Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Vie religieuse au Liban sous l'Empire romain

 | 
Julien Aliquot

Première partie : Le paysage sacré

Chapitre 2 : La domestication du Liban

Texte intégral

  • 1 Nicolet 1988.

1En 63 av. J.-C., la création de la province romaine de Syrie par Pompée inaugure la formation d’un territoire administré par Rome. À compter de cette date, les Romains entreprennent de délimiter les territoires et de redéfinir les statuts des communautés locales. L’ensemble de la montagne libanaise devient théoriquement la propriété du peuple romain, mais les anciennes cités disposent chacune d’un territoire qui leur est propre et certains districts restent aux mains des dynastes ituréens et hérodiens juqu’à la fin du ier s. apr. J.-C. Initialement, l’urbanisation et la réorganisation des territoires régionaux procèdent autant du volontarisme de ces derniers que des initiatives romaines. C’est cependant après l’époque des princes clients que l’on prend pleinement la mesure des travaux de cadastration et d’aménagement que les Romains réalisent au Liban. Comme ailleurs, ces travaux traduisent la volonté affichée d’inventorier le monde pour en contrôler la mise en valeur et l’exploitation 1. Ils accompagnent la relecture du paysage sacré, par laquelle les habitants des cités voisines s’approprient symboliquement les contrées montagneuses où leur civilisation confinait naguère.

L’urbanisation du paysage sacré

2Sous Auguste, tandis que la cité phénicienne de Béryte devient une colonie romaine, la liste des villes syriennes s’enrichit au Liban de deux nouveaux noms, à la suite de la fondation de Panéas et de la refondation d’Arca. Ces changements statutaires n’ont pas seulement pour effet de modifier la hiérarchie des cités dans la région : ils manifestent aussi l’urbanisation partielle du paysage sacré. Dans les cités pérégrines d’Arca et de Panéas, l’initiative revient aux dynastes ituréens et hérodiens, alors que l’aménagement d’Héliopolis-Baalbek et de son grand sanctuaire résultent du lotissement de vétérans romains sur le territoire colonial de Béryte.

Le chantier impérial de Baalbek

  • 2 Sartre 2003, p. 646 n. 45-46, et 2005a, p. 448 n. 44, où la date de 28-27 av. J.-C. doit être corri (...)
  • 3 Grégoire le Thaumaturge, Remerciement à Origène 5, 62 : « la cité de Béryte, non loin d’ici, est un (...)
  • 4 La création de la colonie romaine de Baalbek-Héliopolis répond à la volonté de punir Béryte, qui av (...)

3Bien que des vétérans aient pu être installés sur place dans les années 30-27 av. J.-C., la déduction de colons à Béryte intervient plus tard, à une date comprise entre 27 et 15 av. J.-C. : la fondation de la colonia Iulia Augusta Felix Berytus ne remonte probablement pas avant 27 av. J.-C., car la dernière émission de la cité phénicienne date de 29-28 av. J.-C. 2. Quelle qu’en soit la date exacte, cet événement qui fait de Béryte la première colonie romaine du Proche-Orient justifie ensuite la réputation de la ville, que Grégoire le Thaumaturge qualifie encore de « très romaine » dans les années 230 apr. J.-C. 3. Dès la fin du ier s. av. J.-C., la nouvelle colonie englobe la plaine de la Békaa jusqu’aux sources de l’Oronte, disloquant l’ancienne principauté ituréenne de Chalcis du Liban et privant les Mennaïdes de la charge de grand-prêtre d’Héliopolis. Désormais, le site de Baalbek fait partie du territoire très vaste de Béryte, jusqu’à ce que Septime Sévère érige Héliopolis en une colonie autonome vers 193 apr. J.-C. 4.

  • 5 Seyrig 1954c, p. 89 (AntSyr 5, p. 108).
  • 6 Voir IGLS 6, 2809 (restitution incertaine) et 2828 (γι(τονία) Μακεδώνων en 635-636 apr. J.-C.), ave (...)
  • 7 IGLS 6, 2990 (Hajjar 1977, p. 4-7, n° 1). Il est vrai qu’on y lit les groupes nominaux Διὸς ἱερῷ, « (...)
  • 8 Hajjar 1985, p. 326, et 1990b, p. 2461. Voir les remarques de l’éditeur du texte, Alexander 1967, p (...)
  • 9 Oracle de Baalbek, éd. P.J. Alexander, p. 13, l. 76-80 : Ἐν δὲ τῇ πέμπτῃ γενεᾷ ἀναστήσονται τρεῖς β (...)

4Il est probable que les colons romains ne sont pas lotis dans la Békaa autour d’une agglomération créée ex nihilo. Cependant, il reste difficile à l’heure actuelle de préciser le statut et l’aspect de Baalbek avant le début de l’époque impériale. H. Seyrig suppose qu’Héliopolis est déjà au iiie s. av. J.-C. « une ville marquante des possessions lagides, avec un culte capable d’attirer l’attention des rois » 5. En prolongeant son analyse, plusieurs auteurs tirent argument de la mention épigraphique, assurée uniquement à l’époque protobyzantine, d’un « quartier des Macédoniens » à Héliopolis pour conclure à l’existence d’un quartier urbain où des colons grecs et macédoniens se seraient groupés dès l’époque hellénistique 6. Aucun argument textuel ou archéologique ne vient étayer (ni infirmer) ces conjectures. L’installation de colons grecs et macédoniens à Baalbek reste entièrement hypothétique : il est vrai que la présence des forteresses lagides de Brochoi (non localisée) et de Gerrha (Majdel Aanjar, 70) dans la partie méridionale de la Békaa assure l’occupation de la plaine par les troupes des Ptolémées, puis par celles des Séleucides, mais le nom du « quartier des Macédoniens » à Baalbek pourrait renvoyer à une époque plus récente que celle de la colonisation grecque et provenir de celui de la Ve légion Macedonica, dont sont issus une partie des vétérans lotis sur le territoire de Béryte sous Auguste. La seule inscription d’époque hellénistique découverte à Baalbek consiste en cinq fragments d’une dalle de calcaire portant un texte daté du ier s. av. J.-C. selon des critères paléographiques. Elle se trouve dans un état si lacunaire qu’il paraît difficile de la considérer comme la preuve d’une faveur royale envers le sanctuaire de Zeus à Héliopolis 7. En dehors de ce document non négligeable, mais isolé et d’interprétation délicate, Y. Hajjar allègue un recueil prophétique chrétien pour en tirer des informations concernant les relations entre Baalbek et les Séleucides. Composé au ive s. apr. J.-C., l’original de ce recueil se présente comme un oracle sibyllin. Il subsiste dans une version remaniée par un auteur vivant dans les environs de Baalbek entre 502 et 506 apr. J.-C., sous le règne d’Anastase (491-518) 8. Un extrait évoque la construction des sanctuaires de Baalbek et des autels du Liban 9 :

À la cinquième génération, trois rois se dresseront, Antiochos, Tibère et Gaius, et ils seront les auteurs de nombreuses persécutions à cause de celui qui fut crucifié sur le bois de la croix. Et ils élèveront les temples d’Héliopolis et les autels du Liban ; et les temples de cette cité tout à fait grands et de bel aspect surpassent ceux de tout temple de la terre habitée.

  • 10 IGLS 7, 4028, avec Rigsby 1980a, p. 248-254, et 1996, p. 504-511.
  • 11 Debord 1997, pour les huit ou neuf Hiérapolis de l’Orient hellénisé. Plus généralement, sur le pass (...)
  • 12 La première mention du toponyme libanais apparaît chez Strabon, Géographie 16, 2, 10. Debord 1997, (...)
  • 13 Personne ne relève le paradoxe de la situation des deux Héliopolis d’Égypte et du Liban. À l’époque (...)

5Il n’y a sans doute rien à tirer de l’allusion aux rois Antiochos, Tibère et Gaius (Caligula) pour ce qui concerne la chronologie des travaux réalisés à Baalbek aux époques hellénistique et romaine. Rien n’assure par ailleurs, dans l’état de nos connaissances, que les Séleucides aient eu un rôle dans l’aménagement du site. L’exemple d’Hosn Souleiman-Baetocécé montre du reste que les sanctuaires ruraux du Proche-Orient peuvent attirer l’attention des souverains hellénistiques sans pour autant bénéficier d’aucune aide matérielle ni d’aucun privilège politique 10. À propos de Baalbek, on ne dispose pas encore des données nécessaires pour conclure, comme on le fait pour Baetocécé, que l’importance du sanctuaire lui aurait valu de recevoir des privilèges économiques, ou, comme on l’écrit au sujet de celui d’Atargatis à Hiérapolis de Syrie (Membij) 11, qu’il aurait été autonome sous la direction d’un grand-prêtre élu annuellement, avant de passer du statut de sanctuaire-État à celui d’une cité grecque. Enfin, l’attribution du prestigieux nom égyptien Ἡλιούπολις au site de Baalbek ne garantit aucunement que Baalbek ait le statut d’une cité à l’époque hellénistique 12 : tout comme l’Héliopolis d’Égypte, qui n’a jamais été une cité, l’Héliopolis libanaise pourrait correspondre à une agglomération associée à un sanctuaire renommé dont le culte aurait un caractère solaire 13.

  • 14 Sur la ville romaine et protobyzantine : Wiegand 1921 et 1923 ; IGLS 6 ; Ragette 1980, p. 63-71 ; R (...)

6Les travaux archéologiques menés dans la cour du grand sanctuaire héliopolitain rendent néanmoins plausible l’hypothèse selon laquelle Baalbek serait le site d’une agglomération avant le début de l’époque impériale. En effet, un tell a été reconnu sous le pavement de la cour du grand temple et un sondage profond a abouti au dégagement de bâtiments dans des niveaux d’occupation antérieurs au début de l’Empire. Sur le tell, il n’est pas exclu que le sanctuaire mentionné par l’inscription grecque citée plus haut ait pris une forme monumentale à l’époque hellénistique (54 A). Au ier s. av. J.-C., les dynastes de Chalcis du Liban auraient eu la haute main sur ce lieu de culte autour duquel une communauté s’était peut-être déjà agrégée. Ni le statut ni l’aspect du site ne peuvent être déterminés. En revanche, il est certain que les travaux entrepris à l’intérieur et autour du sanctuaire à partir de l’époque augustéenne aboutissent par étapes à l’urbanisation de Baalbek 14.

  • 15 « Par qui furent construits les temples de Baalbek ? » À cette « question héliopolitaine », Seyrig (...)
  • 16 Wiegand 1921, p. 77, 100, 104, pour l’emploi du granite rose à Baalbek. Seyrig 1961a, p. 118-125 (1 (...)

7Sans qu’il soit nécessaire de retracer ici l’histoire des sanctuaires héliopolitains dans le détail (54), il suffit de rappeler que le projet initial du grand temple romain remonte sans doute à la période d’installation des colons de Béryte dans la Békaa. Certes, ce programme ambitieux est finalement abandonné et le podium du temple est ramené à des dimensions plus réduites que celles qui avaient été prévues au départ, mais, comme le remarque H. Seyrig, l’aménagement du sanctuaire héliopolitain dépasse encore de loin les possiblités financières d’une ville et même de la province syrienne entière, de sorte que le chantier de Baalbek mérite pleinement le qualificatif d’impérial 15. En particulier, Rome seule peut assumer le coût et le transport vers la Békaa des cent quatre-vingt-six colonnes de granite rose extraites des carrières impériales de Syène (Assouan) pour orner les propylées, les portiques de la grande cour, de la cour hexagonale et de leurs exèdres 16. La nature et l’ampleur des travaux entrepris à Baalbek impliquent donc la participation de l’Empire romain à l’urbanisation du site et à la construction de l’un des plus grands sanctuaires du monde romain. En revanche, à Arca-Césarée du Liban et à Césarée-Panéas, c’est à des provinciaux et non à Rome que revient l’initiative de la construction civile et religieuse.

Les princes bâtisseurs d’Arca

  • 17 Thalmann 1978, 1990, 2000 et 2006. Pour la tradition littéraire sur Arca, voir Starcky 1971-1972.
  • 18 Honigmann 1953, p. 123-124 ; Durand 1997, nos 51-52. Les listes épiscopales du synode d’Antioche co (...)

8À l’époque où les Ituréens investissent la plaine du Akkar, Arca (4) a déjà une longue histoire. Les résultats de la mission française de Tell Arqa confirment l’importance de la ville au Bronze ancien et au Bronze moyen 17. On sait aussi qu’une cité grecque a été fondée à Arca bien avant que le pouvoir ituréen s’affirme dans la région, les archives de Zénon attestant ici l’existence d’une Héraclée de Phénicie au milieu du iiie s. av. J.-C., et que cette cité intéresse les Lagides, un de leurs fonctionnaires y étant présent vers 258 av. J.-C. 18. L’aspect qu’a pu avoir l’agglomération au cours de l’époque hellénistique est encore inconnu dans l’état actuel de la documentation.

  • 19 Sur les villes d’Asie qui ont ajouté à leur nom celui de Caesarea, « en l’honneur et avec la permis (...)
  • 20 Aliquot 1999-2003, p. 239-241, 264-265.

9À l’époque augustéenne, Arca est probablement favorisée par le loyalisme des dynastes ituréens du Liban-Nord envers les Romains. Son statut civique n’est de nouveau attesté qu’à partir du iie s. apr. J.-C., mais son nouveau nom, Caesarea, révèle que sa promotion remonte aux premiers Césars. La refondation d’Arca serait ainsi contemporaine de celle de Césarée maritime (Palestine), Césarée de Philippe (Panéas), Césarée de Maurétanie (Cherchell) et Césarée-Tralles, toutes refondées en l’honneur d’Auguste, et de celle de Césarées anatoliennes refondées en l’honneur de Tibère 19. Le fait que des princes clients soient à l’origine de ces fondations en Syrie, ainsi que les options politiques procésariennes du prince du Liban-Nord Ptolémaios et le nom de la ville sous les Sévères (Caesarea Ituraeorum), sont des arguments en faveur de l’hypothèse selon laquelle la refondation de Césarée du Liban ne résulterait pas de l’émancipation de la ville de la tutelle princière à la fin du ier s. apr. J.-C., mais plutôt qu’elle serait l’œuvre des Ituréens du Liban-Nord, au début de l’époque impériale 20.

  • 21 Thalmann 2000, p. 13.
  • 22 Macrobe, Saturnales 1, 21, 1.

10Avant que la ville basse s’étende dans la plaine du Akkar, sous les Antonins et les Sévères, les hommes auraient d’abord investi la terrasse située immédiatement au nord du tell à partir de la fin du ier s. av. J.-C. ou du début du ier s. apr. J.-C., tandis que le tell lui-même, autrefois occupé par un village, aurait été abandonné aux dieux 21. Le tell n’aurait conservé sous l’Empire romain que la fonction d’une acropole religieuse, jusqu’aux travaux de défense du site à la fin de l’époque protobyzantine. Les colonnes de granite qui ont roulé sur son versant sud-est proviendraient du temple de la déesse tutélaire de la ville, la Vénus Architis connue de Macrobe 22, qui figure sur les monnaies d’Arca. La ville gagne du terrain en contrebas et se dote d’un stade et d’un centre monumental, à proximité du croisement des deux grands axes urbains.

  • 23 Starcky 1971-1972, p. 110-112 ; Thalmann 2000, p. 13-14.

11La chronologie de ces aménagements est incertaine, car les travaux archéologiques effectués sur le site se sont surtout concentrés sur le tell et sur les niveaux de l’âge du Bronze. En outre, sur le tell lui-même, la localisation hypothétique du temple de Vénus sous les vestiges du château médiéval n’est pas assurée. Quoi qu’il en soit, il semble probable que la ville ait tiré parti de sa situation favorable dans la plaine du Akkar dès l’époque où la principauté dont elle constitue le chef-lieu est contrôlée par les dynastes ituréens du Liban-Nord avant de passer aux mains de l’Hérodien Agrippa II. Pour la suite, on est fondé à suivre J. Starcky et J.-P. Thalmann lorsqu’ils présument, non sans une certaine vraisemblance étant donné les liens de la dynastie sévérienne avec Arca, dont Sévère Alexandre était natif, que l’époque des Sévères correspondrait à un moment où la ville a pu s’attirer les faveurs impériales 23.

Les Hérodiens à Panéas

  • 24 Flavius Josèphe, Guerre juive 1, 404, et Antiquités juives 15, 363-364.
  • 25 Sur l’ère de Césarée-Panéas, dont le début ne coïncide pas avec celui de l’ère personnelle de Phili (...)
  • 26 Au revers d’un bronze frappé à Panéas en l’an 34 de Philippe (soit 30-31 apr. J.-C.), on lit ἐπὶ Φι (...)
  • 27 Flavius Josèphe, Antiquités juives 18, 6.
  • 28 Flavius Josèphe, Guerre juive 3, 509-513 : Μέση δ᾿ ὑπὸ τοῦ Ἰορδάνου τέμνεται. Καὶ δοκεῖ μὲν Ἰορδάνο (...)

12Dans le cas de Panéas (119), les témoignages textuels et archéologiques permettent d’être plus précis. Le développement urbain que l’on peut observer aujourd’hui autour du Panion hellénistique est assurément le fait d’Hérode le Grand et de ses héritiers. Tout comme à Baalbek, la construction religieuse se trouve au cœur des projets d’aménagement du site à partir de l’époque augustéenne. Dans deux passages parallèles, Flavius Josèphe rappelle qu’Hérode a fait construire un temple du culte impérial au Panion pour remercier Auguste de lui avoir fait don de territoires confisqués à Zénodore de Chalcis 24. Peu après avoir récupéré une partie des territoires de son père avec le titre de tétrarque, le fils d’Hérode, Philippe, fonde une cité à Panéas sous le nom de Césarée. L’ère municipale de Césarée-Panéas débute en l’an 2 av. J.-C., ce qui indique que la fondation de la ville intervient sous Auguste 25. Le tétrarque ne se contente pas à Panéas d’une fondation nominale : dans la ville qu’il aménage avant d’en faire la capitale de ses domaines en Syrie, il ouvre un atelier monétaire destiné à produire ses propres monnaies 26, puis celles de ses successeurs au ier s. apr. J.-C. et enfin celles de la cité aux siècles suivants. Philippe est loué par ailleurs pour avoir gouverné ses domaines avec tempérance et pour y avoir rendu la justice avec équité 27. Une légende relative à son activité à Panéas confirme la respectabilité proverbiale du tétrarque. Philippe paraît en effet avoir joui d’un grand crédit auprès de ses contemporains pour leur avoir révélé, preuves à l’appui, la véritable origine du Jourdain. L’histoire de cette découverte a trouvé créance chez Flavius Josèphe, qui la rapporte au cours d’une digression sur le lac de Tibériade (Gennésar) 28 :

Le milieu (du lac) est coupé par le Jourdain. La source du Jourdain semble être le Panion, mais le fleuve y est amené sous la terre depuis la source appelée Phialé : celle-ci se trouve en montant vers la Trachonitide, à cent vingt stades de Césarée, non loin de la route, à main droite. Au sens étymologique, la Phialé tire son nom de sa configuration, car c’est un lac de forme circulaire ; l’eau y subsiste toujours jusqu’au bord des lèvres sans jamais sombrer ni déborder. Alors qu’on l’ignorait jusqu’à présent, la preuve que le Jourdain y prend sa source a été apportée par Philippe, tétrarque des Trachonites : ayant jeté des fétus de paille dans la Phialé, il les trouva restitués au Panion, où les anciens croyaient que le fleuve prenait naissance.

  • 29 Abel 1933-1938, 1, p. 489-490, pour la localisation du lac Phialé, avec une photo, pl. 13, 1.
  • 30 Eusèbe de Césarée, Histoire ecclésiastique 7, 17, fait allusion au rite hydromantique de la source. (...)
  • 31 À l’origine, sans doute pour la distinguer des cités homonymes de l’Orient romain : Matthieu 16, 13 (...)

13Sa forme circulaire et sa situation au nord-est de Banias permettent d’identifier le cratère éteint de Birket er-Ran au lac Phialé 29. L’invraisemblable substitution de cette cuvette volcanique périodiquement remplie d’eaux stagnantes à la source claire du Panion importe peu par rapport à la fonction de la légende : la quête des origines du fleuve, lieu commun de la littérature hydrographique ancienne, s’apparente ici à un acte rituel par lequel le tétrarque Philippe met sa bonne foi à l’épreuve des eaux qui jaillissent en contrebas du sanctuaire principal de la cité 30. Le nom grec du lac, Φιάλη, qui désigne habituellement une coupe utilisée pour boire ou pour faire une libation, renforce la connotation religieuse du récit. Ainsi, dût la tradition des Anciens en pâtir, l’instrumentalisation rituelle d’un élément du paysage impose l’image du prince pieux et juste. On comprend que le nom de Philippe soit resté attaché à celui de la ville longtemps après que les apôtres du Christ et Flavius Josèphe ont mentionné la « Césarée de Philippe » 31.

  • 32 Flavius Josèphe, Antiquités juives 19, 335-337 (Agrippa Ier), et 20, 211-212 (Agrippa II). À Béryte (...)
  • 33 Les archéologues qui travaillent actuellement à Banias identifient le palais d’Agrippa II au vaste (...)
  • 34 Flavius Josèphe, Guerre juive 3, 514 : τοῦ μὲν οὖν Πανείου τὸ φυσικὸν κάλλος ὑπὸ τῆς βασιλικῆς προσ (...)

14Le portrait du fondateur de la cité contraste avec celui de ses successeurs dans la région, Agrippa Ier et son fils Agrippa II, dont l’attitude à l’égard des païens consiste surtout à soigner leur réputation de bienfaiteurs, notamment auprès des colons de Béryte 32. Néanmoins, à Césarée-Panéas, où Agrippa Ier n’a pu régner assez longtemps pour poursuivre l’œuvre de Philippe, Agrippa II établit sa capitale, qu’il refonde vers 60 apr. J.-C. sous le nom de Néroniade et où il réalise à son tour d’importants travaux de construction religieuse et civile 33. Bien qu’il réserve généralement à ce dernier un jugement peu favorable, Flavius Josèphe ne peut que vanter les effets de ses largesses sur le paysage sacré de Panéas : « la beauté naturelle du Panion a été ornée avec plus de soin encore par la munificence royale et parée grâce à la fortune d’Agrippa 34. » L’initiative du souverain évergète, qui s’apparente à celle des rois grecs de l’époque hellénistique, précède le développement du sanctuaire autrefois limité à la grotte de Pan, au moment où la ville s’étend en contrebas de la source.

15Pour les trois agglomérations urbaines de Baalbek, Arca et Panéas, l’époque augustéenne apparaît donc comme une période de transition et de projets. Parmi les chantiers qui s’ouvrent alors, ceux des sanctuaires civiques d’Héliopolis et de Panéas manifestent, pour le premier, la participation de Rome à l’aménagement d’un site cultuel sur le territoire d’une colonie, pour le second, l’acharnement de princes clients soucieux d’effacer leurs origines barbares en dispensant des bienfaits à l’intérieur de leurs propres domaines. Les deux modèles ne sont pas exclusifs l’un de l’autre, comme l’indiquent les relations de patronage entre les Hérodiens et les colons de Béryte.

Nouvelles époques, nouveaux territoires

16L’activité édilitaire des Hérodiens à Panéas est contemporaine d’opérations de maintien de l’ordre dans la montagne libanaise. Ce n’est qu’après la mort d’Agrippa II, à la fin du ier s. apr. J.-C., que Rome renonce à faire appel à ces princes clients et aux autres dynastes auxquels ils sont liés pour administrer directement les différents territoires de la région en coopérant avec les notables locaux. Résultant soit du succès, soit du blocage de la politique de contrôle et d’encadrement de la société locale par les princes clients, cette décision se traduit par la mise au pas définitive des montagnards libanais et par la réorganisation des territoires régionaux sous le contrôle du pouvoir impérial.

Arbitrages princiers

  • 35 Dion Cassius, Histoire romaine 59, 12, 2 : ἐν δὲ τούτῳ Σοαίμῳ μὲν τὴν τῶν Ἰτυραίων τῶν Ἀράβων, Κότυ (...)

17Un curieux épisode, rapporté par Dion Cassius, témoigne bien des hésitations de la politique romaine au Liban dans la première moitié du ier s. apr. J.-C. Il concerne la réorganisation des territoires confiés aux princes clients de Rome au début du règne de Caligula, en 38 apr. J.-C. 35 :

À la même époque, il (Caligula) gratifia Sohaimos du territoire des Arabes Ituréens, Cotys de la Petite Arménie, ainsi que d’un morceau de l’Arabie.

  • 36 Flavius Josèphe, Antiquités juives 19, 338-342.
  • 37 Aliquot 1999-2003, p. 235-236.

18Comme le montre P.-L. Gatier, il y a tout lieu de penser que la portion d’Arabie sur laquelle Cotys (IX), souverain d’Arménie Mineure d’origine thraco-pontique, règne un temps par la faveur impériale n’est autre que la principauté de Chalcis du Liban, avec ou sans l’Abilène voisine. En 41 apr. J.-C., l’empereur Claude aurait mis fin à cet épisode en remettant Chalcis aux Hérodiens, supposés plus à même d’administrer la région, en la personne d’Hérode de Chalcis (Hérode V), le frère d’Agrippa Ier. Les choix différents de Caligula et de Claude auraient été inspirés par les liens de parenté ou d’alliance entre la famille de Cotys IX et les dynasties ituréenne, émésénienne et hérodienne. Les rapports entre les princes qui ont régné tour à tour sur le Liban et sur l’Arménie sont bien connus. Le passage de Dion Cassius sur Cotys et Sohaimos, le prince ituréen du Liban-Nord, laisse supposer que les familles de ces deux princes ont partie liée dès 38 apr. J.-C. Ensuite, pour s’en tenir aux événements du milieu du ier s. apr. J.-C., vers 43 apr. J.-C., Cotys IX est présent à Tibériade lors de la réunion organisée par Agrippa Ier, avec cinq autres princes clients, Sampsigéramos II d’Émèse, Hérode de Chalcis, Polémon II du Pont et Antiochos IV de Commagène 36. Enfin, en 54 apr. J.-C., Néron attribue le royaume d’Arménie Mineure à Aristobule III, le fils d’Hérode de Chalcis 37.

  • 38 Bel & Gatier 2008, p. 74 et 102-103, n° 15, fig. 25, cf. Feissel, Bull. ép. 2009, 513 (corrections (...)

19Cette parenthèse arménienne, en dépit de son caractère éphémère, laisse des traces remarquables dans la toponymie et dans les cultes du Liban sous l’Empire romain. Une main votive en bronze, dont l’origine précise est inconnue, mais qui appartient à un groupe de petits monuments caractéristiques de la Békaa, porte la dédicace suivante, répétée dans sa paume et sur son poignet 38 :

Barbélos fils de Sthargonos, du Domaine arménien, a dédié (ceci) au seigneur dieu Arménien qui exauce, à ses frais, en ex-voto, joie, santé !

20Le Domaine ou Champ arménien (ἀγρὸς Ἀρμένιος), dont le dédicant se dit originaire, doit sans doute être recherché au Liban. Tout comme le nom du dieu Arménien, inconnu par ailleurs, le nom de ce village peut être considéré comme un souvenir de la présence arménienne dans la région.

  • 39 Dédicace d’une statue au seigneur Hérode, découverte à et-Tell, près de Mnin, 76, dans le Qalamoun. (...)
  • 40 Rey-Coquais 1999b, p. 638-640, n° 6, cf. Aliquot 2002, p. 245 (ὑπὲρ τῆς σωτηρίας Μάρκου Ἰουλίου Ἀγρ (...)
  • 41 Rostovtseff 1928, p. 213 (SEG 7, 216) ([ἐπὶ βασι]λέος μεγάλου Μάρκου Ἰου[λίου Ἀγρί]ππα τοῦ ἐγ μεγάλ (...)
  • 42 Voir infra, chapitre 4 ([ἔτο]υς ιʹ τοῦ κὲ ι[εʹ Ἀγρίππ]α τοῦ κυρίου).
  • 43 Flavius Josèphe, Guerre juive 1, 328 ; Antiquités juives 14, 351.
  • 44 Flavius Josèphe, Antiquités juives 15, 185 et 204-229.
  • 45 Flavius Josèphe, Antiquités juives 19, 336-337.
  • 46 Flavius Josèphe, Guerre juive 2, 481-483 ; Autobiographie 48-53.
  • 47 Voir chapitre 3.

