Version classiqueVersion mobile

Le tombeau des trois frères à Palmyre

 | 
Hélène Eristov
, 
Claude Vibert-Guigue
, 
Walid al-As`ad
, 
et al.

II - Construction des connaissances

C. Nouvelles bases d’approches

Claude Vibert-Guigue

Texte intégral

1Le plan de référence élaboré par la mission apporte un certain nombre d’indications sur les aménagements taillés ou sculptés, d’usages divers, à l’intérieur du tombeau (inhumation, parure architecturale, sculpture, etc.). Une terminologie est proposée et des observations générales ébauchées (pl. 7).

Plan de référence

  • 1 Le bras nord du tombeau était le plus difficile à relever, du fait d’une étroite banquette sur le (...)
  • 2 Rappelons que le plan publié en 1901 par Strzygowski est très schématique, erroné. À l’exception d (...)
  • 3 Afin de ne pas alourdir le plan, les parties restaurées dans les années 1950, en particulier les a (...)

2Le plan topographique réalisé en 2004 et 2005 par S. Lemeunier (infra p. 186) a permis d’aboutir à un plan de référence élaboré à partir des centaines de points saisis électroniquement en trois dimensions (pl. 101. 2). Des difficultés de visée, dans l’exèdre nord ou au fond des travées en particulier, expliquent par ailleurs que le nombre de points visés soit insuffisant pour détailler la forme précise des aménagements 1. Quoique schématique, ce rendu améliore considérablement le plan publié en 1903 par Farmakowski (pl. 6) et apporte une précision architecturale 2. En 2007, le plan topographique a été redessiné à la main, et complété par des observations archéologiques 3 permettant d’accompagner l’étude des peintures, de localiser les sculptures funéraires, voire des fragments épars (travées 53 et 58, pl. 81. 5), et de situer les inscriptions peintes et gravées.

3Le plan de référence rassemble les informations et sert de base à certaines contributions (pl. 7). Il se limite au plan en T inversé, le dromos et son long escalier ayant connu une restauration en 2001 par la DGAM, à la fois pour des raisons de conservation (dont un système de drainage) et d’accès au public (infra p. 151, W. al‑As‘ad) (pl. 80). L’escalier de trente‑cinq nez de marches (35 cm de large pour 16 cm de hauteur) a néanmoins été topographié (pl. 102). Il est à noter que la partie supérieure de l’escalier peut avoir présenté un coude 4 (pl. 14. 4).

4À partir du palier d’entrée de 4,55 mètres de longueur, passé la porte d’entrée, un escalier de neuf marches atteint le sol de l’hypogée. Seul ce dernier a été représenté sur le plan de référence (pl. 7. 1).

Terminologie

5Selon la terminologie adoptée, le terme de tombeau (générique) a été préféré à celui de tombe (individuelle, creusée à même le sol de la galerie par exemple). Le plan en T renversé du tombeau des trois frères se compose d’une longue galerie dans l’axe d’entrée, présentant un vestibule, une exèdre axiale et une exèdre peinte à l’extrémité ouest. Du même vestibule partent deux exèdres latérales, orientées au nord et au sud. À ce stade, il faut alors distinguer quatre exèdres : trois terminales (sud, ouest, nord) et une « exèdre axiale » (comprise entre le vestibule et l’exèdre peinte). Il s’y ajoutera hypothétiquement, une cinquième exèdre (infra p. 145sqq).

  • 5 Chabot 1922, 98 : « Sur les trois côtés de ce vestibule s’ouvrent trois chambres rectangulaires, A (...)
  • 6 Seyrig et Amy (1936) emploient ce terme dans l’étude du tombeau de Iarḥai.

6Les inscriptions gravées sur la porte d’entrée apportent des indications sur les termes jadis employés pour désigner et localiser les aménagements (pl. 7. 2) (infra p. 135‑136). On y parle de caveaux disposés dans des exèdres 5, localisées selon les points cardinaux. Nous avons ici préféré employer le terme de travée 6, partagée en cinq loculi par des plaques de pierres reposant sur des rebords à hauteur de chaque inhumation (selon un système de rayonnage) : un sixième emplacement était creusé dans le sol. Pilastre (adossé) a été préféré à pilier (isolé) pour désigner les inter-travées peintes, inscrites ou laissées blanches. Les arcs retombent sur des piédroits (pl. 7).

