Version classiqueVersion mobile

Le tombeau des trois frères à Palmyre

 | 
Hélène Eristov
, 
Claude Vibert-Guigue
, 
Walid al-As`ad
, 
et al.

II - Construction des connaissances

E. Déblaiement intérieur et extérieur du tombeau

Claude Vibert-Guigue

Texte intégral

Dates et progression du déblaiement

  • 1 Uspenski 1902, 125.

1Le tombeau a été découvert par des fellah 1 qui ont creusé un puits à l’aplomb de la porte antique. La face extérieure de celle-ci est sans doute partiellement dégagée par Jacob Ivanovitch Khoury, drogman hors cadre du consulat général de Russie à Jérusalem, sans doute à la fin de 1901, après les passages de Sobernheim et Uspenki. La lecture des inscriptions gravées et la nécessité d’estampage se sont vite imposées, à la suite des efforts déjà consentis pour le Tarif et du rôle joué par P. K. Kokovcov. Mais aucune donnée n’est fournie sur les deux escaliers du tombeau ni sur le palier. On s’interroge alors sur l’ordre dans lequel les dégagements intérieur et extérieur ont été réalisés.

Déblaiement intérieur

  • 2 Cantineau 1936a, 267.
  • 3 Cantineau 1936b, 354.

2Ce qui nous intéresse d’abord, c’est la date d’évacuation des remblais intérieurs qui a pu être réalisée indépendamment du dégagement du dromos (long escalier). J. Cantineau dans un premier article  2 indique : « Dans la nécropole sud-ouest, M. R. Amy a achevé le dégagement du tombeau dit “des trois frères” et il a été assez heureux pour mettre au jour un texte qui paraît fournir la date de fondation d’une partie de ce célèbre monument funéraire ». Dans le 4e fascicule de la même livraison, il poursuit son catalogue épigraphique et mentionne dans la notice 27, Nouvelle inscription du tombeau ‘des Trois Frères’ : « M. R. Amy en exécutant des déblaiements dans ce tombeau a été assez heureux pour en découvrir une nouvelle » 3.

  • 4 Amy et Seyrig 1936, 229.

3Ce type d’intervention est sans doute à mettre en rapport avec l’article de Seyrig et Amy 4 à propos du tombeau de Iarḥai qui, de la vallée des tombeaux, a été transporté au nouveau musée de Damas. Il est indiqué que « Les opérations de dégagement, faites aux frais du Musée national syrien, grâce à l’empressement de son conservateur l’émir Djafar Abd el‑Kader, durèrent trois mois, de novembre 1934 à février 1935 ». Ces travaux, assez conséquents du point de vue logistique, ont sans doute mobilisé suffisamment d’ouvriers pour inspirer peut-être, à cette occasion, le déblaiement du tombeau des Trois Frères.

4Si l’idée de découper des peintures funéraires, qui ne seraient pas celles du tombeau des Trois Frères, avait traversé l’esprit d’Østrup, pensant les embarquer à Beyrouth (supra p. 60), le déplacement du tombeau de Iarḥai entrait dans la perspective du nouveau musée de Damas. On peut donc se demander si le déblaiement du tombeau des Trois Frères a été envisagé en vue d’un transfert de l’exèdre peinte, comme d’autres monuments peints et stuqués de Palmyrène ou de Doura-Europos, ce qui expliquerait l’absence de rebouchage ou de repeints in situ.

  • 5 Des contacts pris à l’IRAA d’Aix-en-Provence où reposent des archives de Robert Amy n’ont rien don (...)

5Si nos recherches sont restées vaines à ce jour pour retrouver des archives relatives à l’intervention de Robert Amy 5, les dossiers de l’Ifpo à Beyrouth livrent néanmoins quelques indications sur la position des archéologues et des institutions.

Un déplacement envisagé de l’exèdre peinte ?

  • 6 Will 1987a, 149-150.
  • 7 Amy & Seyrig 1936.

6Robert Amy, d’abord affecté comme tout jeune architecte DPLG à la mission archéologique de Palmyre en 1931, est ensuite attaché à la restauration du sanctuaire de Bêl qui le retient sur le terrain de 1935 à 1945 6. C’est avant cette tâche monumentale qu’il participe à l’étude du tombeau de Iarḥai dégagé de novembre 1934 à février 1935 et dont une partie est remontée au musée de Damas par Écochard 7.