21Avec l’accord de Rome, les Hérodiens récupèrent au Liban la plupart des territoires ayant appartenu aux Ituréens. Des inscriptions témoignent de leur domination sur le Mont Liban et dans l’Antiliban. Elles consistent en des dédicaces qui leur sont directement adressées (et-Tell 39) ou qui sont formulées pour leur salut (Qalaat Faqra, 31 40) ou encore datées sous leur règne (Halboun, 77* 41, peut-être Maad, 14 42). Au sein de leurs territoires, les Hérodiens supervisent des opérations de maintien de l’ordre, parfois après avoir enrôlé des montagnards libanais. Hérode le Grand lève déjà huit cents soldats dans la région sous le règne d’Auguste 43. Il bénéficie du soutien de notables locaux, y compris parmi les Ituréens. Deux passages de Flavius Josèphe révèlent qu’il peut compter sur un Ituréen du nom de Sohaimos, à qui il confie le gouvernement d’un district (μεριδαρχία) de son royaume, vers l’an 30 av. J.-C. 44. Sous Agrippa Ier, les mille quatre cents « malfaiteurs » (κακούργους) offerts en spectacle à l’amphithéâtre de Béryte sont peut-être le fruit de la lutte contre le brigandage 45. Dans le même temps, certains Ituréens ont pu se reconvertir en proposant leurs services aux dynastes promus par Rome : lorsqu’en 53 apr. J.-C., la tétrarchie ituréenne du Liban-Nord passe aux mains d’Agrippa II, son ancien titulaire entre pour un temps au service de l’Hérodien 46. C’est peut-être dans ce contexte que certains notables se voient attribuer la citoyenneté romaine, en particulier ceux qui portent le gentilice Iulius, tout comme Agrippa Ier et Agrippa II 47.

  • 48 L’un des deux fragments du texte est aujourd’hui conservé dans une annexe de l’église Notre-Dame de (...)
  • 49 Clermont-Ganneau 1906 ; IGLS 5, 2707, avec des modifications aux l. 2, 4, 7 et 10, cf. Will 1983, p (...)

22Les Hérodiens interviennent aussi dans des querelles villageoises portant sur la gestion des sanctuaires de la région. Une inscription de Yabroud (72*), dans le Qalamoun, illustre le rôle d’arbitre qu’ils assument alors. Gravée sur deux blocs de calcaire découverts dans une maison du village, elle provient sans doute d’un sanctuaire, peut-être celui dont les blocs sont remployés dans la cathédrale melkite Saints-Constantin-et-Hélène. C. Clermont-Ganneau, le premier, en a dégagé le sens général, avant que R. Mouterde propose plusieurs modifications et compléments. Cette inscription mériterait aujourd’hui un nouvel examen 48. Elle est ici présentée de manière provisoire, en tenant compte des divergences entre les deux éditions 49 :

Le roi Agrippa fils du roi Agrippa, grand roi ami de César, pieux, ami des Romains, a dit : attendu que Samsigéramos fils de S… et que, n’ayant pris en considération aucun de leurs cultes et de leurs droits (?), il a accaparé le sacerdoce, lui qui pendant quarante-cinq ans, dit-on, … a pillé…, transgressant des serments prononcés par son frère …phas, établissant (?) de grands abus (?)… ; ayant l’intention de transgresser ces serments (ou d’autres encore), il est demeuré chez eux ; de la même manière, (attendu que)… fils de Mambogaios (?) sur le domaine (?) de Zibbaios… se sont plaints qu’après avoir causé en trente ans un dommage de trois cents talents lorsqu’il a déposé le sacerdoce, il a gardé tout ce que… à tous ceux qui étaient en compte et en justes droits d’intérêts… ; Lysanias fils de T…, attestant (?) que selon ses malversations (?) il demeure accusé d’impiété : j’ordonne que Samsigéramos fils de S… restitue tous les biens qu’il a conservés dans tout le… depuis la remise des fonctions susdite et qu’il soit chargé des dépenses qu’ont engagées ensemble les plaignants.

  • 50 Clermont-Ganneau 1906, p. 74-75.

23C. Clermont-Ganneau a eu le mérite de reconnaître dans ce texte lacunaire « un édit du roi Agrippa II, rendu à la requête d’une partie plaignante, contre un autre personnage, probablement Samsigeramos fils de S…, qui, ayant accaparé le pouvoir sacerdotal pendant de longues années […] avait profité de la situation pour dilapider les fonds du trésor sacré et se livrer à des exactions de tout genre au détriment de divers particuliers 50. » Selon lui, le rapport entre la durée de trente ans et l’évaluation du dommage causé par Samsigéramos à hauteur de trois cents talents indique que l’accusé a détourné les revenus fixes du sanctuaire.

  • 51 Clermont-Ganneau 1906, p. 75.

24Suivant les restitutions qu’ils proposent, les éditeurs divergent notablement à propos de l’identité des plaignants. C. Clermont-Ganneau suppose que Samsigéramos, « dénoncé par ses parents eux-mêmes, premières victimes de sa cupidité criminelle, […] est convaincu de parjure et de sacrilège et forcé de rendre gorge, sans préjudice peut-être de peines plus graves que nous ignorons » 51. Pour sa part, R. Mouterde conjecture l’existence de trois plaintes distinctes à l’origine du jugement rendu par Agrippa II. Selon lui, ce sont les gens de Yabroud, tout d’abord, qui se plaignent de ce que Samsigéramos n’a pas tenu compte de leur religion et de leurs droits. Ensuite, une seconde plainte serait introduite : des individus, qu’ils soient gens de Yabroud ou non, avaient droit à des revenus fixes sur les biens du temple local ; Samsigéramos les a lésés en accaparant ces revenus à sa sortie de charge. Enfin, un certain Lysanias serait le troisième accusateur à poursuivre le prêtre impie, à une époque qui pourrait éventuellement être antérieure à celle des deux autres accusations.

  • 52 Clermont-Ganneau 1906, p. 75.
  • 53 Rey-Coquais 1994b, p. 46.
  • 54 Will 1983, p. 145, avec la n. 23.

25Il est difficile de préciser à quel moment l’affaire est portée à l’attention du roi par les plaignants. La découverte de l’édit à Yabroud indique que cette localité, tout comme celle de Halboun (77*), fait partie des territoires d’Agrippa II : on admet généralement que le district lui aurait été concédé en 53 apr. J.-C. par l’empereur Claude, en même temps que la tétrarchie abilénienne ; selon C. Clermont-Ganneau, le premier auteur à avoir exprimé cette idée, « il se peut que Iabruda ait appartenu à la tétrarchie de Lysanias d’Abilène, octroyée à Agrippa II par Claude en 53 apr. J.-C. et que ce soit à ce moment que l’affaire ait été évoquée par les intéressés » 52. L’absence d’autres documents venant confirmer l’hypothèse de l’appartenance territoriale de Yabroud à l’Abilène ouvre la voie à des spéculations diverses proposées soit en complément (R. Mouterde), soit en opposition (E. Will) à C. Clermont-Ganneau. En partant du constat que le prêtre prévaricateur porte un nom récurrent chez les dynastes d’Émèse, R. Mouterde suppose qu’il est apparenté à ces derniers et que Yabroud a dépendu des Sampsigéramides avant d’échoir aux Hérodiens : cette hypothèse semble d’autant plus incertaine que d’autres attestations du nom Σαμσιγεραμος ne paraissent pas liées de manière évidente aux Sampsigéramides à Émèse même et à Maaloula 53. Selon E. Will, la titulature d’Agrippa II fournit un renseignement qui aurait échappé aux différents éditeurs de l’inscription : si celle-ci débute par βασιλεὺς Ἀγρίππας, et non par un protocole plus développé tel βασιλεὺς μέγας Ἀγρίππας, c’est parce que le souverain hérodien commence sa carrière comme simple roi de Chalcis, en 48 apr. J.-C. Il serait donc « permis de penser que le petit royaume de Chalcis ne donnait à Agrippa II que le titre de βασιλεύς ou de rex et qu’il est devenu rex magnus à l’exemple de son père, le jour où il a régné sur plusieurs tétrarchies » 54. En conséquence, il faudrait dater l’édit entre le moment où le royaume de Chalcis du Liban est attribué à Agrippa II, entre 48 et 50 apr. J.-C., et le moment où il revient à Rome, en 53 apr. J.-C., en échange des trois districts hauranais, de la tétrarchie d’Abila et de celle d’Arca.

  • 55 Clermont-Ganneau 1906, p. 72.

26Quelle que soit l’hypothèse retenue, l’édit de Yabroud remonte au milieu ou à la seconde moitié du ier s. apr. J.-C. Comme l’usurpation locale de Samsigéramos a duré quarante-cinq ans, il faut la mettre en relation avec les troubles qui suivent le partage des territoires d’Hérode le Grand après sa mort, survenue en 4 av. J.-C. À cette époque, le changement de maître a dû s’accompagner d’un remaniement sacerdotal. Plus tard, l’intervention d’Agrippa II dans les affaires locales est sans doute liée à la politique musclée menée par les souverains hérodiens au Liban et dans le Hauran. C. Clermont-Ganneau l’a pressenti en cherchant à expliquer la différence entre le temps des prévarications de Samsigéramos (trente ans) et celui du sacerdoce (quarante-cinq ans) ; cette différence « pourrait donner à croire qu’il s’agit ici d’une série d’actes distincts, commis à la suite de l’usurpation ultérieure de quelque autre pouvoir, peut-être de l’ordre civil ou judiciaire » 55. À Yabroud, cependant, Agrippa II applique une stratégie sensiblement différente de celle qu’ont connue le Léja ou la Batanée, objets d’un quadrillage militaire peut-être doublé d’une colonisation agricole : il ordonne la réparation des torts causés par le prêtre. En contribuant ainsi à éradiquer les autonomismes locaux, le prince client de Rome poursuit la politique de ses prédécesseurs, finalement sanctionnée par l’annexion progressive de son royaume, à la fin du ier s. apr. J.-C.

La marque de Rome dans la montagne libanaise

27En dehors des territoires coloniaux de Béryte et d’Héliopolis, l’épigraphie latine de la montagne libanaise comprend un groupe important de textes portant la marque de Rome. Le dossier se compose de deux types d’inscriptions : les unes commémorent la réalisation de travaux avec le concours des autorités romaines ; les autres ressortissent à la délimitation de territoires, à la suite d’opérations d’arpentage supervisées par des magistrats romains. Tous ces textes peuvent être considérés comme les indices de la mise en valeur du milieu montagnard. En outre, le fait que la plupart ont été retrouvés dans les zones ayant appartenu aux princes clients est révélateur du besoin, éprouvé par les autorités romaines après l’abandon du système de gouvernement indirect, de quadriller et de redéfinir les territoires libanais.

  • 56 IGLS 6, 2968-2969 : Ner(o) Aug(ustus) Caesar imp(erator). Ces textes datent des trois dernières ann (...)
  • 57 Pline l’Ancien, Histoire naturelle 5, 74, décrit cette situation lorsqu’il évoque les tétrarchies d (...)

28Les témoins épigraphiques de la réorganisation des territoires régionaux sont d’abord attestés dans un secteur de l’Antiliban constituant la frontière naturelle et historique entre le territoire colonial de Béryte, dans la Békaa, et la Damascène. Sur les hauteurs qui surplombent le village moderne de Nébi Chit (63), où se trouvent les ruines d’un temple romain, plusieurs rochers portent des inscriptions latines au nom de Néron 56. Ces textes sont repérables en divers endroits : tout d’abord entre Yafoufa et Zébédani, à l’entrée du Ouadi Sounkiyé, au bord d’une voie de passage menant de Baalbek à Damas, puis au sud de Nébi Chit, sur la route Yanta-Zébédani, et enfin à l’est/sud-est de Nébi Chit, au sommet d’une crête rocheuse qui couronne le premier chaînon de l’Antiliban. Les inscriptions latines au nom de Néron pourraient ainsi marquer soit la limite d’un domaine impérial, soit celle de la province syrienne, aux confins de la tétrarchie voisine d’Abilène, alors aux mains d’Agrippa II. Quelle que soit l’hypothèse retenue, la mention de l’empereur souligne clairement le caractère frontalier de la région, à l’époque où la province romaine de Syrie est encore entrecoupée par les terres du souverain hérodien 57.

  • 58 CIL 3, 199-201 (textes répétés à une vingtaine de mètres d’intervalle sur la paroi rocheuse qui lon (...)

29Lorsqu’Agrippa II meurt à la fin du ier s. apr. J.-C., Abila et la haute vallée du Nahr Barada sont annexées à la province. Plusieurs indices attestent la participation des autorités romaines à l’aménagement de la région. Deux inscriptions latines gravées dans le roc qui surplombe le Barada d’une trentaine de mètres, à l’endroit où la vallée se referme sur un verrou, montrent en effet que, sous Marc Aurèle et Lucius Vérus, entre 163 et 165 apr. J.-C., le légat propréteur de la province fait rétablir la route qui avait été coupée par un débordement du fleuve. Toutefois, les importants travaux entrepris par un détachement de la XVIe légion Flavia Firma restent entièrement à la charge des Abiléniens. L’inscription commémorant leur réalisation est accompagnée de la dédicace du centurion qui a formulé un vœu pour le salut des empereurs à cette occasion (fig. 14-1558 :

L’empereur César Marc Aurèle Antonin Auguste, vainqueur des Arméniens, et l’empereur César Lucius Aurélius Vérus Auguste, vainqueur des Arméniens, ont restauré, en taillant la montagne, la route arrachée par la violence du fleuve, par l’intermédiaire de Julius Vérus, légat propréteur de la province de Syrie et leur ami, aux frais des Abiléniens.

Pour le salut des empereurs Augustes Antonin et Vérus, Marcus Volusius Maximus, centurion de la XVIe légion Flavia Firma, qui a présidé au travail, s’est acquitté de son vœu.

  • 59 Gschwind 2004 (relevé schématique et partiel de l’aqueduc).
  • 60 CIL 3, 179 (d’après E. Renan) et 12098 a (d’après J. Rendel Harris). On peut se faire une idée du p (...)
  • 61 CIL 3, 178.
  • 62 CIL 3, 6696.
  • 63 Yon 2009a, en particulier p. 303-306 (réfection de la route par la IIIe légion Gallica antonine, so (...)

30Il est possible que l’aqueduc dont on suit le tracé sur la rive gauche du Barada ait été financé selon les mêmes modalités 59. En dehors de l’Abilène, les autorités romaines supervisent également l’aménagement et l’entretien des réseaux routier et hydrographique dans la partie septentrionale du Mont Liban, en particulier en amont de Byblos, dans la haute vallée du Nahr Ibrahim : à l’entrée de la passe de Darjet Mar Sémaan, sur laquelle le bassin du fleuve se ferme à l’est d’Aaqoura, une inscription latine rupestre indique que l’axe de communication secondaire entre la vallée du Nahr Ibrahim et la Békaa a été aménagé sous Domitien 60 ; à Afqa (25), une autre inscription rupestre pourrait commémorer la réalisation de travaux sur les berges du fleuve 61. Les travaux visant à faciliter les communications dans la vallée se prolongent sur la côte, comme l’indique le texte qui commémore la restauration du port de Byblos par Hadrien 62. Plus au sud, entre Béryte et Byblos, l’embouchure du Lycos (Nahr el-Kelb) est un véritable lieu de mémoire, où les autorités romaines, suivant l’exemple illustre des pharaons égyptiens et des rois assyriens, font graver des inscriptions qui rappellent l’aménagement de la route côtière, entre la fin du iie s. apr. J.-C. et la fin du ive s. apr. J.-C. 63.

Fig. 14. Dédicace CIL 3, 199-201, en amont de Souk Ouadi Barada.

Fig. 14. Dédicace CIL 3, 199-201, en amont de Souk Ouadi Barada.

Photo J. Aliquot 2008.

Fig. 15. Route romaine et aqueduc en amont de Souk Ouadi Barada, vue depuis le haut-lieu de Nébi Abel (82).

Fig. 15. Route romaine et aqueduc en amont de Souk Ouadi Barada, vue depuis le haut-lieu de Nébi Abel (82).

Photo J. Aliquot 2008.

  • 64 Au corpus de J.-F. Breton, IGLS 8/3, 5001-5187, s’ajoutent les inscriptions découvertes ou redécouv (...)

31En dehors de ces exemples, l’épigraphie latine du Liban-Nord est surtout riche en textes relatifs à des opérations d’arpentage et de bornage. Les plus nombreux sont ceux qui concernent les forêts. Alors que la prudence recommande ailleurs de laisser ouverte la question de l’identification de domaines impériaux au Proche-Orient, une importante série d’inscriptions atteste ici leur existence de manière indubitable, depuis le pays d’Akroum, au nord, jusqu’au Metn, vers le sud 64. Sous le règne d’Hadrien, deux procurateurs sont chargés de mener à bien la « délimitation des forêts » (definitio silvarum) dans les zones où l’empereur se réserve les profits tirés de l’exploitation des ressources forestières (fig. 16). Si l’utilisation des forêts du Liban par les souverains perses achéménides et séleucides semble indiquer que l’opération correspond pour l’empereur à une réorganisation plutôt qu’à une acquisition nouvelle, l’ampleur et la cohérence du dossier épigraphique témoignent de la rationalisation du régime forestier après l’époque des princes clients.

Fig. 16. Inscription forestière IGLS 8/3, 5001. Musée de l’AUB.

Fig. 16. Inscription forestière IGLS 8/3, 5001. Musée de l’AUB.

Photo J. Aliquot 2008.

  • 65 J.-F. Breton ne s’attarde pas sur cet aspect de la question. On ne saurait le lui reprocher, d’auta (...)
  • 66 Notamment IGLS 8/3, cartes 5 (région de Majdel Tarchiche, 33*, et d’Aintoura, 34), 8 (sur la rive d (...)

32J.-F. Breton, l’éditeur des Inscriptions forestières d’Hadrien dans le Mont Liban, met en évidence l’adaptation remarquable du régime forestier aux contraintes du milieu montagnard et l’importance des voies de communication, dont le réseau correspond à celui des vallées qui compartimentent le relief sur le versant maritime de la montagne. On peut poursuivre son analyse en comparant la répartition des inscriptions forestières et celle des sanctuaires et des villages 65. Il apparaît que l’altitude détermine en grande partie la spécialisation économique de la montagne. À l’étage de végétation qui fait la renommée du Liban, entre 1500 et 2000 m, les inscriptions forestières ne s’adressent qu’aux bergers, tandis que la délimitation des rares zones encore plantées de genévriers devient presque superflue au-delà de 2000 m. En revanche, en dessous de 1500 m, où l’homme peut disposer d’eaux abondantes et de terres plus propices à l’habitat et à la culture, la probabilité que les droits d’exploitation de la forêt soient réservés à l’empereur est plus forte qu’aux étages supérieurs. Il n’est donc pas surprenant que la majorité des inscriptions forestières ait été repérée dans cette zone où s’imposait le besoin de définir la frontière entre les droits respectifs de l’empereur, des cités, des villages et des dieux. On peut poser la question de la nature du domaine qu’elles délimitent. Les inscriptions forestières insistent tout particulièrement sur la distinction entre les quatre essences dont l’empereur est le seul usufruitier et celles qui sont aussi à la disposition des particuliers. L’empereur n’apparaît donc pas comme un propriétaire foncier, mais plutôt comme l’usager privilégié de certaines ressources naturelles dans la montagne. Dans la plupart des cas, du reste, la propriété privée semble préservée, car les textes régissant l’exploitation des massifs protégés se concentrent à la périphérie des zones réservées aux temples, à l’habitat et à l’agriculture 66. On constate aussi qu’ils ne constituent plus les seuls témoignages épigraphiques sur la cadastration de la montagne sous le contrôle de Rome, puisqu’une autre série d’inscriptions latines concerne les terres des villages et des sanctuaires.

  • 67 Ces témoignages sont examinés infra, chapitre 3.
  • 68 Strabon, Géographie 16, 2, 18.
  • 69 Pline l’Ancien, Histoire naturelle 5, 78.
  • 70 Renan 1864-1874, p. 148-150, avec la lecture de T. Mommsen reprise dans le CIL 3, 183 (ILS 5974) ; (...)

33Sans qu’il soit nécessaire de lister ici tous les textes relatifs au bornage des sites cultuels de la montagne 67, on peut prendre le cas de deux bourgades, celles de Gigarta et de Niha, pour illustrer les rapports entre les communautés rurales, les cités et les autorités romaines, avant, pendant et après la transition entre l’époque des princes clients et celle du gouvernement direct. Sur le versant maritime du Mont Liban, Gigarta est un ancien fortin ituréen, que Strabon appelle Gigartos et qu’il situe près de la côte 68. Sa localisation exacte continue de poser problème à l’heure actuelle, même si Pline l’Ancien assure qu’il faut la chercher entre Tripolis, au nord, et Botrys, au sud 69. C’est précisément de ce secteur que provient la seule inscription qui la mentionne. Le texte, aujourd’hui conservé au Musée du Louvre, a été découvert en remploi à Abrine, au sud du Ras ech-Chekka, et passe pour provenir du château moderne et tout proche de Mseilha. Rédigé en latin, il rappelle qu’une opération de bornage a été réalisée entre Gigarta et la cité d’Arca sous la direction d’un magistrat romain 70 :

Des frontières ont été établies entre Césarée du Liban et les Gigarténiens du vicus des Sidoniens, sur l’ordre de…, procurateur d’Auguste, par l’intermédiaire de Domitius…

34Dans leur commentaire, les premiers éditeurs du texte, T. Mommsen et E. Renan, observent justement que l’établissement de ce bornage implique que le territoire de Césarée du Liban n’est pas d’un seul tenant. La distance entre la ville et Gigarta, à peu près égale à quarante-cinq kilomètres, et la présence de deux cités dans l’intervalle qui les sépare, celles de Tripolis et d’Orthosie, permettent même de supposer que les territoires de toutes ces communautés du Liban-Nord comportent des enclaves au début de l’Empire romain. On retrouverait ainsi, à l’échelle des cités et des bourgades secondaires, la même discontinuité que celle qui prévaut à l’intérieur des territoires que Rome contrôle au cours de cette période.

  • 71 Georges de Chypre, Descriptio orbis Romani 973 (κώμη Γίγηρτα).

35Depuis la publication de l’inscription de Mseilha, D. Schlumberger et J.-P. Rey-Coquais ont posé la question du statut d’Arca, de Gigarta et du vicus des Sidoniens, en lui apportant des réponses divergentes : pour le premier, le vicus des Sidoniens serait l’un des trois quartiers de Tripolis, auquel l’administration du bourg de Gigarta aurait été confiée ; pour le second, il s’agirait d’un village relevant de la cité de Gigarta. On conviendra volontiers avec J.-P. Rey-Coquais que l’interprétation de D. Schlumberger n’est pas satisfaisante, car le texte indique sans ambiguïté que le vicus des Sidoniens dépend de Gigarta et non l’inverse. Cependant, on peut également lui objecter que Gigarta ne semble jamais avoir accédé au statut de cité, même à l’époque protobyzantine. Dans l’Antiquité tardive, Georges de Chypre la présente encore comme un village 71. Il faut donc se résoudre à considérer Gigarta comme une bourgade plus importante statutairement qu’un vicus et inférieure en dignité à une cité : il s’agit sans doute du chef-lieu d’un canton plus ou moins éclaté, castellum ou pagus, comprenant un ou plusieurs vici, dont celui dit « des Sidoniens ».

  • 72 Aliquot 1999-2003, p. 264-265, ici complété.
  • 73 Sartre 2003, p. 548 et 553.

36Sous l’Empire romain, les autorités de la province ont dû être sollicitées pour régler une querelle territoriale entre le canton de Gigarta et la cité d’Arca. L’usage du latin dans l’inscription de Mseilha pourrait indiquer que cet événement est survenu à une date assez haute, dans le courant du ier s. apr. J.-C. L’intervention d’un procurateur romain dans les relations entre une cité (Césarée du Liban) et une communauté qui ne jouit pas de ce statut (Gigarta) permet d’être plus affirmatif et plus précis. Une telle intervention est attendue dans le Liban-Nord au milieu du ier s. apr. J.-C. 72. En 49 apr. J.-C. au plus tard, Sohaimos, le dynaste ituréen du Liban-Nord, décède. Son ancienne principauté fait partie de la province romaine de Syrie, à l’exception d’un secteur, non localisé, qui revient à son fils Ouaros. La capitale ituréenne de Césarée du Liban a dû logiquement occuper le centre de ce secteur dévolu à un descendant de la dynastie locale, tandis que Gigarta et les anciens fortins ituréens de la région auraient été gérés par un procurateur à l’intérieur de la province. Ce cas d’administration directe d’une partie des domaines d’un prince client ne serait pas isolé. Peu de temps auparavant, une solution analogue a été adoptée en Palestine à la mort d’Agrippa Ier, en 43 ou en 44 apr. J.-C., avec la nomination d’un procurateur pour la Judée, la Samarie et l’Idumée, sans que l’on puisse en déduire l’existence d’une nouvelle province procuratorienne de Judée 73. L’expérience tentée dans le Liban-Nord se révèle pourtant aussi décevante qu’en Judée pour les Romains. L’inscription de Mseilha témoigne bien des difficultés rencontrées par le procurateur d’Auguste à cette occasion. On comprend que, dès 53 apr. J.-C., Agrippa II, prenant le tétrarque Ouaros à son service, ait reçu le secteur résiduel de l’ancienne principauté ituréenne du Liban-Nord, avec l’Abilène, en échange du royaume de Chalcis du Liban. Césarée du Liban fait désormais partie des domaines d’Agrippa II jusqu’à sa mort, puis revient à la province romaine de Syrie. Dès lors, le canton rural de Gigarta a pu être intégré soit dans un domaine impérial, soit dans le territoire de la cité la plus importante et la plus proche de cette bourgade, celle de Tripolis. La seconde hypothèse est préférable, si l’on compare la situation de Gigarta à celle de Niha.

  • 74 Le nom du pagus est connu par la dédicace IGLS 6, 2936, gravée dans un cartouche à queues d’aronde (...)
  • 75 Dans son étude de l’onomastique et des monuments de Niha, Rey-Coquais 1987, p. 198-207, met bien en (...)
  • 76 IGLS 6, 2942, que corrige implicitement Rey-Coquais 1987, p. 198.
  • 77 Rey-Coquais 1989a, p. 736.
  • 78 Jacques & Scheid 1996, p. 248-250.
  • 79 Voir les remarques nuancées de Hugoniot & Sartre 2004, p. 114-115, à propos de la situation africai (...)

37Le pagus Augustus de Niha (59), étroitement associé au vicus proche de Hosn Niha (60), occupe un vallon qui entaille les contreforts orientaux du Jabal Sannine, en bordure de la Békaa 74. Deux groupes sociaux se rencontrent ici, peut-être depuis l’époque augustéenne, comme l’indique le nom même du pagus : des citoyens romains côtoient des pérégrins qui peuvent à leur tour acquérir la citoyenneté romaine 75. Parmi les premiers, les membres de la gens Vesia se distinguent de façon remarquable ; l’un d’eux, par exemple, est questeur des colons de la colonie romaine de Béryte, Quintus Vésius Pétilianus, flamine, augure et décurion, qui habite certainement à Niha, puisqu’il s’y fait enterrer 76. Pour décrire la situation administrative du pagus, J.-P. Rey-Coquais reprend la définition d’une catégorie de cantons africains établie par H.-G. Pflaum dans son étude de la romanisation du territoire de Carthage : il reconnaît dans ce canton une subdivision territoriale de la colonie romaine qui aurait été juxtaposée à une cité pérégrine 77. Habituellement, pagi et vici sont des éléments constitutifs de la cité romaine, même si, selon les régions de l’Empire et selon les époques considérées, le rapport entre le « bourg » (vicus) et le « canton » (pagus) qui l’entoure est variable 78. Il n’y a aucune raison de considérer qu’il en irait autrement au Liban en l’absence d’argument décisif, en particulier sur le territoire des colonies romaines de Béryte et d’Héliopolis. L’analogie entre Niha et les pagi des provinces africaines est sûrement pertinente sur le plan socio-culturel, mais il est douteux que ce type de communauté mixte soit doté d’institutions autonomes, d’autant qu’il n’y a généralement pas à supposer que le cas se présente dans les autres régions de l’Empire, y compris en Afrique 79. Il est bien plus probable que le pagus Augustus et son vicus (ou ses vici) appartiennent au territoire colonial de Béryte, puis d’Héliopolis. Avec leurs villages et leurs sanctuaires, les bourgades qui occupent les petits vallons parallèles à celui de Niha, les avant-monts libanais, la Békaa et les premiers contreforts de l’Antiliban sont vraisemblablement dans la même situation.

  • 80 Comme le note Sartre 2003, p. 739 n. 18 (2005a, p. 476 n. 17), Flavius Josèphe, Guerre juive 7, 216 (...)

38Les inscriptions portant la marque de Rome dans la montagne libanaise sont encore trop peu nombreuses pour permettre de reconstituer la géographie administrative régionale dans le moindre détail. Pour autant, elles livrent des informations importantes sur la propriété du sol, l’exploitation de ses ressources naturelles et la diversité des communautés (cantons, villages, sanctuaires) qui occupent le Liban à l’issue du démembrement des principautés ituréennes et hérodiennes. En croisant les informations qu’elles fournissent avec le témoignage des inscriptions datées, il est possible d’affirmer qu’après la fin du ier s. apr. J.-C., la réorganisation de la région s’opère sous le contrôle de Rome et qu’elle repose sur le principe de la distinction entre les territoires civiques et des zones au statut administratif incertain qui pourraient faire partie de domaines impériaux 80.

