Version classiqueVersion mobile

Le tombeau des trois frères à Palmyre

 | 
Hélène Eristov
, 
Claude Vibert-Guigue
, 
Walid al-As`ad
, 
et al.

III - Données archéologiques, iconographiques et épigraphiques

A. La nécropole sud‑ouest

Michał Gawlikowski

Texte intégral

1L’antique cité de Palmyre était entourée de toutes parts par ses nécropoles. Comme dans tout l’Empire romain, les tombes n’étaient pas tolérées dans l’espace habité, ce qui eut partout pour résultat la formation des cimetières immédiatement en dehors, souvent le long des voies d’accès. Ainsi, à côté de la Vallée des Tombeaux où les monuments funéraires de tous les types présents à Palmyre se pressent de part et d’autre de la piste venant de Homs (Émèse), on voit aussi la nécropole nord, extrêmement délabrée même avant les destructions dues à la guerre civile, la nécropole sud‑est, également mal conservée, mais où une demi‑douzaine d’hypogées ont pu être fouillés et restaurés, enfin la nécropole sud‑ouest où se trouve, entre autres, le tombeau dit des Trois Frères (pl. 1. 2).

2Vers le début du ier siècle après J.‑C. sinon plus tôt, l’oasis de Palmyre était entourée par un mur en brique crue de quelque 2 mètres d’épaisseur. Dans son parcours connu, ce mur barre la plaine au sud des jardins, grimpe sur la colline abrupte du Jabal Muntar pour redescendre en direction du nord. Ce dernier secteur sur la pente est construit en pierre, pour compléter peut‑être les barrières discontinues plus anciennes. En tout cas, aussitôt après avoir retrouvé la plaine, le mur redevient de brique crue, pour couper en ligne droite le plateau désertique au débouché du défilé de la Vallée des Tombeaux.

3Cette barrière ne saurait résister à une troupe de quelque conséquence, mais elle suffisait pour arrêter les pillards du désert. Elle est connue dans le folklore local sous le nom de Sur al‑Jamarek, « le mur des douanes ». En effet, une inscription de l’an 10/11 après J.‑C. indique que le passage de cette ligne était payant (PAT 2636). Sur le parcours sud, une porte a été retrouvée, tout près de l’endroit où passe aujourd’hui la route goudronnée arrivant de Damas. La piste ancienne, la future strata Diocletiana, arrivait par là. C’est immédiatement au‑delà de cette porte que s’est développée la nécropole qui nous intéresse ici (pl. 1. 4).

4Il y a là seulement une vingtaine de monuments de surface, mal conservés pour la plupart. Tous sont alignés en avant de la porte, indiquant ainsi le parcours de la piste antique. On y compte quinze tours funéraires et seulement quatre mausolées qu’on appelle temples funéraires, réduits à leur contour au ras du sol. L’aspect général de la nécropole n’est nullement comparable à la pittoresque Vallée des Tombeaux.

  • 1 Nos 95, 102 (R 227, R 248). Les numéros précédés de R renvoient aux cartes de Schnädelbach 2010, a (...)
  • 2 CIS II 4219‑26. L’attribution à cette tour de l’inscription CIS II 4159 : Watzinger et Wulzinger 1 (...)

5Parmi les tours, deux appartiennent au type ancien, caractérisé par l’escalier tournant qui monte autour du noyau central contenant des chambres à loculi 1. Elles restent anonymes et sans date, mais ressemblent aux tours de ‘Atenatan et de Ḥairan dans la Vallée des Tombeaux, qui, elles, sont datées de la première moitié du ier siècle après J.‑C. D’autres tours, du moins celles dont il reste davantage que le socle, peuvent être attribuées au type à cage d’escalier, où la montée est reléguée dans un angle, ce qui permet d’augmenter la place des sépultures. Aucune n’est construite de pierres de taille régulières de calcaire blanc dur comme la tour de Jamblique dans la Vallée, datée de l’an 83, ce qui les situe dans la seconde moitié du Ier siècle. La mieux conservée est la tour no 98 (R 208), autrefois appelée Abou Soheil par les habitants. Elle est faite en pierres grossièrement équarries sur un socle carré de 9,45 m de côté. Elle a deux entrées sur les côtés opposés, des chambres à loculi, enfin un escalier à deux volées parallèles qui s’amorce dans la chambre la plus haute. La tour comporte au premier étage une petite chambre carrée couverte par une coupole formée de plaques de pierre appliquées, l’une des deux conservées à Palmyre. Sur les parois de cette chambrette quelques graffiti donnent les noms des personnes qui y étaient ensevelies 2. Leurs noms révèlent l’appartenance à la famille Ar’ash dont un autre parent a fondé en 114 un hypogée dans la même nécropole. La forme des lettres indique le iie siècle. Il n’y a pas de raison pour attribuer à cette tour l’inscription de fondation de l’an 56, vue quelque part dans la région sud par les voyageurs du xixe siècle.

