Version classiqueVersion mobile

Le tombeau des trois frères à Palmyre

 | 
Hélène Eristov
, 
Claude Vibert-Guigue
, 
Walid al-As`ad
, 
et al.

II - Construction des connaissances

F. État du tombeau

Rôle des prises de vues 1

(Cl. Vibert-Guigue)

Texte intégral

  • 1 Premier passage à Palmyre de C. Vibert-Guigue, le 6 juin 1980 et d’H. Eristov en 1999.
  • 2 Kraeling 1961-1962.

1La photographie joue un rôle important dans l’historiographie du tombeau et Carl H. Kraeling, de l’Oriental Institute à l’Université de Chicago, en dresse un rapide historique dans son article 2 paru à la fin d’une période où la Syrie et l’Égypte relevaient pour trois ans (1958-1960) de l’Union de la République Arabe.

2Nous avons vu (supra) les échanges de documentation entre savants : Strzygowski publie en 1901 des photos prises par Sobernheim en 1899 (pl. 2) ; Farmakowski publie en 1903 celles de l’expédition de Uspenski menée en 1901 (pl. 3) ; Chabot publie en 1922 des clichés des Dominicains Jaussen et Savignac de 1914 (pl. 8) ; Djemal Pascha publie à Berlin en 1918 des photos issues de la collection de Wiegand (pl. 9).

3En noir et blanc, les clichés livrent des points de vue souvent semblables. On regrette l’absence de témoignages visuels tournés vers le remblai du vestibule, et de son déblaiement qui occasionna le dégagement de l’édicule de l’exèdre sud. Ils auraient montré tant la position du second vantail que l’aspect architectural de part et d’autre de l’escalier intérieur dont les aménagements latéraux suscitent l’interrogation (infra p. 145).

4Peu après l’exécution d’un cliché daté d’avant 1952 fourni par le musée de Palmyre (pl. 73. 1), les vues publiées par Kraeling dans les Annales Archéologiques Arabes Syriennes (pl. 74) racontent les premières tentatives de développement de photographies en couleur à Palmyre au printemps 1954, à l’occasion de la remise en état de l’intérieur du tombeau achevée quelque temps plus tôt.

5Pour lancer le projet du premier essai d’enregistrement en couleur des peintures, Kraeling prend en effet en considération, d’une part que le tombeau est nettoyé et qu’une porte le protège du vandalisme, d’autre part que des films Ektachrome développables sur le terrain sont disponibles. Il précise que le Dr. Selim Abdul-Hak a encouragé cet effort documentaire. Kraeling voyait là une opération de large portée culturelle qui, en effet, a livré des détails disparus par la suite ; défi technique et volonté de pérenniser un état du monument aussi complètement que possible vont alors de pair.

  • 3 Kraeling 1961-62, 17-18.

6On apprend ainsi que l’Oriental Institute qui a obtenu les planches en couleurs grâce aux films Ektachrome imprimés par l’imprimerie Duval à Paris (d’où les légendes en français) « est heureux de les voir accompagnées de cette brève introduction dans les Annales du Department of Antiquities » ; l’auteur y exprime « sa gratitude aux membres officiels du gouvernement syrien pour l’amabilité manifestée à ses ressortissants à tout moment, et reconnaît l’importante implication dont les agences nationales de tous les différents services gouvernementaux locaux ont heureusement fait preuve dans l’exploration archéologique et la documentation des monuments de la culture historique proche-orientale » 3.

7Kraeling précise que ces clichés sont dus au travail du Dr. Charles F. Nims, non sans difficultés et limites, ces dernières inhérentes aux altérations survenues entre le moment de la découverte et la pose d’une porte arrêtant la lumière venant de l’est. Ceci, dit-il, est particulièrement vrai pour la lunette et le mauvais-œil qui a également souffert de dégradations humaines depuis la découverte. Quant aux difficultés, elles étaient dues à la fois à l’absence d’alimentation électrique, rendant nécessaire l’usage d’ampoules, et à la chaleur de juin à Palmyre qui ne facilitait pas l’obtention d’une eau à bonne température pour le développement du film.

État comparatif de documents sur les pilastres peints (Cl. Vibert-Guigue)

8Les documents relatifs aux pilastres peints de l’exèdre ouest, des plus anciens à ceux élaborés par la mission franco‑syrienne, racontent à leur manière les altérations subies depuis la découverte du tombeau. Une double planche les présente de manière chronologique aux fins d’analyse (pl. 32 à 34). Les médaillons font l’objet d’une étude à part (pl. 37).

