Version classiqueVersion mobile

Le tombeau des trois frères à Palmyre

 | 
Hélène Eristov
, 
Claude Vibert-Guigue
, 
Walid al-As`ad
, 
et al.

III - Données archéologiques, iconographiques et épigraphiques

B. Description architecturale de l'hypogée

Hélène Eristov et Claude Vibert‑Guigue

Texte intégral

  • 1 Antique, mais aménagé dans un deuxième temps, il entame le bas des piédroits de l’exèdre peinte.

1Le plan en T renversé du tombeau se compose d’une longue galerie axiale (de 20 mètres à partir du seuil jusqu’à la paroi du fond de l’exèdre peinte), composée à l’entrée d’un vestibule (6,10 m x 4,20 m), puis d’une exèdre axiale (6,50 m x 4,30 m) et à l’extrémité ouest, de l’exèdre peinte (4,80 m x 4,50 m). Sa paroi ouest est haute de 480 m. Deux exèdres latérales (21,50 m de distance entre les deux parois du fond), orientées au nord (4,10 m x 8 m, selon un plan non orthogonal) et au sud (4,30 m x 8 m) partent du même vestibule (cf. pl. 7). Les sols, depuis restaurés, sont au même niveau ; un seuil 1 marque une différence de hauteur d’une dizaine de centimètres.

2Les voûtes en berceau des exèdres sont séparées par des arcs en plein cintre : dans le vestibule, les arcs nord et sud sont larges de 0,85 m, celui ouvrant sur l’exèdre axiale d’1 m. Entre l’exèdre axiale et l’exèdre peinte, il est large de 0,85 m. environ, la surface de l’intrados étant irrégulière et l’arc lui‑même incliné vers l’est.

Entrée construite du tombeau (Cl. Vibert‑Guigue)

  • 2 Dunand 1953.

3Un cliché publié par Dunand en 1953 2, mais pris plusieurs décennies auparavant, montre le remblai en place, sans doute lorsque le dromos était en cours de dégagement, si l’on considère le recul alors possible pour prendre le cliché (pl. 14. 1). Le vantail de droite est ouvert dans la position qu’on lui connaît encore. Un deuxième cliché témoigne d’un état avancé du dégagement (pl. 14. 2). Il fait apparaître une ouverture creusée au‑dessus de la corniche qui, bien que réduite, signalerait le passage des pilleurs. Peut‑être commence‑t‑il à se reboucher, car des planches semblent dressées dans l’encadrement de la porte. Il peut s’agir d’une mesure de protection à la fois contre les visiteurs indésirables, et contre les glissements de terres. Ces clichés témoigneraient des dégagements opérés du temps de Robert Amy pour vider le remblai intérieur.

  • 3 http://users.unimi.it/progettopalmira/archivio/schede/palast0039.html

4Un troisième cliché en noir et blanc de G. Pignedoli en 1955 3 (pl. 14. 3), montre peu de changement par rapport à ceux de 1999 (pl. 14. 5). Il subsiste, de part et d’autre de l’encadrement de la porte, un placage de pierre au bas de la façade d’entrée, conservé sur une plus grande hauteur à droite. Au‑dessus, la coupe géologique pratiquée lors du creusement d’origine se trouve partiellement dissimulée à hauteur du linteau par une assise ; cette sédimentation est encore visible jusqu’à une fondation en cailloux, disparus depuis, supportant au moins quatre gros blocs formant une assise en léger retrait par rapport à l’aplomb de la porte et du creusement, et qui se retourne à angle droit vers le dromos. Les parois latérales de ce dernier montrent la coupe géologique, du moins sur les parties visibles sur les clichés.

Porte du tombeau vue de l’extérieur (Cl. Vibert‑Guigue)

5La porte, son encadrement et ses vantaux, n’ont jamais fait, semble‑t‑il, l’objet d’une étude détaillée à la suite des premières observations dues à Farmakowski et après les dégagements des années 1930. Hors de l’objectif principal de la mission, ces éléments ont néanmoins motivé observations et questionnements sur le vantail brisé déposé à l’intérieur, sans que ni sa destruction ni sa découverte n’aient jamais été commentés.