6La présence des temples funéraires, dont on ne peut rien dire dans leur état présent, indique que la construction de monuments continua au iie, voire au iiie siècle, toujours en bordure de la piste de Damas. Leur nombre limité suggère cependant que l’endroit n’était pas très recherché. La plupart des tombeaux de cette nécropole sont souterrains et, d’après les données disponibles, creusés lorsque la construction des tours avait déjà cessé. Ces hypogées se trouvent aussi non loin de la piste, mais surtout plus loin vers l’ouest, en direction de la pente du Jabal Muntar. Ils sont de loin les plus nombreux parmi les tombeaux de la nécropole sud‑ouest.

7En effet, on a pu en localiser une soixantaine et il est bien possible qu’il y en ait eu encore davantage. Le plus souvent, leur présence est trahie seulement par un affaissement du sol, mais cette particularité n’apparaît que là où le plafond s’est écroulé. On a pu voir par exemple que la route goudronnée avait été tracée au‑dessus de l’hypogée intact de Barikhi, découvert seulement lorsqu’un camion l’a défoncé.

  • 3 Uspenski 1902 ; Farmakowski 1903.
  • 4 Strzygowski 1901.

8Le premier hypogée étudié par les archéologues était celui des Trois Frères, l’objet de ce volume. C’était la première exploration régulière jamais entreprise à Palmyre autre que des prospections épigraphiques. Le tombeau était déjà pillé lorsque les savants de l’Institut archéologique russe de Constantinople y ont pénétré en 1900. Leur publication a paru deux ans plus tard 3.Les peintures ont très rapidement inspiré une étude sur les origines de l’art byzantin qui a fait date, même si un siècle plus tard les perspectives de la recherche ont évolué 4.

  • 5 Ingholt 1932, 1935, 1936, 1938, 1962, 1974.
  • 6 Al‑Asad et Taha 1965.
  • 7 Fouilles Khaled Hariri (infra p. 163sq), pl. 78, et al‑Asad 2013.

9À partir de 1924, un vaste programme de recherche a été lancé dans la nécropole sud‑ouest par Harald Ingholt. Dans les années suivantes, il a ouvert et exploré une cinquantaine d’hypogées. Il a publié les plans de sept d’entre eux avec des descriptions sommaires, mais il s’attachait principalement à l’étude des inscriptions et sculptures retrouvées. Ces données ont paru dans plusieurs articles entre 1932 et 1974 5. Tous ces hypogées sont aujourd’hui inaccessibles et douze seulement ont pu être localisés sur le terrain, dont deux sans certitude. D’autre part, cinq hypogées ne sont connus que par les inscriptions déplacées ou perdues. Plus récemment, les archéologues syriens ont fouillé plusieurs nouveaux hypogées : celui de Zabd‘ateh 6, de Barikhi (déjà mentionné ci‑dessus), enfin deux autres dégagés vers 2010 et restés inédits 7.

  • 8 R 261. Ingholt 1974, p. 37.
  • 9 CIS II 4173‑4174, C 3‑4.

10Le plus ancien hypogée documenté est celui que deux femmes se sont partagé en 95, lorsque le tombeau existait et servait déjà depuis un certain temps 8. Suivent treize tombeaux échelonnés entre 98 et 142, puis un seul fondé en 186 et sept autres dont la date de fondation n’est pas connue, mais qui étaient utilisés encore plus tard. Dans ces conditions, il est risqué de tirer des conclusions générales, en particulier pour la chronologie. L’impression qui se dégage malgré tout, mais que de nouvelles découvertes peuvent facilement contredire, est que l’on n’a plus creusé de nouveaux hypogées au iiie siècle. Les plus anciens servaient toujours, pour beaucoup d’entre eux, comme en témoignent les inscriptions de concession confirmant le transfert des parties de ces tombeaux à des tiers, probablement par de simples opérations de vente‑achat. Ces transferts étaient fréquents, d’autant plus que certains n’ont probablement pas été immortalisés sur les linteaux ou piédroits des façades, parce que les contrats sur papyrus ont été jugés suffisants. Dans le tombeau des Trois Frères, un exemple est assez éloquent : un propriétaire d’une rangée de travées de loculi, qui a dû les avoir acquis des trois frères fondateurs, en a cédé onze à un affranchi nommé Narcisse, lui‑même en ayant revendu quatre, au bout de deux mois, à un nouveau propriétaire 9. Il est facile de croire à un cas de spéculation, peut‑être pas si exceptionnel...

