus). Au niveau de l’extrados du côté est (paroi S) (pl. 44. 2g et 69. g), les cinq bandeaux subsistent, plus ou moins lacunaires, avec des différences d’exécution qui touchent formes et couleurs. Dans l’astragale, le motif est plus incertain ; dans l’ovolo et le méandre, le rose est remplacé par du rouge ; dans le méandre, le plan fuyant externe du seul cube est blanc encadré de vert, et les faces frontales du ruban nettement grises et dénuées de toute trace de bleu ; enfin le filet ocre jaune inférieur du bandeau à feuilles est omis et le contour des feuilles, très anguleux, est tracé en vert sur un fond aujourd’hui gris, soit l’inverse de ce qui a été constaté dans l’exèdre peinte.

194Malgré la très petite longueur de motif conservée, ces écarts dépassent la simple différence de mains, et trahissent plutôt des exécutants distincts ne travaillant pas simultanément.

195Le piédroit sud (paroi T) (pl. 44. 1), plus refait encore que son pendant, n’a conservé qu’un lambeau de l’astragale et l’amorce du méandre. Sur la face est (paroi L) (pl. 44. 2, dr. et pl. 69. 2 dr.) une grande partie de la frise subsiste malgré des couleurs un peu pâlies : l’astragale est effacé, le méandre prolonge celui de l’exèdre, oves et denticules restent lisibles, contrairement aux feuilles très effacées.

196Au niveau de l’extrados côté extérieur (paroi U) (pl. 44. 1), un lambeau de frise dans l’angle garde des couleurs fraîches : de l’astragale il reste une perle et une pirouette ocre jaune ombrées de brun et produisant un effet de relief. Un petit fragment du méandre atteste les tracés préparatoires roses et la même gamme de couleurs que sur le piédroit nord, à laquelle s’ajoutent le contour ocre jaune des plans fuyants et un reste de bleu dans le ruban fuyant supérieur. Sur le bandeau d’oves, l’ombre en lunule est verte, comme du côté nord. Au‑dessus de la trace de deux denticules, la rangée de feuilles est effacée.

Modillons

197Au‑dessus de la frise et à la base de la voûte, un registre simule une architecture construite sous la forme d’une rangée de modillons (H. 0,18 m) qui courent le long des trois murs, seul motif qui prenne au moins partiellement en compte l’espace réel de l’exèdre (pl. 31. 3, 23. 2, et 65 à 67).

198Très décolorés à l’ouest où il reste leur contour, ils sont bien conservés sur les parois nord et sud, sauf au contact avec la lunette.

199De grande taille, on en dénombre 18 complets sur la paroi nord, 20 au sud, 16 à l’ouest. Représentés en perspective, ils s’orientent vers la gauche sur le mur nord, vers la droite sur le mur sud, et divergent à partir du centre sur le mur ouest.

200À leur base court un bandeau rouge qui se confond plus ou moins avec l’ombre portée de ce registre saillant.

201La forme de ces modillons est en tailloir muni d’une rainure sur la face inférieure. Ils sont précisément dessinés et leur contour linéaire apparaît d’autant mieux que la pellicule picturale s’est affaiblie. Le soffite est vert, la face frontale traitée en vert dégradé, la face fuyante blanche cernée de vert, tandis que l’angle intérieur reçoit un traitement rouge en dégradé vertical approximatif destiné à indiquer l’ombre. Cependant sur les murs nord et sud, un manque de logique a situé l’ombre du côté est qui constitue, en fait, la source de lumière réelle de l’exèdre. Par ailleurs, de l’angle extérieur fuyant des modillons part un triangle rectangle noir qui symbolise l’ombre portée dont la forme est toutefois inadaptée pour donner un effet perspectif crédible.

202Ces incohérences mêmes témoignent, de la part des décorateurs, de la connaissance de modèles picturaux illusionnistes plus ou moins fidèlement suivis. C’est en particulier aux angles que les difficultés se font sentir : les modillons se prolongent de façon absurde sur la concavité des deux angles du côté est, tandis que, du côté ouest, les modillons convergents se trouvent affrontés.

203Au‑dessus des modillons, un ovolo linéaire gris, sans dard, deux fois plus grand que celui situé sous les denticules, est limité, en bas par un filet gris, en haut par une bande noire dont la couleur est conservée sur le mur sud. Réduits à un contour sur le fond blanc, les oves ne forment pas un cercle complet mais deux segments redoublés pour symboliser la coque.

204Cet ovolo se prolonge sur les faces des piédroits où il s’arrête net avant l’intrados de l’arc. Cette négligence est générale sur le côté est de l’arc, de moindre visibilité.

Voûte (Y)

Composition géométrique

205Hormis une lacune au nord‑est, le décor de la voûte est conservé, pâli par endroits (pl. 23, 24, 45, 46 et 67). En apparence, l’exèdre peinte est couverte d’un berceau ; en réalité les caractéristiques structurelles de l’hypogée entraînent une série d’irrégularités : la voûte est rampante, son axe non horizontal plonge sensiblement vers l’est, et elle présente un développé de forme trapézoïdale (pl. 16. 1) : au nord et au sud 4,64 m, à l’est 4,84 m et à l’ouest 5,80 m ; la surface, loin d’être plane, laisse affleurer des nodules saillants.

206Sur le fond blanc se détache un réseau en nid d’abeille tracé en rouge dans lequel s’inscrivent 677 hexagones verts (ceux des côtés étant tronqués) (pl. 46. 1) marqués d’un petit fleuron ocre‑jaune composé d’un cercle d’où rayonnent six tracés (pl. 45. 4). Paradoxalement les seuls tracés préparatoires décelables sont une dizaine de touches de couleur rouge et jaune inégalement réparties que l’on suppose être des points de repère (pl. 46. 2), et surtout une ligne sommitale rouge d’axe ouest‑est qui passe au centre du médaillon (pl. 24. 2, 46. 2, 48. 1, 2) ; imprimée au cordeau, la vibration de ce dernier l’a redoublée. Ce schéma géométrique relativement complexe à mettre en œuvre n’a donc pas fait l’objet d’un quadrillage ce qui explique ses défauts au‑delà d’une impression générale régulière. Un réseau d’hexagones peut en effet être tracé à main levée en se guidant sur la première rangée et en respectant l’intervalle entre les fleurons centraux. Sur la voûte, cet intervalle d’environ 22 cm a pu être reporté à l’aide d’une baguette, modalité de construction qui ne laisse guère de trace. En revanche la réalisation de chaque hexagone peut se déduire de l’observation (pl. 45. 3 et 45. 4, 1 à 7) : le tracé rouge (1) est suivi d’un tracé intérieur peint en rose (2) destiné à délimiter la forme des hexagones verts (3) ; le cercle jaune central (4) est ensuite complété par un cercle rouge inscrit plus petit (5) qui forme le cœur du fleuron (6) et autour duquel viennent rayonner les pétales ; enfin un rehaut noir cerne l’hexagone vert (7) (pl. 45. 3, d).

