Version classiqueVersion mobile

Le tombeau des trois frères à Palmyre

 | 
Hélène Eristov
, 
Claude Vibert-Guigue
, 
Walid al-As`ad
, 
et al.

II - Construction des connaissances

D. Passage emprunté par les pilleurs

Claude Vibert-Guigue

Texte intégral

  • 1 Uspenski 1902, 126-127.

1Feodor Uspenki fait le récit suivant de sa visite du tombeau en 1901 1 (traduction supra p.41) en évoquant le creusement des pilleurs.

2« …Du trou dans lequel nous sommes descendus, part un étroit passage creusé à l’évidence il y a très peu de temps, qui débouche dans un vaste un local souterrain. Comme on a pu s’en rendre compte, ce passage passe par-dessus une arche de pierre qui marque la porte d’accès dans la grotte, comme on peut s’en rendre compte en regardant l’ouverture à partir de l’intérieur. Étant donné que l’entrée se trouve presque sous la voûte, on peut penser que les premiers visiteurs de la grotte ont contribué à la destruction de la voûte pour aménager une descente. »

3À partir des observations et relevés de l’expédition d’Uspenski, Farmakowski publie le plan du tombeau et une coupe longitudinale E-F (ouest-est) particulièrement intéressante. Elle montre à la fois le chemin emprunté, le profil de la voûte effondrée du vestibule et le remblai intérieur principalement localisé dans ce vestibule, d’une épaisseur de 4,50 m (pl. 6. 4, coupe E-F).

  • 2 Cliché Archive Pal.A.St., Mission Pal. M.A.I.S. (COD. OO39) aimablement confié par le Prof. Maria (...)

4À l’air libre, on voit, sur une légère pente de terrain, un puits de 3 mètres de profondeur pour 1 mètre de section. À environ 0,50 m sous la ligne de sol est représenté un quadrilatère hachuré de 1,15 mètre de long pour 0,90 m. de haut. Le code de son rendu graphique, qui correspond à des parties construites, atteste une maçonnerie en pierre qui pénètre légèrement dans le substrat, et qui est probablement l’angle nord-ouest du palier de l’entrée dans sa partie supérieure. Peu recouvert, il a dû alerter les pilleurs dès les premiers sondages dont on sait qu’ils peuvent survenir après une forte pluie ou un ravinement. La coupe indique plus bas que le creusement bute sur la corniche surplombant le linteau de la porte. Ici l’absence de parement a facilité le creusement en direction de la cavité que pilleurs et visiteurs ont empruntée, non sans un certain inconfort étant donné l’angle droit formé entre la porte et le départ du souterrain. Un cliché de 1955 2 semble nous renseigner sur la trace laissée par le creusement du puits (pl. 14. 3). En effet, deux incisions verticales parallèles dans le substrat naturel, entre une maçonnerie supérieure et la corniche, apparaissent légèrement décalées par rapport à l’axe de la porte. Le passage des pilleurs est ici rebouché, mais il est repérable sur un autre document mis en ligne (pl. 14. 2).

5Une fois la chicane passée, le remblai intérieur permettait d’avancer en rampant, la position debout n’étant possible qu’après avoir franchi trois mètres. Commençait la descente sur la pente du remblai qui s’arrêtait, d’après l’indication sur la coupe E-F, au seuil de l’exèdre peinte. D’après les clichés et les récits, l’amas de terre se compose de sable et de la roche effondrée des voûtes. Le code graphique différencie le remblai de l’aspect effondré du sédiment. Il est étendu aux effondrements de l’extrémité ouest de la voûte dans l’exèdre axiale, de l’arc peint et d’une partie de la voûte dans l’exèdre peinte. Ici, cet effondrement n’est pas consécutif à un puits de pilleurs, mais à une faiblesse structurelle (infra p. 169).

  • 3 Farmakowski 1903, 6, note 1.

6À l’entrée, la même coupe E-F indique que ce remblai a pu être sondé jusqu’au sol de la porte. En effet, le piédroit nord est dégagé et en partie haute apparaît l’inscription ajoutée sur la face intérieure du jambage nord. Quatre lignes sont indiquées en caractère araméen (pl. 57. 5 a et b). Les figures 1 et 2 dans le texte de Farmakowski donnent le haut de l’encadrement de porte et un profil, les inscriptions n’étant traduites que par des lignes de tirets ; la figure 3 livre le dessin complet du vantail droit en place et un profil à hauteur du premier caisson supérieur. Farmakowski précise que « l’existence de cette inscription a été constatée après l’expédition de la société russe, par M. Khoury ; l’expédition n’avait pas pu la repérer, car elle était encore sous la terre. M. Khoury a offert à l’institut un estampage ; son étude est due au Pr P. K. Kokovcov. L’inscription nous renseigne sur les bâtisseurs de la grotte et sur ses propriétaires» 3.

7La seconde coupe A-B confirme ou complète les altérations subies par le tombeau. Les éléments sculptés comme les travées de loculi ont fait l’objet d’un rendu évocateur malgré des erreurs ou des oublis qu’il ne s’agit pas ici d’énumérer. Le tombeau était pillé et on ne sait rien de ce qui a pu y être trouvé.

Notes

1 Uspenski 1902, 126-127.

2 Cliché Archive Pal.A.St., Mission Pal. M.A.I.S. (COD. OO39) aimablement confié par le Prof. Maria Teresa Grassi, Università degli Studi di Milano, Dipartimento di Beni Culturali e Ambientali Sezione di Archeologia.

3 Farmakowski 1903, 6, note 1.

Lire

Accès ouvert
Mode lecture ePub
PDF du livre
PDF du chapitre

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search