Désignations

7La série de désignations portées sur le plan de référence s’établit en fonction des données anciennes et récentes (pl. 7. 1).

L’exèdre peinte

8Chaque segment de paroi verticale de l’exèdre est désigné de A à Q dans le sens horaire. R,S,T, U concernent le passage de l’arc avec les piédroits. En partie sommitale, V désigne l’arc d’entrée, W l’intrados de l’arc, X l’extrados du même arc vers l’intérieur de l’exèdre (cet extrados a été laissé blanc par les peintres), Y la voûte au Ganymède et Z le tympan avec la scène d’Achille. Ce lettrage est indiqué le long des parois ou dans l’axe central (V-X).

9Un éclaté des élévations restituant les décors en infographie est présenté (pl. 72).

Les inhumations (loculi, fosses et sarcophages) des trois exèdres

10Les travées respectent la numérotation fixée par la topographe : de 1 à 65 (en partant du premier à droite en entrant), auxquels nous avons ajouté la 66e, juste ébauchée à gauche de l’entrée de l’exèdre peinte. Viennent ensuite les quatre fosses de l’exèdre nord (67‑70) puis les trois cuves de sarcophages (71‑73). Enfin, nous avons fait l’hypothèse de la présence de quatre loculi taillés (74‑77) qui flanqueraient l’escalier intérieur. Les numéros sont portés dans le code symbolisant le rocher, ou bien dans les inhumations (travées, sarcophages, etc.).

Les inscriptions, peintes ou gravées

11Nous renvoyons le lecteur à l’étude de J.‑B. Yon [infra p. 134], avec des planches spécifiques dont l’une présente une synthèse sous la forme d’un vue en 3D (pl. 61).

Les monuments funéraires sculptés

  • 7 Dans une moindre mesure, le phénomène est à comparer avec celui d’un bouchage entre le sarcophage (...)

12La désignation va de a à e : elle débute dans l’exèdre sud et se poursuit en sens horaire dans l’exèdre nord. En e, est supposée la trace d’un aménagement ou monument, à partir d’une épaisseur de mortier en place au bas des pilastres, ici au‑dessus de la plinthe en pierre moulurée. Ces traces apparaissent le long des travées 1 à 4 environ, comme si le mortier avait scellé un mobilier depuis disparu 719.

Observations générales

13Un tirage papier au 1/50 du plan de référence a servi à porter des indications sur la forme des travées, leur état intérieur (sans nettoyage intégral), les traces d’obturation verticale (en maçonnerie, en bloc de pierre, ou en brique) et les traces de fermeture à l’horizontale (briques carrées recouvertes d’enduit) qui ont servi de support aux corps.

14Les surfaces restaurées dans les années 1950, si elles ne présentent pas d’ambiguïté dans l’exèdre peinte, sont plus difficile à reconnaître dans les parties très restaurées du tombeau où les clichés d’archives et plans anciens (celui des Russes, puis celui modifié et complété par Jaussen et Savignac) donnent des indications qui seraient à compléter.

  • 8 Au dos un cachet rempli en arabe (mention 18-1953). Une étiquette est en haut à gauche mentionne : (...)
  • 9 Chabot 1922, 98 signale un point de construction non vérifié : « La mauvaise qualité du roc avait, (...)

15Un cliché antérieur à 1952 qui nous a été confié par le Musée de Palmyre 8 témoigne de cette difficulté (pl. 73. 1). La vue vers l’exèdre nord atteste l’effondrement de la voûte du vestibule 9, ainsi que la destruction de l’angle sud-ouest en direction de l’exèdre axiale ouest. On devine l’intérieur de la travée 20 qui présente une maçonnerie restaurée. Le cliché de 1952 est à comparer avec notre cliché pris en 2007 selon un cadrage similaire (pl. 73. 2).