207On a également pu observer que les rangées d’hexagones se décalent d’est en ouest de part et d’autre du médaillon central, ce qui confirme l’absence de construction géométrique préexistante (pl. 46. 3) ; de fait, sous la couleur bleue du médaillon, transparaissent des amorces de contours hexagonaux qui ne pourraient se raccorder au reste de la composition.

Médaillon

  • 8 Voir mosaïques de Salamine de Chypre, de Tarse : Tortorella 2004, 44‑45.

208Au centre de la voûte, un médaillon de 0,85 m de diamètre est mis en valeur par un cadre orfévré à rangées concentriques (pl. 47. 1 et 48), similaire à ceux des médaillons des défunts ; de l’extérieur vers l’intérieur, un anneau noir doublé d’un filet rouge, un rang de feuilles ocre jaune à nervure centrale et pointe de feuille intermédiaire, un anneau rouge, un rang d’oves schématiques sans dard, enfin un dernier anneau noir. Couleur et motifs de ce cadre évoquent l’orfèvrerie. Au centre, sur un fond bleu pulvérulent tendant au gris, figure Ganymède coiffé du bonnet phrygien bleu cerné de rouge violacé, et nu à l’exception d’une chlamyde blanche volant derrière lui et retenue sur la poitrine par une fibule ronde schématique. Son nombril correspond au centre du médaillon, lui‑même à l’intersection des diagonales de la voûte (rangée de modillons incluse). La jambe droite tendue et empiétant sur le cadre, le genou gauche à terre, la jambe masquée par la cuisse de sorte que seule l’extrémité du pied apparaît à l’arrière‑plan, le bras droit levé, main ouverte et doigts écartés dans un geste de frayeur, il prend appui sur son bras gauche tendu à la verticale. La tête légèrement détournée vers l’aigle, de même que le torse, nuancent la frontalité. Les traits du visage, à peine discernables, laissent deviner des yeux ronds et une petite bouche entr’ouverte ; les cheveux bruns encadrent le visage et retombent en mèches sur les épaules. Quelques accents d’ombre et de lumière expriment le modelé du torse et des membres. L’aigle de Zeus se tient derrière lui, légèrement à sa droite, sa petite tête de profil tournée vers l’adolescent. L’envergure des ailes ocre jaune déployées occupe presque toute la largeur du médaillon ; leur bord supérieur est cerné de brun noir, les plumes détaillées en ocre rouge et leurs extrémités rendues par des touches de même couleur. Il est à noter que si l’aile droite de l’oiseau s’attache correctement à son corps dont on ne voit qu’une amorce, en revanche son aile gauche s’en éloigne considérablement, au point qu’elle semble plutôt fixée sur l’épaule de Ganymède transformé en créature ailée. Ni pedum, ni syrinx ne sont représentés, et le fond bleu exclut toute représentation de paysage, contradictoire, en cela, avec le genou et la main, clairement appuyés au sol. En revanche, des traces en négatif rendent possible la présence de deux petites formes allongées de part et d’autre des jambes du berger (pl. 48. 11) ; elles pourraient s’interpréter comme les chiens du jeune homme surpris en pleine chasse, selon une formule connue dans des mosaïques orientales et qui dériverait d’un prototype hellénistique 8. Leur position de course, les pattes en extension, est néanmoins inhabituelle, car la tradition picturale place plutôt un chien, la tête dressée, hurlant près de son maître menacé. La composition circulaire du médaillon justifierait cette disposition peu connue. Sa décomposition en infographie a permis d’en isoler les éléments (pl. 47. 2).

Faces principales des piédroits

209L’épaisseur de l’arc d’entrée ménage deux pans de murs hauts et étroits délimités par des bandes noires verticales larges de 0,765 m au nord, de 0,835 au sud (pl. 50 et 51). Ils sont occupés chacun par une grande figure qui, si elle s’inscrit dans le même dispositif que les Victoires surmontant un compartiment bas à animaux et un compartiment d’opus sectile, possède un statut différent (pl. 25).

Figures

Piédroit nord (R) (pl. 50 et 68)

  • 9 L. 0,42 m, H. 0,095 m, ouverture du carré à gauche 0,17 m x 0,14 m, fond utile 0,10 m x 0,08 m, pr (...)
  • 10 La plus ancienne date lisible est 192[‑].

210Il a été endommagé dans l’Antiquité par une mortaise qui a occasionné une grande saignée en L partiellement rebouchée 9. Une autre lacune bouchée sur 0,87 à 1,36 cm de haut affecte toute la largeur du panneau dont elle a détruit la base, des pieds de la figure à la limite inférieure du compartiment à opus. De petites lacunes ont été rebouchées au niveau des yeux. Les couleurs assez bien conservées sont occultées par de très nombreux graffiti arabes et latins qui couvrent la figure jusqu’à la main 10.

  • 11 Il est à noter que ce bleu diffère de celui du médaillon de Ganymède et des bustes (infra p. 177).

211Le fond est vert jusqu’à une hauteur de 1,29 m ; au‑dessus des bras de la figure, il est bleu clair 11.

  • 12 Infra p. 138, texte 9.

212Sur ce fond se détache une figure féminine (H. jusqu’au bas du vêtement : 1,67 m) dont le nom : Bat‘â, fille de Malê, aujourd’hui disparu, était peint à sa droite 12. La frontalité de la figure est à peine nuancée par la légère asymétrie du cou le long duquel des ombres semblent évoquer non les cheveux, mais les plis du voile. Les vestiges d’un collier de perles rouges sont lisibles au ras du cou, et plus bas, en limite du décolleté, ce qui semble être un fin collier ou une chaîne. Au poignet droit, un large bracelet jaune d’or s’orne d’une fine ligne sinueuse rouge. Aux oreilles dont il ne reste que le négatif, les boucles comportent une attache circulaire sur le lobe et une tige d’où pend une perle.