9Rappelons en préambule quelques faits techniques. La prise de vue exhaustive des différentes parois peintes de l’exèdre, puis leur publication, n’apparaît qu’en 1954 avec la série en couleur de Kraeling. Mais la tentative relève plus de l’innovation que d’une réelle fidélité aux coloris, la définition offerte par l’Ektachrome étant alors limitée. Les parties lacunaires des surfaces décorées ont été rebouchées, elles correspondent à des dégradations anciennes ou à d’autres survenues après la réouverture du tombeau.

10Durant les décennies précédentes, des vues imprimées en noir et blanc ne reproduisent que partiellement les décors (Strzygowski, Farmakowski, Jaussen et Savignac et Djemal Pascha). Sans préjuger des négatifs originaux, l’impression sur papier indique une finesse de gélatine variable et des contrastes différents. Les prises de vue de 1914 et 1918 offrent pour certaines une qualité indéniable. Les pilastres H et I publiés en 1918 par Djemal Pascha sont les meilleurs documents disponibles, en particulier pour les Victoires, dont les traits du visage et le magnifique plissé du vêtement, nous ont guidés dans la phase d’étude et d’infographie. N’oublions pas que le remblai intérieur obstruait l’entrée, obligeant les photographes à utiliser des éclairages d’appoint.

11On ignore dans quelle mesure la photographie a pu être utilisée par Farmakowski pour publier sous la forme d’une aquarelle en couleur le pilastre O avec son médaillon portant les bustes d’un homme et d’un enfant (pl. 3. 3.1). L’usage de la photographie transparaît par la présence d’une lacune sur l’arête droite et de zones un peu effacée à hauteur des jambes de la Victoire et de la scène animale. Dû au dessinateur Kluge, c’est le plus ancien document en couleur publié connu (supra p. 53). De retour en Europe les savants constituent sans doute des dossiers à partir de minutes de terrain, de croquis, d’échantillonnage de couleur, de tirages photographiques, etc. Les frais d’édition peuvent laisser comprendre que, dans le cas du pilastre O, l’aquarelle ait amené à écarter le cliché.

Pilastres

  • 4 Elle rassemble des agrandissements de clichés, voire des redres-sements de vues (...)

12L’état comparatif des neuf pilastres met en regard la documentation ancienne 4 et celle réalisée à partir de 2004 dans le cadre de la mission syro-française. Outre les motifs, il s’agit de faire apparaître l’ordre des altérations modernes (découpes, graffiti, etc.). Ces pilastres aux Victoires sont depuis 2015 badigeonnés en blanc, de la scène animalière au bas, au médaillon du haut.

13Pilastre B : une zone à hauteur des jambes et du globe a disparu entre 1918 et 1954, et une découpe de la tête dans le médaillon a été tentée.

14Pilastre C : une zone à hauteur des jambes et du globe s’est détériorée entre 1918 et 1954 affectant le bord gauche du pilastre.

15Pilastre D : le décor a assez bien résisté mis à part les altérations sur les arêtes et de nombreux graffiti.

16Pilastre N : c’est le pilastre le plus atteint : entre 1914 et 1954 la surface entre le sol et la taille de la Victoire a disparu. Un vestige d’enduit ne permet pas d’identifier la scène animale.

17Pilastre O : la séquence verticale est la plus complète des neuf pilastres. Le médaillon comporte deux figures ; le graffito APRAHAM, en lettres capitales ressortant du cadre rouge, a suscité des interrogations même si ce graffite est jugé récent par Farmakowski. En 1914 le cliché atteste la tentative non aboutie de découpe du petit buste dont il reste quelques traces. La dépose du visage de la Victoire, attestée par le cliché de 1954, ne peut être datée plus précisément. Présence de graffiti.

18Pilastre P : il a fait l’objet en 1914 d’un cliché de bonne définition dont l’éclairage fait ressortir les coups de brosse à la surface du djousse. Cet effet technique explique peut-être le cadrage du cliché à partir des genoux de la Victoire tenant un médaillon orné d’un buste féminin.

19Pilastre G : les documents antérieurs à 1954 manquent. Le décor a bien résisté à l’exception d’une ligne lacunaire sous le médaillon. Un cliché conservé à l’Université Saint-Joseph de Beyrouth pourrait éventuellement faire penser à une tentative de dépose du médaillon (pl. 10. 1).