  • 10 C24.
  • 11 Yon 2012, 527.

11Une concession est datée de 274, un an après la chute finale de Palmyre, comme si de rien n’était. L’inscription correspondante est la dernière attestation certaine de l’écriture palmyrénienne 10, mais certaines tombes ont servi encore plus longtemps : dans l’hypogée dit de Dionysos, deux graffiti en grec portent les dates de 312 et de 333 11.

12Tous les hypogées palmyréniens obéissent au même principe de construction et de plan. Ce sont de longues galeries creusées dans la roche calcaire tendre et friable. Les parois et les voûtes sont d’habitude enduites de plâtre ou plaquées de dalles en pierre plus dure. L’entrée s’ouvre dans un mur dressé au fond d’une tranchée munie de marches. Le linteau et les piédroits reçoivent souvent des inscriptions. À l’intérieur, la galerie continue dans l’axe. Sur ses parois sont alignées les hautes travées parallèles divisées horizontalement en loculi. Au fond, une pièce d’apparat est souvent signalée par un arc. Parfois, une espèce d’estrade renfermant des loculi supporte dans cette exèdre (pour employer le nom utilisé dans les inscriptions) trois sarcophages disposés en équerre à la façon d’un triclinium antique. Chaque sarcophage imite en effet un lit de banquet, tandis que sur son rebord une dalle placée de chant, sculptée en haut‑relief, représentait un homme couché, une femme assise à ses pieds et des enfants ou serviteurs debout au fond, prêts à remplir la coupe du banqueteur.

13Dans certains hypogées, d’autres exèdres ont été ajoutées à droite et à gauche, immédiatement après la porte d’entrée. Dans d’autres encore, ce sont des galeries terminées en exèdres, donnant au plan l’aspect d’un T renversé. Enfin, plus rarement, il peut y avoir trois pièces rectangulaires accessibles depuis un petit vestibule.

14Dans l’hypogée des Trois Frères, du type à trois galeries, l’exèdre principale ne contient pas de sarcophages, mais en revanche est couverte de peintures. La galerie de droite a reçu au fond trois sarcophages disposés en fer de cheval, tandis que dans celle de gauche une plaque sculptée avec un banquet couché, placée dans un cadre architectural, occulte des loculi ; le personnage ainsi honoré était l’un des trois frères fondateurs. D’autres travées dans cette galerie étaient concédées à des tiers.

15À considérer les nécropoles de Palmyre dans leur ensemble, on arrivera à la conclusion que les tours et les temples funéraires étaient en principe des tombeaux de famille, destinés à recevoir les générations successives. Les hypogées, en revanche, obéissant toujours à l’exigence de multiplier au maximum le nombre des places disponibles, répondaient plutôt aux besoins de la classe moyenne jouissant de moyens appréciables, mais néanmoins limités. Certains pouvaient faire creuser une galerie, d’autres seulement d’acquérir quelques loculi. Il semble que la nécropole qui s’est formée au ier siècle devant la porte de Damas est devenue au cours du siècle suivant le cimetière favori d’une certaine bourgeoisie dont l’apparition n’était sans doute pas étrangère au développement économique dû au commerce caravanier, un groupe social en train de se libérer du cadre tribal des siècles précédents, mais qui ne pouvait égaler les grandes fortunes de ceux qui s’offraient les somptueux mausolées de famille dit temples funéraires.

Abréviations (suivies d’un numéro)

C

Inscriptions de concession, Gawlikowski 1970, 204‑219.

CIS

Corpus Inscriptionum Semiticarum II.

F

Inscriptions de fondation, Gawlikowski 1970, 184‑204.

PAT

Hillers et Cussini 1996.

R

Schnädelbach 2010, cartes 64‑65.

Liste des hypogées connus de la nécropole sud‑ouest (par ordre chronologique)

16Bat‑Mitrai et Bat‑Elyad, avant l’an 95. R261. Ingholt 1974, p. 37‑49, PAT 2727.

17‘Atenatan b. Zabd‘ateh, an 98. R252, Ingholt 1935, p. 58‑75, F 25, PAT 0023, Yon 2012, no 513. L’exèdre de Julius Aurelius Maqqai installée en 224.