213La coiffe haute et cylindrique est richement décorée de deux grosses fleurs à huit pétales autour d’un point qui encadrent un étagement de motifs gemmés ocre jaune cernés de rouge, rectangle, cercle, losange, ovale, tous au bord légèrement dentelé. Des éléments de remplissage en forme de perles occupent les vides (pl. 50. 3).

214La femme est drapée dans un chiton rouge clair dont elle semble retenir un pan de la main gauche ramenée devant la poitrine ; ce vêtement recouvre la coiffe, encadre le visage et redescend sur la poitrine où il forme, sur le côté droit de la figure, un drapé asymétrique en deux séries de plis rouges divergents, l’une sur l’épaule et la poitrine, l’autre au creux du coude. Le tissu est vraisemblablement retenu par une broche ovale rouge, ocre jaune et blanc conservée juste au‑dessus de la lacune. Il forme au niveau des hanches un kolpos assez peu marqué. Le mouvement de la jambe droite portée en avant n’est sensible que par les plis en V au‑dessus du genou alors qu’ils tombent verticalement à gauche. Au niveau du pied droit, orienté vers l’avant, le drapé s’étire en pointe vers l’extérieur ; en revanche, au niveau du pied gauche de profil (la trace du talon est perceptible), sa limite remonte à l’oblique. Au‑dessus des chaussures rendues en gris‑noir entre deux traits rouges, une lanière (ou un bracelet de cheville) porte de petites boules blanches cernées de rouge, trois à droite, quatre à gauche (pl. 50. 4).

215À l’encolure et au creux des plis formant emmanchures, apparaissent quelques accents d’un vêtement vert.

216La femme a le bras droit fléchi au niveau de la taille, main légèrement pendante, doigts à peine repliés, le bras gauche ramené devant la poitrine comme pour retenir le voile à la base du cou : la main est perdue mais on devine encore l’index et le départ du majeur ; le geste diffère donc de celui représenté dans les médaillons où le pouce est visible.

217Derrière ses épaules un drapé blanc (dorsalium) à plis ocre jaune est fixé à deux attaches et forme à ce niveau un nœud rond (pl. 50. 5). Deux formes ovoïdes jaunes rehaussées de rouge sont prises dans les plis de ce drapé qui retombe en plis étagés jusqu’au niveau du coude.

218Sur le fond vert du panneau, à gauche, une forme ovoïde rouge (H. 0,07 m, L. 0,18 m) sans contour, n’est pas identifiable ; il pourrait s’agir d’un siège ou du bord supérieur d’un haut vase. À droite, une corbeille à laine (0,17 m x 0,15 m) mal conservée, à pied très effilé et vasque très évasée, identique à celle de la lunette, repose sur un bloc vu en perspective (H. 0,17 m x 0,14 m), sans doute un coffret.

Piédroit sud (T)

  • 13 H. 0,145 m x 0,15 m, profondeur : 0,06 m.

219Il a également été endommagé dans l’Antiquité par le creusement d’une mortaise 13 sans doute destinée à fermer l’exèdre peinte (pl. 25).

  • 14 Date : 1950.

220La masse du vêtement est très effacée (pl. 51). Plusieurs lacunes rebouchées affectent la surface ; l’une, à l’angle droit, est antérieure à 1955 comme en témoigne un graffito dans l’enduit moderne. De nombreux graffiti en caractères arabes et latins sont gravés et inscrits 14.

  • 15 Infra p. 138, texte 10.

221Sur un fond vert jusqu’à une hauteur de 1,50 m, bleu clair au‑dessus, se détache une figure (H. jusqu’au bas du vêtement : 1,75 m). Un dipinto, à droite, donne son nom : Bat’â, fille de Šim‘ôn 15 (pl. 51. 4). Cette femme en position frontale si l’on excepte la ligne du cou légèrement asymétrique et la position des pieds, porte sur son bras gauche un enfant qu’elle maintient de la main droite, le bras replié au niveau de la taille (pl. 51. 6).

222Les traits du visage transparaissent et l’on discerne le contour des yeux, le vestige du nez et de la bouche, la ligne du menton et une légère ombre ocrée sous le cou (pl. 51. 3). Les boucles d’oreilles sont peu lisibles, mais elle a à l’oreille gauche deux pendeloques avec une perle chacune, et, sur l’ourlet de l’oreille droite, peut‑être une autre perle. La femme porte un collier de perles rose‑jaune au ras du cou et deux colliers jaune d’or : l’un en bordure du vêtement comporte des éléments sinueux jaune d’or entre deux séries de trois perles rouge sombre, le second collier qui pend plus bas, est une chaîne épaisse retenant un médaillon circulaire à chaton gris blanc d’où semble pendre un petit élément dissimulé sous le pli du voile. Elle porte aux deux annulaires une bague jaune d’or (pl. 51. 6).

223Sur le front, des traces ocre jaune correspondent soit au bord frangé de la coiffe, soit aux cheveux. Entre le haut de l’oreille et la coiffe, la masse arrondie de la chevelure semble ramassée et ne retombe pas sur les épaules. Un voile blanc qui passe derrière les épaules recouvre la haute coiffe gemmée ornée de deux grosses fleurs quadrilobées encadrant un bandeau vertical central où se superposent un cercle blanc entouré de perles, un rectangle, un ovale, et un rectangle plus petit.

224La femme porte une robe ou une tunique verte à manches, semble‑t‑il, recouverte jusqu’aux chevilles par un manteau à bord frangé qui devait être de couleur claire et dont l’extrémité se recourbe à gauche ; plis et détails en ont disparu, mais le pan de tissu gris blanc formant bretelle passe sur l’épaule droite, comme sur les médaillons.

225L’enfant est enveloppé dans un vêtement gris bleuté qui dégage les mains et les pieds (pl. 51. 5) ; sa coiffe cylindrique ornée d’une rangée verticale de huit perles blanches lui dégage les oreilles et son effet drapé est traduit par des touches rouge clair et roses ; au‑dessus de la coiffe, un tracé peu distinct peut correspondre soit à une calotte, soit à un repentir. L’enfant porte la main gauche repliée sur la poitrine.