6L’essai de remontage des vantaux et console tenté ici (pl. 15. 3) n’est qu’indicatif. Il en est de même pour la restitution symétrique des consoles, opérée à partir de la seule console gauche attestée.

L’encadrement monumental

7Il ne manque, de nos jours, à l’encadrement de la porte, de facture soignée en belle pierre calcaire, que les deux consoles destinées à soutenir les extrémités de la corniche sculptée. Le cliché publié par Chabot en 1922 montre en place celle de gauche à profil en S végétalisé sous un abaque ; relativement étroite, sa hauteur équivaut à celle du linteau. Elle a disparu, comme son pendant, à une date indéterminée, en tout cas avant 1955 comme en témoigne un cliché (pl. 14. 3). Les prises de vue ne donnent pas l’impression d’une cavité d’ancrage très profonde, ce qui a peut‑être causé sa chute ; l’absence de bloc encore ancré mais brisé au nu du mur irait dans ce sens.

8L’encadrement de porte offre une ouverture utile mesurée sur place de 1,13 m de large, par 2,36 m de hauteur (infra p. 93‑94). Le linteau à fasces mesure 0,42 m de hauteur, les piédroits décorés des mêmes fasces tournantes environ 0,39 m. Monolithe, ce même linteau est orné d’un couronnement de 0,16 m de hauteur. Il se compose de bas en haut d’une rangée de rais‑de‑cœur, d’une baguette de perles et pirouettes, d’une rangée de seize feuilles et demie, alternativement une palmette à sept branches s’épanouissant en éventail et une acanthe dressée.

9La corniche supérieure longue de 2,80 m environ, repose sur le linteau de porte et déborde de part et d’autre. Elle est taillée dans deux pierres, celle de gauche en partie endommagée, la jointure ne se situant pas dans l’axe. La corniche ouvragée se retourne aux extrémités ; de bas en haut, le sculpteur a taillé une frise d’oves et fers de lance, godrons à lunules, des perles et pirouettes, des modillons végétalisés (au moins dix‑sept en façade) séparés par des fleurons à six pétales, une nouvelle rangée d’oves et fers de lance, et de nouveau une alternance de palmettes et acanthes. Les motifs sont d’une proportion plus grande que celle du linteau. De belle facture, ils sont exécutés avec le souci de les détacher du fond.

10On remarque une usure ou cassure au sommet des deux blocs, comme si le bandeau attendu à cet endroit avait souffert du passage des pilleurs forant leur puits d’accès.

11Les parties mobiles de l’entrée n’ont guère fait l’objet de commentaires après l’étude de Farmakowski qui livre un dessin du vantail en place. Les deux vantaux méritent en réalité de s’y arrêter.

Les vantaux

  • 4 Amy et Seyrig 1936.

12L’analyse et les dessins publiés par R. Amy et H. Seyrig 4 de l’entrée de l’hypogée de Iarḥai, fils de Barikhi, petits‑fils de Taimarsô, trouvé dans la vallée des tombeaux et en partie reconstitué en sous‑sol au Musée National de Damas, peuvent s’appliquer au tombeau des Trois Frères, les quelques différences n’étant que plus notables. Leur description de la porte en pierre calcaire se rapproche de nos vestiges, dans la limite d’observations qui suivront :

13« Dans la paroi Sud s’ouvre la porte du tombeau, faite de calcaire dur. Ses piédroits sont légèrement inclinés, et son couronnement (pl. XXX, 2 ; fig. 1) est soutenu par deux consoles en volutes, ornées d’acanthes. Le linteau est doublé d’un arrière‑linteau. Immédiatement au‑dessus de la corniche de la porte s’ouvrait une fenêtre d’aération, dont l’embrasure est encore visible de l’intérieur du tombeau (…) Les vantaux, monolithes, ouvrant vers l’intérieur (fig. 2) (pl. 15. 7), sont bruts sur leur face interne, mais taillés sur leur face externe à l’imitation d’une porte de bois à la romaine, aux panneaux presque envahis par les moulures des traverses. Chaque vantail est divisé en cinq champs inégaux, dont les proportions obéissent à une règle qui semble assez constante à Palmyre : on divisait d’abord le vantail en deux parties égales par une traverse horizontale ; puis la moitié supérieure était elle‑même divisée en trois parties, dont l’une, approximativement carrée, était placée entre les deux autres de façon que celles‑ci, rectangulaires fussent égales entre elles. La moitié inférieure était au contraire divisée en deux parties, dont la plus basse était égale à l’un des champs rectangulaires de la moitié supérieure. Le panneau carré est orné en son milieu, à l’imitation d’une poignée de bronze, d’un masque de lion aux oreilles dressées, serrant un anneau dans sa gueule. Le vantail gauche porte, on outre, un faux couvre‑joint. Chaque vantail est pourvu, en haut, d’un gond cylindrique qui se meut dans une crapaudine ménagée au linteau ; en bas, d’un dé de bronze avec petite cavité conique, où tournait un gros pointeau fixé au seuil (fig. 3) ».