7Le déblaiement de l’intérieur du tombeau des Trois Frères qui occasionna la découverte par Robert Amy d’une inscription se situerait donc, au plus large entre 1931 et 1935, au plus près entre 1934 et 1935.

  • 8 En dehors de l’exèdre peinte, les surfaces sont couvertes d’un djousse non coloré. Seules les insc (...)

8En l’absence d’aménagements architecturaux, à l’exception de l’entrée monumentale, il est peu probable qu’un parti de démontage semblable à celui pris pour le tombeau de Iarḥai ait été envisagé. L’investissement n’aurait pas été rentable, et le résultat peu spectaculaire 8, à l’exception de la fascination que représentait l’exèdre peinte.

9Ce n’est qu’une vingtaine d’années plus tard que l’entrée extérieure est complètement dégagée, les lacunes murales rebouchées et les voûtes effondrées refaites.

  • 9 En octobre 2016, nous avons eu accès à une série d’archives.

10La consultation des archives conservées à l’Ifpo à Beyrouth n’a pas livré de documents spécifiques à l’opération conduite par Amy 9. Quelques indications sont néanmoins intéressantes à relever, même si la nature administrative des documents ne nomme pas précisément les vestiges auxquels ils renvoient.

  • 10 No 59 / S.A., 12 février 1935, En clair, Haut-Commissariat à Services Spéciaux – Palmyre pour Mons (...)

11Le 12 février 1935 un courrier tapuscrit du Haut-Commissariat destiné à R. Amy indique 10 : « Prière déblayer les deux tombeaux pour photographier et estamper inscriptions ./. » (signature illisible).

  • 11 Services spéciaux du Levant, poste de Palmyre, n° (39 biffé) 41 (au crayon) /P/IV, 4 février 1936. (...)

12Le 4 février 1936 un télégramme tapuscrit signale 11 : « Amy après chute contusionné sera évacué par avion le 5 Damas », signé le lieutenant Alfonsi. On pourrait en conclure que le tombeau des Trois Frères aura été déblayé en 1935 (l’exèdre sud en particulier) par Amy et ce fait est publié dans les 3e et 4e articles de Cantineau dans le volume 1936 de Syria.

  • 12 « Beyrouth, le 5 mars 1936, Direction du service des Antiquités, no 323 /S.A.

13Un an plus tard un courrier du 5 mars 1936 12, cette fois-ci de la direction du Service des Antiquités à Beyrouth, est plus explicite à l’occasion d’une requête de Du Mesnil du Buisson dont la lettre de départ serait intéressante à retrouver, la réponse de Seyrig soulevant le point suivant : « J’ai personnellement un vif désir de voir reconstituer un hypogée palmyrénien dans un musée d’Europe, et je crois aussi que Palmyre contient assez de ces hypogées pour que ce désir puisse être satisfait».

14Peut-on penser que les déblaiements d’un tombeau sculpté et d’un autre peint, auront suscité dans les esprits de l’époque un tel projet de transfert en Europe, projet auquel Du Mesnil du Buisson aurait été prêt à s’engager ?

15Seyrig aura bien précisé auparavant quelques lignes sur les mesures conservatoires : « Enfin je tiens à insister sur le fait que je ne renonce pas au bénéfice de l’article 3 ; qui me fait juge du caractère mobilier ou immobilier du monument : c’est-à-dire que si j’estimais que des fresques ou un décor architectural dussent rester en place dans un tombeau où par exemple elles pourraient être visitées, je n’entends pas me l’interdire, et pourrais être amené à ne pas les soumettre à partage ».

16Seyrig ne manque pas de clore en rappelant le rôle de l’architecte en poste à Palmyre :

17« Me permettrez-vous enfin – voilà bien des instances – de souligner très ouvertement, en me fondant ici encore sur l’expérience que nous venons de faire, et qui nous a procuré des difficultés aussi graves qu’inattendues, l’intérêt qu’il y aurait à ce que votre architecte eût une véritable expérience des ordres classiques d’architecture. Je crois que nous ne serions pas sortis de nos complications sans la grande habitude acquise par Amy en cette matière ».

  • 13 « Cachet rouge d’enregistrement du 18 mai 1936, Haut-Commissariat de la République française, Serv (...)