226Sur le fond, au‑dessus de la limite verte qui fonctionne comme une cloison, sont posés, à gauche une corbeille rouge en vannerie à pied étroit dans laquelle on distingue une masse, sans doute laineuse et, à droite, un coffret vu en perspective dont quelques détails intérieurs sont lisibles (pl. 51. 7 et 8). En bas à droite, près des pieds de la femme, une forme munie de deux pieds à trois boules représente un siège (pl. 51. 1).

  • 16 Infra p. 177.
  • 17 C’était déjà la conclusion de Colledge 1976, 86‑87.

227À plusieurs égards, tant iconographiques que techniques 16, les figures féminines des piédroits se distinguent des figures de la chambre peinte et amènent à conclure à une phase décorative distincte 17.

Compartiments à opus sectile

Piédroit nord (R)

228Les dimensions ne peuvent que se déduire à partir des éléments conservés : on les restitue à 0,46 m de hauteur et leur largeur endommagée approcherait 0,80 m (pl. 39. 3 dr.).

229Seul le tiers inférieur du compartiment est conservé et ses couleurs assez lisibles, mais le schéma géométrique ne fait pas de doute. Dans un encadrement rouge clair, un rectangle noir enferme un losange couché dans lequel s’inscrit un cercle. Le traitement en marbrures du losange associe un fond gris verdâtre avec de petites mouchetures ocre et vertes ; un filet ocre borde le côté inférieur gauche et ne se discerne qu’à peine sur le côté opposé. Le cercle rouge orangé, sans incision visible, est cerné de noir.

230Ce compartiment avait fait l’objet d’une gouache publiée en couleur par Farmakowski (pl. 39. 3 dr.).

Piédroit sud (T)

231Une grosse lacune rebouchée traverse toute la largeur du compartiment et ne laisse visible que le côté inférieur gauche du losange et du cercle, et la pointe supérieure du losange. Les couleurs sont assez effacées (pl. 39. 3g.).

232L’encadrement rouge clair dont on voit les bandes supérieure et inférieure est souligné d’un filet noir bien visible sur la moitié gauche ; il enferme un rectangle inscrit noir à losange couché (H. 0,35 cm) dans lequel s’insère un cercle (D. 0,24 cm) préparé par un tracé incisé. Le losange traité en marbrures identiques à celles du piédroit nord, est bordé d’un filet ocre. Autour du cercle rouge orangé, le cerne noir a disparu.

  • 18 Infra p. 135.

233Alors que ces compartiments reprennent le système de ceux de l’exèdre, leur traitement chromatique diffère, ce qui suggère une exécution par d’autres mains, et sans doute dans un deuxième temps 18.

Compartiments bas à animaux

Piédroit nord (R)

234La hauteur du compartiment depuis l’emmarchement est de 0,275 m, et la largeur de l’encadrement noir de 0,73 m. (pl. 25. 1).

235L’emmarchement construit à l’entrée de l’exèdre peinte a occulté la limite inférieure du panneau et une lacune rebouchée affecte le bord gauche.

236L’encadrement gris noir qui recouvre partiellement un tracé jaune, est conservé en haut et sur le bord droit (pl. 40). Sur le fond blanc, une légère touffe végétale à droite et au centre sert de fond à deux coqs affrontés, de profil ; tous deux ont une crête, quelques plumes dressées sur le dos, le bec ouvert ; l’un (long de 0,325 m), tête levée, queue à plumes retombantes multicolores rouge‑ocre, jaune, gris, domine l’autre dont seules quelques plumes de la queue sont visibles ainsi que le haut des pattes. Le corps des deux volatiles est rendu en ocre rose clair.

Piédroit sud (T)

237La hauteur du compartiment depuis l’emmarchement est de 0,225 m, et la largeur de l’encadrement noir conservée sur 0,53 m. (pl. 25. 2).

238De ce côté également, l’emmarchement a occulté la limite basse du panneau dont le tiers droit a disparu sous une lacune rebouchée.

239Du filet gris noir d’encadrement qui recouvre partiellement un tracé jaune il subsiste les côtés supérieur et gauche.

240Sur fond blanc, un chacal, à droite, dont on ne voit que la tête, les oreilles pointues et le bout d’une patte, mord la patte arrière d’un lièvre (long de 0,26 m) s’enfuyant vers la gauche, pattes arrière tendues, queue dressée, oreilles vers l’avant. Devant lui, un autre lièvre, museau de profil, longues moustaches jaunes, oreilles inclinées vers l’arrière, dos rond, semble s’enfuir également mais ses pattes ne sont plus visibles. Le corps des deux animaux est rendu en ocre rose clair, poitrail souligné d’une ligne plus soutenue.

Rinceaux verticaux

241Les piédroits nord et sud, vers l’intérieur de l’exèdre (face ouest – K et L), et vers l’extérieur (face est – S et U) sont entièrement occupés par un rinceau vertical sur fond blanc. Il part du sol sans aucun effet de ligne de sol ni de base et se développe selon une sinusoïdale qui décrit neuf demi‑cercles et deux amorces, d’environ 0,30 m de diamètre. Le schéma est toujours identique et le sens d’exécution se laisse lire, les enroulements rouges étant peints en premier lieu, puis les grappes, elles‑mêmes partiellement recouvertes par les feuilles ; l’usure fait réapparaître les couleurs sous‑jacentes.

Paroi K (face nord)

242La largeur du champ blanc est de 0,30 m. (pl. 22. 1 et 2 g.)

243La présence d’une grosse lacune bouchée en bas à droite jusqu’à 1,40 m et de quatre plus petites ne laisse visibles que quatre demi‑cercles et l’amorce de quelques autres. Le panneau est limité en haut et à droite par une bande rouge (pl. 49. 1). Une tige secondaire part de l’enroulement principal et donne naissance à deux tigelles opposées, l’extérieure s’enroulant jusqu’à former un cercle quasi‑complet, l’intérieure se prolongeant pour redoubler l’enroulement principal. Chaque tige secondaire porte une grappe noire orientée vers le bas, ce qui donne une disposition en quinconce des grappes, sept d’entre elles conservées, plus lisibles en haut. Deux groupes de feuilles de vigne vertes se distinguent, les plus grandes traitées rapidement en quatre traits de pinceau nettement discernables, les plus petites limitées à des touches ovoïdes. En limite supérieure, le motif s’interrompt brusquement.