14Au tombeau des Trois Frères, les piédroits ne sont pas légèrement inclinés, il n’y a pas de fenêtre d’aération au‑dessus de la porte. Les vantaux n’ont pas non plus de têtes de lions en ornement central des deux caissons du haut, le tenon visible étant d’ailleurs trop petit pour envisager un relief figuré. En revanche, l’analyse sur l’imitation d’une porte en bois à la romaine et sur la manière dont on manœuvrait les blocs peuvent s’appliquer aux vantaux du tombeau des Trois Frères.

15Enfin, les auteurs ont observé en bas du vantail du tombeau démonté « un dé de bronze avec une petite cavité conique, où tournait un gros pointeau fixé au seuil ». Si dans notre tombeau un tel dispositif a existé, il aura disparu sur le vantail à terre encore conservé, alors qu’il demeure inobservable sur le vantail en place. Ajoutons que le palier intérieur est constitué de deux grandes dalles alignées le long d’un monolithe constituant le bloc de seuil. Le vantail nord en cache une partie : du côté opposé, le vantail a chuté, mais la crapaudine a été cimentée.

16Le vantail tombé a été posé assez récemment sur des pierres dans l’exèdre sud (pl. 15. 4 g. et pl. 73. 2 haut). Les croquis de restitution s’appuient sur le profil réalisé au conformateur et sur les cotes prises sur place (pl. 15. 5). Le monolithe cassé, hors tenon, mesure 0,81 m par 2,42 m. Brisé en deux parties inégales, il a fait l’objet d’une réparation antique : quatre petites cavités, dont deux entamant le décor de caissons, conservent des traces de fer ayant servi à fixer deux agrafes de bronze disposées à la verticale, hautes de 0,33 m, et distantes de 0,50 m. Deux engravures verticales, ayant nécessité de briser le relief sculpté pour leur passage, assuraient une meilleure prise.

17L’origine du bris n’est sans doute pas le fait de pilleurs qui auraient plutôt fracturé la pierre au niveau du système de fermeture. Il est clair que la cassure est survenue après la taille des panneaux à caissons, peut‑être due à la chute accidentelle du vantail au moment de la pose. Le revers du vantail, malheureusement inaccessible, pourrait livrer des indications ; d’après ce que l’on peut observer dans sa position, il n’est pas lisse.

  • 5 Les deux morceaux qui gisent à gauche de l’escalier, pouvant appartenir à un gond, ne sont malheur (...)
  • 6 Le schéma publié par Farmakowski, redonné par Chabot, indique deux gonds en pierre.

18Le gond du haut, taillé dans la masse, est brisé ainsi qu’une partie de la porte à cet endroit 5. La cavité d’accueil carrée (6 x 6 cm, profondeur minimum 3 cm) encore visible sur la petite face inférieure du vantail garde des traces du métal destiné à fixer un pivot maintenant disparu 6.

  • 7 Cet effet n’est pas décoratif mais technique, les tailleurs de pierre pouvant signaler les faces à (...)