20Pilastre H : en vis-à-vis du pilastre P, il est documenté dans les mêmes conditions, mais sans aquarelle couleur (excepté le médaillon, pl. 37). Présence de graffiti.

21Pilastre I : la partie supérieure pourrait avoir subi, comme le médaillon du pilastre G, une tentative de dépose. Présence de graffiti.

22Les vues montrent à quel point certains pilastres ont rapidement perdu des surfaces entières de décor. Plus que des dégradations dues à des découpes, on constate des fissures (pilastres N en particulier) et de manière générale le passage répété de mains de visiteurs.

23La profanation des tombes a conduit à des pertes iconographiques. La phase d’ouverture que l’on imagine brutale des opercules de loculi, suivie du pillage des sépultures et de la sortie des dépouilles ont eu un effet irréversible. Les inscriptions verticales peintes ont également souffert. La résistance amoindrie des arêtes des pilastres est peut-être à l’origine de la fracture verticale sur le pilastre N conduisant à l’affaissement d’une bonne partie du décor. Ailleurs, d’autres fissures verticales apparaissent sans que l’on connaisse leur profondeur ni leur lien avec l’état du substrat. Les scènes animales n’ont relativement pas trop souffert, alors même qu’elles n’ont bénéficié d’aucun remblai protecteur. Les graffiti omniprésents, en caractère arabe et latin, ont rapidement altéré les surfaces (infra p. 85).

24À aucun moment de l’enquête nous n’avons trouvé de mentions de fragments de peinture, vus sur place ou déplacés.

Médaillons

25La planche comparative des documents (pl. 37) rend compte de l’état inégal de la documentation et d’un certain manque d’intérêt pour ces portraits qui n’ont jamais été reproduits dans leur ensemble.

26Strzygowski fournit les données les plus nombreuses, suivies de celles de Djemal Pascha. Farmakowski se démarque avec trois aquarelles en couleur. Si le côté ouest est le moins documenté, le côté sud bénéficie de deux aquarelles (Farmakowski) et de photographies (Strzygowski), ces dernières ayant été redressées par nos soins.

Paroi ouest

27– Médaillon B, masculin : les documents sont peu nombreux, malgré l’attrait de ce buste que dénote la tentative de dépose.

28– Médaillon C, masculin : on dispose de peu de documents pour ce visage volontairement griffé, une dégradation absente sur le cliché de Djemal Pascha.

29– Médaillon D, masculin : un seul document atteste qu’il n’a souffert que de l’usure du temps.

30Paroi nord

31– Médaillon G, féminin : dans les publications, c’est l’unique cliché détouré connu ; s’agit-il d’une sélection faite sur le terrain dans une visée inconnue, ou parmi d’autres clichés de la part de Farmakowski ?

32– Médaillon H, masculin : le plus représenté en termes de documents photographiques, il a bénéficié d’une aquarelle en couleur publiée par Farmakowski.

33– Médaillon I, féminin : ce beau médaillon, très détruit à une date ultérieure, n’est documenté que par Strzygowski, puis par Jaussen et Savignac.

34Paroi sud

35– Médaillon N, féminin : le moins photographié, sinon dans un cliché d’ensemble de Jaussen et Savignac

36– Médaillon O, masculin (s) : presque aussi bien documenté que H, il bénéficie de l’aquarelle en couleur publiée par Farmakowski. Le cliché de Jaussen et Savignac est le premier à attester une tentative de découpe.

37– Médaillon P, féminin : en termes de documents retrouvés il vient après H ; comme ce dernier, la gouache le présente détouré.

38L’infographie restitue leur sérénité à ces portraits sur fond bleu encadrés d’un médaillon ouvragé (pl. 38).

Du stuc au tombeau des Trois Frères. Un cliché témoigne (Cl. Allag, Cl. Vibert-Guigue)

Introduction

39C’est un cliché en noir et blanc de 1952, pris alors que la restauration des parements et voûtes effondrées du vestibule n’était pas encore réalisée, qui a attiré l’attention sur un détail de corniche moulurée en place dans l’exèdre sud du tombeau des Trois Frères (pl. 73. 1). Il est situé à l’extrémité nord de la paroi est, au-dessus de la première travée (no 65), accolé au départ de l’arc 1. Sur place, nous avions observé ce changement à hauteur du bandeau en relief qui ceinture tout son périmètre à la limite de la voûte. Si le décor de méandre sur le bandeau de l’exèdre peinte a été jugé de prime abord le seul digne d’attention du fait de son authenticité, l’observation du cliché a néanmoins montré que la restauration du bandeau stuqué s’était inspirée d’un fragment en place. Notre enquête à ce jour n’a rien donné sur le contenu du déblaiement par Robert Amy en 1935 (supra p. 79-80), alors que des fragments de stuc devaient probablement s’y trouver.