244Le rinceau a été peint après exécution de la colonne J, comme le prouve une feuille verte peinte par‑dessus le dé ocre‑jaune.

245Une goutte noire accidentelle s’observe à environ 1,60 m.

Paroi L (face sud)

246La largeur du champ blanc est de 0,28 m. (pl. 22. 1 et 2 dr.)

247Seule la moitié supérieure du rinceau est conservée en raison d’une grosse lacune bouchée jusqu’à 1,62 m. au‑dessus du sol (pl. 49. 2). À mi‑hauteur, une petite lacune bouchée autour d’une grappe pourrait témoigner d’une tentative de prélèvement (pl. 22. 1). Les couleurs sont restées très fraîches.

248En haut et à gauche une bande rouge délimite le panneau. À la différence de la paroi K, chaque enroulement donne naissance, outre la tige secondaire, à des tigelles elles‑mêmes subdivisées et dont le rythme est moins systématique et régulier que sur la paroi K. Les grappes sont disposées en quinconce sur les tiges secondaires. Deux groupes de feuilles de vigne se différencient, les plus développées tracées en cinq traits de pinceau donnent un résultat plus naturaliste que sur la paroi K ; les plus petites sont ovoïdes. De ce côté, aucune feuille verte ne recouvre les grappes. Ces variantes d’exécution trahissent une autre main.

249Ce panneau a été peint après la colonne A, comme le dénotent les feuilles vertes empiétant sur le cadre rouge de l’opus.

Paroi S (face est) (pl. 53. 1)

250Sur ce piédroit nord, le panneau est très endommagé par d’importantes lacunes bouchées sur une hauteur de 1,23 et une longueur maximale de 0,19 m qui ne laissent visibles que quatre enroulements complets et quelques autres fragmentaires. Il a subi, de plus, le creusement d’une cavité correspondant à la « fermeture » de l’exèdre, et de nombreuses griffures (pl. 26. 1 et 2 dr. et 49. 2). Le décor suit la convexité du mur et ne comporte aucun encadrement (pl. 53. 1 à 3).

251Enroulements et tiges secondaires répondent au même type que ceux de la paroi L, avec une tige secondaire encadrée de deux tigelles de taille décroissante partant toutes de l’enroulement principal. En revanche, ici, les grappes se répartissent irrégulièrement, parfois dans l’enroulement de la tige secondaire, parfois directement sur l’enroulement principal, ce qui produit un effet global de disposition oblique (pl. 53. 3).

  • 19 Il ne subsiste qu’un petit trait ondulant rouge (ruban ?) qui ne correspond à rien de semblable su (...)

252Au sommet du rinceau, un médaillon circulaire dont il ne reste qu’une partie de la circonférence enfermait un fascinum au 4/5 détruit (la lacune est comblée de mortier) 19 ; les rares traces de motifs intérieurs indiqueraient une composition différente de celle de son pendant (pl. 53. 2) (infra).

Paroi U (face est)

253Sur ce piédroit sud, excepté un lambeau au niveau du sol, presque toute la partie basse du décor jusqu’à 1,25 m de haut a disparu en raison d’une lacune rebouchée (pl. 26. 1 et 2 g. et 52. 1 à 3).

254Le rinceau, dépourvu d’encadrement, est de même type que celui de la paroi K. L’enroulement principal donne naissance à la tige secondaire d’où partent deux tigelles opposées elles‑mêmes subdivisées. Les tiges secondaires se prolongent, redoublent l’enroulement principal et portent les grappes.

255À l’extrémité gauche, l’aspect de l’enduit au bord de l’ouverture d’une petite travée inachevée atteste que ce percement est postérieur à la réalisation du décor qu’il a entaillé.

Fascinum

256Au sommet du rinceau, deux médaillons quasi circulaires (D. entre 0,22 et 0,24 m), tracés en noir, encadrent un fascinum (pl. 26 et 52.4).

  • 20 Il ne subsiste qu’un petit trait sinueux rouge (ruban ?) qui ne correspond à rien de semblable sur (...)
  • 21 Des clichés pris sous certaines conditions suggèrent un fond légèrement orangé, mais il se peut qu (...)

257L’état actuel des deux cercles varie. Celui au sud, entier et lisible dès la découverte, bénéficie d’une excellente prise de vue en noir et blanc publiée par Farmakwoski (pl52. 4a). Celui au nord au 4/5 détruit (la lacune est comblée de mortier) 20 semble bien être également un fascinum dont les rares traces de motifs intérieurs indiqueraient une composition différente sur fond blan 21 : petit trait rouge sinueux à gauche et deux petites traces de coup de pinceau rouge au sommet et en bas à gauche (pl. 53. 2).

Le médaillon sud (pl. 52. 4 et 5)

  • 22 Si tel était le cas, le trou se situerait au milieu de la partie droite de l’œil. Des croûtes de t (...)

258Le cercle noir du médaillon sud n’est pas parfaitement régulier (D. entre 22 et 24 cm), ce que l’on pourrait expliquer par la signification du motif et le désir d’éviter un trou de compas 22. De forme ovale, l’œil central est surmonté d’un épais contour supérieur, une paupière sans doute, alors qu’à partir du contour inférieur partent de fins traits obliques évoquant des cils. L’intérieur de l’œil, environ 4 x 2,5 cm, endommagé, serait resté blanc. Cinq petites perforations rondes de quelques millimètres de profondeur qui ont légèrement fait éclater la surface du mortier de djousse résultent sans doute de nids d’insectes et non de déprédations humaines, l’œil se situant à une hauteur inaccessible (2,70 m du sol), d’autant plus que le remblai n’atteignait pas ce secteur.

259On reconnaît à partir du sommet dans le sens horaire : un glaive, une épingle (pointe ou clou ?) un oiseau, une araignée (ou une punaise ?), un scorpion, un coq, une épingle (pointe ou clou ?), un serpent, une forme non identifiée, un autre scorpion, un autre oiseau, une autre épingle (pointe ou clou ?). Les dessins sont assez bien réalisés, malgré la difficulté de disposer dans un espace limité des objets ou figures de tailles très différentes. Le coq et le glaive sont les plus grands, les proportions de l’araignée et du scorpion ont été augmentées, celles du serpent réduites.