La part de l’empereur, la part des cités

  • 81 Sur les questions de méthode, voir en dernier lieu Feissel 2000, qui dresse le bilan des recherches (...)

39La méthode ici mise en œuvre pour étudier la réorganisation des territoires libanais sous l’Empire romain n’a jamais été appliquée à l’ensemble de la documentation régionale. Elle n’est pas neuve pour autant : elle consiste à identifier les différents computs en usage à l’intérieur d’une région donnée avant de rapporter leur aire de diffusion à l’extension des territoires qui sont susceptibles de leur être associés ; la discussion repose principalement sur le témoignage des inscriptions datées, mais l’argument géographique ou historique peut parfois suppléer à une information déficiente 81. En l’occurrence, l’étude des systèmes chronologiques est complétée par celle de l’importante série épigraphique latine portant la marque de Rome dans la montagne libanaise.

  • 82 Novelles 47, 1 (trad. Feissel 2000, p. 65) : Εἰ δὲ καί τις παρὰ τοῖς τὴν ἑῴαν οἰκοῦσιν ἢ ἄλλοις ἀνθ (...)

40Rome n’ayant cherché à imposer ni son calendrier ni son système de datation consulaire aux provinciaux, l’usage des ères locales s’est longtemps maintenu dans l’Empire romain. À cet égard, il est révélateur que Justinien, tout en légiférant sur le principe d’une datation uniforme, tolère l’observance des computs traditionnels 82 :

Que si, chez les habitants du diocèse d’Orient ou chez d’autres, on garde l’observance des ères des cités, nous n’y sommes pas hostiles. Mais que la fonction impériale ait la première place, suivie, comme l’a dit, du consul, de l’indiction, du mois et du jour où les actes sont faits et écrits, et qu’alors on ajoute, de telle ou telle façon, l’année de la cité. Car nous ne supprimons pas un seul des éléments préexistants, mais par adjonction (du nom) de l’empereur nous donnons à la chose une importance accrue.

41Bien informé de l’attachement des habitants du diocèse d’Orient à leurs propres systèmes chronologiques, Justinien n’a pu ni même probablement voulu en abolir l’usage. L’étude des ères locales est ainsi susceptible de fournir des indications précieuses sur la géographie administrative des différentes régions du Proche-Orient, en particulier au Liban, où des séries épigraphiques attestent leur persistance jusqu’à l’époque islamique.

  • 83 Seyrig 1950, p. 34-43 (AntSyr 4, p. 101-110), sur les ères de Damas et de Tripolis ; Seyrig 1954b, (...)
  • 84 Seyrig 1950, p. 38 (AntSyr 4, p. 105).
  • 85 Mouterde 1944-1946, p. 41, à Béryte ; IGLS 6, 2953, à Karak Nouh, dans la Békaa, en 96 apr. J.-C.
  • 86 Seyrig 1962a (AntSyr 6, p. 98-100), à Ain es-Samaké ; Rey-Coquais 1982, p. 405-408, nos 9-12, à Kha (...)
  • 87 Seyrig 1962a, p. 193 (AntSyr 6, p. 100).
  • 88 L’ère séleucide est attestée à Baalbek dès le mois d’août 60 apr. J.-C. (IGLS 6, 2733), puis à nouv (...)
  • 89 D’après Rey-Coquais 1982, p. 406, n° 10, inscription commémorant la pose d’une mosaïque à Khan Khal (...)

42Les travaux classiques d’H. Seyrig sur les ères des villes syriennes montrent qu’à l’époque impériale, Arca, Orthosie (au moins à partir de 56-57 apr. J.-C.), Tripolis, Laodicée du Liban, Héliopolis et Damas emploient toutes l’ère des Séleucides, tandis que Tyr et Sidon ont chacune leur propre comput depuis la fin du iie s. av. J.-C. 83. Si les ères des villes dont les noms précèdent ne posent aucun problème d’identification et d’interprétation, tel n’est pas le cas de celles de Béryte. À la faveur du déclin des Séleucides, Béryte abandonne l’ère associée au nom de ces souverains et inaugure une ère municipale dont le début est fixé à l’automne 81 av. J.-C. 84. L’usage du comput municipal bérytien est attesté jusqu’en 29-28 av. J.-C. par les monnaies de la cité. Devenue une colonie sous Auguste, Béryte se conforme ensuite normalement à l’usage romain et date ses actes officiels par la mention des consuls 85. Cependant, les inscriptions commémorant la pose de mosaïques dans les églises d’Ain es-Samaké et de Khan Khaldé, au sud de la ville, prouvent que ses citoyens utilisent encore l’ère municipale de 81 av. J.-C. à l’époque protobyzantine 86. H. Seyrig, à qui l’on doit d’avoir établi ce fait de manière définitive, en déduit justement que l’adoption du comput romain n’a pas fait disparaître le système de datation traditionnel de la cité : selon ses propres termes, « le comput grec n’en avait pas moins subsisté dans l’usage non officiel, et ce, d’une manière si vivace, qu’il redevint l’usage officiel à l’époque chrétienne 87. » La date à laquelle Béryte serait officiellement revenue au comput municipal hellénistique n’est pas connue. Au début du règne de Septime Sévère, les représailles exercées à son encontre par le détachement d’Héliopolis pourraient constituer un événement de nature à susciter le retour à l’ère de 81 av. J.-C. Le fait que l’ère continue utilisée sur le territoire de Béryte entre la fondation de la colonie et l’avènement de Septime Sévère soit l’ère séleucide ne s’oppose pas à cette hypothèse. Si l’on rappelle qu’Héliopolis et le nord de la Békaa font alors partie du territoire de Béryte et que deux ères continues ne coexistent généralement pas sur un seul territoire civique, on peut supposer que les inscriptions datées de cette région indiquent l’usage commun du chef-lieu et de son territoire : à côté du comput romain, c’est donc l’ère séleucide et non l’ère municipale hellénistique de la ville qui subsisterait dans la colonie jusqu’en 193 apr. J.-C. 88. Il faut toutefois reconnaître l’aspect conjectural de cette interprétation, car l’usage officiel du comput hellénistique de Béryte n’est pas attesté avant janvier 506 apr. J.-C. 89. Il est également possible de supposer que le territoire de la colonie, constitué en deux étapes, est divisé en deux et que l’ère séleucide, déjà en usage chez les dynastes ituréens de Chalcis du Liban, continue de s’imposer dans la partie annexée vers 15 av. J.-C.

43Quelle que soit la solution à retenir dans le cas de Béryte, il est évident que la plupart des ères utilisées au Liban à l’époque impériale sont un héritage hellénistique. Pour réorganiser les territoires régionaux, Rome ne se contente pas de s’accommoder des traditions locales dans les cités pérégrines : elle les cultive pour se les approprier dans les zones qu’elle contrôle plus étroitement. La grande variété des usages du comput séleucide depuis la fin de l’époque hellénistique en témoigne fidèlement : le comput séleucide est utilisé par les princes ituréens au moment où les cités phéniciennes adoptent des ères pompéiennes ; sous l’Empire, il finit par revenir en usage non seulement dans la plupart de ces villes, y compris sur le territoire colonial de Béryte, mais aussi dans les régions montagnardes dont les ressources seraient exploitées pour le compte de l’empereur.

  • 90 Pour l’ère de Panéas, qui débute au premier semestre de l’an 2 av. J.-C., voir IGLS 11, p. 22-25.
  • 91 Seyrig 1954b, p. 77 (AntSyr 5, p. 96), sur les ères de Botrys.
  • 92 Seyrig 1954b, p. 73-75 (AntSyr 5, p. 92-94), avec RPC 1, p. 647-648.
  • 93 Le poids de l’an 190 est publié dans Seyrig 1954a, p. 69 (AntSyr 5, p. 88) ; pour sa datation, Seyr (...)

44Sous Auguste, trois cités pérégrines situées dans les régions autrefois dominées par les Ituréens rompent définitivement avec les usages hellénistiques. Tandis que l’ère de Panéas rappelle la fondation de la cité par le tétrarque Philippe 90, celles de Botrys et de Byblos se réfèrent au pouvoir impérial. L’ère commémorant la victoire d’Octave à Actium est encore attestée à Botrys sous les Sévères, de manière exceptionnelle au Proche-Orient 91. Il est probable que cette petite cité doive cet usage à sa plus proche voisine, Byblos. Dans son étude sur les ères de Byblos, H. Seyrig montre que la cité, après avoir utilisé successivement l’ère séleucide et une ère pompéienne au cours de l’époque hellénistique, opte au début de l’Empire pour un système de datation par année régnale des empereurs romains. Ce système, qui sera ici nommé comput impérial, est bien attesté par les monnaies de Byblos au ier s. apr. J.-C., non seulement sous Auguste, mais aussi sous Tibère, sous Claude et peut-être encore sous Néron. Cependant, l’examen des poids datés de Byblos suggère qu’il coexiste avec un système continu plus commode, selon la distinction classique entre ère de courtoisie et ère usuelle 92. Pour établir l’identification du comput continu à celui de l’ère d’Actium, on peut ajouter la remarque suivante aux observations d’H. Seyrig : si, comme il le suggère, la date d’un poids de l’an 190 doit être calculée en utilisant l’ère actienne et non une ère pompéienne, ce n’est pas seulement parce qu’on s’expliquerait mieux que la petite ville voisine de Botrys use également de cette ère, mais aussi parce qu’un autre poids de Byblos indique que la cité a abandonné toute référence à une ère pompéienne depuis Auguste 93. Depuis le début de l’Empire, Byblos utilise donc l’ère d’Actium, mais ses citoyens rendent également hommage aux empereurs régnants en utilisant le comput impérial. La cité pérégrine se distingue ainsi de ses voisines (Botrys exceptée) en faisant constamment référence au pouvoir impérial pour dater ses actes officiels.

45Par la diversité et la longévité des systèmes chronologiques qui y sont utilisés jusqu’à la fin de l’Antiquité, le Liban se prête à l’étude des frontières entre cités. Les difficultés apparaissent toutefois lorsque deux cités voisines emploient la même ère (l’ère séleucide pour Arca, Orthosie, Tripolis, Laodicée du Liban, Héliopolis et Damas, l’ère actienne pour Botrys et Byblos) ou des ères dont le point de départ est trop proche dans le temps pour que le critère des inscriptions datées soit systématiquement décisif (Tyr, Sidon, Béryte, Panéas). Elles sont encore accrues lorsque l’empereur est susceptible d’accaparer une partie des ressources naturelles à l’intérieur d’une région donnée, comme on est fondé à le supposer dans la montagne libanaise. Or, au Liban, la grande variété des usages du comput séleucide depuis la fin de l’époque hellénistique empêche de délimiter clairement des domaines impériaux d’après le seul critère des inscriptions datées. Dans les cas litigieux, les informations tirées de l’étude des bornages et des inscriptions datées doivent donc être confrontées aux données topographiques et historiques pour définir la place des villages et des sanctuaires dans la réorganisation qui s’opère sous le contrôle des autorités romaines.

  • 94 Rey-Coquais 1972, p. 94-105.
  • 95 Rey-Coquais 1972, p. 95-96 n. 6, et 1999b, p. 634 n. 15, rapproche la situation des temples libanai (...)

46Toutes les difficultés inhérentes à la reconstitution de la carte des territoires du Liban sous l’Empire se présentent dans l’étude des frontières sur le Mont Liban au nord de Béryte. Les ères qui sont attestées dans l’arrière-pays de six villes (du nord au sud, Arca, Orthosie, Tripolis, Botrys, Byblos et Béryte) appartiennent seulement à trois types : aux environs de Byblos, on utilise soit l’ère d’Actium sous Auguste (à Maad, 14), soit le comput impérial de 110 à 211-212 apr. J.-C. (à Aabeidat, cf. 16*, Blat, 22*, Machnaqa, 23, Fatqa, 28*, cf. également à Qassouba, 21), tandis que l’ère des Séleucides s’impose partout ailleurs. J.-P. Rey-Coquais, à qui l’on doit d’avoir mis ce fait en évidence dans son étude des systèmes chronologiques du Liban-Nord 94, considère que la zone où l’on utilise le comput impérial ne relèverait pas d’une cité, comme le suppose H. Seyrig, mais de l’empereur, qui aurait accaparé les anciens domaines des princes clients ituréens et hérodiens ; inversement, les zones où l’on emploie l’ère séleucide seraient passées sous l’administration provinciale. Or, si l’on compare la carte des inscriptions datées à celle des inscriptions forestières, cette théorie semble peu probante pour l’arrière-pays de Byblos, puisque les hypothétiques domaines impériaux encercleraient la ville et engloberaient des sanctuaires invariablement situés en marge des zones délimitées par les inscriptions forestières 95. En outre, l’argument sur lequel se fonde J.-P. Rey-Coquais est discutable, car l’apparent isolement chronologique des inscriptions de l’arrière-pays de Byblos pourrait simplement résulter de la rareté relative des documents épigraphiques du ier s. apr. J.-C. dans tout le Proche-Orient et de l’absence de date sur les monnaies frappées par la cité aux siècles suivants. Enfin, comme les monnaies de Byblos montrent que le comput impérial est l’un des systèmes chronologiques officiels de la ville au ier s. apr. J.-C., il est possible que les inscriptions datées reflètent la persistance de ce comput de courtoisie à Byblos au moins jusqu’au début du iiie s. apr. J.-C., à côté du système plus commode de l’ère actienne. Par conséquent, on peut proposer d’attribuer à Byblos la région délimitée par les inscriptions datées selon le comput impérial.

  • 96 De Dea Syria 8.
  • 97 Vaumas 1954, p. 55-56.

47Cette région correspondant à la mince plaine côtière et au bas pays de Byblos englobe la basse vallée du Nahr Ibrahim, dont le De Dea Syria assure qu’elle appartient au moins pour une part au territoire de la cité 96. L’observation du relief permet peut-être d’en préciser les frontières : elle serait délimitée à l’ouest par la côte méditerranéenne, au nord par la vallée du Nahr Madfoun, à l’est et au sud par le Jabal Jaje, dont les massifs perméables (Jabal Jaje, plateaux de Laqlouq, Jabal Moussa, Kesrouane) suivent une direction nord-est/sud-ouest jusqu’à la baie de Jounié 97. Au nord du Nahr Madfoun, aucun document épigraphique daté selon l’ère d’Actium ne permet d’apprécier l’étendue du territoire de Botrys. Cependant, l’usage de l’ère séleucide à Smar Jbeil et à Kfar Hay, sur les premières pentes du Mont Liban, à cinq kilomètres à peine de Botrys, indique que la ville ne domine vers l’est qu’un espace réduit au-delà de la petite plaine côtière triangulaire qu’elle occupe, tandis qu’au nord, son horizon est rapidement borné par le promontoire du Ras ech-Chekka.

  • 98 Rey-Coquais 1972, p. 102-103, ici complété.
  • 99 L’inscription qui atteste l’usage de l’ère séleucide dans la haute vallée du Nahr Ibrahim est l’épi (...)
  • 100 Les sites montagnards de cette région sont susceptibles d’appartenir aux domaines ituréens et hérod (...)
  • 101 Aux deux inscriptions forestières déjà repérées dans le Ouadi Brissa (IGLS 8/3, 5186-5187) s’ajoute (...)

48S’il met en évidence l’extension limitée des territoires de Byblos et de Botrys vers la montagne libanaise, l’usage généralisé de l’ère séleucide autour de ces deux villes empêche de fixer les frontières des cités d’Arca, d’Orthosie, de Tripolis et de Béryte d’après le seul critère des inscriptions datées. Néanmoins, le maintien du comput séleucide dans les localités cernées d’inscriptions forestières laisse supposer que les territoires civiques sont ici entrecoupés de domaines impériaux 98. Le cas le plus évident est probablement celui de la haute vallée du Nahr Ibrahim, où l’usage de l’ère des Séleucides s’oppose à celui du comput impérial en aval du seuil de Qartaba, dans la région que je propose d’attribuer au territoire de Byblos 99. Ailleurs, il n’est pas possible d’être aussi précis sur la frontière orientale des cités, mais les territoires d’Arca, d’Orthosie et de Tripolis pourraient, tout comme les territoires de Byblos et de Botrys, se réduire à la plaine côtière et aux premières pentes de la montagne (Akkar, Koura) sans pour autant confiner aux sommets de la voûte libanaise. La même incertitude se retrouve plus au sud, entre Byblos et la route moderne de Beyrouth à Damas 100, puis à nouveau sur le versant oriental de la montagne, dans la partie supérieure des avant-monts libanais, où l’ère séleucide est utilisée à côté d’inscriptions forestières 101 : les territoires coloniaux de Béryte et d’Héliopolis n’englobent pas nécessairement les zones boisées en altitude.

  • 102 Strabon, Géographie 16, 2, 19. Pour la localisation traditionnelle des sources de l’Oronte dans la (...)
  • 103 Dussaud 1927, p. 401-402 ; Rey-Coquais 1964, p. 296-301. Voir Vaumas 1954, p. 249, avec carte hydro (...)
  • 104 Je m’appuie ici sur IGLS 6, Ghadban 1981 et Rey-Coquais 1981. La zone des inscriptions datées selon (...)

49La documentation disponible permet de prendre plus sûrement la mesure des territoires de Béryte et d’Héliopolis dans la Békaa. D’après Strabon, Béryte doit au gendre d’Auguste, Marcus Vipsanius Agrippa, d’avoir reçu toute la Békaa jusqu’aux sources de l’Oronte 102. Dès la phase d’installation des colons romains dans la plaine, Béryte confine ainsi à Émèse et à Laodicée du Liban vers Hermel, où se trouvent les sources les plus abondantes. Dans les autres directions, les limites de son territoire se déduisent d’un faisceau de critères géographiques et épigraphiques. Au sud, le cours supérieur du Litani s’épanche en un lac dont la présence limite naturellement l’occupation humaine de la plaine vers le sud-ouest 103. À l’est et au sud-est, les massifs de l’Antiliban et du Jabal Chir Mansour, qui se dressent entre la Békaa, le Qalamoun et la haute vallée du Nahr Barada, marquent la frontière entre Béryte, la Damascène et l’Abilène. Enfin, la répartition des textes inscrits en latin, la langue officielle de la colonie, et la diffusion des inscriptions datées selon les ères séleucide et sidonienne confirment que le territoire colonial confine dans la Békaa méridionale à celui de Sidon au sud de Majdel Aanjar, le site de Chalcis du Liban 104. Jusqu’au détachement d’Héliopolis, survenu en 193 apr. J.-C., la colonie romaine s’étend donc sur un territoire sans commune mesure avec celui des cités du Liban-Nord. Ensuite, il est probable que la partie la plus riche de ce territoire, celle qui est située dans la Békaa, revienne entièrement à Héliopolis par la faveur de Septime Sévère.

  • 105 Pour Hiné (111), Aliquot 1999-2003, p. 195 n. 115, à propos de Flavius Josèphe, Guerre juive 2, 95.
  • 106 La querelle territoriale entre Damas et Sidon est attestée par Flavius Josèphe, Antiquités juives 1 (...)
  • 107 Pour les inscriptions de l’Hermon datées selon l’ère séleucide, voir IGLS 11, 18 (Jdeidet Yabous, 8 (...)
  • 108 Yabroud (72*) : IGLS 5, 2707, avec Will 1983, p. 145 n. 23 (1995, p. 593). Halboun (77*) : Rostovts (...)
  • 109 Honigmann 1942-1943, p. 61 : à la fin de la sixième session du concile œcuménique de Chalcédoine (4 (...)

50La délimitation de la Damascène est elle aussi compliquée par la question du sort réservé aux anciens domaines ituréens et hérodiens sous l’Empire. Sur l’Hermon, le district de Hiné semble avoir appartenu sous Auguste et Tibère à l’Ituréen Zénodore de Chalcis, puis à Philippe, le prince hérodien fondateur de Césarée-Panéas 105. Néanmoins, plusieurs indices tendent à montrer que le territoire de Damas englobe tout le versant oriental de la montagne depuis la mort de Philippe en 34 apr. J.-C. : d’une part, le fait que, sous Tibère (14-37), les Damascènes aient pu se quereller avec les Sidoniens à propos de questions frontalières implique qu’au moins une partie de l’Hermon oriental a été attribuée à Damas entre 34 et 37 apr. J.-C. 106 ; d’autre part, la diffusion de l’ère séleucide de Burqush à Arné assure que, du iie au ive s. apr. J.-C., la région ne relève pas de Césarée-Panéas, la plus proche voisine de Damas vers le sud-ouest, dont le territoire civique recouvre une partie des anciennes possessions de Philippe sur l’Hermon méridional et le Jawlan 107. Vers le nord, où les Hérodiens conservent leurs domaines plus longtemps que sur l’Hermon, l’établissement des frontières de Damas est d’autant plus conjectural que l’usage généralisé de l’ère séleucide jusqu’à l’Émésène dévalue le critère des inscriptions datées. Il est donc difficile de décider si l’Abilène, correspondant à la haute vallée du Nahr Barada, échappe ou non à Damas entre la mort d’Agrippa II, à la fin du ier s. apr. J.-C., et l’élévation d’Abila de Lysanias au rang d’une cité, survenue au plus tard avant le milieu du ve s. apr. J.-C. Ailleurs, sur les plateaux du Qalamoun, l’empereur est parfois susceptible d’accaparer personnellement d’autres secteurs. Les inscriptions de Yabroud et de Halboun datées sous Agrippa II prouvent l’appartenance de ces localités aux domaines du dernier roi hérodien, tandis que les notices de Georges de Chypre laissent supposer l’existence de domaines impériaux à Maaloula et à Yabroud 108. Cependant, ces districts ne sont pas mentionnés avant la fin du vie s. apr. J.-C. et, dans le cas de Yabroud, leur assimilation à des domaines impériaux est rendue peu probable par l’élévation de cette bourgade au rang d’une cité où un évêque suffragant de Damas siège au moins depuis 451 apr. J.-C. 109. Même si l’on manque encore d’argument positif pour trancher la question, il est probable que le Qalamoun, à l’image de l’Hermon oriental, relève de Damas depuis la fin du ier s. apr. J.-C.

  • 110 IGLS 11, 1-2 (Haloua, 89), 4 (Deir el-Aachaiyer, 105), 20, 22-26, 31, 33 (Rakhlé, 106), 35 (provena (...)
  • 111 IGLS 11, 18 (Jdeidet Yabous, 87), 36 (Burqush, 107), pour m’en tenir aux localités les plus proches (...)
  • 112 Flavius Josèphe, Guerre juive 1, 539, et Antiquités juives 16, 361, indique que les Sidoniens possè (...)
  • 113 Voir Rey-Coquais 2000, p. 816-819 (Sidon et environs) ; Kiourtzian 2002 (Zahrani) ; Alpi, Kowalski (...)
  • 114 Rey-Coquais 1977, p. 48-49, d’après Achille Tatius, Leucippé et Clitophon 2, 17, 2.
  • 115 Feissel, Bull. ép. 1987, 513, et Gatier, AE 2002, 1528. Republiant ce texte, Kiourtzian 2002, p. 24 (...)

51Au sud de Béryte commence le vaste territoire de Sidon. Vers l’est, l’usage de l’ère municipale de la cité est attesté jusqu’au nord de l’Hermon, de 60 à 418 apr. J.-C. 110. Au-delà commencent l’Abilène et la Damascène, où les inscriptions sont datées d’après l’ère séleucide 111. Cette délimitation remonte au règlement de la querelle frontalière entre Sidon et Damas sous Tibère. Vers le nord, sur la côte, le territoire de Sidon confine à celui de Béryte entre l’embouchure du Nahr ed-Damour et Khan Khaldé 112. Il englobe aussi la plaine côtière, le Chouf, le versant maritime du Jabal Barouk et du Jabal Niha, ainsi que la Békaa méridionale et le versant occidental de l’Hermon, où toutes les inscriptions datées le sont selon l’ère sidonienne 113. Vers le sud, la vallée du Nahr Zahrani marque certainement la frontière entre Sidon et Tyr : sur la côte, au sud du fleuve, le village de Sarepta (Sarafand) appartient aux Tyriens, comme le note J.-P. Rey-Coquais en se référant au roman d’Achille Tatius 114 ; en amont du fleuve, la date de la dédicace chrétienne de Nabatiyé doit sans doute être calculée selon l’ère municipale de Tyr et non selon celle de Sidon 115.

  • 116 Des publications archéologiques et épigraphiques complètent les observations de Meimaris 1992, p. 6 (...)
  • 117 Flavius Josèphe, Guerre juive 3, 35.
  • 118 Le cas de Kadesh (42) est traité par Meimaris 1992 p. 60-65, nos 1-5, et Di Segni 1997a, p. 188-198 (...)

52À l’époque romaine, Tyr dispose elle aussi d’un territoire très étendu, puisqu’il couvre le versant maritime du Liban méridional, au-delà du Nahr Zahrani 116. D’après Flavius Josèphe, le Carmel lui appartient au ier s. apr. J.-C. 117. Vers le sud, des inscriptions tardives indiquent que la frontière entre la cité phénicienne et sa voisine la plus proche, Ptolémaïs, s’établit sous l’Empire sur le cours du Nahr Gaaton, au sud de Nahariya. De manière exceptionnelle, les sources littéraires et les monuments datés attestent l’ancienneté de la domination de Tyr sur son arrière-pays montagneux : dans la seconde moitié du iie s. av. J.-C., la frontière orientale de la cité atteint le lac Houlé. À l’époque impériale, après qu’Auguste a éliminé l’Ituréen Zénodore de la région, la fondation de Césarée-Panéas empêche cependant toute expansion du territoire tyrien vers l’est 118.

  • 119 IGLS 6, 2989 (Bab Maréa) ; IGLS 11, 15 (Ain Aata, 102) et 42 (Arné, 113).
  • 120 IGLS 11, p. 22-25, pour le détail de la discussion.
  • 121 Sur les limites et les localités antiques de la Batanée, Sartre 1999, p. 220-221, et 2002, p. 218-2 (...)
  • 122 Sartre 1982, p. 48-70 ; Meimaris 1992, p. 146-304, 357-380.

53Césarée-Panéas, la ville la plus proche de Tyr vers l’est, est aussi voisine de Sidon, de Damas, d’Hippos et des territoires hauranais. D’après les inscriptions datées du sud de la Békaa et de l’Hermon, la frontière septentrionale de Panéas passe au sud d’Ain Aata et de Bab Maréa, localités sidoniennes, et d’Arné, village damascène 119. Vers le sud, Césarée-Panéas englobe tout le Jawlan septentrional jusqu’à Ashshe 120. Vers l’est, son territoire confine à la Batanée antique, qui correspond à la plaine située entre le plateau du Jawlan à l’ouest et celui de Léja à l’est 121. Cette région est administrée par les Hérodiens avant d’être annexée à la province de Syrie au iie s. apr. J.-C., puis à l’Arabie sous les Sévères. Ses inscriptions sont normalement datées par les années régnales des Hérodiens, puis par celles des empereurs et enfin d’après le calendrier provincial de l’Arabie 122. L’examen des inscriptions datées que l’on trouve de part et d’autre du Ouadi el-Rouqqad tend à confirmer que la vallée encaissée de ce cours d’eau la sépare du territoire de Panéas.

54Sur la carte des territoires du Liban sous l’Empire romain (fig. 17), la nouveauté majeure consiste donc en l’apparition d’une, puis deux colonies très étendues dans la Békaa. Ailleurs, à l’image de Tyr depuis l’époque hellénistique, Sidon, Damas et Panéas s’étendent elles aussi loin dans leur arrière-pays, mais les autres cités ne pourraient dominer qu’une région limitée aux plaines et aux premières pentes de la montagne, parce que des communautés pourraient leur échapper et que l’empereur, succédant aux princes clients, accapare peut-être des domaines en altitude, en particulier sur les versants boisés du Mont Liban. Les régions au statut administratif incertain sont généralement situées sur les hauteurs, en position d’abri, notamment dans les avant-monts libanais ou encore dans la haute vallée du Nahr Ibrahim et l’Abilène, toutes deux protégées par des anticlinaux (celui du Jabal Jaje, celui du couple formé par le Jabal Chir Mansour et le Jabal anonyme qui le prolonge au sud) qui barrent respectivement l’ensellement des hauts plateaux d’Afqa-Aaqoura et la trouée du Barada. En épousant ainsi les structures de la géographie régionale pour assurer le maintien de l’ordre, la nouvelle organisation des territoires libanais paraît conforter les relectures du paysage sacré.

Fig. 17. Les territoires du Liban sous l’Empire romain.

Fig. 17. Les territoires du Liban sous l’Empire romain.

Carte J. Aliquot 2009.

Le partage des eaux

  • 123 On ne connaît aucun récit à propos de l’Éleuthéros (Nahr el-Kébir), du Lycos (Nahr el-Kelb), du Mag (...)