16Nous avons observé, dans les travées 46 et 47 (paroi ouest de l’exèdre sud), une réfection moderne. Le ragréage du sol au début des années 2000 ne permet plus de distinguer les anciens aménagements, en particulier au niveau du seuil sous l’arc de l’exèdre peinte, non plus que la forme des parois au départ des loculi. Des numéros (de 1 à 73) désignent chaque unité d’inhumation (travées, fosses et cuves de sarcophages) auxquelles on a ajouté les no 74 à 77, en supposant de petits loculi (infra p. 145) construits de part et d’autre de l’escalier intérieur.

17Le code graphique proposé différencie la typologie des aménagements, le rocher (substrat sédimentaire plus ou moins friable et à granulométrie variable), les parties vues en coupe, les sarcophages et d’autres détails. La numérotation indique les travées et les unités de parois peintes (de A à U).

Travées creusées

18Les travées sont creusées dans le substrat naturel, mais l’observation de la paroi d’une entrée nous a incités à les différencier par rapport à d’éventuelles travées construites.

19Il y a 65 travées creusées, la 66e inachevée entamant à peine le rocher en élévation du côté gauche de l’entrée de l’exèdre peinte (pl. 87. 1 et 90. 1). Les travées de cette dernière présentent chacune six niveaux, dont l’un partiellement creusé dans le sol. De même dans les exèdres nord et sud, il peut y avoir deux rangées en sous-sol : du côté des travées 10 et 15 de l’exèdre nord en particulier, on note un surnombre d’emplacements, cumulant travées, fosses et sarcophages (plus de 150). La taille du sédiment se heurte parfois à des nodules de roche résistante ; c’est le cas au plafond de la travée 26 où un bloc reste en suspens au sommet du loculus supérieur.

20Les longueurs, à vide, varient de 1,80 m à 2 m. Les trois parois peuvent être complètement ou partiellement enduites sur toute leur hauteur, partiellement blanchies, ou encore laissées à l’état brut. Sur les deux longs côtés, étaient aménagés des rebords en saillie qui ne commencent que 10, voire 20 cm au-delà de l’ouverture du loculus, selon que celui-ci est taillé plus ou moins de biais par rapport à la paroi. Ces rebords correspondent à des parties saillantes réservées lors de la taille des hautes parois du loculus ; dans tous les cas, leur profil est repris avec du djousse.

21Si ces séparations ont disparu en haut des travées, on les retrouve en fermeture de fosse excavée en partie basse. La travée 1 conserve un carreau de pierre en place et on devine dans les travées voisines 2 et 3 un système identique mais recouvert d’enduit, comme dans 64. Il subsiste dans la travée 18 un carreau tombé : il mesure 38 par 45 cm, pour une épaisseur qui varie de 4 à 5,5 cm sur les côtés et qui atteint au centre 7 cm. C’est une solide pierre blanche taillée bien droite sur une face et convexe de l’autre (pl. 101. 6). En moyenne, quatre carreaux devaient être utilisés. Du mortier les recouvrait et remplissait les vides latéraux. Cet enduit remontait au contact de la paroi du fond où on distingue souvent un alignement de petits cailloux très blancs pris dans le mortier, probablement pour amorcer un repose tête (pl. 12.1).

22Il reste peu de trace des obturations verticales en façade des travées, et les restaurations des années 1950 ont pu les modifier. À hauteur du sol, on observe de rares départs de mortier ou de plaques fichées verticalement, de petites maçonneries disparues et des tegulae posées sur un grand côté (travées 40 et 63).

  • 10 Ce dispositif de fermeture n’est pas nécessairement à lire comme le renfort destiné à une lourde d (...)