Description d’après le cliché

40Comparons le cliché ancien et celui pris par notre mission dans le même point de vue (pl. 73. 2). Le premier indique un morceau assez gros, avec une couche relativement épaisse de mortier dont le profil se détache sur le départ de l’arc. Il n’est pas possible de savoir si cette moulure se prolonge sur ce dernier, mais une cassure dans l’ombre laisse une probabilité.

41Sa hauteur peut être estimée à 30 cm environ, son épaisseur maximale entre 12 et 15 cm. Une estimation de son profil, bien perceptible, a été tentée (pl. 73. 3). On peut le décrire ainsi, de bas en haut : deux fasces séparées par un filet, un tore, un autre filet, un tore plus important puis un ressaut, avant la cassure dont on ignore si elle correspond au sommet original de la modénature. C’est toutefois probable, car le niveau est celui de l’amorce de la voûte. Quoi qu’il en soit, on a là, à l’évidence, l’imitation en stuc d’un couronnement architectural parfaitement classique : une architrave à deux fasces au moins, surmontée d’une corniche (ionique ou corinthienne).

  • 5 En particulier un bloc d’architrave de l’agora de Palmyre (datation propos (...)

42Le cliché récent montre que ce morceau original est resté en place, mais englobé dans la restauration de la frise sur le pourtour de l’exèdre (pl. 73. 4). Les restaurateurs l’ont interrompu un peu avant le contact avec l’arc. On trouve ce type de couronnement à Palmyre même sur plusieurs monuments 5.

Le stuc funéraire

  • 6 Sørensen 2016, 116.

43Le stuc en contexte funéraire apparaît pour la première fois dans la nécropole sud-ouest à l’intérieur du tombeau de ‘Abd‘astôr. Ingholt l’a dégagé en 1924, puis revisité en 1937. A. H. Sørensen a rassemblé les informations suivantes 6 : «The decoration of the soffit and vaulted ceiling in the tomb is a combination of stucco and painted background. The background of the stuccoed vine and vine leaves is rendered light red and the soffit is blue (figs. 11-12). According to Ingholt birds pecking at the grapes were also depicted. On the back wall of the exedra Ingholt describes the painted remains of a portrait medallion held by two winged figures. The original photographs which were used in the publication have been located within the photographic Ingholt Archive (figs. 11‑12)».

  • 7 Sørensen 2016, fig. 12.

44Les vues anciennes publiées dans cet article sont remarquables en termes de qualité. La densité des pampres de la voûte justifient le soin à préparer les couches de mortier et leur accrochage. On retiendra la mouluration de l’arc avec son rang de languettes et d’oves très serrés à l’entrée de l’exèdre 7. La perte de la retombée droite de ce stuc, qui dénote une faiblesse d’accrochage, a l’avantage de montrer l’état sous‑jacent du mortier. Un bandeau peint forme le soffite d’arc. Sa jonction avec le décor de pampres est réglée par une corniche moulurée lisse. La lunette du fond présente un pourtour stuqué avec une corniche à oves plus gros.

Conclusion

45Un art du stuc a existé dans les tombeaux-hypogées, ce dont témoigne remarquablement l’exèdre du tombeau de ‘Abd‘astôr. Fondé en 98, ce tombeau aurait été complété par l’ajout d’une exèdre au iiie siècle, selon Ingholt se fondant sur le style des sarcophages qui y étaient disposés.

46La corniche lisse du tombeau des Trois Frères entre plutôt dans la tradition du bandeau en relief en haut de paroi, dispositif que les tombeaux aux revêtements plaqués ont mieux développé en adaptant un ordre architectural local. L’entablement du tombeau de Iarḥai est un bon exemple de décor stuqué funéraire.

  • 8 Delplace 2017, 144sq.
  • 9 Allag, Blanc et Parlasca 2010, 191-217.

47Par ailleurs on ne peut qu’évoquer les témoins en place dans des maisons de Palmyre 8, ainsi que la découverte d’un ensemble de stuc figuré fragmentaire dans une construction près de la source Efqa 9. La technique était bien présente à l’oasis, et il se peut que sa disparition dans les tombeaux-hypogées résulte du poids de lourdes corniches dont les proportions et les profils étaient inadaptés au substrat sédimenteux.