55La réorganisation des territoires libanais sous le contrôle de Rome accompagne la diffusion de traditions où la sauvagerie du paysage sacré et de ses occupants est revue et corrigée, voire mise à profit par les citadins de la région. À Arca sous les Sévères, la barbarie des anciens habitants ituréens de la ville est ainsi valorisée au point que les citoyens célèbrent leur origine en faisant frapper des monnaies portant la légende latine Caesarea Ituraeorum. Les récits qui expriment le mieux ce renversement sont le fruit de l’hellénisme et des relectures grecques de la mythologie ancienne du Proche-Orient. La plupart font intervenir les fleuves originaires du Liban 123. De manière classique, ils brodent autour de deux thèmes chers aux Anciens, celui de la quête des sources du fleuve et celui de l’histoire du dieu ou du héros associé au fleuve. L’adaptation des lieux communs de la mythologie fluviale à la topographie régionale sert des intérêts divers. Lorsqu’elle dépasse les cadres géographiques et administratifs du Liban, elle est le moyen qu’ont les citadins de promouvoir leur appartenance au monde hellénisé. Inversement, lorsqu’elle démarque étroitement ces cadres, elle leur permet de rappeler leurs droits sur une portion de territoire. Cette relecture du paysage sacré ne laisse plus subsister la sauvagerie qu’aux confins des territoires civiques.

Les eaux de la cité : Byblos et l’Adonis

56L’Adonis (actuel Nahr Ibrahim) jaillit dans des régions montagneuses qui ont appartenu aux Ituréens à l’époque hellénistique et qui sont au cœur des forêts exploitées au profit de l’empereur à l’époque romaine. En aval, cependant, le fleuve irrigue le territoire civique de Byblos. Les traditions qui s’attachent au cours d’eau relèvent tantôt de la légende de fondation, tantôt de la glose expliquant le culte d’un dieu, dans le cas d’Ouranos, ou d’un héros particulièrement vénéré sur place, dans le cas d’Adonis. Telle qu’elle est rapportée dans l’Histoire phénicienne de Philon de Byblos, la légende d’Ouranos combine ces deux types de récits pour fixer la ligne d’horizon imaginaire de Byblos aux confins du paysage urbanisé. La légende locale d’Adonis, probablement formulée en grec dès l’époque hellénistique, paraît impliquer que le pays mythique de Byblos possède toujours la même extension sous l’Empire, laissant à l’écart la haute vallée du fleuve.

  • 124 Philon de Byblos, Histoire phénicienne, fr. 2, transmis par Eusèbe de Césarée, Préparation évangéli (...)

57Dans l’Histoire phénicienne, Philon de Byblos accorde une place centrale au mythe des Ouranides, dont l’argument se résume à la victoire de Cronos sur son père Ouranos. Résidant aux environs de Byblos, Ouranos est issu de mortels qui, bien qu’ils soient sédentarisés dans des villages depuis plusieurs générations et même récemment alphabétisés, n’en sont pas moins exposés aux attaques des chasseurs : Hypsistos, le père d’Ouranos, a péri lors d’une rencontre avec des bêtes sauvages. Le bel Ouranos est lui-même un être violent qui attise le courroux de son épouse Gè en multipliant les aventures extra-conjugales et en faisant disparaître ses enfants. Il revient à son fils Élos-Cronos, miraculeusement rescapé de la fureur paternelle, non seulement de lui succéder, mais aussi de fonder un ordre nouveau en entourant sa propre demeure d’un rempart, créant ainsi la première cité, Byblos de Phénicie. Le fondateur de Byblos doit ensuite combattre son père pour asseoir définitivement son pouvoir, quitte à employer la ruse en l’attirant à l’écart de la ville 124 :

La trente-deuxième année de son pouvoir souverain et de son règne, Élos, c’est-à-dire Cronos, ayant tendu un piège à Ouranos son père dans un endroit situé à l’intérieur des terres et l’ayant réduit en sa puissance, l’ampute des parties, tout près des sources et des fleuves. À cet endroit, Ouranos fut divinisé et il rendit l’esprit ; le sang de ses parties s’égoutta dans les sources et l’onde des fleuves, et jusqu’à nos jours on en indique l’endroit.

  • 125 Hésiode, Théogonie 173-187. Baumgarten 1981, p. 211-212, rapproche également le récit de la mutilat (...)
  • 126 Philon de Byblos, Histoire phénicienne, fr. 2, dans Eusèbe, Préparation évangélique 1, 10, 36-37. S (...)

58On a remarqué depuis longtemps que cet épisode transpose dans l’arrière-pays de Byblos la légende de la castration d’Ouranos rapportée par Hésiode, que Philon de Byblos accuse d’avoir pillé la mythologie phénicienne pour forger sa Théogonie 125. Quels que soient les parallèles entre la légende phénicienne des Ouranides et les autres récits fabuleux de la littérature ancienne, c’est la fonction politique du récit, plus que son utilité dans la polémique de Philon de Byblos contre les mythographes grecs, qui paraît importante si l’on considère l’Histoire phénicienne dans son ensemble. En désignant les héros de sa ville natale comme les pionniers de la longue marche des Phéniciens vers la civilisation, Philon exploite pleinement la veine patriotique d’un cycle qui a toutes les apparences d’une légende de fondation : l’histoire des Ouranides n’est probablement que la version développée d’une tradition élaborée sur place à l’époque hellénistique, car les monnaies de Byblos représentent, du règne d’Antiochos IV au principat d’Auguste, un dieu ailé dont l’aspect correspond au portrait de Cronos dans l’Histoire phénicienne 126. Dans l’histoire de l’humanité selon Philon, les générations d’Ouranos et de Cronos sont à la charnière des âges agreste et urbain : tandis que la génération de Cronos a déjà un pied dans la cité, celle de son père se trouve encore en marge du nouveau monde, justifiant la relégation de cet être néfaste près des sources.

  • 127 Jean Lydus, Sur les mois 4, 64, in fine : ἐκ γὰρ τοῦ Λιβάνου (ὄρος δέ ἐστιν ἐκεῖ ἐκ τῆς πρὸς λίβα ν (...)

59Un second cycle mythologique concerne le fleuve de Byblos, celui d’Aphrodite et d’Adonis. Jean Lydus, qui réunit de nombreuses traditions légendaires anciennes dans son traité Sur les mois, au vie s. apr. J.-C., explique pourquoi un cours d’eau porte chez les Phéniciens le nom du héros grec. Il s’agit sans doute du Nahr Ibrahim 127 :

Deux fleuves nés du Liban (il y a là une montagne ainsi dénommée d’après son inclinaison à l’ouest) se jettent dans la mer, dont l’un, large et très limpide, s’appelle Adonis, et l’autre, plus petit et très terreux, s’appelle l’Arès. L’Arès, en se jetant dans l’Adonis, ne conserve pas son nom propre jusqu’à la mer. Donc, comme l’Adonis est complètement mêlé à la mer, il semble plus apprécié d’Aphrodite, c’est-à-dire de la mer.

60En dépit de son caractère tardif, le passage de Jean Lydus contient vraisemblablement une tradition adaptée à Byblos dès l’époque hellénistique. C’est au cours de cette période, en effet, que les poètes grecs en viennent à présenter Adonis comme une victime de la jalousie d’Arès, autre amant d’Aphrodite.

  • 128 De Dea Syria 8 : ἔνι δὲ καὶ ἄλλο θωῦμα ἐν τῇ χώρῃ τῇ Βυβλίῃ · ποταμὸς ἐκ τοῦ Λιβάνου τοῦ οὔρεος ἐς (...)

61Dans la ville de Byblos, le mythe d’Adonis est explicitement lié à la célébration de grandes festivités civiques, les Adonies. D’après le De Dea Syria, l’établissement du calendrier religieux de la ville dépend de l’observation d’un phénomène naturel sur le cours du fleuve 128 :

Il y a un autre objet d’étonnement sur le territoire de Byblos. Un fleuve issu de la montagne du Liban se jette dans la mer ; on lui donne le nom d’Adonis. Chaque année le fleuve s’ensanglante et, perdant sa propre coloration, se déverse dans la mer qu’il rougit sur une vaste étendue, donnant ainsi aux citoyens de Byblos le signal des cérémonies du deuil. On raconte que, ces jours-là, Adonis est blessé sur le Liban et que le sang qui atteint l’eau altère le fleuve et donne son nom à son cours. C’est ce que disent la plupart, mais un citoyen de Byblos qui m’a semblé dire la vérité m’a présenté une autre explication du phénomène. Voici ce qu’il a dit : « le fleuve Adonis, étranger, traverse le Liban, et le Liban a un sol jaunâtre. Les vents violents qui se lèvent ces jours-là transportent vers le fleuve la terre chargée à l’extrême de couleur vermillon, et cette même terre le rend rouge sang. Ce n’est donc pas le sang qui est la cause du phénomène, comme ils le disent, mais le terrain. » Voici les choses que m’a exposées le citoyen de Byblos mais, même s’il les a exprimées de manière véridique, il me semble toutefois que le concours du vent est tout à fait divin.

  • 129 De Dea Syria 6.

62La version que préfère l’auteur du De Dea Syria est peut-être discutée localement, mais tous à Byblos s’accordent à reconnaître que le phénomène naturel donnant le départ des Adonies se produit sur le cours du fleuve, et plus précisément dans la section appartenant en propre à la cité. La coextensivité du paysage mythique et du territoire civique se justifie de la manière suivante : si les citoyens de Byblos pleurent périodiquement Adonis « à travers tout le pays » (ἀνὰ τὴν χώρην), c’est parce que les mésaventures du héros se sont produites « sur leur territoire » (ἐν τῇ χώρῃ τῇ σφετέρῃ) 129.

  • 130 De Dea Syria 9 : ἀνέβην δὲ καὶ ἐς τὸν Λίβανον ἐκ Βύβλου, ὁδὸν ἡμέρης, πυθόμενος αὐτόθι ἀρχαῖον ἱρὸν (...)

63L’endroit où Adonis est mortellement blessé n’est pas localisé précisément dans le De Dea Syria. L’auteur du traité n’établit d’ailleurs aucun rapport entre les Adonies et le célèbre sanctuaire d’Aphrodite à Afqa (25), à la source du fleuve, dans la haute vallée du Nahr Ibrahim. Sans le nommer explicitement, il fait uniquement état de la situation de ce lieu de culte dans la montagne, à un jour de marche de la ville, et de sa fondation par le roi légendaire Cinyras, garant de son ancienneté 130 :

Je suis aussi monté vers le Liban depuis Byblos, à une journée de marche, après avoir appris qu’il se trouvait là un ancien sanctuaire d’Aphrodite, que Cinyras avait fondé : j’ai vu le sanctuaire et il était ancien.

  • 131 Pseudo-Méliton, Apologie, éd. et trad. W. Cureton, p. 25 et 44, trad. Lipiński 1995, p. 74 : « Le p (...)
  • 132 Lycophron, Alexandra 828-833, dont les scholies, éd. E. Scheer, p. 264-267, indiquent qu’il est que (...)

64De même qu’il se trouve aux confins du territoire de Byblos, comme toute la haute vallée du Nahr Ibrahim, le sanctuaire d’Afqa est relégué au-delà de l’horizon mythique de la cité. Il n’est peut-être pas nécessaire d’y chercher le tombeau d’Adonis, quoi qu’on ait pu supposer à ce propos en alléguant le texte syriaque tardif du Pseudo-Méliton 131, car d’autres témoignages indiquent que ce monument se trouve à Byblos même 132. L’existence de deux traditions concurrentes traduit bien l’ambiguïté de la situation d’Afqa, dont le sanctuaire, bien qu’il ne fasse pas forcément partie du territoire de la cité, peut être visité sous l’Empire par les citoyens de Byblos et les fidèles de passage dans la région.

  • 133 Zosime, Histoire nouvelle 1, 58, 1-2 (trad. F. Paschoud) : Ἄφακα χωρίον ἐστὶν μέσον Ἡλιουπόλεώς τε (...)

65L’un des objectifs des fidèles qui se rendent à Afqa peut être la participation au rite hydromantique régulièrement célébré près de la source. Zosime, juriste et historien païen du vie s. apr. J.-C., décrit ce rituel 133 :

À mi-chemin entre Héliopolis et Byblos, il y a un endroit nommé Aphaca où se trouve un sanctuaire de l’Aphrodite d’Aphaca ; près du temple, il y a un lac qui ressemble à un bassin artificiel ; or, vers le temple et dans les environs, un feu ressemblant à une torche ou à une boule apparaît en l’air quand se tiennent, à intervalles fixes, des rassemblements à cet endroit ; il est apparu même jusqu’à nos jours. Ceux qui se rassemblaient déposaient dans le lac, en l’honneur de la déesse, des offrandes en or et en argent, ainsi que des tissus en lin, en byssus et en d’autres matières précieuses ; si les dons paraissaient agréables, les tissus tombaient aussi au fond de l’eau comme les objets pesants, si au contraire ils étaient refusés et méprisés, on pouvait voir flotter sur l’eau les tissus eux-mêmes et aussi les objets en or, en argent et en d’autres matières qui naturellement ne flottent pas sur l’eau, mais coulent.

  • 134 IGLS 11, A/17, comm., avec les références.

66De façon apparemment contradictoire, Zosime indique que la boule de feu apparaîtrait encore à Aphaca de son temps tout en évoquant le rassemblement des fidèles à l’imparfait. Au vie s. apr. J.-C., l’oracle devait s’être tu depuis longtemps. Le passage reste toutefois intéressant pour la description du rite hydromantique pratiqué à l’époque romaine à la source de l’Adonis. Selon Zosime, l’oracle d’Aphaca, consulté par les Palmyréniens au moment de la fête, leur aurait d’abord donné raison en 271 apr. J.-C., puis il aurait annoncé leur chute l’année suivante. On peut se demander si l’auteur, abusé par l’homonymie de deux localités du Proche-Orient, ne confond pas le site cultuel de la haute vallée du Nahr Ibrahim et celui de la source Efca à Palmyre. Néanmoins, des rites semblables à celui qu’il décrit pour Aphaca du Liban sont bien attestés dans la région, au sanctuaire de la source d’Ain el-Jouj, tout près de Baalbek (54 G), et au Panion de Césarée-Panéas (119), et ils sont aussi très courants dans tout le monde romain 134. Zosime reste donc probablement fiable sur ce point.

Les eaux sauvages : l’Oronte et le Litas

67L’Oronte (Nahr el-Aassi) et le Litas (Nahr el-Litani) divergent tous deux de part et d’autre du seuil de Baalbek, dans la Békaa. Les deux fleuves présentent des analogies géographiques dont les poètes et les mythographes se sont inspirés dans l’Antiquité. Leurs légendes les plus anciennes paraissent se rapporter à un mythe commun où le dieu Baal combat un dragon. À partir de l’époque hellénistique, cependant, l’urbanisation inégale du bassin des deux fleuves se traduit par l’hellénisation de ces récits et par leur adaptation à la nouvelle carte politique du Proche-Orient : tandis que la Békaa reste le domaine du grand dieu de Baalbek, les monstres auxquels l’Oronte et le Litas sont traditionnellement assimilés sont relégués aux confins de la plaine centrale du Liban.

  • 135 Polybe, Histoires 5, 45, 8. Chez Ptolémée, Géographie 5, 14, 16, l’épithète de Laodicée du Liban, σ (...)
  • 136 Will 1949, p. 273-274 (1995, p. 644-645), propose d’attribuer le monument de Hermel à l’un des Menn (...)
  • 137 Voir les remarques de Rey-Coquais 1981, p. 169-170, à propos des trouvailles de Ghadban 1981, p. 15 (...)

68Au nord de la Békaa, le cours supérieur de l’Oronte irrigue une région peu avenante à la charnière de plusieurs territoires. Polybe observe qu’Antiochos III, parti d’Apamée, doit traverser un désert (ἔρημος) après Laodicée du Liban, avant d’entrer dans la plaine 135. Au iie s. av. J.-C., les Ituréens occupent toute la Békaa : avec beaucoup de vraisemblance, on attribue à l’un de leurs dynastes le monument funéraire, orné d’armes, de scènes de chasse et de combats entre des animaux sauvages, qui se dresse sur une éminence dominant le cours du fleuve aux environs de Hermel 136. Après l’éviction des princes clients, les sources de l’Oronte marquent la frontière de Béryte, puis d’Héliopolis, avec Laodicée du Liban et Émèse, sans que l’on puisse les attribuer avec certitude à l’une ou l’autre de ces cités 137. À l’autre extrémité de la plaine, la situation du Litas correspond à celle de l’Oronte : après que les princes clients ont été évincés de la région où les Ituréens avaient fondé Chalcis du Liban, le fleuve s’écoule aux marges des territoires civiques d’Héliopolis et de Sidon.

  • 138 Sur la géographie de l’Oronte, voir Weulersse 1940, et Vaumas 1954, p. 246-248.
  • 139 Vaumas 1954, p. 248.

69Les traditions sur la localisation de leurs sources renforcent encore l’impression que l’Oronte et le Litas ne profitent à aucune ville dans leur cours supérieur. Depuis l’Antiquité, l’opinion commune place la naissance des deux fleuves à l’endroit où ils reçoivent l’apport de la source ou du groupe de sources les plus abondantes de leur cours et non à la source la plus éloignée de leur embouchure, comme le font les géographes modernes (cette remarque vaut également pour le Jourdain et le Barada). Ainsi, les sources de l’Oronte ne sont généralement identifiées ni à celles qui jaillissent sur le versant oriental du Mont Liban (Yammouné), ni à celles qui jalonnent la bordure occidentale de l’Antiliban (dont les plus importantes sont, du nord au sud, celles de Ras-Baalbek, Fiké, el-Ain, Laboué, Younine, Nahlé et Baalbek), mais à celles qui se trouvent plus au nord vers Hermel, au contact du Mont Liban et de la Békaa (Ain Zerqa, Hermel, Chaouaghir) 138. L’apport des sources de Hermel est si important et régulier qu’« elles marquent pratiquement le véritable commencement de l’Oronte », selon le géographe É. de Vaumas 139. À partir de là, le profil du fleuve se présente jusqu’à son embouchure comme une succession de paliers à faible pente raccordés par des gorges.

  • 140 Voir Abel 1933, p. 147, 156-158, et 1933-1938, 1, p. 462-465, qui montre notamment que, contraireme (...)
  • 141 Théophane, Chronique, éd. C. de Boor, p. 418 : εἰς τὰ μέρη Δαμασκοῦ καὶ Ἀντιλιβάνου, εἰς κάμπον λεγ (...)
  • 142 Polybe, Histoires 5, 45, 8 ; 46, 1-3 ; 61, 7-8. Abel 1933 examine aussi la tradition géographique a (...)

70La tradition géographique ancienne situe également la naissance du Litas à la source la plus abondante de son parcours, celle d’Aanjar, et non à l’extrémité de son bassin, limité au nord par le seuil de Baalbek 140. Sur ce point, le chroniqueur byzantin Théophane le Confesseur fournit un témoignage décisif en mentionnant le fleuve sous son nom grec dans un passage relatif au combat livré en 744 apr. J.-C. par Marwan II, le dernier calife ommeyade, « vers la région de Damas et de l’Antiliban, dans la plaine dite de Garis » 141 : en l’occurrence, le toponyme Garis correspond au nom de la place forte hellénistique de Gerrha, connue de Polybe, et à celui de la montagne que les géographes arabes nomment el-Jarr et au pied de laquelle jaillit la source d’Ain el-Jarr (aujourd’hui Aanjar142. La tradition fixe ainsi la source du Litas au cœur d’une zone où les principaux affluents permanents du fleuve confluent avant de se déverser dans le lac qui couvre entièrement la Békaa méridionale dans l’Antiquité. Au-delà de cette section où son profil est quasiment horizontal, le fleuve s’enfonce dans des gorges dont il ne sort que pour se jeter à la mer, au nord de Tyr, sous le nom de Nahr el-Qasmiyé.

  • 143 Les publications sur la mythologie de l’Oronte sont nombreuses : outre l’étude classique d’Abel 193 (...)
  • 144 Les textes ougaritiques sur le combat de Baal et Lotan sont traduits dans Caquot & Sznycer 1974, p. (...)

71Bien qu’ils y trouvent tous deux leur origine, l’Oronte et le Litas apparaissent donc à bien des égards comme des fleuves étrangers à la dépression médiane du Liban. Les mythographes et les poètes semblent avoir cherché à rendre compte de cette situation géographique particulière en puisant aux sources d’un mythe commun, celui de Baal et du dragon. Aux yeux des Anciens, le régime contrasté de l’Oronte, ses disparitions soudaines et ses réapparitions fracassantes justifient son assimilation à des dieux ou des personnages dont les noms évoquent autant le fonds cultuel ancien du Proche-Orient (Baal, Bélos) que l’apport plus récent de l’hellénisme (Orontès, Dracon, Typhon, Ophitès) 143. On y reconnaît les deux protagonistes d’un mythe opposant le dieu Baal à un dragon comparable au Lotan des textes ougaritiques et au Léviathan de l’Ancien Testament 144.

  • 145 Au début du ve s. apr. J.-C., la version syriaque de la Théophanie d’Eusèbe de Césarée (2, 14), fou (...)
  • 146 Sur le thème du combat contre l’anguipède en Phénicie et en Syrie, Seyrig 1934, p. 165-172 (AntSyr (...)

72L’étroite correspondance entre la mythologie de l’Oronte et les paysages de la Syrie du Nord a été soulignée à de nombreuses reprises. En revanche, on n’a peut-être pas prêté suffisamment d’attention au fait que l’Oronte supérieur répond lui aussi au signalement traditionnel du fleuve sur le cours duquel Baal combat le dragon : le nom sémitique ancien de Baalbek, quelle que soit son étymologie, renvoie certainement à la vénération de Baal ; en aval, entre l’endroit où il reçoit l’apport des sources de Hermel et celui où il divague dans des marais jusqu’au lac d’Émèse, l’Oronte s’étrangle dans des gorges dont le tracé sinueux évoque déjà l’aspect de l’ennemi monstrueux du grand dieu 145. Il n’est pas surprenant de retrouver Baal et le dragon dans la Békaa, car le thème du combat contre l’anguipède fait partie des traditions les mieux attestées en Phénicie, de Persée (Joppé, Ptolémaïs) à saint Georges (Béryte) 146.

  • 147 Abel 1933, p. 156.
  • 148 Abel 1933, p. 157.

73À l’autre extrémité de la Békaa, le Litas pourrait être un autre dragon du Proche-Orient. Selon F.-M. Abel, Λιτᾶς est la transcription grecque de litanu (ltn), le nom sémitique du Lotan ougaritain 147. Cette conjecture me paraît corroborée par la présence traditionnelle de Baal au sommet des montagnes qui enserrent le fleuve dans la partie méridionale de la plaine. Le Litas et l’Oronte partagent donc probablement la même mythologie fantastique. Cependant, l’Oronte a été baptisé Ἄξιος, « précieux, de grande valeur », à l’époque hellénistique, alors que le Litas conserve une réputation de médiocrité jusqu’à la fin de l’Antiquité : s’il recouvre un hydronyme sémitique, le nom grec de ce dernier évoque aussi l’adjectif λιτός, « vil, de peu de valeur ». La glose par laquelle Théophane l’explique (παρὰ τῷ ποταμῷ Λιτᾷ, τουτ᾿ ἔστι κακῷ) confirme par ailleurs que le fleuve ainsi dénommé ne suscite que mépris et dédain chez les Grecs et les Syriens hellénisés. C’est donc à bon droit que F.-M. Abel, à qui l’on doit d’avoir mis en évidence l’opposition proverbiale de l’Oronte et du Litas, souligne les effets contraires de l’hellénisation sur la toponymie fluviale : pour les habitants des villes de la Syrie du Nord, « Ἄξιος exprimait l’excellence d’un fleuve long, abondant, entretenant la fertilité des campagnes et l’agrément des cités, d’un fleuve dont Libanius en son temps vantera les mérites. Λιτᾶς, au contraire, leur paraissait convenir à un cours d’eau qui n’arrosait aucune grande ville, formait des marécages dans la plaine avant se s’enfoncer dans une gorge rocheuse où il n’était plus d’aucune utilité 148. »

  • 149 Chuvin 1991b, p. 170-173, étudie les diverses versions relatives à la légende d’Orontès.
  • 150 Bernard 1995. Pour les monnaies, voir Houghton et al. 2008, nos 1427-1428. Le nom Ἄξιος est égaleme (...)

74À l’époque hellénistique, l’urbanisation de la région située entre le lac d’Émèse et le débouché du fleuve sur la mer, souvent réalisée au prix d’importants travaux d’aménagement hydraulique, s’accompagne de la production de nouveaux mythes. Mises à profit par les cités grecques d’Antioche, d’Apamée et de Séleucie, les légendes associées au cours de l’Oronte empruntent autant au fonds légendaire proche-oriental qu’à la mythologie gréco-macédonienne. Sur le cours inférieur du fleuve, l’hellénisation du nom sémitique ancien de l’Oronte (Arantu selon les Annales assyriennes du ixe s. av. J.-C.) permet aux citadins de la région de se référer à l’histoire du héros éponyme Orontès 149. En outre, les monnaies frappées à Apamée sous Antiochos IV attestent que les citoyens de cette ville donnent au fleuve le nom Ἄξιος, tant pour souligner l’excellence du terroir qu’ils avaient réussi à préserver des inondations dans la plaine du Ghab que pour asseoir l’idée d’une parenté entre leur cité et la prestigieuse Pella de Macédoine, elle aussi sise sur le cours d’un Axios (l’actuel Vardar) 150.

  • 151 Apollodore, Bibliothèque 1, 6, 3. Sur le mythe grec de Typhon et son histoire, Vian 1960.

75L’hellénisation du mythe de Baal et du dragon remonte elle aussi probablement au temps où les Séleucides ont décidé de fonder quelques-unes des villes les plus importantes de leur royaume dans le bassin de l’Oronte. Les deux protagonistes de la fable sont alors respectivement assimilés à Zeus et à Typhon, dont Apollodore décrit l’affrontement sur le Casius, le sommet dominant l’embouchure du fleuve, au nord de Séleucie de Piérie : contrairement aux autres dieux, prudemment réfugiés en Égypte, Zeus fait face au monstrueux Typhon, qu’il foudroie et qu’il frappe de sa harpè d’acier ; alors que les deux concurrents s’empoignent sur le Casius, Typhon prend l’avantage, arrache son arme à Zeus et lui coupe les nerfs des bras et des jambes, puis il l’emporte en Cilicie, où il l’enferme dans son antre, près de Corycos, au pays des Arimes ; grâce à l’intervention d’Hermès et de Pan, Zeus recouvre ses nerfs et triomphe de Typhon au terme d’une poursuite qui s’achève en Sicile sur l’Etna 151. La localisation du combat de Zeus et Typhon sur le Casius confirme ainsi l’appartenance des paysages de l’Oronte à la géographie mythique du monde grec.

  • 152 Strabon, Géographie 16, 2, 7 : Ῥεῖ δὲ τῆς πόλεως πλησίον Ὀρόντης ποταμός · οὗτος δ᾿ ἐκ τῆς Κοίλης Σ (...)

76Dans le bassin du fleuve, la fondation de cités semble s’accompagner de la redéfinition du domaine attribué aux deux protagonistes du mythe. D’une part, Typhon subsiste là où le cours de l’Oronte n’est pas aménagé, en particulier au nord de la plaine qui le voit naître, comme l’indique explicitement Strabon 152 :

Le fleuve Oronte coule près de la ville [d’Antioche] ; ayant ses origines en Coelé-Syrie [i.e. la Békaa, chez Strabon], celui-ci se perd sous la terre, puis son cours jaillit à nouveau et, se portant vers Antioche à travers le territoire d’Apamée, il se précipite vers la mer près de Séleucie après avoir approché la ville. Il a pris le nom de l’homme qui a jeté un pont sur lui, Orontès, mais auparavant il s’appelait Typhon. C’est ici quelque part que la fable place les événements relatifs au foudroiement de Typhon et des Arimes, dont nous avons déjà parlé précédemment : on dit que, frappé par la foudre, celui-ci s’enfuit à la recherche d’un trou (il s’agissait d’un serpent), entailla le sol par ses reptations et creusa le lit du fleuve, faisant ainsi jaillir à la surface de la terre la source qui s’y enfonçait. De là vient le nom qui fut donné au fleuve.

77Typhon apparaît ici dans son rôle habituel de préposé à la garde des sources. D’autre part, le domaine privilégié du grand dieu que l’on retrouve sous les noms de Baal, Bélos, Zeus et Jupiter correspond aux régions où les eaux du fleuve sont maîtrisées, comme en témoignent les noms (Baalbek, Séleucobélos), les cultes (Jupiter héliopolitain à Baalbek, Zeus Bélos à Apamée, Zeus à Antioche, Zeus du Casius à Séleucie) et les légendes des villes qui y prospèrent. En d’autres termes, à la suite de l’émergence des cités, le mythe de Baal et du dragon s’hellénise et se politise jusqu’à servir de commentaire aux paysages du bassin de l’Oronte en fonction de l’utilité du fleuve.

Aux sources de l’Arcadie syrienne

  • 153 Talmud de Babylone, traité Baba Bathra 74b.