260Le mauvais œil est attaqué par trois becs (ceux d’un coq et deux oiseaux), des crochets de serpent, en supposant une orientation dans ce sens, et des armes ou objets métalliques pointus ; seuls les scorpions et l’araignée ne le piquent pas. Le dispositif contre le mal semble organisé symétriquement à partir d’un axe vertical constitué de deux armes piquantes. L’envenimation par les deux scorpions n’est pas simulée par un contact direct, par manque de place sans doute.

  • 23 La lame, sans trace de coloris, a été restituée en gris.

261Le glaive muni d’une poignée à pommeau et d’une garde dans les tons rouges et roses 23 est fiché à la verticale, sa pointe passant au‑dessus de la paupière rouge et se perdant dans le blanc de l’œil. De part et d’autre du glaive deux filets rouges légèrement obliques identifiables comme des pointes ou des clous peuvent éventuellement évoquer des flèches en raison de l’élargissement en empennage de l’extrémité supérieure et des courts traits qui recoupent les filets : deux courts coups de pinceaux croisés à gauche, deux coups parallèles à droite. L’autre extrémité se perd dans la paupière. Un élément semblable (sans barre transversale) pourrait atteindre l’œil en partant du bas.

262De part et d’autre du glaive et des deux flèches, la moitié supérieure du cercle contient deux oiseaux volant vers l’œil.

263Dans la moitié inférieure cinq animaux se répartissent de manière asymétrique par rapport à l’axe central ; à gauche, un scorpion et un serpent dressé ondulant, séparés par une forme non identifiée ; à droite, le coq très présent avec son cou tendu et le panache de sa queue, tandis que par manque de place le scorpion et l’araignée sont décalés vers le haut.

264La couleur rouge varie en intensité, selon l’état de conservation des pigments. Le cliché ancien en noir et blanc fait ressortir contours et détails des plumes, des pattes et des corps par petits coups de pinceau prestement appliqués. Ils ont été restitués en blanc gris dans l’infographie.

265Symétriquement disposés au sommet des piédroits de l’arc ouvrant vers l’exèdre, ces deux ornements apotropaïques inscrits dans des cercles s’apparentent à des oscilla. Intégrés à la vigne, ils avertissent, par le biais de l’attaque au mauvais œil, ceux qui pénétreraient dans ce lieu afin de porter atteinte aux défunts.

Arc d’entrée

266L’arc qui donne accès à l’exèdre peinte a reçu des décors distincts sur l’extrados (V) et l’intrados (W) (pl. 70).

Rinceau de l’extrados (pl. 53. 4)

267Un quart nord du décor de l’arc est perdu, le reste lisible quoique très pâli (pl. 26. 1 et 2) ; il est large d’environ 0,24 m. Sur fond blanc, entre deux lignes ocre‑rouge, un rinceau à trente‑trois enroulements circulaires est dessiné de façon linéaire de sorte que le tracé rouge qui définit le contour extérieur se referme en spirale pour former le cercle abritant une alternance de feuilles de vigne vertes et de grappes noires ; deux petites volutes symétriques ponctuent chaque enroulement (pl. 53. 4). Ce rinceau est identique à celui qui couronne la lunette (pl. 18). Au sommet, un fleuron à quatre pétales cordiformes cernés de brun‑rouge est similaire aux fleurs qui flanquent les Victoires, mais apparemment dénué de sépales verts.

268On remarque une certaine irrégularité dans la forme des enroulements, certains circulaires, d’autres étirés ou aplatis, de même que dans l’intervalle entre les spires. Tout dénote un décor exécuté rapidement à main levée.

Décor de l’intrados

269L’intrados, large de 0,84 m a reçu un décor géométrique soigneusement préparé dont il manque un quart nord (pl. 27. 1 et 2). La nature de la roche ne permettant pas une taille régulière, l’intrados affecte une forme très irrégulière ; c’est sans doute ce qui a conduit les peintres à une préparation géométrique, également imposée par le schéma adopté (pl. 54. 1 à 3).

270Sur fond blanc, un réseau de cercles sécants s’organise sur un quadrillage droit incisé (module de 0,16 m) (pl. 54. 6 et 70). À l’intersection d’un carré sur deux, un cercle rouge est tracé au compas dont les trous sont visibles. Cependant le dessin final s’écarte parfois sensiblement du schéma géométrique préparatoire. Dans les fuseaux déterminés par l’intersection des cercles (pl. 54. 4) s’inscrit une forme en amande ocre jaune (pl. 54. 6) que quelques touches ocre‑rouge transforment en un motif de feuille ; le carré central à côtés incurvés enferme un fleuron jaune schématique à six pétales dessinés en ocre plus soutenu (pl. 54. 6 et 7), inscrit dans un carré bleu cerné d’un cadre ocre jaune dont les côtés incurvés évoquent une moulure rendue par quelques traits plus soutenus.

271Étant donnée l’architecture irrégulière de l’arc, les limites latérales du motif varient sensiblement alors même que la largeur accueille en moyenne deux cercles tangents et plus ou moins la moitié d’un autre.

272Si, par son répertoire, ce décor diffère totalement de celui de la voûte, c’est surtout son exécution qui dénote l’intervention d’une main différente, cette petite surface d’à peine 4,5 m² ayant fait l’objet d’une préparation soigneuse, totalement absente de la voûte à hexagones de 27 m². Selon toute probabilité, l’intrados a été décoré dans un second temps, en même temps que les figures féminines des piédroits.

Traces techniques

273Les aménagements funéraires tels que les loculi ont fait l’objet de repérages techniques dont certains font corps avec le décor (pl. 19 à 21). En effet, le dispositif en loculi nécessitait de délimiter la hauteur de chacun d’eux dans les travées, puis de maçonner les corniches latérales supportant les dalles destinées aux dépouilles (pl. 101. 6) et de consolider chaque ouverture par une traverse en pierre qui devait servir au scellement. Cet élément consistait en une barre de pierre très blanche, de section carrée, associée à une plaque de terre cuite ou de petite maçonnerie. Un seul exemple de barre de pierre est apparu dans l’exèdre nord, sans doute protégé par les sarcophages du triclinium (pl. 101.7).