Graffiti (Houmam Saad)

48Les clichés publiés en 1901 par Strzygowski témoignent que les graffiti en arabe prolifèrent rapidement sur les peintures après l’ouverture du tombeau. Farmakowski en tient peu compte à l’exception d’un seul dont nous proposons une relecture.

Relecture de graffiti arabes (exèdre peinte) (contribution bilingue Houmam Saad)

  • 10 Farmakowski 1903, pl. XXIII.

49Des graffiti dont l’un a été commenté par Farmakowski apparaissent sur des clichés parmi les plus anciens connus et un problème de lecture se pose (pl. 12. 1). En effet, Farmakowski dans son article de 1903 publie la photo en noir et blanc d’une partie de l’exèdre peinte couverte de graffiti (pl. 3. 410. Il m’a été possible de la comparer avec les clichés et les relevés réalisés par la mission syro-française. Le graffito qui attire le plus l’attention est celui sur le piédroit nord de l’arc (pl. 3. 1 – « pl. XXIII.3 »). Farmakowski indique : « Toutes les inscriptions anciennes de la grotte sont en araméen de Palmyre et sont peintes. Certaines fresques comportent des graffiti, en lettres arabes et latines, beaucoup plus récentes, datant de 1218 de l’hégire (1803 de notre ère) » (supra p. 53sq).

50Cette date a paru précoce, le tombeau n’ayant jamais fait l’objet d’un témoignage à cette période par les voyageurs et explorateurs, ce qui amène à rouvrir le dossier en prenant en compte les graffiti voisins, également visibles sur le cliché publié par Farmakowski, soit deux groupes de graffiti, 1 et 2.

Localisation et description

51Dans les deux cas, il s’agit d’une écriture arabe classique, faisant référence à l’hégire, sans souci de calligraphie et d’alignement des lignes (pl. 12. 2, 3 et 4).

52Le graffito 1 (pl. 12. 3) daté se trouve sur le piédroit nord de l’exèdre peinte à environ 1,45 m du sol rechapé, à la fois sur le fond à gauche de la robe du personnage en pied, et sur le bas de la robe elle-même. Depuis, il a été endommagé par d’autres gravures plus récentes. La difficulté est de reconnaître si ce graffito a été fait par une ou deux personnes. Il se compose de sept lignes.

Texte arabe Traduction
1- حسن اوليا… 1- Ḥasan ’Ulīā ...
2- كردي 2- Kurdī
3- سلمان ابن ل… 3- Sulmān fils de…
4- وجعفر محي الدين 4- et Ğa‘far Muḥī al-Din
5- ابن فارس 5- Fils de Fārīs
6- 1318 6- L’année 1318 de l’hégire (1900-1901)
7- س 60… 7- Lettre (S), Soixante …

53Le graffito 2 (pl. 12. 2 et 3) se trouve sur le fût de colonne à gauche du piédroit, un peu plus haut que le précédent. Gravé sur un fond rouge, il se détache particulièrement bien. Il se compose de huit lignes inscrites dans la largeur de la colonne, du haut vers le bas.

Texte arabe Traduction
1- احمد. 1- Aḥmad
2- الف… 2- al-F…
3- محمد بن بش… 3- Muḥmad fils de Baš…
4- كردي 4- Kurdī
5- ابو كار… 5- Abū Kar…
6- عكاش 6- ‘Ukāš
7- جاويش 7- Ğāwīš
8- بن حسن 8- fils de Ḥasan

54Ce graffito 2 est recouvert partiellement par des graffiti récents visibles sur le cliché couleur :

1- احمد. 1- Amad
2- القباني ؟ 2- al-Qbanī
3- جعفر لطفي 3- Ja’far Lu
4- محمد نابو 4- Mouhamad Nabū
5- كردي 5- Kurdī
6- يبرودي 6- Yabrūdī
7- عكاش 7- ‘Ukāš

Commentaires

Graffito 1

55On lit des noms de visiteurs, sans autre indication, laissant penser à des mentions de passage.

  • 11 Autre possibilité, il aurait été lu de manière erronée par Uspenski lo (...)

56En fin de la ligne sept, la date donnée selon l’Hégire, 1318, correspond à 1901 de l’ère chrétienne. Or la date lue par Farmakowski, est 1218 de l’hégire, soit 1803 de notre ère. Rappelons que Farmakowski a publié la documentation rapportée en 1901 par Uspenski, sans avoir vu lui-même le tombeau. Sur la base de la seule photographie, sans doute a‑t‑il mal compris le chiffre de la centaine, le chiffre 2 en arabe pouvant être lu comme le chiffre 3 11.