78Le mythe du combat de Baal et du dragon paraît non seulement commun à l’Oronte et au Litani, mais aussi au Jourdain. La tradition rabbinique décrit les apparitions et les disparitions successives de ce cours d’eau depuis la grotte de Panéas jusqu’à la bouche du Léviathan 153. La mythologie hellénisée du fleuve, quant à elle, sollicite moins le concours de Zeus et de Typhon qu’elle ne recoupe les traditions arcadiennes. On verra que l’assimilation du Jourdain à l’Alphée place Panéas et ses cultes aux sources d’une Arcadie syrienne dont l’extension dépasse largement le cadre du Liban.

  • 154 Pausanias, Description de la Grèce 5, 7, 4-5 : ἐν δὲ τῇ γῇ τῇ Ἑβραίων ποταμόν τινα Ἰάρδανον καὶ αὐτ (...)

79Les observations des Anciens sur l’origine et le cours du Jourdain ont certainement favorisé son assimilation à l’Alphée arcadien. Au iie s. apr. J.-C., Pausanias rapproche explicitement l’Alphée du Jourdain en remarquant, après d’autres, que ces fleuves plongent tous deux sous la terre avant de refaire surface plus loin pour disparaître à nouveau 154 :

Au pays des Hébreux je sais, pour ma part, qu’un fleuve, le Jourdain, traverse le lac nommé Tibériade ; il se dirige alors vers un second lac que l’on appelle la Mer Morte, y entre et se perd sous le lac… Il se produit la même chose pour l’Alphée.

  • 155 Pétris de culture classique, les voyageurs du xixe s. relayent ici les Anciens. Nombreux sont ceux (...)
  • 156 IGLS 11, A/13-14.
  • 157 Comme le souligne Jost 1985, p. 476, le culte des nymphes n’est que rarement attesté dans la patrie (...)
  • 158 Roscher 1894 réunit les quatorze variantes de la généalogie du dieu. Jost 1985, p. 460-464, montre (...)
  • 159 Lucien, Dialogues des dieux 22, 2 : τὸν πατέρα δὲ γίνωσκε θεὸν ἔχων Ἑρμῆν Μαίας καὶ Διός. εἰ δὲ κερ (...)

80Le témoignage de Pausanias suggère que le Jourdain irrigue un paysage interprété comme une Arcadie 155. L’épigraphie du Panion (119) corrobore cette idée en faisant de Panéas le centre cultuel de cette terre de légende : au milieu du iie s. apr. J.-C., deux épigrammes votives émanant du prêtre de Pan Victor fils de Lysimachos transposent au pied de l’Hermon la mythologie arcadienne telle qu’elle est conçue par les Grecs depuis l’époque hellénistique 156. L’association conventionnelle des nymphes au dieu, lui-même fils d’une nymphe et amant d’Écho, ne fait pas partie des traditions cultuelles de l’Arcadie, mais est courante partout ailleurs 157. Les principaux représentants du panthéon de Panéas sont eux aussi liés entre eux de manière très classique : Zeus et la nymphe arcadienne Maia sont les parents d’Hermès, lui-même identifié au père de Pan. Parmi les nombreuses variantes de la généalogie du dieu, le prêtre Victor se réfère ici à celle qui évoque le plus clairement l’Arcadie aux yeux des Grecs et de ses contemporains 158. Au milieu du iie s. apr. J.-C., Lucien de Samosate lui répond lorsqu’il fait dire par Pénélope à Pan : « Sache que comme père tu as un dieu, Hermès, fils de Maia et de Zeus. Si tu as des cornes et si tes jambes sont celles d’un bouc, ne t’en afflige pas. Quand ton père m’a approchée, il s’était rendu semblable à un bouc pour ne pas être reconnu, et voilà d’où t’est venue ta ressemblance avec un bouc 159. » Lucien se conforme ici explicitement à la légende mantinéenne, la plus répandue depuis l’époque classique, qui fait de Pan le fils d’Hermès et de Pénélope. S’il mentionne lui aussi Zeus et Maia, le prêtre de Panéas tait le nom de la mère de Pan. Il fait donc allusion soit à la légende de Mantinée, soit à celle du Mont Cyllène, la patrie d’Hermès, où les poètes situent la naissance du dieu pâtre : dans l’Hymne homérique à Pan, qui suit la tradition cyllénienne, Hermès, alors qu’il garde des moutons sur la montagne, s’éprend d’une nymphe, la fille de Dryops, qu’il épouse et à qui il donne un fils, Pan. Quelle que soit la généalogie locale du dieu à Panéas, les dédicaces du Panion confirment que, sous l’Empire, la sauvagerie du milieu naturel, autrefois présentée de manière péjorative, est revalorisée au point de fonder l’identité de Césarée-Panéas.

  • 160 Étienne de Byzance, Ethnica, s.v. Δαμασκός : οἱ δὲ ὅτι Δαμασκὸς Ἑρμοῦ παῖς καὶ νύμφης Ἁλιμήδης ἐξ Ἀ (...)
  • 161 Damascius, Vie d’Isidore, fr. 136 B (éd. P. Athanassiadi, p. 304-307), dans Photius, Bibliothèque, (...)
  • 162 Sur ce dernier, Iliade 7, 142 ; scholies à Iliade 2, 209 et 7, 8 ; Pausanias, Description de la Grè (...)

81En marge de cette contrée mythique, au pied de l’Antiliban, la cité de Damas cherche elle aussi à se donner des origines arcadiennes, sans doute depuis l’époque hellénistique. Selon l’une des variantes de sa légende de fondation, rapportée par Étienne de Byzance, le héros éponyme Damascos, fils du dieu Hermès et de la nymphe Halimèdé, aurait émigré d’Arcadie en Syrie pour y fonder Damas 160. Sans évoquer aussi explicitement l’Arcadie, les autres légendes damascènes brodent sur le thème du combat des dieux (Dionysos, Zeus, Hermès) et des géants (Damascos ou Ascos), qu’une tradition arcadienne place précisément sur les berges de l’Alphée 161. Ces légendes mêlent sans doute l’histoire des deux personnages appelés Lycurgue dans la mythologie classique : l’adversaire de Dionysos et le Lycurgue réputé avoir régné sur l’Arcadie en tant que descendant d’Arcas 162.

  • 163 Ainsi Chuvin 1991b, p. 268.
  • 164 Zouhdi 1961-1962, p. 89-98 (en arabe) (Speidel 1980, p. 39-40) ; Hajjar 1990c, p. 2601-2602, pl. 7 (...)

82Dans la région, même aux confins du territoire de Damas, les traditions urbaines n’ont pas le caractère livresque et tardif qu’on leur attribue parfois 163. Elles correspondent à l’invocation de nouveaux dieux. Le meilleur témoignage de ce phénomène est sans doute la dédicace grecque à Orion gravée sur une statuette en bronze trouvée dans la vallée du Barada (fig. 18). Le monument passe pour avoir été découvert au lieu-dit Ain an-Nsour (« Source des aigles »), proche du site du sanctuaire romain de Deir Nébi Younan (79), qui surplombe le village moderne de Bloudan, à environ vingt-cinq kilomètres à vol d’oiseau de Damas. Il représente un taureau posé sur une plinthe avec l’inscription suivante 164 :

Thamanaios, vétéran, a consacré pieusement (ceci) au dieu Orion.

  • 165 Saulcy 1874, p. 30-31, nos 2-4 (non datées), pour les monnaies expertisées par l’auteur, les autres (...)

83Le texte est diversement commenté. M.P. Speidel assimile Orion à Mithra, en faisant dériver de l’astrologie de nombreux détails mythiques et rituels du culte mithraïque, et considère, en se fondant sur le seul monument de Bloudan, que le héros grec est devenu un dieu dans l’armée romaine. Y. Hajjar récuse à juste titre cette analyse aussi alambiquée qu’improbable, mais sans chercher à comprendre pourquoi Orion se retrouve près de Damas à l’époque romaine. Th. Weber, quant à lui, propose de dater la statuette de Bloudan du ier s. apr. J.-C., sur la base d’arguments stylistiques, et se contente de noter qu’Orion est susceptible d’être assimilé à des divinités orientales cosmiques. Orion est le géant chasseur, fils de Poséidon, aveuglé comme Lycurgue et châtié par Artémis avant d’être transformé en une constellation, celle du Taureau. Ce personnage mythologique ne semble jamais honoré comme un dieu en dehors de notre dédicace. À mon avis, son apparition dans l’Antiliban syrien n’a rien à voir avec les cultes pratiqués dans l’armée romaine. Elle est en revanche très probablement liée aux traditions qui font de la Damascène une région sauvage. Il faut la rapprocher de celle d’Artémis sur les monnaies de Damas 165. En ville, la figure d’Orion rappelle la défaite des géants au bord du Barada. Dans la montagne, son invocation originale en tant que dieu et non en tant que géant donne un lustre prestigieux à un culte local, tout en rappelant l’une des légendes de fondation de Damas, qui situe le combat des dieux et des géants sur le cours du fleuve.

Fig. 18. Statuette en bronze dédiée à Orion.

Fig. 18. Statuette en bronze dédiée à Orion.

Musée national de Damas (inv. 13151).

Photo J. Aliquot 2008.

  • 166 Cabouret 1997, p. 1020.
  • 167 Pline l’Ancien, Histoire naturelle 2, 106, établit entre l’Alphée et l’Oronte un rapprochement semb (...)
  • 168 Sur l’eau de Styx en Arabie, voir Damascius, Vie d’Isidore, fr. 135 (éd. P. Athanassiadi, p. 302-30 (...)
  • 169 Dussaud 1936. Le poème Baal et la génisse est présenté et traduit dans Caquot & Sznycer 1974, p. 27 (...)
  • 170 Flavius Josèphe, Antiquités juives 5, 199, et Guerre juive 4, 2-3 ; Talmud de Jérusalem, traité Kil (...)
  • 171 Dussaud 1936, p. 295.
  • 172 Voir notamment Lipiński 1971, p. 16, et Ma‘oz 2004, p. 144.
  • 173 À la suite de Caquot & Sznycer 1974, p. 283, il semble préférable de localiser le Shamak plus près (...)
  • 174 Berlin 1999, p. 43 n. 5.

84Loin de se limiter à l’Hermon méridional et à l’Antiliban, les emprunts à la mythologie arcadienne jalonnent toute la dépression médiane du Proche-Orient, de l’embouchure de l’Oronte à la Mer Morte : en dehors de Panéas, un sanctuaire de Pan est attesté à Antioche sur l’Oronte 166 ; tout comme le Jourdain, l’Oronte est lui aussi identifiable à un Alphée syrien 167 ; plus au sud, la haute vallée du Yarmouk, affluent du Jourdain, est le théâtre d’un rite hydromantique au lieu-dit de l’« eau de Styx », dont le nom évoque le fleuve infernal familier du paysage arcadien 168. Comme l’Arcadie syrienne est restée méconnue jusqu’à présent, cette interprétation hellénisante des paysages du Proche-Orient n’a fait l’objet que de commentaires partiels, peu problématisés et principalement centrés sur ses manifestations cultuelles. À l’exception remarquable d’Antioche, où le caractère hellénique du culte de Pan est évident, on cherche le plus souvent à mettre en évidence le substrat oriental des traditions hellénisées. Ainsi, dans son étude sur les « Cultes cananéens aux sources du Jourdain d’après les textes de Ras Shamra », R. Dussaud considère que Pan à Panéas n’est que l’interprétation grecque d’un dieu phénicien des sources 169. Il se fonde sur le poème ougaritique Baal et la génisse, qui relate une chasse de Baal sur la rive du Shamak, étendue d’eau identifiable selon lui au lac Houlé, la Σεμεχωνιτῶν λίμνη de Flavius Josèphe et le Samko du Talmud de Jérusalem 170 : à cet endroit « où abondent les bœufs sauvages », la déesse Anat amène une génisse à son frère Baal, qui la féconde avant de gagner sa demeure sur le Sapon ; après que la génisse a mis bas un taurillon, Anat porte la bonne nouvelle à son frère. La localisation de la chasse de Baal au bord du lac Houlé inspire à R. Dussaud la conclusion suivante : « Les rapports étroits qui apparaissent ainsi, dès une haute époque, entre les cultes phéniciens de la côte phénicienne et les cultes pratiqués aux sources du Jourdain expliquent, à basse époque, le culte de Pan. […] A l’époque séleucide Aliyan s’est mué en Pan, lui aussi dieu des sources ; en même temps, sa légende s’est amenuisée et n’a plus retenu que le souvenir de vagues rapports avec la déesse. Ainsi nous pouvons suivre depuis l’époque historique la plus reculée, où le culte revêt une forme nettement naturiste, jusqu’à la chute du paganisme, l’évolution du mythe d’Aliyan, dieu des sources 171. » Depuis 1936, l’étude de R. Dussaud fait autorité, tant auprès des philologues que des archéologues 172, alors qu’aucun argument ne l’étaye : d’une part, le poème Baal et la génisse ne concerne sans doute pas la région des sources du Jourdain 173 ; d’autre part, les vestiges les plus anciens du Panion se limitent à quelques tessons de céramique de l’époque perse 174, ce qui n’invite guère à chercher plus avant l’hypothétique prédécesseur de Pan. Plus généralement, si la quête du substrat des traditions hellénisées est légitime (en particulier à propos des gigantomachies libanaises et du rite aquatique du Yarmouk, dont le type est commun à toute la Méditerranée orientale), ses résultats ne permettent pas de comprendre pourquoi c’est à l’Arcadie plutôt qu’à d’autres régions de la Grèce que les fidèles du Proche-Orient se réfèrent pour dénommer leurs dieux, adapter leurs mythes et décrire leurs paysages.

  • 175 Les épigrammes composées par Antipatros de Sidon en l’honneur de Pan sont réunies dans l’Anthologie (...)
  • 176 Marcadé 1969, p. 393-396, pl. 50.
  • 177 L’importance des géants dans les traditions locales de l’Arcadie lui vaut le surnom de Γιγαντίς sel (...)
  • 178 Le géant indien Orontès est enseveli près d’Antioche : Pausanias, Description de la Grèce 8, 29, 4, (...)
  • 179 Polybe, Histoires 16, 18, 2 ; 28, 1, 3.
  • 180 Malalas, Chronographie 10, 10.
  • 181 Voir Vian 1960, p. 28-31, et Chuvin 1991b, p. 182-185 : Apollodore, Bibliothèque 1, 6, 3, évoque le (...)

85Dès l’époque hellénistique, des Syriens ont pu apprendre à connaître les dieux et les mythes que les Grecs placent traditionnellement dans le paysage arcadien. Les poètes Antipatros de Sidon et Méléagre de Gadara rendent hommage à Pan par des épigrammes votives 175. À Délos, dans la chapelle de l’établissement des Poséidoniastes de Béryte, le groupe statuaire représentant Pan et Aphrodite devant un Amour témoigne de l’intérêt des marchands phéniciens pour le dieu 176. Pour autant, même à l’époque romaine, la Phénicie côtière conserve une situation marginale par rapport à l’Arcadie syrienne, ce qui suggère que la construction de cette contrée légendaire résulte moins d’une importation que d’une lecture faite sur place, au cœur des régions du Proche-Orient où, dès l’époque hellénistique, l’évocation des personnages caractéristiques de la mythologie arcadienne se traduit par la fondation de nouveaux cultes. Césarée-Panéas et Antioche sur l’Oronte apparaissent à cet égard comme les centres cultuels urbains de l’Arcadie syrienne. Chacune des deux villes occupe une position géographique privilégiée dans les bassins des fleuves syriens assimilés à l’Alphée, l’Oronte et le Jourdain. Toutes deux se trouvent également au milieu d’un pays peuplé de géants, à l’image de l’Arcadie 177 : les Veilleurs gigantesques et maléfiques que le Livre d’Hénoch place sur l’Hermon correspondent aux géants hellénisés de l’Antiochène 178. Elles ont enfin en commun d’avoir l’exclusivité des sanctuaires de Pan au Proche-Orient jusqu’à la fin de l’Antiquité et ce, depuis l’époque hellénistique : le nom de Panion est attribué au modeste site cultuel des sources du Jourdain dès le début du iie s. av. J.-C. 179 ; à Antioche, la fondation du sanctuaire de Pan serait le fait d’Antiochos IV (175-164) 180. Sous l’Empire romain, Panéas et Antioche partagent donc un fonds légendaire et cultuel nourri des mêmes réminiscences légendaires arcadiennes et des mêmes souvenirs de la domination séleucide, ce qui suppose l’existence d’une mythologie commune à l’Hermon méridional et à l’Antiochène. On imaginerait volontiers que la présence de Pan aux sources du Jourdain et sur le cours de l’Oronte se justifie par l’intervention salvatrice de cette divinité dans la légende de Zeus et de Typhon, tout comme à Corycos en Cilicie 181. Cependant, il manque ici le témoignage d’un auteur qui, tel le Cilicien Oppien, aurait préservé cette tradition de l’oubli en la couchant par écrit.

  • 182 Pausanias, Description de la Grèce 10, 7, 8 ; Philostrate, Vie d’Apollonios de Tyane 1, 16 ; Nonnos (...)
  • 183 Philostrate, Vie d’Apollonios de Tyane 1, 16 ; Libanios, Discours 11, 94-99 ; Nonnos de Panopolis, (...)
  • 184 Flavius Josèphe, Guerre juive 4, 541 : ταύτῃ (τῇ Σεμεχωνιτῶν λίμνῃ) τριάκοντα μὲν εὖρος, ἑξήκοντα δ (...)

86La quête des origines de l’Arcadie syrienne serait inachevée si l’on ne tenait compte d’un autre mythe fondateur, plus explicitement lié au sort de la dynastie séleucide et à la toponymie de l’Hermon méridional et de l’Antiochène que celui de Zeus et de Typhon : le mythe de Daphné. Pour les Grecs, Daphné est la fille de Ladon, le dieu qui donne son nom au principal affluent de l’Alphée : poursuivie par Apollon, elle prend la fuite jusqu’au moment où, sur le point d’être attrapée, elle supplie son père de la transformer en arbuste ; elle devient le laurier (δάφνη), la plante aimée d’Apollon 182. Au Proche-Orient, les deux sites qui portent le nom de cette nymphe arcadienne se trouvent en Antiochène et dans la dépression du lac Houlé, au pied de l’Hermon. Le premier n’est autre que le faubourg méridional d’Antioche sur l’Oronte (Ἀντιόχεια ἡ ἐπὶ Δάφνης), que les poètes, les rhéteurs et les mythographes identifient explicitement à une station syrienne de Daphné 183. Le second, moins célèbre, est attesté chez Flavius Josèphe 184 :

Celui-ci [le lac de Séméchonitide, i.e. le lac Houlé] mesure trente stades de large et soixante de long. Ses marais s’étendent jusqu’au domaine de Daphné, particulièrement délicieux en raison de ses sources qui, après avoir alimenté ce qu’on appelle le petit Jourdain, au pied du temple de la vache d’or, l’envoient se déverser dans le grand.

  • 185 Flavius Josèphe, Antiquités juives 5, 178 (οὐ πόρρω τοῦ Λιβάνου ὄρους καὶ ἐλάσσωνος Ἰορδάνου τῶν πη (...)
  • 186 En Nombres 34, 11, les Targums et la Vulgate remplacent le toponyme Ribla par des noms ou des expre (...)
  • 187 Guérin 1880, p. 342 (Tell Defna) ; Dussaud 1927, p. 391-392 (Tell Defné) ; Abel 1933-1938, 1, p. 44 (...)

87Les indications topographiques de Flavius Josèphe permettent de localiser le domaine de Daphné : outre que l’expression « petit Jourdain » désigne chez lui le cours supérieur du fleuve, la mention du « temple de la vache d’or » fait référence au sanctuaire de Tel Dan (118) ; à propos de cette agglomération où les Israélites schismatiques ont naguère célébré leur culte idolâtre, Flavius Josèphe précise ailleurs qu’« elle n’est éloignée ni du Mont Liban ni des sources du moindre Jourdain » ou encore qu’« elle est proche des sources du petit Jourdain » 185. Quant au domaine de Daphné, non seulement son existence est confirmée par les Targums et la Vulgate 186, mais son nom survit encore dans la toponymie arabe actuelle de la dépression du Houlé : Dafna y dénomme un groupe de ruines (khirbet) où fleurissent des lauriers-roses, à trois kilomètres au sud de Tel Dan 187.

  • 188 Sur le Ladon d’Arcadie, Pausanias, Description de la Grèce 5, 7, 1 ; 8, 20, 1-4. Voir Jost 1985, p. (...)
  • 189 Philostrate, Vie d’Apollonios de Tyane 1, 16 (trad. P. Grimal, modifiée) : Ἐπεφοίτησε καὶ Ἀντιοχείᾳ (...)

88De même que l’Oronte et le Jourdain sont identifiés à l’Alphée, les cours d’eau qui jaillissent aux abords des deux Daphné syriennes semblent assimilés au Ladon arcadien 188. D’une part, le nom arabe du bras naissant à Tel Dan aux sources du Jourdain et passant par Dafna, el-Liddani, pourrait être une possible adaptation du grec Λάδων. D’autre part, le sophiste Philostrate affirme que le cours d’eau irriguant la Daphné d’Antioche porte le nom du fleuve d’Arcadie lorsqu’il évoque la visite d’Apollonios de Tyane (vers 40-120) au temple d’Apollon 189 :

Il se rendit à Antioche la grande lorsqu’il eut mis un terme à son silence, et alla visiter le temple d’Apollon daphnéen, auquel les Assyriens rattachent la légende arcadienne ; ils assurent en effet que c’est là que fut métamorphosée Daphné, la fille du fleuve Ladon ; ils ont là une rivière qu’ils nomment Ladon et ils rendent un culte à un pied de laurier qui serait la jeune fille métamorphosée ; des cyprès d’une hauteur immense entourent le sanctuaire et, de la terre, sortent des sources abondantes et calmes dans lesquelles ils assurent qu’Apollon puise des libations. C’est là que Gè a fait surgir un plant de cyprès, disent-ils, en l’honneur de Cyparissos, un éphèbe assyrien, et ce qui ajoute à la vraisemblance de la métamorphose, c’est la beauté de l’arbre. Mais je semble peut-être avoir trop cédé à une tentation juvénile en abordant mon sujet par un épisode mythologique de cette sorte. Pourtant, ce que j’ai dit n’est point par amour des mythes. Quel est donc mon propos ? Apollonios, lorsqu’il vit ce sanctuaire si charmant, dans lequel, pourtant, on ne faisait rien de sérieux et où ne se trouvaient que des hommes à demi barbares et dépourvus de culture : « Apollon, dit-il, transforma en arbres ceux qui sont sans parole pour que, devenus cyprès, ils aient au moins une voix. » Et après avoir examiné les sources, constaté leur calme, vu qu’aucune d’elles n’émettait le moindre gazouillis : « L’absence de voix qui règne ici, dit-il, ne permet même pas aux sources de parler. » Puis, regardant le Ladon : « Ce n’est pas seulement ta fille, dit-il, qui a été métamorphosée ; toi aussi, apparemment, en devenant barbare, de Grec et d’Arcadien que tu étais. »

  • 190 Sur la visite à Antioche d’Apollonios de Tyane, Soler 2004, p. 382-386, en dernier lieu. Comme l’in (...)
  • 191 Jost 1985, p. 458, sur le paysage « panique » arcadien. Par exemple Ovide, Fastes 2, 271-276 : « Pa (...)
  • 192 Cabouret 1997, p. 1013-1015.
  • 193 Il faut écarter de la discussion l’établissement grec hellénistique de Tel Anafa, qui ne saurait êt (...)

89Peu importe que les attentes du philosophe pythagoricien aient été déçues par l’inculture des prêtres d’Apollon et par le mutisme des sources du Ladon 190, car, avec l’évocation du dieu-fleuve arcadien, on retrouve les composantes essentielles du paysage où Pan se plaît le mieux, à l’écart des hommes et des cités, au milieu des forêts et des montagnes parcourues d’eaux vives 191. Seule l’apparition de Daphné tempère la sauvagerie de ce décor conventionnel et renvoie à la consécration d’un domaine à Apollon, le grand dieu de la dynastie séleucide, contemporaine de la fondation d’Antioche sur l’Oronte par Séleucos Ier 192. Par analogie, la création d’une nouvelle cité par les Séleucides aurait pu favoriser l’acclimatation des lauriers de Daphné au pied de l’Hermon. Or, une telle cité a peut-être été fondée dans la dépression du lac Houlé 193.

  • 194 Anthologie Palatine 7, 535 (trad. P. Waltz) : οὐκέθ᾿ ὁποῦ χιμάροισιν ἔχειν βίον, οὐκέτι ναίειν / ὁ (...)

90Aux environs de Daphné et du Nahr el-Liddani, une ville a pu être associée au sanctuaire de Banias dès l’époque hellénistique. Il n’est pas exclu que Méléagre de Gadara y fasse allusion lorsqu’il fait parler une statue de Pan. Après avoir expliqué que la mort du berger Daphnis lui a enlevé le goût de la montagne et de la chasse, le dieu affirme son intention de s’établir dans une ville 194 :

Je ne veux plus passer ma vie auprès des chèvres ; moi, Pan au pied de bouc, je ne veux plus habiter les sommets des montagnes. Quelle douceur, quel agrément y a-t-il pour moi dans les montagnes ? Il est mort, Daphnis, Daphnis qui embrasa notre cœur. J’habiterai cette ville, et qu’un autre s’en aille à la chasse des bêtes sauvages : ce qui lui plaisait autrefois n’est plus cher à Pan.

  • 195 Selon Flavius Josèphe, Antiquités juives 13, 393-394, Séleucie de Gaulanitide est une cité sous le (...)

91S’il est bien question ici de l’inauguration du Panion hellénistique, alors une cité aurait été fondée sur le site de Banias avant la fin du iie s. av. J.-C. Quelle que soit l’époque précise de sa fondation, on peut concevoir que cette agglomération n’ait eu qu’une existence éphémère, car la région est devenue le théâtre des luttes entre les Hasmonéens, les Nabatéens, les Ituréens et les Hérodiens au ier s. av. J.-C. Son sort serait ainsi comparable à celui d’une fondation voisine, Séleucie de Gaulanitide, reléguée au rang d’un village à l’époque romaine 195. Après la déchéance de la cité éventuellement associée au Panion hellénistique, les réminiscences de Daphné aux sources du Jourdain n’en prendraient que plus d’importance.

92Qu’une cité ait existé au pied de l’Hermon méridional dès l’époque hellénistique ou non, l’adaptation du mythe de la nymphe arcadienne dans la région s’inscrit dans un contexte semblable à celui du culte de Pan à Césarée-Panéas. Supposer que le nom du dieu grec recouvre celui d’un dieu phénicien est une hypothèse que l’on ne peut pas écarter a priori, mais dont on peut faire l’économie en l’absence d’argument décisif. En revanche, le succès local de Pan se comprend mieux si l’on tient compte des conditions politiques dans lesquelles la mythologie arcadienne aurait été transposée au pied de l’Hermon comme en Antiochène sous les Séleucides.

Conclusion

93Au début du iie s. apr. J.-C., la société du Liban se trouve dans un état de soumission et de dépendance sans précédent vis-à-vis de Rome. On peut prendre la mesure des changements survenus dans la région depuis la conquête du pays par Pompée. L’urbanisation du Liban connaît alors un regain certain. Deux cités, Arca et Panéas, ont été refondées sous Auguste à l’initiative des princes clients ituréens et hérodiens. Avec le concours de Rome, les colons de Béryte, lotis dans la Békaa à la même époque, entreprennent à leur tour de mettre en valeur l’agglomération et les sanctuaires de Baalbek. Dans le même temps, l’empereur finit par accaparer les ressources forestières du Liban tout en laissant les habitants des villes voisines s’approprier la montagne. En se référant aux légendes hellénisantes tirées d’un fonds devenu commun aux cités du Proche-Orient depuis l’époque hellénistique, ces derniers procèdent aussi à une réinterprétation de la mythologie régionale. Dès lors, la barbarie du Liban s’estompe, notamment dans les secteurs qui leur appartiennent en propre. La petite Arcadie qui se dessine sur les marges de leurs territoires recouvre l’ancien pays des géants, prenant en écharpe toute l’Abilène et la Damascène jusqu’au sud du Mont Hermon et au lac Houlé. La domestication du Liban est contemporaine de l’aménagement de nombreux sites cultuels. Pour autant, il ne faut pas nécessairement confondre ces deux phénomènes, car les cités sont loin de dominer l’ensemble de la région. Dans la montagne, certains districts autrefois tenus par les princes clients conservent un statut administratif incertain, en particulier sur les hauteurs du Mont Liban, en Abilène et dans le Qalamoun, tandis que d’autres, sur l’Hermon et dans l’Antiliban, ont une situation très marginale par rapport aux cités dont ils dépendent. C’est là précisément que foisonnent les villages et les sanctuaires.

