Version classiqueVersion mobile

Le tombeau des trois frères à Palmyre

 | 
Hélène Eristov
, 
Claude Vibert-Guigue
, 
Walid al-As`ad
, 
et al.

II - Construction des connaissances

B. Documentation publiée par Farmakowski

Claude Vibert-Guigue

Texte intégral

  • 1 Farmakowski 1903 ; la « Table de (sic) matières » est traduite en français (supra p. 44) : « B. Ph (...)

1Si Sobernheim a photographié le tombeau des Trois Frères au temps de sa découverte, celui-ci a surtout bénéficié d’une documentation importante lors de l’expédition de Uspenski. Malheureusement, seule la partie publiée par Farmakowski en 1903 est connue 1 (pl. 3).

Commentaires des documents

2Pl. XXI. Plan (pl. 6. 4) Pl. XXII. Deux coupes (pl. 6. 4)

3Le plan pl. XXI s’ajoute au dépliant qui regroupe deux coupes sous un seul numéro de planche (pl. XXII). La numérotation des parois s’arrête à onze, la paroi de l’entrée n’étant pas comptée. Les lettres de a à d expriment les principaux espaces.

4La qualité d’exécution des relevés d’architecture aboutit à un grand nombre d’informations destinées au lecteur. Tout est en place pour fournir une image claire du tombeau observé en plan dans son état archéologique (échelle, code graphique, désignations, orientation, etc.).

  • 2 Elle est traduite en légende de la pl. 6.4.

5Sur la partie pochée en noir du plan pour indiquer le substrat rocheux, une partie moins sombre correspond à l’arrière de la paroi ouest de l’exèdre sud. Les sarcophages sculptés des exèdres nord et sud sont vus en coupe avec un traitement de petits traits de remplissage à main levée. Les piédroits de porte également vus en coupe sont remplis de hachures parallèles. Le vantail en place est laissé blanc, de même que le cercle de la mortaise opposée. Une légende aligne ces quatre codes graphiques 2. Deux types de lignes s’y ajoutent : les lignes de tirets expriment le contour du remblai ; et les lignes de tirets avec points l’effondrement des voûtes. Seul l’arc de l’exèdre peinte est indiqué. Les trois exèdres ne sont pas exactement d’équerre l’une par rapport à l’autre, et les contours de chaque espace délimitent des espaces non rigoureusement quadrangulaires. Les travées de loculi sont répétées sans variation de la forme principale rectangulaire, mais le pochage en noir varie en profondeur pour indiquer des destructions partielles. Les deux angles ouest du vestibule sont représentés détruits et envahis par le remblai. Trois traits de coupe sont indiqués, A-B, C-D, E-F, mais la coupe C-D est absente.

6Pl. XXIII (dépliant). 1-Ganymède. 3-piédroit nord. 2-médaillon femme (dans cet ordre de g. à dr.) (pl. 3. 1)

7Sont regroupés ici trois clichés des peintures soigneusement photographiées dans l’axe, sans déformation de perspective : le médaillon au Ganymède, le piédroit nord, qui attire l’attention par la netteté du cliché et la présence de graffiti du tout début du xixe siècle, et un médaillon (pilastre G).

8Pl. XXIV [Pl. IV]. Aquarelle en couleur du pilastre O complet (pl. 3. 2). Les observations sont très fidèles à la réalité, dans l’état appauvri dans lequel nous avons retrouvé ce pilastre. Il ne manque en réalité que les inscriptions latérales verticales et les petits traits rouges indiquant le niveau des rebords ou cornières des loculi de part et d’autre. On notera le rendu de la transparence de la robe, la jambe en avant passant curieusement devant le bourrelet vert à la chute des plis.

9Pl. XXV [Pl. V]. Aquarelles en couleur : 1- médaillon P (femme), 2- médaillon H (homme au bonnet), 3- opus sectile (pl. 3. 3).

10Pl. XXVI. Cliché noir et blanc de l’exèdre (pl. 3. 4)

11Pl. XXVII. Cliché du fascinum noir et blanc (pl. 3. 5)

Quatre figures non légendées dans le texte 3

  • 3 Il n’a pas été jugé utile de les reproduire ici.

12Fig. 1. Partie supérieure de l’encadrement de porte (sans son couronnement mouluré) : bloc supérieur horizontal et départ des piédroits, qui montre les neuf longues lignes d’écriture (rendues seulement en ligne de tirets), puis huit autres plus courtes sur le jambage gauche. Page 10, note 1, Farmakowski signale que « l’existence de cette inscription a été constatée après l’expédition de la société russe, par M. Khoury ; l’expédition n’avait pas pu la repérer, car elle était encore sous la terre. M. Khoury a offert à l’Institut un estampage ; son étude est due au Pr P. K. Kokovcov dans ce même volume [p. 302-329, Pl. XXXVI] ».

13Fig. 2. Le profil poché en noir met en évidence trois fasces sous le bandeau sommital profilé.

14Fig. 3. Relevé du vantail droit de la porte, la face de dessus étant vue en coupe.

15Fig. 4. Profil de corniche. L’appel de figure dans le texte correspond à la description de la corniche peinte en trompe l’œil sous les solives : « Sous cette corniche, il y en a une seconde dont le profil est représenté sur la fig. 4 ». Or, le bandeau saillant dans l’exèdre est peint sur un profil lisse. Cette figure 4 ne présente pas vraiment de rapport avec la corniche sculptée au sommet de la porte d’entrée sculptée, confusion qui reste inexpliquée.

Notes

1 Farmakowski 1903 ; la « Table de (sic) matières » est traduite en français (supra p. 44) : « B. Pharmakowsky, La peinture à Palmyre (avec pl. XXI-XXVII)… 172-198. Comme alors signalé, la pagination de l’édition princeps (p. 3-29) diffère de celle de l’article publié (p. 172-198). De même pour les planches : Pl. I - pl. XXI ; pl. II - pl. XXII ; pl. III - pl. XXIII ; pl. IV - pl. XXIV ; pl. V - pl. XXV ; pl. VI - pl. XXVI ; pl. VII - pl. XXVII.

2 Elle est traduite en légende de la pl. 6.4.

3 Il n’a pas été jugé utile de les reproduire ici.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search