19La tranche au contact du second battant conserve la coloration rouge caractéristique de blocs ayant servi à la construction à Palmyre 7. Une cavité creusée à mi‑hauteur se relie au système de serrure. La face est biseautée à partir du faux couvre‑joint bordant le décor à cinq caissons : de haut en bas, un caisson rectangulaire couché, un carré, un deuxième rectangulaire couché, un grand rectangulaire vertical et un rectangulaire couché. L’imitation de caissons en bois, quoique évidente, n’a pas été poussée jusqu’à graver systématiquement les traits d’angles correspondants aux assemblages d’éléments en bois, contrairement aux rendus graphique de Farmakowski et de Amy. C’est lorsque le ciseau du sculpteur change d’orientation sur certains profils moulurés qu’un trait de rupture s’impose naturellement, sans volonté de préciser un travail de menuisier.

  • 8 Cette récupération aura pu faciliter la chute du vantail si l’on imagine que les pilleurs se sont (...)

20Le cliché d’archive antérieur à 1952 (pl. 73. 1 haut) montre le vantail debout contre la paroi est de l’exèdre sud. On ne distingue pas d’agrafes, absence logique, si l’on considère que tout le métal a été récupéré dès le pillage du tombeau 8.

  • 9 Ou par Abu Kheir, technicien, dessinateur de la DGAMS au moins depuis l’époque de Schlumberger, in (...)

21Ce vantail n’a certainement pas été retrouvé à cet endroit dans cette position, et si les deux fragments ont été réajustés de la sorte pour être photographiés, une restauration a dû avoir lieu pour les maintenir en place, du moins provisoirement ; en effet, un cliché en noir et blanc pris au printemps 1954, publié par Kraeling en 1961 (pl. 74. 1 haut), montre un des deux fragments à terre, de biais, alors que les voûtes sont restaurées, or Kraeling indique la date de 1953 pour la fin des travaux de remise en état par Nazmi Kheir 9.

22Le second vantail, au nord, est en place, mais dans la même position bloquée que celle déjà observée sur un cliché d’archive (pl. 14. 1). Un tenon en pierre le maintient au soffite de l’entrée ; la consolidation en bas ne permet plus de voir le système adopté, mais la partie cassée rebouchée pourrait indiquer une cassure visant à récupérer du métal. Le vantail a été représenté sur le plan publié par Farmakowski, puis soustrait du plan de Jaussen et Savignac publié par Chabot. Le décor est identique à celui du deuxième vantail mais sans bandeau en saillie du grand côté vers l’ouverture. Le petit côté interne est biseauté à l’inverse de celui du vantail à terre. Ce battant en place était donc le premier à être poussé et le dernier à être refermé. Il contenait à mi‑hauteur le boîtier de fermeture, une fente horizontale permettant d’enfiler, puis de manœuvrer, la clé coudée qui, on le sait, complétait parfois la parure des bustes funéraires palmyréniens. Dans le cas d’un tombeau collectif, on peut d’ailleurs s’interroger sur le ou les possesseurs du précieux sésame.

23La perte des consoles mise à part, la porte et son encadrement font partie des plus belles réalisations connues à Palmyre. Même standardisée, la série montre un attachement à l’effet immédiat que le ou les propriétaires désiraient accorder à leur entreprise funéraire. Un investissement par ailleurs nécessaire tant pour favoriser le jeu des concessions, que pour protéger le tombeau des malfaiteurs.

Aménagement de la courte « exèdre » orientale

  • 10 Chabot 1922, 98.
  • 11 Cantineau 1936a, 267.

24L’emprise du remblai, soigneusement indiquée sur le plan et les coupes publiés par Farmakowski (pl. 6. 4) contribue à faire oublier ce que les pilleurs n’ont pu ou su voir. En 1922, Chabot écrit qu’un escalier intérieur serait enseveli sous des décombres 10. Cantineau évoque des dégagements ayant abouti à la découverte par Robert Amy d’une nouvelle inscription gravée 11. Les archives restent malheureusement muettes sur le détail de ces travaux pourtant exigeants en termes de main d’œuvre et d’organisation. Certains documents laissent penser que la question aura pu se poser en d’autres termes.