Notes

1 Nicolet 1988.

2 Sartre 2003, p. 646 n. 45-46, et 2005a, p. 448 n. 44, où la date de 28-27 av. J.-C. doit être corrigée. L’an 53 de l’ère de 81 av. J.-C. équivaut à 29-28 av. J.-C., comme l’indique justement Sawaya 2009, p. 26. L’erreur remonte à RPC 1, p. 648 et 650, nos 4531-4533.

3 Grégoire le Thaumaturge, Remerciement à Origène 5, 62 : « la cité de Béryte, non loin d’ici, est une ville très romaine en quelque sorte et considérée comme l’école de ces lois » (ἡ τῶν Βηρυτίων πόλις · ἡ δὲ οὐ μακρὰν ἀπέχουσα τῶν ἐνταῦθα πόλις Ῥωμαικωτέρα πως, καὶ τῶν νόμων ταύτων εἶναι πιστευθεῖσα παιδευτήριον).

4 La création de la colonie romaine de Baalbek-Héliopolis répond à la volonté de punir Béryte, qui avait pris le parti de Pescennius Niger contre Tyr, sa voisine et son ennemie. L’événement est rapporté par le juriste Ulpien de Tyr, contemporain des événements : parmi les colonies de Syrie qui possèdent le ius italicum, « il y a aussi la colonie d’Héliopolis, qui reçut la constitution d’une colonie italique du divin Sévère comme résultat de la guerre civile » (Digeste 50, 15, 1). La nouveauté de l’époque sévérienne consiste donc uniquement en l’indépendance d’Héliopolis par rapport à Béryte, mais le nom donné à la colonia Iulia Augusta Felix Heliopolis traduirait la volonté des citoyens de faire savoir que leur colonie existe depuis l’époque d’Auguste. Les inscriptions confirment que la Békaa fait partie du territoire héliopolitain au iiie s. apr. J.-C. Par exemple IGLS 6, 2899, à Laboué (46).

5 Seyrig 1954c, p. 89 (AntSyr 5, p. 108).

6 Voir IGLS 6, 2809 (restitution incertaine) et 2828 (γι(τονία) Μακεδώνων en 635-636 apr. J.-C.), avec les remarques de Will 1988a, p. 129-130, et 1989, p. 224 (1995, p. 459-460 et 470).

7 IGLS 6, 2990 (Hajjar 1977, p. 4-7, n° 1). Il est vrai qu’on y lit les groupes nominaux Διὸς ἱερῷ, « sanctuaire de Zeus » (c, l. 1), et ἐν Ἡλιο[υπόλει], « à Héliopolis » (d, l. 2), et que les expressions τὸ ἀντίγ[ραφον], « la copie » (d, l. 3), et ἐπὶ στήληι, « sur une stèle » (d, l. 4), paraissent renvoyer à la transcription d’un document officiel. Le sanctuaire pourrait avoir bénéficié de privilèges économiques, comme celui de Zeus à Hosn Souleiman-Baetocécé, mais la restitution de l’exemption de taxes reste très incertaine (d, l. 1 : [ἀτε]λείας).

8 Hajjar 1985, p. 326, et 1990b, p. 2461. Voir les remarques de l’éditeur du texte, Alexander 1967, p. 47, sur son auteur et sur la date de sa composition.

9 Oracle de Baalbek, éd. P.J. Alexander, p. 13, l. 76-80 : Ἐν δὲ τῇ πέμπτῃ γενεᾷ ἀναστήσονται τρεῖς βασιλείς, Ἀντίοχος, Τιβέριος καὶ Γάϊος, καὶ πολλοὺς διωγμοὺς ποιήσουσι διὰ τὸν ἐν ξύλῳ σταυρωθέντα. Καὶ ἀνοικοδομήσουσι τὰ ἱερὰ Ἡλίου πόλεως καὶ τοὺς βωμοὺς τοῦ Λιβάνου, καὶ οἱ ναοὶ τῆς πόλεως ἐκείνης παμμεγέθεις εἰσὶ καὶ εὐπρεπεῖς ὑπὲρ πάντα ναὸν τῆς οἰκουμένης. Selon Alexander 1967, p. 78-79, cet extrait fait partie des passages remaniés au début du vie s. apr. J.-C., comme tous ceux qui sont relatifs à Héliopolis dans la prophétie.

10 IGLS 7, 4028, avec Rigsby 1980a, p. 248-254, et 1996, p. 504-511.

11 Debord 1997, pour les huit ou neuf Hiérapolis de l’Orient hellénisé. Plus généralement, sur le passage du sanctuaire-État à la cité, Debord 1982, dans le cadre de l’Asie Mineure hellénistique et romaine.

12 La première mention du toponyme libanais apparaît chez Strabon, Géographie 16, 2, 10. Debord 1997, p. 424, relève chez cet auteur d’autres passages où πόλις est employé à propos d’agglomérations associées à des sanctuaires renommés qui ne méritent pas encore le titre de cité : Comana pontique (12, 3, 34) et Comana de Cappadoce (12, 2, 3).

13 Personne ne relève le paradoxe de la situation des deux Héliopolis d’Égypte et du Liban. À l’époque où le site libanais aurait reçu le nom de la prestigieuse agglomération sacrée égyptienne, cette dernière est en pleine décadence. Voir Yoyotte 1954, p. 113-115.

14 Sur la ville romaine et protobyzantine : Wiegand 1921 et 1923 ; IGLS 6 ; Ragette 1980, p. 63-71 ; Rheidt 2008.

15 « Par qui furent construits les temples de Baalbek ? » À cette « question héliopolitaine », Seyrig 1954c, p. 95-98 (AntSyr 5, p. 114-117), apporte la réponse suivante : « Ce formidable ensemble passe à tel point les capacités de villes comme Héliopolis ou Béryte, que l’on peut même douter qu’il correspondît à celles de la province de Syrie. Et de fait, divers signes témoignent que le chantier fut un chantier impérial, où Rome elle-même prit une part active. Toute cette dépense, toute cette splendeur, n’ont pu naître que d’une décision concertée, relevant de la politique orientale des empereurs, et dont la colonie romaine ne peut avoir été que l’agent. Le caractère politique de cet acte paraît aussi dans le fait que le sanctuaire, bien que destiné à des dieux syriens, fut bâti, non pas sur le territoire d’une ville pérégrine, mais sur celui d’une colonie romaine. L’objet de la construction était évidemment d’unir dans une même dévotion les populations de la province et les colons que Rome implantait pour la première fois sur le sol de Syrie. » Remarquons que la participation des cités de la province de Phénicie à l’aménagement du site d’Héliopolis est attestée en 430-431 apr. J.-C. par l’épigramme IGLS 6, 2831, corrigée par Bousquet 1971, p. 38-40 (Bull. ép. 1973, 493 ; Merkelbach & Stauber 2002, p. 270, n° 20/13/02), et par Feissel, Bull. ép. 1994, 645.

16 Wiegand 1921, p. 77, 100, 104, pour l’emploi du granite rose à Baalbek. Seyrig 1961a, p. 118-125 (1985, p. 106-113), étudie les deux colonnes isolées de la grande cour du sanctuaire héliopolitain, la première ayant été taillée elle aussi dans le granite rose de Syène pour être érigée à Baalbek avant 212 apr. J.-C., tandis que la seconde est en granite gris, peut-être celui du Mons Claudianus ou de Troade.

17 Thalmann 1978, 1990, 2000 et 2006. Pour la tradition littéraire sur Arca, voir Starcky 1971-1972.

18 Honigmann 1953, p. 123-124 ; Durand 1997, nos 51-52. Les listes épiscopales du synode d’Antioche confirment l’identification de cette cité à Arca en 445 apr. J.-C.

19 Sur les villes d’Asie qui ont ajouté à leur nom celui de Caesarea, « en l’honneur et avec la permission soit d’Auguste soit de Tibère », nom qui a disparu par la suite dans de nombreux cas, voir Robert 1946, p. 76-78, avec onze exemples. À la suite de Galsterer-Kröll 1972, on peut rappeler que l’usage de ce nom, relativement limité, renvoie généralement à l’aide apportée par l’empereur à une ville détruite par un incendie ou un séisme.

20 Aliquot 1999-2003, p. 239-241, 264-265.

21 Thalmann 2000, p. 13.

22 Macrobe, Saturnales 1, 21, 1.

23 Starcky 1971-1972, p. 110-112 ; Thalmann 2000, p. 13-14.

24 Flavius Josèphe, Guerre juive 1, 404, et Antiquités juives 15, 363-364.

25 Sur l’ère de Césarée-Panéas, dont le début ne coïncide pas avec celui de l’ère personnelle de Philippe, voir l’introduction d’IGLS 11. Flavius Josèphe, Guerre juive 2, 168, paraît contredire l’hypothèse d’une fondation civique sous Auguste, puisqu’il évoque l’avènement de Tibère avant de préciser que Philippe conserve ses territoires et y fonde la cité. Cependant, la lecture du passage correspondant dans Antiquités juives 18, 28 (où la mention de la fondation est insérée à l’intérieur du récit relatif au gouvernement de Quirinus en Syrie), montre qu’il ne faut pas prendre en compte l’aspect chronologique de l’information qu’il transmet et qu’il faut simplement retenir que « Philippe, ayant aménagé Panéas, près des sources du Jourdain, la nomma Césarée » (Φίλιππος δὲ Πανεάδα τὴν πρὸς πηγαῖς τοῦ Ἰορδάνου κατασκευάσας ὀνομάζει Καισάρειαν).

26 Au revers d’un bronze frappé à Panéas en l’an 34 de Philippe (soit 30-31 apr. J.-C.), on lit ἐπὶ Φιλίππου τετράρχου κτίσ(του), « sous Philippe, tétrarque, fondateur » (RPC 1, n° 4948).

27 Flavius Josèphe, Antiquités juives 18, 6.

28 Flavius Josèphe, Guerre juive 3, 509-513 : Μέση δ᾿ ὑπὸ τοῦ Ἰορδάνου τέμνεται. Καὶ δοκεῖ μὲν Ἰορδάνου πηγὴ τὸ Πάνειον, φέρεται δ᾿ ὑπὸ γῆν εἰς τοῦτο κρυπτῶς ἐκ τῆς καλουμένης Φιάλης · ἡ δ᾿ ἐστὶν ἀνιόντων εἰς τὴν Τραχωνῖτιν ἀπὸ σταδίων ἑκατὸν εἴκοσι Καισαρείας, τῆς ὁδοῦ κατὰ τὸ δεξιὸν μέρος οὐκ ἄπωθεν. Ἐκ μὲν οὖν τῆς περιφερείας ἐτύμως Φιάλη καλεῖται τροχοειδὴς οὖσα λίμνη, μένει δ᾿ ἐπὶ χείλους αὐτῆς ἀεὶ τὸ ὕδωρ μήθ᾿ ὑπονοστοῦν μήθ᾿ ὑπερχεόμενον. Ἀγνοούμενος δὲ τέως ὁ Ἰορδάνης ἐντεῦθεν ἄρχεσθαι διὰ τοῦ τετραρχήσαντος Τραχωνιτῶν ἠλέγχθη Φιλίππου · βαλὼν γὰρ οὗτος εἰς τὴν Φιάλην ἄχυρα, κατὰ τὸ Πάνειον, ἔνθεν ἐδόκουν οἱ παλαιοὶ γεννᾶσθαι τὸ ποταμόν, εὗρεν ἀνενεχθέντα. Ce passage est annoncé plus haut dans la Guerre juive 1, 406 : « tout en bas, les sources jaillissent hors de la caverne (du Panion) : c’est là, comme certains le croient, que naîtrait le Jourdain, mais nous montrerons par la suite ce qu’il en est exactement » (τοῦ δὲ ἄντρου κατὰ τὰς ἔξωθεν ῥίζας ἀνατέλλουσιν αἱ πηγαί · καὶ γένεσις μέν, ὡς ἔνιοι δοκοῦσιν, ἔνθεν Ἰορδάνου τὸ δ᾿ ἀκριβὲς ἐν τοῖς ἑξῆς δηλώσομεν).

29 Abel 1933-1938, 1, p. 489-490, pour la localisation du lac Phialé, avec une photo, pl. 13, 1.

30 Eusèbe de Césarée, Histoire ecclésiastique 7, 17, fait allusion au rite hydromantique de la source. Voir IGLS 11, A/17, pour les témoignages épigraphiques sur les pratiques mantiques au Panion.

31 À l’origine, sans doute pour la distinguer des cités homonymes de l’Orient romain : Matthieu 16, 13 ; Marc 8, 27 ; Flavius Josèphe, Guerre juive 2, 168, et Antiquités juives 20, 211. Pour la tradition ultérieure, par exemple, Eusèbe de Césarée, Histoire ecclésiastique 7, 17, évoque un événement survenu ἐπὶ τῆς Φιλίππου Καισαρείας, ἣν Πανεάδα Φοίνικες προσαγορεύουσιν, « à Césarée de Philippe, que les Phéniciens appellent Panéas ».

32 Flavius Josèphe, Antiquités juives 19, 335-337 (Agrippa Ier), et 20, 211-212 (Agrippa II). À Béryte, la générosité d’Agrippa II et de son épouse Bérénice s’affiche sur une dédicace latine lacunaire relative à la restauration d’un édifice bâti par l’aïeul du roi, Hérode le Grand : voir en dernier lieu Haensch 2006, qui n’a pas connu les remarques de Seyrig 1946-1948, p. 157-158 (1985, p. 159-160), avec la photo dans Doumet-Serhal et al. 1997, p. 131, n° 84. À Baalbek, l’un des deux Agrippa est honoré par l’érection d’une statue de bronze aux frais de la cité et par l’obtention du titre de patron de la colonie (IGLS 6, 2759). Voir aussi la dédicace d’une statue de l’un des deux Agrippa, honoré à Tyr comme un fils de la cité (Rey-Coquais 2006, p. 34, n° 25).

33 Les archéologues qui travaillent actuellement à Banias identifient le palais d’Agrippa II au vaste ensemble architectural dégagé au sud de la ville antique. Voir Tzaferis & Wilson 1998 et Wilson 2004, p. 36-37, avec les fig. 17-18. Les informations font encore défaut pour que cette proposition puisse être acceptée sans réserve.

34 Flavius Josèphe, Guerre juive 3, 514 : τοῦ μὲν οὖν Πανείου τὸ φυσικὸν κάλλος ὑπὸ τῆς βασιλικῆς προσεξήσκηται πολυτελείας, τῷ Ἀγρίππα πλούτῳ κεκοσμημένον.

35 Dion Cassius, Histoire romaine 59, 12, 2 : ἐν δὲ τούτῳ Σοαίμῳ μὲν τὴν τῶν Ἰτυραίων τῶν Ἀράβων, Κότυϊ δὲ τὴν τε Ἀρμενίαν τὴν σμικροτέραν καὶ τῆς Ἀραβίας τινά. Trad. et comm. de Gatier 2007, p. 483-489, ici résumé.

36 Flavius Josèphe, Antiquités juives 19, 338-342.

37 Aliquot 1999-2003, p. 235-236.

38 Bel & Gatier 2008, p. 74 et 102-103, n° 15, fig. 25, cf. Feissel, Bull. ép. 2009, 513 (corrections ici adoptées) : Βαρβηλος Σθαργ|ωνου ἀγροῦ Ἀ(ρ)με|νίου θεῷ κ(υρίῳ) ἐπηκ|όῳ Ἀρμ(εν)ιῷ ἐξ ἰ|δίων ἀνεθη|κεν εὐχ(ῆς) χά|ριν, χαρά, ὑγία.| Βαρβηλος Σθαργωνου | ἀγροῦ Ἀρμενίου | θεῷ ἐπηκόῳ | Ἀρμενιῷ ἐξ ἰ|δίων ἀνέθη|κεν εὐχῆς χάριν.

39 Dédicace d’une statue au seigneur Hérode, découverte à et-Tell, près de Mnin, 76, dans le Qalamoun. Voir Hammoud & Omeri 2009, p. 144, fig. 295.

40 Rey-Coquais 1999b, p. 638-640, n° 6, cf. Aliquot 2002, p. 245 (ὑπὲρ τῆς σωτηρίας Μάρκου Ἰουλίου Ἀγρίππα κυρίου βασιλέως καὶ τῆς κυρίας βασιλίσσης Βερενίκης).

41 Rostovtseff 1928, p. 213 (SEG 7, 216) ([ἐπὶ βασι]λέος μεγάλου Μάρκου Ἰου[λίου Ἀγρί]ππα τοῦ ἐγ μεγάλου βασιλέ[ος Ἀγρίππ]α, εὐσεβοῦς, φιλοκαίσαρος [καὶ φιλορω]μαίου) ; Waddington, I. Syrie 2552 (Rostovtseff 1928, p. 213 ; SEG 7, 217) (ἐπὶ βασιλέως μεγάλου Μάρκο[υ Ἰουλίου Ἀγρίππα τοῦ ἐγ μεγάλου βασιλέως Ἀγρίππα φιλο]καίσαρος καὶ φιλορωμαίων [sic]) ; Waddington, I. Syrie 2553 (texte lacunaire également daté sous le règne d’Agrippa II).

42 Voir infra, chapitre 4 ([ἔτο]υς ιʹ τοῦ κὲ ι[εʹ Ἀγρίππ]α τοῦ κυρίου).

43 Flavius Josèphe, Guerre juive 1, 328 ; Antiquités juives 14, 351.

44 Flavius Josèphe, Antiquités juives 15, 185 et 204-229.

45 Flavius Josèphe, Antiquités juives 19, 336-337.

46 Flavius Josèphe, Guerre juive 2, 481-483 ; Autobiographie 48-53.

47 Voir chapitre 3.

48 L’un des deux fragments du texte est aujourd’hui conservé dans une annexe de l’église Notre-Dame de Yabroud, qui recouvre elle-même une basilique protobyzantine (Cannuyer 1999, p. 14-15, avec une photo avant et après les travaux effectués sur place depuis les années 1990).

49 Clermont-Ganneau 1906 ; IGLS 5, 2707, avec des modifications aux l. 2, 4, 7 et 10, cf. Will 1983, p. 145 n. 23 (1995, p. 593 ; SEG 33, 1252) sur la titulature du roi : [Βασι]λεὺς Ἀ[γρίππας ὁ ἐγ βασιλέ]ως Ἀγρ[ίππα, βασιλεὺς - - - φιλόκαι|σαρ] ε(ὐ)σεβὴς κ[αὶ φιλορώμαι]ο[ς] λέγει · [ἐπειδὴ - - - | - - -]εν Σαμσιγεραμ[ος Σ- - -] μηδὲν αὐτῶν [- - - |4 τὴν] ἱεροσύνην ἐπ[εχείρησε], ὅς, ὡς φησίν, ἔτη μεʹ [- - -] | ἐσύλησεν, ὄρκους [- - -]φα τοῦ ἀδελφοῦ α[ὐτοῦ - - -]|ου παραβάς, ἐνοι[κίσας ἀνόμ]ιμα μέγαλα κ̣α[- - -] | παραβησόμ[ενος ἐπέμει]νεν (?) αὐτοῖς · ὁμ[οίως (?) δὲ (?) - - -]|8μενων Μαμ[βογαίου (?)] ἐν Ζιββαίου κα[- - -] | ἐτῶν λʹ τά(λαντα) τʹ β[λ]ά[ψας, τὴν ἱερ]οσύ[νη]ν ἀποκα[ταστήσας (?) - - - | ὅ]σα (?) πᾶσι τοῖς ἐν ἀ[ριθμοῖς (?)] καὶ δικαίοις τό[κων (?) - - -] | Λυσανίου [τ]οῦ Τ[- - -] κατὰ τ[ὰ]ς ὑπ᾿ αὐτ[οῦ (?) - - -] |12 γραφεὶς ἀσεβ[είας - - - Σ]αμσιγέραμον Σ[- - -] | κελεύω πάν[τα ἃ κατέσ]χεν ἐν παντὶ τῷ [- - -] | ἐκ ταύτης τῆ[ς προειρημέν]ης ἀποκαταστ[άσεως - - - | - - -] συνεδαπάν[ησαν - - -]. L. 1-2 : la titulature d’Agrippa se déduit du protocole connu par ailleurs, notamment grâce à des inscriptions de Halboun, 77*, où il se présente toutefois de façon plus développée et dans un ordre différent. E. Will souligne que la restitution proposée est incertaine : en particulier βασιλεὺς μέγας, à la fin, peut sembler douteux dans un texte où βασιλεύς désigne la même personne. L. 2-3 : R. Mouterde propose [ἐπειδὴ (?) τῶν Ἰαβρουδηνῶν (?) ἔπηρ|ξ]εν, « il a gouverné les gens de Yabroud » : « les gens de Yabroûd étant les premiers lésés par un attentat contre le temple célèbre de leur dieu, leur plainte (et leur nom) doivent être mentionnés au début du texte », comme sur l’en-tête du procès-verbal de l’audience de Dmeir, publié par Roussel & de Visscher 1942-1943, p. 176-194, n° 1. C. Clermont-Ganneau ne fait pas apparaître les villageois plaignants avant les l. 7-8. L. 3 : l’initiale du patronyme se déduit de la l. 12 ; la brièveté de la lacune amène R. Mouterde à proposer Σ[είλα] ou Σ[οαίμου], noms dynastiques connus à Émèse (IGLS 5, 2212-2217) et bien attestés dans l’Antiliban. C. Clermont-Ganneau transcrit ensuite μηδὲν αὐτῷ, là où R. Mouterde suppose le pluriel μηδὲν αὐτῶν, répondant à αὐτοῖς (l. 7) et suivi d’un participe ; ce dernier conjecture μηδὲν αὐτῶν τιμήσας ἱερὰ καὶ δίκαια, Samsigéramos « n’ayant pas pris en considération leurs cultes et leurs droits ». L. 4 : R. Mouterde propose ἐπ[εχείρησε]. L. 6 : ἐνοι[κίσας] (Mouterde) ; [ἀνόμ]ιμα (Clermont-Ganneau). Dans la lacune à droite devrait suivre l’indication des engagements que Samsigéramos reste prêt à violer, rappelée plus loin par le participe futur παραβησόμ[ενος] (l. 7). L. 7 : ὁμ[οίως (?) δέ (?)] (Mouterde), introduction d’une seconde requête émanant de plaignants dont les noms suivent ; ὁμ[αίμοις (?)] ou ὁμ[ογένεσι (?)] (Clermont-Ganneau), ce qui suppose la mention de nouveaux témoins aux l. 7-8, ὁμ[ογένεσι, συνεμαρτυρησα]|μένων, « s’étant accordés à témoigner en plus… que » ; suivraient alors, après le participe pluriel au génitif, les noms propres qui le commandent. L. 8 : après Μαμ[βογαίου ( ?)], ΙΕΙΝ, ΙΕΩ, ΙΟΩ, ΙΒΩ, ΚΩ ou ΩΝ (Clermont-Ganneau) ; R. Mouterde lit d’après la photographie Ι̣ΕΝ etc. et comprend que la préposition ἐν commande le régime de Ζιββαίου. L. 9 : la lecture [τὴν ἱερ]οσύ[νη]ν est due à R. Mouterde, « restit. certaine, vu la lacune », celle de ἀποκα[ταστήσας] à C. Clermont-Ganneau, d’après la l. 14. L. 9-10 : R. Mouterde conjecture [- - - τὴν ἱερ]οσύ[νη]ν ἀποκα[ταστήσας ἅπαντα κατέσχε | ὅ]σα πᾶσι τοῖς ἐν ἀ[ριθμοῖς] καὶ δικαίοις τό[κων οὖσιν τὸ ἱερὸν ὤφειλε], « ayant déposé le sacerdoce, il a gardé tout ce que le temple devait à tous ceux qui étaient en compte et en justes (droits) d’intérêts ». L. 12 : lecture de R. Mouterde ; γραφεὶς ἀσεβ[είας · διό (?)], « accusé d’impiété : c’est pourquoi… » (Clermont-Ganneau). L. 15 : avant συνεδαπάν[ησαν], la pierre présente des vestiges de lettres très mutilées, peut-être Ι̣Ο̣Υ̣Γ̣, ce qui permettrait de retrouver le montant des frais mentionnés, [τά(λαντα) ἀργυρ]ί̣ο̣υ̣ γ̣ʹ, « trois talents d’argent » (Clermont-Ganneau).

50 Clermont-Ganneau 1906, p. 74-75.

51 Clermont-Ganneau 1906, p. 75.

52 Clermont-Ganneau 1906, p. 75.

53 Rey-Coquais 1994b, p. 46.

54 Will 1983, p. 145, avec la n. 23.

55 Clermont-Ganneau 1906, p. 72.

56 IGLS 6, 2968-2969 : Ner(o) Aug(ustus) Caesar imp(erator). Ces textes datent des trois dernières années du règne de Néron (54-68), qui n’a pris le titre d’imperator qu’en 66 apr. J.-C. Chaque fois, les trois lignes du texte se répartissent de part et d’autre d’un signe en forme de lituus. Comme sur certaines inscriptions forestières du Mont Liban au nom d’Hadrien (IGLS 8/3, 5033-5034, 5099, 5162, 5177, 5180), rien n’indique que ce symbole revête une quelconque valeur religieuse : le bâton des augures apparaît plutôt comme un attribut réservé à l’empereur. Mouterde 1951-1952, p. 69-73, décrit le poste militaire antique qui surplombe à pic la vallée de Yafoufa, remarquable observatoire sur l’« une des rares voies de pénétration à travers l’Anti-Liban, voie qu’emprunte la très ancienne route Ba‘albek-Damas par Zebdâni ».

57 Pline l’Ancien, Histoire naturelle 5, 74, décrit cette situation lorsqu’il évoque les tétrarchies de Trachonitide, Césarée-Panéas, Abila et Arca, toutes détenues par Agrippa II, en précisant que « chacune semblable à un royaume, elles s’incorporent dans des royaumes » (regnorum instar singulae, et regna contribuuntur).

58 CIL 3, 199-201 (textes répétés à une vingtaine de mètres d’intervalle sur la paroi rocheuse qui longe la route, dans un cartouche et à l’intérieur d’un autre cadre, sous une niche) : Imp(erator) Caes(ar) M(arcus) Aurel(ius) Antoninus Aug(ustus) Armeniacus et imp(erator) Caes(ar) L(ucius) Aurel(ius) Verus Aug(ustus) Armeniacus viam fluminis vi abruptam interciso monte restituerunt per Iul(ium) Verum leg(atum) pr(o) pr(aetore) provinc(iae) Syr(iae) et amicum suum inpendiis Abilenorum. // Pro salute imp(eratorum) Aug(ustorum) Antonini et Veri, M(arcus) Volusius Maximus, (centurio) leg(ionis) XVI F(laviae) F(irmae), qui operi institit, v(otum) s(olvit). Sur le tracé de la route, voir Clermont-Ganneau 1898a.

59 Gschwind 2004 (relevé schématique et partiel de l’aqueduc).

60 CIL 3, 179 (d’après E. Renan) et 12098 a (d’après J. Rendel Harris). On peut se faire une idée du paysage grâce aux photos de Vaumas 1954, pl. 41 (vue aérienne des hauts plateaux dans la région d’Aaqoura) et 120 A (passage vers la Békaa taillé dans la roche), Breton, IGLS 8/3, pl. 12, et Gatier & Nordiguian 2005, p. 5-6, 11-13, 15, 17-19, 51. Les cols de Mnaitri et d’Aaqoura offrent deux voies de passage entre la haute vallée du Nahr Ibrahim et Yammouné. À propos de la seconde, Renan 1864-1874, p. 303, affirme que « la route d’Akoura à Baalbek par le lac d’El Yammouné est très peu suivie et pourtant d’un haut intérêt. Le passage au-dessus d’Akoura est le plus facile de tous ceux qui traversent le Liban. » Ce faisant, il exagère beaucoup l’importance d’un sentier qu’il n’a pas emprunté.

61 CIL 3, 178.

62 CIL 3, 6696.

63 Yon 2009a, en particulier p. 303-306 (réfection de la route par la IIIe légion Gallica antonine, sous Caracalla) et 306-309 (épigramme rappelant les travaux du gouverneur de Phénicie Proculus, en 382-383 apr. J.-C.).

64 Au corpus de J.-F. Breton, IGLS 8/3, 5001-5187, s’ajoutent les inscriptions découvertes ou redécouvertes par Ghadban 1978, p. 194-219, nos 65-89 (signalées dans Ghadban 1981 et 1987), Abdul-Nour 2001 (AE 2001, 1966), 2004 et 2007, Abdul-Nour & Gèze 2006, Chasseigne & Rodríguez 2006, et Abdul-Nour, Akhrass & Gèze 2009, ainsi que les propositions de Rey-Coquais 2002 et les remarques de Gatier, AE 2002, 1524-1526.