23Les clichés d’archives sont de faible secours, sinon dans l’exèdre peinte, plus photogénique, et où le sol n’a jamais été remblayé. Une analyse poussée de ce sol serait un jour à faire en réunissant chronologiquement les observations qu’offrent les clichés anciens et l’accumulation de débris qu’ils attestent. Un cliché du fonds Fouad Debbas atteste un long bloc effondré, en partie évidé et peu reconnaissable (pl. 11. 1). Sur les vues publiées par Strzygowski des éclats de pierre (pl. 2. 1), des blocs (pl. 2. 4) résultent sans doute de l’effondrement de la voûte du vestibule ; au bas des travées 34 et 35 (paroi ouest) on note un départ de fermeture (seule la travée 35 en conservait des traces au début des années 2000) sous la forme de fragments de blocs allongés originellement encastrés à l’entrée des travées dans des mortaises 10 (pl. 101. 5). Le banquet sculpté de l’exèdre nord placé devant les travées (6, 7 et 13) a sans doute facilité la préservation de ces barres d’une section moyenne d’un dizaine de centimètres (cf. 13 sur la pl. 101. 7). Il apparaît donc que la longueur utile des loculi, quelque peu réduite par le dispositif d’obturation, ne devait guère dépasser 1,70 m.

24Les débris visibles sur le cliché de Farmakowski (pl. 3. 4), légèrement différents, comportent deux blocs, l’un couché, l’autre dressé et dont le parement présente une sorte d’épaisseur à interpréter comme une couche de mortier, ou comme une zone à ravaler.

25Le cliché de 1914 publié en 1922 par Chabot montre quatre blocs (pl. 8. 3) : le vide au centre de l’exèdre se maintient, à l’exception des deux blocs précédemment évoqués.

Loculi construits (hypothèse)

26Le plan de référence localise quelques vestiges construits en pierre de taille de part et d’autre de l’escalier intérieur. Il pourrait s’agir d’emplacements de loculi de 1 m de profondeur que l’on fait entrer dans le comptage de 74 à 77.

27En effet, des pierres profilées en tailloir se présentent en vis‑à‑vis de part et d’autre des marches. Si la paroi du fond n’indique que le rocher, en revanche, verticalement au centre, apparaît une trace d’enduit témoignant d’une séparation interne disparue (pl. 76. 1). Ces vestiges sont abordés plus en détail au chapitre III.

Mobilier funéraire sculpté et autres aménagements en pierre

Exèdre nord

  • 11 Strzygowski 1901, fig. 44.
  • 12 Chabot 1922, pl. XVII, a.

28Dans l’exèdre nord, un rang de blocs moulurés constitue une plinthe qui court au sol le long des deux longues parois, puis se retourne en longeant les trois meubles sarcophages du « triclinium funéraire » sculpté (b, c et d) (pl. 81). Les deux sarcophages en longueur b et d, aujourd’hui pleins, étaient eux-mêmes creusés en forme de cuve, comme le prouve un cliché publié par J. Strzygowski en 1901 11 ou par Chabot 12 (1922, pl. XVII, a) (pl. 8. 8). Un cliché semblable de la collection Fouad Debbas montre que le relief sculpté du fond restait en place (pl. 11. 2). Le sarcophage c (ou 72) fermant la scénographie montre une cuve vide. Les défunts étaient sculptés au-dessus des bords de cuve. Sous cette partie visible du triclinium, on compte quatre fosses au sol : deux tombes sont parallèles à la paroi du fond de l’exèdre (68 et 69, la première en prolongement de la travée 13) et deux autres (67 et 70) sous les reliefs ouest et est (b et d) ; elles ouvrent sur le petit côté sud des deux blocs sans décor disposés sous les cuves sculptées (pl. 81. 1).

Exèdre sud et son relief funéraire (a)

29Le relief funéraire (a) de l’exèdre sud est vu en coupe sur le plan de référence, ainsi qu’un bloc disposé à sa gauche (pl. 83. 2). Ce monument présente une plate-forme à 1,60 m sur laquelle repose le relief figuré (infra p. 155). Un fragment de sculpture est calé entre ces deux éléments, d’autres gisent dans les travées 53 et 58. Cet édicule qui apparaît dès 1901 sur le plan de Uspenski, se perd sur les plans de Strzygowski (1901) et de Jaussen et Savignac (Chabot 1922), mais réapparaît en 1903 dans l’étude de Farmakowski : elle révèle que son extrémité gauche dépassait du remblai obstruant le vestibule. La coupe A-B de Farmakowski montre le profil longitudinal intérieur de la cuve (pl. 6. 4).