18Amy, architecte, était en effet mis à contribution sur le terrain funéraire, un exercice difficile qui le conduisit suite à sa chute à demander une remboursement dans une lettre manuscrite du 12 mai 1936 13 : « J’ai l’honneur de vous demander de bien vouloir me faire rembourser la retenue pour mon logement à Palmyre du 5 Février au 14 Mars inclus soit pendant 39 jours. À la suite d’un accident, fracture d’une vertèbre lombaire due à une chute dans un tombeau, j’ai dû passer ces 39 jours à Damas pour traitement et convalescence ».

19Enfin un dernier courrier du même printemps 1936 touche à la conservation des vestiges : le Directeur du Service des Antiquités s’adresse au Délégué Général du Haut-Commissaire au sujet d’une proposition du Conservateur du Musée à Damas:

20« Par lettre N° 184 du 16 avril 1936, le Conservateur du Musée à Damas a saisi la Direction du Service des Antiquités d’une proposition émanent du Ministère de l’Intérieur, servant à la cession de terrains à Palmyre à l’ouest du nouveau village, pour être distribués à des propriétaires au nombre de 83 qui n’ont pas encore évacué la zone archéologique, faute de place.

21Il n’est guère possible d’accueillir favorablement cette demande et de laisser construire dans cette direction. À l’ouest du village se trouvent, en effet, les vestiges d’un tombeau souterrain de l’importance de celui de Dionysos, situé dans la nécropole S.W., et tout porte à croire que le cimetière des tombes particulières sur lequel est construit le nouveau village prend fin, approximativement, à (….) sa limite ouest actuelle, pour devenir ensuite une nécropole à grands tombeaux… ».

22Palmyre antique, le château omeyyade de Qasr al-Hayr al‑Gharbi, et Doura-Europos ont, dans ces années 1930, soulevé le problème à la fois de la conservation des peintures ou stucs trouvés en place, et de la manière d’en diffuser la connaissance.

  • 14 Le 9 avril 1931, une lettre du Ministre des Affaires Etrangères à Monsieur le Haut-Commissaire de (...)

23Au tournant du siècle, ce sont les expéditions danoises et allemandes qui s’étaient trouvées confrontées à des tombeaux hypogées peints, tandis que la principale documentation archéologique était reprise et publiée par le russe Farmakowski. De ce point de vue, la part également prise par la Russie pour ramener à Saint-Pétersbourg, après dépeçage, le pesant Tarif de Palmyre (découvert en 1884) a sans doute joué dans les décisions à prendre (supra p. 57) 14.

24Les peintures murales ont ainsi bénéficié de mesures de conservation radicales d’ordre muséographique. Après le tombeau hypogée sculpté qui n’était plus protégé par sa couverture, le Musée de Damas a accueilli les peintures d’une synagogue et des éléments d’un palais omeyyade peint et stuqué. Toutefois, entre les deux guerres mondiales, les décisions politiques offraient peu de latitude ; qui, à l’époque, aurait pu prendre des initiatives autour du devenir des peintures découvertes au tombeau des Trois Frères ? La question reste ouverte.

Dégagement extérieur du dromos

25Les quelques données à notre disposition laissent penser que l’évacuation des remblais intérieurs a pu se faire indépendamment du terrain extérieur, la décision autour du devenir du tombeau étant demeurée en suspens. Les photographies peuvent pallier l’absence d’archives et jalonnent le déroulement des opérations, la dernière remontant aux travaux de la DGAMS et de Walîd al‑As‘ad en 2000 (infra p. 151-152).

26Les clichés pris de l’extérieur, de l’entrée en particulier, nous ramènent une nouvelle fois aux difficiles conditions de terrain rencontrées dès les premiers dégagements de la porte (pl. 14. 1 à 3).

  • 15 Rare cliché d’une console en place (pl. 8.1) puis retirée (pl. 14. 1 et 2) ; elles permettent de j (...)

27Un point de repère intéressant est celui des consoles de la corniche, caractéristiques des portes de tombeaux, comme en témoigne l’hypogée de Iarḥai, car il disparaît rapidement. Un cliché de Jaussen et Savignac publié en 1922 montre la belle console de gauche en place 15 (pl. 15. 1), malheureusement sans révéler la présence de son symétrique à droite : la corniche est à comparer avec son état en 2016 (pl. 15. 2).

  • 16 Dunand 1953, 139.