65 J.-F. Breton ne s’attarde pas sur cet aspect de la question. On ne saurait le lui reprocher, d’autant que ses cartes et ses commentaires constituent les instruments qui permettent de compléter ses observations. Du reste, il ne néglige pas le problème ici soulevé, notamment lorsqu’il conclut, dans la dernière phrase de son introduction (IGLS 8/3, p. 35), que « la rigueur du découpage forestier est […] atténuée par l’existence d’un réseau très dense de villages et de chemins de montagne ». Voir aussi p. 26 : « les champs cultivés, les sylvae pascuae et les domaines des sanctuaires, au-dessus de 300 m. d’alt., empiètent eux aussi sur la forêt dans une proportion difficile à définir. »

66 Notamment IGLS 8/3, cartes 5 (région de Majdel Tarchiche, 33*, et d’Aintoura, 34), 8 (sur la rive droite du Nahr Ibrahim, près du sanctuaire de Machnaqa, 23) et 9 (haute vallée du Nahr Ibrahim, sur la rive gauche du fleuve, près de Qartaba).

67 Ces témoignages sont examinés infra, chapitre 3.

68 Strabon, Géographie 16, 2, 18.

69 Pline l’Ancien, Histoire naturelle 5, 78.

70 Renan 1864-1874, p. 148-150, avec la lecture de T. Mommsen reprise dans le CIL 3, 183 (ILS 5974) ; Schlumberger 1940, cf. Rey-Coquais 1972, p. 103-104 (comm.) : Fines positi inter / Caesarenses ad / Libanum et Gigarte/nos de vico Sidonior(um) / iussu - - - pro[c(uratoris) Aug(usti)] / per Dom[itium - - -]. L. 5 : dans le passage martelé, pour des raisons matérielles, la restitution du nom d’un procurateur, préconisée par Mommsen, reste préférable à celle du nom d’un légat, ⟦Cassi leg(ati Augusti) pro [pr(aetore)] (Schlumberger).

71 Georges de Chypre, Descriptio orbis Romani 973 (κώμη Γίγηρτα).

72 Aliquot 1999-2003, p. 264-265, ici complété.

73 Sartre 2003, p. 548 et 553.

74 Le nom du pagus est connu par la dédicace IGLS 6, 2936, gravée dans un cartouche à queues d’aronde sur un bloc calcaire conservé au Musée de Beyrouth et identifiable, d’après sa taille et son aspect, à un linteau plutôt qu’à une base de statue : Dea Suria Nihathe(na) / pro Aug(usto), pagus / Augustus fecit / et dedica[vi]t, « À la Dea Syria de Nihatha, au nom d’Auguste, le pagus Augustus a fait et consacré (ceci). » J.-P. Rey-Coquais souligne que l’on attend le datif deae Suriae à la première ligne, signale sans la suivre la suggestion d’H.-G. Pflaum, dea(m) Suria(m) (il s’agirait d’une statue), et suppose que dea Suria résulte d’une contamination par le grec θεᾷ Συρίᾳ. Pour le vicus Mifsenus d’Hosn Niha, voir IGLS 6, 2946, cf. Rey-Coquais 1987, p. 203 n. 44.

75 Dans son étude de l’onomastique et des monuments de Niha, Rey-Coquais 1987, p. 198-207, met bien en évidence le mélange de coutumes locales et de traditions proprement romaines ; il souligne que Niha est le seul site de la Békaa à avoir livré une série de stèles et de portraits sculptés à la romaine. Voir aussi la colonne funéraire de Qartaba, dans la vallée du Nahr Ibrahim : Parlasca 1982, p. 19-20, avec l’étude de Gatier 2005b.

76 IGLS 6, 2942, que corrige implicitement Rey-Coquais 1987, p. 198.

77 Rey-Coquais 1989a, p. 736.

78 Jacques & Scheid 1996, p. 248-250.

79 Voir les remarques nuancées de Hugoniot & Sartre 2004, p. 114-115, à propos de la situation africaine : « les liens de dépendance de ces trois types de communautés (pagi, castella et vici) avec les cités voisines ne sont que rarement attestés par l’épigraphie africaine et il faut se contenter d’observer la présence sporadique de ces localités en Proconsulaire sans que l’on puisse les rattacher systématiquement au territoire de colonies romaines. On doit donc se garder d’étendre à toutes les colonies de la province, déduites ou honoraires, une organisation territoriale fondée sur une subdivision régulière entre quartiers urbains (vici), cantons (pagi) et chefs-lieux de cantons (castella). Les archéologues constatent pourtant l’extraordinaire densité urbaine de l’Afrique proconsulaire. La province était parsemée d’un semis extrêmement serré de villae rurales et de petites bourgades souvent très proches les unes des autres. Leurs liens avec le centre urbain des cités sont très discutés. On pourra toujours invoquer l’argument a silentio, mais il paraît difficile d’affirmer que toutes les communes d’Afrique, du simple village à la petite bourgade, avaient un statut officiel reconnu par les autorités municipales de leur territoire. On peut même a contrario estimer que les titres de ces subdivisions municipales devaient être concédés assez rarement à ces localités, peut-être parce que ces statuts impliquaient une relative autonomie de gestion et donc des sources de financement public. »

80 Comme le note Sartre 2003, p. 739 n. 18 (2005a, p. 476 n. 17), Flavius Josèphe, Guerre juive 7, 216-217, apporte la confirmation que la présence d’un domaine impérial et l’existence d’une cité sont incompatibles sur la même portion de territoire.

81 Sur les questions de méthode, voir en dernier lieu Feissel 2000, qui dresse le bilan des recherches récentes sur les ères locales de l’Orient romain et qui attire l’attention sur le caractère spécifique de la documentation protobyzantine avant de reprendre l’étude de deux exemples classiques, celui du territoire municipal d’Antioche et celui des territoires provinciaux de Palestine et d’Arabie.

82 Novelles 47, 1 (trad. Feissel 2000, p. 65) : Εἰ δὲ καί τις παρὰ τοῖς τὴν ἑῴαν οἰκοῦσιν ἢ ἄλλοις ἀνθρώποις φυλάττεται παρατήρησις ἐπὶ τοῖς τῶν πόλεων χρόνοις, οὐδὲ ταύτῃ βασκαίνομεν · ἀλλὰ προτετάχθω μὲν ἡ βασιλεία, ἑπέσθω δὲ ὡς εἴρηται ὅ τε ὕπατος ἥ τε ἐπινέμησις ὅ τε μὴν ἥ τε ἡμέρα, καθ᾿ ἣν πράττεται καὶ γράφεται τὰ γινόμενα, τηνικαῦτά τε ἐπαγέσθω καὶ τὸ τῆς πόλεως πᾶσι τρόποις ἔτος. ἡμεῖς γὰρ ἀφαιροῦμεν μὲν τῶν ἔμπροσθεν οὐδὲ ἔν, βασιλικῇ δὲ προσθήκη τὸ πρᾶγμα αὔξομεν. Sur la réforme chronologique de 537 apr. J.-C. et son application limitée dans l’épigraphie grecque, voir aussi Feissel 1993b.

83 Seyrig 1950, p. 34-43 (AntSyr 4, p. 101-110), sur les ères de Damas et de Tripolis ; Seyrig 1954b, p. 76 (AntSyr 5, p. 95), sur celles d’Orthosie (avec les compléments de RPC 1, p. 644-645) ; Seyrig 1962a, p. 193 n. 2 (AntSyr 6, p. 100), sur celles d’Héliopolis et de Laodicée du Liban. Sur les ères tyriennes, Seyrig 1957 (AntSyr 5, p. 155-160) et Rey-Coquais 2004 : celle qui reste en usage à Tyr à l’époque romaine commence en octobre 126 av. J.-C. (même si un sceau de Tel Anafa atteste par ailleurs l’usage épisodique de l’ère de courtoisie commémorant la victoire d’Octave à Actium, d’après Stein 1994). Sur l’ère de Sidon, dont le début est fixé au 1er janvier 110 av. J.-C. sous l’Empire, Rey-Coquais 2000, p. 816-819, et Kiourtzian 2002, avec les remarques de Gatier, AE 2002, 1528, Rey-Coquais 2005a, p. 84, et Abou Diwan 2009.

84 Seyrig 1950, p. 38 (AntSyr 4, p. 105).

85 Mouterde 1944-1946, p. 41, à Béryte ; IGLS 6, 2953, à Karak Nouh, dans la Békaa, en 96 apr. J.-C.

86 Seyrig 1962a (AntSyr 6, p. 98-100), à Ain es-Samaké ; Rey-Coquais 1982, p. 405-408, nos 9-12, à Khan Khaldé.

87 Seyrig 1962a, p. 193 (AntSyr 6, p. 100).

88 L’ère séleucide est attestée à Baalbek dès le mois d’août 60 apr. J.-C. (IGLS 6, 2733), puis à nouveau à Yammouné (52) en 72-73 apr. J.-C. (IGLS 6, 2917). Elle se maintient dans la Békaa jusqu’au milieu du viiie s. apr. J.-C., d’après deux mosaïques inscrites de l’église de Nabha (48*). Voir Ghadban 1980, p. 107, n° 6, de 732-733 apr. J.-C., et p. 108-110, n° 8, de décembre 746 apr. J.-C. (SEG 30, 1676).

89 D’après Rey-Coquais 1982, p. 406, n° 10, inscription commémorant la pose d’une mosaïque à Khan Khaldé le 8 Panémos de l’an 586. J’écarte de la discussion deux textes chrétiens de la Békaa méridionale où l’usage de l’ère hellénistique de Béryte a été supposé sans raison nécessaire. Voir IGLS 6, 2985, à Dakoué (71, an 625), et Ghadban 1985, p. 296-302 (SEG 37, 1448), à Hammara (88*, an 513) : dans les deux cas, l’ère de Sidon pourrait aussi convenir. Par ailleurs, je suis aujourd’hui encore plus réservé que dans Aliquot 1999-2003, p. 235, sur l’usage de l’ère de Béryte pour convertir la date de la dédicace de Majdel Aanjar (70), car cette ère tardivement utilisée à Béryte n’est jamais formellement attestée dans la Békaa.

90 Pour l’ère de Panéas, qui débute au premier semestre de l’an 2 av. J.-C., voir IGLS 11, p. 22-25.

91 Seyrig 1954b, p. 77 (AntSyr 5, p. 96), sur les ères de Botrys.

92 Seyrig 1954b, p. 73-75 (AntSyr 5, p. 92-94), avec RPC 1, p. 647-648.

93 Le poids de l’an 190 est publié dans Seyrig 1954a, p. 69 (AntSyr 5, p. 88) ; pour sa datation, Seyrig 1954b, p. 74-75 (AntSyr 5, p. 93-94). Le poids daté de l’an 30 d’Auguste et de l’an 311 des Séleucides (soit 2-1 av. J.-C.) est uniquement signalé dans AntSyr 5, p. 94 n. 3. La formulation de la date est comparable à celle de l’inscription d’Aréthuse IGLS 5, 2085 : « an 36 (d’Actium), mais 317 suivant le comput antérieur (celui des Séleucides) ». Cependant, le poids de l’an 190 montre que Byblos, contrairement à Aréthuse, conserve l’ère actienne après la mort d’Auguste.

94 Rey-Coquais 1972, p. 94-105.

95 Rey-Coquais 1972, p. 95-96 n. 6, et 1999b, p. 634 n. 15, rapproche la situation des temples libanais de celle des sites cultuels hauranais dont l’appartenance aux domaines hérodiens est connue et dont les inscriptions sont également datées selon le comput impérial après l’époque des princes clients. Cependant, le cas du Hauran, où l’urbanisation est tardive, pourrait être différent de celui du Liban-Nord, où l’extension territoriale des cités dans leur arrière-pays proche est susceptible de précéder la réorganisation de la région sous le contrôle de Rome.

96 De Dea Syria 8.

97 Vaumas 1954, p. 55-56.

98 Rey-Coquais 1972, p. 102-103, ici complété.

99 L’inscription qui atteste l’usage de l’ère séleucide dans la haute vallée du Nahr Ibrahim est l’épitaphe de Yanouh. Rey-Coquais 1972, p. 96, cite sa date : an 564, soit 252-253 apr. J.-C. Rey-Coquais et Yon la publient dans Gatier et al. 2004, p. 202-203 (cf. Aliquot 2006b, p. 135, pour le nom de la défunte ; SEG 54, 1640).

100 Les sites montagnards de cette région sont susceptibles d’appartenir aux domaines ituréens et hérodiens avant d’être annexés à la province romaine de Syrie, comme le suggère la dédicace de Qalaat Faqra (31) pour le salut d’Agrippa II et de Bérénice. Voir Rey-Coquais 1999b, p. 638-640, n° 6, cf. Aliquot 2002, p. 245. Par la suite, l’usage généralisé de l’ère séleucide ne permet pas de déterminer l’appartenance de la région au territoire de Béryte ou à un domaine impérial. Voir Aliquot 1999-2003, p. 253.

101 Aux deux inscriptions forestières déjà repérées dans le Ouadi Brissa (IGLS 8/3, 5186-5187) s’ajoutent les trouvailles épigraphiques de Ghadban 1978, p. 194-219, nos 65-89, simplement signalées dans Ghadban 1981 et 1987 : vingt-cinq textes inédits jalonnent la région depuis le Ouadi Brissa, au nord-ouest d’Hermel (44), jusqu’au Jabal Sannine (32*), qui domine Zahlé. Certains de ces textes sont publiés dans Chasseigne & Rodríguez 2006, qui n’ont pas connu le travail de C. Ghadban. L’usage de l’ère séleucide est commun au versant oriental du Mont Liban et à la partie de la Békaa plus certainement englobée dans le territoire des colonies de Béryte, puis d’Héliopolis. Pour les inscriptions datées des avant-monts libanais, voir Ghadban 1975-1976 (Jabal Akroum, 2) ; IGLS 6, 2917 (poljé de Yammouné, 52), avec Rey-Coquais 1981, p. 169-170.

102 Strabon, Géographie 16, 2, 19. Pour la localisation traditionnelle des sources de l’Oronte dans la région de Hermel, voir Abel 1933, p. 147.

103 Dussaud 1927, p. 401-402 ; Rey-Coquais 1964, p. 296-301. Voir Vaumas 1954, p. 249, avec carte hydrographique pl. 8.

104 Je m’appuie ici sur IGLS 6, Ghadban 1981 et Rey-Coquais 1981. La zone des inscriptions datées selon l’ère de Sidon englobe à mon avis Dakoué (71) et Hammara (88*), non loin de Majdel Aanjar (70) vers le sud. Après que les Hérodiens l’ont administré de manière intermittente entre 41 et 53 apr. J.-C., le district de Chalcis est sans doute attribué à la colonie de Béryte.

105 Pour Hiné (111), Aliquot 1999-2003, p. 195 n. 115, à propos de Flavius Josèphe, Guerre juive 2, 95.

106 La querelle territoriale entre Damas et Sidon est attestée par Flavius Josèphe, Antiquités juives 18, 153, qui la date sous Tibère sans plus de précision. Dès le règne d’Auguste, la convoitise des deux cités a probablement été attisée par la chute de Chalcis du Liban et par l’annexion des derniers réduits ituréens de la Békaa méridionale, de l’Antiliban et de l’Hermon. Quoi qu’il en soit, sous Tibère, la dispute ne peut concerner que l’Hermon, car l’Abilène reste aux mains de l’Ituréen Lysanias avant de passer entre 28-29 et 37 apr. J.-C. dans celles d’Agrippa Ier (Luc 3, 1 ; Flavius Josèphe, Antiquités juives 18, 237).

107 Pour les inscriptions de l’Hermon datées selon l’ère séleucide, voir IGLS 11, 18 (Jdeidet Yabous, 87), 36 (Burqush, 107), 38 (Qalaat Jendal, 109*), 41 (Rimé, 112*), 42 (Arné, 113), 50-51 (Hiné, 111).

108 Yabroud (72*) : IGLS 5, 2707, avec Will 1983, p. 145 n. 23 (1995, p. 593). Halboun (77*) : Rostovtseff 1928 (SEG 7, 216-218). Georges de Chypre, Descriptio orbis Romani 990 (κλίμα Ἰαβρούδων) et 993 (κλίμα Μαγλούλων). L’opuscule géographique de Georges de Chypre est composé vers l’an 600 apr. J.-C. Il reprend pour une part les listes de Hiéroclès (vie s. apr. J.-C.). Sartre 2003, p. 741-743, et 2005a, p. 207-211, fait l’état de la question et exprime à juste titre des réserves sur l’histoire des domaines impériaux connus uniquement par des sources aussi tardives.

109 Honigmann 1942-1943, p. 61 : à la fin de la sixième session du concile œcuménique de Chalcédoine (451 apr. J.-C.), Théodore de Damas signe au nom de son suffragant Eusèbe de Yabroud. L’existence de l’évêché de Yabroud est aussi attestée vers 570 apr. J.-C. par la Notitia Antiochena, éd. E. Honigmann, p. 75. Dans la région, la promotion de Yabroud au rang d’une cité et d’un siège épiscopal fait écho à celle d’autres bourgades montagnardes : Rakhla-Zénonopolis (Rakhlé, 106) en territoire sidonien, Barkousa-Justinianopolis (Burqush, 107) en Damascène, Abila de Lysanias en Abilène.

110 IGLS 11, 1-2 (Haloua, 89), 4 (Deir el-Aachaiyer, 105), 20, 22-26, 31, 33 (Rakhlé, 106), 35 (provenance incertaine). Dans l’Antiquité tardive, l’ancienne frontière entre Sidon et Damas correspond à celle qui sépare la Phénicie côtière de la Phénicie libanaise.

111 IGLS 11, 18 (Jdeidet Yabous, 87), 36 (Burqush, 107), pour m’en tenir aux localités les plus proches de la frontière orientale de Sidon.

112 Flavius Josèphe, Guerre juive 1, 539, et Antiquités juives 16, 361, indique que les Sidoniens possèdent le village de Platanée, identifiable au lieu-dit Platanos de Polybe, Histoires 5, 68, 6 ; selon Dussaud 1927, p. 45-47, il s’agirait d’Aaramoun, au nord-est de l’embouchure du Nahr ed-Damour. L’usage de l’ère municipale bérytienne est attesté à Khan Khaldé par les inscriptions chrétiennes que publie Rey-Coquais 1982, p. 405-408, nos 9-12.

113 Voir Rey-Coquais 2000, p. 816-819 (Sidon et environs) ; Kiourtzian 2002 (Zahrani) ; Alpi, Kowalski & Waliszewski 1998, p. 238-240 (Anane) ; Wattel-De Croizant 1995, p. 135-148, et Rey-Coquais 2005a, p. 85 (Jiyé) ; Alpi, dans Ortali-Tarazi & Waliszewski 2002b, p. 47-48 (Chhim, 39) ; IGLS 6, 2989 (Bab Maréa, au pied du Jabal Niha et en bordure du lac de Qaraoun) ; Abou Diwan 2009, p. 120-122, n° 6 (Lala) ; pour l’Hermon, IGLS 11, 5 (Kfar Qouq, 95*), 7-8 (Aaiha, 96), 12 (Ain Horché, 101), 15 (Ain Aata, 102).

114 Rey-Coquais 1977, p. 48-49, d’après Achille Tatius, Leucippé et Clitophon 2, 17, 2.

115 Feissel, Bull. ép. 1987, 513, et Gatier, AE 2002, 1528. Republiant ce texte, Kiourtzian 2002, p. 24-25, utilise à tort l’ère sidonienne pour le dater.

116 Des publications archéologiques et épigraphiques complètent les observations de Meimaris 1992, p. 60-65, et de Di Segni 1997a, p. 188-223, principalement fondées sur le témoignage des sources littéraires et des inscriptions datées de l’époque romaine et protobyzantine (Kadesh, 42, Suhmata, Khirbet Alya, Khirbet Karkara, el-Bassah) : Berlin & Herbert 2003 et Ariel & Naveh 2003 (vestiges et sceaux hellénistiques de Tell Kadesh) ; Rey-Coquais 2005a, p. 85-87 (photos, trad. et comm. des dédicaces chrétiennes sur les mosaïques de Saddiqin).

117 Flavius Josèphe, Guerre juive 3, 35.

118 Le cas de Kadesh (42) est traité par Meimaris 1992 p. 60-65, nos 1-5, et Di Segni 1997a, p. 188-198, nos 27-31. Outre les inscriptions datées, voir aussi Flavius Josèphe, Guerre juive 4, 104-105 (μεσόγειος δ᾿ ἐστὶ Τυρίων κώμη καρτερά), cf. 2, 459 (Κάδασα ἡ Τυρίων). Au sud-ouest de Kadesh, Yaroun (41*) a livré une inscription dont la date doit probablement être calculée selon l’ère municipale de Tyr. Voir Lammens 1902, p. 54, n° 102 : an 314, soit 188-189 apr. J.-C.

119 IGLS 6, 2989 (Bab Maréa) ; IGLS 11, 15 (Ain Aata, 102) et 42 (Arné, 113).

120 IGLS 11, p. 22-25, pour le détail de la discussion.

121 Sur les limites et les localités antiques de la Batanée, Sartre 1999, p. 220-221, et 2002, p. 218-222.

122 Sartre 1982, p. 48-70 ; Meimaris 1992, p. 146-304, 357-380.

123 On ne connaît aucun récit à propos de l’Éleuthéros (Nahr el-Kébir), du Lycos (Nahr el-Kelb), du Magoras (Nahr Beyrouth) et du Léon (Nahr ed-Damour, autrement appelé Damouras et Tamyras), dont les noms reflètent l’hellénisation de la toponymie régionale sans que l’on puisse les expliquer. Honigmann 1923-1924, nos 151c, 167, 268b, 277a, 281a, réunit les références sur ces cours d’eau. L’assonance de l’hydronyme Damouras et du nom Démarous, que Philon de Byblos donne au père de Melqart, pourrait être fortuite (contra Baumgarten 1981, p. 195) ; Lipiński 1995, p. 123-124, considère que Damouras pourrait transcrire un substantif araméen ṭmwr, « cachette, refuge ».

124 Philon de Byblos, Histoire phénicienne, fr. 2, transmis par Eusèbe de Césarée, Préparation évangélique 1, 10, 29 : ἔτει δὲ τριακοστῷ δευτέρῳ τῆς ἑαυτοῦ κρατήσεως καὶ βασιλείας, ὁ Ἦλος, τοῦτ᾿ ἔστιν ὁ Κρόνος, Οὐρανὸν τὸν πατέρα λοχήσας ἐν τόπῳ τινὶ μεσογείῳ καὶ λαβὼν ὑποχείριον ἐκτέμνει αὐτοῦ τὰ αἰδοῖα σύνεγγυς πηγῶν τε καὶ ποταμῶν. Ἔνθα ἀφιερώθη Οὐρανὸς καὶ ἀπηρτίσθη αὐτοῦ τὸ πνεῦμα καὶ ἀπέσταξεν αὐτοῦ τὸ αἷμα τῶν αἰδοίων εἰς τὰς πηγὰς καὶ τῶν ποταμῶν τὰ ὕδατα, καὶ μέχρι τούτου δείκνυται τὸ χωρίον.

125 Hésiode, Théogonie 173-187. Baumgarten 1981, p. 211-212, rapproche également le récit de la mutilation d’Ouranos chez Philon de celui de la blessure d’Adonis selon le De Dea Syria. L’analogie paraît uniquement formelle : la fonction politique des deux mythes est différente, comme on le verra.

126 Philon de Byblos, Histoire phénicienne, fr. 2, dans Eusèbe, Préparation évangélique 1, 10, 36-37. Sawaya 1998 actualise la liste des monnaies de Byblos au type du Cronos phénicien ; il faut ajouter à son catalogue l’exemplaire provenant des fouilles de Yanouh, publié par le même auteur dans Gatier et al. 2004, p. 173, n° 1.

127 Jean Lydus, Sur les mois 4, 64, in fine : ἐκ γὰρ τοῦ Λιβάνου (ὄρος δέ ἐστιν ἐκεῖ ἐκ τῆς πρὸς λίβα νεύσεως οὕτω καλούμενον) δύο ποταμοὶ ἐκπίπτουσιν ἐπὶ τὴν θάλασσαν, ὧν ὁ μὲν μείζων καὶ διειδέστερος Ἄδωνις, ὁ δὲ ἐλάσσων καὶ γεωδέστερος Ἄρης προσαγορεύεται. ἐμπίπτων δὲ ὁ Ἄρης τῷ Ἄδωνι οὐ διασώζει τὴν οἰκείαν προσηγορίαν ἄχρι θαλάσσης. ἐπεὶ οὖν Ἄδωνις ὅλος ἐμμίγνυται τῷ πελάγει, δοκεῖ μᾶλλον αὐτὸς ἀγαπᾶσθαι πρὸς τῆς Ἀφροδίτης ἀντὶ τοῦ τῆς θαλάσσης.

128 De Dea Syria 8 : ἔνι δὲ καὶ ἄλλο θωῦμα ἐν τῇ χώρῃ τῇ Βυβλίῃ · ποταμὸς ἐκ τοῦ Λιβάνου τοῦ οὔρεος ἐς τὴν ἅλα ἐκδιδοῖ · οὔνομα τῷ ποταμῷ Ἄδωνις ἐπικέαται. ὁ δὲ ποταμὸς ἑκάστου ἔτεος αἱμάσσεται καὶ τὴν χροιὰν ὀλέσας ἐσπίπτει ἐς τὴν θάλασσαν καὶ φοινίσσει τὸ πολλὸν τοῦ πελάγεος καὶ σημαίνει τοῖς Βυβλίοις τὰ πένθεα. μυθέονται δὲ ὅτι ταύτῃσι τῇσι ἡμέρῃσιν ὁ Ἄδωνις ἀνὰ τὸν Λίβανον τιτρώσκεται, καὶ τὸ αἷμα ἐς τὸ ὕδωρ ἐρχόμενον ἀλλάσει τὸν ποταμὸν καὶ τῷ ῥόῳ τὴν ἐπωνυμίην διδοῖ. ταῦτα μὲν οἱ πολλοὶ λέγουσιν. ἐμοὶ δέ τις ἀνὴρ Βύβλιος ἀληθέα δοκέων λέγειν ἑτέρην ἀπηγέετο τοῦ πάθεος αἰτίην. ἔλεγεν δὲ ὧδε · ὁ Ἄδωνις ὁ ποταμός, ὦ ξεῖνε, διὰ τοῦ Λιβάνου ἔρχεται · ὁ δὲ Λίβανος κάρτα ξανθόγεώς ἐστιν. ἄνεμοι ὦν τρηχέες ἐκείνῃσι τῇσιν ἡμέρῃσιν ἱστάμενοι τὴν γὴν τῷ ποταμῷ ἐπιφέρουσιν ἐοῦσαν ἐς τὰ μάλιστα μιλτώδεα, ἡ δὲ γῆ μιν αἱμώδεα τίθησιν · καὶ τοῦδε τοῦ πάθεος οὐ τὸ αἷμα, τὸ λέγουσιν, ἀλλ᾿ ἡ χώρη αἰτίη. ὁ μὲν μοι Βύβλιος τοσάδε ἀπηγέετο · εἰ δὲ ἀτρεκέως ταῦτα ἔλεγεν, ἐμοὶ μὲν δοκέει κάρτα θείη καὶ τοῦ ἀνέμου ἡ συντυχίη.

129 De Dea Syria 6.

130 De Dea Syria 9 : ἀνέβην δὲ καὶ ἐς τὸν Λίβανον ἐκ Βύβλου, ὁδὸν ἡμέρης, πυθόμενος αὐτόθι ἀρχαῖον ἱρὸν Ἀφροδίτης ἔμμεναι, τὸ Κινύρης εἴσατο, καὶ εἶδον τὸ ἱρόν, καὶ ἀρχαῖον ἦν.

131 Pseudo-Méliton, Apologie, éd. et trad. W. Cureton, p. 25 et 44, trad. Lipiński 1995, p. 74 : « Le peuple de la Phénicie adorait Belti (Blty), reine de Chypre, car elle s’était éprise de Tammouz fils de Chousor, roi des Phéniciens, et avait quitté son propre royaume pour venir habiter à Byblos, une forteresse des Phéniciens, assujettissant en même temps tous les Chypriotes au roi Chousor. Car, bien qu’elle eût aimé Arès avant Tammouz, elle avait commis l’adultère avec ce dernier et son époux Héphaïstos, qui l’avait prise sur le fait et était jaloux d’elle, vint tuer Tammouz dans la montagne du Liban, alors que celui-ci était en train de chasser le sanglier. Depuis lors, Belti est restée à Byblos et elle est morte à Afqa, où Tammouz avait été enseveli. » C’est en s’appuyant sur ce témoignage unique que Renan 1864-1874, p. 297, et Soyez 1977, p. 43, suggèrent de localiser le tombeau de Tammouz (Adonis) à Afqa, non sans réserves. Krencker & Zschietzschmann 1938, p. 57, se contentent d’observer qu’aucun monument repéré sur le site d’Afqa n’étaye cette hypothèse. Il est vrai que l’interprétation des ruines du sanctuaire et de ses environs est très compliquée.

132 Lycophron, Alexandra 828-833, dont les scholies, éd. E. Scheer, p. 264-267, indiquent qu’il est question d’Adonis à Byblos ; De Dea Syria 7 ; Denys, Périégèse 509 (scholie).