Vantail de porte à terre

30Le vantail de porte brisé qui repose sur quelques pierres à l’entrée de l’exèdre sud (pl. 81. 2) n’est pas indiqué sur le plan de référence. En effet, le cliché d’archive de 1952 le montre dressé contre la paroi orientale (pl. 73. 1). Sa position de chute n’est pas connue, aucune indication sur sa découverte lors du déblaiement n’ayant été retrouvée (infra p. 92).

Occupation des travées

31Le taux d’occupation des travées est impossible à établir précisément du fait des pillages et des nettoyages successifs, alors que l’on sait, en particulier grâce à Uspenski (supra p. 42), qu’il restait des ossements. Si les restaurations architecturales ont modifié l’état des surfaces murales, sans qu’il soit toujours facile de les différencier des surfaces d’origine, les observations permettent néanmoins de signaler le cas où il est certain que la travée a été aménagée, c’est‑à‑dire partagée par des supports horizontaux (ou rayons) : il reste en effet des traces de mortiers sur les rebords latéraux ou sur les parois du fond, ce qui signale la pose de supports. Les fosses ont été très probablement utilisées pour des sépultures, comme les prouvent les traces de fermeture qui, à leur tour, étaient indispensables pour utiliser le compartiment immédiatement au-dessus. Un autre paramètre à prendre en compte est la trace d’obturation verticale à l’entrée des loculi. Seules celles du bas, fichées en partie dans le sol, ont logiquement survécu au pillage ; par ailleurs, dans quelques loculi moins faciles d’accès à l’arrière des reliefs sculptés de l’exèdre nord, il reste des pierres transversales qui contribuaient à l’obturation des rayons supérieurs.

LocalisationNo de loculusAménagement (traces de pose)Fosse
exèdre peinte tous
exèdre ouest 21oui
22oui
23?
24, 25, 26, 27non
40utilisée
412 niveaux inférieurs, supérieurs ?
43paroi du fond, 6 niveaux
444 niveaux inférieurs.Traces au fond pour les 2 niveaux supérieurs
45tous
exèdre sud 46moderne
47moderne
48non
49tous
51non
52-53non, mais obturation verticale
54niveaux 1, 2, 4, 5
55niveaux 4, 5
56niveaux 2, 4, 5
57niveaux 4, 5, 6
58niveaux 1, 2, 5 et 6
59niveaux 1, 3 et 5
60niveau 5 ; niveau 6 ?utilisée
61non
62utilisée
63niveaux 1, 2, 3
64niveau 5 ; niveau 6 ?fermée
65tousfermée
exèdre nord1, 2tous
3fermée
4non
52 niveaux supérieurs
6 à 15non observés
16 à 20tous

32La variété des cas ne conduit pas à des conclusions franches mais ouvre une réflexion sur :

33– l’usage partagé de ces travées,

34– l’ordre d’occupation, ou une hiérarchie éventuelle verticale,

35– l’analyse des traces d’aménagements à distinguer des traces d’utilisation.

  • 13 La fermeture systématique des travées par des moellons lors de l’occupation du tombeau en 2015 emp (...)

36Seules les traces visibles au fond des loculi et les traces de mortier sur les rebords intérieurs sont des données fiables qu’il faudrait pouvoir re-vérifier sur place 13. Cependant, il peut y avoir eu des aménagements ne laissant pas ce type de trace. Si cette question a été abordée au cours des missions, elle n’en constituait pas l’objectif principal et l’évaluation exhaustive de chaque travée ne pouvait être envisagée.

Caractéristiques des exèdres

37L’unité apportée par le bandeau en saillie qui court dans tous les espaces à la jonction des murs, arcs et voûtes, est nuancée, d’une part dans l’exèdre ouest où il présente un méandre peint, et d’autre part dans l’exèdre sud où se trouve la trace d’une mouluration en stuc (infra p. 84).

38Les trois exèdres diffèrent par d’autres évidences.

39– L’exèdre sud présente les travées les mieux taillées à la perpendiculaire des parois, ainsi qu’un édicule mural sculpté présentant la plus ancienne inscription datée (142 apr. J.-C.).