18‘Abd‘astôr b. Nûrbel le médecin, an 99. R 258. Ingholt 1938, p. 119‑140, F 26, PAT 0094, Yon 2012, no 512. Concession de 239 (C 41, PAT 95).

19Bolha et frères b. Wahbai, an 104. Non localisé. Cantineau 1936a, no 59, F 29, PAT 1217, Yon 2012, no 516.

20Ḥairan b. Iaddai, an 106/107. R 259. Ingholt 1932, p. 1‑12, F 30, PAT 0002.

21Julius Aurelius Malê, an 109. Non retrouvé. Ingholt 1935, p. 75‑77, F 32, PAT 26. Concessions de 193 à 237 (C 28‑35, PAT 0027‑0029, 39‑43).

22Zabd‘ateh b. ‘Ate‘aqab Ar‘ash, an 114. Non localisé. CIS II 4159, F 33, PAT 0511.

23Shim‘ôn b. Feila, an 114/115. Non localisé. CIS II 4160, F 35, PAT 0512, Yon 2012, no 517.

24Ḥolaishi b. Barikhi, an 119. Non localisé. Cantineau 1936a, no 62, F 39, PAT 1219.

25Malkû b. Malkû b Nûrbel le médecin, an 121. Cantineau 1936a, no 60, Ingholt 1935, p. 90‑91, F 40, PAT 1218. Concessions de 186 à 274 (C 12‑24, PAT 0044‑0055, 1624).

26Iarḥibôla et 3 associés, an 123. R 231. Ingholt 1974, p. 49‑54, PAT 2728. Une concession de 243 (PAT 2729).

27Iarḥai, ‘Atenûri et Zabdibôl, an 133/134. R 239. Ingholt 1938, p. 93‑103, F 43, PAT 0066. Une concession de 194 (C 36, PAT 0067).

28Ḥaddûdan b. Soprai, an 138. Non localisé. CIS II 4165, F 44, PAT 4165.

29Zabd‘ateh b. Ḥairan, non retrouvé. Al‑As‘ad et Taha 1965, p. 29‑46. Une concession de 131.

30Barikhi b. Amrishamsh, non retrouvé. Inédit (fouille Kh. As‘ad). Avant 139 (cf. Yon 2012, no 305).

31Na‘ama‘in, Malê et Ṣa‘edi (Trois Frères). R 238. Avant le monument de Malê de 142/143. Cantineau 1936b 354‑355, F 47, PAT 2776. Concessions de 160, 191, 241 (CIS II 4172‑4175, C 1‑5, PAT 524‑527). Voir la bibliographie générale.

32Naṣrallat b. Malkû, an 142. R 256. Ingholt 1936, p. 109‑114, F 48, PAT 0056, Yon 2012, no 518. Concessions de 263, 265 (C46‑4, PAT 0057‑0058).

33Bar‘a Bonnûr, an 186. R 260 (?). Ingholt 1936, p. 115, F 58, PAT 0059, Yon 2012, no 523.

34Lishamsh b. Lishamsh. R 257. Ingholt 1938, p. 108‑119. Concessions de 181 à 189 (C 8‑11, PAT 0072‑0075).

35Tombeau dit de Dionysos. R 254. Ingholt 1932, p. 14‑20. Graffiti de 312 et 333 (Yon  2012, no 527).

36Julii Aurelii Shalman et Shaknai. R 262. CIS II 4204. Une concession de 226 (C 37, PAT 0560).

37Seleukos b. Theophilos. R 236 (?). Ingholt 1938, p. 103‑106. Une concession de 251 (C44, PAT 0071).

Notes

1 Nos 95, 102 (R 227, R 248). Les numéros précédés de R renvoient aux cartes de Schnädelbach 2010, alors que les numéros sans préfixe, utilisés dans les publications antérieures, sont ceux de Watzinger et Wulzinger 1932.

2 CIS II 4219‑26. L’attribution à cette tour de l’inscription CIS II 4159 : Watzinger et Wulzinger 1932, 61.

3 Uspenski 1902 ; Farmakowski 1903.

4 Strzygowski 1901.

5 Ingholt 1932, 1935, 1936, 1938, 1962, 1974.

6 Al‑Asad et Taha 1965.

7 Fouilles Khaled Hariri (infra p. 163sq), pl. 78, et al‑Asad 2013.

8 R 261. Ingholt 1974, p. 37.

9 CIS II 4173‑4174, C 3‑4.

10 C24.

11 Yon 2012, 527.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search