28Un cliché publié par Dunand en 1953 16 est cadré sur la partie supérieure de l’entrée (pl. 14. 1) : le remblai extérieur descend en pente douce, laissant au passage de porte un mètre de hauteur aux visiteurs ; le vantail de droite est semi-ouvert, comme dans sa position actuelle ; le remblai se poursuit à l’intérieur.

29Sur un cliché mis en ligne, le cadrage plus large et vertical (pl. 14. 2) dessine l’image d’un chemin aménagé pour faciliter l’accès au tombeau. À hauteur de la corniche un orifice noir signalerait le rebouchage en cours du passage des pilleurs et serait en relation avec ce qui semble un assemblage de cinq (?) planches obstruant la porte ; la hauteur du remblai extérieur ne semble pas avoir beaucoup baissé par rapport à celui de la photo de 1953. On peut se demander si ce cliché ne correspondrait pas aux travaux de déblaiement dus à Robert Amy. Entre les deux bermes, le chemin monte en faisant une légère courbe. Le volume de terre extrait du tombeau devait être conséquent, et on peut supposer qu’au moins une partie a été déposée à la surface du sol extérieur.

30Le cliché de la mission syro-italienne de 1955 (supra) montre les travaux de déblaiements du dromos achevés (pl. 14. 3). L’ancien passage des pilleurs est colmaté, les parois du dromos sont à nu. Le palier est dégagé, et on devine le seuil et l’amorce de la petite plate-forme intérieure. En revanche le cliché ne permet pas de distinguer le vantail en place. Un gardien semble en faction.

31Le dromos reste dans cet état jusqu’en 1999 (pl. 14. 4 et 5 deux clichés à g.), jusqu’aux travaux de la DGAMS en 2000 (pl. 14. 5 cliché à dr.).

Notes

1 Uspenski 1902, 125.

2 Cantineau 1936a, 267.

3 Cantineau 1936b, 354.

4 Amy et Seyrig 1936, 229.

5 Des contacts pris à l’IRAA d’Aix-en-Provence où reposent des archives de Robert Amy n’ont rien donné dans la phase de dépouillement entreprise à l’occasion d’un projet de numérisation.

6 Will 1987a, 149-150.

7 Amy & Seyrig 1936.

8 En dehors de l’exèdre peinte, les surfaces sont couvertes d’un djousse non coloré. Seules les inscriptions de concessions peintes en rouge délivrent une information épigraphique.

9 En octobre 2016, nous avons eu accès à une série d’archives.

10 No 59 / S.A., 12 février 1935, En clair, Haut-Commissariat à Services Spéciaux – Palmyre pour Monsieur Amy. Archive Ifpo, boîte 10 désignée « Service des Antiquités 1934-1935, Correspondance Départ 1.2 ».

11 Services spéciaux du Levant, poste de Palmyre, n° (39 biffé) 41 (au crayon) /P/IV, 4 février 1936. Télégramme, Services spéciaux Palmyre à Monsieur Seyrig (Direction Service Antiquités) Beyrouth. Archive Ifpo, boîte 19 désignée « Service des Antiquités 1918-1946, Dossiers Personnel 2.1 ».

12 « Beyrouth, le 5 mars 1936, Direction du service des Antiquités, no 323 /S.A.

« Cher Monsieur,

Je réponds sans tarder à votre lettre d’Alexandrie. Je reste grand partisan de la fouille d’un hypogée palmyrénien par une mission française dans les conditions prévues par le règlement. La seule restriction que j’y fasse, et à vrai dire je voudrais la faire tout à fait formelle, c’est que nous exigerons que la fouille soit conduite en permanence par un architecte ayant déjà pris une part active à des fouilles et relevés sur le terrain. Quand je dis en permanence, je veux dire par là que cet architecte sera présent pendant toutes les heures de travail des ouvriers, de manière à pouvoir noter toutes les circonstances, points de chûte (sic) des pierres, lieu de trouvailles des objets, etc. Si je tiens à ce que ce poste soit occupé par un architecte, c’est que l’expérience du tombeau de Iarḥai, que nous reconstruisons à Damas en ce moment, m’a prouvé que seul un architecte est capable de faire les observations toutes techniques que demande une telle fouille. L’archéologue est utile sur le terrain, indispensable pour la publication, mais en somme il ne peut que suivre l’architecte. Par ailleurs, de graves problèmes de sécurité se posent en cours d’œuvre, et nous avons eu à parer à de dangereux éboulements.