57Ce qui justifie également notre lecture de 1901, c’est que le tombeau n’a jamais été signalé avant 1803. Les premières mentions de son existence datent de la fin du xixe siècle, ce qui correspond bien aux explorations danoises, allemandes et russes à Palmyre.

58On lit également des noms de visiteurs, sans autre indication, suggérant à nouveau des mentions de passage. La ligne 4 indique cependant la famille Kurdī. Ce nom qui apparaît déjà sur la ligne 2 du graffito 1, nous amène à penser que les deux premières lignes du graffito 1 ont été écrites « au même moment » que le graffito 2.

59Il faut également remarquer qu’on lit à la dernière ligne 7 un nombre précédé de la lettre sīn (S latin). Cela nous conduit à proposer qu’il existait une autre date, détruite depuis, car la lettre sīn est une abréviation du mot année, sana en arabe, qui commence donc par la lettre S.

Graffito 2

60On lit également des noms de visiteurs, sans autre indication, suggérant à nouveau des mentions de passage. La ligne 4 indique cependant la famille Kurdī. Ce nom qui apparaît déjà sur la ligne 2 du graffito 1, nous amène à penser que les deux premières lignes du graffito 1 ont été écrites « au même moment » que le graffito 2.

Conclusion

61En 1901, le chemin d’accès au tombeau est encore celui des pilleurs, et les Allemands et les Russes l’ont emprunté non sans difficulté. Le tombeau, parmi les premiers à révéler des peintures, a dû attirer des visiteurs peu sensibles à l’idée de préserver un décor peint fragile.

62Bien que destructeurs, ces graffiti signalent, par leur date récente, qu’aucune marque de passage n’est apparue lors de l’abandon de la nécropole sud-ouest à la fin de l’Antiquité.

Graffiti en lettres latines (H. Eristov, Cl. Vibert-Guigue)

  • 12 Farmakowski 1903.
  • 13 Farmakowski 1903, note 4 : “Ricci , l. c. 100” (supra, p. 53).

63Un graffito, sur le pilastre O (exèdre ouest), en lettres latines, est récent (pl. 12. 5) : Farmakowski 12 remarque : « En ce qui concerne le graffito “Apraham” sur le pan de mur central du mur de gauche (pl. 1 chez Strzygowski), Ricci lui accorde, à notre avis, trop d’importance 13. Strzygowski ne la mentionne pas, sans doute parce qu’à ses yeux, son origine récente était évidente pour les membres de l’expédition de Sobernheim. Le dessinateur Kluge, qui a fait les relevés à l’aquarelle (notre pl. IV) ne l’a pas reproduite. »

64Sur le pilastre I, la date 1913 est inscrite sur la poitrine de la Victoire.

65Sur le pilastre N, la date du 14 novembre est gravée.

66Sur le pilastre P, au niveau de la ceinture de la Victoire, on lit : Sincere 1924.

67Par ailleurs, dans l’exèdre nord, la surface de la lunette a été brossée sans doute dans les années 50 pour dissimuler des graffiti trop voyant ; néanmoins le traitement numérique d’une photo d’archives permet de faire réapparaître une marque de passage crayonnée datée de 1928 (pl. 12. 6).

Notes

1 Premier passage à Palmyre de C. Vibert-Guigue, le 6 juin 1980 et d’H. Eristov en 1999.

2 Kraeling 1961-1962.

3 Kraeling 1961-62, 17-18.

4 Elle rassemble des agrandissements de clichés, voire des redres-sements de vues prises en perspective.

5 En particulier un bloc d’architrave de l’agora de Palmyre (datation proposée: première moitié du iie s.) : Dentzer-Feydy et Delplace 2005, fig. 143-144 et 146a ; voir aussi la façade de la Curie : ibid., fig. 185.

6 Sørensen 2016, 116.

7 Sørensen 2016, fig. 12.

8 Delplace 2017, 144sq.

9 Allag, Blanc et Parlasca 2010, 191-217.

10 Farmakowski 1903, pl. XXIII.

11 Autre possibilité, il aurait été lu de manière erronée par Uspenski lors de son passage en 1901. Le graffito aurait été gravé deux ans après le passage du savant allemand Sobernheim en 1899.

12 Farmakowski 1903.

13 Farmakowski 1903, note 4 : “Ricci , l. c. 100” (supra, p. 53).

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search