Interrogation in situ

25Au cours de nos missions, un certain nombre d’observations ont abouti à un dossier architectural qui aurait nécessité des vérifications supplémentaires. À l’aplomb de l’entrée côté intérieur, un aménagement inédit de part et d’autre de l’escalier est apparu : il peut s’envisager comme une « exèdre orientale » de faible profondeur, environ 1,25 m (pl. 15. 6). Rappelons qu’à partir d’un palier de 0,80 m de portée, l’escalier à neuf marches permet d’accéder au sol de l’hypogée. En dépit de sa bonne conservation, l’installation n’est pas moderne comme le confirme le cliché de 1952 de la DGAMS (pl. 73. 1). Il montre en place et de profil les trois premières marches partant du sol hypogée. Ce dernier n’a pas encore été refait, pas plus que la voûte et les angles effondrés du vestibule. Ce dispositif semble identique à celui photographié par Kraeling après la restauration intérieure (pl. 76. 3).

Description

26La paroi d’entrée, en partie occupée par le massif d’escalier, montre, dans sa moitié inférieure sur 1,10 m de hauteur, le sédiment entaillé, surmonté par une surface ravalée (pl. 76. 2). Ces deux parements naturels sont traversés par des lignes de mortier blanchâtre (djousse) qui se distinguent bien du substrat ocre marron : on note en particulier une ligne centrale, verticale, en mortier. Les deux courts retours latéraux de cette même exèdre présentent en partie basse des traces de corniche en pierre dure avec un profil en tailloir (pl. 76. 5 et 7).

27D’autres traces de poses existent : bien que ténues, elles permettent de restituer un dispositif à trois niveaux qui se lit également sur le massif en équerre portant les marches. Au plus bas des parois, on observe encore des plaques de pierre en place. Les corniches supportaient probablement des surfaces planes subdivisées en leur milieu par des montants verticaux, aujourd’hui disparus : les traces de mortier verticales observées sur la paroi du fond confirment la présence d’éléments de séparation verticaux scellés au mortier à même la paroi sédimenteuse laissée dans l’état.

28On peut alors imaginer un dispositif en « casiers » de part et d’autre de l’escalier, soit trois fois deux cases, d’environ 0,45 m de côté et d’1 m de profondeur, de part et d’autre des marches (pl. 76. 6). L’aménagement de l’« exèdre » continuait sans doute partiellement en partie supérieure, puisque dans l’angle droit (sud‑est) des blocs verticaux pris dans la restauration moderne demeurent en place, sous le bandeau à la limite du départ de voûte.

  • 12 Il peut aussi s’agir d’une facilité technique lors de la construction.
  • 13 Une enquête sur des dispositifs très particuliers de gradins de théâtre a été menée en collaborati (...)

29Il faut noter que les marches de l’escalier dépassent très légèrement de chaque côté du massif, ce qui pourrait suggérer que les aménagements de casiers ont été conçus avant leur pose 12. Des vérifications s’imposent sur le mode de construction de l’escalier. Les marches sont d’une section triangulaire adaptée au profil du massif qui les supporte. Elles ne sont au contact entre elles que par les arêtes, sans chevauchement semble‑t‑il. Le cliché publié par Kraeling conforte cette impression (pl. 76. 313.

30Enfin, les sols meubles de part et d’autre de l’» exèdre » sont limités du côté ouest par un long bloc mouluré de 0,13 m de hauteur pour 0,19 m d’épaisseur (pl. 76. 4 à 7).

Phases illustrées (pl. 16. 3)

31Les cinq phases de conception et de réalisation des aménagements et des décors, suivies d’une sixième qui évoque la récente période de conflit se résument ainsi.

a. Le tombeau est creusé avant les années 142/143 apr. J.‑C., un terminus ante quem étant fourni par la plus ancienne inscription gravée, trouvée dans l’exèdre sud. Un surcreusement au centre de la lunette libère un arc en légère saillie : il ménage le futur encadrement destiné à mettre en valeur la scène figurée. Les voûte set arcs achevés, on suppose que les travées sont ensuite creusées dans les parois. Que l’arc soit aménagé avec ou sans sa corniche saillante reste hypothétique (infra  p. 133‑134).

b. L’exèdre n’échappe pas à la pose d’enduit blanc systématique sur toutes les surfaces ainsi que dans la plupart des travées. La mise en place du premier mobilier sculpté profite tant du large accès qui sera ensuite réduit par l’installation du portail, que de la pente du massif réservé lors de la taille du substrat à l’emplacement du futur escalier intérieur. On suppose qu’un bandeau de stuc, à face légèrement inclinée, a été posé à la jonction entre paroi et voûte ou arc, peut‑être suivant une taille réservée. En revanche, les stucateurs réalisent dans l’exèdre sud un profil plaqué plus élaboré à base de fasces.