Le règlement prévoit que le partage des …/…. objets mobiliers se fera en deux parts égales. Le décor architectural du tombeau, à vrai dire, n’est pas un objet mobilier, mais je ne suis pas opposé en principe à ce qu’il soit rendu tel par démontage et transport. Il va sans dire que pour acquérir éventuellement la propriété d’un tel décor, il faudrait que la mission fouillât deux tombeaux ; que je resterais maître de décider lequel des deux sera retenu par l’Etat de Syrie ; et que dans ce choix nulle autre considération, de quelqu’espèce que ce soit, ne pourra me guider que celle de l’intérêt immédiat de l’Etat de Syrie. Enfin je tiens à insister sur le fait que je ne renonce pas au bénéfice de l’article 3 ; qui me fait juge du caractère mobilier ou immobilier du monument : c’est-à-dire que si j’estimais que des fresques ou un décor architectural dussent rester en place dans un tombeau où par exemple elles pourraient être visitées, je n’entends pas me l’interdire, et pourrais être amené à ne pas les soumettre à partage.

Si j’insiste aussi fort sur ces points de règlement, ce n’est pas que je prévoie d’en faire usage, mais je veux éviter tout débat sur ce qu’ont pu être mes intentions en concédant. J’ai personnellement un vif désir de voir reconstituer un hypogée palmyrénien dans un musée d’Europe, et je crois aussi que Palmyre contient assez de ces hypogées pour que ce désir puisse être satisfait. Mais j’ignore après tout si les deux hypogées que vous choisiriez éventuellement seront égaux en intérêt ; j’ignore même si leurs particularités ne me contraindront pas par hasard à les conserver tous deux. En un mot je voudrais bien spécifier qu’une …/… recherche de ce genre restera soumise au hasard des fouilles.

Me permettrez-vous enfin – voilà bien des instances – de souligner très ouvertement, en me fondant ici encore sur l’expérience que nous venons de faire, et qui nous a procuré des difficultés aussi graves qu’inattendues, l’intérêt qu’il y aurait à ce que votre architecte eût une véritable expérience des ordres classiques d’architecture. Je crois que nous ne serions pas sortis de nos complications sans la grande habitude acquise par Amy en cette matière.

Ecrivez-moi votre sentiment sur tout cela, et j’en parlerai éventuellement à Damas – car naturellement c’est de Damas que la chose dépend en dernier lieu.

Veuillez présenter mes respectueux hommages à Madame du Mesnil, et croyez-moi, cher Monsieur,

Votre très sincèrement dévoué.

Monsieur Du Mesnil du Buisson, 63 rue de Varenne, Paris».

Archive Ifpo, boîte 10 désignée « Service des Antiquités 1934-1935, Correspondance Départ 1.2 ».

13 « Cachet rouge d’enregistrement du 18 mai 1936, Haut-Commissariat de la République française, Service de l’archéologie, dossier 594. « PA /174 L’architecte du Service des Antiquités à Monsieur le Directeur du Service des Antiquités ». Archive Ifpo, boîte 0 désignée « Service des Antiquités 1918-1946, Correspondance générale 1.1 ».

14 Le 9 avril 1931, une lettre du Ministre des Affaires Etrangères à Monsieur le Haut-Commissaire de France à Beyrouth, Direction des Antiquités, répond au souhait de ce dernier (sa lettre no 786 du 8 octobre 1930) pour que le Musée de Damas puisse obtenir un estampage du « Tarif douanier de Palmyre », conservé à Léningrad dans le Musée de l’Ermitage, estampage que l’Ambassadeur de France à Moscou a obtenu du Commissariat des Affaires Etrangères et que l’Ambassade acheminera, via Paris, à Damas. Son prix est 250 roubles, mais le Musée de l’Ermitage préfèrerait en faire don, s’il pouvait obtenir en échange du Musée du Louvre deux moulages en plâtre de deux stèles. Archives Ifpo-Beyrouth, boîte « Archives J. Cantineau 41134, C 231d ».

15 Rare cliché d’une console en place (pl. 8.1) puis retirée (pl. 14. 1 et 2) ; elles permettent de jauger le remblai encore de hauteur suffisante pour l’atteindre sans difficulté.

16 Dunand 1953, 139.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search