40– L’exèdre nord est la seule à ne pas avoir livré, semble‑t‑il, d’inscriptions murales ; c’est aussi celle qui présente le plus de reliefs sculptés. Elle se distingue par une plinthe en pierre moulurée, qui trouve un parallèle plus simple de part et d’autre de l’escalier intérieur (infra p. 145).

41– Dans l’exèdre axiale, sans décor, mais comportant des inscriptions, il semble que les travées ont été creusées au fur et à mesure vers l’ouest : du côté droit on dénombre sept travées, la plus occidentale, semble-t-il, à la limite des possibilités de creusement, tandis que du côté gauche seules six travées ont été creusées, la plus occidentale restée inachevée et la taille abandonnée. Des nodules de roche plus durs (travée 26) ou au contraire des zones friables peuvent avoir conduit à des déplacements de travées ou aux variations d’orientations déjà constatées.

42– L’exèdre peinte se singularise à tout point de vue des trois précédentes : le décor peint est omniprésent, sans qu’aucun élément sculpté ne gêne sa perception, les inscriptions sont rouges ou noires, à la verticale ou à l’horizontale, tandis que des traces d’un aménagement postérieur (seuil et mortaises sur les piédroits) altèrent le décor figuré au niveau de l’arc.

Notes

1 Le bras nord du tombeau était le plus difficile à relever, du fait d’une étroite banquette sur le petit côté de l’exèdre, et de la gêne occasionnée lors des visées par les haut reliefs sculptés. L’orientation des travées était ainsi parfois difficiles à préciser.

2 Rappelons que le plan publié en 1901 par Strzygowski est très schématique, erroné. À l’exception de quelques mesures, il ne présente pas d’indications archéologiques.

3 Afin de ne pas alourdir le plan, les parties restaurées dans les années 1950, en particulier les angles détruits du côté ouest du vestibule, ont été restituées : il faut ici considérer l’emprise au sol.

4 Un cliché publié par Tanabe en 1986, ainsi qu’un autre en ligne. (http://users.stlcc.edu/mfuller/palmyratombs.html) montrent quelques marches supérieures avec un retour à 90o vers le nord. Walîd al-As‘ad (infra p. 151) parle effectivement d’un changement à ce niveau. Pour des raisons techniques il aurait été recouvert. L’hypothèse d’un dispositif mis en place lors d’un premier aménagement destiné aux visiteurs n’est pas à écarter non plus.

5 Chabot 1922, 98 : « Sur les trois côtés de ce vestibule s’ouvrent trois chambres rectangulaires, A, B, C, que les inscriptions appellent d’un nom grec “exèdres”. Les caveaux funéraires, ou goumhê, ménagés dans les parois de ces chambres, présentent six loculi superposés ». Le mot « goumhê » se rapprocherait de celui employé par Farmakowski 1903, 7 : « ces loculi sont appelés “gumkha dans l’inscription » (supra p. 45-46).

6 Seyrig et Amy (1936) emploient ce terme dans l’étude du tombeau de Iarḥai.

7 Dans une moindre mesure, le phénomène est à comparer avec celui d’un bouchage entre le sarcophage et la paroi est de l’exèdre (travées 6 et 7) (pl. 81. 1).

8 Au dos un cachet rempli en arabe (mention 18-1953). Une étiquette est en haut à gauche mentionne : « L’hypogée souterrain des Trois Frères à Palmyre. L’exèdre septentrionale avant 1952 ».

9 Chabot 1922, 98 signale un point de construction non vérifié : « La mauvaise qualité du roc avait, en effet, obligé les constructeurs à voûter le plafond à l’aide de petites briques noyées dans le ciment ».

10 Ce dispositif de fermeture n’est pas nécessairement à lire comme le renfort destiné à une lourde dalle sculptée.

11 Strzygowski 1901, fig. 44.

12 Chabot 1922, pl. XVII, a.

13 La fermeture systématique des travées par des moellons lors de l’occupation du tombeau en 2015 empêche maintenant toute observation et rien ne garantit que le démontage fasse réapparaître l’état archéologique (déjà restauré dans les années 50).

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search