c. L’équipe de peintres réalise un décor polychrome dans l’exèdre ouest. Les surfaces des piédroits sont laissées en blanc, de même, peut‑être, que l’intrados de l’arc. Lapicides et peintres commencent à graver et à peindre des inscriptions en fonction des premières acquisitions et concessions (pl. 62).

d. Sur les piédroits sont peints les deux défuntes en pied ainsi que le décor à la base, le bandeau à méandre, et peut‑être l’intrados de l’arc.

e. Un seuil maçonné à l’aplomb de l’arc 4 recouvre une partie des scènes animalières. Un possible passage de barre horizontale à 2,25 m de hauteur endommage les figures des piédroits, avec une mortaise côté sud, une seconde mortaise avec une saignée de manœuvre côté nord.

f. Lors de la première occupation de l’oasis, le tombeau est transformé en bureau habité (pl. 104 et 105) (infra p. 191 à 193). Les travées et exèdres sont cloisonnées et les parpaings badigeonnés, parpaings qui ont sans doute endommagé les quelques traces de fermeture des travées observables jusqu’alors en bas de paroi (pl. 104. 5). La cloison ouest s’élève à hauteur de l’arc, ménageant une porte et un trou de ventilation sous l’arc (pl. 104. 3). Les parois sont badigeonnées de haut en bas, à l’exception des colonnes et des faces est et ouest des piédroits (pl. 104. 4 et 105. 4). Le fascinum y échappe, ainsi que la corniche au méandre. Les voûtes et arcs sont préservés, à l’exception du médaillon au Ganymède (pl. 104. 6). Le tableau d’Achille à Skyros est badigeonné, seule la figure d’Agyrtès échappant au désastre (pl. 104. 5). La phase f n’est pas sans donner à réfléchir. Elle semble reprendre ce que la phase d’obturation e est supposée avoir été. Puisqu’en 2016 le montage des parpaings a laissé des traces grisâtres de ciment provenant de coups de truelle, traces ensuite plus ou moins recouvertes du blanc de badigeon, des traces résiduelles similaires auraient dû subsister dans l’antiquité sur les piédroits (de même que dans les mortaises). Or il n’en reste rien et les clichés anciens ne sont pas plus parlants (pl. 2. 4). Une installation légère est envisageable (rideau suspendu à une poutre horizontale ?), à moins d’imaginer l’abandon d’un projet d’aménagement, ou toute autre solution invérifiable dans l’état des connaissances.

Notes

1 Antique, mais aménagé dans un deuxième temps, il entame le bas des piédroits de l’exèdre peinte.

2 Dunand 1953.

3 http://users.unimi.it/progettopalmira/archivio/schede/palast0039.html

4 Amy et Seyrig 1936.

5 Les deux morceaux qui gisent à gauche de l’escalier, pouvant appartenir à un gond, ne sont malheureusement pas jointifs.

6 Le schéma publié par Farmakowski, redonné par Chabot, indique deux gonds en pierre.

7 Cet effet n’est pas décoratif mais technique, les tailleurs de pierre pouvant signaler les faces à ne plus travailler. Ce code se retrouve dans certains tombeaux‑tours.

8 Cette récupération aura pu faciliter la chute du vantail si l’on imagine que les pilleurs se sont trouvés face à une porte close.

9 Ou par Abu Kheir, technicien, dessinateur de la DGAMS au moins depuis l’époque de Schlumberger, intégré à une équipe formée par Adnan Bounni.

10 Chabot 1922, 98.

11 Cantineau 1936a, 267.

12 Il peut aussi s’agir d’une facilité technique lors de la construction.

13 Une enquête sur des dispositifs très particuliers de gradins de théâtre a été menée en collaboration avec Jacques Seigne et Albéric Olivier. Ce massif d’escalier mériterait une étude détaillée sur place, son état n’ayant semble‑t‑il pas souffert de la récente occupation des lieux.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search