133 Zosime, Histoire nouvelle 1, 58, 1-2 (trad. F. Paschoud) : Ἄφακα χωρίον ἐστὶν μέσον Ἡλιουπόλεώς τε καὶ Βύβλου, καθ᾿ ὃ ναὸς Ἀφροδίτης Ἀφακίτιδος ἵδρυται · τούτου πλησίον λίμνη τις ἔστιν ἐοικυῖα χειροποιήτῳ δεξαμενῇ · κατὰ μὲν οὖν τὸ ἱερὸν καὶ τοὺς πλησιάζοντας τόπους πῦρ ἐπὶ τοῦ ἀέρος λαμπάδος ἢ σφαίρας φαίνεται δίκην, συνόδων ἐν τῷ τόπῳ χρόνοις τακτοῖς γινομένων, ὅπερ καὶ μέχρι τῶν καθ᾿ ἡμᾶς ἐφαίνετο χρόνων. Ἐν δὲ τῇ λίμνῃ εἰς τιμὴν τῆς θεοῦ δῶρα προσέφερον οἱ συνιόντες ἔκ τε χρυσοῦ καὶ ἀργύρου πεποιημένα, καὶ ὑφάσματα μέντοι λίνου τε καὶ βύσσου καὶ ἄλλης ὕλης τιμιωτέρας · καὶ εἰ μὲν δεκτὰ ἐφάνη, παραπλησίως τοῖς βάρεσι καὶ τὰ ὑφάσματα κατεδύετο, εἰ δὲ ἄδεκτα καὶ ἀπόβλητα, αὐτά τε ἦν ἰδεῖν ἐπιπλέοντα τῷ ὕδατι τὰ ὑφάσματα καὶ εἴ τί περ ἦν ἐν χρυσῷ καὶ ἀργύρῳ καὶ ἄλλαις ὕλαις, αἷς φύσις οὐκ αἰωρεῖσθαι ἐπὶ τοῦ ὕδατος ἀλλὰ καταδύεσθαι. Zosime pourrait s’appuyer en l’occurrence sur le témoignage d’Eunape de Sardes. Sozomène, Histoire ecclésiastique 2, 5, 5, évoque lui aussi la boule de feu, qui descendrait de la montagne pour disparaître dans le fleuve.

134 IGLS 11, A/17, comm., avec les références.

135 Polybe, Histoires 5, 45, 8. Chez Ptolémée, Géographie 5, 14, 16, l’épithète de Laodicée du Liban, σκαβίωσα, « raboteuse, rugueuse, galeuse », renvoie aussi à l’âpreté des paysages de la Békaa septentrionale.

136 Will 1949, p. 273-274 (1995, p. 644-645), propose d’attribuer le monument de Hermel à l’un des Mennaïdes, Starcky 1971-1972, p. 109, à l’un des dynastes du Liban-Nord.

137 Voir les remarques de Rey-Coquais 1981, p. 169-170, à propos des trouvailles de Ghadban 1981, p. 159-162, et 1987, p. 224-229.

138 Sur la géographie de l’Oronte, voir Weulersse 1940, et Vaumas 1954, p. 246-248.

139 Vaumas 1954, p. 248.

140 Voir Abel 1933, p. 147, 156-158, et 1933-1938, 1, p. 462-465, qui montre notamment que, contrairement à une idée tenace (par exemple IGLS 6, p. 24, et Butcher 2003, p. 13), le Litani ne saurait être identifié au Léontès pour la bonne raison qu’aucun fleuve phénicien n’a jamais reçu ce nom dans l’Antiquité. Sur la géographie du Litani, voir Vaumas 1954, p. 249-255.

141 Théophane, Chronique, éd. C. de Boor, p. 418 : εἰς τὰ μέρη Δαμασκοῦ καὶ Ἀντιλιβάνου, εἰς κάμπον λεγόμενον Γαρίς.

142 Polybe, Histoires 5, 45, 8 ; 46, 1-3 ; 61, 7-8. Abel 1933 examine aussi la tradition géographique arabe (Yaqout, al-Idrisi, al-Dimashqi).

143 Les publications sur la mythologie de l’Oronte sont nombreuses : outre l’étude classique d’Abel 1933, qui foisonne de remarques judicieuses, voir Balty 1982, avec des arguments complémentaires sur l’identification de l’Oronte à un fleuve de Baal, Chuvin 1991b, p. 170-173 (« Oronte et l’Oronte »), et Bernard 1995, qui revient longuement sur la légende de la plaine d’Apamée telle qu’elle est rapportée par le Pseudo-Oppien, en insistant sur les souvenirs macédoniens décelables dans la toponymie régionale.

144 Les textes ougaritiques sur le combat de Baal et Lotan sont traduits dans Caquot & Sznycer 1974, p. 168, 239-240, 243. Sur le Léviathan, dragon marin de Ésaïe 27, 1, et de Psaumes 74, 13-14, voir Uehlinger 1999, avec la bibliographie. Dans la Septante, la traduction grecque de Léviathan, Δράκων, n’est autre que l’un des noms de l’Oronte : Malalas, Chronographie 2, 12 ; 8, 10 et 12 ; 10, 10 ; Eustathe, Commentaire à Denys le Périégète 919.

145 Au début du ve s. apr. J.-C., la version syriaque de la Théophanie d’Eusèbe de Césarée (2, 14), fournit la plus ancienne attestation écrite du nom sémitique de Baalbek, ce qui suggère que le toponyme a survécu dans la langue orale. Contrairement aux savants qui traduisent Baalbek par « Baal de la plaine » ou « Baal des pleurs », Milik 1967, p. 595, et 1972, p. 433, interprète ce nom de lieu par le cananéen Baal(ne)bek, « Baal de la source ». Cette analyse est généralement acceptée aujourd’hui, même si Wild 1973, p. 219-223, souligne le caractère inhabituel de l’assimilation ln > ll, qui justifierait la formation du toponyme arabe actuel via l’araméen.

146 Sur le thème du combat contre l’anguipède en Phénicie et en Syrie, Seyrig 1934, p. 165-172 (AntSyr 2, p. 20-27). Ajoutons que Philon de Byblos, Histoire phénicienne, fr. 2 (Eusèbe de Césarée, Préparation évangélique 1, 10, 26), fait intervenir Typhon aux côtés de Pontos et de Nérée, contemporains de Cronos II, Zeus Bélos et Apollon, et qu’un mythe tyrien connu d’Eudoxe de Cnide au ive s. av. J.-C. et transmis par Athénée, Deipnosophistes 9, 47, identifie Typhon au meurtrier d’Héraclès-Melqart.

147 Abel 1933, p. 156.

148 Abel 1933, p. 157.

149 Chuvin 1991b, p. 170-173, étudie les diverses versions relatives à la légende d’Orontès.

150 Bernard 1995. Pour les monnaies, voir Houghton et al. 2008, nos 1427-1428. Le nom Ἄξιος est également attesté par Sozomène, Histoire ecclésiastique 7, 15, 11 (Ἀπαμείας τῆς πρὸς τῷ Ἀξίῳ ποταμῷ). Bien qu’il dérive de ce nom de bon augure, l’hydronyme arabe actuel Nahr el-Aassi, « fleuve rebelle », perpétue plutôt la tradition péjorative sur l’Oronte.

151 Apollodore, Bibliothèque 1, 6, 3. Sur le mythe grec de Typhon et son histoire, Vian 1960.

152 Strabon, Géographie 16, 2, 7 : Ῥεῖ δὲ τῆς πόλεως πλησίον Ὀρόντης ποταμός · οὗτος δ᾿ ἐκ τῆς Κοίλης Συρίας τὰς ἀρχὰς ἔχων, εἶθ᾿ ὑπὸ γῆν ἐνεχθείς, ἀναδίδωσι πάλιν τὸ ῥεῦμα, καὶ διὰ τῆς Ἀπαμέων εἰς τὴν Ἀντιόχειαν προελθών, πλησιάσας τῇ πόλει πρὸς τὴν θάλατταν καταφέρεται τὴν κατὰ Σελεύκειαν · τὸ δ᾿ ὄνομα τοῦ γεφυρώσαντος αὐτὸν Ὀρόντου μετέλαβε, καλούμενος πρότερον Τυφών. μυθεύουσι δ᾿ ἐνταῦθά που τὰ περὶ τὴν κεραύνωσιν τοῦ Τυφῶνος καὶ τοὺς Ἀρίμους, περὶ ὧν εἴπομεν καὶ πρότερον · φασὶ δὲ τυπτόμενον τοῖς κεραυνοῖς (εἶναι δὲ δράκοντα) φεύγειν κατάδυσιν ζητοῦντα · τοῖς μὲν οὖν ὁλκοῖς ἐντεμεῖν τὴν γῆν καὶ ποιῆσαι τὸ ῥεῖθρον τοῦ ποταμοῦ, καταδύντα δ᾿ εἰς γῆν ἀναρρῆξαι τὴν πηγήν · ἐκ δὲ τούτου γενέσθαι τοὔνομα τῷ ποταμῷ. À deux reprises (12, 8, 19 ; 13, 4, 6), Strabon a déjà eu l’occasion d’évoquer les Arimes, habitants mythiques de la région de Corycos (Cilicie), où se situe le gîte caverneux de Typhon. Ailleurs (6, 2, 9), il signale encore la disparition de l’Oronte dans le gouffre de Charybde, entre Apamée et Antioche.

153 Talmud de Babylone, traité Baba Bathra 74b.

154 Pausanias, Description de la Grèce 5, 7, 4-5 : ἐν δὲ τῇ γῇ <τῇ> Ἑβραίων ποταμόν τινα Ἰάρδανον καὶ αὐτὸς οἶδα λίμνην Τιβεριάδα ὀνομαζομένην διοδεύοντα, ἐς ταύτην ἐσιόντα καὶ ὑπὸ τῆς λίμνης αὐτὸν ἀναλούμενον. [...] τῷ δὲ Ἀλφειῷ τὸ αὐτὸ πάσχει. Nimmo Smith 2004 recense les légendes grecques de l’Alphée.

155 Pétris de culture classique, les voyageurs du xixe s. relayent ici les Anciens. Nombreux sont ceux qui, la tête encore pleine des souvenirs bibliques de la Galilée, évoquent à leur tour l’Arcadie lorsqu’ils gagnent les premiers contreforts de l’Hermon méridional. Par exemple P. Loti dans La Galilée, 1896, éd. Martin 1991, p. 590-591 : « Continuant notre route du soir vers le nord [de Dan], nous allons donc sortir du vieux pays d’Israël, pour entrer sur le territoire des Gentils. C’est au milieu des arbres, des arbres retrouvés et encore nouveaux pour nos yeux, que nous cheminons maintenant, nous éloignant des marais et du fleuve, nous élevant par des pentes douces sur les montagnes qui ferment à l’est la vallée du Haut Jourdain. Une sorte d’Arcadie pastorale, de Bétique délaissée et charmante, où courent en tout sens des ruisseaux clairs. […] Vers trois ou quatre heures enfin, le fantôme de la Césarée-de-Philippe nous apparaît, dans la belle verdure d’avril, au pied de hautes cimes couvertes de buissons et de fleurs ; des eaux vives bruissent partout alentour ; le fracas des sources et des torrents anime seul ses environs déserts. »

156 IGLS 11, A/13-14.

157 Comme le souligne Jost 1985, p. 476, le culte des nymphes n’est que rarement attesté dans la patrie arcadienne de Pan. Sur l’association de Pan et des nymphes : Brommer 1956, col. 1003 ; Larson 2001. Un exemple sous la plume du syrien Méléagre de Gadara : Anthologie palatine 7, 196. Le culte collectif des nymphes est bien attesté au Proche-Orient (Antioche, Daphné, Séleucie de Piérie, Philadelphie-Amman, Gadara, Nysa-Scythopolis, Pella), cf. Herter 1937, 1566, complété par Lichtenberger 2003, p. 105, 155, 183, 264, pour l’Arabie et la Décapole.

158 Roscher 1894 réunit les quatorze variantes de la généalogie du dieu. Jost 1985, p. 460-464, montre que les légendes du Cyllène et de Mantinée sont celles qui imposent l’idée de la filiation de Pan avec Hermès ; les liens privilégiés d’Hermès avec l’Arcadie justifient leur succès auprès des Grecs. Sur Pan, symbole de l’Arcadie, Jost 1985, p. 475-476.

159 Lucien, Dialogues des dieux 22, 2 : τὸν πατέρα δὲ γίνωσκε θεὸν ἔχων Ἑρμῆν Μαίας καὶ Διός. εἰ δὲ κερασφόρος καὶ τραγοσκελὴς εἶ, μὴ λυπείτω σε · ὁπότε γάρ μοι συνῄει ὁ πατὴρ ὁ σός, τράγῳ ἑαυτὸν ἀπείκασεν, ὡς λάθοι, καὶ διὰ τοῦτο ὅμοιος ἀπέβης τῷ τράγῳ.

160 Étienne de Byzance, Ethnica, s.v. Δαμασκός : οἱ δὲ ὅτι Δαμασκὸς Ἑρμοῦ παῖς καὶ νύμφης Ἁλιμήδης ἐξ Ἀρκαδίας εἰς Συρίαν ἦλθε καὶ πόλιν ὁνώνυμον ἔκτισεν.

161 Damascius, Vie d’Isidore, fr. 136 B (éd. P. Athanassiadi, p. 304-307), dans Photius, Bibliothèque, cod. 242, 200. Pour le combat des dieux et des géants sur l’Alphée, Pausanias, Description de la Grèce 8, 29, 1.

162 Sur ce dernier, Iliade 7, 142 ; scholies à Iliade 2, 209 et 7, 8 ; Pausanias, Description de la Grèce 8, 4, 10.

163 Ainsi Chuvin 1991b, p. 268.

164 Zouhdi 1961-1962, p. 89-98 (en arabe) (Speidel 1980, p. 39-40) ; Hajjar 1990c, p. 2601-2602, pl. 7 (SEG 40, 1397) ; Weber 2006, p. 33, n° 13, pl. 9a-b : Θαμαναιος οὐετρανὸς εὐσεβῶν ἀνέθηκεν θεῷ Ὠρίωνι.

165 Saulcy 1874, p. 30-31, nos 2-4 (non datées), pour les monnaies expertisées par l’auteur, les autres étant plus douteuses (cf. p. 31-32, nos 7-8, 14, 21). La monnaie RPC 1, p. 664, n° 4787 (30-29 av. J.-C.), porte au droit un buste masculin imberbe et juvénile tourné à droite et couronné de laurier, avec l’arc et le carquois au dos, d’abord identifié à celui d’Artémis, puis à celui d’Apollon (cf. Suppl. 1, p. 46) ; il s’agit peut-être moins du dieu lui-même que d’Octave assimilé à Apollon.

166 Cabouret 1997, p. 1020.

167 Pline l’Ancien, Histoire naturelle 2, 106, établit entre l’Alphée et l’Oronte un rapprochement semblable à celui que Pausanias opère entre l’Alphée et le Jourdain. Au colloque international de l’Université de Hama en 2003, puis dans une communication intitulée « Oronte et Barada : fleuves syriens » et présentée en 2004 au séminaire pluridisciplinaire de l’UMR 5189 HiSoMA sur « Les fleuves, géographie historique, archéologie et littérature », P.-L. Gatier a mis en évidence les nombreux emprunts de la mythologie de l’Oronte à celle de l’Alphée et de l’Arcadie. Pour les légendes damascènes, voir Gatier 2008-2009.

168 Sur l’eau de Styx en Arabie, voir Damascius, Vie d’Isidore, fr. 135 (éd. P. Athanassiadi, p. 302-303), dans Photius, Bibliothèque, cod. 242, 195 et 199, avec le commentaire de Tardieu 1990, p. 38-69. La tradition grecque qui place le fleuve des enfers dans les gorges sauvages de l’Arcadie est déjà attestée par Hérodote, Histoires 6, 74, et Pindare, Olympiques 3, 28-29.

169 Dussaud 1936. Le poème Baal et la génisse est présenté et traduit dans Caquot & Sznycer 1974, p. 273-289.

170 Flavius Josèphe, Antiquités juives 5, 199, et Guerre juive 4, 2-3 ; Talmud de Jérusalem, traité Kilayim 9, 6 (32c).

171 Dussaud 1936, p. 295.

172 Voir notamment Lipiński 1971, p. 16, et Ma‘oz 2004, p. 144.

173 À la suite de Caquot & Sznycer 1974, p. 283, il semble préférable de localiser le Shamak plus près d’Ougarit que ne le sont les sources du Jourdain (« peut-être dans la région du lac d’El ‘Amq au nord-est d’Antioche, ou les marais du Ghâb, au sud de Djisr esh-Shogour »). Je remercie P. Bordreuil de m’avoir mis en garde contre l’interprétation de R. Dussaud : l’identification du Shamak au lac Houlé rappelle la tendance des premiers ougaritologues à localiser certains épisodes des mythes et des légendes d’Ougarit dans le même environnement géographique que celui de la littérature biblique.

174 Berlin 1999, p. 43 n. 5.

175 Les épigrammes composées par Antipatros de Sidon en l’honneur de Pan sont réunies dans l’Anthologie palatine 6, 14, 15 et 109. Pour les poèmes de Méléagre sur Pan, voir Anthologie palatine 7, 196 et 535 (ce dernier étant classé à tort parmi les épigrammes funéraires) ; 12, 128.

176 Marcadé 1969, p. 393-396, pl. 50.

177 L’importance des géants dans les traditions locales de l’Arcadie lui vaut le surnom de Γιγαντίς selon Étienne de Byzance, Ethnica, s.v. Ἀρκαδία. Voir Jost 1985, p. 245.

178 Le géant indien Orontès est enseveli près d’Antioche : Pausanias, Description de la Grèce 8, 29, 4, et Nonnos de Panopolis, Dionysiaques 17, 310 ; 25, 252 ; 34, 177. Un autre géant, Pagras, donne son nom à une localité située à une trentaine de kilomètres d’Antioche selon Malalas, Chronographie 8, 15, qui évoque aussi la présence d’un groupe de géants pétrifiés à deux milles de la ville. Enfin, Philostrate, Héroïcos 1, 1, relate la découverte du tombeau du géant Aryadès sur la rive de l’Oronte. Sur ces légendes, Chuvin 1991b, p. 172-173.

179 Polybe, Histoires 16, 18, 2 ; 28, 1, 3.

180 Malalas, Chronographie 10, 10.

181 Voir Vian 1960, p. 28-31, et Chuvin 1991b, p. 182-185 : Apollodore, Bibliothèque 1, 6, 3, évoque le rôle salvateur d’Hermès et de Pan dans la légende de Zeus et de Typhon (retenu prisonnier dans l’antre corycien du monstre, Zeus doit à l’intervention de ces deux dieux de recouvrer ses nerfs) ; pour Oppien, Halieutiques 3, 15-28, Pan est le seul sauveur des dieux ; au début du iiie s. apr. J.-C., Pisandre de Laranda remplace Hermès et Pan par Cadmos, mais c’est avec la flûte de Pan que ce dernier charme Typhon ; Nonnos de Panopolis, Dionysiaques 1, 510-512, suit cette version. De même qu’ils sont vénérés à Corycos à l’époque romaine, Zeus, Hermès et Pan, les trois dieux qui triomphent de Typhon, sont accueillis à demeure à Panéas et à Antioche. Le culte d’Hermès fils de Zeus est attesté au Panion par la dédicace d’une statue du dieu à Pan et aux nymphes en 148-149 apr. J.-C. (IGLS 11, A/14). À Antioche, où Zeus et Pan ont leurs propres temples, Hermès possède lui aussi un sanctuaire, visité par l’empereur Julien selon Libanios, Discours 15, 79.

182 Pausanias, Description de la Grèce 10, 7, 8 ; Philostrate, Vie d’Apollonios de Tyane 1, 16 ; Nonnos de Panopolis, Dionysiaques 42, 386. Une variante fait de Daphné la fille de Pénée, le dieu du fleuve homonyme de Thessalie : Hygin, Fables 203 ; Ovide, Métamorphoses 1, 452.

183 Philostrate, Vie d’Apollonios de Tyane 1, 16 ; Libanios, Discours 11, 94-99 ; Nonnos de Panopolis, Dionysiaques 33, 211-215 ; Eustathe, Commentaire à Denys le Périégète 917 (d’après Arrien).

184 Flavius Josèphe, Guerre juive 4, 541 : ταύτῃ (τῇ Σεμεχωνιτῶν λίμνῃ) τριάκοντα μὲν εὖρος, ἑξήκοντα δὲ μῆκος στάδιοι · διατείνει δ᾿ αὐτῆς τὰ ἕλη μέχρι Δάφνης χωρίου τά τε ἄλλα τρυφεροῦ καὶ πηγὰς ἔχοντος, αἳ τρέφουσαι τὸν μικρὸν καλούμενον Ἰόρδανον ὑπὸ τὸν τῆς χρυσῆς βοὸς νεὼν προπέμπουσι τῷ μεγάλῳ.

185 Flavius Josèphe, Antiquités juives 5, 178 (οὐ πόρρω τοῦ Λιβάνου ὄρους καὶ ἐλάσσωνος Ἰορδάνου τῶν πηγῶν) et 8, 226 (ἡ δὲ ἐστι πρὸς ταῖς πηγαῖς τοῦ μικροῦ Ἰορδάνου). Voir Abel 1933-1938, 1, p. 477.

186 En Nombres 34, 11, les Targums et la Vulgate remplacent le toponyme Ribla par des noms ou des expressions comparables à celles de Josèphe : Dafna, fons Daphnis. Voir Abel 1933-1938, 1, p. 304, 444.

187 Guérin 1880, p. 342 (Tell Defna) ; Dussaud 1927, p. 391-392 (Tell Defné) ; Abel 1933-1938, 1, p. 444 (Khirbet Dafna). Le toponyme Dafna est sur la carte topographique au 50 000e du Levant (feuille de Houlé, 1945).

188 Sur le Ladon d’Arcadie, Pausanias, Description de la Grèce 5, 7, 1 ; 8, 20, 1-4. Voir Jost 1985, p. 38-39, 61.

189 Philostrate, Vie d’Apollonios de Tyane 1, 16 (trad. P. Grimal, modifiée) : Ἐπεφοίτησε καὶ Ἀντιοχείᾳ τῇ μεγάλῃ πεπαυμένος τοῦ σιωπᾶν, καὶ παρῆλθεν ἐς τὸ ἱερὸν τοῦ Δαφναίου Ἀπόλλωνος, ᾧ περιάπτουσιν Ἀσσύριοι τὸν μῦθον τὸν Ἀρκάδα· τὴν γὰρ τοῦ Λάδωνος Δάφνην ἐκεῖ μεταφῦναι λέγουσι καὶ ποταμὸς αὐτοῖς ῥεῖ Λάδων, καὶ φυτὸν τιμᾶται παρ᾿ αὐτοῖς δάφνης, τοῦτο δὴ τὸ ἀντὶ τῆς παρθένου, κυπαρίττων τε ὕψη ἀμήχανα περιέστηκε κύκλῳ τὸ ἱερὸν καὶ πηγὰς ἐκδίδωσιν ὁ χῶρος ἀφθόνους τε καὶ ἠρεμούσας, αἷς τὸν Ἀπόλλω φασὶ ῥαίνεσθαι. ἐνταῦθα κυπαρίττου τι ἔρνος ἡ Γῆ ἀναδέδωκεν ἐπὶ Κυπαρίττῳ φασὶν ἐφήβῳ Ἀσσυρίῳ, καὶ πιστοῦται τὴν μεταβολὴν ἡ ὥρα τοῦ φυτοῦ. καὶ ἴσως νεανικώτερον ἅπτεσθαι δοκῶ τοῦ λόγου διαμυθολογῶν τὰ τοιαῦτα· ἀλλ᾿ οὐχ ὑπὲρ μυθολογίας ταῦτα. τί δέ μοι ὁ λόγος βούλεται; ὁ Ἀπολλώνιος ἰδὼν τὸ ἱερὸν χαρίεν μέν, σπουδὴν δ᾿ ἐν αὐτῷ οὐδεμίαν, ἀλλ᾿ ἀνθρώπους ἡμιβαρβάρους καὶ ἀμούσους · Ἄπολλον, ἔφη, μετάβαλε τοὺς ἀφώνους ἐς δένδρα, ἵνα κἂν ὡς κυπάριττοι ἠχῶσιν. τὰς δὲ πηγὰς ἐπισκεψάμενος, ὡς γαλήνην ἄγουσι καὶ κελαρύζει σφῶν οὐδεμία · ἡ ἀφωνία, εἶπεν, ἡ ἐνταῦθα οὐδὲ ταῖς πηγαῖς ξυγχωρεῖ φθέγγεσθαι. πρὸς δὲ τὸν Λάδωνα ἰδὼν · οὐχ ἡ θυγάτηρ, ἔφη, σοὶ μόνη μετέβαλεν, ἀλλὰ καὶ σὺ τῷ δόξαι βάρβαρος ἐξ Ἕλληνός τε καὶ Ἀρκάδος.

190 Sur la visite à Antioche d’Apollonios de Tyane, Soler 2004, p. 382-386, en dernier lieu. Comme l’indique la préface de ses Vies des sophistes, Philostrate connaît personnellement le temple d’Apollon à Daphné, où il s’est entretenu avec l’un des Gordiens, qui faisait comme lui partie du cercle de l’impératrice Julia Domna. Voir Bowersock 1969, p. 105-106.

191 Jost 1985, p. 458, sur le paysage « panique » arcadien. Par exemple Ovide, Fastes 2, 271-276 : « Pan, dieu des troupeaux, était honoré, dit-on, par les anciens Arcadiens : on le trouvait partout sur les montagnes d’Arcadie, témoin le mont Pholoé, témoin le lac Stymphale et le Ladon aux eaux rapides qui court jusqu’à la mer, et les hauteurs boisées du Nonacris que couronnent des pins, et la haute Tricréné et les neiges de Parrhasie. »

192 Cabouret 1997, p. 1013-1015.

193 Il faut écarter de la discussion l’établissement grec hellénistique de Tel Anafa, qui ne saurait être considéré comme une ville. Voir Herbert 1994, 1997 et Berlin 1997 avec les remarques de Gatier 2003, p. 100, 103-104, 114. Contrairement à de nombreux auteurs (Ma‘oz 1993, p. 526 ; MacAdam 1993, p. 343 ; Herbert 1994, p. 6 ; Sartre 2003, p. 121), je ne tiens pas compte non plus d’Appien, Histoire de Syrie 57, qui ferait mention d’une Antioche libanaise parmi les fondations urbaines de Séleucos Ier : « aujourd’hui encore, les plus fameuses d’entre elles sont les deux Séleucie, l’une sur la mer, l’autre sur le Tigre, Laodicée de Phénicie, Antioche sous le Mont Liban (Ἀντιόχεια ἡ ὑπὸ τῷ Λιβάνῳ ὄρει) et Apamée en Syrie. » Dans ce passage où il est clairement question de la tétrapole syrienne, la correction de Λιβάνῳ par Ἀμάνῳ s’impose, comme le souligne Will 1989, p. 224 (1995, p. 470).

194 Anthologie Palatine 7, 535 (trad. P. Waltz) : οὐκέθ᾿ ὁποῦ χιμάροισιν ἔχειν βίον, οὐκέτι ναίειν / ὁ τραγόπους ὁρέων Πὰν ἐθέλω κορυφάς. / τί γλυκύ μοι, τί ποθεινὸν ἐν οὔρεσιν ; ὤλετο Δάφνις, / Δάφνις, ὅς ἡμετέρῃ πῦρ ἔτεκε κραδίῃ. / ἄστυ τόδ᾿ οἰκήσω, θηρῶν δέ τις ἄλλος ἐπ᾿ ἄργην / στελλέσθω · τὰ πάροιθ᾿ οὐκέτι Πανὶ φίλα. Robert 1948, p. 10-11, et Rey-Coquais 1994a, p. 47-50, ont relevé l’intérêt de ce poème épidictique.

195 Selon Flavius Josèphe, Antiquités juives 13, 393-394, Séleucie de Gaulanitide est une cité sous le règne d’Alexandre Jannée (103-76 av. J.-C.) ; en revanche, d’après le même auteur, Autobiographie 187, elle n’est plus qu’un village dans les années 60 apr. J.-C.

Table des illustrations

Titre Fig. 14. Dédicace CIL 3, 199-201, en amont de Souk Ouadi Barada.
Crédits Photo J. Aliquot 2008.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1431/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 540k
Titre Fig. 15. Route romaine et aqueduc en amont de Souk Ouadi Barada, vue depuis le haut-lieu de Nébi Abel (82).
Crédits Photo J. Aliquot 2008.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1431/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 548k
Titre Fig. 16. Inscription forestière IGLS 8/3, 5001. Musée de l’AUB.
Crédits Photo J. Aliquot 2008.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1431/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1000k
Titre Fig. 17. Les territoires du Liban sous l’Empire romain.
Crédits Carte J. Aliquot 2009.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1431/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 588k
Titre Fig. 18. Statuette en bronze dédiée à Orion.
Légende Musée national de Damas (inv. 13151).
Crédits Photo J. Aliquot 2008.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1431/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 608k

© Presses de l’Ifpo, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540