274Quelques restes de mortier de fermeture subsistaient en bas des travées C‑D, D‑E, G‑H, H‑I.

275Pour toutes les parois une marque rouge horizontale (de même épaisseur que la bande verticale) souligne l’angle rentrant en limite de la corniche. Le décor de chacun des pilastres est délimité par deux bandes verticales rouges à quelque cm des arêtes (0,03 à 0,08 m). À intervalles réguliers (0,48 à 0,52 m), de courtes sections horizontales rouges font parfois retour sur quelques centimètres à l’intérieur des loculi. Elles ont été préparées par des incisions dans le djousse frais et plus ou moins respectées.

276Seuls les piédroits sont différents : une bande noire souligne les angles verticaux et le bord supérieur tandis que la bande supérieure reste rouge.

277Ces dispositifs assez soigneux sont à mettre en relation avec la maçonnerie observée sur les parois des travées : les petites corniches mais aussi des mortaises (0,10 x 0,10 m) en vis‑à‑vis destinées au scellement (pl. 101. 5). Les marques rouge horizontales se situent à environ 7 cm au‑dessus des corniches.

Repères des aménagements funéraires

278Paroi sud (pl. 21)

  • 24 Les glissières sont toujours comptées à partir du haut.

279Pilastre M (colonne) : incision à l’angle droit, au niveau de la troisième glissière à partir du haut 24.

280Pilastre O : sur le côté gauche, fine incision horizontale au‑dessous de la bande rouge supérieure. Incision au niveau de la troisième glissière et au‑dessus de la quatrième glissière.

281Pilastre P : incision à l’angle gauche au‑dessous de la deuxième glissière. Incisions à l’angle droit au‑dessous des troisième et quatrième glissières : elles correspondent au bas de la mortaise.

Paroi ouest (pl. 19)

282Pilastre A : incision à l’angle droit au‑dessous de la quatrième glissière ; elle se prolonge à l’intérieur du loculus sur 15 cm (10 visibles, partiellement recouverte par le mortier d’obturation du loculus).

283Pilastre B : fine incision au‑dessous de la marque rouge supérieure ; elle correspond à la glissière supérieure. Incisions à l’angle gauche au‑dessous de la deuxième glissière et à l’angle droit au‑dessous de la quatrième.

284Pilastre C : fine incision horizontale à l’angle droit au‑dessous de la marque rouge supérieure ; et au‑dessous de la deuxième glissière.

285Pilastre D : fine incision horizontale à l’angle droit au‑dessus de la marque rouge supérieure et au‑dessous de la troisième corniche ; incisions aux deux angles au‑dessous de la deuxième glissière. Au‑dessous de la troisième glissière, incision à l’angle droit. Incision à l’angle gauche au‑dessous de la quatrième glissière.

286Il n’est pas exclu que sur les pilastres C et D les longues incisions supérieures servent aussi à repérer le bas des médaillons.

Paroi nord (pl. 20)

287Pilastre F : incision à l’angle droit au‑dessous de la quatrième glissière.

288Pilastre G : incision à l’angle droit au‑dessous de la deuxième glissière ; incisions à l’angle gauche au‑dessous de la troisième glissière et au‑dessous de la quatrième glissière juste au‑dessous de la marque rouge.

289Pilastre H : incision à l’angle droit au‑dessous de la première glissière et au‑dessous de la quatrième glissière, celle‑ci se prolongeant à l’intérieur du loculus.

290Pilastre I : incision à l’angle gauche au‑dessous de la troisième et de la quatrième glissières. Incision à l’angle droit au‑dessous de la quatrième glissière.

291Pilastre J : incision à l’angle gauche au‑dessous de la première et de la quatrième glissières (et peut‑être de la troisième).

Traces techniques et repères picturaux

  • 25 À ne pas confondre avec les traces ultérieures, notamment, sur le pilastre G, des coups de crayon (...)

292Diverses techniques ont permis aux décorateurs la mise en place des motifs : incisions, tracés peints en rouge ou en gris, compas ; le plus souvent très discrets, l’usure de la couche picturale les fait réapparaître 25 (pl. 94).

Tracés préparatoires

Pilastres

293Pilastre G : ce pilastre, assez lisible, laisse transparaître moins des tracés préparatoires que des lignes‑guides : de fins traits rouges marquent les bords extérieurs de la robe de part et d’autre des hanches de la Victoire, de même la limite inférieure de la jupe évasée, et une touche rouge sur l’angle inférieur de la tunique à notre droite (pl. 35. G). Une autre touche rouge signale la nervure droite de l’acanthe.

294Pilastre H : le bord extérieur de la chevelure est cerné de gris clair, peut‑être une esquisse (pl. 36. 1). On note à droite un repère rouge sur la robe en cloche près de l’ourlet, deux traces rouge clair correspondant aux fins contours extérieurs de la robe au niveau des cuisses (pl. 35. H), une tache rouge accidentelle à l’extrémité supérieure gauche.

295Pilastre I : Un repère rouge clair suit la courbe extérieure des deux cuisses et celle de la jambe droite et du pied (pl. 35. I). Un autre repère rouge clair plus ou moins continu suit la courbe de la robe depuis la ceinture jusqu’au retroussis, des deux côtés, et, à notre gauche, depuis le retroussis vert jusqu’au niveau du genou ; il n’est pas lisible au‑delà.

296Pilastre O : un effet de contour gris clair transparaît au‑dessus de l’aile droite. Deux repères rouge clair délimitent le bord extérieur de la robe au niveau des hanches.

297Pilastre P : un contour rouge prolonge la ligne du bras gauche de la Victoire et suit la poitrine. Un repère sinueux rouge entre le retroussis et l’ourlet de la robe, à notre droite, indique clairement la forme en cloche de la robe, évasée et comme gonflée en bas.

Colonnes

298Colonnes E,F : des tracés préparatoires verticaux suivent le bord du fût des colonnes et traversent la base.

299Colonne J : des tracés préparatoires rouges verticaux suivent les bords du fût et se distinguent en dessous de la couleur marron du dé. Des tracés rouges longent la scotie (pl. 42. 1). Une reprise de mortier est visible juste au‑dessus de la collerette.

300Chapiteaux M et J : au niveau de l’abaque, des repères verticaux rouges signalent visiblement l’amplitude à donner aux grandes crosses (pl. 42. 1 et 2).

Médaillon

301Médaillon D: le tracé linéaire sous‑jacent à l’ovale du visage réapparaît.

302Médaillon H: un tracé gris sous‑jacent se lit au niveau du menton, ainsi que sous des doigts de la main gauche. Dans l’enduit, à gauche, des traces d’ongles trahissent le geste du peintre qui a pris appui sur sa main pour assurer la précision de son trait.

303Médaillon P : le long des bords gauche et droit du médaillon (8h et 5h) des accents rouges peuvent être des repérages et correspondent aussi aux limites du buste.

Opus sectile 

304Le trou de compas des cercles verts est toujours visible. Sur le piédroit sud, la circonférence du cercle (D. 0,24 m) est incisée.

305Compartiment géométrique EF. Sur F, le bord inférieur du cadre rouge clair plonge vers la droite, de fortes traces de lissage verticales affectent la surface (pl. 39. EF).

Scène animale

306Scène animale G : un tracé préparatoire jaune, clair non suivi, correspond à une oreille (pl. 41. G).

307Scène animale H : des tracés préparatoires jaunes non suivis sont lisibles au‑dessus des deuxième et cinquième oiseaux ; un possible tracé incisé vertical suit la patte de l’oiseau no 5 (pl. 40. H).

308Scène animale J : plusieurs tracés préparatoires jaunes correspondent à une mise en place abandonnée (pl. 40 et 41. J).

309Scène animale R (piédroit nord) : Au‑dessus de la tête du coq de gauche, de possibles tracés préparatoires jaune clair n’ont pas été suivis (pl. 40 et 41. R).

310Scène animale T (piédroit sud) : au‑dessus des deux lièvres, des tracés préparatoires jaunes non suivis dessinent des oreilles ; un autre tracé redouble la tête du chacal (pl. 41. T).

Frise

311Le méandre est préparé par trois horizontales parallèles rouges tracées à la cordelette. Des tracés préparatoires verticaux rouges correspondent aux parties fuyantes roses, et quelques tracés obliques entre ceux‑ci et les rectangles fuyants bleus (pl. 43. 5 et 94. 2).

312Modillons : deux tracés préparatoires horizontaux rouges suivent, l’un le sommet des modillons, l’autre la base des faces saillantes (pl. 23. 2).

313Intrados de l’arc d’entrée

314Les cercles sécants sont soigneusement préparés par un quadrillage incisé et des trous de compas (pl. 54 et 70).

Coulures et taches

315Diverses traces accidentelles remontent à la phase d’exécution du décor ; elles dénotent à la fois la rapidité de l’exécution et la consistance de la peinture, appliquée liquide sur la surface de djousse.

316Ce sont des gouttes ou des taches dans les médaillons B (goutte rouge à droite), C (tache rouge à droite), D (gouttes rouges et ocre jaune en haut à gauche), N (goutte verte en bas, correspondant à la couleur du bandeau, goutte ocre jaune en haut à gauche correspondant au cadre du médaillon), O (gouttes rouges à gauche, large goutte jaune en bas du médaillon, goutte jaune entre l’épaule gauche et le cou de l’homme).

317Ces taches trahissent le sens d’exécution des décors : les gouttes jaunes sur le fond bleu des médaillons signalent que celui‑ci a été passé en premier lieu, suivi par la réalisation des cadres moulurés. La goutte verte du médaillon N suggère que certains éléments de la frise ou des modillons auraient été peints après celui‑ci, ce qui contredit les pratiques du décor mural, toujours exécuté du haut vers le bas ; on peut alors penser qu’il s’agit d’un raccord.

318Sur le piédroit nord (R), une tache bleue sur le dorsalium, à notre droite, montre que le fond bleu a été passé après exécution de la figure (pl. 50. 2).

Notes

1 Dans la description, gauche et droite sont considérées par rapport aux figures et non par rapport au spectateur.

2 Kossatz‑Deissmann 1981, 55‑65.

3 Le tissu léger et transparent amène à parler ici de chiton et non de peplos au tissu plus épais ; cependant il règne un certain arbitraire dans ces distinctions ; sur l’usage des termes kolpos et apoptygma : Lee 2004, 221‑224.

4 Ces détails ont été révélés sous lumière UV.

5 Ce nom n’est donné que par Stace, Achilléide, I, 689‑880.

6 Dans la description, gauche et droite sont distinguées par rapport aux figures et non par rapport au spectateur.

7 Szymaszek 2014 et 2015.

8 Voir mosaïques de Salamine de Chypre, de Tarse : Tortorella 2004, 44‑45.

9 L. 0,42 m, H. 0,095 m, ouverture du carré à gauche 0,17 m x 0,14 m, fond utile 0,10 m x 0,08 m, profondeur 0,11 m.

10 La plus ancienne date lisible est 192[‑].

11 Il est à noter que ce bleu diffère de celui du médaillon de Ganymède et des bustes (infra p. 177).

12 Infra p. 138, texte 9.

13 H. 0,145 m x 0,15 m, profondeur : 0,06 m.

14 Date : 1950.

15 Infra p. 138, texte 10.

16 Infra p. 177.

17 C’était déjà la conclusion de Colledge 1976, 86‑87.

18 Infra p. 135.

19 Il ne subsiste qu’un petit trait ondulant rouge (ruban ?) qui ne correspond à rien de semblable sur le disque opposé.

20 Il ne subsiste qu’un petit trait sinueux rouge (ruban ?) qui ne correspond à rien de semblable sur le disque opposé.

21 Des clichés pris sous certaines conditions suggèrent un fond légèrement orangé, mais il se peut que cette coloration soit due au passage d’un linge humide, à l’occasion sans doute des bouchages de lacunes.

22 Si tel était le cas, le trou se situerait au milieu de la partie droite de l’œil. Des croûtes de terre (nids d’insectes) subsistent sur cette petite surface.

23 La lame, sans trace de coloris, a été restituée en gris.

24 Les glissières sont toujours comptées à partir du haut.

25 À ne pas confondre avec les traces ultérieures, notamment, sur le pilastre G, des coups de crayon modernes qui re‑silhouettent l’arrière‑train du chacal.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search